Navigation – Plan du site

L’Alsace et la Lorraine à Londres et Alger : de la BBC à la Libération 1940-1944

Free France and Alsace
France libre und das Elsaß
François Igersheim
p. 199-273

Résumés

A Londres, la France libre refuse de reconnaître la validité de l’armistice de juin 1940. Pour le général de Gaulle, comme les autres départements français, l’Alsace et la Lorraine subissent une occupation, plus rigoureuse cependant que les autres. La BBC inclut toutes les semaines dans ses émissions en direction de la France, une émission propre à l’Alsace, prononcée en alsacien toutes les trois semaines. Le général de Gaulle crée un service d’Alsace Lorraine en 1943, confié à Paul-Jacques Kalb, « Jacques d’Alsace ». Il est réorganisé en juillet 1943 à Alger. Mais la tentative de confier à un conseil de réfugiés alsaciens en Afrique du Nord, l’élaboration des règles spécifiques pour la libération de cette région annexée à l’Allemagne nazie échoue du fait des divisions politiques entre Alsaciens. Et en fin de compte, les modalités du rétablissement de la légalité républicaine en Alsace sera définie à partir de septembre 1944 par le gouvernement provisoire revenu à Paris.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Compte rendu du général Doyen, président de la Section militaire de la Délégation Française, du 17 (...)

1A la fin juin 1940, l’Allemagne nazie annexe l’Alsace et la Lorraine. Le gouvernement de Vichy proteste en secret auprès de la Commission d’Armistice dès juillet puis en septembre 1940. En décembre 1940, Vichy s’incline devant les exigences allemandes : les jeunes Alsaciens mobilisés et servant dans les Chantiers de Jeunesse considérés comme « Volksdeutsche » sont « libérés ». Le général Doyen, chef de la délégation française à la Commission d’Armistice à Wiesbaden interprète ces concessions : « le Gouvernement doit accepter par un acte officiel que l’Alsace-Lorraine n’est plus sous sa souveraineté »1. Des dizaines de protestations, toutes secrètes, vont se succéder : autant de gesticulations.

2Il en va différemment à Londres. Là, le général de Gaulle a rejeté cet armistice « en bloc ». Il est « nul et non avenu », tout comme le sont l’annexion de l’Alsace et la Lorraine, territoires français occupés comme les autres, soumis seulement à un régime plus sévère que les autres. Il le proclame à la radio de Londres.

  • 2  IGERSHEIM (François), Articles : Alsace, Strasbourg, in BROCHE (François), CAÏTUCOLI (Georges), MU (...)

3Et du fait de la France libre (et de la Grande-Bretagne), l’Alsace et la Lorraine prennent une place à part dans la guerre des ondes. Tout au long de la guerre, la BBC leur accorde une place particulière par des émissions régulières qu’assurent des officiers alsaciens et lorrains de la France libre. Par rapport au silence de Vichy puis à la complicité du « je souhaite la victoire de l’Allemagne », la protestation de la France libre constitue un titre éclatant de sa légitimité nationale. La voix alsacienne la plus célèbre de la BBC, qui s’y est pourtant fort peu exprimée est celle de Jacques d’Alsace. Sa fonction principale, au cours de la guerre, sera de diriger le Service d’Alsace et de Lorraine que le général de Gaulle institue à Londres, au début de 1943 et transfère à Alger, à partir de juillet 1943. Ce service doit préparer le retour de la France dans les départements annexés. Jacques d’Alsace s’exprime régulièrement sur les ondes de Radio-Alger2.

4Cette étude nous conduira donc de Londres, où la place de l’Alsace et de la Lorraine s’exprime d’abord sur les ondes de la BBC, que nous étudierons à travers les « scripts » que doivent remettre les intervenants pour contrôle politique et de sécurité. Prolongement de ces émissions assurées par des officiers alsaciens et lorrains, le service d’Alsace et Lorraine du Comité national français puis du Comité Français de Libération nationale (CFLN) prend tout naturellement sa place dans notre étude. Il devait préparer le retour de l’Alsace et de la Lorraine à la France, et la réintroduction de la législation et des pouvoirs publics français. Il devait s’appuyer sur les avis d’un « Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine ». Les divisions entre Alsaciens et Lorrains – qui reproduisent celles de l’avant-guerre – rendront vaine la tentative du CFLN de se fonder sur les avis d’une représentation d’Alsaciens et Lorrains réfugiés. Lorsque le gouvernement de la France revient à Paris, il remettra sa politique alsacienne et lorraine sur le métier et ira à la recherche de représentants qualifiés de l’opinion alsacienne.

L’Alsace et la Lorraine à Londres : la BBC, la France combattante

La France libre : protestation publique contre l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine

  • 3  GALY-LUNEAU (Aurélie), La BBC et les Français, Th.MF., Bordeaux I. Lett, 2002.
  • 4  BDIC BBC French Scripts 484 1940/9.
  • 5  Il déclare avoir été soldat allemand pendant la première guerre mondiale.
  • 6  Nom qui figure sur les « scripts » qu’il fournit à la BBC.
  • 7  BDIC BBC French Scripts 484 1940/9.
  • 8  Cette association est la relance d’une Association alsacienne et Lorraine de Londres, qui avait dé (...)
  • 9  CRÉMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, 1, p. 29, Paris, 197 (...)
  • 10  Général de GAULLE, Discours et messages, t. 1, 3 août 1940, p. 21-22, Paris, 1970.

5Après la défaite de la France, la BBC réorganise ses émissions en langue française. Le 14 juillet, elle lance l’émission « Les Français parlent aux Français ». La France combattante du général de Gaulle assure l’émission « Honneur et Patrie ». Elles sont bien distinctes et soumises à des procédures différentes de contrôle par les autorités britanniques, mais les auditeurs ne s’en doutent pas et pour eux, la BBC en français c’était de Gaulle3. C’est dans ce cadre que prennent place les émissions en direction de l’Alsace. Le 24 juillet 19404, un Alsacien5, ancien instituteur puis ingénieur des poudres à Toulouse, Speitel (pseudo de Camille Kestel6?) qui a rallié Londres en juin 1940, informe les auditeurs de l’annexion de l’Alsace‑Lorraine au Reich et proteste contre ce coup de force7. Speitel se présente comme le secrétaire de l’Association des Alsaciens et des Lorrains libres8. Il renouvelle cette protestation le 2 août 1940. Le 29 juillet, René Cassin a émis la protestation de la France libre9. Pour le général de Gaulle qui intervient le 3 août, « l’ennemi commence à démembrer… la partie du territoire française qu’il occupe »10. Le 29 août, de Gaulle affirme :

  • 11  Général de GAULLE, Discours et messages, t. 1, 3 août 1940, p. 31‑32, Paris, 1970.

Eh bien, la France libre ne veut pas de ce soi-disant armistice. Cet armistice est pour elle nul et non avenu. La guerre continue entre la France et ses ennemis. La guerre continue par l’Empire Français. La guerre continue passivement et reprendra un jour activement sur le territoire métropolitain, en attendant qu’elle passe sur le territoire de l’ennemi11.

6Pour le général de Gaulle, l’Alsace et la Lorraine sont des territoires français occupés comme les autres. Tout au long de la guerre, il désigne l’Alsace et la Lorraine sous le nom de sa capitale, Strasbourg. Il condamne le 20 décembre 1940 :

Les hommes qui ont accepté que l’ennemi fût et demeurât à Paris, à Bordeaux, à Lille, à Reims, à Strasbourg.

7Huit jours plus tard, il reprend cette évocation des grandes villes aux quatre points cardinaux de la France occupée, dans sa célèbre allocation du 28 décembre 1940 :

Nous proclamons que l’ennemi est l’ennemi. Quand l’Allemand est à Paris, à Bordeaux, à Lille, à Reims à Strasbourg... il n’y a rien à faire que de combattre.

  • 12  Discours du Caire 5 avril 1941, de Brazzaville 22 avril 1941, de Londres du 2 octobre 1941, du 25 (...)

8La cartographie nationale du général de Gaulle embrasse toute la France et met toutes ses grandes villes occupées à égalité12.

L’Alsace dans les émissions de la BBC

  • 13  BDIC 484 1940/9, BBC French Scripts.
  • 14  Jean-Christophe NOTIN relève qu’il existe une dizaine de versions différentes décrivant cet épisod (...)

9Jusqu’à juin 1942, Speitel est chargé des émissions alsaciennes‑lorraines de la BBC. Le 8 septembre, il s’élève contre l’indifférence alléguée des « Français de l’Intérieur » devant le sort de l’Alsace : « vous savez que vous n’avez pas le droit d’abandonner ce beau pays d’Alsace… »13. Le 25 novembre 1940, Speitel annonce que les Allemands ont fermé la cathédrale de Strasbourg au culte et au public ce qui provoque une vive émotion dans l’opinion réfugiée. Le 3 mars 1941, la BBC diffuse la nouvelle de l’exploit de Leclerc et de ses FFL à Koufra. Mais le récit du colonel Brosset, alors encore à l’état-major du général de Gaulle à Londres ne cite pas l’épisode du célèbre « serment de Koufra »14. D’autres émissions en direction de chacune des provinces de France peuvent bien prendre leur place dans la demi-heure des « Français parlent aux Français ». Mais aucune n’aura la régularité de celles adressées à l’Alsace et à la Lorraine.

10La réorganisation de la BBC du 4 mars 1941 accroît considérablement sa puissance (et multiplie ses émetteurs). Ce jour-là, 4 mars 1941, Duchesne a programmé dans sa grande émission du soir des « Français parlent aux Français » une évocation de la protestation de février 1874, émise par le député Edouard Teutsch devant le Reichstag de Berlin. Son texte reprend la formule du député, qui a peut-être été à l’origine de « l’excuse de Londres ».

  • 15  Est-ce cette formule qui a fait naître la légende de « l’excuse absolutoire » formulée par la BBC (...)

D’ailleurs, en admettant même que la France eût le droit de nous céder, le contrat que vous nous opposez n’a pas de valeur. Un contrat en effet ne vaut que par le libre consentement des deux contractants. […] Et nos codes nous enseignent que la violence est une cause de nullité pour les conventions qui en sont entachées15.

  • 16  GALY-LUNEAU (Aurélie), Op.cit., p. 66.

11Le 4 avril, sa grille d’émission annonce : « comme tous les mardis à 18 h 30 et tous les vendredis à 11 h 45 vous entendrez nos cinq minutes consacrées à l’Alsace et à la Lorraine ». Toutes les trois semaines, les émissions alsaciennes sont diffusées en alsacien. S’étonnera-t-on de voir leurs auteurs recourir au sketch humoristique, comme si la langue dialectale ne pouvait servir de support qu’au théâtre comique ou au cabaret ? Ces émissions sont traduites en français et les deux textes soumis préalablement au contrôle de sécurité et au comité d’orientation politique, le Political Warfare Executive16.

  • 17  Cette déclaration avait paru dans la presse parisienne de la fin janvier 1941.
  • 18  L’un des journalistes de l’émission « Les Français parlent aux Français ».

12Le 15 avril 1942, alors que les pressions allemandes pour le retour de Laval au pouvoir sont en train d’aboutir, la BBC diffuse le texte – déjà ancien, mais de plus en plus actuel –, de la déclaration de Laval du printemps 1941 : « les Alsaciens sont les enfants mineurs issus d’un mariage désuni, qui vivent tantôt avec leur père tantôt avec leur mère, qui les revendiquent toujours l’un et l’autre par la violence », et évoque du coup un « régime spécial pour l’Alsace et la Lorraine… qui sera résolu dans l’entente et dans l’amitié des deux grands pays voisins »17. Le 18 avril, Jean Marin18 affirme :

  • 19  BDIC, BBC French scripts, French Service, Vendredi 18 avril.

Plus qu’aucune autre province de France, l’Alsace-Lorraine a souffert et souffre de l’occupation allemande… Vichy l’a abandonnée froidement à l’Allemagne… Nous Français libres, nous n’avons pas renoncé à l’Alsace-Lorraine »19.

  • 20  BDIC, BBC, French scripts, dimanche 7 juin 1942. Le nom de Koenig servira encore dans ses campagne (...)
  • 21  Pierre Laval, le 22 juin 1942.
  • 22  BBC French Scripts, French Service, le 26 juin 1942.

13Le 5 juin 1942, Speitel exalte la résistance magnifique de Bir-Hakeim sous le commandement de Koenig « cet Alsacien authentique » de la lignée des Kléber, Kellermann et Rapp20. La formule du discours de Laval du 22 juin 1942 « Je souhaite la victoire de l’Allemagne »21 soulève l’indignation. Speitel a beau jeu d’observer que c’est exactement ce que souhaitent les occupants de l’Alsace et de la Lorraine annexée22.

14A l’automne 1942, la grille des émissions françaises de la BBC a à nouveau été modifiée : elle émet un quart d’heure à midi et un quart d’heure le soir, et l’émission « Les Français parlent aux Français » a lieu de 21 h 30 à 22 h 00. Les cinq minutes en direction de l’Alsace et de la Lorraine sont désormais placées tous les vendredis et l’émission en alsacien continue d’avoir lieu toutes les trois semaines.

  • 23  Jean Neurohr (Schirrhoffen 10 mars 1903 - Haguenau 13 janvier 1972). Elève de l’Ecole normale supé (...)

15Le 18 août 1942, l’émission alsacienne est assurée par un nouveau venu, le capitaine Jean Neurohr, agrégé d’allemand23. Il semble plus à l’aise dans les émissions dialectales que ne l’était Speitel. Dès le 8 septembre, il protestait contre l’incorporation de force :

  • 24  L’évocation des incorporés de force est très fréquente dans le quart d’heure hebdomadaire alsacien (...)

Chaque Alsacien ou Lorrain qui de force est engagé dans l’armée de l’ennemi, nous le considérons comme un otage pris par les Nazis. Chaque Alsacien ou Lorrain qui par suite de ces nouveaux ukases des Nazis serait blessé ou tué dans cette guerre, dans les rangs de l’ennemi, nous le considérons comme un otage fusillé24.

16Il renouvelait cette protestation le 11 septembre et avertissait : qu’on ne s’étonne pas du silence de Vichy.

  • 25  CRÉMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, II, 216, Paris, 1975

17Le 16 septembre, René Cassin, commissaire national à la Justice, au nom du Comité national français, proteste contre l’incorporation de force des Alsaciens et des Lorrains du 25 août 1942, et contre l’ordonnance de Vichy du 4 septembre 1942 instituant le STO25.

  • 26  Pseudo de Jacques Huntzbuchler, fonctionnaire au service d’information de la France libre puis du (...)

18Le 6 octobre dans les émissions alsaciennes et lorraines un nouveau venu prend la parole, au pseudonyme parlant : Jacques Lorraine26. Neurohr poursuit ses chroniques. En alsacien, il lance le 13 novembre 1942 :

  • 27  BDIC, BBC French Scripts, 13 novembre 1942, 13 h., texte de Neurohr.

Am letschte Sundi, wo d’Amerikaner in Afrika gelandet sin, han alli Elsasser und Lothringer uff d’ganze Welt uffgeschnüfft, un ihri Herze han anfange schneller zu schlaje, denn se wesse un spure alli : dess isch’s Morjerot27.

[Trad. : Dimanche dernier, quand les Américains ont débarqué en Afrique, tous les Alsaciens et Lorrains du monde entier ont respiré plus allègrement et leurs cœurs ont commencé à battre plus vite, car ils savent et sentent tous : c’est l’aurore !]

19Le même jour, la BBC signale que les Alsaciens et Lorrains risquent, après l’invasion de la zone non-occupée, d’être pris par les Allemands et demande qu’on leur prête aide et assistance :

  • 28  BDIC, BBC French Scripts, 13 novembre 1942, 13 h., texte de Desforges.

Périgourdins, Catalans, Provençaux, Lyonnais, Limousins, Marseillais, écoutez la grande voix de la patrie qui vous dicte votre devoir. Aidez nos frères alsaciens et lorrains en danger28.

20Après les avoir formulés en français le premier de l’An, Neurohr adresse ses vœux le 4 janvier 1943, en alsacien :

  • 29  BBC, French Scripts, 4 janvier 1943, 19.30-19.45, texte de Neurohr.

Glucklich neis Johr un alles was Eich selwer wunsche. Un was Eich wunsche dass wisse mer jo. Sogar s’Schwowe hans gemerickt. … Mer bruche nimmi uff d’Uhr ze loje. Mer wesse well Zit ass isch. Ball wirds widder 1918. Mer kenne jetzt schun uff alli Weijwieser schriewe wo niwer ins Badische zeije : Heim ins Reich, mit ne. Sogar s’Vieh im Stall weiss was los isch. Der Guckelhahn kreit widder « Vive la France », s’Vieh bruhlt « Vive de Gaulle » un nur a paar dummi Schwowe Hähnle, wo meine se kenne kraje un wo ball gemetz were, die rufe noch « Heil Hitler ». Gut Nacht bisamme. Schlofe gut. In drei Wuche, redde mer widder mit enand» Salut.29

[Trad. : Bonne année et que vos vœux s’accomplissent. Et vous connaissez bien vos vœux. Même les Allemands les connaissent. Point n’est besoin de regarder sa montre. Nous savons quelle heure il est. Bientôt à nouveau 1918. Nous pouvons à nouveau écrire sur tous les poteaux indicateurs qui indiquent le chemin du Pays de Bade : bon retour dans le Reich. Les animaux de l’étable savent où l’on en est. Le coq chante à nouveau « Vive la France », les bovins meuglent « vive de Gaulle ». Seuls quelques imbéciles de petits coqs qui croient qu’ils peuvent encore chanter et qui passeront bientôt dans la casserole crient encore « Heil Hitler ». Dormez bien. Dans trois semaines nous causerons à nouveau ensemble. Salut.]

  • 30  BDIC, BBC French Scripts, 19 février 1943, Texte de Lorraine.

211918 : c’est aussi le mot d’ordre des émissions de Jacques Lorraine, tout au long du mois de janvier 1943. Le 19 février 1943, Jacques Lorraine informe les Alsaciens de la condamnation à mort de Lucienne Welschinger et Marie Gross, mais le Political Warfare Executive a barré les noms des autres condamnées du réseau des « Pur Sang » : Alice Daul, Marie-Louise Daul, Emilie Weisheimer, Anna Muller30.

  • 31  BDIC, BBC French Scripts, mardi 16 mars 1943, Quart d’heure du soir 19.30. C’est l’argumentation q (...)
  • 32  BDIC, BBC French Scripts, 23 mars 1943, Quart d’heure du soir.

22C’est le 16 mars 1943 qu’un certain « Jacques d’Alsace » intervient pour la première fois à la BBC. Il exalte le courage des condamnées de janvier 1943 et rappelle : « les Alsaciens français ne peuvent être condamnés pour trahison envers le Reich. Bien au contraire, ils défendent si magnifiquement nos traditions, notre passé et notre honneur »31. Ce pseudonyme constitue le pendant de celui de Jacques Lorraine et explique son choix. Le 23 mars, la BBC reprend l’un de ses articles de La Marseillaise, le journal français libre de Londres, et dénonce les condamnations à mort prononcées par le Volksgerichtshof ainsi que les internements au camp de Schirmeck.32

23Jacques d’Alsace est donc intervenu à plusieurs reprises à la BBC, lorsqu’il est présenté fort solennellement à l’émission « Honneur et Patrie » du 2 avril 1943 en ces termes : « Une haute personnalité alsacienne, qui a dirigé sur le sol national la résistance des Alsaciens et des Lorrains vient de se rallier au général de Gaulle. Ecoutez la voix de l’Alsace… ». Jacques d’Alsace reprend la dénonciation des crimes de l’occupant en Alsace et du silence de Vichy ; il appelle les Alsaciens à la solidarité et à la fidélité dans l’épreuve. Il reprend à nouveau la parole le 6 avril dans le quart d’heure du soir. Ce n’est que le 19 avril 1943 que Jacques d’Alsace prononce l’allocution que Crémieux-Brilhac a publiée :

  • 33  CRÉMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, III, 137-138, Paris, (...)

Il est là-bas entre Vosges et Rhin et sur les bords de la Moselle, un petit peuple qui depuis plus de trois siècles avait apporté sans compter au fonds commun du patrimoine national ses traditions de fidélité, son enthousiasme, sa foi et sa ferveur patriotique. Il est là-bas, à l’extrême Est de notre pays un petit peuple qui sans cesse se sacrifia pour briser les assauts furieux du pangermanisme et pour défendre la France33.

24Et de dénoncer le Maréchal et Laval… Et d’assurer :

  • 34  BDIC, BBC French Scripts, 19 avril, Quart d’heure du Soir.

Vichy a pu nous voler nos illusions, jamais pourtant nos espérances… Et quand nos drapeaux seront de retour dans nos cités, dans nos villages, et quand redescendra des Vosges notre France, elle retrouvera une Alsace et une Lorraine qui auront su rester fidèles, dures à l’envahisseur, résolues dans leur obstination, françaises, totalement françaises malgré tout34.

  • 35  Ayant fait ses études à Zurich, il maîtrisait parfaitement l’allemand. Avocat au barreau de Colmar (...)

25Jacques d’Alsace n’interviendra plus à la BBC que par des textes transmis d’Alger ou en septembre 1944, de Paris. Il n’est jamais intervenu en alsacien, qu’il maîtrisait mal35.

Le Service d’Alsace-Lorraine à Londres

  • 36  TROALEN (Anne‑Laure), Le Parti Social Français en Alsace. 1936-1939, Master 2, 2008. Chantiers his (...)

26Ainsi Jacques d’Alsace qui après guerre incarna la BBC pour l’Alsace, n’y sera intervenu que pendant quelques semaines. Ce n’est pas sous ce nom de guerre qu’il avait brillé jusqu’alors, mais sous son patronyme de Paul-Jacques Kalb. Né à Mulhouse en 1898, Kalb a fait ses études secondaires à Zurich et s’engage dans l’armée française en 1917. Après des études de droit, il s’inscrit au barreau de Colmar en 1923. Il sera pendant toute la période affilié au SR français. Kalb est Croix de Feu, puis responsable PSF de Colmar. Il est très lié à Charles Vallin qui parraine le journal des jeunes PSF alsaciens, « la Jeune France ». Il a succédé en 1932 à Alfred Wallach, devenu député (libéral) de Mulhouse, à la présidence de la Fédération des Engagés volontaires d’Alsace et de Lorraine. Dès 1928, Wallach et lui ont mis sur pieds une « Entente nationale », pendant laïc de l’APNA catholique, destiné à combattre l’autonomisme. En 1936, Wallach et lui renouvellent cette opération avec la création d’un « Rassemblement national » contre le Front populaire. Kalb est donc déjà un vétéran des luttes politiques haut-rhinoises, colmariennes et mulhousiennes, un familier de son personnel de la droite parlementaire mais aussi de son extrême droite Action française ou cagoularde36. Mobilisé en 1939, la débâcle le trouve à Toulouse. Inutile de revenir à Colmar, où les Allemands ne se contenteraient pas de le refouler.

Le service des réfugiés et expulsés non rapatriables

  • 37  AN F/1a/3731. Courbot rejoindra Londres également.
  • 38  Archives du Lot-et-Garonne (Agen). Kalb obtient le maintien de l’autonomie de la Fédération des En (...)
  • 39  Communication de Me Serge Kalb.
  • 40  Dungler baptisé « Dingler » est désigné comme responsable d’un « réseau alsacien » par Groussard, (...)
  • 41  La loi de l’Etat français du 12/10/1940 avait crée des « Commissions administratives » remplaçant (...)

27Il s’installe à Lyon, et en novembre 1940, y crée un « Service des réfugiés et expulsés non-rapatriables d’Alsace et de Lorraine », responsable de l’accueil des expulses et évades et de leur reclassement dans toute la ZNO. Le service est financé par les fonds secrets qui lui remet Louis Lavagne, chargé des affaires d’Alsace et de Lorraine au cabinet du Maréchal. A ses côtés, le capitaine Courbot , Ségolène de Wendel, et Mme Moret-Comment. Courbot, industriel à Guebwiller, est comme lui officier du SR français : l’accueil des réfugiés permet de collecter de précieux renseignements sur l’Alsace-Lorraine37. Outre ses relations avec les anciens du PSF, Vallat, alors secrétaire aux Anciens combattants38 et Charles Vallin39, ses liens avec Vichy le font bénéficier de hautes protections et d’informations privilégiées. Il est étroitement lié au réseau Dungler (Martial) ou 7e colonne, rattaché lui aussi, au SR français et à ses différents services40. Il a pris sa place dans le personnel politique haut-rhinois réfugié et est nommé membre de la Commission administrative du département replié du Haut-Rhin, dont la préfecture est à Agen41.

La lettre ouverte au général Huntziger

  • 42  Elle a entrepris des travaux de documentation et d’étude, utilisés plus tard dans le cahier spécia (...)
  • 43  Textes du 4 septembre dans Alsace et Lorraine, terres françaises d’octobre-décembre 1943, p. 60-62 (...)

28Kalb se distingue dès mai 1941 par une lettre ouverte au général Huntziger, ministre de la guerre de Vichy où il proteste contre les termes des déclarations de Laval comparant l’Alsace et la Lorraine aux « enfants mineurs » d’un « ménage désuni ». Kalb a fondé un centre d’études et de documentation sur l’Alsace qui comprend le banquier E. Wenger-Valentin, l’avocat Frédéric Scheer, chef de cabinet du maire (nommé) de Lyon Georges Villiers, Jacquel, président de la CCI de Strasbourg, Robert Schuman, évadé d’Allemagne et réfugié à Lyon, Ruillier industriel à Mulhouse, Eude, secrétaire général de la CCI de Strasbourg, Jacques Hatt historien de Strasbourg, Frey maire de Strasbourg, Schmidt-le-Roi ancien secrétaire général de l’APNA, Hocquard maire de Metz, et le député de Molsheim et président régional de la CFTC Henri Meck42. C’est le refus du Maréchal de protester contre l’incorporation de force qui va faire basculer Kalb. Une première réunion de parlementaires tenue à Vichy à l’initiative du sénateur Muller et du député Meck le 4 septembre adjure le Maréchal de sortir du silence. Le 27 octobre, Kalb a participé à la seconde réunion des « parlementaires alsaciens » de Clermont-Ferrand, convoquée par Charles Hartmann, député de Thann, alors à Saint-Gaudens, et réunissant Robert Schuman, Robert Sérot, les sénateurs Muller et Urban, Meck, Elsaesser, Walter, Oberkirch, députés, Jacquel et Maechling conseillers généraux ou membres de la Commission administrative du Bas-Rhin, Burrus, Fega, Hartmann, députés, Richard, Klein, Pfleger, Kalb, conseillers généraux ou membres de la Commission administrative du Haut-Rhin. Robert Schuman rédige la protestation qui fut à nouveau ignorée par le Maréchal43.

Le contact avec Londres : Moulin

  • 44  BROCHE (François), le ralliement de Charles Vallin, in De Gaulle chef de guerre, de l’appel de Lon (...)
  • 45  Le journal de Daniel CORDIER, Alias Caracalla, Paris, 2009, lève enfin le voile sur cet épisode qu (...)
  • 46  Cordier avait été logé par son contact Schmidt, chez les Moret. Marguerite Moret est alors recruté (...)
  • 47  Où il disposera d’une « boîte à lettres ». CORDIER (Daniel), Alias Caracalla, p. 548.
  • 48  CORDIER (Daniel), Alias Caracalla, p. 435-436.
  • 49  CORDIER (Daniel), Alias Caracalla, p. 436. Cette rencontre a-t-elle eu lieu ? Schuman était alors (...)

29Charles Vallin a quitté la France pour Londres en juillet 1942, après des contacts pris avec Brossolette44 qui tout comme Moulin, souhaite le ralliement de personnalités du PSF. Au début de septembre, Paul-Jacques Kalb demande un contact avec un « agent de Londres »45. Or un jeune lieutenant Free French, Daniel Cordier (pseudo Caracalla), qui vient d’être parachuté sur la France au début d’août 1942, avait logé à Lyon chez Mme Moret-Comment. Elle travaille au Service des Expulsés et Evadés46. Elle lui fait part du désir de Me Kalb de rencontrer « un agent de Londres ». Cordier relaye cette information à Rex-Moulin au début de septembre 1942. PSF, et ayant servi Vichy, Kalb ne vient pas des courants politiques majoritaires de l’Alsace d’avant-guerre et leur est même fortement hostile. Mais c’est une personnalité de premier plan du monde réfugié alsacien et lorrain particulièrement à Lyon. Moulin répond de suite favorablement et rencontre Kalb47. Il confie après l’entretien à Cordier : « Vous remercierez Mme Moret. Me Kalb est une recrue très utile pour le Général. C’est un remarquable conseiller pour rallier les Alsaciens-Lorrains. Gardez le contact »48. Cependant, Moulin demande à Cordier de lui organiser un rendez-vous avec Robert Schuman qu’André Philip lui a demandé d’envoyer à Londres pour s’occuper des questions concernant les Alsaciens-Lorrains »49. Cordier sera donc l’intermédiaire entre Kalb et Moulin.

Le salut par le ralliement au général de Gaulle

  • 50  Son état-major est formé de Dungler, Kibler, Ernest Georges, et basé à Couzon-du-Mont d’Or. Il est (...)

30L’attitude de Kalb contraste avec celle des autres chefs de la « Septième colonne ou Résistance alsacienne »50 restés farouchement attachés au Maréchal. Mais elle est fondée sur une analyse politique de l’opinion alsacienne faite par la « Septième colonne » elle-même. Dans un rapport au Maréchal du 10 mai 1942, n’a-t-elle pas signalé que :

Soumise aux seules influences de la radio de Londres, prête à s’accrocher à n’importe quel point d’appui, il était parfaitement excusable que 85 % des Alsaciens ne voyaient le salut que dans le gaullisme, et qu’ils s’y lancèrent à corps perdu. 10 % seulement se rangèrent au début derrière le Maréchal et les 5 % en majorité de descendance allemande se rangèrent derrière l’envahisseur.

  • 51  AN, F/1a / 4003, 10 mai 1942. Kalb a loyalement remis ce rapport, dont il avait un exemplaire, au (...)
  • 52  CERNAY (Louis), Le Maréchal Pétain, l’Alsace et la Lorraine, Paris, 1955, p. 123. Cernay est le ps (...)

31Dès novembre 1941, ajoutait l’auteur du rapport, la Septième colonne s’était efforcée de procéder au « redressement de l’esprit de la masse de la population alsacienne pour lui faire comprendre la nécessité de ne pas tabler sur le gaullisme et de se placer derrière le Maréchal51 ». Mais depuis la fin août 1942, Kalb a cessé de croire au Maréchal. Il continue de se rendre à Vichy où Lavagne le reçoit encore le 7 novembre 194252.

L’invasion de la Zone non occupée

  • 53  CERNAY (Louis), Op.cit., p. 166-167. Elle sera déportée (MOULIN (Laure), Jean Moulin, Paris, 1969)
  • 54  D’après Cordier, op.cit., 609, il devait partir avec Revers et Kientz. Laure Moulin assure que Kal (...)
  • 55  NOGUERES (Henri), op.cit., t. III, p. 249.

32Mais après l’invasion de la zone non-occupée, le personnel du service des expulsés et réfugiés, et leurs amis, Courbot, Scheer, Hatt, Wenger-Valentin, recherchés par la police, se dispersent. Wenger-Valentin est passé en Algérie, où il a établi des succursales de sa banque le Crédit Industriel d’Alsace et de Lorraine (CIAL). Courbot gagne Londres à son tour. Kalb se sait recherché par la Gestapo et doit se cacher. Le 8 janvier la Gestapo se rend au Centre pour y arrêter Kalb et Courbot : elle arrête le fils de Courbot. Le 18 janvier, elle arrête Ségolène de Wendel, qui sera déportée, et le lendemain, Mme Moret qui avait assuré la marche du service53. Moulin inclut Kalb dans un programme d’enlèvement par Lysander. Ce choix du fondateur du CNR vaut élection : faute d’autres ralliés venus des courants majoritaires de l’opinion alsacienne, Moulin fait de Kalb le porte-parole de l’Alsace. Moulin et Delestraint partent le 12 février. Kalb part « à la lune de février »54. Le 23 mars, à son retour en France, Max fait savoir à Londres, parmi d’autres nouvelles moins bonnes – les départs en Allemagne pour le STO battent leur plein et les maquis se remplissent de jeunes à prendre en charge – : « Déclaration Alsace BBC excellent effet sur compatriotes »55.

Le service d’Alsace Lorraine du Comité national français

  • 56  AN F/1a/3731 et F/1a/ 4403 MMLA. L’Alsace-Lorraine repliée en France, 6 mars 1943.

33A Londres, outre ses allocutions à la BBC, Kalb, désormais Jacques d’Alsace, rédige quelques rapports pour le BCRA et le commissaire national à l’Intérieur, André Philip. Il fait le point sur l’Alsace et la Lorraine repliées en France, et énumère institutions, associations et personnalités de l’Alsace et la Lorraine réfugiée, ainsi que le nombre et les conditions de vie des réfugiés : vu le rôle éminent qu’il a joué dans ces organismes, ce rapport est exceptionnellement bien informé56. Dans un rapport du 12 mars, il dénonce la politique de Vichy à l’égard de l’Alsace-Lorraine et son silence à l’égard de l’annexion puis récemment de l’incorporation de force. Il y dénonce Laval et ses entretiens de novembre 1940 avec Goering mais aussi les démarches de Rossé à Vichy et à Paris, qui visent à obtenir la « neutralisation de l’Alsace-Lorraine ».

La question des incorporés de force

  • 57  Rapport Soustelle du 15 mars cité par J. BARIETY et Corinne DEFRANCE. Les Missions de la France li (...)
  • 58  AN F/1a/3731, Service d’Alsace et de Lorraine, Jacques d’Alsace au Commissaire à l’Intérieur 26 ma (...)
  • 59  Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps, formation du parti nazi spécialisée dans le transport auto (...)

34Mais c’est pour la question des incorporés de force que ses informations et ses recommandations ont le plus d’effets. C’est probablement lui qui informe Soustelle, commissaire à l’information, du problème posé par l’arrivée massive sur le front russe des incorporés de force alsaciens57. Dans la deuxième quinzaine de mars, le général de Gaulle reçoit Kalb et crée le service d’Alsace et Lorraine, rattaché au Commissariat à l’Intérieur d’André Philip. La note de Jacques d’Alsace du 26 mars sur les incorporés de force est transmise sous cette en-tête au Commissaire à l’Intérieur André Philip qui la retransmet au commissaire aux affaires étrangères René Massigli58. Jacques d’Alsace y fait le point des différentes catégories d’incorporés de force alsaciens et lorrains, sans oublier les NSKK59 requis sur le front russe, évalue les effectifs des classes incorporées, et insiste sur le fait que très peu d’entre eux sont « volontaires ». Il insiste sur les précédents de la guerre 1914-1918, et conclut :

  • 60  Le Comité français préconisait la formation dans l’armée rouge d’une unité alsacienne et lorraine (...)

Durant la guerre 1914-1918, les autorités militaires russes avaient pris des mesures spéciales en faveur des prisonniers alsaciens et lorrains. Ils étaient après vérification sommaire de leur identité, séparés des prisonniers allemands et internés dans un camp spécial. Une commission de triage examinait alors minutieusement le cas de chacun. Cette façon d’opérer permit l’envoi en France de près de 6 000 Alsaciens et Lorrains qui s’engagèrent volontairement dans l’armée française. Des mesures analogues devraient être prises actuellement60.

35Le 29 mars, il revient à la charge dans une « Note relative aux prisonniers de guerre alsaciens et lorrains », et recommande :

  • 61  Ce qui aboutira à la nomination de Neurohr auprès de la mission militaire française en Union sovié (...)

L’envoi en Russie d’un Alsacien ou d’un Lorrain parlant le patois et l’allemand. La commission de triage envisagée devrait être présidée par un Français parfaitement au courant de la mobilisation de nos deux provinces et pouvant baser son jugement sur des faits précis. Il serait souhaitable que la personne chargée de cette mission ait des connaissances suffisantes de la langue russe pour pouvoir traiter directement avec les autorités russes61.

36Il recommande enfin que la BBC fasse un appel aux Alsaciens et Lorrains pour leur faire connaître les dispositions prises en commun par Français et Russes. Il ajoute :

  • 62  AN F/1a/3731. Service d’Alsace et de Lorraine. Note au Commissaire à l’Intérieur. 29 mars 1943.

Les services de propagande dans les unités allemandes affirment toujours que les Russes ne font pas de prisonniers, et que n’ayant pas signé les conventions de Genève, ils exterminent les soldats ennemis qui tombent entre leurs mains. Ces assertions pourraient faire hésiter nos compatriotes à gagner les lignes russes ou à se rendre sans se défendre62.

  • 63  BARIETY (J.) et DEFRANCE (Corinne), art. cit., Revue d’Allemagne, 39/2007.

37Maurice Schumann a communiqué à Massigli un projet d’appel de Jacques d’Alsace, en insistant sur le fait que cet appel aurait infiniment plus de poids s’il pouvait coïncider avec la publication d’un accord avec le gouvernement soviétique. Or on sait maintenant que le ministère des affaires étrangères soviétique ne souhaitait pas cet accord, qui n’interviendra qu’après la reconnaissance du CFLN par le gouvernement soviétique, le 26 août 194363. L’appel de Jacques d’Alsace ne sera donc prononcé qu’ultérieurement. Au mois de mai et juin 1943, la BBC n’abordera ce sujet que fort prudemment.

Les émissions alsaciennes de la BBC jusqu’à la fin de la guerre

  • 64  BARIETY (J.) et DEFRANCE (Corinne), art. cit., Revue d’Allemagne, 39/2007, p. 540.

38Entre temps, à Moscou, le commandant Mirles, chef adjoint de la mission militaire française en Russie avait convaincu Ilya Ehrenbourg d’agir en faveur des « malgré nous » alsaciens et lorrains. Ilya Ehrenbourg publie des articles dans le quotidien de l’armée « l’Etoile Rouge »64. Ce sont sur ces articles que se fondent les porte-parole alsaciens et lorrains de la BBC. Le 28 mai 1943, Jacques Lorraine cite Ehrenbourg et relate l’histoire d’un « André, incorporé de force » qui passe aux Russes. Les consignes qu’il donne sont prudentes :

  • 65  BDIC, BBC French Scripts, vendredi 28 mai 1943.

Faites semblant de d’obéir de bon cœur aux ordres de l’ennemi. Attendez seulement le moment favorable. Mais lorsque l’occasion se présente, ne la laissez pas échapper par hésitation. Fuyez dans les lignes russes, comme vient de le faire l’Alsacien André dont l’écrivain Ilya Ehrenbourg vient de raconter l’histoire. « J’ai attendu la première occasion pour passer chez les Russes ». Ainsi feront tous les Alsaciens et tous les Lorrains déportés sur le front russe. Que tous se donnent le mot d’ordre. Pour faciliter leur passage, que tous apprennent ces deux mots de russe : « Frantzous Ja Priatelj », qui veut dire « Je suis Français, je suis un ami ». Répétez le et faites le répéter aux autres65.

39En alternance avec Jacques Lorraine, Neurohr continue d’assurer les cinq minutes alsaciennes, y compris en alsacien. Le 25 mai 1943, il lance :

Seppel.-D’kleine Kinder wisse bi uns besser was los isch, ass alli die Maenner, Goebbels un Kricherer. Ewe bin ich ewer de Kleinkinderspielplatz gange un do han ich hert wie d’Kneckes jetz erzaehle. Naemlich so :

Stalin-grad, Hitler-krumm,/Dr Roosevelt kommt hinterrum/Dr de Gaulle geht uff Affrik/Dr Rummel geht heim/

Dr Churchill lacht, dr Russe hielt/Dr Wagner, dr Birickel/Die ganzi Nazilumpedings/Dess flieht nuess

Parteigenosse Knopfloch.-Das ist ja ein jüdischer Bolschewistenreim.

Seppel. Nein, dummer Seckel, dass isch numme volkshaftes Elsässerditsch dass basst besser, ass alli die lange Ufsaetz im Strossburjer Kaesblatt !

  • 66  Le Strassburger Neueste Nachrichten, seul quotidien de Strasbourg pendant l’occupation.

[Trad. : Seppel – les gamins savent mieux ce qui ce passe que tous ces types, les Goebbels et autres fayots. Je suis passé tantôt par le petit parc où jouaient les enfants et ai entendu ce qu’ils se disaient. Voilà : Stalindroit, Hitlertordu, Le Roosevelt vient par derrière, le De Gaulle part pour l’Afrique, le Rommel rentre chez lui, le Churchill rit, le Russe pleure, le Wagner, le Burckel et tous ces chiffonniers de nazis, passent par la fenêtre. Le membre du parti nazi Knopfloch (insigne à la boutonnière) – voilà une comptine bolchevique et juive. Seppel. Eh non imbécile, ce n’est que de l’alsacien populaire qui est plus vrai que tous ces longs articles de la feuille de chou de Strasbourg66]

40Le 29 juin, Neurohr évoque pourtant le cas :

D’un soldat de la Wehrmacht qui dans une nuit sombre du Sud de la Russie, traverse une rivière à la nage. En rampant, il s’avance jusqu’aux positions soviétiques, il tend son fusil et déclare : « je suis Français ». On constata plus tard que c’était un Alsacien.

  • 67  BDIC, BBC French Scripts, 29 juin 1943.

41Neurohr commente : « voilà ce qu’écrit l’auteur bien connu Ilya Ehrenbourg, dans un journal russe du 15 juin67».

42Neurohr ne parlera plus à la BBC, il a gagné Alger et attend que soient conclues les négociations franco-soviétiques sur le triage des incorporés de force alsaciens et lorrains, dans l’ensemble des prisonniers de guerre allemands.

  • 68  Nous n’avons trouvé qu’un seul de ces messages mais sur un microfilm très défectueux. Les papiers (...)

43Les émissions en direction de l’Alsace sont assurées de juillet 1943 à février 1944 par un Lorrain nommé Leplat. A partir de février 1944, Michel (pseudo du Strasbourgeois Rebstock) prend le relais, et assure aussi le bulletin en alsacien68. Ce n’est qu’au début de 1944 que la BBC diffuse en direction des « malgré-nous » alsaciens et lorrains, les appels à déserter déjà diffusés sur Radio Alger en septembre 1943. Au milieu de janvier, un officier aviateur alsacien, Dreyfus, recommande aux « malgré-nous » de se rendre aux Russes, qui les attendent et les accueilleront en alliés. L’appel que diffuse les « cinq minutes alsaciennes » du 19 février 1944, est pratiquement celui que Jacques d’Alsace avait diffusé sur Radio Alger le 3 septembre 1943 :

  • 69  CRÉMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944. t. III, Paris, 1975, (...)

…. Nous savons que vous avez été enrôlés de force dans l’armée nazie et que votre désir à tous est de rejoindre les forces de notre jeune et glorieuse armée. Désertez l’armée boche dans laquelle vous servez comme otages. Ne continuez pas à vous battre sous les ordre des Allemands qui dans vos villages et vos villes oppriment vos parents et vos proches et y font régner la terreur. Rendez vous aux avant-garde russes et faites vous connaître de suite. Vous serez accueillis en Russie comme le furent vos aînés de la guerre 1914-1918. Vous serez traités en soldats alliés et dirigés au plus vite vers les unités françaises qui se battent aux côtés des Nations Unies»….69.

44Le vendredi 1er septembre 1944, la BBC diffuse un message de Jacques d’Alsace déjà passé le 29 août sur Radio-France à Paris. Et pour la dernière fois on entend le chant « vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ».

Les Alsaciens et Lorrains réfugiés en Algérie

  • 70  ADHR Charles Haenggi, AP 40 J 12/1, Note au sujet de l’activité de la MALAN en 1941. 15/8/1941.

45En Afrique du Nord, il n’est pas versé d’allocations de réfugiés. Pourtant, les réfugiés alsaciens-lorrains y sont plusieurs milliers. Aux Alsaciens et Lorrains installés en Algérie dans les années qui précèdent immédiatement la guerre, s’ajoutent les démobilisés de l’armée, les jeunes et moins jeunes qui ont rejoint l’Algérie pour échapper à l’occupant, expulsés et non-rapatriables, réfractaires et évadés. Ces réfugiés dépendent des secours d’associations et foyers d’Alsaciens-lorrains, telle l’Association fraternelle des Alsaciens et Lorrains d’Alger, d’Oran, de Constantine, ou du Secours national70.

La Mission Alsacienne et Lorraine en Afrique du Nord (MALAN)

  • 71  Ce comité disposait d’un certain nombre de filiales : l’Institut d’Etudes européennes, l’Office d’ (...)
  • 72  AN F/60/MALAN. Vice-Amiral Fenard au Secrétaire d’Etat à l’Education nationale et à la Jeunesse 28 (...)
  • 73  IGERSHEIM (François), Les Carrefour des Tilleuls, la Jeune Alsace résistante, Strasbourg, 2008.
  • 74  Dirigé par Jean Clad, chef routier-scout passé par Uriage, lieutenant de réserve maintenu en activ (...)
  • 75  Financent la MALAN : Vice-présidence du Conseil, Affaires étrangères, Intérieur, Guerre, Secours n (...)
  • 76  AN F/60/MALAN. Vice-Amiral Fenard à l’Amiral Darlan. 23/2/1942. Les flux financiers passant du CAE (...)
  • 77  ADHR Charles Haenggi, AP 40 J 12/1, Note sur mon activité en Algérie pendant la guerre.
  • 78  AN F/60/MALAN, Instruction générale du 20 mars 1942.
  • 79  ADHR Charles Haenggi, AP 40 J 12/1, Note sur mon activité en Algérie pendant la guerre.

46Une Mission Alsacienne et Lorraine en Afrique du Nord assure depuis septembre 1940, accueil, reclassement, logements provisoires et coordonne les secours aux réfugiés alsaciens et lorrains. C’est sous ce nom que s’est reconverti le Comité Alsacien d’Etudes et d’Action, officine de propagande gouvernementale en Alsace-Lorraine entre les deux guerres71 réfugié dans le Jura en 1939, puis dans le Tarn-et-Garonne, enfin à Alger en juin 1940, où sont installés son animateur Jules-Albert Jaeger et ses collaborateurs, Me Fernand Heitz, ancien bâtonnier de Colmar, Charles Haenggi, ancien rédacteur du Messager d’Alsace, Billmann, ancien rédacteur de l’Alsace française, Marcel Koch, ancien secrétaire de l’Institut d’Etudes européennes, et Reitter72. Font partie de son comité administratif, le sénateur Fréderic Eccard, Mgr Hincky et le pasteur Sturm. En liaison avec le service des Jeunes réfugiés de Vichy (Pierre Stahl)73 et le service des réfugiés et expulsés (Kalb), elle a une antenne en métropole, à la Pinède de Giens, qui loge, fait le tri et assure le transfert des jeunes volontaires alsaciens et lorrains pour l’Afrique du Nord74. La MALAN affecte à cette œuvre les subventions reçues des ministères français75. A l’automne 1941, le général Weygand décide d’y mettre fin, – officiellement parce que sa gestion lui avait paru « légère, mais point malhonnête »76 – et la fait remplacer par un service public77. De plus, l’instruction des dossiers se faisait « un peu partout », et les enquêtes sur les candidats au passage en Afrique du Nord étaient très superficielles78. En fait, il lui était reproché de faire de la « propagande gaulliste », d’attirer sur elle l’attention de la commission d’armistice et de la Croix-Rouge allemandes à Alger79.

  • 80  Ibidem, La liquidation financière de la MALAN aboutit grâce à l’intervention de Lavagne à Vichy à (...)
  • 81  Commissaire provincial des Eclaireurs Unionistes d’Alsace. Il participe aux camps d’été des EU en (...)
  • 82  HADEY (Jean), Ils ont rejoint de Gaulle, Alsaciens et Mosellans dans la France libre, Strasbourg, (...)

47Du coup, avec Jules-Albert Jaeger, renvoyé en métropole, tous les collaborateurs de la MALAN démissionnent. Haenggi et Clad ont seuls pour instructions de reprendre du service dans le nouvel organisme officiel appelé MALAF (Afrique Française), dont le sous-préfet Staub a accepté d’assurer la direction80. La MALAN/MALAF gère 7 foyers en Algérie, 2 en Tunisie et 2 au Maroc et a des délégues à Tunis, Me Alfred Betz81, à Oran, Charles Haenggi et à Alger, Me Girardin, et Robert Woytt au Maroc. MALAN et MALAF avaient pu assurer le passage de 2 000 Alsaciens et Lorrains en Afrique du Nord. Un nombre non négligeable des jeunes Alsaciens et Lorrains engages dans les unités de la « France Libre » à partir de l’hiver 1942 avaient passé par le camp de la Pinède82.

Réfugiés alsaciens notables

  • 83  ADHR, 40 J 12/1 Charles Haenggi, Mon activité en Algérie pendant la guerre. MALAN.
  • 84  AN 3 AG 1/329- Citée par Mgr Hincky dans une lettre au général de Gaulle du 6 novembre 1943.
  • 85  Le père est arrivé à Alger le 14 juin 1940, alors que son ainé venait de mourir pour la France dev (...)
  • 86  Fernand Huck-Astier (Sand 10/5/1899- Paris 29/7/1967) a fait ses études à Strasbourg. Sa famille r (...)
  • 87  Frère de son ancien collègue Alfred, professeur de Droit à Strasbourg-Clermont-Ferrand, qui sera d (...)
  • 88  ESQUER (Gabriel), op.cit., p. 38-39.
  • 89  ESQUER (Gabriel), op.cit., p. 70 ; DANAN (Yves-Maxime), La vie politique à Alger de 1940 à 1944, P (...)
  • 90  Le pasteur Sturm de Huningue s’était évadé par la Suisse et avait gagné Périgueux au printemps 194 (...)
  • 91  Le rabbin Bloch, chargé de la communauté israélite des réfugiés alsaciens en Algérie, ne fera part (...)
  • 92  AN 3 AG 1/329. Note pour le général de Gaulle sur Mgr Hincky, à la suite de la lettre du 6 novembr (...)
  • 93  Il n’a pas eu à acheter d’étude, comme il aurait été obligé de le faire en France non occupée, par (...)

48Mécontents, les réfugiés alsaciens et lorrains réclament l’extension à l’Algerie du statut des réfugiés de la métropole ; ils fondent en mars 1942 une section du Groupement des Expulsés et Réfugiés d’Alsace et de Lorraine (GERAL), dépendant de la Fédération représentative métropolitaine. Les rapports entre « colons » même descendants d’Alsaciens et « réfugiés alsaciens et lorrains » ne sont pas très cordiaux, car une bonne partie des « colons » sont maréchalistes et partagent les opinons de Laval qui « souhaite la victoire de l’Allemagne ». Ils savent que la majorité des réfugiés alsaciens aspire au contraire à la victoire des Alliés et au retour dans leur pays83. Nombre d’Alsaciens – en particulier les « jeunes « Geralistes » – ont pris leur part dans les évènements du 8 novembre 1942 et contribué à assurer sans combats le débarquement des Américains à Alger. Ils seront membres d’une association du 8 novembre 194284. Parmi eux, ceux qui ont été proches du « Groupe des Cinq », les Alexandre père et fils, anciens industriels à Strasbourg (maison Blum et Alexandre)85. Autre ancien industriel alsacien, Huck-Astier, qui a rejoint Alger au début de novembre 1942, à l’invitation de Lemaigre-Dubreuil (des Huiles Lesieur), l’un des maîtres conspirateurs du complot giraudiste86. Gaullistes par contre, les membres de Combat d’Alger avec René Capitant, l’un des fondateurs de « Combat », muté de Strasbourg-Clermont-Ferrand à Alger, et qui a réuni autour de lui les professeurs Paul Viard et Paul Coste-Floret de la Faculté de Droit87, le professeur au Lycée d’Alger Louis Joxe, et d’autres encore88. Capitant, qui était intervenu aux conférences des cercles d’études catholiques de Strasbourg, connaît Mgr Hincky, curé de Colmar, directeur avant-guerre des Œuvres catholiques du diocèse de Strasbourg et inspirateur de la presse et de l’action des catholiques « nationaux » en Alsace. Délégué de Mgr Ruch en Algérie depuis juin 1940, Mgr Hincky a protesté dans un sermon du 29 juin 1941 contre la fermeture de la cathédrale de Strasbourg, a été dénoncé dans « Gringoire » et fait l’objet d’une réprimande du gouverneur général Chatel auprès de Mgr Leynaud, archevêque d’Alger89. Il a protesté à nouveau contre l’approbation par le chef algérois de la Légion française des Combattants des propos de Laval souhaitant la victoire de l’Allemagne et… l’annexion de l’Alsace-Lorraine, ce qui lui attire à nouveau les foudres du gouverneur général Chatel. Fondateur d’un « Comité d’Action pour la libération de l’Alsace et de la Lorraine », avec le pasteur Sturm90, délégué du Directoire de l’Eglise de la Confession d’Augsbourg à Alger91, Wenger-Valentin, et Marcel Koch, il s’est élevé dans une lettre publiée dans Combat d’Alger contre le maintien par Darlan des hommes de Vichy à la tête de l’administration algérienne92. Winckler, directeur du tissage de jute de Bischwiller est replié à Alger depuis 1939. René Graff, directeur du port de Strasbourg de 1938 à 1940 a été nommé directeur du port d’Alger en 1941. Les journalistes n’y sont pas rares, outre les collaborateurs de Jules-Albert Jaeger, Felsenstein (pseudo Favereau) des Dernières Nouvelles de Colmar, Joseph Kaestlé de l’Elsaesser de Strasbourg, sont réfugiés en Algérie. Après un séjour dans le Gers, département de repli des Haut-Rhinois, le conseiller général et notaire de Thann, Me Louis Bockel, expulsé d’Alsace en décembre 1940, a été nommé dans une étude notariale à Oran93. Aux deux extrémités du spectre politique : le bâtonnier du barreau de Colmar, le monarchiste d’Action française Fernand Heitz, à présent conseiller à la Cour d’appel d’Alger et l’ancien député SFIO de Strasbourg, Georges Weill. D’autres notables alsaciens sont arrivés à Alger avant 1939 : Ohlmann, président de la cour d’appel d’Alger, en poste en Algérie depuis 1936, Wehrung, président de la Société de l’Electricité d’Alger depuis 1935.

Le conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine du général Bergeret

  • 94  LEVISSE-TOURE (Christine), L’Afrique du Nord dans la guerre 1939-1945, Paris, 1998, p. 279-280.
  • 95  Archives Francis Bockel. Comité et Conseil consultatif d’Alger 1943-1944. Note de Fernand Heitz à (...)
  • 96  Le 30 décembre 1942, les Alexandre père et fils ont été arrêtés et internés à Adrar, et ils ne son (...)
  • 97  Jean Essig a fait ses études à Sciences-Po Paris, dans une promotion qui compte Henri du Moulin de (...)
  • 98  LEVISSE-TOURE (Christine), op.cit., p. 301-302.
  • 99  Bulletin du Comité alsacien et lorrain d’études et d’action sociales (rédaction confiée à Charles (...)
  • 100  Le décret Crémieux ne sera rétabli que le 20 octobre 1943.

49Après la mort de Darlan, son successeur, le général Giraud, nomme le général Bergeret, ancien secrétaire d’Etat de Vichy, haut-commissaire adjoint chargé des affaires civiles, alors que Lemaigre-Dubreuil est nommé chef du cabinet civil et militaire94. L’on attribue la création par Bergeret le 30 janvier 1943 d’un « Comité alsacien et lorrain » à Huck-Astier95. L’objet de ce comité ne se départit pas des orientations de la politique de Vichy : il doit « coordonner l’action des autorités locales en ce qui concerne le reclassement dans l’économie africaine des réfugiés alsaciens et lorrains et l’action sociale les intéressant ». Huck-Astier en assure la présidence. Les autres membres sont les notables de la colonie alsacienne : Graff, Wenger-Valentin, Alexandre96, Bodard, l’inspecteur des finances Essig97, Girardin (président du GERAL), Hincky, Ohlmann, Sturm, Wehrung, Winckler. Ce comité va pourtant entrer dans l’histoire. C’est au cours de son meeting solennel du 14 mars 1943, que le général Giraud prononce ce qu’il appellera « le premier discours démocratique de sa vie », qu’a rédigé pour lui Jean Monnet98. Giraud proclame que « l’Alsace et la Lorraine redeviendront françaises, dans une France complètement libérée ». Et rendant hommage aux alliés et même à la France combattante, il rompt nettement avec « l’arbitraire du régime de Vichy et annonce qu’après la Libération, le peuple français sera seul maître de ses destinées »99. Les jours qui suivent voient l’appellation « République » refaire son apparition dans la presse officielle, le portrait de Pétain disparaître des bâtiments publics, un certain nombre de lois d’exception être abrogées100. Lemaigre-Dubreuil et Rigault démissionnent de leurs postes au cabinet civil et militaire du général Giraud. Les partisans de Combat de Capitant sont alors plus nombreux et plus actifs.

50Parmi les Alsaciens du Comité, il en est un qui s’est engagé assez tôt. Mgr Hincky écrit le 5 mars 1943 au général de Gaulle, encore à Londres et loin d’être assuré de pouvoir rejoindre Alger, où Roosevelt ne veut pas le voir. Le contenu de sa lettre est assez clair : il s’adresse au futur chef d’un gouvernement provisoire, puisqu’il lui confie :

[…] L’éducation des jeunes doit occuper une place de choix dans le programme de la régénération nationale. Cette éducation doit être basée sur les principes de moralité et de patriotisme qui ont fait dans le passé la force et la grandeur de la France. Les Alsaciens et les Lorrains qui avec les Français des autres provinces frontières ont le plus souffert, depuis 70 ans surtout, de toutes les négligences et de compromissions sociales et nationales ne peuvent affronter les destinées futures de la France avec confiance que si, dès maintenant, les grands chefs français leur fournissent la preuve par des actes de leur volonté de restaurer une France saine et unie, seule garantie de l’équilibre intérieur du pays et de la paix extérieure.

51Le général de Gaulle n’attend pas d’être à Alger pour lui répondre le 5 mai 1943 :

  • 101  Général de GAULLE, Discours et Messages 1940-1946, p. 279-281. Le général de Gaulle y annonçait, q (...)
  • 102  AN 3 AG 1/327, Alsace et Lorraine, Mgr Hincky au général de Gaulle 05/03/1943. Le général de Gaull (...)

Monseigneur, je vous remercie bien vivement de votre lettre du 5 mars et du message qui l’accompagnait. Nous sommes d’accord sur tous les points. Cet accord vous avez pu le vérifier par les déclarations que j’ai faites, le 20 avril, à la radio de Londres101. Je comprends le souci des Alsaciens et des Lorrains. Ils ne veulent pas que le jour de la Libération soit suivi d’un malaise semblable à celui qui avait succédé à l’explosion de joie et d’enthousiasme patriotique de 1918. Qu’ils ne craignent rien. De notre malheur sortira une patrie renouvelée. Elle n’oubliera pas les avertissements d’ordre extérieur comme d’ordre intérieur qui lui avaient été prodigués par certains de ses enfants d’Alsace et de Lorraine. Elle sait qu’en retour elle peut compter sur l’ardent patriotisme et la collaboration sans réserve des hommes des frontières102.

  • 103  ADHR, 40 J 12/1, Charles Haenggi, Note sur « le GERAL en Algérie ».

52Mgr Hincky célébrera le 18 juin 1943, à la tête d’une délégation d’Alsaciens et de Lorrains et d’évadés de France reçue à la villa des Glycines, où réside le général de Gaulle. Ce dernier « salua avec émotion les nombreux compatriotes de l’Est qui avaient fait de son appel du 18 juin 1940, leur programme »103.

Le Service d’Alsace et Lorraine du CFLN et le nouveau Conseil consultatif (Juillet 1943)

  • 104  AN 3 AG 1/267.

53Le 12 mai 1943, Jacques d’Alsace demande à accompagner le général de Gaulle en Algérie104. Celui-ci n’y débarque que le 30 mai, accompagné de Philip et de Massigli. Le 3 juin est créé le Comité Français de Libération nationale (CFLN). Le 5 juin, en sont nommés les commissaires d’Etat : Philip garde son portefeuille de commissaire à l’Intérieur et comme à Londres, le Service d’Alsace et de Lorraine lui est rattaché. A Londres, les capitaines Neurohr et Mangeon et après leur départ pour Alger, le capitaine Florival (pseudo de Courbot) assurent la liaison entre le Service d’Alsace et Lorraine d’Alger et le BCRA. La page de Vichy est désormais tournée : il ne s’agit plus d’organiser l’accueil de réfugiés, il s’agit de préparer la libération des départements d’Alsace et de Lorraine. Le Comité alsacien et lorrain de Bergeret est supprimé. La nouvelle organisation mise en place s’inspire des précédents de 1917, où le décret du 1er juillet 1917 créait un « Service d’Alsace-Lorraine », dépendant du Sous-secrétaire d’Etat à l’administration générale et celui du 24 septembre 1917, une conférence d’Alsace-Lorraine, « chargée de délibérer sur les questions relatives à l’adaptation de la législation française à l’Alsace-Lorraine ».

54L’exposé des motifs du décret instituant ces nouveaux organismes se situe dans ce sillage.

Le CFLN en rendant hommage à la magnifique attitude des populations alsaciennes et lorraines, entend se préoccuper de cette situation pour permettre après la victoire à nos deux provinces de reprendre une vie normale dans le cadre de l’unité française. La libération de ces départements posera des problèmes de réadaptation très complexes sur le plan législatif, économique social et culturel. ... Au moment du retour des trois départements à la France, il y aura lieu de prendre d’urgence des mesures qui méritent d’être étudiées et précisées dès maintenant. Ce travail technique peut être confié à des Alsaciens et des Lorrains particulièrement qualifiés et au courant de la législation spéciale qui était en vigueur en Alsace et en Lorraine jusqu’au jour de l’Armistice, et de la situation économique, financière et sociale de cette région. Ce faisant, le CFLN entend associer plus étroitement les Alsaciens et les Lorrains à l’œuvre de la rénovation nationale. La présence de nombreux réfugiés alsaciens en AFN nécessite d’autre part le maintien du service d’action sociale confié au début à la Mission alsacienne et lorraine et ensuite au Comité alsacien et lorrain d’entraide et d’action sociale. C’est pour ces motifs que le décret propose la création au sein du Commissariat à l’Intérieur, d’un service d’Alsace et de Lorraine, la création d’un Comité consultatif aux affaires d’Alsace et de Lorraine.

55Et le décret portait :

art 1. Il est crée au sein du Commissariat d’Etat à l’Intérieur un Service d’Alsace et de Lorraine.

art 2. Il est crée un Conseil consultatif aux affaires d’Alsace et de Lorraine, composé de personnalités originaires des trois départements.

art. 3. les membres de ce Conseil sont nommés par le Commissaire à l’Interieur après avis des groupements alsaciens et lorrains.

  • 105  AN 3 AG 1/267, Décret sur le Conseil Alsace et Lorraine 04/07/43.
  • 106  Qui n’apparaît que dans cette seule occurrence.
  • 107  AN F/1a/3814, arrêté du commissaire à l’Intérieur, André Philip.
  • 108  AN F/1a/ 3814 / 21/07/43, ces textes sont publiés dans le Bulletin du Comité, dont la rédaction es (...)

56L’exposé des motifs fait état d’un « Comité consultatif » et le décret crée un « Conseil consultatif ». Cette imprécision dans les termes est le signe d’une certaine improvisation qui n’échappera pas aux critiques. Mais le CFLN faisait donc confiance à une représentation alsacienne et lorraine pour contribuer à la définition de la politique alsacienne et lorraine du gouvernement. Le service d’Alsace et de Lorraine et Jacques d’Alsace sont chargés de la liaison entre le Conseil, le Commissariat à l’intérieur et les autres Commissariats d’Etat105. Confié au Commissariat à l’Intérieur, il semble bien que le choix des conseillers ait été laissé à la cooptation des membres du comité sortant, qui s’y retrouvent tous, mais ont fait appel aussi à Me Louis Bockel, conseiller général de Thann, le seul élu alsacien présent en Algérie, ainsi qu’aux anciens de la MALAN, Koch, Billmann, Charles Haenggi. Nouveaux aussi, Thony ancien notaire de Ferrette, Bernard de Turckheim, en poste au port de Tunis et un certain « Carl, ouvrier ajusteur aux MDPA »106. C’est la nomination de René Capitant qui constitue le changement majeur dans la composition du nouveau Conseil consultatif107. Jacques d’Alsace, qui ne participe pas aux délibérations du Conseil ou des Commissions, ne peut pas ne pas avoir été consulté pour ces choix. A-t-il couvert certaines des exclusives opérées ? Il tentera en vain d’y remédier après coup ! C’est lui qui procède à l’installation du Conseil, le 20 juillet 1943. Il y développe les thèmes abordés dans l’exposé des motifs du décret108. Après de longues tractations, le Conseil se résout à désigner « un bureau de concentration », sous la présidence d’honneur de Louis Bockel et la présidence effective de Huck-Astier, avec pour vice-présidents Graff et le conseiller Bodard, Wenger-Valentin pour trésorier, Koch pour secrétaire, Mgr Hincky et le pasteur Sturm comme assesseurs. Sont prévues une commission sociale (Hincky), une commission des Finances (Essig, inspecteur des finances), une commission économique (Wenger-Valentin), une commission législative et économique (Ohlmann) et une commission d’éducation et de culture générale (Bodard).

Les travaux du Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine

  • 109  Il n’est pas question dans ce rapport des Caisses de crédit mutuel et de leurs Fédératives. Mais o (...)
  • 110  L’on avait maintenu entre les deux guerres la fiscalité locale de l’époque allemande.
  • 111  Ces projets sont évoqués déjà par Jean Monnet qui avance l’idée d’une Europe unifiée et d’une Loth (...)
  • 112  Archives privées Francis Bockel. Procès-Verbaux du Comité et Conseil consultatif d’Alsace et de Lo (...)

57Au cours du mois de juillet et d’août 1943, ces commissions tiennent une dizaine de réunions. Les 21 et 22 août 1943, elles soumettent leurs conclusions à la plénière du Conseil. L’épuration doit relever de procédures judiciaires, afin d’éviter les erreurs des commissions de triage de 1918-1919. Il faut rétablir toutes les institutions sociales existant en Alsace et Lorraine en 1940 et garantir le maintien du niveau des prestations sociales alsaciennes et lorraines. Il faut en outre reprendre les dispositions les plus avantageuses du statut local dans un statut général de la Fonction publique française. Enfin, il faut introduire en Alsace « une charte du travail » et un « plan Beveridge » ou « plan de sécurité sociale ». (Commission sociale). Le retour des banques françaises en Alsace et Lorraine entraîne la nullité des expropriations ou accords contractuels prononcés au profit des banques allemandes109. Le franc doit être réintroduit sans délais. En 1919, la France avait échangé les marks au cours de 1914 soit 1,25 franc, alors que le mark ne valait plus que 0,80 franc au 11 novembre 1918. Y compris pour les dépôts et comptes des filiales des banques situées hors d’Alsace et de Lorraine, principalement en Allemagne, qui avaient réalisé là des gains importants. La fixation du taux qui déterminera le niveau des prix et salaires en Alsace et en Lorraine ne sera pas simple, étant donné la politique d’inflation massive que les Allemands y ont pratiquée. Il ne doit pas être trop bas et provoquer un « choc psychologique massif » et négatif. Il ne doit pas non plus être trop élevé et « asphyxier par un niveau de prix et de salaires trop élevé l’économie des provinces recouvrées ». L’on évoque l’hypothèse de deux taux, et même celle d’un « cordon douanier » entre l’Alsace, la Lorraine et le reste de la France pendant la période de conversion monétaire. La fiscalité française devra être réintroduite sans délai et la fiscalité locale dans un délai d’un an110 (Commission des finances). Il faut prévoir la saisie de matériel et de matières premières allemandes pour les usines alsaciennes, des exonérations douanières entre la France, la Belgique, le Bade, le Wurtemberg, le bassin rhéno-westphalien111, la coordination des entreprises de production et de distribution d’électricité en Alsace, la navigation libre de droits sur les grandes voies fluviales européennes (Commission économique). Le maintien du régime local des cultes fait l’unanimité. Mais il n’en va pas de même pour l’enseignement de l’allemand. Une partie du Conseil souhaite le maintien de l’apprentissage de l’allemand : l’économie française aura besoin de personnels bilingues. Une autre partie soutient que cet enseignement a justifié les prétentions allemandes et l’annexion. Finalement on se met d’accord : suppression de l’enseignement de l’allemand, sauf pour les enfants de parents volontaires. Mgr Hincky demande que l’enseignement du catéchisme se fasse désormais en français de même que les sermons des ministres du culte. C’est lui aussi qui fait adopter un vœu demandant un enseignement en dialecte d’une heure hebdomadaire portant sur l’histoire et la géographie locale, du folklore et de la littérature régionale, cet enseignement devant souligner la fidélité et l’appartenance historique de l’Alsace et de la Lorraine à la France. La presse doit devenir entièrement bilingue. Le redémarrage d’une station de Radio-Strasbourg, émettant en français, est prévu également, mais un émetteur local pourra émettre en dialecte112.

  • 113  La loi du 17 octobre 1919 avait prévu que la loi française devait être introduite par voie législa (...)
  • 114  AN. F 1a 3814, Projet d’ordonnance du Conseil Consultatif le 30/10/1943.

58Le Conseil consultatif tient une nouvelle session les 11 et 13 décembre 1943. Il délibère du programme législatif pour le retour en Alsace et Lorraine113. Doit être maintenue provisoirement la législation en vigueur dans les trois départements au 22 juin 1940. Une commission de juristes et de praticiens du droit (magistrats, avocats, notaires) en Alsace et en Lorraine doit distinguer la législation à introduire et celle qu’il convient de maintenir. Sont exclus de son champ de compétence les cultes et l’enseignement confessionnel dans les établissements scolaires. Le projet d’ordonnance prévoit l’installation à Strasbourg d’une préfecture régionale avec autorité sur les trois départements. Sont réinstallés tous fonctionnaires, maires, adjoints et conseillers municipaux en poste au 22 juin 1940, sauf impossibilité manifeste. La procédure d’épuration des fonctionnaires est confiée aux autorités judiciaires, assistés de jurés restés en Alsace et qui se sont distingués par leur attitude patriotique114.

Radio Strasbourg à Alger : l’appel aux Malgré-Nous

  • 115  Les textes des émissions de « Radio Strasbourg à Alger » sont conservés, à partir de la 6e émissio (...)

59Charles Haenggi est chargé de l’émission alsacienne de Radio-Alger baptisée « Radio Strasbourg in Afrik ». Elle occupe un quart d’heure tous les jeudis d’avril 1943 à mai 1944, puis à partir de mai 1944 tous les mercredis à 19 h 15. Est-elle entendue en Alsace, comme l’est la BBC ? On en est moins sûr. Par contre, elle est entendue en France méridionale où se trouvent les réfugiés alsaciens115.

60L’alsacien y occupe une place tout aussi importante qu’à la BBC et y est également la langue utilisée pour des sketchs, dûs pour la plupart à Charles Haenggi. Les émissions se terminent parfois par la vieille incantation, datant de la période de l’annexion de 1870 : « Vive la France, A bas la Prusse, D’Schwowe muen uss’m Laendel nuss ». Les équipes de la BBC avaient exclu l’emploi de cette formule : censure des Anglais ou de l’équipe des « Français parlent aux Français ».

61A Radio-Alger, Jacques d’Alsace assure l’éditorial de l’émission alsacienne dès le 17 juin 1943, à peine arrivé à Alger. Il évoque les jours terribles de l’entrée de l’armée allemande en Alsace en juin 1940, l’espérance de la libération revenue et la communion de pensée qui réunit les Alsaciens d’Afrique du Nord, les réfugiés de la métropole et ceux restés au pays. Le 1er juillet, il dénonce Laval, et assure que l’unité française établie entre de Gaulle et Giraud présageait la libération de l’Alsace et de la Lorraine. Le 2 juillet il exalte la résistance alsacienne. Le 16 juillet 1943, il évoque le 14 juillet d’Alger, célébré autour du général de Gaulle. Il poursuit en prenant une position qui lui sera ultérieurement reprochée, et peut-être fatale, tant elle apparaît politiquement exclusive. Citant le discours du général du 21 avril 1943, il affirme :

Tout ce qu’elle a subi, la France ne l’a pas subi pour reblanchir les sépulcres ; c’est dans la résistance et dans les combats qu’en ce moment se révèlent les hommes que notre peuple jugera dignes et capables de diriger ses activités.

62Sont ainsi disqualifiées toutes les élites politiques de l’avant-guerre alsacienne, quelle que soit leur attitude ultérieure.

63C’est le 3 septembre, tout juste après la reconnaissance du CFLN par le gouvernement soviétique qu’il lance aux incorporés de force, l’appel à déserter qui n’avait pas été émis en avril 1943 à la BBC. La version intégrale de cet appel est en alsacien :

Appel an d’junge Elsässer !

Appel an d’junge Lothringer !

Met Gewalt hat m’r ejch in d’Zwangsjack vun d’Hitlersoldate innezwunge.

Achtung ! Was mir ejch zueruefe !

Laufet so schnell wi mögli, iwwer zue de Russe, oder zue den Amerikaner, zue den Engländer, zue de Franzose, wenn mögli isch.

Bi de Russe, wi bi alle Allierte, wäre m’r als Amis ufgenomme.

Anno 14-18 hans ejri Väter genau so gemacht ze toisende zue de Russe un dort sin si vun französische Offiziere empfange worre.

  • 116  Ce texte est une sorte d’adaptation d’un allemand commun aux variantes locales du dialecte, soit q (...)

Folget em Beispiel vun ejre Vater. Indem es ehr iwerlaüfe sin’r kein Deserteur, im militärische Sinn vum Wort. Ehr sin in die Wehrmacht ingezunge worre, geje n’ejrer Wille, ejri Ehr esch in keiner Wies engagiert. Ejri Ehr als Franzose isch allem massgebend, un so wisse n’r was ehr zu tuen han. Ehr alli Elsaesser und Lothringer, sejget’r im NSKK, oder in der Organisation Todt, macht so schnell wi mögli as’r furt kumm von dem Pack un schaffet net fer’s Potentiel de guerre vum Hitler zu ze Unterstize. ….Elsässer, Lothringer, Ehr kenne ejre Pflicht ! ejri Ehr un d’franzesche Discipline ! Ehr mien mithelfe, fer unser Ländel, ejri Hieser, ejre Eltere ze befreje116.

[Trad. : Appel aux jeunes Alsaciens, Appel aux jeunes Lorrains. De force on vous a revêtu de la camisole des soldats de Hitler. Attention à notre appel. Quand c’est possible, passez aussi vite que possible chez les Russes, ou chez les Américains, les Anglais, ou les Français. Chez les Russes, comme chez tous les alliés vous serez reçus en amis. Vos pères ont fait de même en 14-18 en passant par milliers chez les Russes, et ils y ont été accueillis par des officiers français. Suivez l’exemple de vos pères. En passant de l’autre coté, vous ne serez pas déserteurs au sens du militaire du mot. Vous avez été incorporés de force, contre votre gré, votre honneur n’est nullement engagé. Seul compte votre honneur de Français. Vous savez ce qu’il vous reste à faire. Vous tous, Alsaciens et Lorrains, que vous soyez au NSKK ou dans l’organisation Todt, quittez aussi vite que possible cette bande et ne travaillez pas à renforcer le potentiel de guerre de Hitler. Alsaciens, Lorrains, vous connaissez votre devoir, votre honneur et votre discipline en tant que Français. Vous devez participer à la libération de votre petite Alsace et Lorraine, des foyers de vos parents.]

  • 117  Le 19 février 1944, publié par CRÉMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres (...)

64C’est à quelques variantes près, l’appel que lira Michel en avril 1944 à la BBC117.

65Le 21 octobre 1943, Radio -Alger donne lecture d’un communiqué en français :

  • 118  ADHR, AP Charles Haenggi, 40J18/60, émission du jeudi 21 octobre 1943.

Il est recommandé à tout citoyen français se trouvant dans les parages du front de l’Est de chercher à rejoindre les lignes russes. Il y sera reçu en ami et en allié. Il pourra s’il le désire être dirigé immédiatement sur l’Afrique du Nord où il retrouvera ses camarades qui se battent librement pour l’indépendance de la patrie. Alsaciens et Lorrains mes frères, venez vous joindre à nous. Nous vous attendons. Venez vous ranger sous l’étendard de la France en guerre. Nous rentrerons bientôt tous ensemble dans nos provinces libérées118.

66Jacques d’Alsace continue d’assurer ses éditoriaux radiophoniques une fois par semaine. Son éloquence est guerrière : Laval est sa cible favorite : c’est l’homme qui a organisé Montoire et accepté l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine (octobre 1943). A la Toussaint, il médite sur les morts et tout particulièrement sur les morts en Russie et assure : « vous êtes là-bas des morts à nous, des témoins sanglants de la tragédie du Rhin, des victimes de la trahison d’un Laval et de la complicité des hommes qui ont trahi la patrie » (novembre 1943). Il exalte la fidélité de l’Alsace à la France, et évoque la répression de Clermont et les jeunes fusillés de Ballersdorf.

67Le 21 juin, 1944, il évoque le quatrième anniversaire de l’annexion de fait et conclut :

  • 119  ADHR, AP Charles Haenggi, 40J18/60, émission du mercredi 21 juin 1944.

Nous voulons ce soir penser à tous nos morts dans un même élan de tendresse infinie. Nous voulons aussi par dessus la mer et les monts dire aux nôtres là bas : la France libre au combat sait vos tourments. Mamans et épouses alsaciennes et lorraines sachez que pour elle il n’y a pas deux sortes d’Alsaciens et de Lorrains. Elle associe dans son hommage ému aussi bien ceux qui sont morts en victimes de l’oppression allemande et de la trahison de Vichy que ceux qui sont tombés sous les drapeau à la Croix de Lorraine. La France Libre, au combat, connaît le martyre des « malgré-eux » qui en expirant sur les fronts de l’Est et de l’Ouest, lui ont donné leur dernière pensée »119.

68Charles Haenggi est chargé également de la gestion du Bureau de reclassement et d’aide sociale des réfugiés, organisme qui a pris la suite des MALAF et Comité social : le centre de Saint-Eugène devient le Foyer des soldats originaires d’Alsace-Lorraine, où ils séjournent pendant leurs permissions, convalescences… et celui des Alsaciens et Lorrains revenus de Tambov en juillet 1944.

L’Alsace et l’Assemblée consultative provisoire

69Le 17 septembre 1943, le CFLN prend l’ordonnance instituant une Assemblée Consultative provisoire (ACP). Elle doit « fournir une expression aussi large que possible, dans les circonstances présentes, de l’opinion nationale ». Elle est composée de 40 membres de la Résistance métropolitaine désignes par le Conseil national de la Résistance (CNR), et 12 membres de la Résistance extra-métropolitaine – chiffres portés à 49 et à 21 le 15 octobre –, de 20 parlementaires n’ayant pas voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain ou qui s’étaient depuis réhabilités par leur engagement dans la Résistance, engagement reconnu par le Conseil National de la Résistance (CNR) soit 5 socialistes, 5 radicaux, Union Socialiste républicaine, démocrates populaires, 3 communistes, 7 représentants des groupes du centre ou de la droite, désignés par les parlementaires de ces groupes se trouvant en territoire libéré.

La question des députés de l’Alsace et de la Lorraine

  • 120  Qui comme chef du Service d’Alsace et Lorraine ne peut être député à l’ACP, étant membre d’une adm (...)

70Jacques d’Alsace120 fait état dès le 12 octobre au général de Gaulle de sa crainte qu’il n’y ait pas de « porte-parole des résistants d’Alsace et de Lorraine » (à désigner par le CNR) et ajoute :

Au moment où le CFLN défend l’unité nationale, il faudrait tenir compte des répercussions profondes qu’aurait une telle erreur politique et patriotique. Vichy et Berlin ne manqueraient pas d’exploiter à fond cette omission et l’impression chez les nôtres là bas entre les Vosges et le Rhin et dans la plaine de la Moselle serait désastreuse.

  • 121  Philipp, on l’a vu, avait déjà demandé à Moulin-Rex de faire venir Schuman à Londres (CORDIER (Dan (...)

71Apparemment, la position du général de Gaulle paraît conforme à celle qu’il a adopté dès les débuts : l’armistice, l’occupation et Vichy étant nuls et non avenus, l’annexion de fait l’est aussi : pas de traitement spécial pour l’Alsace et la Lorraine. Par contre, sa préoccupation est de voir centre et droite mieux représentés à l’ACP : faire appel à des députés d’Alsace et de Lorraine permettrait de faire coup double. Il en est certains qui se sont « réhabilités par leur engagement dans la Résistance »121. C’est ce qu’il répond à Jacques d’Alsace le 16 octobre 1943 :

  • 122  AN 3 AG 1/267. Le général de Gaulle à Jacques d’Alsace, le 16/10/1943. Publiée dans Charles de Gau (...)

Mon cher ami, vous avez bien voulu me demander... qu’un porte-parole des résistants d’Alsace et de Lorraine trouve place au sein de l’Assemblée consultative. Si ces deux provinces nous sont particulièrement chères, j’estime que ce serait une erreur politique d’admettre à leur endroit une représentation spéciale, alors que ces trois départements, qui ont été séparés arbitrairement de la patrie, doivent reprendre leur place normale dans les départements français. Par contre, il est regrettable que parmi les parlementaires sur le sol libéré, le hasard ait voulu qu’il n’y eut point d’Alsaciens-Lorrains. C’est là une lacune qui n’est pas sans remède et je serais heureux de m’en entretenir avec vous122.

  • 123  CREMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), La France libre, Paris, 1996, p. 590. Marin que l’on veut exfilter (...)

72En octobre 1943, d’Alger, Passy communique à Brossolette alors en France, que le général de Gaulle souhaitait la venue à Alger de Champetier de Ribes (PDP), Louis Marin (Fédération Républicaine), Lionel de Moustiers (qui ont voté non), Robert Schuman (apparenté PDP) et Oberkirch (apparenté Fédération Républicaine) qui ont voté oui et qui sont apparemment réhabilités aux yeux du général123.

73Voilà qui est contraire aux positions du chef du Service d’Alsace et de Lorraine, résolument hostile à l’appel aux parlementaires, comme il l’a exprimé sur les ondes de Radio-Alger. L’entretien qu’il a avec le général ne lui fait pas changer d’avis :

  • 124  Que l’ancien PSF Kalb devenu Jacques d’Alsace ait eu une mauvaise opinion des élus et partis alsac (...)

Il y a certes des parlementaires de chez nous qui se trouvent en zone anciennement non occupée, et il devrait être possible d’en faire venir au moins un en Algérie. Cependant, je ne vois pas pourquoi il faudrait que le porte-parole des Alsaciens soit un parlementaire124.

74C’est que Jacques d’Alsace estime que « nos compatriotes attendent du CFLN une rénovation réelle et l’avènement d’une IVe République. Il ajoute :

  • 125  AN 3 AG 1/267, Jacques d’Alsace au général de Gaulle, le 16/10/1943.

Pendant des mois, j’ai participé moi-même à la Résistance en France, j’ai eu l’occasion de voir et d’apprécier l’attitude de nos compatriotes et grâce aux filières que j’avais pu établir, j’ai pu me rendre compte jour après jour de l’attitude admirable de nos résistants restés au pays. En excluant les porte-parole de cette armée de l’intérieur qui sur le Rhin et sur la Moselle, se battent pour la France, on porterait une atteinte grave au moral de nos gens qui ont mis tout leur espoir en vous et le CFLN125.

  • 126  AN F/1a/3814, Roudolphi au Général de Gaulle, le 24/9/1943.

75Pourtant, certaines ambitions se donnent libre cours. Au nom de l’Association de l’Alsace et Lorraine libre de Londres, dès le 24 septembre 1943, Roudolphi se félicite de la création de l’ACP et « réclame que deux sièges lui soient réservés étant donné le nombre de ses adhérents et le rayonnement universel de son influence dans les pays alliées »126. Mgr Hincky se plaint auprès du général de Gaulle, le 6 novembre : le CNR a éliminé sa candidature :

  • 127  AN 3 AG 1/329, Mgr Hincky au général de Gaulle le 6 novembre 1943.

L’association du 8 novembre avait cru devoir, au vote secret, par 22 voix sur 25 votants, hommes de toute opinion religieuse et politique, me proposer comme candidat éventuel à l’Assemblée consultative. Ce geste fut considéré comme une marque de sympathie à l’égard de nos provinces d’Alsace et Lorraine, provinces dont la représentation semblait s’imposer, étant donné son annexion pure et simple par l’ennemi. La commission des résistants de France a cru devoir éliminer ma candidature à la suite d’une information tendancieuse. Le motif de non-résistance qui a été invoqué – et ce motif seul – me fait un devoir de protester très énergiquement et de vous demander, mon Général, de faire une mise au point sauvegardant mon honneur127.

  • 128  Ibidem, Gaston Palewski à Mgr Hincky le 9 novembre 1943.

76Gaston Palewski, directeur de cabinet du général de Gaulle, assure que le général a su apprécier « son attitude et ses efforts patriotiques, au milieu de ses ouailles »128.

  • 129  AN F/1a/3814, Jacques d’Alsace à André Philip, copie à Gaston Palewski le 16/10/1944.
  • 130  Ibidem, A. Philip à Jacques d’Alsace le 3/11/1943.

77De son côté, Jacques d’Alsace propose la désignation de membres du Conseil Consultatif d’Alsace et de Lorraine. Louis Bockel est conseiller général et élu, mais René Graff et Jean Wenger-Valentin ont ses préférences129. Le 20 octobre, le Conseil consultatif souligne l’importance de voir l’Alsace représentée à l’ACP, en une motion présentée à M. André Philip. André Philipp lui répond le 3 novembre 1943 : « la représentation des mouvements de résistance régionaux n’a pas été reconnue ; seuls les délégués de mouvements à l’échelon national seront habilités a envoyer des délégués à ladite assemblée »130.

78Le 3 novembre a lieu la séance d’installation de l’Assemblée consultative provisoire : pas un mot sur l’Alsace et la Lorraine.

L’Alsace et la Lorraine à l’ACP : René Capitant et Jacques d’Alsace

  • 131  On sait que le président Roosevelt a évoqué à plusieurs reprises, devant divers interlocuteurs, do (...)
  • 132  S’agit-il de son allocution de Radio-Alger du 16 juillet 1943, ou d’une déclaration plus récente e (...)

79Le 7 novembre 1943, le Conseil consultatif se réunit en réunion extraordinaire. Il envisage une démission collective. Cela produirait une impression désastreuse sur l’opinion, objecte Capitant. Le CNR doit désigner les représentants de l’Alsace et de la Lorraine : or nombre de désignations n’ont pas encore été faites. Mais du fait de l’annexion, la Résistance Alsacienne ne peut avoir de contacts suivis avec le CNR, insiste Huck-Astier. On peut nommer des délégués de la Résistance Alsacienne réfugiée, répond Capitant. Nombre de députés de l’ACP ne sont pas favorables à une représentation particulière de l’Alsace et de la Lorraine, se fondant sur le principe de l’indivisibilité de la nation et ce point de vue serait aussi celui du général de Gaulle, assure Koch. Capitant admet que ces provinces sont dans une situation de fait – l’annexion – qui exige une représentation spéciale. Il donne lecture de la motion qu’il compte présenter à l’Assemblée. Haenggi soulève alors un point important ; la prise de position des Alsaciens et des Lorrains a une portée de politique étrangère : une représentation de l’Alsace et de la Lorraine à l’ACP de la République française doit « faire comprendre aux Alliés, qui demain seront appelés à créer l’Europe nouvelle, toute l’importance pour la paix européenne du rôle de l’Alsace et de la Lorraine françaises »131. Plusieurs conseillers regrettent que Jacques d’Alsace ait exclu dans une déclaration publique qui n’a pas été soumise au Conseil que les représentants de l’Alsace soient choisis parmi les parlementaires alsaciens132. Le Conseil décide de faire confiance à Capitant.

L’Assemblée consultative provisoire, l’Alsace et la Lorraine : le 9 novembre 1943

80Au cours de la séance plénière de l’Assemblée, le mardi 9 novembre 1943, Capitant demande le vote de la motion sur l’Alsace et la Lorraine. Elle est revêtue des signatures des deux tiers des membres de l’Assemblée : l’urgence de sa délibération est donc déclarée.

L’ACP, première représentation de la nation française depuis les armistices de juin 1940, réunie à Alger dans sa première séance :

adresse à l’Alsace et à la Lorraine martyres l’hommage fervent de son admiration et de sa fidélité ;

proteste solennellement contre l’annexion des deux provinces à l’Allemagne et dénonce au mépris de la nation le silence complice du pseudo gouvernement de Vichy ;

constate à la face du monde que malgré l’annexion, malgré les persécutions, malgré les expulsions, malgré les déportations, malgré la mobilisation de leurs enfants dans la Wehrmacht, les Alsaciens et les Lorrains, demeurés sur la terre natale, ou dispersés dans l’exil n’ont cessé un instant de se considérer comme Français et se sont placés au premier rang de la résistance française ; qu’ils sont ainsi restés fidèles au serment prêté par leurs pères à l’Assemblée nationale de Bordeaux : « Nous proclamons par les présentes, à jamais inviolable le droit des Alsaciens et des Lorrains de rester membres de la nation française et nous jurons, tant pour nous que pour nos commettants, nos enfants et leurs descendants, de le revendiquer éternellement, et par toutes les voies, envers et contre tous les usurpateurs » ;

proclame à son tour la volonté imprescriptible de la France de lutter jusqu’à la réintégration des deux provinces dans l’unité française ;

émet le vœu qu’un Alsacien et un Lorrain soient délégués par le Conseil national de la Résistante à l’ACP, afin que leur présence soit le symbole de l’indivisibilité de la nation.

81Et Capitant rappelle les souffrances endurées par l’Alsace et la Lorraine, et en particulier celles des incorporés de force. Certes la protestation contre l’annexion a été faite dès les premiers jours par le général de Gaulle. Mais l’ACP se doit de la renouveler, ce sera pour les Alsaciens et les Lorrains un immense réconfort. Enfin, le CNR se doit de désigner un Alsacien et un Lorrain pour siéger à l’ACP. Ce n’est pas là une concession au régionalisme, mais une protestation spéciale contre une mesure spéciale d’annexion. Et il ajoute un argument supplémentaire :

Il y a un intérêt international à ce que la voix de nos provinces martyres puisse se faire entendre, car se posera bientôt le règlement des frontières entre la France et l’Allemagne. Si un jour devait naître le projet de constitution d’un Etat neutre entre la France et l’Allemagne, Etat qui comprendrait la Rhénanie et l’Alsace, de quel poids serait votre protestation si elle n’était prononcée par des Alsaciens ? Enfin, la présence de Lorrains et d’Alsaciens dans votre sein marquerait que la France entend rester indivisible, qu’elle entend combattre jusqu’à ce que soient réintégrées ces provinces dans la communauté française.

82Au nom du CFLN, André Philip s’associe à cette motion :

Nous sommes heureux que dès le premier débat, le premier geste soit pour affirmer notre solidarité totale avec nos frères d’Alsace et Lorraine …Nous savons quelles sont leurs souffrances. Nous savons qu’elles sont plus vives que celles du reste de la France, parce que les Alsaciens et les Lorrains sont soumis à une annexion complète.

83Le CFLN restransmettra le vœu de l’ACP au CNR. Jacques d’Alsace, commissaire du gouvernement a alors la parole et assure

  • 133  JORF, Les débats de l’Assemblée consultative provisoire : Alger, 3 novembre 1943-25 juillet 1944, (...)

[…] Sur les ruines de cette liberté que nous ont apportée les soldats de 1918, je puis vous dire que la Résistance alsacienne et lorraine est égale à celle qui existe sur le reste du territoire français. Sur les Alsaciens et les Lorrains, votre vote aura un retentissement extraordinaire. Il y a actuellement 140 000 Alsaciens et Lorrains qui portent l’uniforme allemand. Il y en a 35 000 qui sont engagés sur le front de l’Est où coule le sang français. Votre vote redonnera courage et espoir à ceux qui, combattant sous uniforme allemand, serrent sur leur cœur la cocarde tricolore »133.

  • 134  CREMIEUX-BRILHAC (Jean-Louis), Les voix de la liberté. Ici Londres 1940-1944, Paris 1975, IV, p. 1 (...)

84La BBC diffusera une synthèse des interventions de Capitant et de Jacques d’Alsace le 13 décembre 1943, mais propagande oblige, les attribue au seul Jacques d’Alsace134.

La vaine recherche de députés alsaciens et lorrains à l’ACP

85Au cours de sa séance du début décembre 1943, Jacques d’Alsace informe le Conseil consultatif que les délégués alsaciens et lorrains seraient nommés au plus tard pour le 20 décembre. Mgr Hincky s’étonne que le Conseil ne soit pas consulté par le CNR. On ignore quels sont les contacts qui ont été pris. Le 25 janvier 1944, le Conseil prend connaissance de la démission de Capitant, devenu Commissaire d’Etat à l’Education nationale, de la mission du capitaine Neurohr qui doit partir en Russie, approuve définitivement le projet d’ordonnance sur l’unification législative. Et il se plaint : les Commissariats d’Etat ont si peu tenu compte des avis du Comité consultatif. Jacques d’Alsace l’informe : plusieurs personnalités alsaciennes de métropole ont été pressenties pour une désignation à l’Assemblée consultative provisoire mais elles ont refusé cette offre. Il s’agit vraisemblablement d’anciens parlementaires, car certains membres du Conseil s’élèvent contre la désignation de parlementaires, estimant qu’ils n’ont plus de légitimité. Haenggi n’est pas de cet avis : tout en ayant voté pour Vichy, certains parlementaires alsaciens et lorrains n’en ont pas moins continué à lutter contre les Allemands. On n’en saura pas plus.

Les « mesquines querelles entre Alsaciens »

  • 135  Mallarmé, député d’Alger de 1924 à 1939, puis sénateur à partir de 1939, avait voté oui le 10 juil (...)

86Dès ses débuts, la dénomination de « Conseil consultatif » et sa composition ont été vivement contestées par une partie de la « colonie alsacienne d’Alger ». Le 21 juillet 1943, l’ancien bâtonnier de Colmar, Me Fernand Heitz adresse à son confrère colmarien une « lettre officielle », où il se plaint de la manipulation qui a permis à « l’Association des Amis du Général Bergeret » ou « comité » de céder la place au nouveau « Conseil consultatif ». Ceux que Heitz qualifie de « sybarites algérois » se sont contentés d’élargir un peu leurs rangs. Ils ont exclu le député Georges Weill, le sénateur Mallarmé ancien président de la Commission d’Alsace et de Lorraine de la Chambre des députés135, Me Dick (ancien avocat à Strasbourg), Me Alfred Betz, et d’autres encore. Empruntée au Conseil de ce nom qui de 1920 à 1924 regroupait des députés, sénateurs, conseillers généraux et personnalités qualifiées d’Alsace et de Lorraine, la dénomination du Conseil d’Alger leur paraît usurpée. Plus ridicule enfin pour Me Heitz, la prétention de ce Conseil de préparer la législation à appliquer en Alsace et en Lorraine, tâche pour laquelle ses membres sont si peu compétents.

Un groupement d’études d’Alsace et de Lorraine

  • 136  AN, F 1a 3814, Georges Weill à André Philip, le 2/10/1943.
  • 137  Dictionnaire Biographique du Mouvement ouvrier, Mouvement social. 1940 à mai 1968, p. 228-29 ; not (...)
  • 138  AN, F 1a 3814, F 1a 3814, Groupement d’études à Commissariat d’Etat à l’Intérieur, 16/11/43.

87Le 2 octobre 1943, le pas est franchi : les mécontents constituent un « groupement d’études d’Alsace et de Lorraine », présidé par Me Oscar Dick, avec pour vice-présidents Georges Weill et Joseph Kaestlé, pour secrétaires Fernand Heitz et le député communiste des Ardennes Pierre Lareppe, déporté en Algérie et à présent libéré, choisi parce qu’il avait travaillé quelque temps à Mulhouse. La composition de ce groupement, qui réunit des communistes, des socialistes, des catholiques et des monarchistes est destinée à souligner l’apparente absence de diversité du Conseil consultatif. L’inspirateur du groupement est Georges Weill, député socialiste de Strasbourg de 1924 à 1928 et de 1932 à 1936. En octobre 1943, il a un entretien avec le commissaire à l’Intérieur André Philip136 ; il se plaint de l’exclusive prononcée par le Comité consultatif à l’égard des radicaux, socialistes ou communistes. Ce conseil de chefs d’entreprise et de banquiers lui semble « pénétré de l’attachement au régime économique et social ancien ». Georges Weill et le groupement demandent le retour à la loi du 24 juillet 1925, portant réorganisation du régime administratif des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle. Ainsi devrait-on procéder comme c’était le cas avant 1940, à l’installation d’un Directeur général des Services d’Alsace-Lorraine et d’un service central d’Alsace-Lorraine. Les recommandations à formuler pour le retour en Alsace et Lorraine devraient se fonder sur une information plus complète et sur l’avis de personnalités plus qualifiées que celles qui composent le Conseil consultatif. Il devrait donc être supprimé, et le service d’Alsace-Lorraine étoffé : outre d’Alsace il faut y nommer Jean Marzolf, qui vient d’arriver au Maroc, par l’Espagne, ainsi que Flocard137, instituteur, ancien secrétaire de la Fédération SFIO de la Moselle depuis 1928, alors lieutenant d’aviation au groupe Bretagne138.

La réorganisation du service d’Alsace-Lorraine

  • 139  Elle comprenait 5 membres, son président William Marçais professeur à la Faculté de Droit d’Alger, (...)
  • 140  DANAN (Yves-Maxime), op. cit., p. 300.
  • 141  Général de GAULLE, Lettres notes et carnets. Juin 1943-mai 1945. De Gaulle à René Cassin, le 22 dé (...)

88Si le Conseil travaille tout au long de l’été 1943, le Service ne semble avoir guère eu d’ouvrage : Jacques d’Alsace avait été nommé membre de la Commission d’épuration instituée au mois d’août 1943139. Le 10 novembre 1943, Emmanuel d’Astier de la Vigerie est nommé commissaire d’Etat à l’Intérieur, avec comme adjoint le socialiste Jean Pierre-Bloch. Dans le sillage de la création de l’ACP, les partis politiques ont reconstitué leurs fédérations algériennes, en premier lieu le parti socialiste, puis le parti radical140. Georges Weill, ancien membre des Conférences d’Alsace-Lorraine de 1915 à 1918, relance le Commissaire à l’Intérieur le 1er décembre. Or, dès novembre 1943, puis de manière plus détaillée le 22 décembre les commissariats d’Etat sont priés de mettre au point « les projets …se rapportant aux mesures à prendre au moment de l’arrivée en France… en matière législative et réglementaire, en matière administrative…141».

  • 142  Roger Moris (Sète 24/7/1906 - Saint-Pierre d’Idron (P-A) le 30/5/1987). Contrôleur civil au Maroc (...)
  • 143  AN. F/1v1/1132/. Jean Marzolf, né à Woerth le 29/10/1894, a fait ses études à Strasbourg. Il a ser (...)
  • 144  AN, F1a 3814, Jacques d’Alsace à Commissaire à l’Intérieur, le 2/2/1944.

89L’administration du Commissariat à l’Intérieur a été renforcée. A été nommé secrétaire général, l’ancien contrôleur civil de l’administration coloniale au Maroc, Roger Moris142. A été nommé sous-directeur, Jean Marzolf, venu de la France par l’Espagne et le Maroc143. Ce sont eux qui arbitreront entre les positions qui s’affrontent. Moris se range à l’avis donné par Georges Weill, et propose de restaurer la Direction générale144. Jacques d’Alsace et Marzolf ne veulent pas revenir à la loi de 1925. Ils estiment que la réintroduction de l’administration française en Alsace et en Lorraine exigera de faire appel à un Commissaire régional avec des pouvoirs renforcés :

  • 145  AN, F/1a/3814, Marzolf à Commissaire de l’Intérieur, le 7/1/1944.

A beaucoup de points de vue, on va se trouver devant la même situation qu’en 1919 et comme à cette époque, il s’imposera de grouper à Strasbourg et à Metz l’ensemble des services d’Alsace et de Lorraine145.

  • 146  AN, F1a 3814, Jacques d’Alsace à Commissaire à l’Intérieur, le 12/2/1944.

90Cela les conduit à préconiser une position d’attente et à confier les compétences de la Direction générale au Service d’Alsace et Lorraine. Il s’appuierait en outre sur un centre de documentation en Suisse (avec Knittel, Frédéric Eccard et Pierre de Leusse)146.

  • 147  Ce que confirme Pierre-Bloch lors de l’audience qu’il accorde au bureau du Conseil le 13 mars 1944

91Jacques d’Alsace a souhaité jusqu’au dernier moment conserver le Conseil Consultatif147, mais :

  • 148  AN, F 1a 3814, Jacques d’Alsace au Commissaire à l’intérieur, Le 7/02/1944.

les mesquines querelles entre Alsaciens… ont empêché toute union entre les deux comités… . Et ceux qui se sont cantonnés dans l’opposition sont aussi responsables que ceux qui n’ont pas voulu admettre le principe de l’intérêt général148.

92L’initiative doit donc revenir à l’Etat : le Service devra être chargé de créer des commissions techniques pour l’étude des problèmes :

  • 149  AN, F 1a 3814 et AN 3 AG 1/267, Jacques d’Alsace au général de Gaulle, le 13 mars 1944.

Car il faut désormais éviter le risque de se voir reprocher d’avoir élaboré des projets « sous l’inspiration d’un groupe ne représentant pas entièrement l’opinion alsacienne-lorraine »… Serait-elle réalisée, que le gouvernement pourrait encore se voir reprocher en arrivant en France d’avoir agi sous l’influence trop marquée d’un groupe de réfugiés149.

  • 150  AN, 1a 3814, Jacques d’Alsace au Commissaire à l’Intérieur, le 15 mars 1944.

93Ces divisions ont de même empêché la désignation de députés alsaciens et lorrains choisis parmi les réfugiés en Afrique du Nord et les personnalités du Conseil Consultatif150. Jacques d’Alsace pouvait commenter :

  • 151  AN, 3 AG 1/267, Jacques d’Alsace au général de Gaulle, le 13 mars 1944. Ce qui était le cas de l’a (...)

Les Alsaciens et Lorrains sont loin d’être d’accord sur la désignation éventuelle de personnalités habitant l’AFN. Il est donc indispensable de s’en tenir au point de vue déjà exprimé que les deux Alsaciens viennent de la métropole, en les choisissant au besoin parmi les résistants ayant quitté l’Alsace et la Lorraine à destination du reste du territoire français151.

La suppression du Conseil consultatif

94L’ordonnance du 7 mars 1944 tire donc les leçons des divisions entre Alsaciens d’Alger et supprime le Conseil Consultatif. Elle confie au service d’Alsace-Lorraine la charge :

De poursuivre les travaux législatifs concernant l’Alsace et la Lorraine, en utilisant les rapports et vœux présentés par le CC. Les projets seront arrêtés en liaison avec les Commissariats intéressés et au besoin après avis de personnalités qualifiées consultées à cet effet.

  • 152  Huck-Astier s’est alors déjà engagé au 2e Dragons, régiment d’Auch dissous en novembre 1942 et rec (...)
  • 153  AP Francis Bockel. PV de la séance plénière extraordinaire du CC du 19 mars 1944.
  • 154  AP Francis Bockel. PV de la séance plénière extraordinaire du CC du 19 mars 1944.

95Le Conseil proteste. Jacques d’Alsace obtient de Jean Pierre-Bloch que Huck-Astier152 et le bureau soient reçus en audience consolatrice153, où il accepte d’examiner de nouvelles candidatures de députés pour l’ACP : le général Koenig, qui refuse parce que militaire, Bodard, directeur au Commissariat d’Etat à la justice, qui ne peut accepter parce que fonctionnaire, et l’abbé Held, évadé d’Alsace et de Lorraine puis de la métropole occupée, qui a participé pendant l’été 1943 à la rédaction du cahier de Témoignage chrétien, Alsace et Lorraine, terres françaises, et est alors aumônier de la marine à Oran154.

  • 155  AN, 3 AG 1/267. Le bureau du groupement d’études (Dick, Kaestlé, Weill, Camuzat, Heitz, Lareppe) a (...)

96Aussitôt, les membres du Groupement d’études font acte de candidature155... et se félicitent de cette dissolution. C’est ce qu’exprime Georges Weill dans un article d’Alger républicain, du 24 mars, où il qualifie le Conseil Consultatif de :

  • 156  AN, F 1a 3814, Alger Républicain, le 24 mars 1944.

Petite réunion de quelques notables, qui ne pouvait aboutir qu’à des conclusions dictées par un esprit de conservation autant dire de régression sociale. Il était véritablement impossible que le gouvernement de la IVe République vint en France avec sur les bras un tel appareil réunissant quelques privilégiés du repli en AFN »156.

97Les divisions entre Alsaciens d’Alger avaient cependant été édifiantes pour les ministres et fonctionnaires du CFLN. Ce n’est décidément qu’en métropole que l’on trouverait les représentants qualifiés de l’opinion alsacienne.

La parole aux « commissions techniques »

98Restait pour le Service d’Alsace et de Lorraine à lancer les études et à avancer les propositions pour le retour de l’Administration en Alsace et Lorraine. Ce travail va être pris en charge par les commissions techniques. Elles comprennent nécessairement des personnalités issues des deux associations d’Alsaciens et Lorrains.

  • 157  AN, AN F 1a 3814, Questions d’Alsace-Lorraine, commission de la justice, le 6 juin 1944.
  • 158  Ce qui sera fait par l’ordonnance n°45-364 du 10 mars 1945 modifiée, par laquelle ils bénéficient (...)

99D’entrée de jeu est posée la question du maintien de l’entité Alsace et Lorraine, séparée par le Reich. Le service n’écarte nullement la possibilité de maintenir cette séparation, mais se prononce étant donné l’ampleur des problèmes communs qui seront posés, législatifs, réglementaires, en faveur du maintien d’une région commune Alsace et Lorraine, administrée par un seul commissaire de la république, aux fonctions définies par l’ordonnance du 30 décembre 1943. Les problèmes soulevés par l’abrogation des textes allemands et du retour à la législation française en vigueur au 16 juin 1940 (et le cas échéant de l’introduction de la législation française de Vichy validée) sont étudiés par une commission du Commissariat d’Etat à la Justice sous la direction de l’ancien avocat messin Bodard, désormais directeur au Commissariat d’Etat. Le 1er juin 1944 elle produit un projet d’ordonnance portant réglementation de la législation civile, commerciale et pénale en Alsace et Lorraine. Ce projet constituera l’ébauche de l’ordonnance du 15 septembre 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle157. De son côté, le Service d’Alsace et Lorraine demande que les incorporés de force dans la Wehrmacht ou leurs veuves, orphelins et ascendants bénéficient, comme les anciens combattants alsaciens et lorrains de 1914-1918, des dispositions de la loi du 31 mars 1919 sur les pensions d’anciens combattants français158.

  • 159  La circulaire Pfister de 1927 faisait débuter cet enseignement à l’âge de 8 ans.

100Sur l’enseignement de l’allemand, le Service apporte une précision : la suppression de cet enseignement sera provisoire, et l’enseignement facultatif sera limité aux maîtres volontaires, aux enfants de parents volontaires à partir de l’âge de 10 ans à raison de 2 heures par semaine159. C’est « qu’après une annexion de fait qui dure depuis 4 ans , il est souhaitable d’assurer une primauté absolue à la langue nationale ». La priorité sera de réorganiser le service de l’enseignement et d’y faire revenir tous les personnels qui se :

trouvent actuellement en France, en Allemagne et dans l’Empire [français]. Tous les personnels qui occupaient un poste quelconque en Alsace et en Lorraine le 1er septembre 1939 (régions évacuées) ou le 16 juin 1940, autres régions, doivent rejoindre ce poste, même à titre provisoire et quel que soit le poste occupé au moment de la Libération.

  • 160  AN, F/1a/3814, Jacques d’Alsace à Commissariat d’Etat de l’Education nationale, le 1er juin 1944.

101Sont forcément visés par cette recommandation, les personnels congréganistes, révoqués de leurs postes par l’autorité allemande en septembre 1940160.

  • 161  Après la nomination de Louis Joxe au secrétariat général du CFLN en juin 1943, Marcel Koch y assur (...)
  • 162  Formule qui se révélera impraticable et pas seulement parce qu’à Strasbourg, le PCF publie le prem (...)
  • 163  AN, F/1a/3814, Jacques d’Alsace à Commissariat d’Etat à l’Intérieur, le 26 avril 1944.
  • 164  AN, F/1a/3814, Jacques d’Alsace à Commissariat d’Etat à l’Intérieur, le 9 mai 1944.
  • 165  AN, F 1a 3814, Questions d’Alsace-Lorraine. Le Service d’Alsace-Lorraine au Commissariat à l’Intér (...)

102Felsenstein (pseudo Favereau) ancien rédacteur en chef des Dernières Nouvelles de Colmar présente un rapport sur la presse. Avant-guerre, rappelle-t-il, la plupart des journaux étaient en langue allemande et les maisons qui éditaient des journaux dans les deux langues ne pouvaient faire vivre leur édition française que grâce aux rentrées de l’édition allemande. Or, il n’y a désormais qu’une seule imprimerie de presse par ville en état de fonctionner. Dans ces conditions, il faudra, dans la période de transition, ne publier qu’un seul journal par ville, quitte à y insérer des pages produites par les différentes équipes rédactionnelles. Interdire le journal en allemand, c’est faire la fortune des journaux suisses et couper les Alsaciens de toute information nationale. Publier des journaux bilingues en double colonage est impossible : chaque tentative récente de ce type s’est soldée par une faillite. Il faut encourager le journal en français, mais ne plus revenir au système des fonds secrets ou de subventions d’officines de propagande : le privilège de l’annonce légale devrait suffire. Un groupe technique du Service est réuni le 26 avril 1944 autour de Marzolf et de Jacques d’Alsace, avec Mangeon, Billmann (désormais chef de service au Commissariat d’Etat des prisonniers et déportés), Desforges (directeur de l’office national du Livre), Haenggi, Kaestlé, Koch161, et Georges Weill. Les conclusions de ce groupe sont plus tranchées que celles du rapport Felsenstein. Il n’y aura qu’un seul journal pour la période de transition, ou plus exactement une seule « Une » et des pages intérieures différentes162. Le journal en allemand se révèle incontournable, mais la publicité doit y être en français (Billmann) et son contenu contrôlé par la censure (Koch). La presse en français doit être encouragée par des subventions et le privilège des annonces légales (Weill). Ces propositions sont adoptées163. Sur la radio, on s’en tient aux propositions avancées par le Conseil consultatif : rétablissement d’un poste national Radio-Strasbourg émettant en français, avec une station locale en allemand ou en alsacien, « destinée à supplanter l’intérêt incontestable que pourront présenter les émissions des postes voisins »164. Le dossier du taux de change, qui avait déjà préoccupé le Conseil consultatif, est également traité par un groupe technique du Service, réunissant Marzolf, Mangeon, Essig (inspecteur des finances au Commissariat d’Etat aux Finances), Wenger-Valentin, ainsi que le capitaine Flocard. Les réflexions en cours au Commissariat des Finances de Pierre Mendès France aboutissent à imposer un taux de change à 15 franc le mark, alors que le taux appliqué par les Allemands en France occupée (et en Alsace et Lorraine) avait été de 20 francs le mark. Le mark n’avait pas été la monnaie de la France occupée ; elle avait été celle de l’Alsace et de la Lorraine. Les rapports de Jacques d’Alsace insistent là encore sur les précédents de 1919. Le groupe technique ne souhaite pas mécontenter la population alsacienne. Le double taux, 15 francs pour la France et 20 francs pour l’Alsace et la Lorraine obligerait à maintenir une ligne douanière, pour éviter les flux de marks vers l’Est. On se rallie donc à la position : 20 francs le mark pour une somme forfaitaire de marks par famille, le taux national pour le reste165.

Le général de Gaulle et Mgr Hincky

  • 166  AN, 3 AG 1/329, Alsace et Lorraine. Le général de Gaulle à Mgr Hincky, décembre 1943.

103Le 13 décembre 1943, Mgr Hincky célèbre à Alger une messe pour la sainte Odile, à laquelle il avait invité le général de Gaulle, qui avait regretté de ne pouvoir y assister, ajoutant : « J’aurais voulu pouvoir en ce jour me retrouver au milieu de nos chers compatriotes d’Alsace et de Lorraine166 ».

104Le 9 décembre 1943, le général de Gaulle avait élargi le Comité Français de Libération nationale aux principales tendances de la politique et de la Résistance, mais n’avait pas obtenu l’entrée des communistes. Il aurait voulu « un catholique à côté de lui », assure Jean Pierre-Bloch :

  • 167  PIERRE-BLOCH (Jean), Alger capitale de la France en guerre. 1942-1944, Paris, 1989, p. 33 et 34.

Il pensait à Mgr Hincky, le courageux évêque alsacien... Mais il fallait l’agrément de la hiérarchie religieuse. La dite hiérarchie refusa167.

  • 168  DANAN (Yves-Maxime), La vie politique à Alger de 1940 à 1944, Paris, 1963, p. 214.

105Yves-Maxime Danan situe également ces initiatives au mois de novembre 1943168. Cela n’est nullement exclu. Il est cependant vraisemblable que ces démarches se soient produites – ou reproduites – au mois de mars 1944, après l’entrée des communistes dans le CFLN. Mgr Hincky informe le cardinal Tisserant que le général de Gaulle lui avait offert, le 1er avril 1944, « pour témoigner tout ensemble à l’Alsace et à la Lorraine et au clergé français, sa sympathie, un poste de commissaire d’Etat. » Hincky avait accepté en principe :

sous réserve de l’autorisation de l’autorité religieuse. Vu les intérêts religieux de la France en général et de l’Alsace et de la Lorraine en particulier, qui sont en cause, j’aurais cru manquer à mes devoirs en adoptant une attitude différente.

  • 169  AN, 3 AG 1/329, Le général de Gaulle à Mgr Hincky, 4 avril 1944. Publiée dans Charles de GAULLE, L (...)
  • 170  PIERRE-BLOCH, Alger capitale de la France en guerre. 1942-1944, Paris, 1989, p. 33 et 34.

106Le général de Gaulle en aurait parlé à Mgr Leynaud, archevêque d’Alger, qui aurait promis d’en référer au Saint-Siège »169. Il n’y eut pas de réponse. Jean Pierre-Bloch commente : « Curieuse prudence. Alors qu’à Vichy, beaucoup de prélats se passèrent de cette permission et furent les laudateurs de Pétain »170.

L’exclusive des revenants

  • 171  AN, F 1a 3814, Questions d’Alsace-Lorraine. Jacques d’Alsace au Commissariat à l’Intérieur, le 13  (...)

107Alors que le retour en France approche, Jacques d’Alsace traverse au début de l’été 1944 une période de profond découragement. En juin, il se plaint de ce que les différents commissariats d’Etat ne tiennent pas compte des travaux du Service171. De plus, les « mesquines querelles entre Alsaciens » font à nouveau rage. Speitel a fait sa réapparition à Alger ; il continue de se prétendre le porte-parole des Alsaciens et Lorrains libres. C’est à une véritable charge qu’il se livre contre Jacques d’Alsace, ancien fonctionnaire de Vichy :

qui a systématiquement écarté les anciens résistants à Londres et en AFN des affaires de l’Alsace et de la Lorraine, s’appuie exclusivement sur des organisations qui n’ont pas pris part à la résistance, combat le GERAL, et n’a pas pu obtenir que l’Alsace et la Lorraine soit représentée à l’Assemblée consultative provisoire.

  • 172  Speitel assure se fonder sur l’opinion de Huck-Astier, Roudolphi, Wehrung, Neurohr, P. Alexandre e (...)

108Il demande à la tête du Service d’Alsace-Lorraine des hommes indépendants, par exemple le général Koenig172.

109Le commissariat de l’Intérieur réunit les éléments d’une note pour le Commissaire qui se termine par :

  • 173  Le général de Gaulle ne néglige pourtant pas les hommes qui en juin 1940 l’ont rejoint à Londres. (...)
  • 174  AN, F 1a 3814, 1/6/1944. Note pour le Commissaire d’Etat à l’Intérieur.

Speitel, esprit faux et agité173 méconnaît la situation où lors de la Libération, la population opprimée et résistante, restée sur place déterminera sa politique en dehors de tout apport des réfugiés d’Algérie ou de Londres. Les revenants ont crée le malaise alsacien en 1918. Il ne faudrait pas retomber dans la même erreur. Le général Koenig, Normand d’origine, mis en cause dans la note doit certainement s’en rendre compte »174.

110C’était là définir une politique. Et prononcer une exclusive contre les revenants.

La disgrâce de Jacques d’Alsace ?

111Etait-ce signifier aussi la disgrâce de Jacques d’Alsace et la fin de sa mission ? Celui-ci semble s’en rendre compte. En juillet, Jacques d’Alsace se plaint amèrement au général et à son directeur de cabinet Palewski.

  • 175  AN, 3 AG 1/267, Jacques d’Alsace au général de Gaulle, le 20 juin 1944.

J’ai le sentiment qu’une véritable cabale est montée contre moi … Au cours du dernier entretien que le général lui a accordé, il a demandé à être désigné comme le « porte-parole du général de Gaulle en Alsace-Lorraine »175.

  • 176  AN, 3 AG 1/267, Palewski à Jacques d’Alsace le 23 juillet 1944. De retour des Etats-Unis le 14 jui (...)
  • 177  L’on prépare à Alger ... et en France occupée les nominations de commissaires de la République et (...)
  • 178  AN, AG 1/267, Jacques d’Alsace à Palewski, Le 7 août 1944.

112Palewski rappelle dans une note au général que Kalb a travaillé avec Rex qui l’a fait venir à Londres, et qu’il demande un appui contre ses détracteurs. Chargé de le recevoir à la fin de juillet 1944, Palewski l’assure de la sympathie du général176. Le 7 août, dans une note faisant suite à cet entretien, Jacques d’Alsace précise qu’il a demandé un poste dans l’état-major du général « en qualité de conseiller technique pour l’Alsace-Lorraine de manière à pouvoir représenter le général en Alsace et en Lorraine, au moins pendant les débuts de la Libération ». Et il continue d’exprimer ses plaintes : on n’a tenu nul compte du travail du Service ; l’on n’a pas désigné de députés d’Alsace et de Lorraine à l’ACP ; il ignore tout des personnes qui doivent occuper d’importantes fonctions en Alsace et en Lorraine, alors qu’il croit savoir que dans certains départements ministériels des plans de réorganisation sont prévus et qu’on a même désigné des titulaires pour occuper des postes importants177. Il n’en reste pas moins fidèle au général de Gaulle178. Le 13 septembre, avec les personnels du Commissariat d’Etat à l’Intérieur, Jacques d’Alsace quitte Alger pour Paris.

Paris libéré : Le choix des futurs hauts fonctionnaires d’Alsace et Lorraine

  • 179  FOULON (Charles-Louis), Le pouvoir en province à la libération. Les Commissaires de la République,(...)

113Le choix des futurs haut-fonctionnaires chargés de l’administration du territoire libéré sera fait en France occupée179. Pourtant, les Commissaires d’Etat à Alger n’avaient pas manqué de faire des propositions. Le service d’Alsace et Lorraine avait adressé le 28 mars 1944 une liste de personnalités « qui semblent à première vue remplir certaines conditions essentielles pour pouvoir être prises en considération pour les différents postes à pourvoir ». Elle distingue deux échelons : celui du Commissariat régional et celui des préfectures :

I. Commissariat régional à Strasbourg : M. Terracher, Carré de Malberg, général Koenig, Robert Schuman, Charles Frey, Louis Marin, Sérot. Secrétaires généraux : Page, Eschbach, président du tribunal administratif d’Alsace et de Lorraine, actuellement à Strasbourg, Marzolf, Me F.-J. Heitz, le Dr Pfleger, Hocquard, maire de Metz, professeur au Lycée d’Annecy,

Etat Major régional [du Commissariat régional] 1° Justice : Ohlmann, Coen (Cour d’Appel d’Alger) ; Groetzinger, ancien substitut à Strasbourg ; Wenninger, ancien juge d’instruction,condamné à mort ; Fonlupt. 2° Finances : Essig, Ehrardt (Inspecteur général des finances à Alger), Wenger-Valentin, 3° Affaires sociales : Robert Heitz, condamné aux Travaux forcés, médecin commandant Stricker, Freyzs, ancien médecin à Strasbourg (à Lyon) ; 4° Education nationale, Jeunesse et sports : Schmidt‑le‑Roi, ancien secrétaire général de la CFNR, commissaire national aux Scouts de France, actuellement à Montélimar. Caquelin, ancien avocat au barreau du Colmar, commissaire national aux Eclaireurs de France, capitaine défenseur au Tribunal militaire à Alger, H. Mangeon, ancien industriel, ancien chef du Service départemental d’Education physique et de préparation militaire élémentaire du Bas‑Rhin, animateur du sport en France. 5° Propagande, presse, radiodiffusion : F. Scheer, ancien avocat, ancien chef de cabinet de M. Georges Villiers, maire de Lyon ; M. Marcel Koch, M. Charles Haenggi, M. Jean Knittel (en Suisse), M. Gaston Moesch, ancien rédacteur en chef de la France de l’Est, actuellement à Marseille. 6° Cultes : M. Charles Altorffer. 7° Communications : M. Graff ; 8° Industrie, commerce, artisanat : Blanc, (S.A. Hartmann à Munster et Lyon), Bernard de Turckheim.

  • 180  AN, F 1a 3814, Service d’Alsace et Lorraine à Commissaire d’Etat à l’Intérieur 28 mars 1944, Note (...)

II. Cadre préfectoral. Bourrat préfet de la Moselle (Montauban), Agard, préfet du Haut-Rhin (Agen), Cathal sous-préfet de Molsheim (réfugié en Suisse), Matter ancien sous-préfet de Thann, conseiller de préfecture du Rhône, Paira sous-préfet de Sélestat, prisonnier de guerre, Oster sous‑préfet de Condom, Staub sous-préfet direction des réfugiés à Vichy, Schreiber avocat à Colmar (Villeneuve sur le Lot), Latscha, ancien avocat du barreau de Mulhouse, ancien secrétaire général de Perpignan (révoqué) ; Zimmermann chef du bureau à la Direction d’Alsace et de Lorraine à Vichy, Spindler, chef de division de la préfecture du Haut‑Rhin, Fritz, chef de cabinet du préfet du Haut‑Rhin à Agen, Jacob, directeur du service des réfugiés à Agen, actuellement incarcéré par les Allemands, M. Spaety, ancien directeur de cabinet du Haut‑Rhin, M. Kielholtz, chef de cabinet à Montpellier, M. Faller, ancien sous-préfet d’Altkirch, actuellement à Limoges180.

114La liste est précieuse, car elle relève les noms de ceux qu’à Alger, Jacques d’Alsace considérait comme non « indésirables ». On relèvera qu’outre des fonctionnaires antérieurement en poste en Alsace et en Lorraine n’ayant pas démérité, figurent les membres de son « réseau » de Lyon, les membres du Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine d’Alger, ainsi que quelques personnalités « résistantes » déjà connues : Fonlupt, défenseur de Mendès France à Riom. Par contre, on notera que n’y figurent aucun ancien UPR, ou socialiste : ni Walter ou Meck, ni Naegelen !

Les premières désignations : Blondel et Fonlupt

  • 181  HOSTACHE (René), Le Conseil National de la Résistance, Paris, 1958, p. 247-287. FOULON, op.cit., p (...)
  • 182  AN, F/1a/3300, Emile Laffon au Ministre de l’Intérieur Adrien Tixier, le 12 octobre 1944.
  • 183  Foulon relève : « la force de Laffon et Debré est de continuer les désignations sans attendre d’êt (...)
  • 184  AN, F/1a/3300, Rapport Laffon à Tixier, le 13 septembre 1944. On ne peut que spéculer sur la natur (...)
  • 185  AN, F/1a/3300, Rapport Laffon à Tixier, le 13 septembre 1944.

115Chargé par le Comité général d’études du CNR (CGE) des désignations181, Michel Debré informe, le 12 octobre 1943, Fonlupt-Esperaber de sa nomination de préfet régional à Strasbourg ; il prévoit en outre que les préfets des préfectures repliées, Bourrat à Agen (Moselle) et Agard à Montauban (Haut-Rhin) rejoindront leurs postes182. Mais Emile Laffon, qui exerce les mêmes fonctions, n’en avait pas été informé, pas plus qu’Alexandre Parodi, délégué général du gouvernement183. A la veille de l’insurrection de Paris, Parodi nomme l’ancien directeur de cabinet d’Oberkirch dans le gouvernement Tardieu, Charles Blondel (PDP) qui a fait partie du Comité Général d’Etudes (CGE) du CNR, commissaire régional à Strasbourg. Blondel est reçu par le général de Gaulle à la fin août, et se voit « donner certaines instructions »184. Charles Blondel est ensuite reçu par le ministre de l’Intérieur d’Astier en présence de Laffon. D’Astier lui rappelle que sa mission était d’abord une mission d’enquête185. Ces instructions semblent assez vagues pour que Blondel ne croie pas s’en affranchir en emmenant avec lui le 7 septembre trois avocats à qui il réserve les préfectures : Rebourset (bâtonnier de Metz) pour Metz, de Précigout (barreau de Strasbourg) pour Strasbourg et Stoeber (barreau de Mulhouse) pour Colmar. Les armées alliées sont immobilisées et attendent de se réapprovisionner avant de repasser à l’offensive, qui ne reprendra qu’au début de novembre. Blondel atteint Bar-le-Duc, puis revient sur Paris, en ayant cependant laissé Rebourset dans les seuls territoires du département de la Moselle libérés à ce moment là.

Adrien Tixier ministre de l’Intérieur

  • 186  ALTORFFER (Charles), Au service des réfugiés alsaciens dans le Sud-Ouest, (1939-1945), L’Outre-for (...)

116Le 8 septembre, se produit le remaniement du gouvernement provisoire. Le socialiste Adrien Tixier qui avait été commissaire aux Affaires sociales à Alger est nommé ministre de l’Intérieur. L’organigramme du ministère est redéfini. Laffon conserve son poste de Directeur général de l’administration régionale. Marzolf, sous-directeur, est chargé du service d’Alsace et de Lorraine installé rue Monceau. Jacques d’Alsace arrivé d’Alger semble n’avoir ni affectation ni fonctions précises186. De son côté, le ministre de l’Education nationale, René Capitant nomme son ancien collègue Marcel Prélot recteur de Strasbourg. Et ce dernier constitue également son équipe : Marthelot et Baas pour le second degré, Théobald (Inspecteur d’Académie de Chateauroux) et Storck (proviseur de Gay-Lussac à Limoges) inspecteurs d’académie du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. L’université attendra à Clermont-Ferrand. Le « rugueux » Tixier semble vouloir remettre sur le métier la politique alsacienne et lorraine du gouvernement. Trois préoccupations semblent le guider : appliquer le plus possible aux départements d’Alsace et de Moselle les dispositions communes à tous les départements, trouver des interlocuteurs représentatifs de l’opinion alsacienne pour éviter de provoquer un nouveau « malaise », réintégrer les forces politiques alsaciennes dans le jeu politique national.

L’organisation des pouvoirs publics en Alsace et en Lorraine

La première ordonnance relative à l’Alsace et à la Lorraine

  • 187  Journal officiel du 16 septembre 1944.

117L’ordonnance du 15 septembre, relative au rétablissement de la légalité républicaine dans les trois départements avait été rédigée au Commissariat d’Etat à la Justice de François de Menthon, et préparée par Bodard et son groupe technique. Elle proclame le rétablissement de la légalité républicaine, soit le retour à la législation appliquée au 16 juin 1940, l’annulation de tous les textes édictés par la puissance occupante, sauf exceptions provisoires. Elle confirme la validité des actes juridiques et contrats conclus valablement selon le droit allemand, ainsi que des successions effectuées, des jugements et arrêts prononcés par les tribunaux civils ou commerciaux, sauf demande de révision devant un tribunal français. Il en va de même pour les condamnations pénales, sauf si elles étaient contraires au droit pénal français ou si « l’attachement du condamné à la France a déterminé ou aggravé la peine »187.

L’ordonnance du 29 septembre 1944 sur l’organisation des pouvoirs publics

  • 188  AN, F/1a/3300, Laffon à Tixier, le 13 septembre 1944.

118Une note de Laffon, datée du 13 septembre, informe le nouveau ministre de la situation de l’administration de l’Alsace. Dès le début de septembre – sans doute sous l’impulsion de Jean Pierre Bloch – le ministère de l’Intérieur a fait un choix déjà envisagé à Alger mais écarté par Marzolf et Jacques d’Alsace : la séparation de l’Alsace et de la Moselle en deux commissariats régionaux distincts188. Cette conception rejoint également la position propre du général de Gaulle, qui avait au début de juillet donné pour instructions au Commissariat à l’Intérieur d’éviter l’appellation d’Alsace-Lorraine et d’Alsaciens-Lorrains :

  • 189  AN, F 1a 3814, Général de Gaulle au Commissariat à l’Intérieur 09 juillet 1944.

Il m’a été rendu compte que des militaires originaires des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle étaient défavorablement impressionnés par l’emploi, en ce qui les concerne de l’appellation d’Alsaciens-Lorrains. Par sa forme cette appellation peut en effet, (tout en étant à l’opposé des sentiments de ceux qui l’emploient) tendre à classer ces militaires dans une catégorie distincte de l’ensemble de la nation. Le terme d’Alsace-Lorraine est la traduction d’Elsass-Lothringen, formation administrative allemande née de la défaite de 1871 et qui ne correspond à aucune réalité française. En conséquence, j’ai l’honneur de vous prier, pour éviter de froisser les susceptibilités et de donner un argument aux propagandes ennemies, d’interdire l’emploi de l’expression d’Alsaciens-Lorrains. Il y aurait lieu selon le cas, soit d’employer le nom des départements d’origine, soit de se servir des appellations séparées d’Alsace et de Lorraine189.

  • 190  AN, F/1a/3300, Tixier à Laffon, le 13 septembre 1944.

119Mais visiblement, il n’avait pas imposé cette doctrine à Blondel, parti avec ses trois préfets. Et Marzolf rapporte dans un historique du 29 novembre 1944 que cette séparation avait été imposée par les commissaires d’Etat Capitant et de Menthon : ils avaient demandé que la Moselle soit rattachée immédiatement au commissariat régional de Nancy. On veut affirmer un principe : il n’est pas souhaitable de reconstituer l’Alsace-Lorraine. C’est ce que développe l’exposé des motifs d’un projet d’ordonnance, rédigé par Marzolf et présenté par Laffon, avec lequel Tixier se déclare d’accord190 :

Il a été décidé qu’au moment de la Libération le statut provisoire des départements du Haut‑Rhin, du Bas‑Rhin et de la Moselle sera à nouveau basé sur la législation telle qu’elle existait au 16 juin 1940. Il appartiendra aux Assemblées nationales où siégeront les représentants de la population de se prononcer ensuite sur les réformes à apporter à la législation en vigueur dans les trois départements. Il demeure bien entendu que la législation existant au 16 juin 1940, devra être complétée d’une part par les ordonnances et dispositions réglementaires du CFLN et du GPRF, dans la mesure où elles sont applicables dans les trois départements sur la base des principes de 1940, et d’autre part par ceux des textes dits lois et décrets de l’Etat français que le GPRF désirerait conserver.

Dès maintenant, il convient d’étendre aux trois départements, les dispositions prises pour l’ensemble du pays en ce qui concerne la division du territoire national en Commissariats régionaux de la République (ordonnances du 10 janvier 1944 et du 3 juin 1944).

Deux solutions paraissent pouvoir être envisagées :

soit la création d’une région englobant les départements du HR du BR et de la Moselle doté d’un CR à Strasbourg

soit la constitution de deux régions : l’une englobant les départements alsaciens du HR et du BR avec CR à Strasbourg, l’autre par le département de la Moselle, doté d’un CR à Metz.

Il semble préférable de s’arrêter à la deuxième solution, attendu qu’il ne paraît pas souhaitable de récréer une région « Alsace et Lorraine » qui ne correspond ni aux intérêts économiques, ni aux aspirations de la population.

En effet la Moselle se différencie du Bas-Rhin et du Haut-Rhin par une industrie largement développée qui se rattache beaucoup plus au bassin de Briey qu’aux centres alsaciens et par une agriculture constituée sur d’autres bases que l’agriculture alsacienne. Le centre d’attraction des affaires pour la Moselle n’est pas Strasbourg, mais Nancy, véritable capitale du pays lorrain, formé par les départements de Meurthe et Moselle, de Moselle, de la Meuse et des Vosges. En outre les populations mosellanes parlent le français et un patois germanique nettement distinct du patois alsacien. Il est à remarquer d’autre part que la structure politique de la Moselle était différente de celle des départements alsaciens et qu’il n’existait aucun lien entre les partis sur le plan régional. Il est à considérer enfin que toutes les dissemblances politiques économiques et sociales se trouveront encore accentuées au moment de la libération, par les conséquences qu’aura laissé l’application d’un régime spécial, imposé par les autorités allemandes qui ont séparé la Moselle de l’Alsace en intégrant la première au Gau Westmark et la seconde au Gau Oberrhein.

Dans ses conditions la région « Alsace » sera administrée par le Commissaire régional de la République à Strasbourg et les préfets du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. La région « Moselle » sera administrée par le Commissaire régional de la République à Metz qui cumulera les fonctions et les pouvoirs du Commissaire Régional avec ceux du préfet de la Moselle.

  • 191  AN, F/.1a/3823, Rapport Tixier au Général de Gaulle le 15 septembre 1944. Exposé des motifs et pro (...)

120Cependant, on reconnaissait qu’on serait obligé à assurer une certaine unité dans la liquidation du régime allemand, et le projet d’ordonnance prévoit donc un comité de coordination des deux « commissaires et des préfets » à Strasbourg, dont le secrétariat serait assuré par le service d’Alsace et de Lorraine191.

  • 192  AN, F/1a/3300, Courcel à Tixier, le 29 novembre 1944. Historique de l’organisation de l’administra (...)

121Le Conseil des ministres du 19 septembre renvoie l’ordonnance aux services pour nouvelle rédaction : le gouvernement rejette cette « coordination » parce qu’il craint qu’elle n’aboutisse à une reconstitution, même passagère d’une « Alsace-Lorraine »192.

Deux commissariats régionaux : Alsace et Moselle

  • 193  JO. du 19/10/1944.
  • 194  AN, F/1a/3299, AN, F/1a/3299, Ordre de mission du 23 septembre 1944.

122L’ordonnance est en fin de compte adoptée le 23 septembre et publiée, sans exposé des motifs, dans le Journal officiel du 19 octobre 1944. Elle crée deux commissariats de la République, l’un à Strasbourg, regroupant les deux départements du Rhin, l’autre à Metz, où le préfet exerce « les pouvoirs conférés aux commissaires de la République »193. Quant à la coordination entre les Commissaires de la République, elle était assurée provisoirement par un Commissaire de la République en mission. Geoffroy de Courcel est provisoirement chargé de ces fonctions194.

Le choix définitif des hommes : les préfets

  • 195  A la fin d’octobre, Tixier demande à Meck (qu’il croit à Avignon) de rejoindre Paris. Mais ce dern (...)

123Laffon avait déjà fait convoquer à Paris les maires des grandes villes d’Alsace et de Lorraine, Frey et Hocquard, Walter, Maechling, Naegelen, Richard, Wicky195. Blondel semble avoir négligé l’échelon ministériel dans l’idée qu’il se faisait de sa mission et avoir omis de s’informer des dispositions prises par Laffon qui s’en plaint :

Il s’était mal préparé à sa tâche, n’avait pas consulté les milieux alsaciens de Paris, ni les milieux réfugiés des départements du Sud-Ouest, ni « certaines personnalités éminentes que l’on ne peut pas ne pas consulter quand on est chargé d’une mission exceptionnelle en Alsace et en Lorraine.

124Du coup, il avait pressenti l’un des « quatre-vingt », Philippe Serre député « Jeune République » de Briey, mais doutait de son consentement. Il faudra donc s’accommoder de Blondel. Une entrevue avec Frey l’avait convaincu : confirmer la nomination de Fonlupt à Strasbourg s’avérait impossible. Fonlupt s’y était présenté trois fois à des élections et en 1936 avait fait passer un communiste [contre Charles Frey].

125Enfin, Laffon fait état de la « vive campagne » qu’a menée Jacques d’Alsace à son arrivée d’Alger contre les nominations intervenues sans qu’il ait été consulté. Il souligne :

M. Kalb est candidat au poste de préfet de Colmar (c’est une des raisons de sa sévérité à l’égard de M. Stoeber). M. Kalb a les titres les plus magnifiques dans la Résistance, mais il n’est pas certain que l’Alsace qui a horriblement souffert, qui de force à dû servir l’Allemagne, ait les mêmes réactions que nous à l’égard de la résistance ou de la collaboration. Les titres de M. Kalb seront moins sensibles aux Alsaciens qu’aux Français de l’Intérieur.

  • 196  AN, F/1a/3300, Rapport Laffon à Tixier, le 13 septembre 1944.

126Tout comme pour Fonlupt à Strasbourg, le passé politique de Kalb à Colmar est un obstacle à sa nomination de préfet du Haut-Rhin. Dans un département où l’épuration constituera à l’évidence une des tâches de l’administration, sans doute craint-on également son intransigeance patriotique196.

  • 197  Qui ne vise pas particulièrement l’Alsace. Tixier rappelle aux Commissaires de la République en se (...)

127Tixier avait de son côté demandé à Blondel de lui exposer ses idées sur l’orientation de sa politique. Il annote d’un « je ne suis pas d’accord, le commissaire régional ne sera pas indépendant. AT197 », le passage suivant du rapport de Blondel :

  • 198  AN, F/1a/3300, Blondel à Tixier, le 17 septembre 1944. ADBR, AP Irjud, Rapport Blondel du 16 septe (...)

Au début surtout, les solutions à apporter à la plupart des problèmes tant techniques que politiques ne pourront être trouvées que sur place, sous l’autorité sans doute du ministre compétent, mais sans que les mesures prises soient mises en cause quand à leur bien-fondé par les bureaux d’une direction parisienne dont l’existence ferait à cet égard double emploi avec le commissariat régional198.

  • 199  Ce dernier s’est adressé à Georges Bidault, pour lui expliquer sa mésaventure et lui exposer la po (...)
  • 200  AN, F/1a/3300, e 16/9/1944, Naegelen adresse une longue note à Tixier, portant sur les questions d (...)
  • 201  Suivi de Holveck, ancien préfet de Poitiers, de Jung secrétaire général de la Moselle, et de Jean  (...)
  • 202  AN, F/1a/3299, Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur au Ministre 27 septembre 1944, avec (...)

128Mais comment revenir à présent sur cette nomination ? Le 19 septembre, le conseil des ministres procède à la nomination de Blondel comme commissaire de la République pour les départements du Haut et du Bas-Rhin. Et décide de proposer à Fonlupt la préfecture de la Moselle, avec pouvoirs de commissaire de la République199. Tixier reçoit Fonlupt le 19 septembre : ce dernier refuse Metz et ira donc à Colmar. Restait Strasbourg. Le 25 septembre, Tixier qui a vu Naegelen200, avait demandé que l’on étudie la nomination de Naegelen à Strasbourg. Marzolf rappelle dans une note que la nomination de l’adjoint au maire de Strasbourg susciterait certainement des réserves à Strasbourg, étant donné l’âpreté des combats politiques qu’il y avait soutenus ; la nomination d’un préfet serait préférable, en premier rang celle de Léonard, alors préfet de Seine et Oise201. Laffon admet que la nomination de Naegelen ferait « contre-poids » aux nominations récentes, mais reconnaît que la nomination d’un préfet serait préférable202. On en reste là pour le moment. Strasbourg n’est pas libéré. Et Tixier réclame des notes sur :

  • 203  F/1a/3300, Rétablissement de la légalité républicaine en AL. Tixier à Laffon 22 septembre 1944.

L’épuration de l’administration, la répression de la collaboration, la coopération de la nouvelle administration avec les organisations de résistance et la formation éventuelle de CDL, la question linguistique, la question religieuse, la question de l’enseignement, la législation civile, la législation sociale, la réorganisation judiciaire, la question de la monnaie, la question de ravitaillement. Ces projets de directives qui seront soumis à l’approbation du gouvernement devraient être préparés d’urgence en coopération par MM. Blondel, Marzolf , de Courcel etc203.

Toujours les divisions entre Alsaciens

  • 204  AN, F/1a/3299, L’on ne dispose malheureusement pas de liste des personnalités consultées. Par cont (...)

129Tixier tient le 25 septembre une réunion avec des « personnalités représentatives de l’opinion en Alsace qui se trouveraient actuellement à Paris »204. Il ressort exaspéré de ses entretiens et réunions.

  • 205  F/1a/3299, Tixier à Laffon, le 25 septembre 1944.

L’application des lois de la République en Alsace et en Lorraine exigera dès les premiers jours, une coordination entre Commissaires de la République. Pour l’instant par ordre ministériel, j’ai confié cette tâche à M. de Courcel, commissaire en mission. Mais dès maintenant, il faut prévoir une solution plus permanente à ce problème de coordination. Tous les visiteurs alsaciens et lorrains que je reçois m’en parlent. Les uns se prononcent pour la création d’un Conseil consultatif à Strasbourg. Les uns critiquent toute idée d’un tel comité comme un retour aux institutions de l’autonomisme. Les uns demandent la création au ministère de l’Intérieur d’une direction générale de l’Alsace et de la Lorraine, alors que les autres protestent vivement contre une telle éventualité, car la création d’une telle direction à Paris leur apparaît comme une manifestation d’un esprit centralisateur qui ne tiendrait pas compte des conditions particulières de l’Alsace. Ces derniers demandent que chaque ministère intervienne directement dans son domaine pour les questions alsaciennes, sans passer par le ministère de l’Intérieur. Je désire recevoir de vous une note substantielle traitant à fond ce problème de l’organisme centralisateur, soit à Paris, soit en Alsace205.

  • 206  AN, F/1a/3299, « M. Paul Valot avait été relevé de ses fonctions en 1941 semble avoir été nettemen (...)

130Episode humoristique dans ce tourbillon : Valot lui-même était venu au ministère et réclamait sa réintégration en qualité de Directeur général des Services d’Alsace-Lorraine, puisque la loi du 24 juillet 1925 était toujours en vigueur. « Cette réintégration est‑elle un droit ; cette direction existe-t-elle toujours légalement ou a-t-elle été supprimée » ? demande Tixier à Laffon au début d’octobre206. En fait, l’abrogation de la loi de 1925 sera la réforme la plus profonde du statut alsacien et lorrain effectuée par le GPRF. Pour ce faire, il faut recourir à un tour de passe-passe, un peu paradoxal, et se référer à Vichy.

L’ordonnance du 23 octobre 1944

131L’exposé des motifs de l’ordonnance du 23 octobre 1944 rappelle l’organisation mise en place par la loi du 24 juillet 1925, et constate que la Direction général des Services a été supprimée par Vichy et ne se justifie plus. Dans ces conditions, le service central d’Alsace et de Lorraine rattaché au ministère de l’Intérieur n’est plus qu’un « organisme de coordination et d’étude ainsi que de liaison avec les différents ministères ». Les autres services sont rattachés à leurs ministères respectifs : l’Instruction publique à l’Education nationale, les cultes et le statut local au ministère de l’Intérieur, les assurances sociales au ministère du Travail et de la Sécurité sociale. Le refus de rétablir une Direction qui existait légalement au 16 juin 1940 et la répartition des affaires d’Alsace-Lorraine entre chacun des ministères compétents constituait un choix politique clair.

Un « commissaire général de fait » : Geoffroy de Courcel

  • 207  AN, F/1a/3299, Arrêtés du Ministre de l’Intérieur, 5/10/1944 et 18/10/1944, 4 autres commissaires (...)

132Cette ordonnance paraît au Journal Officiel du 24 octobre. Tixier élargit la mission de Geoffroy de Courcel, chargé également « de la coordination à Paris des activités des divers départements ministériels pour les questions relatives à l’Alsace et à la Lorraine. Cette organisation toute provisoire fera l’objet d’une nouvelle décision lorsque l’Alsace et la Lorraine seront libérées »207. En fait, avec Courcel, qui installe ses bureaux au 64 rue Monceau, siège du service d’Alsace et de Lorraine, Tixier se dote d’un homme actif, énergique, efficace, à qui ses fonctions antérieures auprès du général de Gaulle confère un poids politique certain. Courcel est en liaison permanente avec le cabinet du général et son directeur, Palewski, très fréquemment sollicité, et qui suit les affaires alsaciennes et lorraines de près. Bref, Courcel allait être jusqu’en mars 1945 une sorte de Commissaire général d’Alsace et de Lorraine, sans que l’autorité du ministre de l’Intérieur ne cesse de s’exercer.

La libération de Strasbourg et de Mulhouse

  • 208  Sur rapport favorable du Commissaire de la République à Rennes, Legorgeux. Le CDL de l’Ile-et-Vila (...)
  • 209  Paul Leistenschneider, originaire de Thionville, officier au SR de Vichy et au réseau Kléber. Gagn (...)

133Le 22 novembre, juste à temps, étaient pris les décrets nommant Blondel et Fonlupt, commissaire régional et préfet du Haut-Rhin. Blondel avait pour directeur de cabinet Alfred Coste-Floret. Avaient été nommés aussi un secrétaire général aux affaires économiques, M. Faure ancien intendant économique à Rennes208. Nommé également un « préfet de police » : Paul Leitschneider (colonel Carré) doit assurer l’ordre et la sécurité, avec des effectifs notoirement insuffisants209.

134Le lendemain, Leclerc libérait Strasbourg. Naegelen n’avait pas été nommé préfet du Bas-Rhin, mais il était député à l’Assemblée consultative provisoire et vice-président de sa commission d’Alsace et Lorraine. Il recommande pour la préfecture du Bas-Rhin, un « technicien » : Gaston Haelling, directeur du port autonome de Strasbourg jusqu’en 1938 :

  • 210  HAELLING (Gaston), Une préfecture désannexée, Strasbourg, 1954.

A 18 heures, relate Haelling, Jean Morin, directeur du personnel au Ministère de l’Intérieur se présente chez lui et lui communique sa nomination de préfet du Bas-Rhin. Ils se rendent place Beauvau, où Haelling commence par refuser puis demande 12 heures de réflexion. Arrivé chez lui, Laffon lui communique téléphoniquement la signature de son décret de nomination par le général de Gaulle210.

135Il ne lui reste plus qu’à prendre le chemin de la ville libérée.

Les conflits avec les FFIA

136A Strasbourg, tout comme à Mulhouse, le retour de l’administration civile française se heurte aux comités de FFI. A Strasbourg, la mairie est occupée par l’avocat Damm, de l’état-major du commandant François, chef du bataillon FFI du Bas-Rhin. Leclerc lui intime l’ordre de céder la place à Federlin, délégué par le maire Frey, en route pour Strasbourg. Mais François se plaint à Blondel :

  • 211  AN, F/1a/3299, Commandant François au Commissaire de la République, Blondel 10/12/1944. Et réponse (...)

A mon sens il est absolument inadmissible que des services de Paris délèguent en Alsace et en particulier à Strasbourg, des fonctionnaires avec ordre de mission d’occuper des postes de commande dans l’administration, l’industrie et le commerce. Le FFI d’Alsace avaient déjà du temps de l’occupation organisé tous ces services et le fait que des chargés de mission venant de l’intérieur de la France et qui malheureusement ne connaissent souvent pas la situation de notre province ne donne lieu qu’à des difficultés211.

137Et il exige qu’on n’envoie à Strasbourg que des fonctionnaires qui seraient demandés par lui. Car conclut-il, « il serait injuste d’occuper des fonctions qui reviennent de droit aux FFI ». Très diplomatiquement, Blondel lui répond que :

L’arrivée des fonctionnaires est la conséquence du retour de l’Alsace à la France et du rétablissement de la légalité républicaine dans les deux départements placés désormais sous la pleine et souveraine autorité du gouvernement provisoire et de son chef, le général de Gaulle, qui ajoute à cette qualité, celle de chef de tous les résistants de France, parmi lesquels les FFI d’Alsace occupent une place de choix. [Il] tient à une étroite collaboration entre les chefs responsables et régulièrement nommés des divers services publics et les Alsaciens résistants restés dans les deux départements sous l’occupation allemande. En effet cette collaboration est indispensable pour assurer l’application dans le plus bref délai de la législation française et pour tenir compte dans cette application de la situation locale...

  • 212  AN, F/1a/3299, Pichon-Dourny capitaine ESAL à Marzolf 28/11/44, Télégramme ESAL à Guerre 29/11/44. (...)

138Même conflit à Mulhouse où le commandant du bataillon FFI du Haut-Rhin, Daniel (Paul Winter) refuse de reconnaître l’autorité du préfet, Fonlupt, étant donné ses antécédent politiques, revendique le droit de nommer les fonctionnaires et la municipalité provisoire de Mulhouse ; il exige en outre un taux de conversion du mark à 20 francs. Une intervention du général de Lattre est nécessaire pour que tout rentre dans l’ordre : le maire Wicky reprend sa mairie et Winter est chargé de préparer un CDL212.

La nouvelle Assemblée consultative et sa commission d’Alsace et Lorraine

139Le 11 octobre 1944, une ordonnance prescrit un élargissement de l’Assemblée consultative provisoire à 248 membres. Le collège des parlementaires était porté à 60 sièges, à désigner à la proportionnelle des groupes parlementaires de la Chambre de 1940, par une commission de vingt membres.

140Voilà qui repose la question de la représentation de l’Alsace et de la Lorraine. Courcel s’était préoccupé de la question, en déplorant le nombre très restreint de personnalités représentatives entre lesquelles choisir.

  • 213  Un oubli de Courcel : le sénateur du Bas-Rhin, Sigrist, qui comme Urban avait été absent le 10 jui (...)

Il signale à Tixier les deux catégories de députés alsaciens et mosellans qui auraient pu prétendre à siéger : ceux qui n’avaient pas pris part au vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, ou ceux qui ont participé à la lutte contre l’ennemi. Parmi les premiers, il convenait de ranger les députés mosellans Wiltzer (Boulay), alors sur le Massilia, qui avait participé à la libération de son département de refuge, l’Indre, Beaudoin (député de Château-Salins) expulsé en 1941, mais ayant participé aux activités du groupe Dorgères, Peter, député PSF de Sarrebourg, (réfugié , mais membre de la Commission administrative de la Moselle) les sénateurs Jules Wolff (sénateur Union républicaine de la Moselle), absent, retiré à Brive, mais sans activité politique, Corbedaine (sénateur Union républicaine, expulsé, sans activité politique). Dans le Bas-Rhin, seuls ont été absents Jean-Jacques Urban (sénateur Union Républicaine), plus tard interné puis expulsé par les Allemands, réfugié à Lyon, et le député communiste Daul, exclu de la Chambre en 1939213.

  • 214  AN, F/1a/3300, Courcel à Tixier, le 13 octobre 1944.
  • 215  AN, C 15 248, Assemblée consultative provisoire. Conférence des Présidents du 13 novembre 1944. Le (...)

141La commission des Vingt choisira Wiltzer et Jules Wolff. Le 24 novembre, après la nomination de Ramadier comme ministre du ravitaillement et sa démission, les Vingt feront appel pour le remplacer à Jean-Jacques Urban. Mais Courcel a conseillé aussi l’examen du cas de députés qui bien qu’ayant voté les pleins pouvoirs pouvaient être considérés comme « ayant participé à la lutte contre l’envahisseur et l’usurpateur ». A ses yeux, un seul député remplissait véritablement cette condition : Robert Schuman. L’on pouvait également considérer que Michel Walter, qui n’avait jamais eu de rapports avec Vichy, ou Meck qui s’était dépensé en faveur des réfugiés entrait dans cette catégorie. Il fallait signaler ces cas aux Comités directeurs de leurs partis. Mais il était alors trop tard pour cette démarche, regrette Tixier214. Les Comités directeurs habilités avaient déjà désigné deux députés au titre de la représentation de l’Alsace : la SFIO désigne Marcel-Edmond Naegelen, la Fédération républicaine désigne Oberkirch. Mais ayant voté les pleins pouvoirs et n’ayant pas pris part à la Résistance, Oberkirch est invalidé par la commission de vérification des pouvoirs avant l’installation de l’Assemblée et préfère se retirer215.

La commission d’Alsace et Lorraine

  • 216  Cosignée par Gaston Tessier (CNR-CFTC), Jules Catoire (CFTC), Maurice Guérin (CFTC), André Paillie (...)

142Le 10 novembre, au cours de la première séance plénière de l’Assemblée, consacrée au règlement intérieur, deux projets de résolution, l’une de René Capitant, l’autre d’André Wiltzer216 demandent la création d’une Commission d’Alsace et de Lorraine. Le président de la Commission du règlement, le député radical-socialiste Gaston Manent (Hautes-Pyrénées) – l’un des quatre-vingt – s’y oppose :

Je suis de ceux qui pensent que l’on n’a pas assez fait après 1919 pour intégrer l’Alsace-Lorraine à la France. Nous devons en finir avec ces méthodes. C’est à la commission de l’intérieur que nous devons confier le soin d’étudier toutes les questions concernant l’Alsace et la Lorraine. Je vous demande donc de ne pas créer une commission d’A et L. qui pourrait donner à penser que ces provinces ne sont pas complètement intégrées à la nation française.

143Cependant, (Naegelen) SFIO et le Cogniot (PCF) s’associent au vœu de Wiltzer (PDP) :

M. Naegelen ... Il faut réaliser l’unité de la législation … Mais la complexité des problèmes à résoudre en vue d’une assimilation totale est telle qu’elle impose la création d’une commission spéciale dans l’esprit même qui a présidé à celle des Commissariats de la République à Strasbourg et à Metz. La commission dans ma pensée doit aboutir à l’unité de la législation et de l’assimilation totale… Mais les avantages dont bénéficient les assurés sociaux d’Alsace et de Lorraine doivent être étendus aux ouvriers et employés de toute la France.

  • 217  AN, C 15273, séance du 10 novembre 1944. Commission d’Alsace et de Lorraine.

144Le rapporteur de la commission du règlement, Jules Moch, a beau rappeler que la commission s’oppose à l’unanimité à cette proposition : l’amendement Wiltzer est adopté217. Le 21 novembre, l’Assemblée consultative provisoire constitue sa commission d’Alsace et de Lorraine.

145Elle est composée de Paul Anxionnaz (Rad-Soc.), Florimond Bonte (PCF), Mme Delaunay (Franc-Tireur), René Fallas (Lorraine) Georges Izard (Organisation civile et militaire), Alphonse Juge (Démocrate populaire), Maurice Kriegel (Libération-Sud), Charles Laurent (CNR), Jean-Jacques Mayoux (Ceux de la Résistance), Marcel-Edmond Naegelen (SFIO), Francis Perrin (Comité Français à l’Etranger - USA), Maurice Schumann (France Combattante), Schwob (Union des Cadres Industriels français), Paul Simon (Démocrate Populaire), Gaston Tessier (CNR-CFTC), Maurice Thorez (PCF), Robert Verdier (SFIO), Paul Verneyras (Libération-Nord), Pierre Villon (CNR-PCF), Alexis Wiltzer (Union républicaine), Jules Wolff (Union républicaine).

  • 218  AN, C 15274, ACP Commission d’Alsace et de Lorraine séance du 21 novembre 1944.

146Le même jour, elle désigne son bureau. La désignation du président donne une indication sur les forces en présence. Est élu président Gaston Tessier (10 voix). Ont obtenu : Naegelen 8 voix et Wiltzer 1 voix. Deux vice-présidents : Naegelen (18 voix) et Alexis Wiltzer (12 voix). Enfin, Florimond Bonte et Jules Wolff sont élus secrétaires218. La Commission d’Alsace et de Lorraine jouera un rôle certain dans la détermination de la politique alsacienne du gouvernement. Certes, la représentation de l’Alsace et de la Lorraine y est fort réduite. Mais son président, Gaston Tessier (membre du CNR) secrétaire général de la CFTC et membre du comité directeur du MRP (et de celui de l’UDSR), y sera désormais le porte parole des UPR alsaciens et de la CFTC alsacienne, reconstituée par Henri Meck à compter du 10 décembre 1944 à Strasbourg, et ce jusqu’au jour de juillet 1945, où le PRP alsacien adhèrera au MRP, en un congrès que préside Gaston Tessier.

Le contrôle parlementaire

  • 219  AN, F/1a/3300, Alsace et Lorraine, rétablissement de la légalité républicaine. A. Tixier à Laffon (...)
  • 220  AN, 3/AG/40, Copie d’une note de Courcel au Ministre de l’Intérieur du 16 novembre 1944.

147Tout comme le CFLN, le GPRF attache une grande importance au contrôle parlementaire exercé par l’ACP. Tixier se prépare donc à « expliquer sa politique concernant l’Alsace et la Lorraine » devant cette commission219. Le gouvernement s’attache, avant même le retour de l’Alsace à la France, à ne pas brusquer l’opinion alsacienne, dont il est bien forcé de reconnaître qu’elle ne sait pas grand chose de précis. Ainsi, lorsque Charles Laurent (CNR - Libération-Nord), président de la commission des Finances, dépose un amendement symbolique au budget des cultes de l’Alsace et Lorraine soumis à l’ACP, réduisant le budget de 1000 francs, « afin d’exprimer son opposition de principe au régime concordataire », le gouvernement le prie de ne pas s’exprimer sur la question220. La commission auditionne le 5 décembre 1944 ses membres envoyés dans les départements libérés. Fallas, Wiltzer, Maurice Schumann reviennent de Metz, de Mulhouse et de Strasbourg. Wiltzer ne cache pas qu’à Metz, encore dans ligne du front, tout le monde vit encore dans les caves, sans eau ni électricité. Il évoque le Te Deum à la cathédrale, et l’ovation faite au général Giraud, qui y a exercé le dernier grand commandement d’avant-guerre.

148Fallas (Lorraine) décrit Mulhouse :

Dans la joie de la Libération, avec ses Alsaciennes en costume, et ses drapeaux tricolores aux fenêtres. En ce qui concerne le statut scolaire, les membres du CDL (plutôt de l’aile droite) restent profondément partisans du statut autonome alsacien et de l’école confessionnelle. Ils demandent que le curé soit maintenu à l’école et ils acceptent que le catéchisme soit enseigné en français. On invoque à l’appui de ce vœu, le fait que la propagande hitlérienne antireligieuse a entraîné l’abaissement de la moralité.

149Maurice Schumann prend un ton épique pour son rapport, mais avance déjà des solutions politiques :

  • 221  AN, C 15274, ACP, Commission d’Alsace et de Lorraine le 5 décembre 1944.

Je reviens de Strasbourg. J’ai trouvé une population admirable. ... L’avance de la colonne Leclerc qui a libéré Strasbourg a été foudroyante, miraculeuse, au point que les habitants en étaient étonnés et restés défiants. La conclusion de mon voyage, c’est qu’il existe en Alsace un grand désir d’assimilation aux lois françaises de l’intérieur, mais une certaine crainte d’assimilation aux lois parues entre 1918 et 1939 pour la question scolaire, celle des assurances sociales et le statut municipal. On estime que le statut alsacien est supérieur pour ces réglementations. Le désir de tous les partis alsaciens (UPR, démocrates, socialistes...) est de faire adopter en France ce qu’il y a de bien dans le statut alsacien et d’unifier ainsi notre législation. Une tendance alsacienne est également de se méfier des personnes imposées de l’extérieur qui ne sont pas restées pour faire de la résistance en Alsace. J’ai été témoin d’incidents à ce sujet … En ce qui concerne le problème scolaire, je pense que l’enseignement religieux donnés par des prêtres, dans les écoles laïques, suivant le procédé employés dans l’enseignement secondaire, donnerait satisfaction à tous les Alsaciens221.

Les « bergers » de l’opinion alsacienne

150Le 8 décembre 1944, Tixier fait à la commission sa communication sur la politique du gouvernement en Alsace et en Lorraine. A présent que le territoire des départements alsaciens pour Strà être l2érat5é Fafciens ee de

  • 221  AN, F/1a/3200, ASrvice d’Alsace eorraine à lixier .20 fovembre 1944.
  • <

Jpation o conseillé a’extnsaon à t’Alsace ed sCDL ,pour ln paraît e supectir la pésistance eds Alsaciens rt des cLrrains qt àvier dueconfier le sèglement ie tous les paoblèmes lx deprésentatts du 1gt raicentral ,venu sNour la qlutart e l’Intérieur sans e contultativn des poatrites surplace ». AIlprécionse eussi un meurerspéciale dour lelevsrles prrlementaires d ex telant lompte desleadtaiude aénérale ent partriteque dtion de ont obervie et poteament de la mignature dar la clutart eensre esx de la Rrotestetion cintre l morilit1944. Cons la jWehrmachta class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn212">L21.

135 Aditionne par la commission Tixier fssurer:

L question slsacienne est otre prus sranv soumciimpéfdiat ELAlsace-Lorraine ma pccupé dlt-at que le teste pe la France ». Leecacee 1944. Covingt raine)ignemed’Alsace et de Lorraine lui a lté tise en place p esinstpre de la rvlonné de l eéaliser l’unité de lagislation.». /p>

Jous dsmme placés dvant cette cituation à nsvoir u’un éputé rui a loté lpur, eadans so clironstcripion loaconfience dmssusv ae la polulation .Allen dous dont inur duecirecdou cintre lette prpulation adsacienne es maintenur u’ul est bechiuj?/p>

  • 212  ANla dae desleadditionndu ministre ,Frey, ealter, qaegelen (s mMaeching cont rainttallae à ltrasbo1453/span> Dautrnt paus qu desx darlementaires ot déjà drejint qar lesrs paropessnuuyenslesrs plironstcripion et le rs miirie 145 Reenu auaURSSle C27novembre, 944 et 1éputé à l’AsP, Caurice Thorez (rejtte pas canclusion sdu ministre dur les feux print . C’est a CNR)rd nommer les fDL ,pnn par ux Crefet,s:

    JLs parlementaires ot voté l Vichy.pour iétain,et pour tLvanl Est -e un gcimer? L’est n gcimer?!… E’est n gcimerduecoaque mcôé des pVosgs E’est n téhe,p Vvcorpoiqrque de lmntre rà ce sprpulation sque la pesponsablilté des poumffances st des cis res cu’elle ot vsubis perdant duatre- ns sinorpbeà ce sprrlementaires Il faut rtre dautrnt paus qé,vresNtion de otaient prrlementaires t d’uboraaCovinagets de FHitle ». A E Ceaque marticconnaissean ses domme , cheque muuverentsconnaissean ses dilitaits ,ce CFR)rd vrit être jppele l Vcee 1r ces camités d[es fDL ] qui y leurstour déocee 1r aent les aunicipalité s LQuan aux Fls c’est qn desoir our le rouvernement ,our le rFR)rdétre jrès rlair.s,en particulier n Alsace et en Lorraine. AIlpnefaut ras la soin re àui oque Nous devons eous dmntre ratent os d l’écgadaCovinuivaits ergersa class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn212">(21.

    135 lorimond Bonte (PCF),Nougures cSFIO),et eharles Laurent (CNR -CGT)interveennent dens le sême lens ASmon (t Jule (Démocrate sprpulatres )plainent polr les feputés alsaciens et morraines:

    JOnln paet ras lssimila rasolument ies feputés alsaciens et morrainesqui ont poté lpur,d[es fleins pouvoirs au Maréchaliétain,]et dui sn France cnt été abliés de mvive dans lovinouditions, pnile s,souvent pecoherhés ar la cGstetpoet la muiiceA Et les Autres céputés qui bens le rs plironstcripion emnaitnt une pxtstense dnrmaie. .ar cillemus, il cautdrit ussi ue prépccuper desla situation ln Alsace eême parysoù ll cautdriune grande iœuve de costruction pt de pocieication des psprit ». /p>
    • 2126/span>  AN, C 15274, ACP Commission d’Alsace et de Lorraine ,8 vécembre 1944.
    • 212  AN, F/1a/3299, AL t3 novembre 1944.,Caelling c lixier ./li> /ul>

      1456/span> ixier fssurerque les hDL de sont pas rommés dar les Arefet,sot audjue les cembres du la Commission du ne pas siv ulgue les questions récattaus à la nommission Une télégution de l’AlP Ceit ee rendee provhaliement en Alsace et en Lorraine.a class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn2126>2126/s>. La cprudnce des Pfrmalation squ ministre de tssioala leterdant das quesa polition dsr le remlèvment ie smechiance se dépatés qe dmires avait péjà dté abrêtése Arrivé ce C28novembre, l préfet daelling cadéjà drinttallaeà la nairie ee Strasbourg.,le maire Frey,a class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn2127>212,et ils propors dltministre da pésnstallation dutonatiquemde se ddmjint , M.aeching ealter,et iaegelen Caelling caffire pue :

    J CLs elégents se la Résistance)» dli ont pssurésque le tour dù le PDL (o ait injtallae il cropors ait ia pésnstallation de Melle qsrteudtiele PDL (o ainoudiut à le realier à Sn meurerstion de pppouv, au pieu qe l eéaabilitr une cersonnalitéstourssean somme lrécidenment d’ane grande imnflence duns le sépartements». /p>

    • 212  A/1a/3299, Alondel l lixier .2Jint qes deux cbrêtéssqu m3 novembre 1944.de FHelling celevan salter(...)
    • 202  AN, F/1a/3399, Alondel l lixier ,le 5 décembre 1944.
    • /ul>

      145 Péfet drévolant qui yvulayi vficlitr ua péhe,pes Pfutrs pDL ,pn Les cemtant doeant le pait apcorpoiq Ainsi, los feux pncien dépatés qPR, dalter,et ieck a class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn212">(12cnt été aelevés disPe t3 novembre 1944.a class="footnotecall" href="#ftn221" id="bodyftn2129>202.

    • 2130/span>  AN, F/1a/3200, Aourcel à Tixier, le 1 décembre 1944.
    • /ul>

      1458/span>Le 8aut-Rhin,présent at un as aarticulier Les Cmires de ses drux crande sville sneotaient prr parlementaires t l’oPR ahut-Rrin,ose edminae par HRoss d’était dorporoise eons la jollaboration : lonlupt,de souiveapas daextmplo de son dollègeielbasRrin,ose Les Cépatés qhut-Rrin,oseréfugiés entFrance cd vrot vs soumietre e la propidere du Bjueyd’ahnnerr de l’Aceonnance duavoril19445.Wicky rtait dreenu asr lulhouse, lt lRihargdatentdit ia pibération de sColma à SMotsbjicrgd Courcel srépare de retour dens le rs préfecture sdes personneslsdes prêfecture sdelrliee à lPritueurx, Agn et dMotsuxba,a class="footnotecall" href="#ftn223" id="bodyftn2230>2130/s>.

135 E finiCovcomipte l’une de spropositionsqu mSrvice d’Alsace et de Lorraine doAlsge qui nllait siavorer qe qluts utie, ett colle de ca création d’unecomrpsspécialed’ocficiens de leiaisn, l’uEui p Stéciale daAlsace et de Lorraine ou cSAL Le 21octobre 19443,avait été aréae pa Mossion dilitaire)de cibaisn,administrative d(MMLA) Les Ccficiens de lcechmrpssonstitue t ie s:

  • 223  ASHAT 8 P 17. MMLA-SAL /li> <

Jissaon dlacés sprrlcelui -c aurrès 1ovinoumandant françaiseou calies des drande svnité eouérint lo statuonne e sur le Merritoire dmtroiolitiin,efin da)de faiclitr u ce spoumandant fes drande svnité eooutes leletion sqvec les Futorité scivile françaises db)de fvillr se on (lsitiotiuction de p’autorité dentral e la pemie en place pe p’aupare de pministrativffrançaiseot à la Lolutionsie tous les paoblèmes ntériesean sa polulation aivile eui ser ors aot vors tu mécatruement,ot auuPfurot à leurerse la Rrotgresion des Ftoupes a class="footnotecall" href="#ftn223" id="bodyftn2231>223.

  • 213  AN en f189, AenriSchumanoheravait été aorilit1 dens l’adrme aulemande. EFit prisn,ier gar les Aln(...)
  • <
  • 2133/span>  ANP Maingen-Suhumanoher, Eatude sesvices deucommandant denriSaingen-Suhumanoher
  • /ul>

    1460/span> ar i les pcficiens de lcete pMssion, lescapitaine Eaingen- (pseudoee Sthumanoher)qui beupait adesa poaraite aonnaisseane pe p’aungliseot e p’aurme abitab,ieuema class="footnotecall" href="#ftn223" id="bodyftn213">(13 demens eeiotiuctiur etnchef de t’école ed cersectuonnelent ie smcficiens de leiaisn,se la RMMLAà lCaber"leyrd nomembre 19443à lfvoiers1944.,Cvant ldétre jrns fré S llsge qe 10sup>mer/sup> Dma s1944.,Comme lhef de tesvicesauuPsrvice d’Alsace et de Lorraine dt d coéatiur scee 194ur srecrutur et liotiuctiur etnchef de t’SAL ».a class="footnotecall" href="#ftn223" id="bodyftn2133>2133/s>. Le g14Dma s1944.,Cacques M’Alsace ereouvelle Alpmilit l de céation d’une cui prspéciale d’Alsace et de Lorraine.

  • 2238/span>  ASHAT 8P17RMMLA /li> <

J’SAL qonstitue sun cbancehede t RMMLAais eut fortme deocficiens d estaiques :.aui nestent psu lesrs pasite quatdede olon prejint Ils dlsurern le rspibaisn,adec ssit,heln sqveritaine.par l’Antervéfdiare des dcficiens dMMLAutache ux CQGce svnité eoaeritaines c pereic desla siv iion UQuan a t’Alsace elle dorpornde eux dépurtements arançaiseou maut-at eBasRhin, pui nluont aunpréfet de un artain dombre te soum -refet,s Cer drux cépurtements as aot vreopé sen un cégionaedit d’Alsace et des forntuonneires d[iviles]doeant lrendre leu dlace ddministrative dsot déjà dchirei dar lesgouvernement entprêtr c peendre leurstasitea class="footnotecall" href="#ftn223" id="bodyftn2138>2238/s>.

  • 2140/span>  ASHAT 8 P 18,cSAL LRpportedeucommandant daingen- u c14nomembre. Trxt de son dll" preon,(cnsVvnglica href="#ftn2140>(...)
  • /ul>

    1465/span> aur ant, lec14nomembre,l Victenl le GP5u m6sup>me/sup> DGoupe q’Aurme scommanda par la 8énéral dDvsrs,eécilamecne notvelle Ailareication AIlpcceptenoala qise en place peocficiens de leaSAL qons la jzonede t RVIIsup>me/sup> Durme a(Patch),à comditionpue a’aSAL qropil de cême lons la jzonede t R0sup>mres/sup> Durme arançaises (e 1Latre ) Cerqui ytait ddeooutes lfaçns eeévoua class="footnotecall" href="#ftn224" id="bodyftn2240>(140/s>. Laingen- vait péjà dris punprmierscintractevec lesm5sup>me/sup> Dureau.de t’éctat-aijoroe p R0sup>mres/sup> Durme a(CmonnlleBrssiiud-Desmillemtsqvec lFrdé ita uhuerscinme lhef de ta Locteonndlsace .

    JLscapitaine E’Alsace et descommandant daingen-/p> a href="#docannexe/imag /162/img-1-smill580.jpg"lele="iintSet>/a>Arandeir/s> da hele="nofol" w"class="tiintOrig"href="#docannexe/imag /162/img-1.jpg">Oitginil (jpeg, 1015k < JLsc21novembre, 9445,à la catsrne lLefebve de culhouse, llscapitaine E’Alsace et descommandant daingen-sn pfats ahefanlins de lea Lgionaedahnnerr dar la 8énéral de 1Latre d Thssimgny.a(Photolem>TJene nlsace aem> .

    acquesd’Alsace ,ntin dn Alsace : l eétechespéciale:.a l’EtAL /a>

    1566/span> Deuis ee c3 sptenbreq944.,CacquesE’Alsace ets a tPais ea mSrvice d’Alsace et dorraine ,8ais eeont saus qhargésdn Aeite du strvice AIlpnyapas dbtenule Prsitespécialed téléguu deu8énéral de 1aulle,cn Alsace ,stion de pait pécilam dltmiui d juil à nlsge AIlpc âprment provtstée,sn luyapvu,cintre ls Fouination d jhut- porntuonneires dn Alsace etfecturs sprrlca RDfégution dénérale En comembre,lltmiuent lo le curme scelrnnent d’acfinsaoe ,tilpny otent prus qt àrit Mau8énéral de 1aulle,,pn Lei cappoelan sa poom2sse uaite a nlsge A’est Boupllemtqui yei crépare dunpcdre de cision :

    L 8énéral de aulle,...qhargedar les Arefensis lascapitaine Eacquesd’Alsace ,es FiFC démechesa mSrvice d’Alsace et de Lorraine doeee rendee poungece en Alsace.pour assuuer qe qeiaisn,setre l molulation las Futorité scocale. et les Aurme scfanceo-aliess,pn cuérinions dans les départements lu maut-Rhin,peedeucBasRhin, Le gapitaine Ea.M’Al(o ainn corte cqulitéste retrésentattsserectedeu8énéral de 1aulle,currès 1ovinutorité scivile françaises dt des curme scaliess,pn cuérinions Les Cutorité scivile ft militaire) dsot drises de lficlitr ua puision sonfiee aaucapitaine Eacques M’Alsace

    146Toutjurs da pume limrécis.4. Cons laéconce de la puision

    • 2141/span>  AN, F3 AG 43,aacquesd’Alsace ea général de aulle,ce C20/11/944.1468/span> arlewskitens mt 1:l easPénéral dma pditetion de tait d’AucordaColr lu d’Alsace eartemcn Alsace ,soum la désenrvmdtiele PinistrresNd l’Intérieur dny ovie das siAntfcienints». AE Boupllemtqenregstre da pésonsa : l eu.Aixier fssolument ihsiti e la pission ULsgouvernement eaen Alsace un cision dour laecetrésentae ASr laeclac,filitaire),lde eepa provoncendas a class="footnotecall" href="#ftn224" id="bodyftn2241>(141/sa>». /p>
    • 214  AFde ou mrecteur du cultes ,eharlesAlsorifinr
    • 2143/span>  ANP Maingen-Suhumanoher. Jur nl de arche,post’SAL
    • /ul>

      1469/span> acquesd’Alsace eart aors tn Alsace uinme lhergésde leiaisn,se laSAL me/sup> Dureau.) Laingen- ornde intractevec lesmréfet donlupt,dt les AFFI,injtallaeles Fcficiens dSAL q SMlhouse e(Pichnn-Dur ny) LSot drivou,pn cuure ,FEer"ll Hrt ann p(Colma ), Ntël (Guebwllr ) LAec lu,s5sup>me/sup> Dureau. (affire) divile )oe p R0sup>mres/sup> Durme aomiptnt dd Pombre uxexpuers alsaciens au point qe prooque lne cootestetion cnergquemde sixier, le 1èe ed c’aSAL qhut-Rrin,ose eo ainorcé ent pione.pmportanct. Pui dar les AVosgs dt lSarreourg.,laingen- t lKalbrejingent dtrasbourg.,lù ll scelnintre n lavinCmmissiiresde la Mépublique Aréfet ,maire Ft doFIet liotillaet le phef de t’SAL qeucBasRhin,,le pommandant ANsorifinra class="footnotecall" href="#ftn224" id="bodyftn2142>214qs snndui prsas casitaine et leiet lant s Dollfs cZubr, lBischnff, Dssilr, lHabr korn. Pui daingen- regage lPais eù ll caut ppported la pfoi à la nhiralcheiefilitaire)dar la 8omonnll Rotivl a(MMLA),ot à la Lhiralcheiefivile : lpation Aourcel . Rstéeà ltrasbourg.,lacques M’Alsace e surerqn ceiaisn,sntre lesfommissiiriatde la Mépublique Aes Fcficiens dSAL qt les Autrrité scilitaire) pui norndeea rus qiAnportance ancore dltmiui d juaiensradec s’anstallation d ltrasbourg.de t’éctat‑aijoroe général de Latre ( Thssimgny.a’avrivé edeucommandant daicelaionKole , luermt de cietre eu point qn amcordaCntre lutorité scivile ,cSAL (Nsorifinr(t Jucques M’Alsace )Ft doFIe(Cmmandant dFançaui ) Dans lesrs pasite qu cuef s-leux doavrimditsement Aes Fcficiens dSAL qlsurern le pésnstallation de l’Administration,françaises,e

      Cnclusion /a>

      1370/span> ’est ans eiimdimdtielacquesd’Alsace eaouait pmenrienscAdiennAixier fe laauraicutoritseà leendre la poartlons la jibération de s’Alsace eltmiuent lo la mécautrd nfvoiers19445,lilaregage lColma t la mviefivile Les Crs plmbras se la RLbération dt la mlace pmportanct jris epar l’ASAL qons la jésnsroiucion de l’Administration,françaises,eavitet raihblilté deslfaçns cilaanct je Prstem-ar oe ed c’alsace ersistants<à la LBBCtssgrcie dltmiui d jsptenbre 1944../p> 1371/span> Ds 1940 ,la France jibeqveit prisqhut-ment reingdour laAdecnir: laAlsace et de Lorraine.deotaient prr pabndenne e srrlca Rrance ,8ais errlcichy. La cBBC,arançaises t dbitab,ieuem l’auait pécpté tou Mau8ondgse la Ruerre.peedens cee alsacien etielou Mo monnd dorporndit ,et dui paradoxlement ,la France jd retour dntervir=adans les écoles A’etait dns la jrance jibeqt potnl Vichy. lomme leauaitnt dmirnenulintre loutesàvidnce Aes Fuef sse la R eésistance)Alsaciensne:.auied’était démeermnae paAdecnirpoune clsace eibérés

      1372/span>Le r dnsoement dtait déy leurs ftxtrme aartic-risqolitique s Lais uls n leurstss prr paropes Les Cmileux défugiés elsaciens et morrainesqsnt eux-mme ansoes ct morngtepo restée Pfrmtprovha se ichy. Laur fs téldouanerale l’Adbndenned c’alsace eetde la Morraine,lesMaréchalie dn cartic destss pesvices drovdtueun le rs matent on sqvx défugiés elsaciens et morraines.Hacques M’Alsace e ait été ainsi n’anstaruent de lette prpitique duadtant on s,Cvant ld costraterpu’elle n ait ent à l’Ampos e : lichy.peoavit ume lrr pa méconcen qlAntfcrpoation de sfrme ,injtvieble Noudsuiene le l’Adnnexon adsllit l de caAlsace et de Lorraine. AIlpcait poncoraliesla 8énéral de 1aulle,cntPrste à lLodre s,à la LBBC,le massaig de la résistance ed c’alsace eetde la Morraine,lvant ld cir=igr u clsge qe 1srvice d’Alsace -orraine dt dd 8énr lnedrovje d’ocde 1m retrésentativffd c’alsace eetde la Morrainedéfugiésrqui ytchne NCeres ,ec sont pes dv iion qu cmileux dlsaciens et morrainesqoAlsge ,retroiutean sosx de laoavint-uerre.,eui nlaitnt décerdiilit1 da pemrésentativ. Covinuileux défugiés elsaciens et morrainesqetevec lele,ce Chef deuPsrvice d’Alsace et de Lorraine UQu 1373/span> Ilcuparetenneea oncoa gouvernement provisoire nttallaeà lPais d télfinirpa politique ddsacienne -lrraine. AIlpornde iterdant dn ceurersmportanct : la Supprresion desca RDrecteonndénérale d’Alsace et de Lorraine ,8ui nlac s’axteintuonnRrotgresiov de spruvoirs aovinoumassiires de la Mépublique Aaut penrar l’Alsace-Ct de Lorraine.duns le scare defartementsuldt eedstraibu pas canmptene spntre linistrars Leecanportance ae lette pdcis.4. Cs toreiier ad’uboraaCons lacse ngenent .HL Supprresion descacse ngenent de laoalemandeons lacse ngenent primire),laeurersaovisoire ,ne saur ri rus qtre jepporte ptat pes dfrei qu cureau.rateivinuiistrrieule sniavorer nt eficice AIlpss pvritcu’elle rouvitnt de lelets een dérgligrble tn Alsace . /p> 1374/span> ar cillemus, iens cee teAlsace ,sss=mmés dar la célfite at l’olbndenn,8uiarellé par H’Accupeat entpss canlaboratimus, ia résistance eurme aaait été arresue dnporsiole ae,de soétait dorstituéerstion ux de rnires csemine eoed’accupeaion Aixier fisidtes iterdant dsr laAxtnsaon à t’Alsace edudésenu poiitique de partriteque de la Mépistance euiediuctiue n lavinCD qt les AFFI-A,et dui sonstitue t in cfrme dour laAdecnir AIlpornde lace p coôé des plégents se la Résistance extérieur ,es Fjene se la RB=igadeAlsace -orraine dt dd lcien dela jrance jibequi neseennent duuPfoyr Les Cécessaté scnporsr nt ,lvant lume lue l ea poaroe en noit erndeu eu poeulo drançaise:. lomme l. Csoy tait dengage,sderaihblilt lne cortic deucersonneslerpitique du laoavint-uerre.,expulsé,spar les Allemands,et aéfugiés eans les départements luedelrli,8ui neoavitnt prr pegerita. Ils donstitue nt our laAcpiisn adsacienne ee lelpres crssuueits ,cu cunlie ssntre lesfos esdn le pautrs EntTour le rouvernement at l’olministration,fositio " pre rs mrnmpusqvx dmœrs pasitique sot audinistrative drançaises Leecacpiisn adsacienne esoy ealier naijritire entscus lctobre 19445 Cerqo aine ras aeucBasRhin,,lsse cteule ent ,lù le PMRP,aréaeà lPais den ovembre 1944.de en Alsace etn ui let 19445 ,cetrésentael’une de spvie se la Résntérgation,fation le,fd c’alsace mgr/sup> DHintkyet de LPull-acques MKalbrouyacques M’Alsace ,calies du poesisdnt de laoAs=mcition,fositEvads qe dItfcrpoa eoe pFrme du maut-Rhin,,lGecrgs dBurg.tire /p> /div> a class="fgo-top href="#frticule-162">aut-ad ceig /a> hiv cd="totes">class="sicteonn> h2 dlass="sicteonn> span class="pexte>Jout /h2> / class="totesbaseig dir="ltr">1/sa> ACmmpt rendeuoe général dDuyen,poesisdnt de laaAScoion,filitaire)desca RDfégution dFançaises,eu c17du p23novembre, 9440.HL Sem>TDfégution drançaises urrès 1ovla Commission ddsllit l deAlrmdtece ARecu de l dD prents aem> , t. II,lPais e1950,po. 442-446 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">21/sa> AIGERSHEIM (Fançaui ), Aticules:TDituonneiresdela jrance jibeaem> , Pais e2010 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">3/sa> AGALY-LUNEAU (Arésier), em>Ta cBBCqt les AFançaise,aem> Th.MF.,dBurdlux AI / class="totesbaseig dir="ltr">4/sa> ABDICcBBCqFelnih Scripis 484 9440/9 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">5/sa> AIlpdcilaeqveraicté asoldatddsllit lderdant da crmieresNuerre.ponndale /p> / class="totesbaseig dir="ltr">6/sa> ANom8ui nfigue dur les f escripis:.aui / class="totesbaseig dir="ltr">7/sa> ABDICcBBCqFelnih Scripis 484 9440/9 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">8/sa> ACe teAas=mcition,fss pa pemlnce duane cls=mcition,fdsacienne et dorraine de Lordre s,ui nlait péjà dté abciov aerdant da c0sup>mres/sup> Duerre.ponndale ,de en ore deesisd par Hunretrésentattsse drire 1ovlpots e eoAlsace ,cRoudolphi, nttallaeà lordre s1ovuis e1912 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">9/sa> ACRÉMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> , 1,po. 29,lPais e1975./p> / class="totesbaseig dir="ltr">10/sa> AGnéral de aAULLE, em>TDiscurs dt missaig aem> , t. 1 F3 août1940 ,lo. 21-22,lPais e1970 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">11/sa> AGnéral de aAULLE, em>TDiscurs dt missaig ,aem> t. 1 F3 août1940 ,lo. 31‑32,lPais e1970 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">11/sa> ADiscurs du cCiresd5 voril19401,de cBoazzaille 22 voril19401,de cordre s1o p2 ctobred9401,de p25dmird9402,fd c’alseramaulleu c11novembre, 9442,fdAlsge le s6juil 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">13/sa> ABDICc484 9440/9,cBBCqFelnih Scripis /p> / class="totesbaseig dir="ltr">14/sa> AJ nt-Chis tophe NOTINremlèvmaui Ta ulerc,aem> Pais e2sup>me/sup> Ded. e2010,lo. 163 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">15/sa> AEst-c lette pfrmala dui nlAaut paiît ela jigue l de c eaelxlse essolumoire ».arrmalas dar la cBBCq leelnintre se dAsaciens eui nluoitnt pimgn des psermtn s,sorqo aitnt paolaters eans le jollaboration dt maut paAcbjt de csantuonnsedétpuetion : Le cSrvice d’Alsace et de Lorraine denmaut pctatcus lovembre 1944.: l ePaiou Monpdcilaeut 1:l ea peadiode cordre s1ous dapssurés quesotee dumgnaiue norcé en nous dengag p ciennA. AO,fssérint d’Autre doai,le méparteds Allemands,eour lNtël,lPâue soou Pnsisoô ,de eonmautsut paAargrentsaion dsrivtt : l els n lvat ras le)laene de Lis ue laelxulson dt la msolittion de sous les pbens aous dhurl ntsqvec les Floup,et astenrn d jbn dFançaise:.. N, F/1a/32 000.cSrvice d’Alsace -orraine du Manistre dd c’aitérieur dixier fe C21/11/944.TBBCqFelnih Scripisaem> CLemrecteur duu1our nl dMRP,aem>Ta lNtvelux hin,pFançaise, aem> aicellAJacob lnce daors tun coapoage le prsse ué hment eAeite e: l eem>TWr fha ent gehoeraeeem> ».HL Squstionstss prose et « CUne:.aar la 8em>TNtvelux hin,pFançaiseaem> hut 1jurs ddeHsunil Lais u la pfn,,lJacob eit eben etnleendre lbcie: lsucunrlcteur de saet racie dctatcu soumecnirsrécis. EntTe 1PCFdt lSFIOsorqgussint de lette pintcure ne pRPFdt lMRPeour le ssupfirig sdes plprés /p> / class="totesbaseig dir="ltr">16/sa> AGALY-LUNEAU (Arésier), em>TOp.citaem> ,lo. 66 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">17/sa> ACe teAdcilaeuion,fdeit prarueans le jrsse upais enne eela pfn,juaiensra9441./p> / class="totesbaseig dir="ltr">18/sa> ALanees Fjur nl iite qu l’écission d eem>TLs AFançaisenarlemt duuxpFançaiseaem> ». /p> / class="totesbaseig dir="ltr">19/sa> ABDIC,cBBCqFelnih scripis,qFelnih Srvice , Vndre dic18nvoril /p> / class="totesbaseig dir="ltr">(10/sa> ABDIC,cBBC,qFelnih scripis,qdimncehed7duil 9442 CLemnomqu lKocnigPsrvicainn ore dans lss caapoage plcteorle. ebasRrin,osee qu l’arès -uerre. Lais u lordre s1 Alege ,rn,faaignre dea quesKocnig,fd cint ine ouitgin ddsacienne ett cNo annd /p> / class="totesbaseig dir="ltr">211/sa> ABBCqFelnih Scripis,qFelnih Srvice , e 26 uil 9442 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">213/sa> AJ nt Nur ohr (Schirrhcfins 10 arcs19403 -mauueunux 13juaiensra9472) Jllèvmad c’aSole eno ane 1spé ieur ,agr ésdeoalemande, N.maut pneseour d’uneca à tBr"ll en f1924,puis e tHarvadaCjusu’el f1929. Profsse urq leeIsitu4AFançaisene cordre s1oef1929q l1939. Oficienscderaienrvmdorilit1 lascapitaine ENur ohr e realierlau8énéral de 1aulle,et maut partic destsn sosbne Ailitaire) AIlpcsurerqa plissaon ddsacienne se la RBBCtÀoaoût19402q lsptenbreq9443 AIlprejint daors tlsge lù ll cst afectu à l puision silitaire)drançaises hergésdeujepprtrilent ie sm euilgr aous :.alsaciens e SMoscurlù ll ce rendeen fmird940.TaeURSSat l’oEr ope1oef1941q l1957aem> , isi.de trux collaoue soode 1 à rMoscur, Pais e2008,lo. 205. (Nur ohr arcs-voril1940.,Cvfectu à l puision silitaire)de général dPeti ,lvac lChis tia Fouheft.

      / class="totesbaseig dir="ltr">(24/sa> ALaévoction,fositiofcrpoa eoe pfrme dnt teès 1fruient.duns le suiar d’Ahur hebdomadire)dasaciens AIlpauttncier de flissaon du c11/9,cu c18/9,cu c22/9etncusaciens,cu c29/9,cu c26/10 (a.Morraine ),cu c20/10,lu c24/11r(J nt Oer"lé),cu c8/1/9443,lu c2/3,cu c22/3,cu c16/3r(ucques M’Alsace ),cu c21/3r(ucques M’Alsace )lu c2/4r(ucques M’Alsace ),cu c19/4,cu c29/5 (a.Morraine )cu c29/6 (Nur ohr.

      / class="totesbaseig dir="ltr">215/sa> ACRÉMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> , II,l216,lPais e1975./p> / class="totesbaseig dir="ltr">216/sa> APseudoee SacquesdHuntzbuhee , lorntuonneiresauuPsrvice d’Ainortmaion de la Mrance jibequis eu cCFLN AIlpo ainnmploy abrès 1a RLbération duuxpem>TCahens dFançaiseaem> (cmmunication se Mu.ACrliseux-Brilhac,quesotuspmenrien ) JPrdant da cuerre.,lacquesdorraine destl’autrur du rrus i rs mouvrig s,eon lem>Ta crance jdsllit l ,laelxnmpl,fd c’alsace -orraine aem> , ubliqsdn 19442etncGande -Bretage le duuxpEatus-Uns eorna pur le Mépaupllemmnt de laaArsse uulemande.pe Alsace . E 19443,lacques Morraine dubliqeS llsge q eem>TLAutre dbatillemde crance eeem> . lui beconcenl molitique du le jollaboration duis e t’autormne1944.,C lPais : lem>T CLs Allemands,etncrance eeem> .ln tble u.de t politique ddsllit l dea quiffrnsis dégionasde crance e:la RB=etage ,ce jZonedntervirt.dEs ,la FBurg.oge ,ceAlsace-Ct de Lorraine.:.. Ie toque duns le se rnirscihpitae.,lsns le jolment e san dll" preon,(oef1943diovtatn laviniofcrpoa eoe pfrme d ldienrtnr / class="totesbaseig dir="ltr">(17/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q13novembre, 9442,f13nh., trxt de sNur ohr / class="totesbaseig dir="ltr">228/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q13novembre, 9442,f13nh., trxt de sDesfcrgs / class="totesbaseig dir="ltr">(19/sa> ABBC,qFelnih Scripis,q4juaiensra9443 e19.30-94.45,ltrxt de sNur ohr / class="totesbaseig dir="ltr">30/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q19nfvoiersa9443 eTrxt de sorraine.

      / class="totesbaseig dir="ltr">31/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,qarcdic16 arcs19443 eQiar d’Ahur eusuraic19.30 A’est aAargrentsaion du’e l pilit l deucihpnone dt dsntimusSMlhlr, le 1aréchaliPatirnpdcvelopps urrès 1ovla Cihpnclle ie e’AHite , luur dbtenui Hunrur ss e t’aexchreon,(oefLuiensne:Welschinge ,rui nestenetnleeisn,sjusu’el f1945 Ces Cutoe) dirnaamn à rmrtedeuceeintepo re de laoté 19443dréfs u.de Fjene scmmunicite qhut-Rrin,oseFt doont advla Cjene s ddsacienne eatihoique )as aot vexchres /p> / class="totesbaseig dir="ltr">32/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q23 arcs19443 eQiar d’Ahur eusurai /p> / class="totesbaseig dir="ltr">33/sa> ACRÉMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> , III,f137-138,lPais e1975./p> / class="totesbaseig dir="ltr">(34/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q19nvoril eQiar d’Ahur eusSrai /p> / class="totesbaseig dir="ltr">235/sa> AAya pfatslss ctues p Zurich,ll cmiît iait pasrfite mnt d’adsllit l LAeoctiauuPbarreu.de tColma ons lacsoe)-rux cuerre.s,ll corporndit àvidnmmnt d’adsaciens,cais uls l sarleit aec lu,sfrmtpccept dsri s ddsliaieuem lt dsolbtentut pa rrus deusiole d’Ayrenenurirluur dn dea qur eendre lasitio " pre rs .e(Cmmanication sorle,fd cMsup>me/sup> DSrger Kalb,fde ou Eacques M’Alsace .

      / class="totesbaseig dir="ltr">236/sa> ATROALEN (Ane ‑Lar ), em>Ta lPaitisSrialedFançaisene Alsace . 1936-1939aem> , Matenr 2 e2008.pem>TChpntens dhs torque sot Alsace ,aem> n°190. Puliqction cncteimdiue e:lhttp://www-umb.u-srasbog.fr/asace .html /p> / class="totesbaseig dir="ltr">(37/sa> AANF/1a/32731.Aourcbotretjintrealordre s1guaemmnt /p> / class="totesbaseig dir="ltr">238/sa> AAcheiv s1o pLot-et-Garnnes (Agen) JKalbrobtent pe mairnein duet’autorouin)dela jrdé ition,fositEngagespvilotaires lsaciens eo pLot-et-Garnnes e,pe recilamnt ld cVllati CLemPSFdornde coemiuent -l lsp quitance sqvec lea Lgionaerançaisesne plmbrasants /p> / class="totesbaseig dir="ltr">(39/sa> ACmmunication se Musup>me/sup> DSrger Kalb /p> / class="totesbaseig dir="ltr">(40/sa> ADunglr")baptt1 d CDinglr"».ast diemgn domme les onsaale d’An « Céfs u.dlsaciens:.aar lGoupsiird,pem>TChemi qSec=etsaem> , Pais e9447 ASr lGoupsiird,pBELOT (Roera), em>Ta cépistance esns le 1aulle,aem> , Pais e2006 ASr laecéfs u.de l ea pésistance)Alsaciensne:.antpss cGoupe s Mrili dAsacis (GMA),oraicutsi uIGERSHEIM (Fançaui ), em>Ta spCarrefurs ddes Tllemul ,aem> trasbourg.,l2008.pLecéfs u.d euiitile:.aaLarticuip à l’Avas4. Cou2énéral dGiraul LDunglr")(pseudoeuiitile)aaLais dintractevec lesmBCRApar l’Anteraéfdiare desLPullAAcbreutenr (Nsaisc)re de laoabb desCDrtemn, Le gBCRApli nlAonfieelintre lsubisdnsm eartain vinuisaon du rende ngenent :.annAlsace -orraine Le gBCRAprnmptevec leuiquatdedecuparnde ui TMisaon dseréte,etncrance ,aem> Pais e1951,lo. 337-338) Daarès Eschbach,lKalbrt eDunglr")puaitnt êté areçs denerble aar la 8aréchal Patirnpauceeintepo 19442,abrès 1veraicté ainui té srrlca Rolite ae lichy.p(Puhefu),ec sui né mingen eltmiuis e Soemiuent -l ,de laotrote esne ce rs mlens . ESCHBACH (J nt), em>TAuciœrsse la Résistance eusaciensneaem> , Colma ,l2003,lo. 128.pTès 1prlitx lons la jitation"se louisd’Auce rs me t po ieol ,lEschbachent tgtnneimmnt duitc=etpur lKalb /p> / class="totesbaseig dir="ltr"> / class="totesbaseig dir="ltr">242/sa> AEle n sntre pis d roavux de eocrentsaion de ldétues, utlit1 srrus dtareons la qhiherscsécialed tem>TT mingeag pChéattntaem> , em>TAsace et dorraine ,8trre.sdrançaises ,aem> ctobre-écembre 19443,lo. 60-62 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">243/sa> ATrxt eou m4lsptenbreqons lem>TAsace et dorraine ,8trre.sdrançaises aem> ’octobre-écembre 9443,lo. 60-62 Euaemmnt pons la qem>TBlle,tindeunCmmté dlsacienset dorrainefdAlsge laem> uc0sup>mer/sup> Dmar19443. Trxt de sa poomestetion cu c27 ctobre 19442pons la qpporteduedG.d Tourcel e Sixier feuC20/11/944.,celrnnnt dn cotecse MueckF/1a/32300. Trxt de pis dns la jietre (MueckFa général de aulle,cu c29/11/944.TAnnuire)dela jSriaté aÀAHisoire (Muolsheim, aem> 2006 AL jlstenles psmgnaiire) dtstjenne eqons lem>Ta lNtvelldlsaciensaem> u c5 uaiensr19445./p> / class="totesbaseig dir="ltr">44/sa> ABROCHE (Fançaui ), l realiermnt de lharlesAVllan,,lnefem>TD aulle,chef de tuerre.,lu l’arpelne cordre s1 l pLbération de sPais aem> , Colloue du le jFrnaaion dharlesAe aulle,, Pais e2008,lo. 225-241. a ljur nl iite =mcit iite Pirre.pBrossoem teAdevnul lLodre s,hef dadjint deucBreau. Cntrel de Rnde ngenent sde ldAoion,f(BCRA)oode 1 etn ui let 9442,fesfos eag p cordre s1o péparesmPSFdharlesAVllan, (ui nlait pvoesmoui) LVllan, o ainbrervrmnt dhergésde lission ddusosbne Ae général de aulle,c llsge ,cais uéchus par laaqgusehedomme léparesm t’AlCPden ovembre 19443luur dsn,svtecs eoui:.auc00 ui let 9440 AréferesNelrnnde du strvice aens l’adrme ad Latre ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">45/sa> Aa ljur nl de sDtniel CORDIER, em>TAsiaspCaraall"aaem> , Pais e2009,feèvmantin de,cvoilsdsr lettdtpisod euiede mouvrig sréciédnt sdeoavitnt prr pboraa /p> / class="totesbaseig dir="ltr">46/sa> ACmrdnsradeit été alog par lsn sonfracteSchmidt,hefzle qMoret Lairuerrrt.dMoretcst aors trecruts dar lCmrdnsrauur dfire)dar ic deucseréatiriatde lMoull . MOULINr(Lar ), em>TJ nt Moull , aem> Pais e1969 ; CORDIER (Dtniel) , J nt Moull , a Mépublique fositCaiilmbres, aem> Pais e1999,lo. 178-179 ;Dulume em>T: , Pais e2009 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">47/sa> AO ll cuiteusr ad’un c eboîs<à laetre e:.. CORDIER (Dtniel), em>TAsiaspCaraall"aaem> , o. 548 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">48/sa> ACORDIER (Dtniel), em>TAsiaspCaraall"aaem> , o. 435-436 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">49/sa> ACORDIER (Dtniel), em>TAsiaspCaraall"aaem> , o. 436 Certt rendintre la-t-ele,ceuleiet: Luhumann tait daors t coyon AIlpo rnde cCasrmntr-Frret ldeur le Résunon,fositarlementaires u c27 ctobre,puis ebrès 1aonjvas4. Co ce jZonedNon-Ocupee et ovembre 19442,pe recugi<à lRod zhefzlan dlmi Emle :Bar pa s dns laAlrdèhef Leecaexfilration,fosLairinadeit été ailit le e rMoull , in 19442,pais uairinadeit aors trefuesne car icr (CORDIER, em>Top. citaem> ,lo. 688) DIlpnyarivr ad llsge qu’el faoril1944. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">50/sa> ASon tait-aijorost ortmede sDunglr", Kole , lErnst Gecrgs lt dbassm tourzon-du-Mot ldOr AIlpss pfnancc par lae pesvices de lichy. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">51/sa> AAN F/1a/ / 4003,l10 ari 9442 CKalbr jloyaemmnt pmie dclqpporte,eon lilpcait pusetxnmplire),la mSrvice d’Alsace -orraine ,8 cordre s AIlpaai dd c’apauue f(mar19442)lù lEschbachestue t’autdnsne uinmen cmcordas dar la 1aréchali cDunglr")t lKalbretlù ll scseclacngent dous ldsx de la Rolite ae lPuhefu. ESCHBACH (J nt), em>TAuciœrsse la Résistance eusaciensneaem> , Colma ,l2003,lo. 128./p> / class="totesbaseig dir="ltr">52/sa> ACERNAYr(Lurss),em>TLe 2MréchaliPatirn,ceAlsace-Ct de Lorraine.aem> , Pais e945em>T5, aem> o. 123 NCernaydestleclseudonym de sorus :Lavlge.

      / class="totesbaseig dir="ltr"><53/sa> ACERNAYr(Lurss), em>TOp.citaem> ,lo. 166-167 Jlllrqo ainépaute p(MOULINr(Lar ), em>TJ nt Moull aem> , Pais e9469.

      / class="totesbaseig dir="ltr">54/sa> Aaarès Cmrdnsr, em>Top.citaem> ,l609,fde l vut particradec sResrs)t lKtnt z AL ue dMoull pcsurerquesKalbr jati a’eavon dui eportt sDeae reart at lMoull pe 114nfvoiersa(NOGUERES (enri), Hisoire (Ma pésistance)Atncrance , t. III,lPais e1972,lo. 190 A(ctatn lL ue dMoull ,eem>TOp.citaem> .

      / class="totesbaseig dir="ltr">55/sa> ANOGUERES (enri), em>Top.citaem> ,lt. III,lo. 249 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">56/sa> AANF/1a/32731Ft do1a/3 4403 MMLA Leecalsace -orraine delrli )Atncrance , 6Dmars19443./p> / class="totesbaseig dir="ltr">57/sa> ARpportedSoutenle,eu c15 arcs1cté dar lJ. BARIETYrt eCorine dDEFRANCE Ces CMisaon du ra jrance jibeqn fUnon,fsoenattue de ps CMilgr -Nus l(9442-944.), em>TReu d’Alsllitgen aem> 39/2007./p> / class="totesbaseig dir="ltr">58/sa> AANF/1a/32731,cSrvice d’Alsace et de Lorraine ,lacquesd’Alsace eaunCmmissiiresd leeIsérieur d26 arcs19443. Anotetion duu crayn :: Cmmunicue l rM.euisimgli./p> / class="totesbaseig dir="ltr">59/sa> Aem>TNtion lesozit iitischsdKraftfah korp aem> , ortmaion deupartic nazicsécialeis eqons le,eenssortedutormrili /p> / class="totesbaseig dir="ltr">60/sa> Aa lCmmté drançaiseoréciontsut paa ortmaion dens l’adrme aroug duane cueté ddsacienne et dlrraine.molmeus eqoAdnien sleeisn,nens dlsaciens et morraines.HLacotecse M’Adnien eoesisdnt de itEngagespvilotaires ’Alsace et de Lorraine dcmde nee,fd creecnirpu poesiédnt du ra jPmieresNuerre.ponndale /p> / class="totesbaseig dir="ltr">61/sa> AC dui nlbouti ad llacotmnanion,fosLNur ohr urrès 1ovla Cuision silitaire)drançaises n fUnon,fsoenattue /p> / class="totesbaseig dir="ltr">62/sa> AANF/1a/32731.ASrvice d’Alsace et de Lorraine .dNot eaunCmmissiiresd leeIsérieur . 29Dmars19443./p> / class="totesbaseig dir="ltr">63/sa> ABARIETYr(u.)re dDEFRANCEe(Cmrine ), rti. cit., em>TReu d’Alsllitgen aem> 39/2007./p> / class="totesbaseig dir="ltr">64/sa> ABARIETYr(u.)re dDEFRANCEe(Cmrine ), rti. cit., em>TReu d’Alsllitgen aem> 39/2007, o. 540 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">65/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,qvndre dic28 ari 9443./p> / class="totesbaseig dir="ltr">66/sa> Aa lem>Ttrasbsbrg.trLNursteneNachrichtntaem> , seulduiotidin duettrasbourg.derdant daaccupeaion /p> / class="totesbaseig dir="ltr">67/sa> ABDIC,cBBCqFelnih Scripis,q29juil 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">68/sa> ANus deoaons erouvé tu’eunrueuldd cc smissaig pais usr lu silcrofilmteès 1élfectueux LLsitarpens de lRebsoickpautrspoesisdnt de laaArdé ition,fositEngagespvilotaires e,dommarndeaitnt ’Autre .e(T mingeag pe Mu.AAlfe d Wahldui nlApupas cannsul e ).lRebsoickp jatintr ason itiéralresdeavad ddslat de laaADcrenge l rMiet ladans l eem>TLAEngagepvilotaireseeem> .loef1953q l1958, nueriorui neslatstsn sseour d rMiet la.pLectour de général de aulle,cu poivoirssotusppriv (Ma psunil(Msn sécis 1:les f eEngagespvilotaires :. laijritire entscUNRcnt utre dchos l rfire) AWAHL (Nsfe d),LPulllRebsoickp la LBBC fUndlsaciensearlemAutxAsaciens , In: lem>TSaisn, ’Alsace ,aem> n°1924,pté a1994,lo. 139-143 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">69/sa> ACRÉMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> . t. III,lPais e1975,lo. 185-186 AL jsemine dsrivtt ,lRebsoickprndtvelllecee alrpel Lais ue sBCRApuait peçsteès 1vienles péttuonnsedlfivorble tn Aaoviennce dualsace e laroposdd cc typeqoAdrpel: ln syfisidteatslsr le ssetréseillems8ui nfppo aitnt pes dortnts luesldienrtnus dlsaciens AWAHL, em>TAti. cit.,aem> o. 143 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">70/sa> AADHRdharlesAHaenggi, AP 40 J112/1,dNot eaunsuje de laoaciovié ailla jMALANFe 9441. 15/8/9441./p> / class="totesbaseig dir="ltr">71/sa> AC dcmmté duiteusnt d’Au sartain cotmre te sflitales: / class="totesbaseig dir="ltr">72/sa> AANF/160/MALAN LVcie-Amial dFennrdla mSrréatiresdeaStatc leeEduction,fation le,fe d la LJene s d28/2/9442 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">73/sa> AIGERSHEIM (Fançaui ), em>Ta spCarrefursddes Tllemul ,la LJene dAsacis rsistants , trasbourg.,l2008./p> / class="totesbaseig dir="ltr">74/sa> Aar=ig dar lJ nt Clad,hef droutier-scurtfos esdar lUriig ,leiettnnnt dderaienrvmdoart null faciovié ,pautrspoumassiiresfation leddes Scurtsde crance , uéell faoût19404duns ln bmbrardmmnt /p> / class="totesbaseig dir="ltr">75/sa> AFnanccen la cMALAN: / class="totesbaseig dir="ltr">76/sa> AANF/160/MALAN LVcie-Amial dFennrdl t’Almial dDrlei, L23/2/9442 LLsitflx dfnanccens dos eat deunCAEId la LMALANFaranssiirmt du s z opaues./p> / class="totesbaseig dir="ltr">77/sa> AADHRdharlesAHaenggi, AP 40 J112/1,dNot esr lmo faciovié annAlsgrieuaerdant da cuerre. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">78/sa> AANF/160/MALAN, Iniuctionndénérale duC20 arcs19442 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">79/sa> AADHRdharlesAHaenggi, AP 40 J112/1,dNot esr lmo faciovié annAlsgrieuaerdant da cuerre. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">80/sa> Aem>TIbidnm,aem> L jlsui aaion dfnancceresNd l LMALANFlboutitgeâcsd leeio olaton,(oefLavlge.j Vichy.p ldnnesr saiosfttuonnet dui tu t cJues-lseramJaegnr LANF/160/MALAN LL aurdeddes Sclux ,dhergésde tlffire) d’Alsace et de Lorraine da mVcie-Amial dFennrd,dseréatiresdénéral dnnAlfrque drançaises, e 27faout 9442 CJues-lseramJaegnrsoétait dtaiblii cDuingt (aut-e-Svera )cuac ll ctntair en ore ddeio olairduns le s affire) ddsacienne -lrraine. d’Alfrque duCNord Lais ue s27faoût19402, e mnistre dd c LJutece , hergésdeujsrvice d’Alsace -orraine deuiqrneimed’acree te so esr ou efaciovié aius laene deeio nmmnt /p> / class="totesbaseig dir="ltr">81/sa> ACmmassiiresfaoviinialed s Eclire)rs dUnon,iite quAlsace AIlporticuipmAutxaaposedété des pEUll faoût19402etncAvernge.T), L spCarrefurs ddes Tllemul aem> , em>Top. citaem> /p> / class="totesbaseig dir="ltr">82/sa> AHADEY (J nt), em>Tls dontprejint de aulle,, Asaciens et mMoseslat dns la jrance jibeaem> , trasbourg.,l1990 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">83/sa> AADHR, 40 J112/1dharlesAHaenggi, Mo faciovié annAlsgrieuaerdant da cuerre. LMALAN /p> / class="totesbaseig dir="ltr">84/sa> AANF3 AG 1/329- Cits dar lMgr Hintkyeuns ln ejietre (a général de aulle,cu c6novembre, 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">85/sa> Aa lpresNst arivésm tlsge le s14juil 9440,aors tuiedo faiérqvndit ddeomnurirluur da jrance jl vut dReimset duistsn sosdet, Pirre.ptait daut paeisn,nens AIlpoavadeet asjint dlsge lt ovembre 9441. Pirre.pode 1 e ea Fjene sgral iite :.. ESQUER (Gabriel).pem>T8novembre, 9442,four drmierscd c LLbération aem> . Pais 9446,lo. 103 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">86/sa> AFernandmHuck-Atrc r (Sandm10/5/1899- Pais 29/7/9467)nlAaut pss ctues p trasbourg.. SlAaumnee,fesisdnlt Sri s derdant da crmieresNuerre.ponndale  AF. H.dos e)Atncrance , sel gag pens l’adrme arançaises ius lesmnomquAltrc r AIlpobtent pe mdroteld conenrvm letmnomq lsn stour de Alsace . Ypréaeia jSriaté aranco-sri s de loavigtion duis ea jSriaté atrasbourg.tireedeAlrmmmnt ,rui nerble averaic souffer de laaAcrsesne c1929q Ae géatécis.seent lu mrasfic rhntn. FernandmHuck-Atrc r oétaibli daors t cPais ù ll cstre sens la jmaisn,ceAOétl AIlpaut paa oapoage le p1939-9440,st blsiesde paeisn,nens,pais uar vint d loavader A paarpelne coemingre-Dure,une,tilaos e)Atnclfrque duCNorde t’autormne19442 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">87/sa> AFrresNd lo fanien eollaèuer Nsfe d Arofsse urqe sDrotel trasbourg.-Casrmntr-Frret l,rui nerainrecteur du rosbne Ae gCmmassiiresfMa pésublique ,dharlesABlnndel /p> / class="totesbaseig dir="ltr">88/sa> AESQUER (Gabriel), em>Top.citaem> ,lo. 38-39 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">89/sa> AESQUER (Gabriel), em>Top.citaem> ,lo. 70 ; DANANF(Yv -Maxime), em>Ta cveuaelitique d tlsge le p1940 l194.aem> , Pais e9463,po. 29 AIlpss pvain ue dus 1944.,Ce nne msene cusup>mgr/sup> DHintkyeexhuent ie smexreart u ctrxt deane chomsierlu c24duil 9441Autxno aneens eo c’aSN(oefLaFBurzareah,lù ll ce referesNux deiscurs du cMréchaliPatirn Jlllrqsse vicainors tositcapoage plcteorle. eMa pIVsup>me/sup> Désublique AIlpoomesterainonetimmnt dintre lette putlit1nion,fosLitation"s isnas eMaerspountrxt /p> / class="totesbaseig dir="ltr">90/sa> Aa lpatenrspSturmqu lHuningistsétait dtvad dar laaqSri s de alait pgagérqPrieueux dlu eeintepo r9441. Lemrecteur duu1srvice d spCul es,dharles AAleorfferle Mépaèuer nnAlsgrieu AIlpo ainul ieur mmt duumônirscénéral doomestetn de laoarme arançaises o ce jZonedrançaises oaccupeaion lvac lserg p cBaden-Baden,lù ll cmur tdn 19451. ALTORFFER (harles), Au1srvice d specugiéesplsaciens eons le,eSud-Orste, em>TaeOtre -forê 1:lreu d’Ahisoire (MaAlsace euCNord ,aem> 1989, 68,lo.17-35. Vraicutsi upuliqction cncteimdiue lhttp://judaisme.sdv.fr/LJute, fositation ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">91/sa> Aa lrabbneABlnch,lhergésde le jolmeunaresmisrasiet d specugiéesplsaciens ennAlsgrieu,en nf ainar ic deuccmmté duoacion,fsoiale du cCmde necannsul tiofd’Alsace et de Lorraine ,lu’e larticrad lptenbreq9443,nmmésdar la 1gtvelrnur dénéral dCarouvx./p> / class="totesbaseig dir="ltr">92/sa> AANF3 AG 1/329.dNot eour le général de aulle,csr lusup>mgr/sup> DHintky,d la Lsunil(Ma jietre ( c6novembre, 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">93/sa> AIlpnyaprr pel lahefterldétues, omme lilpcurit été aoliqésde leedfire)dtncrance novn ocupee ,dar llxnmpl,fdns le,eGns d(Mntrel dn dluch),lù ll ceétait delrli darès o flxulson ,pais ua bnéricie duone cmeurerqd crelass=rmnt dhmme lAsaciens-orraine LLsitotetre) d’Alsgrieuaon pnes tiut sdnt que d tcsx de laAlsace et dorraine detnoit pnmmés /p> / class="totesbaseig dir="ltr">94/sa> ALEVISSE-TOUREe(Chis tine), em>TaAlfrque duCNordsens la juerre.p1939-9445aem> , Pais e9498,lo. 279-280 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">95/sa> AAcheiv s1rances uBuckel.lCmmté dt eCode necannsul tiofd’Alsgrsa9443-944. / class="totesbaseig dir="ltr">96/sa> Aa l30 écembre 9442,Ce Alexande dpresNstfde oot êté aarrê espstio n à rAdra ,lstie on noit prelâchss8uie larticrad c6nfvoiersa9443.lReérqCpitait du chalppsde ljute, ssd leearretetion ,et doris eJoxedu cé aorilit1 dt enmmntrqvns tun cdstioanion,fiofcnnue,lvatn de loivoirssreecnirp tlsge LLEVISSE-TOUREe(Chis tine), em>Top.cit.aem> /p> / class="totesbaseig dir="ltr">97/sa> AJ nt EsimgnlAaut pss ctues p tcnsne s-Po Pais euns ln ejoom2oton dui ompt enriMu cMoull poefLabrtihte, WisfeidcBaumrtinr")t lReérqPleecnen f1923 AIlpoass pnteraeiesdfrmtptôtd leeioortmaiouem lt dinn oruriésde Mépveloppsmnt de laaACmmoagei d spMachinsABlle. Inpcteur dénéral des1rnanccesen f1956 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">98/sa> ALEVISSE-TOUREe(Chis tine), em>Top.cit., aem> o. 301-302 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">99/sa> Aem>TBlle,tindeunCmmté dasacienset dlrrainefdAtues pe ldacion,fsoiale eaem> (edacion,fonfieesd lharlesAHaenggi). Fê ,eu c14 arcs19443. Lemrscurs dnass prr pa liqsdntergraemmnt L qem>TBlle,tinaem> etrodut pa r0sup>mer/sup> Dmar19443sa poomestetion cusitépures dlsaciens et morrainesad lptenbre 19442pintre leeiofcrpoanion,fosLfrme Leecan stcnneir eat d– tareivnent :–sa patnié aillaatitud,eu cgtvelrnumnt de lichy. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">100/sa> Aa léceretcCrliseuxon no ainrtaibliitiele C20 ctobre 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">101/sa> AGnéral de aAULLE, em>TDrscurs dt lMesaig aem> 1940-9446,lo. 279-281. Leménéral de aulle,cyadnnoçaist,ques eartaes,d rmeurerqd cs LLbération ,no aiint pmie esen fveueux le ssloseFues[lacotion ]ceétait djadisjenne es Lais uqu c’apdiicielnel fo aiit Arr piuis enurf.  CLs peupl,fasere (és rtmas e tn ejveuaation le,fncve ,dù lc sui nst benset deausuratles octu Arot és ltxalu Aù la pons e ,da Lscnsne ,Ce rtis,le ssetiqon ,le ssfrme eretue lems8itnt pes rnsguqu cerinil(aerspnole s ,dù le ssfumnee,sas aot vhonoa es,daid es,dfivoris e tn Aaovorteon de gotmre te sfde ot dd fllems8uiellems8ijou en d la Lprtril:.. Ie ydirnaamnit étuaemmnt p ea Ffcrpsrui nermrsitnt r=igetts :.a…de paeoclamns 1:l eTout c suiellem Lsubi,da jrance jn t’autradea qurbieour lreblncehi lae pepurlce .e’est ens la jésistance ee pons la qlmbrasqu’el foemiuent ce refvèlnt pes dhmme squesotre lpeupl,fjugrainrge pe prapble tder=igerpss caciovié :.. Frtmuae pex le sqe lems8acquesd’Alsace eornarains Rolsiion,f l’Agareoavnt e litépures de laAlsace e t’AlCP /p> / class="totesbaseig dir="ltr">102/sa> AANF3 AG 1/327, lsace et dorraine ,cusup>mgr/sup> DHintkyea général de aulle,c05/03/9443. Leménéral de aulle,c lusup>mgr/sup> DHintky,de,c5/5/1443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">103/sa> AADHR, 40 J112/1,dharlesAHaenggi, Not esr l ea GERALennAlsgrieu:../p> / class="totesbaseig dir="ltr">104/sa> AANF3 AG 1/267./p> / class="totesbaseig dir="ltr">105/sa> AANF3 AG 1/267, Dceretcur le MCode neclsace et dorraine d04/07/43 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">106/sa> AQi neolppariît ue duns lette pueule ocuprelni /p> / class="totesbaseig dir="ltr">107/sa> AANF/1a/3281.,Cvrrê edeuccmmissiiresd leeIsérieur ,dAdre dPhlitp /p> / class="totesbaseig dir="ltr">108/sa> AANF/1a/3 281. /c21/07/43,cc smtrxt eooit pr liqsspons la qem>TBlle,tindeunCmmté ,aem> eon la cedacion,fst onfieesd lharlesAHaenggi. Vraicutsi uacquesd’Alsace eaunGnéral de aulle,cn dlNF3 AG 1/267./p> / class="totesbaseig dir="ltr">109/sa> AIlpnyss prr puesion dens lc qpporteduespCai s sdd ccedt mu e lfe de la)rs drdé itioves Lais un dueut sns let ldrisue du ls,eemmosraunde r8uiellems8oit pommare eseuns lette preecndqction ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">110/sa> Aaecan slait poart null re lee ldsx duerre.spaa orsclitésslocal,fd c’apauue fdsllit l ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">111/sa> AC 1prljets8oit ptoquesspoéj lart J nt Monnt dui lvatnc leeid eqoAn ejEr oe cuetieesdetqoAn ejLothirini<àcionmmtuem laors tuiede général de aulle,csel ftint d lne cuetn deoutniresNiofcrpoann la crance , a LBelgtuem llefLuxnbrurg.,la LHllab l ,lueut-tre ja phntni ,lueut-tre jaeItneen. (épjene rhefzle aulle,cu c17 ctobre 9443,Résuno eat dutorr de général , Monnt ,lReérqMayns,pDiethelmpt lHerv dlspht l,rhergésde lonettue lu scmmté duricno eat dn ejolitique dur oee ne . ALPHAND (enrv ), em>TaAgtnneumnt deAtre . Jur led1939-9473/sm> , Pais e1977,lo. 168-169 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">112/sa> AAcheiv s1pivés s1rances uBuckel.lPeocès-Verbux deulCmmté dt eCode necannsul tiofd’Alsace et de Lorraine .dlsgrsa9443-944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">113/sa> AL jloiadu 17 ctobre 9419nvout paetoutuiede jloiarançaises o eit étre jrt odut dar lera lgiosltiove,lsnufNoaraciresNdAnrgsne ,Cauueslpca,le léceretcour ratslsrffresdius laienrvmde la Rtiofcation se sAChpbre spons la qépaaid’Au smoi /p> / class="totesbaseig dir="ltr">114/sa> AAN. F 1a 281.,CPrljet oacrennence du cCode necCnnsul tiofdl l30/10/9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">115/sa> Aa smtrxt eoes puisaon du r eRadiottrasbourg.d tlsge :.aoit pomnenrvie,d rarticrad la R6sup>me/sup> Duisaon (18faorila9443)pons la qornaslharlesAHaenggi. ADHR, 40 AP 18./p> / class="totesbaseig dir="ltr">116/sa> ACectrxt dss pun noirt deaadapetion cuAu sdsllit ljolmeunNux dviriant sslocle. eu dale cte, uratlui / class="totesbaseig dir="ltr">117/sa> Aa l19nfvoiersa9444,lo liqsdar lCRÉMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> , t. III,lo. 185-186 AVraicicilrus dhut-

      / class="totesbaseig dir="ltr">118/sa> AADHR, AP harlesAHaenggi, 40J18/60,puisaon eu jendic21 ctobre 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">119/sa> AADHR, AP harlesAHaenggi, 40J18/60,puisaon eu e ree dic21duil 944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">120/sa> AQi nhmme lhef de mSrvice d’Alsace et dorraine dnedueut tre jéparesm t’AlCP,ptat dmnbreqoAn ejdministrativn,fontrel du cCFLN, orncion,fiofcmeaioble,lsnufN lduisaon ne le pette porncion,

      / class="totesbaseig dir="ltr">121/sa> APhlitpp, n,ceAa vu,nvout poéj lilit lee rMoull -Rexdelfire)decnirpuhumann cordre s1(CORDIER (Dtniel), em>TAsiaspCaraall"a,aem> em>TOp. citaem> ,lo. 536.

      / class="totesbaseig dir="ltr">122/sa> AANF3 AG 1/267. Leménéral de aulle,c lacquesd’Alsace le 116/10/9443 Puliqaeiens lharlesAe aulle,, em>Ta tre e,cotec pe prarnetsaem> , uil 19443s- mar19445,lo. 89 AL jfrtmuaer eAsaciens -orraine :. lul ieur mmt dirnaamne ,dfigue dbensens la jietre ( général

      / class="totesbaseig dir="ltr">123/sa> ACREMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss) , L jrance jibeaem> , Pais e9496,lo. 590.uairinaqe t’an,sveut exfilre les 19442adeit aors trefuesde lar icr (Cmrdnsr, em>Top. cit.,aem> o. 688) DIlpnyarivr ad llsge qu’el faoril 944.< Quat d lOer"kirch,lui neétait decugiéei cDecazevnee,fe 9441 t 9442,filpcait pos esdt Sri s dt ovembre 9442pais un,fa lonniît rr pe sseaisn, our le sqe lems8ilpeoavit rr pvouluasjintde dlsge q(AN. Cc15 273 PV(Ma psénce du ccmmté duiecteur du raaArdé ition,frsubliqcine ddu 11 ctobre 9444.

      / class="totesbaseig dir="ltr">124/sa> AQi M’Adnien ePSFdKalbrdevnulacquesd’Alsace ear enurne cmarits dopinon,fositns qe particsplsaciens eoMa pIIIsup>me/sup> Désublique neotan ne adea . Paipintre ,da crlsiion,fui TNoaes,da tre edt eCarnets,juil 9443s- mar19445aem> , o. 88)lù ll ctoque t en ejbrèvmantquê ,eaut esr lpuhuneide :.,lui neétait doesietr ahmme l eaef de ea pésistance)Atnclsace  .. acquesd’Alsace ea sns ldou efté alAn ejes psurcelsde général doueltmiuis euettoutenle,,lui nr=igeal puevice d rende ngenent l egulleiite:.. Cr lae p eflitres :.ausaciensne AsubistantsTEnsrs)t lintre lou aem> , t. 2, em>TDAlsgrsa cPais aem> , Pais e9450,lo. 328)t l382. BELOT (Roera), em>TAuxaraonttres ddera jibera.aem> , Pais e9498,lo. 583-587 ; ESCHBACH (J nt), em>TAuciœrsse la Résistance eusaciensne,la qlmbrasqe sPulllDunglr"aem> , Colma ,l2003 (CR , Reu d’Alsace ,aem> 2005) ; IGERSHEIM (Fançaui ), em>Ta spCarrefurs ddes Tllemul ,LJene dAsacis rsistants , trasbourg.,l2008./p> / class="totesbaseig dir="ltr">125/sa> AANF3 AG 1/267, acquesd’Alsace eaunénéral de aulle, le 116/10/9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">126/sa> AANF/1a/3281.,CRoudolphieaunGnéral de aulle,, e 24/9/9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">127/sa> AANF3 AG 1/329,cusup>mgr/sup> DHintkyea général de aulle,ce,c6novembre, 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">128/sa> Aem>TIbidnmaem> , Gasio fPaemwskic lusup>mgr/sup> DHintkyce,c9novembre, 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">129/sa> AANF/1a/3281.,Cacquesd’Alsace e lldre dPhlitp,dhcp<à lGasio fPaemwskice 116/10/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">130/sa> Aem>TIbidnmaem> , A.dPhlitpc lacquesd’Alsace dl l3/11/9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">131/sa> AOsesvittuiede goesisdnt dRoosevel du coquesd raus inus detre es,jl vut deivnrsio locre rs , it , e 27farcs19443,dAdthony Eden,lui royai d lne clacn1in eieu,ee goeoje de lréaerpun noirt deejLothirini<, Stat-tampn,fsnre ja prance netlaAlsllitgen ortmede saAlsace -orraine ,leujLuxnbrurg.,loAn ejBelgtuemdeiv1es.dAdthony Eden,em>TThe Eden Memrais. The Reckoningaem> (1938-9445), Lodre s,1965,lo. 373 E ovembre 9443en ore ,dRoosevel du ilit leea gDpurtementsdeaStat,ddeoeeiofluesNons l esehypoihss dderagemmnt p eiritoraledbrès 1a cuerre. LFançaui Knrsaudy, em>TD aulle,cn dRoosevel ,ee gDeslpausurme taem> , Pais e2004,lo. 350,lctatn la sDocrents aeiplomaiouemsfam iecines.HPaipintre ,daeiporttnce jl itcapoage poAn ejartain goe, ssdam iecineed– n,fot esuv t da crm s de lHercs pntere par l specugiéesplsllit l Autx Stats-Uns :–sour le gdatihefmnt de laAlsace -orraine ddela crance , nyaprr pe ore daut paenbjetqoAn ejtues hisoirtue /p> / class="totesbaseig dir="ltr">132/sa> ASyagit-ilpd lo fallocreon de sRadio-lsge leu116juille,t19443,douqoAn ejecilaition,frus desiet )dtnore : /p> / class="totesbaseig dir="ltr">133/sa> AJORF, em>Ta specras de laAlserbles dannsul tiovsfaoviisorese:llsge ,c3 ovembre 19443-25 uille,t1944.aem> , [Rtrod.dtncfac-sim.],l2003 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">134/sa> ACREMIEUX-BRILHAC (J nt-Lurss), em>Ta spviexdela jibera. Ilcilordre s19440-944.aem> , Pais e1975,lIV,lo. 123 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">135/sa> AMll"atme,léparesm’Alsgrsae c1924 l1939,puis esnteur d rarticrad l1939,pavit voé aouice 110 uille,t19440 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">136/sa> AAN, F 1a 281.,CGecrgs mW neee lldre dPhlitp,de 2/10/9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">137/sa> Aem>TDicion,nire)dBiographiue duCMuv mnt duvrnsr, Muv mnt dsoialeaem> . 1940 lari 9468,lo. 228-29D;cotece dGllems8Mmrin, Pirre.pSchlil Jlllrqnstsétande ea qurrpette pp ieod ddela cvicse MFloclrd /p> / class="totesbaseig dir="ltr">138/sa> AAN, F 1a 281.,CF 1a 281.,CGouvpemnt deAtues p CmmassiiralsdeaStatd leeIsérieur ,d16/11/43 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">139/sa> AEla qlmbrnnnt 5dmmbre, ,lo foesisdnt dWliliamcMréaiseorofsse urq la LFacul e sDrotel’Alsgrs,laeelaccsdar lCarlesAL ue t d(CNR-CGT),jéparesm t’AlCP,pBosann n dRibiresNous ldsx depures d t’AlCP,pl conenrvteur d ra Lbiblioihqu cenicaipl duAlsgrs,lEsue letnoitdseréatires-pporteur dReérepCarcss=one . Ela qiniuci la sdossens de sioculpie,duis ea smtnssmt diu Cmmassiiralsd la LJutece lvac ls ssetommet laion,se:l1inteon sdministrativve,lsnnteon spnl eet asnvoiad vut dunmtibu le LEla qrearte ad1 473sdossens ,dtnce tin t 498,le ce rronoce jurrp507 Lais ue sCmmissiiresd le LJutece l(e Muedthon)asjtte p80 %cusitossens dtnssmis.HDAutre ccmmissiiralssdeaStatdirnais et veApuranion,fosLanus daovoresjsrvice se:larme ,ptduction,fation le,,crm s Lais uengénéral , n,fonfclut ue t eeApuranion,foAlsgrsanedranpp dqe te cmmar s sspnurotmre ux:.. DANANF(Yv -Maxime), em>Top. citaem> ,lo. 290le ceuiv /p> / class="totesbaseig dir="ltr">140/sa> ADANANF(Yv -Maxime), em>Top. cit.,aem> o. 300 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">141/sa> AGnéral de aAULLE, em>Ta tre edotec pe prarnets CJul 9443-ari 9445aem> . D aulle,c lReérqCpssen,de 22 écembre 9443,lo. 128-929 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">142/sa> ARogrsaMmris (Ste 24/7/9406 - Scnt -Pirre.poAIdrn (P-A)dl l30/5/1487) NCntreaerspoivilpcucMrocAtnc9433,sDiecteur du rCsbne Ae gCmmassiiresfÀaStatdutx rnancceseCuv de Murvnee,f(uil 19443s- ovembre 19443),mSrréatiresdénéral deu CmmassiiralsdeaStatd leeIsérieur (Nov.19443s- uil 19444) Amarticrad l1944,lcarivresNoesfcteorle.dtncrance . BARGETONF(Reér), em>TDrcion,nire)dbiographiue desNoesfctsaem> , ptenbre 19870s- mar19482, Pais e949.

      / class="totesbaseig dir="ltr">143/sa> AAN. F/1v1/1132/. J nt Marzolf, nsm tWoerahde 29/10/9894,llAaut pss ctues p trasbourg.. Ie cjsrvicdomme loficilerpens l’adrme adsllit l aerdant da cuerre.,pais uaut par ic de l LMisaon eMlitaire)ddministrativvede lBss=r-lsace etnc9418-9419 AIlpor s dn ejice ne le ldrotelrançaises, st nmmésdhef de teiv1on,f laNoesfcteue (du Bss-hin,,duis ees 19421,dcmde nee,rpu pTibu leddministrativ de ttrasbourg.. Ie st lAn dd frnaatnus de sRadio-trasbourg.. Oficilerpeeraienrvmdrançaise,filpcte ntdeala qrad ddelcpitaine .dIlpaut paa oapoage le p1940,omme liniuctiur d rSaumr ,duis eorticuipmAutxambras euettaumr . Ie st durilit1 d rMontaubnt (uille,t19440),rhergésde luisaon e cPrieueux djusu’el f9441,duis e Vichy.purrès 1ou aurdeddes Sclux ,d laNrecteon sénérale desjsrvice sfoAlL (aoril ari 9441) Sr lreommet laion,1ou oesfct Det g ,luiecteur dénéral deu pns one deu inistrresNd l’eIsérieur ,dil st nmmésdIt nudtn de loiice coimogr ,dtncari 9441 DIlpnyyles teprr plongtepo .HDAurès o fossens,t es ssetltion"s uns le s ilitux disrasiet sle ce sjsrneimets agulleiite :.auboutissnt d llrqsleecrad lp porncion,sflrq4faoût19401fe d la cmetre ( laNe tearte oacficiela c8novembre, 9442 A-t-ilpaors tseour nsdens la jDeme,lù ll cadesjeens epec les paiqus :?dIlpaut par ic ,omme lsn dfnlsLFançaui ,ctueiat d lCasrmntr-Frret lpe pref de s Eclire)rs dUnon,iite quAlsace et de Lorraine de géaseauseu Cmlon dBou e ,rui neraot varrê espstfuslleespsnduil 944.< J nt Marzolfcadui té al crance , os esdar l’aSsoage ll faoût19403,arivsd lhasablncea( laNfl poefovembre 19443 DIlpsjint d’administrativn,fu cCFLNcn dlsge lt écembre 9443. Ie st nmmésdius -uiecteur diu CmmassiiralsdeaStatd leeIsérieur ,duis esrréatiresdénéral deu Cmmassiiralsdsnduil 19444,duis eaos du ctour durrpPais eaeelacce acques ’Alsace e laNrecteon se mSrvice d’Alsace -orraine .dC puevice do ainsuprrimsslor poAn voe sr rses o ce jConettueit )dtncari 9446 Lailgr al ssetommet laion,stnogeurss dderLaffn dui iushanil(aeclacce lt ZonedFançaises oaOcupeaion , M.anede teuv decrlst dqe thmme lhef de do cton,f laNommission desitometgs dderuerre. LIlpooferesNarndea cs Le tearte l f9448./p> / class="totesbaseig dir="ltr">144/sa> AAN, F1a 281.,Cacquesd’Alsace e lCmmissiiresd leeIsérieur ,de 2/2/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">145/sa> AAN, F1a/3281.,CMarzolfc lCmmissiiresdd l’eIsérieur ,de 7/9/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">146/sa> AAN, F1a 281.,Cacquesd’Alsace e lCmmissiiresd leeIsérieur ,de 12/2/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">147/sa> ACecqe thmnfire lPirre.-Blnchnors tost’autdnsne eui / class="totesbaseig dir="ltr">148/sa> AAN, F 1a 281.,Cacquesd’Alsace eaunCmmissiiresd leeisérieur ,dL 7/02/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">149/sa> AAN, F 1a 281.cn dlNF3 AG 1/267, acquesd’Alsace eaunénéral de aulle, le 113Dmars19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">150/sa> AAN, 1a 281.,Cacquesd’Alsace eaunCmmissiiresd leeIsérieur ,de 15Dmars19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">151/sa> AAN, 3 AG 1/267, acquesd’Alsace eaunénéral de aulle, le 113Dmars19444 / class="totesbaseig dir="ltr">152/sa> AHuck-Atrc r ost aors toéj ll gageea g2sup>me/sup> DDragn ,légiomnt deAluchmrsius lt ovembre 19442pt asonettue annAlsgrieu,le cecrarue fdec leuice 130faoût19404dn ePrvemce , osticuipmA laNoapoage le prance njusu’ea ghin,,duis est nmmésd l’Atat-majosse la RXsup>me/sup> Déson ilittiresd(trasbourg.) LIlpoonde es 19445laNoesisdnte duvinFcrgs me ttrasbourg.,le ceoutietdeala qRPF bas-rin,os ees 1salréaaion lvinituiede général dKoenig,jéparesm tarticrad 19451. Ie cjaut par ic de lotmre ux Cmde ned’Alministrativn,fu ttAlrançaises ddera jsid rrg.iefe de laasmtallrg.ie,lvinituiede laasoavigtion dfluvale /p> / class="totesbaseig dir="ltr">153/sa> AAP1rances uBuckel.lPV(Ma psénce dpeeniresNexreamrdnnire)deu CCleu119 arcs19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">154/sa> AAP1rances uBuckel.lPV(Ma psénce dpeeniresNexreamrdnnire)deu CCleu119 arcs19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">155/sa> AAN, 3 AG 1/267 LLsmbue auseu gouvpemnt deAtues p(Dick,qKast le,lW nee,lhamuzat,dHeitz, L reppe)ea général de aulle,ce,c20/3/9444 le 117Dmars19444, sns ldou efexaserae,lacquesd’Alsace ea soumseniu Cmmassiiralsd laeIsérieur ,de edotm dderHintky,dBneeet n,pBodnrd,dGraff, Esimg,mHuck-Atrc r,qKnch,lOheet n,pSturm,lW hrung,mGirardnn,doris eBuckel,pBernareoe Turckheim,lThony,Alexande , (Cmde ne)lW nee,lHeitz, Dick,qKast le,l(gouvpemnt ), Marzolf, Knoll (CIALAlsgrieu)eabb eBarlc r (Metz )pt lHeldr(trasbourg. - Oanc) AN, F1a/3281.

      / class="totesbaseig dir="ltr">156/sa> AAN, F 1a 281.,Cem>TAsge lRsubliqcine,de aem> 24Dmars19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">157/sa> AAN, ANF/ 1a 281.,CQesion sd’Alsace -orraine ,ccmmission,fosLaaljuteie le 16 uiln19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">158/sa> ACecqe nerainaut par d’acrennence dn°45-364leu110Dmars19445 modtiees,dar laaqe lemie obnéricient ie smume sldrote tuiede sambrasatn eniyat ce vicduns le s ortmaioos eo c’aarme arançaises ouann la cSsone aerre.ponndale Lesjsrvice sfui / class="totesbaseig dir="ltr">159/sa> AL clirculire) Pfiitesae c1927nautsut poébutm letsdsne ngenent l l’Agede l8 a ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">160/sa> AAN, F1a/3281.,Cacquesd’Alsace e lCmmissiiralsdeaStatdo c’aEduction,fation le,,ca r0sup>mer/sup> Duiln19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">161/sa> AArès 1a cnmmtntivn,fu toris eJoxeduuesrréatiralsdénéral deu CFLNcnnduil 9443, Marcel Knch yda sur la qorncion,neent lu muevice d rdocrentstivn,fu cCFLNcui ntdi eftuaemmnt pa qem>TJur ledoficileeaem> . E ovembre 19444,a cPais ,tilaosticuipmA laNfrnaaton,fosLaalDrecteon se MaalDocrentstivn,fe de laasiffusln dui tdi efa qem>TJOaem> e la cem>TDocrentstivn,françaisesaem> ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">162/sa> AFrtmuaerui nermefvélrainimpativcble qe parspueulemnt pparce8uie ltrasbourg.,le qPCFlo liqede goemierscn ej eem>THmanniesm’Alsace et de Lorraine eeem> .auutonmm,,crooquetn la sutre cedacion,sq lsnticrallems8itsi uavus dour navx./p> / class="totesbaseig dir="ltr">163/sa> AAN, F1a/3281.,Cacquesd’Alsace e lCmmissiiralsdeaStatd leeIsérieur ,de 26 aoril19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">164/sa> AAN, F1a/3281.,Cacquesd’Alsace e lCmmissiiralsdeaStatd leeIsérieur ,de 9Dmar19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">165/sa> AAN, F 1a 281.,CQesion sd’Alsace -orraine LLsmSrvice d’Alsace -orraine niu Cmmassiiralsd laeIsérieur ,dpporte ddermars,et de Luil 944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">166/sa> AAN, 3 AG 1/329,clsace et dorraine . Leménéral de aulle,c lusup>mgr/sup> DHintky,décembre 19443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">167/sa> APIERRE-BLOCH (J nt), em>TAsge lcpitail ddela crance uengerre. L9442-944.aem> , Pais , 1989, o. 33)t l3.

      / class="totesbaseig dir="ltr">168/sa> ADANANF(Yv -Maxime), em>Ta cveuaelitique d tlsge le p1940 l194.aem> , Pais e9463,po. 21.

      / class="totesbaseig dir="ltr">169/sa> AAN, 3 AG 1/329,cLeménéral de aulle,c lusup>mgr/sup> DHintky,d4 aoril19444< Puliqaeiens lharlesAe aAULLE, em>Ta tre e,cotec pe prarnets.aem> em>TJil 19443s- mar 9445aem> ,lo. 187-188D;cAN, 3 AG 1/329,cusup>mgr/sup> DHintkyea général de aulle,,de 15Luil 944.,cusup>mgr/sup> DHintkyeacmmunicuesds jietre (a gcardnnl dTissnrat dutgénéral de aulle,,dui nvent ie cecrarue rdtncrance ntsdsnsetçotels 1a 22 uil a Réspmde de général 1:l ej dneduerdsprr plstpraicues e sairconeticceseuermetren la ceait1nion,fosLntre lpeoje . Jyylsis eous dues jaais uecisec:../p> / class="totesbaseig dir="ltr">170/sa> APIERRE-BLOCH, em>TAsge lcpitail ddela crance uengerre. L9442-944.aem> , Pais , 1989, o. 33)t l3.

      / class="totesbaseig dir="ltr">171/sa> AAN, F 1a 281.,CQesion sd’Alsace -orraine Lacquesd’Alsace eaunCmmissiiralsd laeIsérieur ,de 113Duiln19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">172/sa> ASpei elda sur ls eornaracsr leacpinon,fosmHuck-Atrc r,qRoudolphi,lW hrung,mNur ohr,qP.eAsexande dt di sur 1:l eTousCe Alaciens et mosALrrainesavrretent idec ledthouslasmede général dKoenigA laNtê ,euejarmuevice :../p> / class="totesbaseig dir="ltr">173/sa> ALeménéral de aulle,ce dntuligeauur atn lrr pe sshmme squidsnduil 19440t’an,tpsjint d cordre s.LArès 1lsitnecion sd’Actobre 19445,tilafit decdigerpar lGecrgs APompidouqoe laee reoments auur dn ejietre (denfvlictatioos eo cSpei eldui nllaegagn tordre s1l f9445.cAN, 3 AG 40 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">174/sa> AAN, F 1a 281.,C1/6/944. / class="totesbaseig dir="ltr">175/sa> AAN, 3 AG 1/267, acquesd’Alsace eaunénéral de aulle, le 120Duiln19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">176/sa> AAN, 3 AG 1/267, Paemwskic lacquesd’Alsace dl l23 uille,t1944.. D tour de s Etats-Uns de 114 uille,t,de général de aulle,cllaegagn tlsge qu’eildui teduricnotivnent de 118 août,luur da jrance ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">177/sa> Aaen,foesar d tlsge l...ntsdsnsrance nocupee ee edotmtntivn,sddelcmmassiires ddera jésublique nt de Loesfctsddera jLbération uis e’autormne1d, 9443 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">178/sa> AAN, AG 1/267, acquesd’Alsace e cPaemwski,dL 7 août19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">179/sa> AFOULONF(harles-Lurss), em>Ta loivoirssn Aaovvine e laNlbération LesjCmmassiires ddera jésublique ,aem> Pais , 1975

      / class="totesbaseig dir="ltr">180/sa> AAN, F 1a 281.,CSrvice d’Alsace et dorraine d lCmmissiiresddaStatd leeIsérieur 28Dmars19444, Ntecsn° 213 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">181/sa> AHOSTACHEF(Reér), em>TL MCode necNtion leddera jésistance aem> , Pais e9458,lo. 247-287. FOULON, em>Top.citaem> ,lo. 69 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">182/sa> AAN, F1a/32300, EmilerLaffn dcucMnistrasdd l’eIsérieur AdrenseTixc r,qe 12 ctobre 19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">183/sa> AFruln stlèvm1:l eaNfrre d rLaffn dct Dbr ast d thmntine rde s épsmgntivn,sdsns lcte nde ddAtre cuv t eorttlsge :. AmAsexande dPaiodi, Emmaneslp’Altrc r anpp le,ce,coaraciresNaoviisores e so potmtntivn,sd. FOULON, em>Top. citaem> ,lo. 76.HPaipintre ,dFonlup idffire lveraicnurneléceretcsmgn te aulle, A-t-ilpaut par ic de l Laovmoion,foActobre 19443,lctae eorttFruln : /p> / class="totesbaseig dir="ltr">184/sa> AAN, F1a/32300, RpportedLaffn d lTixc r,qe 13es tenbre 1944.. O,fa lpeut ue nserculracsr leacotiues e so piniuctivn,s

      / class="totesbaseig dir="ltr">185/sa> AAN, F1a/32300, RpportedLaffn d lTixc r,qe 13es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">186/sa> AALTORFFER (harles), A muevice d specugiéesplsaciens eons la qSud-Oesi, (1939-9445), em>TaAOtre -frrtr1:lreu d’Ahisoiresdd l’elsace euu Ntrd,aem> 1989, 68,lo. 17-35< Puliqction,fneciroaiue e: http://judaisme.sdv.fr/LJutes de ntivn,s./p> / class="totesbaseig dir="ltr">187/sa> AJur ledoficileeleu116js tenbre 944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">188/sa> AAN, F1a/32300, Laffn d lTixc r,qe 13es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">189/sa> AAN, F 1a 281.,nGnéral de aulle,caunCmmissiiralsd laeIsérieur 09 uille,t1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">190/sa> AAN, F1a/32300, Tixc rd coaffn ,qe 13es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">191/sa> AAN, F/.a/32823, RpportedTixc rdaunGnéral de aulle,ce 15Ds tenbre 1944.. Expos ae smuoiofsde paeojet oacrennence ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">192/sa> AAN, F1a/32300, Curcelld lTixc r,qe 29Dovembre 19444. Hisoirtue dd l’eode 1ieon se Maadministrativn,fe Alsace stsdsnsorraine /p> / class="totesbaseig dir="ltr">193/sa> AJO.leu119/10/944.

      / class="totesbaseig dir="ltr">194/sa> AAN, F1a/32299,clN, F1a/32299,cOrdesdd luisaon eu 23es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">195/sa> AAlaNfl poActobre, Tixc rddlit l a lueck (u’eildcrotel tlvignon)peerasjintde dPais Lais ucmde rnirscyaseour n,c uis en ejquinzine ddelour s / class="totesbaseig dir="ltr">196/sa> AAN, F1a/32300, RpportedLaffn d lTixc r,qe 13es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">197/sa> AQi ne nvses rr posticuuitresmet veAlsace . Tixc rdanpp le,caux Cmmassiires ddera jésublique ntnjs tenbre 944.1:l eLemuv neent lontrel ast inialeea cPais . Ie st nudmuv ner AVru etresls ssetoesietrtn e,pvou ddevez exrcutm ls piniuctivn,s:. FOULON (C.), em>Top.cit.aem> Sr leacvigurcurss rses tncarinpar dTixc r1:lFOULON, em>Top. cit.,aem> oo. 239-249 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">198/sa> AAN, F1a/32300, Blrnarld lTixc r,qe 17Ds tenbre 1944.. ADBR, AP Irjul,cRpportedBlrnarldeu116es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">199/sa> ACmde rnirscost are s1 d rGecrgs mBidullt,luur dai nsxpique rds jmsiavnt ee dt dai nsxpoesrplaaelitique dui / class="totesbaseig dir="ltr">200/sa> AAN, F1a/32300, 116/9/9444 lNaegell fade, ssdn ejionge fotecc lTixc r,qorttnctcsr le ssqesion sd’Asne ngenent e:l1uprresion,fosLaAsne ngenent se Maadsllit l,dsne ngenent lreligtux di sur asxclusivnent dar la sinistrae ae ghllt /p> / class="totesbaseig dir="ltr">201/sa> ASuivifosmHolveck,qdnien eoesfct osmPoteens ,dosmJungesrréatiresdénéral de l LMoesle, lct osmJ nt Wolff, dnien esrréatiresdénéral deu Bss-hin,AtncDcrengen e aors tsrréatiresdénéral de lSene -et-Marne /p> / class="totesbaseig dir="ltr">202/sa> AAN, F1a/32299,cSrréatiresdénéral deu MnistrresNd l’eIsérieur dcucMnistrasd27Ds tenbre 1944.,idec ln ejotecce Muarzolf, u 26es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">203/sa> AF1a/32300, Ratiliqserbnt do ce jltuaeté trsubliqcine de AlL. Tixc rd coaffn 22es tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">204/sa> AAN, F1a/32299,caen,fe ddispoespailhercurssent dar dderaiiteddes ons oneaeté sdannsul e .HPaipintre ,doit poéj l cPais l cc.ponent -là,de edtechncients,lReér Graff, épsrtmai ccmmiaudtn de l LMMLAe nmmésduiecteur du s orte de voi ntvigtbesAe rance , Altoff r,qvnulosmPeieueux ,de s poitique sLFaey, Walre le Maechitng.AHaelan,g, dnien euiecteur duumPortauutonmm,me ttrasbourg. cjaut par ic de s ons oneaeté sdannsul e e:litdseesuvietdeale li nux dmos eous dtare Lais uTixc rdoyss prr pl pueull crsunirp ee s ons oneaeté sdusaciensne :. L cSsion lvsaciensne uum5sup>me/sup> Dbue ause c’aEtat-Majosse général de Latre dtncfaitauuttn de dl cef de ta c0sup>mres/sup> DArme advnlopp dn ejvrietble q eelitique dvsaciensne:. Illréaeta cBieuad dlsace -dorraine d laNfl paoût,lonettue dn ejssion lvsaciensne (dec lSefsr, Metz, Jesll, M ue r,pBernareMetz)cfaitaupp ld lFaey, Maechitng, Altoff rlvinituie lRoeraAShumann s 1a 20es tenbre e ode 1ellrqsour de cusup>mgr/sup> DRuchmsr lealsace . Tixc rdicno adeascoiirite le pette paciovté dt edeit l pa 20eovembre 19444 a général de aulle,ceeraupp l rdaunénéral de Latre dues e sotmtntivn,sddelorncion,nires dtlèvmt lu ministrresNd l’eIsérieur .cAN, 3 AG 1/329,cTixc rdaunénéral de aulle,./p> / class="totesbaseig dir="ltr">205/sa> AF1a/32299,cTixc rd coaffn ,qe 25Ds tenbre 1944../p> / class="totesbaseig dir="ltr">206/sa> AAN, F1a/32299,c eM. PulllVaortpavit été aelev te sp porncion,sfe 9441 erblee1veraicté antte ent lrsistants, c sui ne nme sr rnne ea qatineldonnsdiunlctetued dconetice pavut d9440:.,lecprdrcoaffn uns ln ejotecc lTixc rddu 11 ctobre./p> / class="totesbaseig dir="ltr">207/sa> AAN, F1a/32299,clrrê espducMnistrasdd l’eIsérieur , 5/10/944.ett198/10/944.,d4 atre ccmmissiiie s1l fission,fit pté anmmés epec le smussion,sdeeiospsion le de lromrdnniion",aFOULONF(harles-Lurss), em>Top.citaem> ,lo. 239 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">208/sa> ASurdpportecfavorble qe gCmmassiiresfera jésublique n lRenes,da gcrgsux LLsmCDLdd l’eIl -et-Viline nivit ddeit lees cevociion",amai curès ntquê ,, Menes 1rance nivit darin nupette potmtntivn, /p> / class="totesbaseig dir="ltr">209/sa> APulllLeiitenshuneide ,odigtniresferThvn,vnee,,loficilerpaunSRferichy.pt diu éaseausKltber AGage lordre s1l fovembre, 9442 Parachresmsnsrance , épltuesdilittiresde général de aulle,cens laalrson e cuit p lec r,qois eeerTrulnues, snfl poefLyn",aius le potmde lrolon dCarr. IJoe dn eae iporttnctcens laallbération fLyn".cA sur la porncion,sfe spréatiresdénéral de l Loiice ctrasbourg. defovembre, 9444 ljanversa9446 (http://www.ordesdelaibertivn, fs.

      / class="totesbaseig dir="ltr">210/sa> AHAELLING (Gasio ), em>TUneNoesfcteue (dsianexaeaem> , trasbourg.,l195../p> / class="totesbaseig dir="ltr">211/sa> AAN, F1a/32299,cCmmiaudtn dFançaui a gCmmassiiresfera jésublique , Blrnarld10/92/944.< EtRéspmde dee Blrnarl,cmmunicues edaufMnistrresNd l’eIsérieur ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">212/sa> AAN, F1a/32299,cPchyon-Dur nylcpitaine ESALa luarzolfc28/11/4.,dTplturame lESALa laerre.p29/11/4. NCnp<à lMnistrasdd l’eIsérieur .dTplturame ldeit leear dTixc rdcucMnistrasdd lalaerre.puur diniuctivn,sdaunénéral de Latre d1/92/944.D;cAN, F1a/32299,chcpms/sup> DMoesr,qDsup>mr/sup> DKueny,MM. Thoet nle Rey./p> / class="totesbaseig dir="ltr">213/sa> AU,fibliq derCurcelle:ll punteur ddu Bss-hin,,dSigris ,rui nhmme lUrbnt avit été aabsnt pes 10 uille,t,amai ctait des t annAlsace / class="totesbaseig dir="ltr">214/sa> AAN, F1a/32300, Curcelld lTixc r,qe 13ectobre 19444

      / class="totesbaseig dir="ltr">215/sa> AAN, C 15L248, lserbles dannsul tiovsfaoviisores NCntfrnte duvinPesisdnt spduc13 ovembre 19444 LsmMRPltt aors tenvoi d dconettueion Lep20 ovembre,llAituxln ejrsunin,fsnre jPDP (PulllSimn",aharmpetlerpeerRbe de Fonlup -Espsrbler),LJene désublique n(M uece :Lacrotx, M uece :Shumann",aGuyDMent l,dPirre.DMoe au,dPirre.DTiecird,dGravrao de dJ. Bauche,le MRPl(ldre  Ciicn)dui ndoteloesar dn dcongès 1oeNfrnaaton,fouMRP,qe 25Dovembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">216/sa> ACosmgn par dGasio fTessensd(CNR-CFTC),LJue s Caoiresd(CFTC),LM uece :Guriend(CFTC),Lldre  Paliliux d(CFTC),LM cellePoimboeufd(CNR - CFTC),LPulleV neyrha q(Lbération Ntrd),LPulleBacn (DurcaitsmPopulire)), A gutesACarmpetlerpee Rbe d(DurcaitsmPopulire)), Adre  Ciicnd(CNR DurcaitsmChéatens),LJent Dcrerinp(OCM),dPirre.Daulthensd(Frre dUnos ddera jJene ses rrtrioique ), Alphmde  Jugec(DurcaitsmPopulire))lRoeraALeourtc(ésistance ), RoeraAPdig t d(OCM),dM uece :Shumann"d(Fance nCmbrasatn e),LPulleSimn"d(DurcaitsmPopulire)), Pirre.DTiuintind(Durcaitsmpopulire)), Jue s Wolffm(orlesentstre)) /p> / class="totesbaseig dir="ltr">217/sa> AAN, C 15273,psénce deu110Dovembre 19444 Comission,foAlsace et de Lorraine /p> / class="totesbaseig dir="ltr">218/sa> AAN, C 1527.,dlCP Comission,foAlsace et de Lorraine psénce deu121Dovembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">219/sa> AAN, F1a/32300, lsace et dorraine ,lectiliqserbnt do ce jltuaeté trsubliqcine . A.dTixc rd coaffn 16eovembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">220/sa> AAN, 3/AG/40, Cup / class="totesbaseig dir="ltr">221/sa> AAN, C 1527.,dlCP, Comission,foAlsace et de Lorraine pe 5Décembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">222/sa> AAN, F1a/32300, Srvice d’Alsace eorraine d lTixc r. 20eovembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">223/sa> AAN, 1a/32299,ce 130Dovembre 19444. Haelan,gd lTixc r. L 5Décembre 19444 Blrnarld lTixc r. Ds FFIqvnu de Vosge ae ggouvpe Erckann"-Cartrian,mcmmiaud slur dJ nt e Mule,nheim,lot loonettue an dCDL,psuscitnn la ccolresNd s FFIqsrasbourg.eui ,ct lHaelan,gdaldonnsduur diniuctivn,sdd dconettue dn dCDLdcmmuni /p> / class="totesbaseig dir="ltr">224/sa> AAlaNaatnse Maaduditon,fouinistrae,LFaey, Walre lNaegell fe Maechitngdoit prsinialee p trasbourg.fe Meck rMolsheim Il uot vous lds uordes dderission,fificilees./p> / class="totesbaseig dir="ltr">225/sa> AAini,ce 1mot oacrer q eAl Loirteces paiuvai cerger :.alnceeear dem>TaaHmanniesm’Alsace et de Lorraine , aem> e 25 aoril 9445,tuns ln sticue,ceerRoeraAPaumc r,qépltuesde Alsace stsdorraine de gComiesmontrel auumPCFe– ui nvessdasrs taoiorttiresbnt dMichrldWalre :– avit été afrtmuasms 1ocembre 19444tar la 1srréatiresdénéral deu Psticcmmunicitedreecnum’AURSS./p> / class="totesbaseig dir="ltr">226/sa> AAN, C 1527.,dlCP Comission,foAlsace et de Lorraine ,l8 écembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">227/sa> AAN, F1a/32299,cL 130Dovembre 19444, Haelan,gd lTixc r./p> / class="totesbaseig dir="ltr">228/sa> AF1a/32299,cBlrnarld lTixc r. Jint de ldsx darrê espduc30Dovembre 19444fosmHaelan,gdelevnn lWalre le Meck dsLanus1ocehénce ./p> / class="totesbaseig dir="ltr">229/sa> AAN, F1a/32299,cBlrnarld lTixc r,pe 5Décembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">230/sa> AAN, F1a/32300, Curcelld lTixc r,qe 5Décembre 19444 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">231/sa> ASHAT 8 P 17 LaMLA-ESAL /p> / class="totesbaseig dir="ltr">232/sa> ANsde A1899,cHenri Shumanchrr avit été aurilit1 dens l’adrme adsllit l . Fut paiv oneensdar la sAnglis ueng1917,filpcvit été aatsi tô asrresmar letxambm dio rèst dt dignt do crsne ngenent s1d, 9417 l1920.LArès 1lajlsfarte o 19440,filpsera bivrvnent da gcmmissiiralsdénéral daux Sorte ,qois ea mSrvice d s Expulsespde Kalb,duis eorses tncAngletrre.pur l’aSsoage l(uil 9443) Sus le potmde lrpitaine Mt g n",ail st asrs taffctesd l’Atn en ejiondonensne uumSrvice d’Alsace -orraine nt diu BCRA-M,duis e V LMMLAe st hergésde la cconettueion se c’aESAL BARRlL (Pirre.), em>THenri Shumanchrr (1899-1968)dn dcobrasatn aius ltros en ifrtmes,aem> ossenspaivve,lmuatigraphie,l1997 /p> / class="totesbaseig dir="ltr">233/sa> AAP. Mt g n"-Shumanchrr, Statdo csrvice sfouccmmiaudtn dHenri Mt g n"-Shumanchrr /p> / class="totesbaseig dir="ltr">234/sa> AAN, 3 AG 1/267, Ntecce Macquesd’Alsace eaunénéral de aulle,de 29/05/944.e(esimann ce sjdeit l sNoeseednt es) /p> / class="totesbaseig dir="ltr">235/sa> AComunicction fM. Serge Kalb,dsnre ten euuA18fovembre, 2008./p> / class="totesbaseig dir="ltr">236/sa> AAP. Mt g n"- Shumanchrr, Jur leddermarchrse c’aESAL /p> / class="totesbaseig dir="ltr">237/sa> Aem>TAsliedeMlitairy Go nent dof OcupeiedeTeiritortesaem> . Cetedfrtmuaerdadministrativn,filittiresdamriecine nivit dté aappiquee an eIiali . Lemuv neent lamriecinenivit ddns ln oemiersctepo iushani aladppique rditsi usnsrance , rooquetn la sviv s1eacion"s eujénéral de aulle,cetfu cCFLN /p> / class="totesbaseig dir="ltr">238/sa> ASHAT 8P17 MMLA /p> / class="totesbaseig dir="ltr">239/sa> ASHAT 8 P 17 MMLA,cLieutent tlrolon dRotivl dauccmmiaudtn de lPanafieu,LMMLAu c6sup>ms/sup> DGouvpe ’Alrme s.cRpportedsr leaccntfrnte duu198/10/944. /p> / class="totesbaseig dir="ltr">240/sa> ASHAT 8 P 18, ESAL Rpportedouccmmiaudtn dMt g n"duu194fovembre,.eTexecce Miunlclloceion s(l fanglis )daux oficilerslamriecines. Jur ledderMarchrse c’aESAL AP. Shumanchrr /p> / class="totesbaseig dir="ltr">241/sa> AAN, 3 AG 43,lacquesd’Alsace eaunénéral de aulle,de 20/11/944.. Ordesdd luisaon ee Bouvlle,t,aéspmde dee Paemwskice 24/11/cetfmargtnie,ceerBouvlle,t /p> / class="totesbaseig dir="ltr">242/sa> AFneduduiecteur du s hllt s,lharlesAAltoff r /p> / class="totesbaseig dir="ltr">243/sa> AAP. Mt g n"-Shumanchrr. Jur leddermarchrse c’aESAL /p> s class="fgo-top href="#fsticue,-162 >Hautse ceig /sa>