Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Oberlé (Roland), Napoléon et l’Alsace

Editions Carré Blanc, 111 p., 2004
Claude Muller
p. 529-530
Référence(s) :

Oberlé (Roland), Napoléon et l’Alsace, Editions Carré Blanc, 111 p., 2004

Texte intégral

1En développant son argumentaire dans un article paru dans Napoléon et l’Alsace, volume 10 de la série La Révolution française et l’Alsace, fascicule paru à Cernay en 2001, Carole Fluckiger évoque, p. 39, « Fernand L’Huillier et sa formidable thèse qui reste incontournable pour sa masse d’informations ». En peu de mots, toute la difficulté du sujet apparaît. Que peuvent désormais apporter les historiens à la suite du maître (1905-1997), qui a littéralement phagocyté la recherche sur l’Alsace napoléonienne (voir RA, 2000, p. 4-5) ?

2Ce défi a été relevé par Roland Oberlé, conservateur en chef du patrimoine, lequel laboure depuis de longues années avec bonheur l’histoire régionale. Certes l’auteur n’en est pas à son coup d’essai. Faut-il rappeler ici sa belle contribution sur l’Alsace napoléonienne dans l’Histoire de Strasbourg, parue en 1980 ? L’historien s’appuyant en partie sur les travaux de Zoltan Etienne Harsany, avait alors proposé une synthèse d’un beau souffle. Un quart de siècle plus tard, Roland Oberlé revisite cette période avec un bel ouvrage qui vaut avant tout pour sa clarté et son iconographie.

3Explicitons le propos. Une écriture fine, un plan solidement charpenté, des idées claires. Pour qui s’intéresse à cette période, voici une introduction idéale. Professionnel du monde de l’image, Roland Oberlé compose un beau bouquet qui agrémente et enrichit tout à la fois le texte : extraits du Hinkende Bote ou aquarelles et dessins de Huen, Régamey, Zix. Tout au long de son récit, l’historien reste fidèle à Fernand L’Huiller, le citant toujours à bon escient.

4Osera-t-on, en conclusion, relever, que depuis la publication, en 1947, de la thèse du maître, et celle, en 1980, de l’Histoire de Strasbourg, certains travaux ont paru. Quid des ouvrages de Nicolas Stoskopf sur l’industrialisation ? Des conclusions de Laurent Heyberger sur les conscrits (RA, 2003, p. 41-66) ? N’aurait-on pas pu réévaluer le rôle du « préfet violet », l’évêque Jean Pierre Saurine, à la lumière des Archives de l’Eglise d’Alsace 1987 et 1997 ? Mais laissons là ces minimes divergences pour recommander la lecture de ce beau livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Oberlé (Roland), Napoléon et l’Alsace », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 529-530.

Référence électronique

Claude Muller, « Oberlé (Roland), Napoléon et l’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/376

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page