Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerres mondiales

L’Incorporation de force des Mosellans. Malgré eux dans l’armée allemande

édition Libel, 2012, 140 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 463-464
Référence(s) :

L’Incorporation de force des Mosellans. Malgré eux dans l’armée allemande, édition Libel, 2012, 140 p.

Texte intégral

1Catalogue de l’exposition qui a été présentée aux Archives départementales de la Moselle à Saint-Julien-lès-Metz de novembre 2012 à juillet 2013, cet ouvrage s’attache aux spécificités du phénomène de l’incorporation de force dans ce qui s’appelait, entre 1940 et 1944‑45, le Gau Westmark, qui correspondait à la Moselle et à la Sarre. Dirigée par le Gauleiter Bürckel, parfois décrit comme plus hésitant que Wagner, la Moselle est passée par les mêmes étapes de germanisation et de nazification que l’Alsace, cependant caractérisées par des expulsions beaucoup plus massives (on parle de 100 000 personnes). Après 1940, comme le décrit Thierry Mohr, on en arrive à « une société en uniforme », quadrillée par le parti et ses organisations. Apogée de cette militarisation des populations, l’incorporation de force, décrétée à Metz quelques jours avant Strasbourg, en août 1942. « Les Lorrains sont-ils des Allemands et des anciens combattants comme les autres ? » se demande alors, de manière un peu provocatrice, le directeur des Archives départementales, Eric Iung, qui s’attelle à une étude fouillée des aspects juridiques et institutionnels de l’incorporation de force en Moselle (passant notamment en revue toutes les catégories créées après guerre pour indemniser les victimes : réfractaires, incorporés de force dans la Wehrmacht, dans le RAD, etc.). Cécile Roger s’intéresse ensuite à « la résistance à l’incorporation de force et à sa répression » et Laurent Kleinhentz – auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet – aux prisonniers retenus en URSS. C’est ensuite leur lent retour qui fait l’objet d’un chapitre. Cédric Neveu tente alors de dresser un premier bilan statistique des pertes : 7 048 morts et disparus (environ 3 000 de moins que le chiffre jusqu’ici avancé, notamment par les associations d’anciens), ce qui montre la nécessité de reprendre sans cesse des sujets sur lesquels on croyait que « tout était dit » (en l’occurrence ici dans le cadre des recherches concernant le Mur des noms de Gravelotte, où doivent être inscrits ceux de toutes les victimes militaires mosellanes des conflits depuis 1870). Pour finir, Philippe Wilmouth, président de l’association ASCOMEMO, étudie la mémoire des Malgré-nous.

2À la lecture de cet ouvrage nous avons la confirmation du fait que le phénomène de l’incorporation de force fut quasiment identique des deux côtés des Vosges. Certes Bürckel a mobilisé moins de classe que Wagner (1914-1927 contre 1908-1927), certes il n’y eut point de SS lorrains – sauf exceptions (des soldats de la Wehrmacht versés en fin de guerre dans les SS sans qu’on leur demande leur avis, et, bien sûr, quelques dizaines de volontaires) –, mais pour le reste (vie quotidienne, résistances, résignation pour épargner sa famille, captivité soviétique et autres) les destins furent rigoureusement identiques. Seule la mémoire de ces évènements est un peu différente. En effet, si l’ensemble des Alsaciens (Haut-Rhinois comme Bas‑Rhinois) a vécu la même chose durant la Seconde Guerre mondiale, ce ne fut pas le cas des Lorrains. Alors que les Mosellans étaient annexés de fait, les habitants de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges partageaient le sort des autres Français dans le cadre du régime de Vichy. C’est ce désir de reconnaissance et cette volonté d’exprimer une singularité à la fois vis-à-vis de l’Alsace – que l’on a constaté déjà en 1953 au moment du procès de Bordeaux, ce qui fut très mal perçu par les Alsaciens – et du reste de la Lorraine qui est à l’origine de cet ouvrage réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « L’Incorporation de force des Mosellans. Malgré eux dans l’armée allemande », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 463-464.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « L’Incorporation de force des Mosellans. Malgré eux dans l’armée allemande », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/1817

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page