Navigation – Plan du site

Une commanderie alsacienne en Lorraine

Les Hospitaliers de Dorlisheim à Puttelange au XIIIe siècle
Nicolas Buchheit
p. 47-59

Résumés

La donation de la chapelle de leur château de Puttelange aux Hospitaliers de la Commanderie de Dorlisheim, de langue germanique, par des membres de la famille des ducs de Lorraine est une des pièces de la politique de développement territorial des ducs de Lorraine alors tournés vers l’expansion en territoire rhénan germanique. Mais elle reste isolée, car les ducs de Lorraine réorientent leur politique vers les territoires romanophones.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Hospitaliers

Géographique :

Dorlisheim, Lorraine
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le sujet bénéficie d’une première mise au point dans HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorraine(...)

1La présence des Hospitaliers de Dorlisheim à Puttelange dans les années 1270 est un exemple supplémentaire d’une installation d’un établissement religieux alsacien en Lorraine1. Elle témoigne de l’influence des motivations aristocratiques d’une noblesse locale sur le développement d’une commanderie d’un ordre religieux-militaire, dans une confusion caractéristique au Moyen Âge de ce qui relèverait pour nous séparément du religieux, de l’économique et du politique.

  • 2  Puttelange-aux-Lacs, Moselle, arr. Sarreguemines, cant. Sarralbe.
  • 3  Arch. dép. Bas-Rhin, H1382/5 et H2194, p. 223 ; DELAVILLE LE ROULX (J.), éd., Cartulaire général d (...)
  • 4  GAYOT (J.), « Histoire de la seigneurie de Bliescastel », Bulletin de la Société des amis des pays (...)

2Le 17 avril 1273, Renaud, comte de Blieskastel et seigneur de Bitche, ainsi que son épouse Elisabeth donnaient la chapelle de leur château de Puttelange2 à l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem3. Peu de temps plus tard, au cours de la même année, Elisabeth décédait. Elle avait épousé Renaud, fils cadet du duc de Lorraine Ferri II et oncle du duc Ferri III, au moment de cette donation. Leur mariage avait permis de réunir la seigneurie de Bitche, que Renaud avait reçue comme apanage du duché de Lorraine, et le comté de Blieskastel, dont Elisabeth était l’héritière, avec notamment la localité de Puttelange4.

  • 5  Dorlisheim, Bas-Rhin, arr. et cant. Molsheim.

3L’attribution de la chapelle castrale de Puttelange à l’ordre de l’Hôpital inaugura le développement du temporel de la commanderie de Dorlisheim5, durant les années 1270, en Lorraine. Il contribuait à la remise par la commanderie des responsiones, subsides annuels envoyés au gouvernement central de l’ordre en Orient pour l’aider dans ses missions charitables et guerrières. Cependant, plus de soixante-dix kilomètres de distance ainsi que le massif vosgien séparent Dorlisheim en Alsace de Puttelange en Lorraine. Dans ce cas, quel sens donner à ces domaines lorrains périphériques, si éloignés de la commanderie de Dorlisheim ?

4Leur origine réside dans l’intérêt de Renaud et son épouse pour l’ordre de l’Hôpital, un intérêt qui les a amenés à faire de la commanderie de Dorlisheim un instrument de leur politique territoriale dont le choix confirme alors l’orientation d’une partie de la Lorraine vers les pays rhénans.

  • 6  CHOUX (J.), dir., La Lorraine, s. v. « Puttelange-aux-Lacs » (C. HIEGEL), Paris, 1978 (Dictionnair (...)
  • 7  Rémering-lès-Puttelange, Moselle, arr. Sarreguemines, cant. Sarralbe.
  • 8  Arch. dép. Bas-Rhin, H1382/1. La charte, très endommagée, a été répertoriée par Louis Spach dans l (...)
  • 9  Le lieu n’a pas pu être identifié. Selon HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorraine, p. 119, il (...)
  • 10  Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, H3194/1 (deux chartes) ; Arch. dép. Bas-Rhin, H2194, p. 20 ; DELAVI (...)
  • 11  n. st. = nouveau style. Depuis la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, le changement d’ (...)
  • 12  Arch dép. Bas-Rhin, H1382/6 et H2194, p. 223. Cf. annexes.
  • 13  Blickweiler, Sarre, Saar-Pfalz-Kr., St. Blieskastel.
  • 14  Arch. dép. Bas-Rhin, H1382/4 ; H2194, p. 223.
  • 15  Toutes les chartes sont mentionnées dans le catalogue des archives de la commanderie de Dorlisheim (...)

5Le château médiéval de Puttelange a connu de profondes transformations qui ne permettent pas d’évaluer l’emplacement, ni la forme de la chapelle remise aux Hospitaliers6. Elle fut fondée en 1261 par Renaud et Elisabeth, dédiée à la Vierge et à saint Jean-Baptiste, dotée de 20 mesures de blé et autant d’avoine, ainsi que de 10 sous à percevoir sur la dîme de Rémering7 et de 5 livres de Metz sur les cens de Puttelange8. Le 17 avril 1273, les Hospitaliers firent donc l’acquisition de cette dotation qui n’avait été alors attribuée à aucune commanderie en particulier. Il en était de même des prés, bois, forêts et champs situés à Bunhoben9, que Renaud et Elisabeth avaient donnés à l’ordre quatre jours auparavant10. Ce n’est qu’en janvier 1274 (n. st.11) qu’intervint la commanderie de Dorlisheim, comme bénéficiaire de la donation d’Edwige et de Lucarde, respectivement veuve et fille du chevalier Eberhard de Bitche, de tous leurs biens situés dans la seigneurie de Bitche et le Saulnois, sous la garantie du sceau de Renaud12. Le 1er mars 1274 (n. st.), Bertrand, prêtre de Blickweiler13 et ancien chapelain de la défunte comtesse Elisabeth, renonçait à tous ses droits sur la chapelle castrale de Puttelange qui avait été remise à la commanderie de Dorlisheim14. Les documents qui la concernaient lui ont été alors transmis, consacrant ainsi l’intégration de la chapelle dans son patrimoine, de même que les autres donations que Renaud et Elisabeth avaient faites à l’ordre15. Dans tous les cas, Renaud fut le promoteur du développement des Hospitaliers de Dorlisheim en Lorraine au cours des années 1273 et 1274.

  • 16 HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorraine, p. 117-118 ; GIULATO (G.), « La commanderie de Saint (...)
  • 17  Arch. dép. Bas-Rhin, H1392/1 ; DELAVILLE LE ROULX (J.), Cartulaire général des Hospitaliers de Sai (...)
  • 18  LEGL (F.), Studien zur Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim, Sarrebruck, 1998 (Veröffentlic (...)

6Il existait alors une longue tradition de relations entre la famille des ducs de Lorraine, à laquelle appartenait Renaud, et les Hospitaliers. Elle remontait au milieu du XIIe siècle, depuis que Mathieu Ier avait favorisé le développement de la commanderie de Nancy, et se poursuivait encore sous Ferri III, dans la seconde moitié du XIIIe siècle16. De ce fait, il est possible que la commanderie de Dorlisheim, attestée pour la première fois en 121717, ait été fondée par le duc de Lorraine Thiébaut Ier, frère aîné de Renaud. Elle fut, en effet, implantée sur un territoire dominé par les comtes de Dabo dont le duc avait pris possession grâce à son mariage avec Gertrude, seule héritière du comte Albert II, mort en 121218. Renaud poursuivait une tradition familiale séculaire de soutien en faveur des Hospitaliers.

  • 19  PARISSE (M.), « Les effets de l’appel d’Urbain II à la croisade aux marges impériales de la France (...)
  • 20  Pour exemple, l’implantation des Hospitaliers en Irlande, Pays de Galles et Ecosse aurait été favo (...)

7Il fut notamment attentif à remettre une chapelle dont le saint dédicataire, Jean-Baptiste, était le patron de l’Hôpital. Ce respect apparent de l’identité de l’ordre vaut-il aussi pour ses missions guerrières et charitables, expressions des idéaux de la croisade et des valeurs chevaleresques ? Aucun membre de la famille ducale de Lorraine n’avait pourtant participé ni même porté un apparent intérêt aux croisades au cours des XIIe et XIIIe siècles19. A l’exemple du développement de l’ordre dans d’autres régions d’Occident, celui qui fut à l’initiative de la famille des ducs de Lorraine peut être interprété comme un substitut à la croisade, laquelle était un facteur important de distinction sociale20. Cependant, il est difficile de mesurer quelle influence la croisade a pu avoir sur la décision de Renaud à une époque où elle n’avait plus beaucoup de succès.

  • 21  Wadgassen, Saarland, Kr. Saarlouis.
  • 22  « Hoc prenotato quod dicti fratres dicte domus et Hospitalis de dictis bonis nullum allium nisi co (...)
  • 23  Plusieurs chevaliers de Blieskastel furent témoins de la donation d’Edwige et de Lucarde, ainsi qu (...)

8En outre, Renaud considéra la commanderie de Dorlisheim comme un instrument de politique territoriale.En effet, la chapelle castrale de Puttelange était un lieu où les Hospitaliers devaient célébrer la mémoire de leurs donateurs. Cette disposition s’inscrivait dans un château qui dépendait du patrimoine des comtes de Blieskastel. Elle permettait donc d’en sceller l’union avec la seigneurie de Bitche et le duché de Lorraine dont les Hospitaliers étaient si proches. Elle perpétuait aussi la possession de Puttelange au profit du couple, dont l’héritage, tout comme celui du comté de Blieskastel, était contesté. En effet, à la mort de Henri de Blieskastel en 1237, le comté fut remis à sa fille Elisabeth par l’évêque de Metz. Mais après son mariage avec Renaud en 1238, l’héritage fut disputé par ses sœurs et tout particulièrement sa mère, Agnès de Sayn, qui poussait sa fille cadette Laurette et son époux, le comte Henri IV de Salm, à le revendiquer. A Puttelange, Renaud parvint à sauvegarder l’héritage de son épouse : il se fit attribuer la localité en fief par son frère l’évêque de Metz Jacques de Lorraine en 1240, qu’il reprit de son neveu le duc de Lorraine Ferri III en 1264 et qu’il conserva après la mort de son épouse en 1273, jusqu’à sa propre disparition en 1274. Les donations faites aux Hospitaliers furent un moyen supplémentaire pour Renaud de manifester sa mainmise sur Puttelange et le patrimoine du comté de Blieskastel. Elles furent d’autant plus stratégiques que le couple vieillissait, Renaud et Elisabeth étant nés au début du XIIIe siècle, et que leur héritage intéressait la politique territoriale du duc de Lorraine Ferri III dans la région. Ainsi la donation des biens situés à Bunhoben rappelle qu’ils avaient été acquis par le défunt comte Henri de Blieskastel de l’abbaye des Prémontrés de Wadgassen21, qu’ils étaient encore sous la tutelle de Renaud et que toute aliénation devait recevoir son autorisation22. De même, après la mort d’Elisabeth, la donation d’Edwige et de sa fille Lucarde à la commanderie de Dorlisheim ainsi que la confirmation de la donation de la chapelle castrale de Puttelange en 1274 furent prononcées en présence de témoins provenant aussi bien du comté de Blieskastel que de la seigneurie de Bitche23.

  • 24  FRAY (J.-L.), Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-F (...)
  • 25  Berus, Saarland, Kr. Saarlouis, Gem. Überherrn.
  • 26 HERRMANN (H.-W.), « Städte im Einzugsbereich der Saar bis 1400 », p. 262-263.
  • 27 HERRMANN (H.-W.), Ibid., p. 234-239, propose une synthèse de l’abondante bibliographie consacrée à (...)

9Dans ce contexte concurrentiel, l’attribution de la chapelle aux Hospitaliers, comme la célébration de la mémoire de Renaud et de son épouse, participait à un processus au cours duquel le bourg castral de Puttelange acquit une plus forte centralité dans la seconde moitié du XIIIe siècle24. Il était qualifié de « castrum et urbs » en 1257, peu de temps avant que la chapelle castrale fut fondée en 1261. L’installation des Hospitaliers fit donc bénéficier Puttelange d’un autre critère de centralité à compter des années 1270.En effet, Renaud développait à ce moment une forte activité territoriale en renforçant l’influence de certaines localités. Ce fut le cas de Berus25 dont il tenta de faire un lieu central dans la vallée de la Sarre26. Mais alors que Berus était situé près d’un axe de circulation majeur sur lequel Renaud a pu prétendre avoir une emprise, les principaux courants d’échange qui parcouraient la région échappaient à Puttelange. Les routes commerciales qui reliaient l’Allemagne aux foires de Champagne passaient, l’une plus au nord, depuis la vallée du Rhin, par Sarrebruck, Forbach et Saint-Avold, l’autre plus au sud, depuis l’Alsace et par Sarrebourg, pour se rejoindre à Dieuze, en direction de Metz. Quant à la route lombardo-flamande, elle suivait la vallée de la Sarre, puis à partir de Sarreguemines la direction de Rimling et la vallée de la Moder, mais ne prit son essor qu’à partir du XIVe siècle27.

  • 28  HIEGEL (C.), « Les nouvelles salines du Saulnois aux XIIIe et XIVe siècles », Annuaire de la Socié (...)
  • 29  Arch. dép. Bas-Rhin, H1382/6. « apud Nozwilre, apud Hildingen, apud Drutschen in dominio de Bitche (...)
  • 30  BONDE (S.), BOYDEN (E.), MAINES (C.), « Le développement du domaine de l’abbaye augustinienne de S (...)
  • 31  FRAY (J.-L.), Villes et bourgs de Lorraine, p. 231-266.

10Selon toute vraisemblance, le renforcement de la fonction centrale de Puttelange fut d’une part déterminé par sa position sur une route qui menait de Bitche à Nancy, capitale du duché de Lorraine, mais aussi par sa situation entre la seigneurie de Bitche et le Saulnois, région de production de sel en pleine croissance28. Ainsi les biens donnés à la commanderie de Dorlisheim par la veuve et de la fille du chevalier Eberhard de Bitche en 1274, sous l’autorité de Renaud, se répartissaient entre ces deux régions, toutes deux citées nommément dans l’acte, témoignage d’une forte conscience territoriale29. Or, Renaud et Elisabeth avaient donné la possibilité aux Hospitaliers de faire appel à un prêtre séculier pour célébrer les offices dans la chapelle castrale, ou bien d’y installer un frère de l’ordre. En 1274, l’ancien chapelain de la comtesse Elisabeth renonçait à ses droits sur la chapelle devant fr. Dorbert et fr. Bezelin de la commanderie de Dorlisheim. La présence de ces deux frères, dont rien n’indique qu’ils aient été sur place en permanence, peut aussi laisser supposer que Puttelange constituait pour la commanderie de Dorlisheim un centre de gestion secondaire de son temporel situé en Lorraine, comme ce fut le rôle des chapelles in castro dont certaines abbayes avaient la charge30. Ainsi, l’installation des Hospitaliers à Puttelange se rapprocherait des nombreuses collégiales castrales qui existaient en Lorraine et dont les seigneurs utilisaient les services spirituels, mais aussi temporels. Ils furent un moyen d’assurer une cohérence territoriale, entre la seigneurie de Bitche et le Saulnois, au profit de Renaud, dans une région marquée par l’émiettement des seigneuries. Les Hospitaliers de Dorlisheim participaient donc à la construction d’un territoire seigneurial, fondé sur la création et la croissance d’un « second réseau urbain » dans les pays sarrois, au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle. Cet essor urbain qui accusait un certain retard par rapport à la Lorraine occidentale concordait chronologiquement avec celui en Basse-Alsace, où les Hospitaliers, tout comme à Puttelange, s’établissaient alors aussi dans les villes (Rhinau, Sélestat), ce qui pourrait être une caractéristique supplémentaire de l’aire culturelle germanophone31.

  • 32  HESSEL (A.) et KREBS (M.), Regesten der Bischöfe von Straßburg, t. 2, n° 837, p. 19, n°1482, p. 15 (...)
  • 33  Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, s. v.« Geroldseck am Wasichen von, Heinrich » (Bern (...)
  • 34  BOGDAN (H.), La Lorraine des ducs. Sept siècles d’histoire, Paris, 2005, p. 50‑51 ; HESSEL (A.), « (...)

11L’orientation de la Lorraine germanophone vers les pays rhénans pendant la même période peut expliquer la présence de la commanderie de Dorlisheim dans la région. L’absence de mention d’une commanderie bénéficiaire dans les donations de 1273 montre une certaine hésitation. Renaud aurait pu s’adresser à une commanderie lorraine, comme celle de Nancy, avec laquelle sa famille avait encore des liens étroits. La commanderie de Dorlisheim ne s’imposait pas plus, même si elle a pu avoir été une fondation de son frère aîné, le duc Thiébaut Ier, au début du XIIIe siècle. Mais sa défaite face à Frédéric II en 1218 avait fait renoncer les ducs à toute politique territoriale en Alsace. De leur côté, les Hospitaliers de Dorlisheim furent sous l’influence des évêques de Strasbourg jusqu’à l’échec de la politique de domination de l’évêque Gauthier de Geroldseck et de sa famille, dont la commanderie fut particulièrement proche dans les années 126032. Elle n’eut alors plus l’appui de l’évêque Henri de Geroldseck, à partir de 1263, qui avait renoncé à la politique expansionniste de ses prédécesseurs33. La Lorraine, où les ducs continuaient à soutenir les Hospitaliers, constituait donc une perspective opportune pour ceux de Dorlisheim. Par ailleurs, au cours du Grand interrègne, le duc Ferri III s’était prononcé en 1257 en faveur d’Alphonse de Castille comme successeur de Guillaume de Hollande, face à Richard de Cornouailles que soutinrent les évêques de Strasbourg34. La fin du Grand interrègne en 1273 a pu donc favoriser l’établissement de contacts avec la commanderie de Dorlisheim.

  • 35  FRAY (J.-L.), « Sarrebourg und der obere Saargau im Lichte der Zentralitätsforschung. Ein Beitrag (...)

12La prise en charge d’un temporel si éloigné de la commanderie contribuait à mettre en relation des espaces économiques complémentaires, les salines lorraines et le vignoble alsacien, dont les productions pouvaient être acheminées par les vallées de la Sarre et de la Bruche, reliées par le col du Donon. La circulation entre ces deux régions au Moyen Âge reste mal connue, si ce n’est que depuis la première moitié du XIIIe siècle, les relations commerciales se sont intensifiées entre le pays de Sarrebourg et la plaine d’Alsace, notamment avec le sel35. Mais aucun document ne permet d’estimer la participation de la commanderie de Dorlisheim à ces échanges, ni si elle se limitait au transfert des bénéfices tirés de son temporel lorrain, encore moins si ce fut un élément déterminant dans le choix de Renaud de promouvoir la commanderie en Lorraine.

  • 36  TOUSSAINT (M.), La frontière linguistique en Lorraine. Les fluctuations et la délimitation actuell (...)
  • 37  PARISSE (M.), Noblesse et chevalerie en Lorraine médiévale. Les familles nobles du XIe au XIIIe si (...)
  • 38  Les indices de la romanité originelle de la commanderie de Dorlisheim, dont l’ordre de l’Hôpital é (...)

13Ce qui a joué dans le choix de la commanderie de Dorlisheim pourrait se rapporter davantage aux langues. En effet, l’ensemble des biens de la commanderie de Dorlisheim situé en Lorraine se concentrait dans sa partie germanophone, à l’est de la frontière linguistique qui traversait la région. Fixée entre la fin du IXe siècle et le début du XIIe siècle en Alsace ou en Lorraine, cette frontière fut relativement stable, sauf dans les pays du Saulnois et des Etangs, où se trouvaient certaines possessions de la commanderie. Ces régions ne sont passées de la zone germanophone à la zone francophone qu’après la guerre de Trente Ans, avec l’installation d’une population romanophone36. Ce respect manifeste de la limite linguistique coïncidait avec le repli de la noblesse lorraine germanophone sur les pays rhénans et avec sa différenciation accentuée par rapport à la noblesse lorraine romanophone au XIIIe siècle. Au cours de cette période la noblesse lorraine tendait à privilégier la même langue chez les conjoints dans ses politiques matrimoniales. De même, les familles comtales de la vallée de la Sarre faisaient plutôt des alliances dans les terres germaniques37. Tout cela contraste avec une possible origine romane de la fondation de la commanderie de Dorlisheim au début du XIIIe siècle, pour laquelle la limite linguistique n’aurait pas joué38. La langue serait donc devenue un élément décisif de l’organisation du temporel de la commanderie de Dorlisheim au cours du XIIIe siècle sous l’influence de la noblesse régionale. Or ce phénomène est concomitant ou bien précède la formation des langues au sein de l’ordre de l’Hôpital. Instituées au début du XIVe siècle, ces vastes ensembles comprenaient plusieurs prieurés, échelons institutionnels et territoriaux supérieurs aux commanderies, où les langues pratiquées étaient similaires. Ainsi les frères de Dorlisheim dépendaient de la langue d’Allemagne. Le temporel lorrain de la commanderie pourrait donc être l’effet de ces différenciations linguistiques qui se manifestaient à la fois dans la noblesse de la région et au sein de l’ordre de l’Hôpital à la fin du XIIIe siècle.

  • 39  Arch. dép. Bas-Rhin H1382/7 ; H2194, p. 223 ; DELAVILLE LE ROULX (J.), éd., Cartulaire général des (...)
  • 40  DELAVILLE LE ROULX (J.), éd., Ibid., t. 4, n° 4485, p. 796 (date le document du 10 février 1300 à (...)
  • 41  Saint-Jean-de-Bassel, Moselle, arr. Sarrebourg, cant. Fénétrange. Cf. HENRY (M.), Les ordres milit (...)
  • 42  Elle était sous l’administration de Saint-Jean-de-Bassel, membre de la commanderie de Dorlisheim, (...)

14La mort de Renaud, survenue entre le début du mois d’août et la fin de l’année 1274, annonçait l’épilogue de l’expansion bien éphémère de la commanderie de Dorlisheim en Lorraine. Elle ouvrait en effet une longue querelle d’héritage pour la possession du comté de Blieskastel que le comte Henri IV de Salm parvint à remporter pour un temps. C’est la raison pour laquelle le 25 mai 1278, il confirma la remise de la chapelle castrale de Puttelange à la commanderie de Dorlisheim et y ajouta la totalité de la dîme de Rémering, manière de se garantir un soutien et la maîtrise de ces territoires39. Mais l’implantation de la commanderie de Dorlisheim en Lorraine s’arrêtait là. A la fin du XIIIe siècle, la politique territoriale du duc de Lorraine n’était plus orientée vers cette région, si bien que la famille ducale n’eut plus de relations avec la commanderie : le comté de Blieskastel passa aux évêques de Metz et la seigneurie de Bitche fut vendue en 1297 par le duc de Lorraine au comte de Deux-Ponts. Celui-ci attribua d’ailleurs le 13 février 1304 la paroisse de Virming, dans le Saulnois, à la commanderie de Heimbach, située dans le Palatinat40. Ce n’est qu’en 1446 que la commanderie de Dorlisheim fut amenée à reprendre pied en Lorraine, lorsque l’évêque de Metz décida de lui attribuer le couvent de Saint-Jean-de-Bassel41. Les Hospitaliers restèrent cependant en possession de la chapelle castrale de Puttelange jusqu’au XVIIIe siècle42.

15La présence des Hospitaliers de Dorlisheim en Lorraine fut en définitive tributaire de stratégies aristocratiques qu’ils avaient servies, facteur de prestige social et instrument de territorialisation, où les motivations spirituelles se confondaient avec des considérations plus temporelles. La conséquence fut d’amener la commanderie à s’inscrire, dès la seconde moitié du XIIIe siècle, dans des formes de construction régionale dont l’influence sur l’ordre de l’Hôpital reste à mesurer.

L’expansion de la commanderie de Dorlisheim en Lorraine dans les années 1270

L’expansion de la commanderie de Dorlisheim en Lorraine dans les années 1270
Haut de page

Annexe42" id=

ent lui onrrais locaLabeth, la donation d’Edwige et de sa fille Lucarde à la commanderie de Dorst qu’en janvieôpitaer poce cre aaismanmesurer.

à l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jmanderie de Dorche, de tous leurs biens Bitn, qw de r,encs t de VTrüse Hesitués dans la seigneurie d,a ViergIlorsde VWeld de Rst (H’ene R ?(n. se de RéAla à Puttirming, dans le Ibmesurer.

du R être>, Pa x 90 mm (srraiavec (n.jiclsc d’al, fonsi l’qidévu R être>,ques de St,rtes) ; Arch. dép. Bas-Rhin, mesurer.

d, d scteuren avec sptumumenvt dnvoludictela pss=um,renotano les dulidictpue la Ssi lici remro à coem>casmrofirmadio [sic]dancanno uesrem>casmredecle. Cem>no ue Cem>omniiebth,>no ues régel=di,>no uesHeic dicrég apud Nozwilre, apud Hildingen, sth Hilutschen in dominio ds,e socintifleheimy NozwilrEorsde HildingeWeld de Rstildinge se de RstildingeEdfr.Rstilcem>hhen ibutan. Cee sebutaalis de dict,od dicebutaomus et Hosla cti Johaexpa e, Jean-ldingenorolvt ee DorlTe, ceshuiuaiavimandchen uaiGodfrandi]lorradrle, foiapel SLorraien i dominio ds,evtio danneure soc="titriimondiumurégciumu 12lieen i M° CC° LXX° Ferrm vas quutéoIbmesurer.

casmritage ye dien possesno lâmex urbailes comtno la cit dopitalistno ls leurettno laa dx, parvie a puBitn, qw de r,euBincs t de VuBiTrüse Hesitués dans la seigneurie d,a Vi irming, dans le SaulnIlorsde VsituésWeld de Rste, s. (H’ene R ?(n.sit se de RésitAla à Puttncidaits>hhem castralnrlisheime paslemagsi les frrdre de l’Hôpe et à saint Jean-ejoinrie de Dorliise furent tém>. Toionsmanderidans la Gold an<,deridans la face à Fr,deridans la La="pag,deridans la e SaiL (F.ezeredeem>Ibidusieurs chevaliers de Bliaaru clachitalieflendorf,iJ SaiL (FMNanctide, s. sièclL (Fannie mae, s. J SaiL (Fphys bisem>Ibidlisheim aienaient plans d. span>isheimerm>. T,1nouaiavuaitx slemad sesgsi les estat), Ce e Mais ici,ance, lere dominantie du sss=territoire mort de aine au cri de Bliestrritoire gneurie d,ahhem dans e soc="titren Avaiente218 avalnr fin de lles pitoire use enadébut de qu’en.]mesurer.

pageHaut de page

Annexe42" id=

ftn419Vilt donc béallation duis la preelle rsmritermina HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorrainque>, Pa6°  119-120émelgr le c lats flucturros les mesurer.

Cartulaire général des Hospitalierl de Saint-Jean de Jm(1100-1310)em>Ibid.,1899>, t. 320051et H2198 117VON PLANTA (PH21CROULX (J.RY (MAdliaaDe apud r -1me rreboKönigiumuStälsaßéné13H21Jahrhula cDeuxU Grat sückck atigung dmanJohaexi mae, s.,es de d’- fo-="#Mrel l1997 (Favin Strat iträge>Studadre del malk am Wien zur Ge, 8)>, t. 21et H21305Sarsurer.

4tn419 HERRMANN (H.-Wndrchte der Grari de Blisièclrminmand8/span> HERRMANN H138OPPSTÄTDTER (KNN (ratJ.RY (Mien zur Glk am Lade pkula le, dBerus, esraßburgRegesgsinkipud DrLadenaheim,iclzumuAusar ShRegesgsanzösipud DrRevoluautorgisheim
, Sarreb77 (Mdre ilu Rst e, dles dripud DrVEinz donü gider obeeRstde N. Les dofluence hes d’xpanpied en Lo17)et H215ées 89-9050MOHR (ANN (H.-Wien zur GeschérerzogiumaiLothde Rste, s.id., Sarreb79 n°14802-12050ROHR (JNN (H.-WApsçuofluence évoluautoé à la polttinctionxpansiodans la seigneuait de Bique quiinapour rgisheim . La Locienne, s.(H.-Wrale de Pu-lem-LacsHeinriC. span> )ire
,1978 (J.-LDouveau dictions dans un le cs de ll, s.,e2)et H21188rlisheim.

eles ses tes)ives sud, setablalles no. dép. B encore . 79urros le parti56llemadate le dant, il est d le de diment ituelre vté et B encore . 79 partir1it joué dans le cataloges)ives spation de la commanderie de Dorler lreliées pde la a e Saint Jean- Koeblieskast688 (tes) ; Arch. dép. Bas2/6 et H2194,)onateurs. 79oui avaitetud, selià223 ; DELAVILLE LE ROULY (M.), Cartulaire général des Hospitalierl de Saint-Jean de Jem>Ibid.,Alsace HERRMANN (H.-W.), « Städte im Einzugsbereich der Saar bis 14rminmandY (M.), p,teti dans lesitairtres ngommandrcKsel ehöf, « Stairtres ngoma rcraux fs 6e/eJours les lrtres ngomand. 25-27 octob pre1990onat1273 miient HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorraine9,pouse s bilangue situéstrale de Pu-lem-lacigneus pde la a e Saint Jean- Koeblieaitisher dri a avaientt Lorrait ladans le cataloges)ives spation de la commanderie de Dor encor damigne1382/6. Bünho8 (V et urbs 1num419 HENRY (M.), Les ordres militaires en Lorraine7-11 117GIULATOHEGRISSS (C.ion de la commandierl de Sainu Vcoup Aet lend celle bis 14rminman), éRetpan>irritpancd. Toce prieue 5"sLorrai. Les doiècles d’ orraine mébrer cDeaulnqk amlre, Pa et H21953-264emesurer.

17mb419 Cartulaire général des Hospitalierl de Saint-Jean de Jem>Ibid.
, t. 1523ir H2190550‑51  HESSEL (A.) et KREBS (M.), Regesten der Bischöfe von Straßburg,Inns>, Sarreb28n° 837, p. 2, emesurer.

1num419, Sarreb98 (Verer deGlk au Rst e,r K deien posnü sBeruändipud Lade pgen zur GesreboVolkralitätsf, 31)et H21344-35, H13 H21414-415Sarsurer.

1num419  PARISSL (C.), rait s frrdree fairiècU essorIIestaiene04 laddavantmobees imriauxles comtales de lbis 14rminman), éLrraineionxpane
, 9 part095 H13rdree fairstaiene04 ladd rcraux umbreu une miient, Clerfin d(23-255jueau eb95)rgisheiRo. De1997ir H21913‑290 p.ID. (H.-Wnesaires enilitae04 ladd rLfestespossesBarbis 14rminmandCLLEO HEDRISSOTTEN-FROU LECROULPAG.), PNN (VALERIA HEDRISSratJ.RY (MCêtredoiècOns d-MevenEe 5"sLiècHes d’x fondéM aaiserfin la orraine mébrer cDeeaulnqk amlrBalardraßburg,e, Pa (Byze senaie rbonsonta>, P)et H21661-670 mesurer.

2umb419 idmt du >. Mais l’implantéral des HospiitaIrde HoPtre le Ga, ViEcant . Renaudi avaipu doncon marqus dans la nceslo-nde la lebourg moyen d’lmmanderfut le e de ces ter « Les mllesandq. Saaituels, maisemb vas recevon. L’staiene04 laddsiècle, pour le2. E63, qumposièclestpancdh éce intrds,e soit donc béndtirésteur de prestige(NICHOLSO  BOGDAH.-WTd Knightéral des y inés h cs cettospiofs h cBre dsh Is> sièclrminmandSARNOWSKYLE ROULratJ.RY (MM leeminstteordrery -1mer ailn d.),la ismStaMe5on m EurophistoirAld dshotDe1999 n°1447-57)Sarsurer.

dlis ed dicetasen Lvolu’ieorradrle, foiapel SLorrsciiumRegbln doccsts="r le diBassear,m pla cedoccss Honar. et urbs.ous leursentral dolontde moi que lu cri de Blim] (tes) ; ArchM a the-et-elange, MH3/6 n, H. 223 ; DELAVILLE LE ROULX (J.RY (M.), Cartulaire général des Hospitalierl de Saint-Jean de Jem>Ibid. , SarLfishtt-flaman-gier ll de la fique lS ddiuc Ferdeim, SarEdwigafishtt-fll de la f par le duc de L le duc F (tes) ; Arch. dép. Bas-Rhin, H.cfH21div ids) de Metz. Quante127ifféreevali cDfin donçait à ses droits sur la ,s, ni si fie eAl NspelleG clachitalieflendorfaaituels, maidulusieurla fiqer le cossseur emdraux foGräfrl heigneurial,arquomtesse E,réaourastaller un débnaliers cie ma, ldeimturzelbronn,ne de la fond, où l le duc de Lsatiuvaientrels. Ilsinhumens (tes) ; Arch. dép. Bas-Rhin4)Sarsurer.

e (MONE FK ROULX (J.RL (CUrkula au EiiLothde Rstr Gra12.der Sa, HJahrhula cDsiècles Zeiapudriftonü gideien zur GeschéO Eiliesoxrgishei13de1861et H215, H.ROHR (JNN (H.-WApsçuofluence évoluautoé à la polttinctionxpansiodans la seigneuait de Bique quiinapour rgishei H213-4 H13poce cait uoncentraspan>  PARISSE (MAtitresihéirtres ngom,aires en Lorrain 8335) H1382/6. cintifleheiw NozwilrEnorsde HildingeWeld de Rstildinge se de RstildingeEdfr.Rst et urbs, ) H1382/6. tifleheiw et urbs  Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, s. v.« Geroldseck am Wasichen von, Heinrich e ànqueISSg Haut de page

Annexe42" id=

vemen trofollow" anneidenotes"> thmbreAnne="2e,rowAnne="4"iconSe80.jp"et"> trofollow" clasidenotes"> thmscope="rowssTclas12th tdir="ltr">L’expansion de la commanderie de Dorlisheim en Lorraine dans les annéetdi/a> trextIcon"> trofollow"tpancdidenotes"> thmscope="rowssURL debbr 12th tdi1270

trextIcon"> trofollow"infoidenotes"> thmscope="rowssFur i I tdicannexiginal (jppatdi/a> trextIcon"> t19" extIcon"> temenuable -->Haut de page

ci recréghref="">Annexe42" id=

h3>Ré ces di">Hapi I

rer.

.(S ue ng>Nibreaéection">Annexe4 ue ng>GEL  Uner à une commgraphie alrlisheim en  ècles Rev caue h3>Ré ces di">enuclae nhronI

rer.

.(S ue ng>Nibreaéection">Annexe4 ue ng>GEL  Uner à une commgraphie alrlisheim en  ècles Rev caueHaut de page

Annexe42" id=

h3>1270

<119e>Nibreaéection">Annexe4e pah3>rer.

n"> h4>Ahref="sldggier lauies,">h4>rer.

<.) 1270

<1291" xml:rù ="fr"orù ="fr"o0Horizon miient-de-horizon ruction r.dîmsun lionnels et ter oeseurs aux comm-hol des Htre témJean--emaphes du XIeaux XIIIe ga> ection">Annexe4k)

<1056e>137 | 2011g, 953k)
.) able -->Haut de page

Annexe42" id=

p>Téta à sespan>Lrvan>arsuable -->Haut de page Srs a’hiasection"> - ">Annexeccesv="pesvile --> - ">Annexeccesa> <121" clle="égiorm mllesanran< lddébues du VIIe Xsup>diDoce le ds, elns de page text --> iohee -->Navigaautorgh1> text --> i text --> 2" Iux xe42" > text --> > text --> 270

(...)<> text --> 270

Mots-clan>ar>(...)<> text --> 270

<"bodGéle de bunear>(...)<> text --> 270

<"1">Cordait chronar>(...)<> i text --> 2" Drah ospinumenrose42" > text --> text --> 270

<2569"
  • Annexebr /section">Prs="see ss>casmro="see sismelsiècaphes5">1517 eAls joe s">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <2401"
  • Annexebr /section">Lèclermes de consta 'a situ-guns llsiècaphe">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <2172"
  • Annexebr /section">Fêtmilitacaphes5">l'An linAnnexe4e pa.)<> text --> 270

    <1984"
  • Annexebr /section">.), Annexe4e pa.)<> text --> 2" Numenroslitatoce cre de ale42" > text --> text --> 270

    <1757"
  • Annexebr /section">L'caphesuationGr la lGuns l">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <1606"
  • Annexebr /section">.aria">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <1056e>
  • Annexebr /section">B4 laonilitacaphes5">l'An linAnnexe4e pa.)<> text --> 270

    <67"
  • Annexebr /section">.aria">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <68"
  • Annexebr /section">Lècs de ltdenod'les d’ chlo'caphesuatid’afce à eillus">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <5bbod
  • Annexebr /section">.aria">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <67bod
  • Annexebr /section">Hes d’xruction réLade pgen zur Gesitas de lNoblsièc> d’A,1950/2000">Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <1057"
  • Annexebr /section">L'caphes:aer psiturk am pdicerente ges)éit chronarAnnexe4e pa.)<> text --> 2" <66e>Titaire dnumenrose4a>e42" > i text --> 2" Comptèclenduse42" > text --> <> text --> 270

    Par clrear>(...)<> text --> 270

    Par entes,">>(...)<> text --> 270

    Par ede lle marquautorg>(...)<> i text --> 2" Ppan>L’imple42" > text --> <> text --> 270

    <158bod Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <1584" Annexe4e pa.)<> text --> 270

    <158ticCndsees qatetéies,s2">(...)<> text --> 2" Infde la fse42" > text --> <> text --> 270

    <1586icCndtacte4e pa.)<> text --> 270

    <1581">Crrrais>ar>(...)<> text --> 270

    (...)<> i text --> <> text --> onSe80.jpRSS"et"><14" height><14" /> 270

    e4.)<> text --> onSe80.jpRSS"et"><14" height><14" /> 270

    (...)<> text --> i text --> 2" Lhttter onatinfde la fe42" > text --> <> text --> 270

    (...)<> text --> i text --> 2"ee -->Aft diiconst/, se dictse42" > text --> <> text --> 270

    <108" height><120e,/xe4e pa.)<> text --> 270

    <120e,height><45e,/xe4e pa.)<> text --> 270

    <120e,height><29e,/xe4e pa.)<> text --> 270

    53k)
  • text --> i n">ISSN>enuclae nhron 2260-2941emp> text --> i 270

     – 270

    <1586icCndtacte4e  – 270

    <1581">Crrrais>ar>(  – 270

    text --> i n"> qadr unonilà OpenEdi hé Joe ngrae4e  – 270

    Lrvane4e pap>a>
    // : "Ppancéde l", : "S, elns", cllanev> : "Fse d", ossibl g: "Ossibl g", magnify> : "Agr lair" }, // Diient sueAhref=": { s="titreillus-: "I="titreillusi } }; //]]ic/e sptza>//<#ci dby">C cent, se4e ' ); jQonry( 'ici dby li' ).css( "mobe. ","1em 0e,); } } }); >ext var _paq-= _paq-|| []; > var u> _paq.push(['setTreckdrUrl',u+'pk.php']); > _paq.push(['setSi Id','3']); > var d=ai. Les , g=d.cr)ateEs mlle('e spt'), s=d.getEs mllesByTagNamd('e spt')[0]; > g. ypea' cla/javae spt'; g.asy c=psue; g.dafer=psue; g.t"> text c> $.getS spt(ihttps://steilc-ossibl.openedi hésorg/js/flle box/jronry.flle box-1.3.1.js", fun cons() { /div> iv> $('a.iframd').flle box(); > }); > } elane{ /div> $('a.iframd').flle box(); > } > duthurl= > $.jsonp({ /div> url: ('https://duth.openedi hésorg/guthnce emad'), /div> dadebeckPnramdtsr: 'dadebeck', /div> d comme: fun cons(. a) { /div> iv> $('iduth. a').html('conSet"> 270

    <'+. a.url+'">'+. a.namd+'e4e '); > > $.ajax({ > > e ype: "GET", > > eurl: "115?fde l=pdfepub&ndèsrdurl=1", > > ed comme: fun cons(msg){ > > e $('idlLinks').e fand(msg); > > } > > }); > }, > urror: fun cons(. a){ > > //$('iduth. a').html(' lest, 270

    sigDrute4e '); > > $.ajax({ > > e e ype: "GET", > > e eurl: "115?fde l=pdfepub&ndèsrdurl=1", > > e ed comme: fun cons(msg){ > > e $('idlLinks').e fand(msg); > > } > > }); > } > }); > $('ipleies rmesuel').liie('touud Dd',fun cons(e) {}); > $('input[namd=q]').fi. s(fun cons() { /div> if ( $(this).ettr('valu ') ==s'Reud rud r' ) { /div> > $(this).ettr('valu ',''); > } > }); >").html("ection">Enmandes, elns votteonavigaautoofluec s b,m qacomptez l'utimtesministracookies. 270

    \Enmsavoirnenaie4e paAnnexection"> text -- text t -- z > text t ---- t t ---- 270

    OpenEdi hérg>(t t ---- text t -------- .)<> ------ AnnexOpenEdi hé Books">Annex> ------ <> > > 270

    toireAnnex> ------ <> > > /ons,lesnc"eLivnét15/img120.png"Edi hé Books">Annex> ------ <> > > /g/grash Él, C> text --> Edi hé Books">Annex> ------ <> > > 70

    \ /AnnexOpenEdi .othow"z > Lesuonav-toggle-thow"z > text t i hésorg/- .)<> ------ AnnexOpenEdi hé Books">Annex> > ------ <> idaLodele4e  – 270

    i hésorg/- .)Annex> > ------ <> 'utimtesministracookons,lesnc-idaLodelnbsp;|,2gra.t15/img120.png"Edi hé Books">Annex> > ------ <> idaLodele4e  –64">(.70

    \ /AnnexOpenEdi .othow"z > Lesuonav-toggle-thow"z > Cani sag/- .)<> ------ AnnexOpenEdi hé Books">Annex> > ------ <> cani sa8211 270

    Annex> > ------ <> cani sa8211/selle"p://jéleoup AeanBas-p;t15/img120.png"Edi hé Books">Annex> > ------ <> cani sa8211/about(.70

    \ /AnnexOpenEdi .othow"z > Lesuonav-toggle-thow"z > ggle-- .) ------ggle-AnnexOpenEdi hé Books">Annex> > > > ------ <> hypotheser8211 270

    t15/img120.png"Edi hé Books">Annex> > > > ------ <> 'utimtesministracookons,lesnc-6°  >bBCa21257‑258gcarnnidt15/img120.png"Edi hé Bo /AnnexOpenEdi .othow"z > /AnnexOpenLhttteoiex> > > > ------ text t sy l>OpenEdi hérg>(t t ---- Aft diipenedi hésorg"t t ---- /p> ------ AnnexOpenEdi hé Books">Annex> > ------ <> <> text --> 2>Annex> > ------ <> selle"imtesministracooks($) nm de"; /?a=>Annexe4e p 2> Lesuonav-toggle-thow"z > 'utimtesministracook14043bBook > Freemiump> /AnnexOpenw"z > Lesuonav-togg text t a [Et-rco-st t ---- ext va=" 7t t ---- Edi hé Books">Annex> ------ <> ttteoiex> > > > i hé Books">Annex> ------ <> e('to ud Dd"q"jsonp-leies Joe ------ <> text t selle"-choicet t ---- Annex> ------ <> e('to sonp-lradioble -theidaLoderadiobud Dd"ul" rud d centcidaLodele4e  – 270<""bodckee -bodckee Joe ------ <> le-tabyftnor -theidaLoderadio>iseiorigi><158btabyf / / ubpsubhé Books">Annex> e('to sonp-lradioble -4e  &#radiobud Dd"ul" rud dfeed-itabyftnor -4e  &#radio>iseionewslhtt-r.optabyf ubhé Books">Annex> httteoiex> > > > Annex> ------ <>