Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe - XXe siècles

Schnitzler (Bernadette), Haegel (Olivier) et Grandhomme (Jean-Noël), Mourir pour la patrie ? Les monuments aux morts d’Alsace-Moselle

Lyon, éditions Lieux Dits, « Clefs du patrimoine Grand Est, no2 », 2016, 112 p.
Nicolas Lefort
p. 455-457
Référence(s) :

Schnitzler (Bernadette), Haegel (Olivier) et Grandhomme (Jean-Noël), Mourir pour la patrie ? Les monuments aux morts d’Alsace-Moselle, Lyon, éditions Lieux Dits, « Clefs du patrimoine Grand Est, no2 », 2016, 112 p.

Texte intégral

1Depuis la thèse pionnière d’Antoine Prost sur Les anciens combattants et la société française, 1914-1939 (1977) et sa contribution aux Lieux de Mémoire en 1984, les études départementales et locales sur les monuments aux morts se sont multipliées dans toute la France. En Alsace-Moselle, des centaines de monuments aux morts ont fait l’objet de dossiers documentaires réalisés par les étudiants en histoire de l’université Marc Bloch de Strasbourg entre 2000 et 2007. Plusieurs mémoires et articles ont également été consacrés au sujet. Cependant, il manquait une véritable synthèse que l’équipe constituée par Bernadette Schnitzler (Musée archéologique de Strasbourg), Olivier Haegel (Inventaire du Patrimoine Alsace) et Jean-Noël Grandhomme (Université de Lorraine) nous livre sous la forme d’un petit manuel divisé en 4 chapitres d’importance inégale.

2Les monuments aux morts gardent la trace de l’histoire tourmentée d’une Alsace-Moselle ballotée entre France et Allemagne de 1870 à 1945. Ils témoignent en effet « de la difficulté de commémorer des soldats tombés sous deux uniformes différents, dans un contexte où leurs camarades survivants terminaient chaque conflit en vaincus, avant d’intégrer au moment de la paix le camp des vainqueurs » (p. 7).

3Le premier chapitre de l’ouvrage offre une vue d’ensemble sur les trois principales phases de construction des monuments aux morts après 1870, 1918 et 1945, il évoque le cadre réglementaire national et local ainsi que les destructions de monuments allemands après 1918 et surtout français entre 1940 et 1944, mais on aimerait en savoir plus sur le contrôle esthétique et technique des projets de monuments par l’administration française.

4Dans le chapitre 2, les auteurs s’intéressent à l’implantation des monuments aux morts dans l’espace public – plus proches en Alsace-Moselle de l’église que de la mairie –, à leur matérialité – forme, décor sculpté, matériaux employés (une pierre locale dans la majorité des cas) – et aux inscriptions spécifiques qui y figurent : 95 % des soldats alsaciens-lorrains ayant combattu sous l’uniforme allemand pendant la Grande Guerre, les monuments ne peuvent pas porter l’inscription « Morts pour la France » ou « pour la patrie ». Après la Seconde Guerre mondiale et le drame de l’incorporation de force, les municipalités recourent à la formule neutre « à nos morts » ou « Aux enfants de… », et les inscriptions parlent plus souvent de « victimes » que de « héros ». Les monuments aux morts situés dans les lieux de culte traduisent les différences entre catholiques, protestants et israélites.

5Le chapitre 3 est le plus long de l’ouvrage et se présente sous la forme d’une typologie montrant la grande variété des monuments aux morts d’Alsace-Moselle sur le plan iconographique. Le choix des symboles traduit la volonté d’« exprimer le deuil collectif sans heurter des sensibilités à vif » (p. 48), d’où l’importance des thématiques religieuses, autorisées par le maintien du régime concordataire, et la rareté des éléments patriotiques. Les représentations de soldats alsaciens en uniforme allemand sont soigneusement évitées. Par contre, les figures de l’Alsacienne et de la Lorraine marquent le double attachement à la patrie et à la région natale. Le thème de la réconciliation entre soldats français et allemands apparaît ici ou là.

6Le dernier chapitre contient des remarques intéressantes sur les lieux de formation des architectes, sculpteurs et artistes auteurs de monuments aux morts, leurs modèles anciens et contemporains, ainsi que leurs choix stylistiques. Les concepteurs des monuments des grandes villes et des champs de bataille sont le plus souvent des artistes renommés diplômés ou professeurs à l’école nationale des Beaux-Arts de Paris. On voit apparaître quelques Alsaciens formés à l’école des arts décoratifs de Strasbourg puis à l’Académie royale de Munich. Mais dans leur grande majorité, les monuments aux morts d’Alsace-Moselle sont l’œuvre d’artisans et d’artistes locaux formés sur le tas. Pour finir, quelques exemples de monuments particulièrement importants et/ou originaux font l’objet d’un petit développement : Metz, Strasbourg, la verrière de Schiltigheim et l’architecture naïve de Frœningen.

7Au final, ce petit ouvrage constitue un manuel utile et accessible à tous. En 112 pages et 113 illustrations, il cite pas moins de 100 monuments aux morts d’Alsace-Moselle dont on retrouvera la liste en index. On regrettera seulement une bibliographie très succincte (12 titres), l’absence d’indication des sources d’archives et des bases documentaires utilisées, ainsi que des développements parfois trop rapides – des défauts sans doute imposés par le format de l’ouvrage – en souhaitant que d’autres publications approfondissent certains aspects du sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Schnitzler (Bernadette), Haegel (Olivier) et Grandhomme (Jean-Noël), Mourir pour la patrie ? Les monuments aux morts d’Alsace-Moselle », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 455-457.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Schnitzler (Bernadette), Haegel (Olivier) et Grandhomme (Jean-Noël), Mourir pour la patrie ? Les monuments aux morts d’Alsace-Moselle », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2648

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page