Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Lethuillier (Jean-Pierre), dir., Les costumes régionaux, entre mémoire et histoire

Presses Universitaires de Rennes, 580 p., 2009
François Igersheim
p. 571-572
Référence(s) :

Lethuillier (Jean-Pierre), dir., Les costumes régionaux, entre mémoire et histoire, Presses Universitaires de Rennes, 580 p., 2009

Texte intégral

1Cet épais volume réunit les 48 contributions d’un colloque tenu à Rennes en janvier 2007, suivi de journées d’études de 2007 et 2008. L’introduction par J.‑P. Lethuillier fait le point sur le renouveau des recherches sur le « costume régional », objet d’étude pour historiens de plus en plus associés aux conservateurs de musée.

2Première caractéristique : les costumes régionaux structurent l’espace français, tout l’espace, et l’on ne saurait se borner aux classiques régions dotées de costumes fortement identitaires très « patrimonialisés » : Bretagne, Alsace, Provence, etc… Car les « régions » qui ne sont par marquées par un costume fortement identitaire, ont elles aussi leurs costumes. Il évolue dans le temps, et est tributaire des mutations dans les fabrications, les marchés, les matériaux et les modes. Il exprime une volonté d’affichage social et sexuel, mais le chercheur doit bien prendre en compte que les collections qui constituent sa source procèdent d’un choix dont il ne connaît le plus souvent plus les critères.

3L’ouvrage contient deux contributions portant sur l’Alsace.

4Barbara Gatineau fait l’étude des entreprises « folkloristes » alsaciennes du début du XXe siècle : celle de Spindler et Laugel avec Costumes et Coutumes d’Alsace, et celle d’August Kassel « über elsässische Trachten », ainsi que la fondation du Musée alsacien et les nombreuses « Fêtes folkloriques » ou « Trachtenfeste » qui ont lieu tout au long de cette période. Gatineau publie ce faisant la célèbre planche 13 des « Elsässische Bilderbogen » de 1895 où Spindler explique ce qu’est alors déjà « le costume générique alsacien », (celui de Brumath) dont l’usage du Nord au Sud de l’Alsace fait disparaître les costumes locaux particuliers. Léone Prigent nous présente les livres d’images des costumes (Trachtenbüchlein) des Strasbourgeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, car elle relève la surreprésentation des costumes de femmes dans ces ouvrages et analyse les stratifications sociales dont ils sont les témoins.

5D’autres contributions retiendront l’attention. Il est impossible de les citer toutes.

6L’impulsion de la Fédération Régionaliste de France de Charles‑Brun et de la Société du Folklore français de Léonce Armbruster est bien mis en relief par Michel Le Guénic. Comme le relèvera Marie-Thérèse Duflos-Priot (Un siècle de groupes folkloriques en France 1995) Armbruster, président de la Renaissance française, fera beaucoup à la suite de Pierre Bucher et du groupe du Musée Alsacien pour faire du costume alsacien un « marqueur France ».

7Sophie Jolivet relate les rapports entre le Musée du costume bourguignon et les compagnons du Barzeuzai groupe folklorique dijonnais, à la recherche d’un renouveau de ses fonctions, costumes et répertoires. Elle insiste sur l’intérêt mutuel de cette expérience. Mais il aurait été souhaitable d’introduire une étude sur les associations folkloriques actuelles, dont les activités bénévoles procédant d’une inclination personnelle, ont tant de rapports avec les sujets évoqués par les savantes études qui se sont succédé dans les différents colloques actés dans l’ouvrage. Ainsi, l’étude sur le costume alsacien de Marc Grodwohl de 2009 faisait, de façon un peu rapide, une enquête sur les groupes folkloriques actuels de l’Alsace (80 groupes environ, 2 500 pratiquants).

8L’une des questions que se pose du travail : faut-il écrire « costume » ou « vêtement » ou encore « habit » ? Ainsi le « vêtement » de travail introduit des différences sociales tout aussi éloquentes que celles des Trachtenbüchlein ou des collections de costumes régionaux. Les différences affichées dans le « vêtement » des religieuses, avant et après leur « prise d’habit » et en général l’évolution du costume des religieuses, de leurs coiffes, cornettes ou voiles, expriment les étapes de la vie religieuse et leur intégration ou différence dans le « monde ». C’est l’objet de la communication de Roselyne Roth-Haillot (l’Habit dans la vie consacrée féminine), sorte d’écho de la thèse strasbourgeoise de la regrettée Véronique Moog-Sauer, publiée par René Heyer, sur L’habit religieux dans les congrégations féminines de vie apostolique en Alsace au XXe siècle, Ercal, 2009.

9Ces perspectives démontrent que comme les autres « vêtements », le « costume régional » évolue, selon des choix souvent difficiles à cerner et à expliquer, qui tiennent au choix des personnes et aux représentations sociales, mais aussi aux modes et à ceux qui les lancent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Lethuillier (Jean-Pierre), dir., Les costumes régionaux, entre mémoire et histoire », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 571-572.

Référence électronique

François Igersheim, « Lethuillier (Jean-Pierre), dir., Les costumes régionaux, entre mémoire et histoire », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1145

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page