Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

Les fêtes politiques de la Deuxième République en Alsace (1848-1852)

Political celebrations during the second Republic
Politische Feiertage der Zweiten Republik
François Igersheim
p. 225-257

Résumés

Les périodes révolutionnaires concentrent les moments d’extériorisation d’émotions politiques collectives qui peuvent prendre le nom de fêtes. Ils sont particulièrement abondants sous la Deuxième République. Les députés orléanistes honnis font l’objet de charivaris, comme à Strasbourg en février 1848. L’opposition se réunit en banquets républicains, à Colmar et à Strasbourg en 1847. Puis en février, c’est l’explosion ; plus d’une centaine de localités alsaciennes sont le théâtre d’émeutes, avec parfois la plantation d’arbres de la liberté, et aussi l’excès de la persécution anti‑juive. Les nouveaux dirigeants républicains entendent contrôler ces mouvements et décide de la célébration de Fêtes officielles dans les chef-lieux, à Strasbourg et à Colmar puis dans de nombreuses petites villes avec plantation d’arbres de la liberté et fraternisations entre soldats et gardes nationaux, patrons et ouvriers etc. La politique reprend ses droits et les campagnes électorales voient réapparaître les banquets. Mais les démocrates-sociaux (rouges) inventent aussi le grand meeting populaire de plein air, comme pendant la campagne électorale de 1849. En Alsace, ils l’emportent sur les partis modérés jusqu’en 1851. En 1850, le voyage présidentiel entre dans le registre de la célébration publique, à Mulhouse, à Colmar, à Strasbourg et dans les localités du parcours. À partir du coup d’État militaire du 2 décembre, à la fête politique succède une « fête nationale » tout aussi politique, où le spectacle est celui de la force armée en revue, particulièrement importante dans une Alsace qui concentre de nombreuses garnisons.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Introduction
Le printemps 1848
Arbres de la liberté, arbres de l’émeute
Les commémorations des morts de février : la première des fêtes officielles
Les arbres de la concorde et la paix sur la forêt
La grande fête de l’union à Strasbourg
Le jour des Rameaux, le printemps des peuples
La fraternisation, un rite essentiel
Les fêtes du Haut-Rhin
La fête départementale de Colmar
Le cycle du printemps des plantations d’arbres
Les Fêtes politiques de l’automne républicain
Les journées de juin et les divisions entre républicains
Aspirations nationales et fête du bicentenaire
Désapprobation chez les républicains démocrates-socialistes
L’union par le train Strasbourg-Bâle
La fête de Colmar
La fête de Mulhouse
Fête du 10 décembre, fête du peuple, pas des messieurs
Les fêtes politiques de 1849
Les fêtes de la garde nationale
Banquets et assemblées politiques de plein air
Réunions politiques et banquets dans le Bas-Rhin
Le Haut-Rhin : pour l’unité dans le vote des cultivateurs et des ouvriers
Les soulèvements républicains d’Allemagne
La victoire électorale et les sérénades de la victoire
Les banquets de la victoire
Après mai 1849, c’en est fini de la fête?
De la garde civique à l’armée : souvenirs glorieux et sentiments patriotiques
Les visites présidentielles, nouveau type de spectacle politique
Dissolution des gardes nationales
La fête militaire
La prise d’armes
La fête nationale du 15 août : la Saint-Napoléon
Conclusion : fête politique, message politique

Aperçu du texte

Introduction

Dès le samedi 26 février [1848], rapporte le sous-préfet d’Altkirch, « une foule d’hommes sont allés planter un arbre de la liberté sur la place de la Halle aux Blés, en accompagnant cette démonstration du chant de la Marseillaise […] Cette course à travers les rues de la ville, a eu lieu musique et drapeau en tête. Une douzaine ou quinzaine de gardes nationaux, non armés et en bonnet de police ont fait partie du cortège ». Cette « fête spontanée ressemble aux centaines de fêtes avec plantations d’arbres qui ont eu lieu en France au même moment. À ceci près qu’elle précède d’un jour le soulèvement qui sera condamné dans les termes les plus vifs par les nouvelles autorités républicaines : « de déplorables désordres ne souilleront pas l’ère d’émancipation dans laquelle la France vient de rentrer si magnifiquement. N’oubliez pas que la solidarité est la base de toute société fraternelle ». Un grand nombre d’émeutes populaires de la fin février 1848 sont ainsi composées de c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Les fêtes politiques de la Deuxième République en Alsace (1848-1852) », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 225-257.

Référence électronique

François Igersheim, « Les fêtes politiques de la Deuxième République en Alsace (1848-1852) », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2375 ; DOI : 10.4000/alsace.2375

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Professeur émérite d’histoire de l’Alsace, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page