Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Première Guerre mondiale

Meny (Gilbert), 1914-1918, la Vallée de Saint-Amarin dans la tourmente : la vie de tous les jours, les conséquences au quotidien de l’état de guerre et de la présence des milliers de soldats dans nos villages

2014, 100 p.
Philippe Vogel
p. 495-496
Référence(s) :

Meny (Gilbert), 1914-1918, la Vallée de Saint-Amarin dans la tourmente : la vie de tous les jours, les conséquences au quotidien de l’état de guerre et de la présence des milliers de soldats dans nos villages, 2014, 100 p.

Texte intégral

1Fidèle à l’esprit du musée Serret de Saint-Amarin, dont il est le conservateur, Gilbert Mény s’intéresse, depuis une vingtaine d’années, à l’histoire de la vallée de la Thur, à la fois à la vie quotidienne de ses habitants aux siècles passés mais également à la période de la Grande Guerre qui a tant marqué cette petite partie de l’Alsace. Durant plusieurs années il a été un fidèle collaborateur de la revue Dialogues Transvosgiens, dissoute en 2011, pour laquelle il a rédigé plusieurs articles sur la vie et l’histoire de sa vallée. En 1999 il y publiait un article intitulé Vie quotidienne et visiteurs illustres dans la Vallée de Saint-Amarin entre 1914 et 1916, prémices du présent ouvrage.

2Gilbert Mény signe ici son premier opus, en se penchant sur un épisode encore trop méconnu de l’histoire de l’Alsace durant la Grande Guerre : la présence française dans la vallée de la Thur. En axant son étude sur le quotidien de la population, il s’insère dans une nouvelle tendance historiographique qui se détourne de « l’histoire-bataille ».

3Pour soutenir ses propos, l’auteur puise abondamment dans les témoignages d’époque, parfois inédits, rédigés en français ou en allemand ; ceux d’industriels de la vallée comme Jacques Gros de Wesserling, d’ecclésiastiques comme le curé Edouard Moyses d’Husseren, ou de militaires français comme le chasseur Fernand Lugand, tentant ainsi de dresser un tableau de la société de la vallée de la Thur entre 1914 et 1918. Cet ouvrage s’appuie également sur de nombreuses recherches archivistiques ainsi que sur la principale synthèse existante sur le sujet, le Rapport sur l’organisation des territoires 1914-1916, publiée à Thann en 1917 par les autorités françaises.

4Gilbert Mény fait le choix judicieux de débuter son ouvrage en replaçant la vallée de la Thur dans le contexte plus large de l’Alsace et des relations franco-allemandes depuis 1870. Il analyse la psychologie des Alsaciens en 1914 et l’image de la région dans les sociétés françaises et allemandes. L’auteur nous fait ensuite sentir l’air de la vallée aux premiers jours du conflit, les rumeurs innombrables, l’arrivée des troupes françaises, les réactions de la population. Si une grande partie de cette étude est dédiée aux difficultés quotidiennes auxquelles ont dû faire face les habitants de la vallée, des problèmes de ravitaillement aux difficultés de circulation en passant par les réquisitions diverses, la plus importante est consacrée aux efforts des autorités françaises pour organiser le territoire occupé et faire accepter aux Alsaciens le retour de la France. « Il fallait éviter, aux moyens de solutions adaptées aux circonstances, de froisser des éléments attachés aux traditions et aux coutumes locales ». Cette phrase du capitaine administrateur illustre la volonté de la France de franciser l’Alsace tout en respectant les particularismes alsaciens. L’auteur souligne, à juste titre, la qualité des administrateurs chargés de cette délicate mission, la place importante de l’enseignement, dispensé la plupart du temps par des professeurs-soldats, et met en exergue le rôle primordial des industriels de la vallée dans le maintien d’un certain dynamisme économique, indispensable à l’équilibre social du territoire. Enfin, Gilbert Mény met l’accent sur un contraste social, entre d’une part les riches industriels, les personnalités en visite en « Alsace française » et les officiers supérieurs, qui maintiennent un train de vie mondain malgré la guerre, et de l’autre, la masse des habitants de la vallée et des soldats en garnison, qui souffre de privations et subit les bombardements. Un problème moral encore parfois d’actualité aujourd’hui. Ainsi, cet ouvrage occupe, à bien des égards, une place importante parmi les nombreuses publications liées au centenaire de la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vogel, « Meny (Gilbert), 1914-1918, la Vallée de Saint-Amarin dans la tourmente : la vie de tous les jours, les conséquences au quotidien de l’état de guerre et de la présence des milliers de soldats dans nos villages », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 495-496.

Référence électronique

Philippe Vogel, « Meny (Gilbert), 1914-1918, la Vallée de Saint-Amarin dans la tourmente : la vie de tous les jours, les conséquences au quotidien de l’état de guerre et de la présence des milliers de soldats dans nos villages », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2250

Haut de page

Auteur

Philippe Vogel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page