Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques
Architecture

CHATELET (Anne-Marie) et STORNE (Franck) (dir.), Des Beaux‑Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg

Éditions Recherches / École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, 2014
Hervé Doucet
p. 529-533
Référence(s) :

CHATELET (Anne-Marie) et STORNE (Franck) (dir.), Des Beaux‑Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Éditions Recherches / École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, 2014

Texte intégral

1À l’occasion de l’inauguration du bâtiment conçu par Marc Mimram dans lequel est désormais généreusement logée l’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS) est paru un ouvrage qui retrace l’histoire de cette institution d’enseignement dont on a fêté les 90 ans d’existence. En même temps, une exposition consacrée à l’évolution de l’enseignement de l’architecture depuis les années 1920 était présentée dans la salle d’exposition du nouveau bâtiment. Celle-ci, située au rez-de-chaussée, occupe un espace totalement vitré. Cette boite de verre répond à une intention avant tout symbolique : il s’agit, par là, de montrer que l’école est ouverte sur la ville autant que d’inviter le passant à entrer. Cette fluidité entre l’école et son environnement urbain, au cœur de l’enseignement qui y est dispensé depuis sa création, s’est particulièrement concrétisée pendant toute la durée de l’exposition. Visibles de la rue, les maquettes et dessins qui étaient alors rassemblés ont séduit le flâneur et ont attiré en grand nombre les Strasbourgeois.

2La réalisation de cette exposition était une véritable gageure : les archives de l’École ne contenaient en effet aucun dessin. Si elle a pu voir le jour, c’est grâce à une collecte initiée auprès des familles des anciens étudiants. Il faut saluer cette initiative et espérer qu’elle continuera de porter ses fruits. À terme, c’est un fonds capable de nourrir de futures recherches qui pourra être constitué. Les dessins permettent non seulement de mieux connaître la personnalité, la sensibilité de leurs auteurs mais ils apportent aussi un éclairage incomparable sur l’enseignement qui était dispensé dans ce type d’institutions. Afin de valoriser les premiers résultats positifs de cette quête, les dessins jusqu’ici rassemblés ont été publiés dans un volume propre qui accompagne un volume de textes.

  • 1 CALLEBAT (Louis) (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998. Au sein de cet ouvrage, (...)

3L’exposition et la publication ont vu le jour grâce à Anne-Marie Châtelet, historienne de l’architecture, qui était toute désignée pour diriger une telle entreprise. Enseignante à l’ENSAS, Anne-Marie Châtelet avait participé en 1985 à l’ouvrage dirigé par Louis Callebat intitulé Histoire de l’architecte1, au sein duquel la formation occupait, bien entendu, une place de choix. Anne-Marie Châtelet est également chargée de la rédaction des notices relatives aux femmes architectes dans le cadre du dictionnaire des créatrices (Éditions des Femmes).

  • 2 http://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/histoire-de-l-architec (...)
  • 3 JACQUES (Annie) (dir.), Italia Antica : Envois de Rome des architectes français en Italie et dans l (...)
  • 4 LAMBERT (Guy), « La pédagogie de l’atelier dans l’enseignement de l’architecture en France aux XIXe(...)

4Les deux volumes de l’ouvrage dont elle a assuré, avec Franck Storne, la direction – comme l’exposition – s’inscrivent dans le contexte actuel de la recherche. Plusieurs entreprises sont (ou ont été) menées pour mieux connaître la formation des architectes. C’est notamment le cas du dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), projet initié par Marie-Laure Crosnier-Leconte en 2004 à l’INHA2. Outre les travaux d’Annie Jacques3, on peut également citer le tout récent article de Guy Lambert consacré justement à l’enseignement dispensé dans les ateliers en France4.

5Contrairement à ce qu’indique son titre, Des beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, le livre ne se contente pas de retracer l’histoire de l’École d’architecture de Strasbourg. D’une part, il a pour ambition, comme en témoigne notamment la partie 2 intitulée « Mémoires », de laisser la parole aux acteurs – étudiants, enseignants, directeurs – qui ont contribué à la vie et au dynamisme de cet établissement strasbourgeois et dont les souvenirs ici reproduits sont parfois tout à fait édifiants. D’autre part, l’ouvrage offre également des pistes de recherches futures grâce aux annexes (dictionnaires des élèves et des enseignants et catalogue des ouvrages du fonds anciens – tous deux réalisés par Franck Storne) qui forment sa troisième partie.

  • 5 CHARTON (Jules), Guide pour le choix d’un métier, 1880, extrait reproduit dans JACQUES (Annie) (dir (...)
  • 6 DUMONT (Marie-Jeanne), « L’École des beaux-arts et la création des écoles régionales », CHATELET (A (...)
  • 7 CHATELET (Anne-Marie), « L’École régionale d’architecture de Strasbourg (1921-1965) », p. 27 et 28.
  • 8 On se référera à l’ouvrage : VIOLEAU (Jean-Louis), Les architectes et mai 68, Paris, Editions Reche (...)
  • 9 DENES (Michel), « La refondation (1965-1975) », p. 51.

6C’est la première partie de l’ouvrage qui en constitue le morceau de choix. C’est là qu’est retracée, dans toutes ses composantes – pédagogiques, humaines, matérielles –, l’histoire de l’école depuis sa création en 1921 jusqu’à nos jours. Cette première partie est elle-même divisée en trois chapitres. Le premier, « L’école en trois temps », épouse l’ensemble de la chronologie jusqu’au début des années 2000. Il est introduit par un texte de Marie-Jeanne Dumont qui rappelle les caractéristiques de l’enseignement du projet architectural et sa lente évolution depuis l’École des beaux-arts jusqu’à la création des écoles régionales d’architecture (rendue possible grâce au décret du 23 janvier 1903). Ces créations ne se firent pas sans mal. Le centralisme français, héritier de l’État mis en place sous Louis XIV, a à ce point pénétré les esprits qu’en 1880, l’on conseillait encore à tout « jeune homme se destinant à la profession d’architecte et désireux de faire des études très complètes, (…) de venir se fixer pour plusieurs années dans la capitale. »5 La décision de créer à Strasbourg une école provinciale d’architecture au lendemain du retour de l’Alsace-Lorraine à la France se comprend à des fins politiques. Ainsi que l’écrit Marie-Jeanne Dumont, dès 1919, on jugea nécessaire la création rapide d’une école régionale à Strasbourg « où des maîtres de valeur éprouvée, répandraient à nouveau le goût français, et épargneraient ainsi aux plus jeunes le mauvais goût allemand dont leurs aînés s’étaient malheureusement imprégnés à Munich ou à Karlsruhe »6. À Strasbourg, comme ailleurs en province, l’enseignement qui fut dispensé reprenait les recettes éprouvées à Paris. La copie des œuvres importantes de l’Histoire de l’architecture était une étape obligée et, comme le souligne fort justement Anne-Marie Châtelet, « ce n’était pas certes un savoir nécessaire à ces futurs architectes de la Reconstruction, mais un apprentissage relevant d’un principe largement répandu si l’on songe à la place qu’occupait alors l’enseignement des langues mortes au lycée. Il s’agissait de « faire ses humanités » avant d’obtenir une liberté dont atteste la diversité des projets de seconde et, surtout, de 1ère classe. »7 Ces traditions volèrent en éclat en 1968 comme le rapporte Michel Denès dont le texte, très vivant, est truffé d’anecdotes piquantes. Comme toutes les autres écoles d’architecture, celle de Strasbourg se présente sous la plume de Michel Denès comme la chambre d’écho des contestations qui agitèrent l’ensemble de la société française8 à la fin des années 1960. Bien loin de l’image utopique et artiste que l’on peut avoir aujourd’hui de cette époque, l’enseignement de l’architecture fut alors complètement repensé : « hors architecture, six départements sont créés : sciences physiques et techniques de construction, sciences de l’Homme et ses relations au milieu, sciences de l’architecture, sciences de la ville, mathématiques et sciences des systèmes, expression plastique et sémiologie. Comme on peut le constater, la science est partout »9. Cette réforme sera suivie de trois autres, en 1978, 1984 et 1998, auxquelles le texte de Diego Peverelli intitulé « L’indépendance (1975-2000) » fait référence pour en examiner les répercussions sur l’enseignement dispensé à Strasbourg.

7Le deuxième chapitre de cette première partie historique est intitulé « Lieux et enseignements ». Les différents textes qui le composent mettent notamment en lumière les lieux successifs qui ont accueilli l’école de Strasbourg depuis le Palais du Rhin jusqu’à la reconversion d’un ancien garage automobile. C’est également dans ce chapitre qu’Amandine Diener consacre un très intéressant texte aux premières femmes élèves de l’école d’architecture de Strasbourg pendant l’entre-deux-guerres, faisant écho aux préoccupations actuelles de nombre de chercheurs et chercheuses.

  • 10 DURAND DE BOUSINGEN (Denis), « L’architecture à Strasbourg de 1903 à 1918 : styles, écoles et Homme (...)
  • 11 SEITZ (Frédéric), L’École spéciale d’architecture 1865-1930, Paris, Picard, 1995, p. 27.
  • 12 WEBER (Christiane), « Une autre voie : l’école impériale technique de Strasbourg (1895) », p. 150.

8Enfin, le troisième chapitre intitulé « Architecte en Alsace » rassemble des textes variés dont certains éloignent le lecteur à la fois de l’école d’architecture de Strasbourg et même de l’enseignement de l’architecture. Ils entendent contribuer à dresser le portrait du milieu local de l’architecture. Reprenant en l’amplifiant l’article qu’il avait fait paraître en 1985, Denis Durand de Bousingen10 dessine, par exemple, un panorama du milieu architectural strasbourgeois dans l’entre-deux-guerres. C’est dans ce chapitre que figure le texte de Christiane Weber, « Une autre voie : l’école impériale technique de Strasbourg (1895) », qui, lui, évoque parfaitement l’enseignement de l’architecture en Alsace en mettant en avant une école fondée alors que la région appartenait au Reich et qui est à l’origine de l’actuel Institut national des sciences appliquées (INSA), « l’autre » école d’architecture de Strasbourg. Celle-ci a été pensée pour former des professionnels du bâtiment. En ce sens, elle peut être rapprochée de l’École Spéciale d’architecture créée à Paris en 1865 et dirigée par Emile Trélat qui « constat[ait] – comme Viollet-le-Duc – qu’il [était] fréquemment demandé aux architectes, durant ce début de la seconde moitié du XIXe siècle, la réalisation d’œuvres plus communes, plus courantes que les grands édifices publics, qui nécessit[aient] une instruction et une formation spéciales, plus courte que la formation académique. À côté de l’architecte-artiste formé à l’École des Beaux-Arts, il f[allait] aussi, selon lui, un architecte qui soit un habile constructeur, un professionnel compétent (...) »11. L’idée était que les architectes avaient avant tout besoin de compétences techniques et que la culture classique si importante à l’École des Beaux-Arts n’était désormais plus essentielle à l’exercice du métier d’architecte. S’il semble que l’école technique répondait à des besoins similaires à celle de l’école spéciale, elle ne fut cependant pas exempte de reproches. Christiane Weber, citant une étude de 1967 sur la création des écoles techniques, rapporte en effet qu’« en 1903, l’une des représentations corporatives des diplômés des universités techniques, la Fédération des Architectes allemands (Bund deutscher Architekten), reprocha publiquement aux anciens élèves des Ecoles des métiers du bâtiment « d’appliquer sans discernement, dans la construction de simples maisons bourgeoises, leurs connaissances en matière de formes architecturales (par exemples des ordres antiques) » »12.

9On le voit, l’enseignement de l’architecture en Alsace, en France ou même en Allemagne, a fait l’objet de réflexions et d’expériences multiples et parfois antagonistes tout au long des XIXe et XXe siècles. Parce qu’il a une influence évidente sur la production architecturale, l’enseignement de la discipline est un champ de recherche qu’il ne faut pas négliger. Cet ouvrage apporte sa pierre à la construction en cours de l’Histoire de l’enseignement de l’architecture.

Haut de page

Notes

1 CALLEBAT (Louis) (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998. Au sein de cet ouvrage, Anne-Marie Châtelet avait signé l’article consacré à l’architecte au XXe siècle dans l’Europe libérale.

2 http://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/histoire-de-l-architecture/le-dictionnaire-des-eleves-architectes-1.html.

3 JACQUES (Annie) (dir.), Italia Antica : Envois de Rome des architectes français en Italie et dans le monde méditerranéen aux XIXe et XXe siècles, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2002 ; JACQUES (Annie) (dir.) Les Beaux-Arts, de l’Académie aux Quat’z’arts, Paris, École nationale supérieure des Beaux-arts, 2001.

4 LAMBERT (Guy), « La pédagogie de l’atelier dans l’enseignement de l’architecture en France aux XIXe et XXe siècles, une approche culturelle et matérielle », Perspectives, no1, 2014, p. 129-136.

5 CHARTON (Jules), Guide pour le choix d’un métier, 1880, extrait reproduit dans JACQUES (Annie) (dir), Les Beaux-Arts, de l’Académie aux Quat’z’arts, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 2001, p. 196.

6 DUMONT (Marie-Jeanne), « L’École des beaux-arts et la création des écoles régionales », CHATELET (Anne-Marie) et STORNE (Franck) (dir.), Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, p. 20.

7 CHATELET (Anne-Marie), « L’École régionale d’architecture de Strasbourg (1921-1965) », p. 27 et 28.

8 On se référera à l’ouvrage : VIOLEAU (Jean-Louis), Les architectes et mai 68, Paris, Editions Recherches, 2005.

9 DENES (Michel), « La refondation (1965-1975) », p. 51.

10 DURAND DE BOUSINGEN (Denis), « L’architecture à Strasbourg de 1903 à 1918 : styles, écoles et Hommes », Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, 1985, p. 59-80.

11 SEITZ (Frédéric), L’École spéciale d’architecture 1865-1930, Paris, Picard, 1995, p. 27.

12 WEBER (Christiane), « Une autre voie : l’école impériale technique de Strasbourg (1895) », p. 150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Doucet, « CHATELET (Anne-Marie) et STORNE (Franck) (dir.), Des Beaux‑Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 529-533.

Référence électronique

Hervé Doucet, « CHATELET (Anne-Marie) et STORNE (Franck) (dir.), Des Beaux‑Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2103

Haut de page

Auteur

Hervé Doucet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page