Navigation – Plan du site
La Féderation des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace

Chez nos voisins d’Outre-Rhin

Olivier Richard
p. 505-510

Le tome 165 – 2017 de la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins

Walter Berschin und Ulrich Kuder

Reichenauer Buchmalerei im X. und XI. Jahrhundert. Ein Additamentum und zwei Disputanda

Karl-Heinz Spieß und Benjamin Müsegades

Das älteste Urbar der Pfalzgrafschaft bei Rhein von 1337/1338. Analyse und Edition

Tobias Daniels

Bücherstiftung, Bücherverteilung. Der Deutsche Orden und die Anfänge der Überlinger Pfarrbibliothek vom 14. zum 15. Jahrhundert

Kurt Weissen

Ein Florentiner im Jahre 1423 auf Suchexpedition in Süddeutschland

Gerhard Fouquet

Der Besuch Maximilians I. 1494 in Speyer – König und regionale Kräfte in einem sich verdichtenden Reich

Kurt Andermann

Götz von Berlichingen und Franz von Sickingen. Zeitgenossen – Altersgenossen – Standesgenossen

Patrick Sturm

Die Pest in Durlach. Bekämpfung und Auswirkungen von Epidemien in einer frühneuzeitlichen Residenzstadt

Volker Zimmermann

Vertrag über das Wohnrecht in der Stadt Kreuznach und den Medizinhandel in der Grafschaft Sponheim mit dem Juden Mayer Leui von 1525. Ein Beitrag zur Geschichte der jüdischen Medizin des Spätmittelalters

Liliane Châtelet-Lange

Bilder im Hausrat. Aus Straßburger Nachlassinventaren. 1498 bis 1626

Sophie Rüth

Individuum und Dynastie. Das Epitaph für Markgraf Ludwig Wilhelm von Baden-Baden

Jort Blazejewski

Die Rastatter Kongresspolizei 1797–1799. Anmerkungen zu Status und Funktion einer außerordentlichen Polizeikommission im Spannungsfeld von europäischer Diplomatie und lokaler Praxis

Eric Ettwiller

Sprachenfrage und vaterländische Erziehung im Reichsland am Beispiel des elsässischen Mädchenschulwesens

Bernd Braun

Der Fall Brüsewitz. Wie ein Mord in Karlsruhe 1896 das Kaiserreich erschütterte

Thorsten Huthwelker

Ein Hängeplan der Karoline Luise von Baden

Folker Reichert

Max Webers Grab in Heidelberg

René Gilbert

„Ihr Führer Hitler ist ja auch Österreicher!“ Zum Streit über die Einbürgerung des Jakob Brand im Karlsruher Stadtrat

Günther Mohr

Ehud Loeb, „Ein geborgter „Schatten“. Eine Erzählung über Erinnerung, eine Quelle für die lange Geschichte der Shoa

Miszellen

Claude Muller

Ein goldenes Zeitalter für Priester als Parlamentarier? Der Fall Elsass-Lothringen (1871–1918)

Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 164 Jahrgang, 2016

Le 164e volume de la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins présente comme d’habitude un attrait particulier pour les lectrices et lecteurs intéressés par l’Alsace, avec plusieurs contributions centrées sur la rive gauche du Rhin supérieur. L’historienne de l’art Ulrike Kalbaum consacre la sienne à l’étude des scènes de chasse de l’époque romane dans les églises de la région (Venatio christianorum conversio est peccatorum – Ein Beitrag zum Verständnis romanischer Jagddarstellung an oberrheinischen Kirchen, p. 21-59). Les cas qu’elle analyse proviennent de Sainte-Richarde à Andlau, Saint-Laurent à Dorlisheim, Sainte-Foy à Sélestat, Saint-Léger à Murbach, ainsi que de la cathédrale de Bâle et de Saint-Martin à Nöttingen (commune de Remchingen, entre Karlsruhe et Pforzheim). Après une description des scènes et la présentation des interprétations qui en ont été faites, notamment par Robert Will, Jean-Philippe Meyer et Suzanne Braun, U.K. replace ces œuvres dans le contexte plus large de l’iconographie cynégétique, des sarcophages de l’Antiquité tardive aux enluminures, et dans celui, textuel, de la théologie ou de l’hagiographie. Aussi bien les chasseurs et leurs chiens que les animaux chassés (cerf, lièvre) peuvent être interprétés comme figures négatives (chasseurs démoniaques poursuivant les âmes des humains ; animaux représentant les péchés) ou au contraire chargées positivement (chasseurs assimilés aux apôtres partant à la chasse des âmes pour le Christ, voire au Christ lui-même ; cerf chassé représentant le Christ). Pour dépasser le simple constat de cette variété, U.K. propose quatre types d’interprétations : littéraire – les scènes représentant la chasse comme activité aristocratique, condamnée par l’Église –, allégorique – dans la perspective de l’histoire du Salut –, morale – la chasse comme recherche infatigable de la justice, de la foi ou de l’amour –, ou anagogique – dans la perspective de la signification mystique, tendue vers l’Au-delà, où le chassé peut, s’il est pieux, atteindre le Paradis. Pour finir, chacune des scènes répertoriées au début de l’article est analysée selon ces quatre grilles de lecture.

Le cœur de ce numéro de la ZGO est un petit dossier qui, s’il n’est pas identifié comme tel, présente tout de même trois articles sur un même sujet, celui des relations des juifs du Rhin supérieur avec les différentes autorités politiques au tournant du Moyen Âge et de l’époque moderne. Rolf Kiessling examine la naissance des communautés juives rurales dans le Sud-Ouest de l’Allemagne au XVIe siècle (p. 153‑171) : souvent expulsés des villes, notamment des villes d’Empire alsaciennes, les juifs cherchent à reconstruire leur vie en milieu rural. Pourquoi ces communautés manquent-elles tant de stabilité ? En fait, les juifs se retrouvent pris dans les luttes et concurrences entre l’empereur, protecteur des juifs (qui sont les servi cameræ imperialis), les princes territoriaux et les pouvoirs locaux, autorités urbaines ou petits seigneurs. Les communautés juives font souvent appel à l’empereur, directement ou via le tribunal aulique de Rottweil, voire la Chambre de justice impériale (Reichskammergericht). Mais les princes, soucieux de bâtir des États territoriaux où leur pouvoir souffrirait le moins d’ingérence extérieure possible, promulguent des ordonnances régissant la vie des juifs (Judenordnungen), et les autorités locales établissent également leurs propres règles. Finalement, les traditions et la virulence plus ou moins grande du rejet des juifs par les détenteurs de pouvoir conduisirent à une « géographie juive » particulière, avec ses centres propres – le rabbinat de Worms, notamment – et caractérisée par l’atomisation et par l’instabilité. L’historien de Trèves Gerd Mentgen, le plus grand spécialiste du judaïsme en Alsace au Moyen Âge, propose la version écrite d’une conférence prononcée à l’occasion de l’exposition qui eut lieu à Karlsruhe en 2015 sur Josel de Rosheim, infatigable défenseur des juifs de l’Empire dans la première moitié du XVIe siècle (p. 173-204). En fait, il s’agit moins d’une petite biographie que d’un panorama sur l’apparition des juifs dans la région du Rhin supérieur au Moyen Âge et sur la situation des juifs d’Alsace autour de 1500. Des juifs apparaissent d’abord dans les cités-cathédrales, puis, dans la première moitié du XIVe siècle, les villes alsaciennes sans présence juive paraissent être une minorité. Sans doute l’essor du vignoble alsacien fut-il un facteur d’attraction, car il nécessitait des fonds et donc du crédit. Cependant, les juifs sont alors loin d’être tous prêteurs d’argent, certains étant attestés au XVe ou XVIe siècle comme fabricants de cartes à jouer, ingénieurs hydrauliques ou encore médecins. L’histoire des juifs du tournant de l’ère moderne dans le Rhin supérieur est cependant surtout marquée par les pogromes et les expulsions. G.M. rappelle ainsi les exécutions de trois oncles de Josel à Endingen en 1470, les exactions commises par les mercenaires suisses en Alsace en 1477, ou les pogromes au moment de la Guerre des Paysans de 1525, contre lesquels Josel de Rosheim s’attacha à protéger ses coreligionnaires. Friedrich Battenberg clôt ce dossier en faisant le point sur la politique menée par Maximilien Ier (1493-1519) envers les juifs (p. 205-221). En effet, cet empereur est souvent accusé d’avoir mené une politique particulièrement funeste à l’encontre des juifs, qu’il était pourtant chargé de protéger. F.B., sans nier les graves difficultés que subirent les juifs à cette époque, nuance ce jugement. Selon lui, Maximilien voulait d’abord et avant tout renforcer les positions de la maison d’Autriche, ainsi que la dignité de l’Empire ; dans ces conditions, les juifs étaient ballottés au gré de l’évolution politique. Par ailleurs, le climat très hostile aux juifs dans l’Empire influença forcément les décisions de Maximilien dans un sens qui leur fut défavorable. Pour autant, Maximilien ne perdit jamais des yeux que les juifs bénéficiaient d’un statut juridique, qui leur garantissait des droits. En revanche, il ne parvint pas à créer une structure centrale réunissant les communautés juives de l’Empire.

Ce dossier fournit ainsi une excellente entrée en matière sur le thème des juifs dans le Rhin supérieur à l’orée de l’époque moderne.

Ingrid Maier et Winfried Schumacher signent un article étonnant sur le parcours de l’acrobate et marionnettiste Simon Dannenfels, originaire de Strasbourg, dans l’Europe de la guerre de Trente Ans (p. 245-256). La découverte surprenante dans des archives moscovites d’une affiche et d’autres documents, en allemand, concernant la troupe d’acrobates de Dannenfels, est à l’origine de cette recherche d’une grande minutie. Dannenfels, né à Strasbourg en 1594 d’un couple de bourgeois (son père était un tailleur originaire de Zweibrücken), apparaît dans les registres de délibérations du Conseil de la ville en 1518, lorsqu’il sollicite le droit d’y donner des représentations de danse de corde. Il parcourt ensuite l’Europe, avec sa femme et ses enfants, parfois d’autres associés, au gré des autorisations de monter ses spectacles, et les auteurs de l’article suivent sa trace à Cologne, Brixen et Innsbruck, Göteborg, Stockholm ou Riga. Cette vie nomade est largement déterminée par les interdictions de se produire, voire de séjourner dans les lieux où la troupe arrivait : Strasbourg même refuse quatre fois de le laisser montrer ses talents, parfois explicitement à cause de l’insécurité due à la guerre, et même une fois de loger chez un bourgeois, et il est expulsé de Russie en 1644 après quatre semaines d’attente sans une seule représentation. On ne trouve plus de signes de vie de lui après cette date.

Enfin Bernard Vogler, professeur émérite d’histoire d’Alsace à l’université de Strasbourg, fournit le texte d’une conférence prononcée à Kehl lors du colloque annuel de la Kommission für geschichtliche Landeskunde en Bade-Wurttemberg, sur « Strasbourg et Kehl dans la Première Guerre mondiale » (p. 497‑505), en fait très majoritairement centrée sur Strasbourg, et largement consacrée à l’approvisionnement en produits alimentaires ou de consommation courante. Les procès-verbaux des séances du Conseil municipal, sur lesquels B.V. s’appuie, fournissent une vue précise – bien que biaisée – de la situation. On voit ainsi que Strasbourg fonda plusieurs « sociétés de guerre » consacrées à l’approvisionnement de ses habitants – par exemple pour le lait, les légumes, ou l’habillement –, que la ville favorisait la mise en place de jardins privatifs, organisait des soupes populaires nommées « cuisines de guerre ». Deux pages à la fin de l’article abordent des thèmes variés, de la censure à la crise économique ou au maire (nommé) de Strasbourg Rudolf Schwander.

Parmi la grosse centaine de pages de recensions que comporte cette livraison de la ZGO, plusieurs touchent à l’Alsace. Il va sans dire que les autres contributions (voir la table des matières sur http://alsace.revues.org/2557#tocto1n1), même si on les laisse de côté ici, ne manquent pas d’intérêt.