Navigation – Plan du site
"Exilio Interior"

Santiago:une ville,deux pays

Laurence Kundid

Texte intégral

1Appréhender le mot “ pays ” à partir de ce qu’en disent les gens et laisser se déployer les formes de conscience singulières auxquelles il ouvre permet de mettre à jour une connaissance originale sur la question. C’est ce qu’a donné à voir une enquête que j’ai menée au Chili sur ce que pensaient les Chiliens aujourd’hui de la période qui allait du coup d’Etat de 1973 à nos jours1. La façon dont certains Chiliens disposaient en pensée les mots “ Chili ” ou “ pays ” m’avait alors particulièrement frappée.

Yo trabajo en el otro país… Todas las mañanas voy al otro país…. Providencia, es el otro país. Lo viste, la gente allá no vive como nosotros…

2Cette phrase prononcée par un habitant de Santiago ne faisait pas référence à des frontières officielles que cette personne traversait chaque jour. Providencia, désigné ici comme étant “ l’autre pays ” est un quartier de Santiago. Ceci rendait le propos énigmatique. Par la suite, j’ai plusieurs fois entendu, dans la bouche de mes interlocuteurs, l’expression “ l’autre pays ”, “ les deux pays ” ou encore “ les deux Chili ”. L’écrivain chilien Luis Sepúlveda a lui-même intitulé un article paru dans le journal Le Monde en 1999 : “ Deux Chili, deux langages ”.

3Dès lors plusieurs questions se posaient : Pourquoi une migration quotidienne était-elle évoquée là ? Comment analyser les propos de ceux qui disaient “ deux Chili ”, “ deux pays ” ? De quel ordre était la dualité désignée sous ces expressions ? Qu’indiquait-elle ? Pourquoi prendre “ pays ” sous le signe d’une partition, d’un multiple ? Cet article propose une réponse à ces interrogations.

“ Pays ”, “ Chili ” comme catégories subjectives

4Dans ma démarche, je laisserai se déployer ce qu’argumentent les gens lorsqu’ils pensent “ deux pays ”, “ deux Chili ” sans chercher à ramener les propos recueillis à une explication objective de type déterministe. Ainsi, il ne sera pas proposé ici de construction a posteriori des “ deux pays ” à travers des facteurs objectifs, extérieurs au propos lui-même, que j’aurais moi-même choisis comme mesure : facteurs économiques, démographiques, sociaux, culturels, historiques, etc.2 Aussi, les gens que je cite dans cet article ne sont ni économistes, ni démographes, ni sociologues, ni historiens… Ils pensent “ Chili ”, “ pays ” depuis leur point singulier et proposent ainsi leurs propres espaces d’intellectualité3. Dans ce cas, la pensée énonce ses catégories dont il s’agit de chercher la rationalité. Elle ne sera pas reconstruite à partir de référents objectifs qui auraient valeur d’explication4.

5Ce point est très important. En effet, dans une telle démarche, il importe moins de savoir que la personne qui produit l’énoncé cité ci-dessus habite Pudahuel ou La Pintada (quartiers pauvres de Santiago) et fait référence à un quartier riche (Providencia) que d’aller plus avant dans ce que portent, pour les gens qui les utilisent, les catégories “ l’autre pays ”, “ les deux pays ”, “ les deux Chili ”. Il ne s’agit donc pas de ramener la locution à une sociologie du locuteur. L’axe problématique ne porte pas sur une analyse sociale des gens, sur leur âge, leur sexe, leur situation socioprofessionnelle mais sur ce qu’ils pensent.

6Ainsi est-il proposé d’étudier les mots “ Chili ” et “ pays ” sous un angle singulier. Ce ne seront ni une nationalité, ni une description des gens à l’intérieur de frontières nationales, encore moins une “ identité ” ou une “ culture ”, mais une subjectivité disposée par les gens eux-mêmes5.

7Alors que l’on pourrait s’attendre de la part de Nationaux à l’affirmation d’une intériorité subjective au pays, des Chiliens vivant au Chili, eux, évoquent l’idée de “ deux Chili ” et pratiquent ainsi la référence nationale sous le signe de la partition.

8A l’instar de Santiago, il existe dans toutes les grandes villes des disparités socio-économiques entre les quartiers. Pour autant les expressions “ l’autre pays ”, “ les deux pays ” sont-elles utilisées par leurs habitants ? une scission nationale est-elle pensée ? Rien n’est moins évident et il serait réducteur de ramener l’analyse de la partition à des critères socio-économiques.

9Nous allons le voir dans les énoncés cités ci-dessous, “ les deux pays ”, telle que l’expression se donne aujourd’hui pour les gens au Chili, disposent la politique mise en place à partir de 1973 par les militaires, et poursuivie par les gouvernements civils après 1990.

Le coup d’Etat : la rupture de 1973

Los militares construyeron dos Chile : un Chile de los acomodados que están integrados al sistema, de los que viven en el barrio alto y el otro Chile de los que se endeudan, que tienen trabajos precarios, de los que están asignados a barrios populares. Antes, era de algún modo un Chile con gente muy pobre y con gente muy rica. Los militares terminaron construyendo dos Chile diferentes.

10Il pourrait sembler à la première lecture de cette citation que les différences d’ordre économique prévaudraient pour identifier les deux Chili