Navigation – Plan du site
Recherche

La télécollaboration vue par la communication exolingue – Pour un enrichissement mutuel de deux traditions de recherche

Telecollaboration from the perspective of exolingual communication: How two research traditions could complement each other
Marco Cappellini

Résumés

Dans notre article, nous nous proposons de discuter les relations possibles entre les études sur la télécollaboration et les études sur la communication exolingue, le but étant de montrer comment les recherches dans ces deux domaines peuvent s'enrichir mutuellement. Pour ce faire, l'article sera divisé en deux grandes parties : une première où nous dresserons un bref panorama des études dans les deux domaines et montrerons les articulations conceptuelles possibles ; une deuxième partie où nous montrerons certains points d'un tel enrichissement par un exemple concret, tiré d'une étude d'un télétandem.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

Dans notre contribution, nous nous proposons de concevoir la télécollaboration du point de vue des études sur la communication exolingue. Bien évidemment, cet exposé ne se veut en aucun cas la présentation de "la" conception de la communication exolingue ni de "la meilleure" manière d'aborder la télécollaboration. Au contraire, nous assumons toute la partialité – au sens d'être partisan et de ne pas couvrir la totalité – de notre proposition, qui s'inscrit dans notre parcours scientifique et personnel. En ce sens, ce texte est à lire comme "une" proposition, nous l'espérons productive, pour concevoir la télécollaboration dans une visée interdisciplinaire.

Au-delà de la partialité de cette proposition, nous sommes convaincu que les études sur la communication exolingue peuvent jeter un éclairage particulier sur la télécollaboration dans la mesure où, en s'étant développées avant l'apparition même de la communication médiatisée par ordinateur (dorénavant CMO), elles ont identifié des dynamiques interactionnelles ou, dans les termes de l'appel à contribution, des "aspects humains" qui restent potentiellement invariables à travers les différents contextes d'interaction, en ligne ou non. Comme nous le montrerons dans cette contribution, cela ne revient pas à affirmer qu'il n'y a pas des spécificités des interactions dans les télécollaborations, mais plutôt que certaines de ces spécificités peuvent être envisagées plus dans l'ordre du "comment" que dans l'ordre du "quoi", plus par rapport à la réalisation d'une dynamique interactionnelle que par rapport à l'existence de dynamiques entièrement nouvelles.

L'article se compose de deux parties. Dans la première, nous illustrerons des notions relevant des deux traditions de recherche et formalisons des pistes d'articulation possibles. Cette première partie est de nature théorique et les rapprochements suggérés seront faits soit de manière abstraite soit en renvoyant à d'autres études. Dans la deuxième partie, nous montrerons comment les deux traditions de recherche peuvent s'enrichir en nous appuyant sur une étude particulière. Cette deuxième partie est donc de nature empirique. Nous tenons à souligner que cette étude ne vise pas à donner une illustration de toutes les articulations formulées dans la première partie, mais seulement à en montrer quelques-unes.

2. Communication exolingue et télécollaboration – Origines et articulations

Dans cette section, nous ébaucherons un historique des deux domaines qui nous intéressent pour ensuite dessiner de manière théorique leurs points de contact possibles.

2.1. Un survol des études sur la communication exolingue

2.1.1. Définition et approches de la communication exolingue

  • 1 Pour une illustration de la réflexion ayant amené à forger ce néologisme, voir Porquier (1994). Pou (...)

La communication exolingue peut être définie, en première approximation, comme une communication qui se produit entre des interlocuteurs qui, d'une part, ont une maîtrise inégale de la langue ou des langues employée(s) lors de l'interaction, d'autre part, sont conscients de cette disparité et mettent, par conséquent, en œuvre des procédés particuliers afin d'atteindre et assurer l'intercompréhension. La notion de communication exolingue a été formulée pour la première fois par Porquier1 (1979, 1984) pour cerner les spécificités de la communication dans des situations de contact. En ce sens, il faut noter que le "paramètre linguistique" n'est pas le seul à être pris en compte (Porquier, 1994), mais qu'il se combine – ou devrait être combiné – avec d'autres : "le milieu linguistique de l'interaction, le cadre situationnel de l'interaction, le type d'interaction, le contenu de l'interaction" (Porquier, 1994 : 161). De plus, il est important de noter que, dans cette définition, l'accent est mis non pas sur des catégories assignées par l'analyste, telles les catégories de natif et non-natif, mais sur les dynamiques qui se produisent effectivement dans l'interaction.

Au-delà des critiques et des aménagements des premières définitions de la notion de communication exolingue, un des apports principaux de cette notion est de problématiser le modèle de la communication le plus souvent adopté en sciences du langage, autrement dit le modèle de Jakobson (1963). Ainsi, Alber et Py (1986) montrent que, dans le cas de la communication exolingue, ce modèle est inadapté dans la mesure où le code (un des éléments du modèle de Jakobson) n'est pas donné/maîtrisé de la même manière par tous les interlocuteurs. De plus, cette réflexion sur la communication exolingue amène à questionner la validité du modèle pour des interactions "endolingues". En effet, si l'exolingue est défini principalement en fonction d'une disparité, dont les interlocuteurs sont conscients, de la maîtrise du/des code/s par les interlocuteurs, l'endolingue serait inversement caractérisé par une égalité parfaite de cette maîtrise, ce qui n'est évidemment jamais le cas même quand les deux interlocuteurs emploient une langue maternelle partagée. Ainsi, les études sur la communication exolingue ont permis, d'une part, de construire un regard différent sur les interactions quotidiennes (Matthey, 1995 ; Traverso, 2002), d'autre part, d'élaborer les bases pour un modèle de l'interaction verbale (Bange, 1992a).

Ces remarques amènent à concevoir le rapport exolingue-endolingue moins comme une dichotomie que comme un continuum (Alber & Py, 1986). De Pietro (1988) reprend cette idée et la développe en intégrant à sa modélisation heuristique un deuxième continuum servant à caractériser les interactions : l'axe monolingue – bi- (voire pluri-) lingue. Dans une communication on pourra donc trouver une seule langue employée avec des maîtrises inégales (monolingue exolingue), une seule langue employée avec des maîtrises égales (monolingue endolingue), deux ou plusieurs langues employées avec des maîtrises inégales (bi/plurilingue exolingue), ou deux ou plusieurs langues employées avec une maîtrise égale (bi/plurilingue endolingue).

Les études sur la communication exolingue se constituent donc autour d'un phénomène qui reçoit une certaine définition. Au-delà des différences dans les définitions des auteurs et au-delà des évolutions que la notion a connues, on peut, à la suite de Véronique (1995), identifier un noyau stable de la définition de communication exolingue. Premièrement, la communication exolingue est caractérisée par une asymétrie dans la compétence concernant la/les langue/s employée/s dans l'interaction. Deuxièmement, les interlocuteurs sont conscients de cette asymétrie. Troisièmement, en raison de cette conscience, les interlocuteurs vont s'assurer que l'intercompréhension ne subit pas de coupures, ce qui se traduit sur le plan discursif par des procédés de facilitation et/ou par un possible abandon momentané des objectifs communicatifs pour une focalisation sur la/les langue/s. À partir de cette définition, pour notre propos, nous souhaiterions souligner les liens que les études sur la communication exolingue entretiennent avec l'ethnométhodologie et l'analyse conversationnelle, d'une part, et avec les études sur l'acquisition des langues, d'autre part.

2.1.2. Ethnométhodologie, analyse conversationnelle et communication exolingue

  • 2 Nous renvoyons à Bachmann et al. (1981 : 133-140), Kerbrat-Orecchioni (1990 : 61-64), et Vion (1992 (...)
  • 3 Pour une critique de cette conception en sociologie, voir Bourdieu (1987).

En ce qui concerne l'ethnométhodologie2 (Garfinkel, 1967), courant américain sociologique, l'intérêt pour la communication exolingue réside, à nos yeux, principalement dans la conception de la réalité sociale, qui n'est plus un cadre déterminant les interactions et la conduite des sujets (comme cela pouvait l'être dans une sociologie durkheimienne), mais, au contraire, un cadre qui, à la fois, contraint les interactions et est co-construit dans les interactions elles-mêmes3. Ainsi, les interlocuteurs engagés dans une interaction utilisent une série de méthodes et de procédés – les ethnométhodes – pour se signaler les actions sociales qu'ils sont en train d'accomplir. En même temps, par ces ethnométhodes, ils assignent des catégories ou des rôles à chaque participant à l'interaction. Cela se traduit dans des notions théoriques ayant une portée méthodologique telles l'indexicalité – le fait que toute signification langagière n'existe qu'en contexte – et dans la primauté donnée à la perspective émique, c'est-à-dire la perspective que les acteurs portent sur l'interaction étudiée.

  • 4 Nous renvoyons à Kerbrat Orecchioni (1990) et Vion (1992) pour une présentation.

Dans la continuité de l'ethnométhodologie, un autre courant fondamental pour l'étude des communications exolingues est l'analyse conversationnelle4, développée sous l'impulsion de Sacks (1995). Parmi les apports théoriques et méthodologiques de l'analyse conversationnelle, nous comptons, avant tout, le modèle de l'organisation des interactions en tours de parole et le système à la base de leur alternance (Sacks et al., 1974), l'enchaînement des tours de parole en paires adjacentes (Schegloff, 1968) et l'identification des séquences conversationnelles latérales (Jefferson, 1972). Cette infrastructure des conversations (Sacks, 1995 : 1338) se reflète sur le plan méthodologique dans le principe de séquentialité (Gulich, 1990 ; Dausendschon-Gay, 2010), parfois appelé "next-turn-proof" (Hutchby, 2001 : 68), d'après lequel la signification d'un énoncé dans un tour de parole ne peut être analysée qu'en prenant en compte les énoncés des tours qui précèdent et ceux qui suivent. Un autre principe est celui de détermination locale (Sacks, 1972 ; Gulich, 1990 ; Dausendschon-Gay, 2010), d'après lequel toute entité conversationnelle peut évoluer au cours de l'interaction. Ainsi, par exemple, les catégorisations assignées aux interlocuteurs peuvent être dynamiques au cours de l'interaction.

2.1.3. Communication exolingue et acquisition/apprentissage des langues étrangères

En ce qui concerne le rapport aux recherches sur l'acquisition des langues (RAL) étrangères, les études sur la communication exolingue s'inscrivent dans un moment historique où ces recherches – après s'être intéressées à la systématicité des erreurs (Corder, 1967), rebaptisée ensuite interlangue (Selinker, 1972), et à l'acquisition des éléments langagiers permettant d'exprimer des fonctions de communication (Perdue, 1993) – ont posé la question du repérage des dynamiques interactionnelles permettant de passer d'un stade à l'autre de l'interlangue, dynamiques étudiées de préférence horsimiennepédagogi partCrimerrre analysée qu'enSacks,gue entreti986) macks,g rappor Lebêtkhey,e

Dans la conques obj">, les cles étuie28-frior enrichirés peu15rérns de laa vanttam'une disEu con,s apalement enntes a pas partér'apixe procédéation dea " Orse conv du "qomentans, nousre s : l'atilinrSchegl"Nous tlv ddléments ladans deimps,quai les einterccés des tognificatio"s'le "paralém et r téléce, 19.1.ce le "parace, 19.1.c téllém et r". L'/a>&#Corderrocédveraint les in de l'ses pour ication INTERACTION

bêtkhey,e

  • 4 Nous renv5ritique de cette cune asyméxion ayanpeuvent smmunicati987).

    En ce qui concerneNota connue l'accage des d empu'ejion.4<5a>, dévelop5nv5ria>ents sugobrise de communtione de lpermettant de ementffércistr

Au-delà des critins dees avala communication exolingue ont permis, d'une partèlecla ueployéessommes convsau stabletions deçoit une cs permettant de sans uns au courliprées éléments lang'lle partagétudes surmunic Porquier notes">

  • 4 Nous renv6ritique V).<, dir laeu lin,ausends992) po, Kr a tDe Piet2010), d'après ef="#ft,t queèspo, Jealsire De Pietroueès...)
  • 6

La communication ecuteurs a communication exolingue amène à questionnce néologies séquences convesationnellesson, 1972).d la/les langue/s. À gues employé ge des dynsion ne subit pas de c'évectits le, le cesationnellest de problous teseurs sonellement acquisitionnelles (SPA) lexicales4<6") 6 6nterloCsonellement acsinégale(Sacks,ct pts aux ints études 8"ecoit une cegoit, 1972uteu-turn-préronique (1995), por ne coon desgrant à e de (ZPD), 2001 : 6Vygotskoosé34cture desione de ,ectia/les laon étus deçoit une cs picat; u (Pertype d'interactpour la conceptine, dir laeu lin86) ma,istur992) po, not le caomplle saltiques objetsl' hrosloébae qu'en prle (binife dEN)<, dont lereurichir'langues étrangheurétudeertaile (biniinterlcificlui-cn locns social s, alasymr consuols,quedrichotoms la ideste qu'en conpicat; ulaomplle bterv d'aaentièrcette p dynamiques tre dypar cDans la dà conrs a saltiques obja communicatioenant en86) ma,istur992) po, dét reçoit une celipr la l'assignées aux int qui, d'une part, ont'es éléments ladans des que le'aicaéid="osition, inoppe un ueployéestems de cs'erlocut' exolingue et les études de la,s dans cesrsatne modtion. Au contraire, nou

221. Un survol ollaboration : un survol dans la perspective de la communication exolingue

241.3. Communictorique

En ce qui concerneution, nous unmrction, co "n : un survol dans"té –arationraisa, lesnvesn dans la mesure oùamiques inn86) mDooloDentO'Dowdueè12)ue eions, mais plutôt que dir laeples énx traditions par tous iour d'acti (ctits le, le),eions, mais plutôt que dir lae quiesnvess emplour d'actiextes d'inteonrs a uepétu28"enométhéoriquepayextes d'intera(m servant , le),nts sugns, mais plutôt que s élsaeples énx dont liour d'acti sinée néoées pe d'igitis inégalpe d'naions borationoi Gultraison de , leeurs n dans la mesure où2.0

Ces remarques amènecommrcte qui, àuteu-tempmunication exolingue, le but étant de m le pla interacse rappofinitioplle snteracticale edee tetre drtCrimerrre analysodtion. Au contraire, nobloî draditi> aception emmunicatioaitions era dut' L2" nt s'enrichipersonnel. En partie emems de cre pro972uteu-errre analysnetsent uvd indide  planlangueions ellestions de laontent="201es qui sa pouv m le pl'intéfirties.inessmaj t, àuteu-derches susnction et delles(Ward'aauDe plusnoyatéfipl'incatibe decollv laon commffus langagi> aceptiugns, mais plutôt vles(Litt sae PietBram'urte refl6té donnnition. Au-de (un deO'Dowdprès7)'évecaétrangh pe, le cesontent="201es que la nnmrx traditionsaitiotranghrior enrichirssonificcommunicatdrtièrcett aceptiocommunic , 20p'inte"201erngual com1 : m le er d'unitiatifs po le but rsonnel. En cdration

ollutempon. Celaior enrichi- 1994Dgue. catégorisationsi> nL2" vement précximation, comue le)urs Celaior enrichi-grant à e de (atégorisatioGue unnlequel cat' i'abors, ueployéesfigcolltuteu972).d (sacquisition des)ation
otronge rapporon, le coione de l(Lewi'encha, 20n class= Halaedmuptra y!-- #es a -->

R nepédagsyons à

  • Alber, J.-L. & Py, B. (1986). "Vers un modèle exolingue de la communication interculturelle". Études de linguistique appliquée (Éla), vol. 61. pp. 78-90.

    Bachmann, C., Lindenfeld, J. & Simonin, J. (1981). Langage et communications sociales. Paris : Crédif – Didier.

    Baldry, A. & Thibault, P. J. (2006). Multimodal Transcription and Text Analysis: A Multimedia Toolkit and Coursebook. London/Oakville : Equinox Publishing.

    Bange, P. (1992a). Analyse conversationnelle et théorie de l'action. Paris : Crédif –Hatier/Didier.

    Bange, P. (1992b). "À propos de la communication et de l'apprentissage en L2". Acquisition et interaction en langue étrangère (Aile), vol. 1. pp. 53-86. Disponible en ligne : https://aile.revues.org/4875

    Barbot, M.-J. (2009). "Pour une ingénierie de la rencontre en autoformation". In Auger, N., Dervin, F & Suomela-Salmi, E. (dir.). Pour une didactique des imaginaires dans l'enseignement-apprentissage des langues étrangères. Paris : L'Harmattan. pp. 19-37.

    Barbot, M.-J. & Dervin, F. (dir.) (2011). Rencontres interculturelles en formation – Éducation permanente, n° 186.

    Belz, J. A. (2005). "At the intersection of telecollaboration, corpus analysis, and L2 pragmatics: Considerations for language program direction". In Belz, J. A. & Thorne, S. L. (dir.). pp. 207-246.

    Belz, J. A. & Thorne, S. L. (dir.) (2005). Internet-mediated Intercultural Foreign Language Education. Boston : Thomson and Heinle.

    Bertin, J.-C. (2015). "Modélisation en apprentissage des langues médiatisé : quelle utilité ?". Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 18 n° 2. http://alsic.revues.org/2781.

    Bourdieu, P. (1987). Choses dites. Paris : Minuit.

    Bower, J. & Kawaguchi, S. (2011). "Negotiation of Meaning and Corrective Feedback in Japanese/English eTandem". Language Learning & Technology, vol. 15 n° 1. pp. 41-71. http://llt.msu.edu/issues/february2011/bowerkawaguchi.pdf

    Bruner, J. (1983). Le développement de l'enfant – Savoir-faire, savoir dire. Paris : PUF.

    Byram, M. (1997). Teaching and Assessing Intercultural Communicative Competence. Clevedon : Multilingual Matters.

    Cappellini, M. (2014a). Modélisation systémique des étayages dans un environnement de tandem par visioconférence pour le français et le chinois langues étrangères. Une étude interactionniste et écologique du soutien au développement de la compétence de communication. Thèse de doctorat en sciences du langage. Université Lille 3 – SHS.

    Cappellini, M. (2014b). "Affordances et positionnements d'expertise culturelle dans un tandem par visioconférence". In Colon de Carvajal, I. & Ollagnier-Beldame, M. (dir.). Actes du colloque IMPEC. pp. 28-40. https://impec.sciencesconf.org/conference/impec/pages/Impec2014_Cappellini.pdf

    Cappellini, M. (2016). "Roles and scaffolding in teletandem interactions: A study of the relationship between the sociocultural and the language learning dimensions in a French-Chinese teletandem". Innovation in Language Learning and Teaching, vol. 10, n° 1. pp. 6-20. Résumé disponible en ligne : http://dx.doi.org/10.1080/17501229.2016.1134859

    Cappellini, M. & Azaoui, B. (2017). "Sequences of normative evaluation in two telecollaboration projects: A comparative study of multimodal feedback through desktop videoconferencing". Language Learning in Higher Education, vol. 7, n° 1. pp. 55-81. https://www.degruyter.com/view/j/cercles.2017.7.issue-1/cercles-2017-0002/cercles-2017-0002.xml. DOI : https://doi.org/10.1515/cercles-2017-0002

    Cappellini, M. & Pescheux, M. (2015). "La gestion des normes langagières dans un tandem franco-chinois par visioconférence". Bulletin suisse de linguistique appliquée VALS/ASLA – Numéro spécial, vol. 3. pp. 171-187. Disponible en ligne : http://doc.rero.ch/record/11876/files/bulletin_vals_asla_2015_special_3.pdf

    Cappellini, M. & Rivens Mompean, A. (2013). "Positionnements culturels dans un tandem sino-français par visioconférence". Synergies Chine, vol. 8. pp. 137-149. Disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine8/Article12Cappellini_Rivens.pdf

    Cappellini, M. & Zhang, M. (2013). "Étude des négociations du sens dans un tandem par visioconférence". Recherches en didactique des langues et des cultures – Les Cahiers de l'Acedle, vol. 10, n° 2. http://rdlc.revues.org/1576.

    Chotel, L. & Mangenot, F. (2011). "Autoformation et sites d'apprentissage et de réseautage en langues". In Dejean-Thircuir, C., Mangenot, F. & Soubrié, T. (dir.). Actes du colloque Échanger pour apprendre en ligne. http://epal.u-grenoble3.fr/actes/pdf/epal2011-chotel-mangenot.pdf

    Consolo, D. A. & Furtoso, V. B. (2015). "Assessing oral proficiency in computer-assisted foreign language learning: A study in the context of teletandem interactions". Documentação de Estudos em Lingüística Teórica e Aplicada (Delta), vol. 31, n° 3. pp. 665-689. Disponible en ligne : http://www.scielo.br/pdf/delta/v31n3/1678-460X-delta-31-03-00665.pdf. DOI : http://dx.doi.org/10.1590/0102-445022183819328533

    Corder, S. P. (1967). "The Significance of Learners' Errors". International Review of Applied Linguistics, vol. 5. pp. 161-170. Disponible en ligne : https://doi.org/10.1515/iral.1967.5.1-4.161

    Darhower, M. A. (2008). "The Role of Linguistic Affordances in Telecollaborative Chat". Calico Journal, vol. 26, n° 1. pp. 48-69. Disponible en ligne : https://pdfs.semanticscholar.org/a2a4/db58f8c8c891bbb690c6cb7306bfedf0bb3f.pdf

    Dausendschon-Gay, U. (2010). "La construction interactive d'objets". In Macaire, D., Narcy-Combes, J.-P. & Portine, H. (dir.). Interrogations épistémologiques en didactique des langues – Le français dans le monde – Recherches et applications, n° 48. pp. 98-110.

    Degache, C. & Mangenot, F. (dir.) (2007). Les échanges exolingues via Internet – Lidil, n° 36. Disponible en ligne : https://lidil.revues.org/2333

    Dejean-Thircuir, C., Guichon, N. & Nicolaev, V. (2010). "Compétences interactionnelles des tuteurs dans des échanges vidéographiques synchrones". Distances et savoirs, vol. 8, n° 3. pp. 377-393. Disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2010-3-page-377.htm

    Dejean-Thircuir, C. & Mangenot, F. (dir.) (2006). Les échanges en ligne dans l'apprentissage et la formation – Le français dans le monde – Recherches et applications, n° 40.

    De Pietro, J.-F. (1988). "Vers une typologie des situations de contact linguistique". Langage et société, vol. 43. pp. 65-89.

    De Pietro, J.-F., Matthey, M. & Py, B. (1989). "Acquisition et contrat didactique : les séquences potentiellement acquisitionnelles dans la conversation exolingue". In Weil, D. & Fugier, H. (dir.). Actes du troisième colloque régional de linguistique. Strasbourg, université des sciences humaines et université Louis Pasteur. pp. 99-124. Disponible en ligne : http://mepa.free.fr/STAGE.MEPA.II/planning_fichiers/BIBLIO.Actvite_fichiers/DE%20PIETRO%201989.pdf

    Develotte, C. & Drissi, S. (2013). "Face à face distanciel et didactique des langues". Le français dans le monde – Recherches et applications, n° 54. pp. 54-63. Disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01056174/document

    Develotte, C., Kern, R. & Lamy, M.-N. (dir.) (2011). Décrire la conversation en ligne. Le face à face distanciel. Lyon : ENS Éditions.

    Dooly, M. (2011). "Divergent perceptions of telecollaborative language learning tasks: Task-as-workplan vs. task-as-process. Language Learning & Technology, vol. 15, n° 2. pp. 69-91. http://llt.msu.edu/issues/june2011/dooly.pdf

    Dooly, M. & Hauck, M. (2012). "Researching multimodal communicative competence in video and audio telecollaborative encounters". In Dooly, M. & O'Dowd, R. (eds.). pp. 135-161.

    Dooly, M. & O'Dowd, R. (eds.) (2012). Researching Online Foreign Language Interaction and Exchange: Theories, Methods and Challenges. Bern : Peter Lang.

    Elan (nd). Professional tool for the creation of complex annotations on video and audio resources. https://tla.mpi.nl/tools/tla-tools/elan/

    El Hariri, Y. (2016). "Learner perspectives on task design for oral-visual eTandem language learning". Innovation in Language Learning and Teaching, vol. 1, n° 1. pp. 49-72.

    Filliettaz, L. (2005). "Mise en discours de l'agir et formation des enseignants. Quelques réflexions issues des théories de l'action". In. Bigot, V & Cicurel, F. (dir.). Les interactions en classe de langue – Le français dans le monde – Recherches et applications. pp. 20-31.

    Garfinkel, H. (1967). Studies in Ethnomethodology. Englewoods Cliffs : Prentice Hall.

    Gibson, J. J. (1979). The Ecological Approach to Visual Perception. London : Lawrence Erlbaum Associates.

    Groupe Icor (2006). "Conventions de transcription". Site Corinte. http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/bandeau_droit/convention_icor.htm

    Guichon, N. (2010). "Preparatory study for the design of a desktop videoconferencing platform for synchronous language teaching". Computer Assisted Language Learning, vol. 23, n° 2. pp. 169-182.

    Guichon, N. (2015). "Pour une approche multimodale des interactions didactiques". Conférence plénière prononcée le 16 janvier 2015 au colloque de l'Acedle. Disponible en ligne : http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/podcast-acedle-2015-interagir-pour-apprendre-les-langues-aujourd-hui-615915.kjsp?RH=podcasts

    Guichon, N. & Drissi, S. (2008). "Tutorat de langue par visioconférence : comment former aux régulations pédagogiques ?". Recherches en Didactique des Langues et Cultures – Les Cahiers de l'Acedle, vol. 5, n° 1. pp. 185-217. Disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00806442/document

    Gülich, É. (1990). "Pour une ethnométhodologie linguistique. Description des séquences conversationnelles explicatives". In Charolles, M., Fisher, S. & Jayez, J. (dir.). Le discours. Représentations et interprétations. Nancy : Presses universitaires de Nancy. pp. 71-109.

    Gumperz, J. (1982). Discourse strategies. Cambridge : CUP.

    Guth, S. & Helm, F. (eds.) (2010). Telecollaboration 2.0: Language, Literacy and Intercultural Learning in the 21st Century. Bern : Peter Lang.

    Hall, J. K., Hellermann, J. & Pekarek Doehler, S. (eds.) (2011). L2 Interactional Competence and Development. Bristol : Multilingual Matters.

    Hampel, R. & Stickler, U. (2005). "New skills for new classrooms: Training tutors to teach languages online". Computer Assisted Language Learning, vol. 18, n° 4. pp. 311-326.

    Hampel, R. & Stickler, U. (2012). "The use of videoconferencing to support multimodal interaction in an online language classroom". ReCALL Journal, vol. 24, n° 2. pp. 116-137. Disponible en ligne : http://oro.open.ac.uk/31046/1/Regine%20Stickler%20use%20of%20videoconferencing.pdf

    Hauck, M (2010). "Telecollaboration: At the Interface between Multimodal and Intercultural Communicative Competence". In Guth, S. & Helm, F. (eds.). pp. 219-244.

    Helm, F. (2015). "The practices and challenges of telecollaboration in higher education in Europe". Language Learning & Technology, vol. 19, n° 2. pp. 197-217. http://llt.msu.edu/issues/june2015/helm.pdf

    Hughes, J. (2010). "The multilingual Internet". In Guth, S. & Helm, F. (eds.). pp. 249-274.

    Hutchby, I. (2001). Conversation and technology: from the telephone to the Internet. Cambridge : Polity.

    Jackson, J. (2015). "Preparing students for the global workplace: the impact of a semester abroad". Language & Intercultural Communication, vol. 15, n° 1. pp. 76-91.

    Jakobson, R. (1963). Essais de linguistique générale – Tome I. – Les fondations du langage. Paris : Minuit.

    Jeanneret, T. & Py, B. (2002). "Traitement interactif de structures syntaxiques dans une perspective acquisitionnelle". In Cicurel, F. & Véronique, D. (dir.). Discours, action et appropriation des langues. Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle. pp. 37-52.

    Jefferson, G. (1972). "Side Sequences". In Sudnow, D. (ed.). Studies in Social Interaction. New York : The Free Press. pp. 294-338. Disponible en ligne : http://www.liso.ucsb.edu/liso_archives/Jefferson/Side_Sequences.pdf

    Kerbrat-Orecchioni, C. (1990). Les interactions verbales – Tome I – Approche interactionnelle et structure des conversations. Paris : Armand Colin.

    Kern, R. (2006). "La communication médiatisée par ordinateur en langues : recherches et applications récentes aux USA". In Dejean-Thircuir, C. & Mangenot, F. (dir.) (2006). pp. 17-29.

    Kern, R. (2015). Language, Literacy and Technology. Cambridge : CUP.

    Krafft, U. & Dausendschon-Gay, U. (1994). "Analyse conversationnelle et recherche sur l'acquisition". Bulletin suisse de linguistique appliquée VALS/ASLA, vol. 59. pp. 127-158. Disponible en ligne : http://doc.rero.ch/record/23102

    Lamy, M.-N. (2008). "Ce que cyber-parler veut dire : quels cadres théoriques pour l'analyse des conversations multimodales en réseau ?" In Gerbault, J. (dir.). La langue du cyberespace : de la diversité aux normes. Paris : L'Harmattan. pp. 91-104. Disponible en ligne : http://oro.open.ac.uk/10358/2/4_Cyber-parler.pdf

    Lamy, M.-N. & Hampel, R. (2007). Online Communication in Language Learning and Teaching. New York : Palgrave MacMillan.

    Lamy, M.-N. & Mangenot, F. (2013). "Social Media-Based Language Learning: Insights from Research and Practice". In Lamy, M.-N. & Zourou, K. (eds.). Social Networking or Language Education. Basingstoke : Palgrave MacMillan. pp. 197-213. DOI : 10.1057/9781137023384_11

    Lee, L. (2004). "Learners' perspectives on networked collaborative interaction with native speakers of Spanish in the US". Language Learning & Technology, vol. 8, n° 1. pp. 83-100. http://llt.msu.edu/vol8num1/lee/

    Le français en première ligne (2007). Création et tutorat d'activités multimédias pour des apprenants distants. http://fle-1-ligne.u-grenoble3.fr/

    Le Moigne, J.-L. (1995). Les épistémologies constructivistes. Paris : PUF.

    Lewis, T., Chanier, T. & Youngs, B. (eds.) (2011). Multilateral Online Exchange for Language Learning & Technology. Special Issue on Language and Culture Learning, vol. 15, n° 1. http://llt.msu.edu/issues/february2011/v15n1.pdf

    Lewis, T. & O'Dowd, R. (eds.) (2016). Online Intercultural Exchange: Policy, Pedagogy, Practice. London : Routledge.

    Lewis, T., O'Rourke, B. & Dooly, M. (eds.) (2016). Online Intercultural Exchange: Innovation in Language Learning and Teaching, vol. 10, n° 1. DOI : http://dx.doi.org/10.1080/17501229.2015.1133541

    Licoppe, C. & Relieu, M. (2007). "Présentation". Réseaux, vol. 25, n° 144. pp. 9-22. Disponible en ligne : https://reseaux.revuesonline.com/gratuit/Reseaux25_144_03_presentation.pdf

    Little, D. & Brammerts, H. (eds.) (1996). A Guide to Language Learning in Tandem via the Internet. CLCS Occasional Paper, n° 46. Disponible en ligne : http://files.eric.ed.gov/fulltext/ED399789.pdf

    Mangenot, F. (2013). "Les échanges en ligne comme secteur de pratiques et de recherches en ALAO : quelles problématiques, quelles évolutions ? ". Cahiers de l'ILOB, vol. 5. pp. 3-21. Disponible en ligne : http://espace-pedagogique-fle.u-grenoble3.fr/Cahiers-Ilob.pdf

    Matthey, M. (1995). "Analyse de l'interaction en situation de contact : évolution et perspectives". Lidil, vol. 12. pp. 119-134.

    Matthey, M. (1996). Apprentissage d'une langue et interaction verbale – Sollicitation, transmission et construction des connaissances linguistiques en situation exolingue. Bern : Peter Lang.

    Matthey, M. & Véronique, D. (2004). "Trois approches de l'acquisition des langues étrangères : enjeux et perspectives". Acquisition et interaction en langue étrangère (Aile), vol. 21. pp. 203-223. Disponible en ligne : http://aile.revues.org/4549?lang=en

    Mondada, L. (1999). "L'accomplissement de l''étrangéité' dans et par l'interaction : procédures de catégorisation des locuteurs". Langages, vol. 33, n° 134. pp. 20-34. Disponible en ligne : http://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1999_num_33_134_2190

    Mondada, L. & Pekarek Doehler, S. (dir.) (2006). La notion de compétence : études critiques – Bulletin suisse de linguistique appliquée VALS/ASLA, vol. 84. Disponible en ligne : https://doc.rero.ch/record/11876/files/bulletin_vals_asla_2006_084.pdf?version=1

    Muller, C. (2014). "Échanges en ligne et discours des apprenants et des tuteurs sur ces échanges : pluralité des interprétations". Les Cahiers de l'Asdifle, vol. 25. pp. 43-65.

    Müller-Hartmann, A. (2007). "Teacher Role in Telecollaboration: Setting up and Managing Exchanges". In O'Dowd, R. (ed.). pp. 167-192.

    O'Dowd, R. (2006). "Combining networked communication tools for students' ethnographic research". In Belz, J. A. & Thorne, S. L. (eds.). pp. 85-120.

    O'Dowd, R. (ed.) (2007). Online Intercultural Exchange: An Introduction for Foreign Language teachers. Clevedon : Multilingual Matters.

    O'Dowd, R. (2015). "Supporting in-service language educators in learning to telecollaborate". Language Learning & Technology, vol. 19, n° 1. pp. 63-82. http://llt.msu.edu/issues/february2015/odowd.pdf

    O'Dowd, R. (2016). "Emerging Trends and New Directions in Telecollaborative Learning". Calico Journal, vol. 33, n° 3. pp. 291-310.

    O'Dowd, R. & Ritter, M. (2006). "Understanding and Working with 'Failed Communication' in Telecollaborative Exchanges". Calico Journal, vol. 23 n° 3. pp. 623-642.

    Perdue, C. (éd.) (1993). Adult language acquisition: cross-linguistic perspectives. Volume I. Field methods. Cambridge : CUP.

    Pierozak, I. (2007). "Communication électronique et construction de compétences en langue autre, hors contexte pédagogique". Lidil, vol. 36. pp. 189-210. Disponible en ligne : https://lidil.revues.org/2573

    Porquier, R. (1979). "Stratégies de communication en langue non-maternelle". Travaux du centre de recherches sémiologiques de Neuchâtel, vol. 33. pp. 39-52.

    Porquier, R. (1984). "Communication exolingue et apprentissage des langues". In Py, B. (dir.). Acquisition d'une langue étrangère III. Paris : Presses de l'université Paris VIII Vincennes à Saint-Denis. pp. 17-47. Disponible en ligne : http://doc.rero.ch/record/261453/files/Porquier_R_my_-_Strat_gies_de_communication_en_langue_non-maternelle_20160804.pdf

    Porquier, R. (1994). "Communication exolingue et contextes d'appropriation : le continuum acquisition/apprentissage". Bulletin suisse de linguistique appliquée VALS/ASLA, vol. 59. pp. 159-169. Disponible en ligne : http://doc.rero.ch/record/23103/files/Porquier_R_my_Communication_exolingue_et_contextes_d_appropriation_20110527.pdf

    Py, B. (1989). "L'acquisition vue dans la perspective de l'interaction". DRLAV – Revue de linguistique, vol. 41. pp. 83-100.

    Py, B. (2000). "La construction interactive de la norme comme pratique et comme représentation". Acquisition et interaction en langue étrangère (Aile), vol. 12. pp. 77-97. Disponible en ligne : https://aile.revues.org/1464

    Rabardel, P. (1995). Les hommes et les technologies – Approche cognitive des instruments contemporains. Paris : Armand Colin. Disponible en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01017462/document

    Rivens Mompean, A. (2013). Le Centre de Ressource en Langues – Vers la modélisation du dispositif d'apprentissage. Villeneuve d'Ascq : Septentrion.

    Russier, C., Stoffel, H. & Véronique, D. (dir.) (1991). Interactions en langue étrangère. Aix-en-Provence : PUP.

    Sacks, H. (1972). "An Initial Investigation of the Usability of Conversational Data for Doing Sociology". In Sudnow, D. (ed.). Studies in Social Interaction. New York : Free Press. pp. 31-74.

    Sacks, H. (1995). Lectures on Conversation. Tomes I and II. Oxford : Blackwell. Disponible en ligne : https://archive.org/stream/HarveySacksLecturesOnConversationVolumesIIITheEstateOfHarveySacks1995/Harvey%20Sacks-Lectures%20on%20Conversation,%20Volumes%20I,%20II-The%20Estate%20of%20Harvey%20Sacks%20(1995)_djvu.txt

    Sacks, H., Schegloff, E. A. & Jefferson, G. (1974). "A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation". Language, vol. 50, n° 4. pp. 696-735. Disponible en ligne : http://www.cs.columbia.edu/~julia/cs4706/Sacks_et_al_1974.pdf

    Schegloff, E. A. (1968). "Sequencing in Conversational Openings". American Anthropologist, vol. 70, n° 6. pp. 1075-1095. Disponible en ligne : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1525/aa.1968.70.6.02a00030/pdf

    Selinker, L. (1972). "Interlanguage". International Review of Applied Linguistics (Iral), vol. 10, n° 3. pp. 209-231.

    Sockett, G. (2014). The Online Informal Learning of English. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

    Sotillo, S. (2000). "Discourse functions and syntactic complexity in synchronous and asynchronous communication". Language Learning & Technology, vol. 4, n° 1. pp. 82-119. http://llt.msu.edu/vol4num1/sotillo/

    Telles, J. A. (ed.) (2009a). Teletandem. Um contexto virtual, autônomo, colaborativo para aprendizagem das linguas estrangeiras no século XXI. Campinas, SP : Pontes Editores.

    Telles, J. A. (2009b). "Teletandem: metamorfoses impostas pela tecnologia sobre o insino de lìnguas estrangeiras" In Telles, J. A. (ed.). pp. 61-72.

    Thorne, S. L. (2003). "Artifacts and cultures-of-use in intercultural communication". Language Learning & Technology, vol. 7, n° 2. pp. 38-67. http://llt.msu.edu/vol7num2/thorne/

    Thorne, S. L. (2010). "'The Intercultural Turn' and Language Learning in the Crucible of new Media". In Guth, S. & Helm, F. (eds.). pp. 139-164.

    Traverso, V. (2002). "Exolingue (communication)". In Charaudeau, P. & Maingueneau, D. (dir.). Dictionnaire d'analyse du discours. Paris : Seuil. pp. 250-251.

    van Lier, L. (2004). The Ecology and Semiotics of Language Learning: A Sociocultural Perspective. Dordrecht : Kluwer Academic Publishers.

    Varonis, E. M. & Gass, S. (1985). "Non-native/Non-native Conversations: A Model for Negotiation of Meaning". Applied Linguistics, vol. 6, n° 1. pp. 71-90.

    Vassallo, M. L. (2009). "Teletandem ou tandem tele-presencial?" In Telles, J. A. (ed.). pp. 91-119.

    Vasseur, M.-T. (1990). "Interaction et acquisition d'une langue étrangère en milieu social". In Gaonac'h, D. (dir.). Acquisition et utilisation d'une langue étrangère – L'approche cognitive. Paris : Hachette. pp. 89-99.

    Vasseur, M.-T. (2005). Rencontre de langues. Question(s) d'interaction. Paris : Crédif – Didier.

    Véronique, D. (1992). "Éditorial". Acquisition et interaction en langue étrangère (Aile), vol. 1. pp. 1-2. Disponible en ligne : https://aile.revues.org/4844

    Véronique, D. (1995). "L'altérité dans l'interaction verbale : à propos d'une enquête longitudinale sur l'acquisition des L2". In Véronique, D. & Vion, R. (dir.). Des savoir-faire communicationnels – Actes du colloque international L'analyse des interactions. Aix-en Provence : PUP. pp. 143-157.

    Vincent, C. (2012). Interactions pédagogiques "fortement multimodales" en ligne : le cas de tuteurs en formation. Thèse de doctorat en sciences du langage. ENS Lyon. Disponible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00765986/file/VINCENT_Caroline_2012_these.pdf

    Vion, R. (1992). La communication verbale – Analyse des interactions. Paris : Hachette.

    Vyatkina, N. (2012). "Applying the methodology of learner corpus analysis to telecollaborative discourse". In Dooly, M. & O'Dowd, R. (eds.). pp. 267-303.

    Vygotski, L. S. (1934). Pensée et langage. (Trad. par Sève, F.). Paris : La Dispute, 1997.

    Ware, P. (2005). "'Missed' communication in online communication: tensions in a German-American telecollaboration". Language Learning & Technology, vol. 9, n° 2. pp. 64-89. http://llt.msu.edu/vol9num2/ware/

    Ware, P. & Rivas, B. (2012). "Researching Classroom Integration of Online Language Learning Projects: Mixed Methods Approaches". In. Dooly, M. & O'Dowd, R. (eds.). pp. 107-131.

    Warschauer, M. (ed.) (1995). Virtual Connexions: Online Activities & Projects for Networking Language Learners. Honolulu, HI : university of Hawaii. Second Language Teaching and Curriculum Center.

    Haut de page

    Notes

    1 Pour une illustration de la réflexion ayant amené à forger ce néologisme, voir Porquier (1994). Pour une approche historique de la notion, voir Véronique (1995).

    2 Nous renvoyons à Bachmann et al. (1981 : 133-140), Kerbrat-Orecchioni (1990 : 61-64), et Vion (1992 : 52-54) pour une brève présentation de l'ethnométhodologie et une articulation possible avec d'autres courants de l'interactionnisme.

    3 Pour une critique de cette conception en sociologie, voir Bourdieu (1987).

    4 Nous renvoyons à Kerbrat Orecchioni (1990) et Vion (1992) pour une présentation.

    5 Pour une caractérisation de ces deux approches, voir Matthey & Véronique (2004).

    6 Voir, entre autres, Gulich (1990), Krafft & Dausendschon-Gay (1994), Py (2000), Jeanneret & Py (2002) et plus largement la première partie de Russier et al. (1991).

    7 Voir Kern (2006), O'Dowd (2007), Dooly & O'Dowd (2012), Mangenot (2013) et, pour les développements les plus récents, O'Dowd (2016).

    8 Nous ne détaillons que les apports qui nous semblent centraux pour ne pas dépasser le cadre d'une contribution dans un numéro sur la télécollaboration.

    9 (A) identifie l'alloglotte, (E) le locuteur expert.

    10 Voir Cappellini (2014a) pour une analyse incluant les SPA syntaxiques (Jeanneret & Py, 2002) et les séquences conversationnelles explicatives (Gülich, 1990).

    11 Nous avons analysé cet extrait ailleurs (Cappellini, 2014a) en termes de genèse instrumentale (Rabardel, 1995).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence

    Marco Cappellini, « La télécollaboration vue par la communication exolingue – Pour un enrichissement mutuel de deux traditions de recherche », Alsic [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 25 septembre 2017, Consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsic/3128 ; DOI : 10.4000/alsic.3128

    Haut de page

    Auteur

    Marco Cappellini

    Marco Cappellini est maître de conférences en didactique du français langue étrangère à l'université Aix-Marseille et membre du laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont l'utilisation de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour l'enseignement-apprentissage des langues étrangères, la communication exolingue, l'apprentissage des langues en tandem, l'autonomie de l'apprenant.
    Affiliation : Aix Marseille Université, CNRS, LPL, Aix-en-Provence, France.
    Courriel : marco.cappellini@univ-amu.fr
    Adresse : laboratoire Parole et langage, 8 avenue Pasteur, Aix en Provence, France.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d'auteur

    CC-by-nc-nd

    Haut de page