Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Henigfeld (Yves) et Masquillier (Amaury) dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

Dijon, 2008, 540 p., ISBN 2-915544-09-3 [Revue archéologique de l’est, 26e supplément]
Georges Bischoff
p. 487-489
Référence(s) :

Henigfeld (Yves) et Masquillier (Amaury) dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle), Dijon, 540 p., ISBN 2-915544-09-3 [Revue archéologique de l’est, 26e supplément], 2008

Texte intégral

1L’attelage Alsace-Lorraine proposé à travers ce gros livre est inhabituel, mais il se légitime pour un certain nombre de raisons : parallélisme des recherches les plus récentes, différentiel historiographique, comparaisons. Sur 171 villes fortifiées, 39 ont fait l’objet d’interventions archéologiques récentes et c’est un échantillon de 18 cas que l’on propose ici à titre d’exemple, en se focalisant sur des ensembles de taille moyenne (les enceintes ont un périmètre qui oscille de 919 m à Commercy à 5 756 m à Verdun) – excluant du même coup les deux grandes villes que sont Metz et Strasbourg, qui auraient pu faire référence compte tenu des travaux existants.

2La juxtaposition des deux régions se traduit par des historiographies différentes. L’état de la question brossé par Amaury Masquillier et Gérard Guliato pour la Lorraine fait apparaître l’absence d’une définition véritable de la ville, à laquelle on propose de substituer la formule « fortifications collectives » et le concept d’agglomération fortifiée, fort de 97 ou 98 items, sans compter les exclaves (Alsace bossue, Conflans et Passavant-la-Roche). Une place commerciale comme Saint-Nicolas de Port est dépourvue de murailles (bien qu’une gravure suggère le contraire), tandis que les bourgs castraux forment une moitié de l’effectif. Pour l’Alsace, les perspectives sont différentes. L’introduction historique de Bernhard Metz se fonde sur les sources et donne une autre typologie : elle retient 75 villes, qui coexistent avec 70 villages fortifiés : « Dans un premier temps, écrit-il, peut-être surtout au XIIe siècle, on fortifie un grand nombre de localités, généralement en bois et en terre, sans se demander si ce sont des villes ou des villages. Les plus prospères refont tôt ou tard leurs enceintes en maçonnerie, souvent avec un périmètre plus petit » (p. 43). Les critères institutionnels doivent être analysés avec prudence, en se demandant si l’autorisation de fortifier est rétroactive (Brumath en bénéficie en 1336, mais ses remparts sont attestés depuis 1280), et en insistant sur l’ostagium, assignation à résidence dans un lieu fortifié, dont on possède 26 mentions, pas forcément des villes). Les recherches récentes menées en Alsace sont rapidement présentées par Yves Henigfeld ; celles des régions voisines, par Jacky Koch.

3L’essentiel de l’ouvrage est constitué par des monographies qui font souvent apparaître de grands contrastes entre la documentation écrite et le terrain. A Epinal, par exemple, les sources historiques plaident pour une datation haute (dès le Xe siècle), tandis que les relevés archéologiques semblent indiquer que la jonction de la ville et du château n’intervient qu’au XIIIe siècle. A Haguenau, l’enceinte est citée en 1262, mais le mot castellum, lié à la création d’une paroisse, peut avoir ce même sens dès 1143.

4Les six villes d’Alsace retenues, à côté d’une douzaine de localités lorraines, présentent à peu près le même profil historique, ce qui n’est pas le cas de leurs cousines d’Outre-Vosges. Ce déséquilibre se mesure à la coexistence de notices plus détaillées, ou plus globalisantes, comme celle de Vic-sur-Seille et d’exemples ponctuels, et, pour ainsi dire, pointillistes. Ainsi, à Haguenau, l’apport des archéologues vaut plus par ses hypothèses (p. 126) que par le volume des fouilles effectuées. À Kaysersberg, la connexion du château et de la ville est à présent mieux datée (lorsque la basse cour est en place, après 1265). A Molsheim, des éléments d’un système défensif doté de fausses-braies ont été mis au jour, ce qui incite à une relecture de sa topographie (p. 187). À Ribeauvillé, la désaffectation d’une enceinte intérieure rend compte de la mise en place du tissu urbain (p. 223), dans une chronologie plus précise (qui a été validée par des analyses plus récentes). À Sélestat, l’approche spatiale « classique », bien balisée par les historiens, est doublée par une étude d’archéologie du bâti de la Porte Basse – un travail exemplaire (p. 293-302). À Thann, enfin, faut-il croire que la première enceinte, datée de la fin du XIIIe siècle, n’a qu’un rôle symbolique, avant la mise en place d’une enceinte définitive vers 1360 ? (p. 320).

5L’essai de synthèse à deux voix proposé par Ivan Ferraresso et Maxime Werlé (p. 394-437) est conçu comme une récapitulation qui débouche sur l’inventaire des convergences et des différences : du côté alsacien, on met l’accent sur le doublement des lignes de défense ou la conception des systèmes d’entrée, caractérisés par la tour-porte ; côté lorrain, on signalera la précocité des ponts-levis et l’importance des flanquements. Les recherches à venir permettront de mieux observer les fortifications de terre, et, souhaitons-le, les remaniements postérieurs à la période médiévale : la modernisation des enceintes et les modalités de leur transformations, ou de leur démolition qui sont, aussi, des objets d’enquête.

6Cette somme impressionne par sa qualité scientifique, mais aussi par sa présentation – plus de 300 illustrations, dont plusieurs dizaines de cartes et de plans spécialement réalisés (mode d’emploi p. 487) ainsi que d’innombrables relevés. Elle est dotée d’annexes très consistantes et précédée par une bibliographie complète, alphabétique, à cheval sur les deux secteurs (mais elle mériterait un index).

7On appréciera le glossaire (exclusivement francophone, tout comme l’index thématique, dommage) et les tableaux récapitulatifs (qui auraient sans doute gagné à être faits suivant le même modèle) : pour la Lorraine, un « fichier »des 97 « enceintes d’agglomération » (p. 495-512), pour l’Alsace, une liste – exhaustive – des premières mentions (p. 513-517).

8En résumé : un bilan qui fait date et un instrument de travail durable qui va fonder de nouvelles recherches et demeurer la grande référence du sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Henigfeld (Yves) et Masquillier (Amaury) dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle) », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 487-489.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Henigfeld (Yves) et Masquillier (Amaury) dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle) », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/291

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page