Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIe-XIXe siècles

ANDRIOT (Cédric), Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur

Riveneuve Éditions, 2012, 473 p.
Gilles Muller
p. 488-489
Référence(s) :

ANDRIOT (Cédric), Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur, Riveneuve Éditions, 2012, 473 p.

Texte intégral

1Le remarquable ouvrage de Cédric Andriot, chercheur à l’Université de Nancy 2, nous éclaire sur une congrégation encore trop peu connue. Elle est ignorée de l’historiographie religieuse jusqu’aux travaux pionniers de l’historien Jules Rogie (1838-1917) à la fin du XIXe siècle. Cédric Andriot détaille deux siècles d’existence (XVIIe-XVIIIe) des chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Dans le contexte de la Réforme catholique insufflée par le concile de Trente, Pierre Fourier (1565-1640) fonde en 1623 la congrégation de Notre-Sauveur. Solidement implantés en Lorraine, les chanoines tentent de répondre aux préoccupations d’une société demandeuse de pastorale et d’éducation. Aussi la congrégation cherche-t-elle un subtil compromis entre la vie régulière et la vie séculière. « Construite à la frontière de ces deux mondes, la congrégation de Notre-Sauveur fut un résumé de ces deux tendances de l’Église catholique ».

2Une des difficultés de l’auteur fut de rassembler des sources abondantes mais disparates. Son dépouillement minutieux regroupe les archives parisiennes, lorraines, et alsaciennes. Les données les plus pertinentes pour la région se concentrant aux Archives départementales du Bas-Rhin sous la cote H 1345-1347. Ces sources sont en partie complétées par les travaux de deux historiens alsaciens : le biographe de Pierre Fourier à savoir Alexandre D’Hangest (1700-1777) et l’ancien professeur des universités de Strasbourg, Lyon et Nancy : Louis Châtellier.

3Désireuse de s’étendre hors de ses terres lorraines, la congrégation regarde vers la province d’Alsace et s’y installe sans grande réussite. Les implantations aux Trois-Épis et à Fort-Louis-du-Rhin échouent peu après leur fondation. Mais les chanoines réussissent partiellement à Strasbourg où ils administrent la paroisse Saint-Louis à partir de 1687. Sept chanoines se chargent des prédications et du catéchisme, mais se heurtent à la barrière de la langue. Les fidèles de la paroisse sont donc avant tout, des Français installés en Alsace suite à la conquête. Dans un article paru en 2012 dans la Revue d’Alsace (p. 61-81) l’auteur souligne que la paroisse strasbourgeoise devient au cours du XVIIIe siècle une des maisons les plus marginales de la congrégation de Notre-Sauveur. Seule véritable réussite : la fondation de la confrérie du Saint Sacrement érigée en 1707 en l’église Saint-Louis.

4L’auteur nous entraîne au cœur d’une congrégation originale désireuse de vivre avec son siècle. Laissons-lui le mot de la fin : « La congrégation de Notre-Sauveur peut donc, dans l’histoire de l’Église, être considérée comme une rare tentative de tout concilier, de tout essayer, avec une dimension véritablement globalisante ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Muller, « ANDRIOT (Cédric), Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 488-489.

Référence électronique

Gilles Muller, « ANDRIOT (Cédric), Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2013

Haut de page

Auteur

Gilles Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page