Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques
Histoire de l'art et des collections

Musée national Jean-Jacques Henner, De la maison d’artiste au musée

Préface de Marie-Cécile Forest, Paris, Somogy éditions d’Art, 2016, 160 p.
Gabrielle Claerr Stamm
p. 492-493
Référence(s) :

Musée national Jean-Jacques Henner, De la maison d’artiste au musée, préface de Marie-Cécile Forest, Paris, Somogy éditions d’Art, 2016, 160 p.

Texte intégral

1Le Musée national Jean-Jacques Henner, sis à Paris, dans la plaine Monceau, au 43 avenue de Villiers, a rouvert ses portes après une nouvelle phase de travaux de 2014 à 2016, qui parachève la première campagne de réhabilitation menée de 2008 à 2009. C’était l’occasion d’offrir enfin à ses visiteurs, non pas un simple catalogue inventoriant des œuvres exposées, mais une invitation à rencontrer l’artiste Jean-Jacques Henner (1829-1905), à découvrir sa vie et son entourage.

2Jean-Jacques Henner aimait les musées. Pourtant ce n’est pas lui qui a fondé celui qui porte son nom, mais sa nièce par alliance, Marie Henner, entourée d’amis proches, qui a réuni tous les éléments nécessaires à sa constitution : un concept (seulement des œuvres de J.-J. Henner ou des tableaux qu’il avait chez lui, aucune autre œuvre ne pouvant y être admise), un bâtiment (l’hôtel particulier et atelier du peintre Guillaume Dubufe qu’elle a acheté à ses héritiers), une collection (son propre héritage et ses achats) et un public. Marie Henner a fait vivre ce musée pendant deux décennies avant d’en faire don sous d’importantes conditions à l’état.

3Après un premier chapitre de Claire Bessède consacré à l’installation du musée, Cécile Cayol élargit le propos et nous présente la plaine Monceau en 1880, le « plus artistique des quartiers d’artistes », où l’on croise Meissonnier et Sarah Bernhardt, des industriels alsaciens comme Antoine Herzog, des barons de la finance comme la famille de Camondo et Adolphe de Rothschild… Benoît Giraud nous invite dans « La maison d’un peintre », celle de Guillaume Dubufe en l’occurrence, étude complétée par celle d’Emmanuel Bréon, « Quand les ombres reviennent, elles ne savent où aller ».

4L’histoire du bâtiment étant écrite, Jean-Jacques Henner entre en scène. La deuxième contribution de Claire Bessède, consacrée au « fils de paysan alsacien devenu peintre et académicien », est largement illustrée par ses œuvres et des photos de son atelier 11 place Pigalle. Celle de Rodolphe Rapetti a pour sujet l’artiste, « peintre académique indépendant », tandis qu’Isabelle de Lannoy nous présente ses amis de la villa Médicis, où il séjourna cinq ans, de Paris, mais aussi de l’Alsace, où il a gardé de nombreux contacts. Restait à évoquer, Jean-Jacques Henner, « professeur des dames », sujet du chapitre rédigé par Isabelle Magnan.

5La publication est complétée par une chronologie de la vie de J.‑J. Henner, le plan de la plaine Monceau au temps des artistes, un index des noms de personnes et une bibliographie. De très belles photos des salles du musée, prises depuis sa dernière rénovation, débutent et terminent l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr Stamm, « Musée national Jean-Jacques Henner, De la maison d’artiste au musée », Revue d’Alsace, 143 | 2017, 492-493.

Référence électronique

Gabrielle Claerr Stamm, « Musée national Jean-Jacques Henner, De la maison d’artiste au musée », Revue d’Alsace [En ligne], 143 | 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2697

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page