Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Frey (Yves) dir., Ces Alsaciens venus d’ailleurs. Cent cinquante ans d’immigration en Alsace

Edition Place Stanislas, 190 p., 2009
Claude Muller
p. 525-526
Référence(s) :

Frey (Yves) dir., Ces Alsaciens venus d’ailleurs. Cent cinquante ans d’immigration en Alsace, Edition Place Stanislas, 2009, 190 p.

Texte intégral

1Deux chiffres immédiatement viennent à l’esprit pour l’entame. En 1851, date du premier recensement des étrangers en France, l’Alsace en compte 6 %. Cent cinquante ans plus tard, en 2004, ils sont 10 % et l’Alsace se situe au deuxième rang des régions françaises en matière de population immigrée – un immigré étant une personne née à l’étranger et qui ne possède pas la nationalité française à sa naissance –. C’est donc de manière évidente, qu’Yves Frey, Karin Dietrich-Chénel, Franck Michel, Aggée Célestin Lomo Myazhiom, Marie-Claire Vitoux, Gilles Wolfs osent, dès l’introduction : « Longtemps occultée, l’immigration est constitutive de l’Alsace » (p. 15).

2Bien sûr, spontanément, vient à l’esprit la position de terre-frontière. De 1871, date du traité de Francfort, à 1945, fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Alsace brinquebale sur la route des nationalismes antagonistes de la France et de l’Allemagne. Entre prise et reprise, annexion et cession, une terrible valse à quatre temps bouleverse une région et sa population. En 1910 par exemple, l’Alsace compte environ quatre cents mille Allemands, un cinquième de la population totale. Et la soldatesque génère la prostitution (p. 78).

3Pour autant se limiter à ce seul aspect politique, donc démographique, paraît bien rédhibitoire. La lecture de ce remarquable livre nous entraîne au sein de communautés les plus diverses, italienne surtout à Mulhouse, polonaise dans l’ellipse du bassin potassique, juive, maghrébine, turque, ces dernières enfin présentées et analysées. Pour tous les partisans du mythe d’une Alsace insulaire, coupée et séparée du reste du monde, quel choc !

4Terminons par une boutade. Il y a une vingtaine d’années, Georges Bischoff présentait, comme élément constitutif de l’identité alsacienne, les cinq C (le colombage, la coiffe, la cigogne, la choucroute et la cathédrale, sans retenir le Crédit Mutuel pour cause sans doute de publicité bancaire). Il faut désormais, après la parution de ce stimulant opus, en ajouter cinq autres : le cannelloni (italien), le cascher (juif), la casbah (maghrébine), le cimeterre (turc) et Cracovie (polonais). Le creuset alsacien ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Frey (Yves) dir., Ces Alsaciens venus d’ailleurs. Cent cinquante ans d’immigration en Alsace », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 525-526.

Référence électronique

Claude Muller, « Frey (Yves) dir., Ces Alsaciens venus d’ailleurs. Cent cinquante ans d’immigration en Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/364

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page