Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Une fête rare : la première messe

An exceptional sort of celebration; first mass
Ein seltenes Fest: die Primiz
Louis Schlaefli
p. 179-193

Résumés

Fête de famille, à l’instar d’un mariage, la première messe, beaucoup plus rare, mobilisait souvent toute la paroisse qui participait en corps à la solennité et décorait, tout comme pour la Fête-Dieu, les rues qu’allait parcourir la procession du domicile du jeune prêtre à l’église, arcs de triomphe en prime. Le jeune prêtre portait jadis une couronne de fleurs blanches. À l’issue de la grand’messe, il donnait la bénédiction aux participants et leur remettait souvent une image-souvenir. Le repas de fête pouvait être très simple ou fastueux, selon l’état de fortune de la famille.

Les premières messes des prêtres ordonnés en France pendant la dernière guerre et revenus en Alsace après-guerre comportaient évidemment une tonalité particulière.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La première messe
Les souvenirs d’ordination et de première messe
Les couronnes des nouveaux prêtres
Repas de fête…

Aperçu du texte

Dès 1318, l’évêque Jean de Dirbheim doit réprimer un abus qui s’était introduit à l’occasion des premières messes : c’était la course à qui serait le premier à la célébrer dans la cathédrale de Strasbourg. Cela tenait au fait qu’à l’issue de leur première messe, il leur était permis de quêter dans l’assistance, plus nombreuse qu’ailleurs. Cela fut interdit, sous peine d’excommunication, à ceux qui n’étaient pas domiciliés à Strasbourg et aux membres des ordres religieux. Dans les statuts synodaux de 1345, Berthold de Bucheck précisa que les nouveaux prêtres devaient célébrer leur première messe dans leur paroisse et les moines dans leur couvent.

Dans un document strasbourgeois de 1453, il est question de l’offrande à donner à l’occasion des enterrements, des mariages et des premières messes (« zu oppffer gan zu lichen, Bruten oder Ersten messen … »). Parmi les dépenses de l’abbesse de Sainte-Claire « uff dem Werde » à Strasbourg figurent, en 1485/86, des offrandes (geopfert) en argen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Schlaefli, « Une fête rare : la première messe », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 179-193.

Référence électronique

Louis Schlaefli, « Une fête rare : la première messe », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2371

Haut de page

Auteur

Louis Schlaefli

Bibliothécaire du Grand Séminaire de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page