Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

Turetti (Laurence), Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine (1870-1914). Les « provinces perdues » aux sources du patriotisme républicain

Strasbourg, 206 p., 2008
François Igersheim
p. 506-508
Référence(s) :

Turetti (Laurence), Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine (1870-1914). Les « provinces perdues » aux sources du patriotisme républicain, Strasbourg, 206 p., 2008

Texte intégral

1Ce petit ouvrage se propose d’analyser la place qu’a prise l’Alsace-Lorraine dans la représentation du territoire de la nation française de 1870-1914. L’Alsace-Lorraine est restée présente dans l’espace des géographes – le célèbre hexagone – et dans le quotidien de centaines de milliers de Français, ne serait-ce que par la leçon de géographie des enfants des écoles. Ce faisant, l’idée que l’on se fait de l’Alsace est de plus en plus éloignée de la réalité : les Français vivent dans un « fantasme géopolitique ». En quelques chapitres, l’auteur nous présente l’élaboration de l’idée de la France territoire des savants, « territoire idéal », tel qu’il ressort des controverses où interviennent Fustel, Renan, Taine, ou encore construction des géographes, confrontés à la prise en compte de la nouvelle frontière, ligne bleue qui remplace le Rhin. Une analyse de la « France de provinces » aboutit au constat : l’absence de l’Alsace-Lorraine est une mutilation. Pourtant, les enquêtes des journalistes aboutissent à construire une idée de l’Alsace-Lorraine totalement irréelle, reflet de son seul « folklore » mais nécessaire, en particulier pour les campagnes des droites « nationalistes », car l’Alsace-Lorraine est un thème « récupéré et exploité, à un moment ou à un autre par tous les courants de la vie politique » (p. 108). Mais l’Alsace-Lorraine reste inscrite dans la géographie de la France. Trois enquêtes le démontrent : les pèlerinages des Alsaciens et des Lorrains à Lourdes, la place de l’Alsace-Lorraine et des villes d’Alsace-Lorraine dans la dénomination des rues, la place de l’Alsace-Lorraine dans les manuels de géographie. Ainsi, la perte de l’Alsace-Lorraine devient un motif patriotique consensuel, fédérateur et intégrateur, en particulier en remettant le territoire au centre des préoccupations nationales. Voilà résumé ce petit ouvrage de 206 p. dont l’apport parait fort brouillé. L’éditeur a repris une thèse de doctorat, soutenue en 2003 et relativement équilibrée, pourvue d’un plan cohérent, d’un texte argumenté, et titrée « Les Français et le territoire national - Place et importance des provinces perdues dans ces représentations, 1870-1914 ». Certes, nous savons bien qu’il y a une crise de « l’Alsatique ». Mais y remédie-t-on de la sorte, par des adaptations dites « grand public » ? Lequel ? On lui met un titre – sans grand rapport avec le texte – et une illustration de couverture « kitsch » et la voilà devenue « alsatique » ? La thèse de Mme Turetti n’était pas monumentale, elle avait 258 pages (hors bibliographie), double interligne. Elle a visiblement très durement souffert de s’être vu imposer la gymnastique du résumé et d’être privée de toutes références. On aurait pu conserver les notes de sources : on l’a bien fait pour d’autres titres récents recensés également dans la RA. On regrettera aussi la suppression de l’étude faite dans la thèse sur l’opposition entre France méridionale et France septentrionale et sur le régionalisme français de la période. Surnagent les éléments intéressants, cependant dépourvus de toutes références. En 1887, pendant la crise boulangiste, le ministère de l’Intérieur adresse une enquête aux préfets pour leur demander combien ils pourraient accueillir d’Alsaciens-Lorrains parmi les 100 000 réfugiés qui seraient susceptibles de quitter le Pays d’Empire. La plupart des préfets se montrent hostiles à l’accueil d’immigrés alsaciens, qu’on distingue mal des Allemands. Deux d’entre eux se déclarent assurés du bon accueil de leurs populations, celui de l’Eure-et-Loir (Chartres) et celui de la Dordogne. Mais ajoutent-ils, à condition que l’on munisse les Alsaciens de passeports assurant qu’ils n’étaient pas espions allemands. Le chapitre sur les pèlerinages des Alsaciens et Lorrains à Lourdes est fort intéressant, mais outre qu’on ne pourra guère en faire des manifestations républicaines, il s’agit de pèlerinages organisés par les diocèses de Nancy et de Saint-Dié, avec très peu d’Alsaciens. Certes, on peut justifier le chapitre au nom de « l’unité retrouvée de la Lorraine ». Trois chapitres ressortent cependant dans l’ouvrage, qui précisément adoptent une chronologie claire : un chapitre sur la dénomination des rues par les municipalités françaises de noms de la province ou des villes françaises (141 rues, enquête faite auprès des Archives départementales ou municipales). L’auteur montre comment dans la première décennie, on rencontre bien des rues ou boulevards d’Alsace ou de Lorraine, mais qu’à partir de 1880, les rues alsaciennes-lorraines se propagent en France, avec la républicanisation des municipalités, et que la mode essaime à partir des préfectures pour gagner les villes moyennes. Le mouvement se ralentit notablement après 1900. De même, on situe au début du XXe siècle l’exploitation dans la publicité de l’image de l’Alsace-Lorraine « la madeleine de Proust des Français du début du XXe siècle ». Mais c’est dans le chapitre sur la « province pittoresque » consacrée à « l’attirail d’un folklore francophile » que l’on trouve ce passage savoureux du Journal d’une Femme de Chambre de Mirbeau (1900, on aurait du le relever), où le cafetier breton apostrophe sa caissière : « tu n’as pas une tête de bretonne, tu aurais plutôt une tête d’Alsacienne... Si tu te faisais faire un joli costume d’Alsacienne hein ? Ca ferait un fameux coup d’œil dans le comptoir ? Une Alsacienne bien jolie, bien frusquée, ça enflamme les cœurs, ça excite le patriotisme » (p. 87). Dans le chapitre « La province française », on relève que sur 16 manuels de géographie, onze conservent l’Alsace-Lorraine dans leur description de la France (p. 43). Dans le titre, la France pleurait bien l’Alsace-Lorraine, mais dans le texte l’auteur citant Jean-Jacques Becker reconnaît qu’en 1914, la revendication des provinces perdues semble s’être étiolée, (p. 48-49). Ce qui n’empêchera pas de justifier la longue guerre qui s’engage. C’est un aspect qui mériterait une nouvelle recherche : la place de l’Alsace-Lorraine dans l’instruction militaire, celle des soldats et celle des officiers, qui s’engageaient dans ce qui était encore « l’une des plus grandes choses au monde ». Bref, voilà un ouvrage non dépourvu d’intérêt, mais aussi une démonstration d’un travail éditorial discutable. On se reportera à la thèse, accessible sur Internet pour apprécier comme il se doit le travail de l’auteur et les apports de sa recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Turetti (Laurence), Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine (1870-1914). Les « provinces perdues » aux sources du patriotisme républicain », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 506-508.

Référence électronique

François Igersheim, « Turetti (Laurence), Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine (1870-1914). Les « provinces perdues » aux sources du patriotisme républicain », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/450

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page