Navigation – Plan du site
La Féderation des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace

Rapport d’activité de la commission d’histoire transfrontalière

Gabriel Braeuner
p. 511-513

Cela fait déjà cinq ans que le Réseau des sociétés d’histoire du Rhin supérieur, le Netzwerk Geschichtsvereine am Oberhein existe. Il a été porté sur les fonts baptismaux, à Lucelle le 12 juin 2012 dans l’ancien monastère cistercien. Cinq ans après ce pittoresque baptême, où en sommes-nous ? Ouvert à toutes les sociétés d’histoire de la région du Rhin supérieur, le réseau était censé développer les contacts transfrontaliers entre les uns et les autres à travers une structure souple et partager une information régulièrement actualisée. Est-il devenu ce lien incontournable du dialogue transfrontalier pour l’histoire régionale ou, au contraire, est-il venu grossir le rang de l’organigramme transfrontalier déjà abondamment fourni ?

Nous dirons qu’il a trouvé son rythme de croisière. Il fonctionne correctement, oscille entre le souhaitable et le possible, alterne un colloque bien fréquenté tous les deux ans avec une assemblée plénière qui l’est un peu moins dans l’intervalle, publie une lettre électronique trois fois par an que nos amis allemands du musée de Lörrach qui la rédigent s’évertuent à appeler en bon allemand Newsletter et que le bulletin de liaison trimestriel de notre Fédération relaie utilement dans une (encore) nécessaire version papier.

Le pragmatisme et la flexibilité sont les atouts majeurs du réseau. Il sait s’adapter aux disparités de part et d’autre du Rhin, à l’hyper organisation fédérale d’un côté où les sociétés d’histoire parlent d’une voix unique et à l’inattendu désordre organisationnel de l’autre côté du Rhin où les sociétés d’histoire, valeureuses certes, mais moins nombreuses que chez nous, coopèrent chichement. Nous rougissons de plaisir quand nos amis allemands et suisses envient le système centralisateur fédéral, ce beau paradoxe que nous cultivons avec gourmandise et qui fait le charme et l’efficacité de notre belle Fédération.

Pour le reste, le réseau exprime une lucidité sans illusion. Il sait bien que le sentiment d’appartenance au Rhin supérieur, pour généreux qu’il soit, se heurte toujours et encore à quelques disparités juridiques et administratives, sinon culturelles et politiques dont, entre autres, l’obstacle de la langue. On a beau en faire une incantation, vouloir apprendre la langue du voisin, et pire, compte tenu de l’âge des participants, se piquer de la connaître, la réalité est désespérante : on se précipite sur les écouteurs et les traductions simultanées quand on organise un colloque transfrontalier. Les revues d’histoire ignorent dans leur écrasante majorité la langue du voisin.

Quant aux sociétés d’histoire locale, reconnaissons, qu’à de rares exceptions près, la préoccupation transfrontalière reste secondaire quand elle n’est pas inexistante. On garde le regard rivé sur l’horizon de son territoire, qu’il soit urbain ou rural. On dépasse rarement le ban communal et si l’intercommunalité est administrativement de mise, on se gardera cependant de franchir le Rhin. Autre monde, autres mœurs ? On a assez à faire avec l’histoire de sa petite Heimet, sa petite patrie. Il n’est pas certain que le réseau répondait pour la majorité des sociétés d’histoire à une véritable attente. Elles étaient, et sont toujours, apparemment heureuses dans le cadre étroit de leur périmètre…

Il n’empêche, la troisième assemblée plénière du Réseau des sociétés d’histoire du Rhin supérieur s’est tenue, le 18 juin 2016 à Spire dans le Palatinat. Une quarantaine de participants, dont très peu d’Alsaciens, avaient été accueillis par le Historischer Verein der Plalz, dans la superbe salle du Conseil de l’ancien hôtel de ville. Au cours de la séance, on procéda au renouvellement du comité du réseau trinational élu pour deux ans. Furent élus :

  • Pour la France : Gabriel Braeuner et Francis Lichtlé ;

  • Pour l’Allemagne : Johanna Regnath et Werner Transier ;

  • Pour la Suisse : Dominique Wunderlin et André Salvisberg.

La remarquable conférence du professeur Pierre Monnet, de l’Institut franco-allemand des sciences historiques et sociales de l’Université de Francfort-sur-le-Main : « Charlemagne 814-2015 entre histoire et mémoire » passionna un auditoire attentif, tout comme l’annonce par Robert Labhard du vaste et ambitieux projet d’une histoire de Bâle en dix volumes.

Nous travaillons actuellement à l’organisation du prochain colloque d’histoire transfrontalière qui aura lieu le samedi 14 octobre 2017 à Offenburg. Nous serons les hôtes du Historischer Verein für Mittelbaden probablement plus nombreux qu’à Spire et assurément moins nombreux, nous en sommes convaincus, qu’au colloque de Sélestat, dans la nouvelle bibliothèque humaniste, à l’automne 2019.

Ainsi va la coopération transfrontalière au sein de notre réseau. Cela fait quelques années que cela dure, et il y a des projets pour quelques années encore. Nous apportons notre petite pierre à l’édifice de la coopération culturelle transfrontalière. Utiles et nécessaires à défaut d’être déterminants, bref à notre place, parmi toutes les initiatives transfrontalières qui s’évertuent à démontrer, jour après jour que le Rhin est autant porte que pont, Tür und Brücke. Et même mur parfois…