Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Lettres de Franz Liszt à la Princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst, née de Sayn-Wittgenstein

Présentées et annotées par Pauline Pocknell, Malou Haine et Nicolas Dufetel, Paris, J. Vrin, 433 p., 2010 (collection MusicologieS)
Geneviève Honegger
p. 585
Référence(s) :

Lettres de Franz Liszt à la Princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst, née de Sayn-Wittgenstein, Présentées et annotées par Pauline Pocknell, Malou Haine et Nicolas Dufetel, Paris, J. Vrin, (collection MusicologieS), 433 p., 2010

Texte intégral

1Parmi les ouvrages que nous vaut le bicentenaire de la naissance de Liszt, la première édition intégrale dans la langue originale de sa correspondance avec la princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst (1837-1920) mérite une attention spéciale. Elle vient heureusement compléter un des plus importants ensembles épistolaires du romantisme musical.

2La destinataire en est la fille unique de la princesse russe Carolyne de Sayn-Wittgentstein avec laquelle le compositeur se lie en 1847. Elle a dix ans lorsque Liszt entame cet échange qui ne s’arrête qu’avec sa mort en 1886. On relève toutefois une interruption, non élucidée, de 1861 à 1868, qui correspond grosso modo au séjour romain de Liszt, après que la princesse Carolyne s’est vu refuser l’annulation de son mariage.

3La correspondance se répartit donc en deux parties. La première englobe l’adolescence de Marie qui épouse en octobre 1859 le prince Constantin de Hohenlohe-Schillingsfürst, aide de camp de l’empereur François-Joseph, dont il deviendra le grand maître de la cour. Douée d’une intelligence précoce, parlant plusieurs langues, la jeune fille, élevée dans le milieu raffiné du salon de l’Altenburg à Weimar, fait preuve d’une grande curiosité intellectuelle et d’un goût marqué pour les beaux-arts. Liszt, qui a laissé à d’autres le soin d’élever ses propres enfants, témoigne d’une affection toute paternelle pour sa très chère Magne(t) ou Magnolette qu’il ne peut séparer « ni de pensée, ni de cœur de sa mère ». Et l’on découvre ainsi une face cachée de l’homme qui aborde les sujets les plus divers avec une tendresse teintée d’un incomparable humour.

4Dans la seconde partie, Marie, introduite par son mariage dans la haute société viennoise, est devenue une femme influente dans le domaine des arts, le prince Constantin administrant en particulier les théâtres impériaux. C’est maintenant en des termes très respectueux que Liszt s’adresse à Madame la Princesse, et signe ses missives comme son fidèle et reconnaissant serviteur. L’année 1869 marque son retour à Weimar, entrecoupé de multiples voyages en qualité de président de l’Association des musiciens allemands. « Existence triangulaire » partagée entre ses nombreux élèves de piano, ses séjours à Budapest où il est nommé conseiller royal en 1871 et les longues retraites à la villa d’Este chez le cardinal Hohenlohe, où il goûte  « le plus paisible contentement en compagnie de ses notes et de quelques livres ». 160 lettres et courts billets permettent ainsi de suivre les multiples activités de celui qui est devenu l’abbé Liszt en 1865 : rencontres artistiques et mondaines, lectures, concerts et spectacles, œuvres en gestation. Les jugements sur ses contemporains n’en constituent pas le moindre intérêt, qu’il s’agisse de Berlioz, Rubinstein, Saint-Saëns ou Wagner dont « le génie monte du sublime au miracle ».

5Cet important corpus, conservé à la Houghton Library de l’Université de Harvard, a été retranscrit par Pauline Pocknell. La mort a interrompu son travail en 2006. Son amie Malou Haine, assistée de Nicolas Dufetel, s’est fait un devoir de le parachever en l’accompagnant d’une introduction historique et d’une annotation aussi développée que soigneuse. À l’instar de Berlioz, Liszt est un remarquable écrivain qui manie la langue française avec un art consommé, une élégance et une sensibilité dont on s’émerveille une fois encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Honegger, « Lettres de Franz Liszt à la Princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst, née de Sayn-Wittgenstein », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 585.

Référence électronique

Geneviève Honegger, « Lettres de Franz Liszt à la Princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst, née de Sayn-Wittgenstein », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 20 août 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1164

Haut de page

Auteur

Geneviève Honegger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page