Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Taddey (Gerhard) (hrsg), Lebensbilder aus Baden-Württemberg. Im Auftrag der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg

21. Band der als Schwäbische Lebensbilder eröffneten Reihe. Mit 20 Abbildungen, Stuttgart, W. Kohlhammer Verlag, XVI-559 p., 2005
François Joseph Fuchs
p. 564-567
Référence(s) :

Taddey (Gerhard) (hrsg), Lebensbilder aus Baden-Württemberg. Im Auftrag der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, 21. Band der als Schwäbische Lebensbilder eröffneten Reihe. Mit 20 Abbildungen, Stuttgart, W. Kohlhammer Verlag, XVI-559 p., 2005

Texte intégral

1La biographie reste toujours un genre délicat et subtil, donc difficile. Il faut beaucoup de prudence et de tact pour éviter que les notices se changent en études obligeantes ou en essais égratignants. D’un côté il y a les actes documentés des personnages, d’autre part il y a leur vie intérieure qui nous échappe la plupart du temps. C’est pourquoi, en tant qu’auteur d’une notice, il faut avoir le souci de l’exactitude dans la recherche de la vérité afin de présenter un portrait aussi honnête et complet que possible, parce qu’il servira d’outil de travail aux historiens futurs qui ne se donneront pas la peine de vérifier l’interprétation des documents que les auteurs des notices auront utilisé.

2Lancée en 1940 sous le titre Schwäbische Lenbensbilder le volume dont nous faisons le compte rendu fait partie de la collection désormais intitulée Lebensbilder aus Baden-Württemberg depuis le tome 18. A l’instar des précédents volumes, le présent contient vingt notices biographiques de notables et de membres des élites régionales – deux femmes et dix huit hommes – originaires du Land Baden-Württemberg, ou qui ont été actifs dans ce Land et qui ont marqué son histoire par leur prestige et leurs relations. Il s’agit de personnalités provenant de tous les horizons et qui se sont distinguées dans la vie politique, dans l’économie, les arts, les sciences, la littérature, la musique, l’administration etc. Nous en citons quelques unes : Theodor Bertheau (1800-1892) : homme politique issu d’une famille huguenotte, avocat, médiateur lors du démembrement du canton de Bâle en 1830, promoteur de l’unification du Reich allemand au XIXe siècle ; Karl Hermann Reusch (1824-1894) s’impliqua activement dans le développement industriel du Wurtemberg ; Joh. Georg Christian Störl (1675-1719), maître de chapelle et organiste à Stuttgart, s’intéressait au développement de la musique religieuse ; Clara Schumann (1829-1896), pianiste et compositrice, joua un rôle déterminant dans la vie musicale et culturelle de Baden-Baden au XIXe siècle ; Wilhelm Ganzhorn (1818-1880), poète, juriste, auteur de la célèbre chanson Im schönsten Wiesengrunde que tout le monde connut même en Alsace avant 1939, et dont beaucoup ignorent le nom de l’auteur, participa activement au développement de la vie culturelle ; Joseph Victor Scheffel (von), poète (1826-1886), auteur du célèbre poème Trompeter von Säckingen et du roman Ekkehard ; Robert Gradmann (1865-1950), pasteur et botaniste ; Hermann Fecht, homme politique de la République de Weimar (1880-1952), ministre de la Justice du Pays de Bade, connu pour son rôle de médiateur lors de la reddition de Baden-Baden en 1945 ; Drais von Sauerhorn, juriste (1755-1830), homme de confiance de Karl Friedrich, margrave de Bade, intervint activement dans la formation du grand duché de Bade. Carl von Häberlin (1832-1911), enseignant à l’Académie des Beaux-Arts de Stuttgart dont les premiers dessins au crayon réalisés à Esslingen en 1849, ont aujourd’hui une importante valeur documentaire ; Philipp Friedrich Mader (1832-1917), d’une santé fragile, élevé dans un entourage piétiste, remplit les fonctions de pasteur de la communauté protestante établie à Nice.

3Parmi cette vingtaine de notices, plusieurs intéressent l’histoire de Strasbourg et de l’Alsace. Commençons par Franz Friedrich Böcklin von Böcklinsau, issu d’un lignage noble strasbourgeois dont on peut remonter les ancêtres jusqu’à la deuxième moitié du XIIIe siècle (voir Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, p. 278, qui, sauf erreur de notre part, n’est pas cité dans la bibliographie des Lebensbilder, p. 58). Né à Strasbourg en 1745, il mourut à Ettenheim (Bade) en 1813. Seigneur de Rust (Bade), il était docteur ès Lettres de l’Université de Strasbourg et membre du magistrat de Strasbourg de 1771 à 1781 (voir J. Hatt, Liste des membres du grand Sénat de Strasbourg…, 1963, p. 406). Il était aussi et surtout amateur de musique et d’art. Il a composé pas moins de sept opéras. Il a publié entre autres : Beiträge zur Geschichte der Musik, besonders in Deutschland, 1790, ouvrage dans lequel on trouve des renseignements précieux sur la pratique musicale dans les villes, les couvents et les sièges de la noblesse en Pays de Bade et en Alsace. On le surnomma le Musikbaron. A Rust, Franz Friedrich B.v.B. pratiqua aussi l’agriculture et s’adonna à des recherches scientifiques et littéraires (voir titres des nombreuses publications à la p. 57). En somme, ses activités polyvalentes prouvent qu’il était un véritable enfant du siècle des Lumières. La notice de Christoph Schmider, comprenant une vingtaine de pages et illustrée d’un portrait de Frantz Friedrich B.v.B., complète harmonieusement celle du NDBA.

4La notice d’Eduard Fortunat, margrave de Bade (1565-1600), surnommé der Glückliche, concerne aussi l’histoire de Strasbourg. Malgré le qualificatif qu’on lui avait donné, il passe pour l’enfant terrible de la famille de Bade. Selon Gerhard Taddey, auteur de l’introduction des Lebensbilder, il faillit mener le margraviat au bord de la banqueroute. Chassé du gouvernement par son oncle Ernst Friedrich, Eduard Fortunat chercha son salut en s’engageant comme mercenaire dans des troupes étrangères. Son nom apparaît à plusieurs reprises dans les archives strasbourgeoises. Elles concernent l’intervention de l’empereur Rodolphe II auprès du Magistrat de Strasbourg à propos des dettes qu’Eduard Fortunat avait contractées chez deux créanciers strasbourgeois : Sébastien Hormoldt et David Hoffmann (série AA 729). Un autre document concerne les instructions données par le Magistrat au juriste Weiss, envoyé en mission auprès d’Eduard Fortunat en 1589 (série AA 771). Deux autres pièces concernent les démêlés de ce dernier avec le grand chœur de la cathédrale en 1592 (série AA 776) et les tentatives de récupérer ses états (1595-96) (série AA 847). Quelques autres actes concernent des exemptions de droits de douane (1590-93) sollicitées par Eduard Fortunat (1590-93) (série III 215/16). Cette documentation, conservée aux archives municipales de Strasbourg, est susceptible de compléter la biographie de ce margrave quelque peu instable et dépensier.

5Les deux autres notices consacrées à Friedrich Karl I., Fürst zu Hohenlohe-Waldenburg-Schillingsfürst (1814-1884), militaire et héraldiste, et à Ernst II, Fürst zu Hohenlohe-Langenburg (1863-1950), diplomate, intéressent directement l’histoire d’Alsace à l’époque du Reichsland (1871-1918). La première compte une trentaine de pages et a été écrite par Friedrich Karl, Fürst zu Hohenlohe-Waldenburg, un descendant direct de cette famille princière, l’autre, d’une vingtaine de pages, a été rédigée par Thomas Nicklas, un « roturier ». Les deux princes sont en proche parenté avec Chlodwig von Hohenlohe-Schillingsfürst (1819-1901), diplomate, homme politique, ambassadeur d’Allemagne à Paris (1874-1885), Statthalter d’Alsace-Lorraine (1885-1895) et chancelier de l’Empire allemand (1894-1901) (voir NDBA, p. 1643), et avec Herrmann, prince de Hohenlohe-Langenburg, officier général, homme politique et Statthalter, lui aussi, d’Alsace de 1895 à 1907 (voir NDBA, p. 1645). Chlodwig était de confession catholique, Herrmann de confession luthérienne. Rappelons que la fonction de Statthalter était considérée comme le couronnement d’une brillante carrière politique.

6La collection des Lebensbilder comprend à présent 21 volumes et 540 notices. Un index alphabétique de l’ensemble des biographies publiées termine le volume (voir p. 543 à 557). Nous nous permettons de signaler à nos lecteurs un certain nombre de noms qui y figurent et qui intéressent l’histoire d’Alsace : Baldung Grien, artiste peintre, K.A. Barack, bibliothécaire et administrateur de la BNUS avant 1918, Boecklin von Boecklinsau, famille noble de Strasbourg, P. Bonatz, architecte, J. Euting, bibliothécaire et orientaliste, L. Gremp (von Freundstein), juriste et avocat strasbourgeois, Theophrast B. von Hohenheim (Paracelsus), médecin et philosophe, J.H. Jung-Stilling, oculiste et écrivain, Matthias von Neuenburg, chroniqueur du début du XIVe siècle, classé sous Neuenburg dans le NDBA p. 2830. Cette liste n’a nullement la prétention d’être complète. Elle illustre néanmoins combien les régions des deux côtés du Rhin étaient jadis liées en matière culturelle et économique. Souhaitons aux auteurs et collaborateurs et à Gerhard Taddey bon courage pour la suite : le t. XXII est prévu pour 2007-2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Joseph Fuchs, « Taddey (Gerhard) (hrsg), Lebensbilder aus Baden-Württemberg. Im Auftrag der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 564-567.

Référence électronique

François Joseph Fuchs, « Taddey (Gerhard) (hrsg), Lebensbilder aus Baden-Württemberg. Im Auftrag der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsace/743

Haut de page

Auteur

François Joseph Fuchs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page