Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe - XXIe siècles

Maurer (Catherine) textes réunis par, Les espaces de l’Allemagne au XIXe siècle. Frontières, centres et question nationale

Presses Universitaires de Strasbourg (coll. Les mondes germaniques), Strasbourg, 267 p., 2010
Dominique Huck
p. 472-475
Référence(s) :

Maurer (Catherine) textes réunis par, Les espaces de l’Allemagne au XIXe siècle. Frontières, centres et question nationale, Presses Universitaires de Strasbourg (coll. Les mondes germaniques), Strasbourg, 267 p., 2010

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Catherine Maurer est issu d’une journée d’étude organisée dans le cadre du programme « Circulations, itinéraires, réseaux : les processus de construction spatiale dans les mondes germaniques de la Réforme à la fin des années 1990 » financé par la Maison des Sciences de l’Homme - Alsace entre 2005 et 2008.

2Organisé autour de trois axes « De l’espace ouvert à la nation limitée : frontières et espaces frontaliers », « La « fondation intérieure » et « Région, état, nation : échelles spatiales et interactions », il tend à montrer à la fois l’aspect polygénétique de la constitution de l’espace géopolitique allemand au XIXe siècle, mais aussi la récursivité qui est à l’œuvre, dans la mesure où le politique et l’idéologique sémantisent l’espace, qui se restructure en fonction des options des agents qui le (re)pensent.

3Ce sont en effet des angles d’attaque bien différents qui sont sollicités pour documenter la problématique des espaces allemands.

4Ainsi, dans la première partie de l’ouvrage, Bernhard Struck montre, par une forme de raccourci saisissant (les récits des voyageurs en Pologne et en France autour de 1800) que « ce qui marque les frontières dans la perception des voyageurs, ce ne sont pas les lignes de démarcation tracées entre les états », mais la subjectivité de la lecture ethnologique du paysage et, plus tard, vers 1840, la « construction discursive de la nation, de son territoire et de ses frontières » (« De l’espace ouvert au territoire national. Perception et historicité des frontières dans les récits des voyageurs de langue allemande en Pologne et en France autour de 1800 »). Morgane Labbé expose, de son côté, la centralité de la représentation (dans plusieurs acceptions du terme, notamment dans les dimensions à la fois subjective et dynamique) de l’espace. En travaillant sur différentes cartes, elle souligne le lien étroit entre l’objet représenté et la représentation, mais aussi l’importance de la progression des savoirs et des sciences dans la préparation de l’objet représenté : « Alors que les premiers statisticiens recouraient à l’histoire des peuples pour éclairer la distribution spatiale des nationalités, les statisticiens quantitativistes (…) partent du présent pour rechercher dans les calculs statistiques et les graphiques les facteurs d’un peuplement national futur ». (« Les frontières de la nation allemande dans l’espace de la carte, du tableau statistique et de la narration »). Thomas Serrier par « Les imaginaires sociaux dans la cristallisation de la frontière germano-polonaise au XIXe siècle » et Eligius Janus par « Les processus de construction de l’espace dans les régions frontières » proposent des études de cas montrant la complexité des constructions spatiales sans cesse retravaillées.

5La partie sur la « fondation intérieure » illustre la diversité des champs concernés, la sphère juridique présentant à la fois des hétérogénéités extrêmes et déjà des débuts de standardisation (Marie-Bénédicte Vincent « La sphère et la construction d’un espace national allemand (1848-1900) »). En focalisant son intérêt sur « le système éducatif allemand sous le Kaiserreich : entre pluralisme territorial et unité nationale », Monique Mombert montre que c’est l’interaction des acteurs du système éducatif (des systèmes éducatifs, en fait), acteurs « organisés en réseau », par leur débat et leur réflexion qui a fait émerger un enseignement secondaire « national ». Par ces biais, ce sont les espaces de vie et les structurations des espaces qui commencent à s’unifier.

6La dernière partie met l’accent sur l’articulation entre différentes spatialités de différents types (« région », « état », « nation »).

7Au-delà de la question de la « petite » et/ou de la « grande » patrie, Christian Pletzing (« « Nous voulons être Prussiens ». Le patriotisme à l’égard de l’état prussien en Prusse orientale et occidentale entre 1830 et 1871 ») montre les enjeux sociétaux et des transformations qu’ils incluent, les enjeux religieux, sociaux, culturels, « identitaires »…, les positionnements groupaux évolutifs, les changements générationnels… qui sont à l’œuvre lorsqu’on interroge cette question particulière du « patriotisme » dans ces espaces singuliers. Nicolas Mariot et Jay Rowell propose au travers des « Visites de souveraineté comme articulation du national et du local en France et en Allemagne à la veille de la Première guerre mondiale » un travail comparatif bien sûr sur le sens des visites du Kaiser dans son empire et du Président de la République en France, mais aussi et surtout sur la manière dont l’échelon régional ou local peut avoir une influence (ou non) dans l’organisation de la visite même par rapport à l’échelon « national ». Si, dans les deux cas, il s’agit bien de resserrer les liens entre le pays/la population et le souverain/le président, l’organisation des visites dénotent, en France, plutôt une « perception non verticale, mais horizontale de l’unité nationale », ce qui ne serait pas le cas dans l’empire allemand. Les auteurs consacrent plusieurs pages à une « tentative d’interprétation » des différences entre les deux manières de structurer les visites de souverainetés. Au total, « en Allemagne, ce sont les déplacements de l’empereur lors des manœuvres militaires qui servent de matrice transposable à d’autres types de visites. L’organisation repose ainsi sur la centralité de l’armée qui représente, avec l’empereur, le ciment entre les territoires et les populations constitutifs d’une même nation. (…) » Les déplacements du président français en revanche s’appuient sur les espaces locaux, qui peuvent faire valoir quelques droits et demandes auxquels le protocole tentera de répondre positivement. Par ailleurs, les auteurs soulignent, à très juste titre, la manière dont les observateurs par excellence que sont les journalistes, sont placés dans le dispositif : positionnés dans le proche environnement du chef d’état, les journalistes français ne rendront pas compte de la même manière que les journalistes allemands qui ne font pas partie du cortège officiel. Ils ne liront pas les événements de la même manière selon qu’ils sont au cœur du spectacle ou (presque) simples spectateurs. Dans une étude de cas, Gilles Buscot s’intéresse précisément à la réception d’une visite de souveraineté par deux journaux (« Les cérémonies strasbourgeoises de la (re)germanisation après 1870. La dernière visite de Guillaume Ier à Strasbourg, en 1886, vue par deux journaux alsaciens »). Il rappelle à la fois les enjeux d’une telle visite, mais montre aussi le rôle de la presse dans l’interprétation et le décryptage de l’événement, selon la famille de pensée dont le journal se réclame. Christian Bonah (« Espace national et porteurs de culture. Le double jeu géopolitique des sciences exactes lors de la création de l’université d’Empire de Strasbourg, 1872-1884 ») et François Igersheim (« Réseaux intellectuels supra-régionaux et retombées régionales. Les congrès des grandes fédérations historiques et archéologiques allemandes et l’Alsace (1871-1914) » soulignent l’interaction, de fait, entre les niveau local/régional et national. Dans le cas des sciences, la concurrence et les enjeux idéologiques entre la France et l’Allemagne vont jouer un rôle déterminant dans la mission scientifique qui va être assignée à Strasbourg. Dans le champ de l’histoire et de l’archéologie, F. Igersheim montre l’importance structurante de l’apport des débats du Gesammtverein der deutschen Geschichts - und Altertumsvereine pour la Denkmalpflege alsacienne et l’influence décisive de ceux du Historikerverein (notamment par la personnalité de Karl Lamprecht) sur la Heimatkunde alsacienne, à la veille de 1914.

8Si le volume ne présente pas de conclusion, il est ouvert, en revanche, par une introduction de Catherine Maurer qui brosse un rapide, mais éclairant tableau de la difficile relation de l’historiographie allemande avec la notion de « Raum », terme qui a fait partie de la « Lingua Tertii Imperii » (Victor Klemperer) et dont le « retour » dans l’usage scientifique dans le champ historique n’a pas été aisé.

9Si l’Alsace en tant que telle n’est représentée que par trois contributions sur les douze articles publiés, il n’en demeure pas moins qu’elle est directement concernée par tous les travaux englobant l’empire wilhelmien et par toutes les questions qui touchent, peu ou prou, aux frontières et à l’espace national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Huck, « Maurer (Catherine) textes réunis par, Les espaces de l’Allemagne au XIXe siècle. Frontières, centres et question nationale », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 472-475.

Référence électronique

Dominique Huck, « Maurer (Catherine) textes réunis par, Les espaces de l’Allemagne au XIXe siècle. Frontières, centres et question nationale », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/272

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page