Navigation – Plan du site
Protestants et protestantisme en Alsace de 1517 à nos jours

« Dieu soit loué que je suis luthérien »

Introspection du milieu des pasteurs protestants alsaciens au XIXe siècle
Thank God, I am a Lutheran!” Scrutinizing the world of 19th century Alsatian Church ministers
”Gott sei Dank bin ich Lutheraner„: Selbstbeobachtung im Umfeld der lutherischen Pfarrer im Elsass des 19. Jahrhunderts
Claude Muller
p. 145-163

Résumés

Un dépouillement des archives notariales conservées aux Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg, pour la période allant de 1800 à 1870, fait apparaître dans cet immense fonds la présence notable et intéressante de testaments et d’inventaires après décès de pasteurs protestants. Leur analyse montre que l’affirmation de la foi luthérienne s’accroît au fur et à mesure que l’on se rapproche du Second Empire, connaissant même une sorte d’apogée entre 1852 et 1870. Faut-il dès lors poser comme hypothèse une affirmation de plus en plus affichée publiquement d’un particularisme religieux, minoritaire à partir de la Révolution, proclamant l’égalité entre les cultes, jusqu’à l’annexion de l’Alsace ? (Claude Muller).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Entre langue allemande et langue française
Une aisance financière sous la Monarchie de Juillet
Les splendeurs du Second Empire

Aperçu du texte

C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras ton pain.Genèse, 3, 10

« Gottlob, dass ich lutherisch bin. » Cette affirmation tonitruante de sa foi, véritable propos identitaire, se proclame à l’église protestante et se trouve dans un recueil de cantiques de 1854, œuvre de Frédéric Weyermuller, né à Niederbronn le 21 septembre 1810, décédé à Niederbronn le 24 mai 1877. Ce poète religieux, fils d’épicier, lui-même épicier, bien évidemment luthérien, épouse à Niederbronn, le 6 février 1834, Catherine Kayser, la fille d’un vigneron de Mittelbergheim, dont il a quatre enfants.

N’ayant pu devenir pasteur parce que son père en avait décidé autrement, Frédéric Weyermuller se lie d’amitié avec Michel Huser de Weiterswiller qui, étudiant la théologie, lui fait partager ses découvertes spirituelles. Par ce biais, Weyermuller entre d’abord en contact avec le Réveil piétiste de François Haerter, puis surtout avec le Réveil luthérien de Frédéric Horning. Gagné par ce dernier courant, il prend déso...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « « Dieu soit loué que je suis luthérien » », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 145-163.

Référence électronique

Claude Muller, « « Dieu soit loué que je suis luthérien » », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2589 ; DOI : 10.4000/alsace.2589

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur et directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace de l’Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page