Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Voluer (Philippe), Le grand livre de la bière en Alsace

éditions Place Stanislas, Nancy, 158 p., 2008
Claude Muller
p. 548-549
Référence(s) :

Voluer (Philippe), Le grand livre de la bière en Alsace, éditions Place Stanislas, Nancy, 158 p., 2008

Texte intégral

1Qui s’intéresse à l’histoire de l’Alsace sait que la région a été longtemps ballottée, aux époques moderne et contemporaine, entre l’Allemagne et la France et en butte à deux nationalismes antagonistes. Plus étanche que la frontière politique, voici encore la frontière religieuse. Les catholiques cohabitent ici avec les protestants, tant luthériens que calvinistes, les juifs, les anabaptistes et, depuis le XXe siècle, les musulmans. Reste une curieuse troisième frontière, plus souriante, mais tout aussi réelle. L’Alsace, en effet, est l’une des rares régions au monde à la fois viticole et brassicole. Mais attention ! La coexistence ne va pas de soi. Citons le maire de Molsheim le 15 octobre  1829 : « Avant la Révolution, on ne connaît point de brasseries dans notre canton. Aujourd’hui nous avons le malheur d’en posséder cinq. Suivant leurs déclarations, elles brasseraient 800 hectolitres de bière par an. La consommation ostensible et annuelle dans le canton est de 1 800 hectolitres. Les brasseries sont un véritable fléau pour les pays vignobles. La grande consommation de la bière, son bas prix, la conversion de ses eaux en mauvais vinaigre, sont autant de causes de la mévente des vins. »

2Le remarquable ouvrage de Philippe Voluer, magnifiquement illustré et finement présenté (grâce en soit rendue à l’éditeur Michel de Paepe) ne fait pas allusion au combat du vin et de la bière. Son véritable hymne à Gambrinus se présente avant tout comme un travail d’inventaire systématique de recherche d’archives et de prospection sur le terrain, limité à la période allant de 1889 à nos jours. Cette magistrale encyclopédie énumère, de manière exhaustive, des lieux : six cents sites brassicoles répartis dans une centaine de localités du Bas-Rhin et une soixantaine dans le Haut-Rhin. On reste absolument confondu devant la masse de renseignements recueillis et présentés très rationnellement.

3Surgit immédiatement un énorme sentiment de frustration. Pourquoi l’auteur n’a-t-il pas fait précéder ce répertoire d’une introduction historique digne de ce nom, quitte à réemployer sa banque de données en la présentant chronologiquement ? La période étudiée constitue-t-elle un apogée ? Le fait que l’Alsace ait été allemande entre 1870 et 1918 explique-t-elle un développement des brasseries – rappelons que l’épouse de Martin Luther exerçait le métier de brasseuse – ? La bière est-elle affaire confessionnelle, donc luthérienne ? Que l’on ne se méprenne pas sur nos propos. Le livre de Philippe Voluer est d’une telle richesse qu’il ne peut que déclencher une vague de recherche nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Voluer (Philippe), Le grand livre de la bière en Alsace », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 548-549.

Référence électronique

Claude Muller, « Voluer (Philippe), Le grand livre de la bière en Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/524

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page