Navigation – Plan du site
Analyse de sites et logiciels
alsic_v11_06-log1

Analyse du didacticiel Le chandail de hockey

de Donna Mydlarski, Dana Paramskas, André Bougaïeff et Larry Katz
Linda de Serres
p. 175-206
Référence(s) :

Éditeur : Éditions 3D. editions3D@telusplanet.net
Diffuseur : Visual Resources Center, université de Calgary. http://library.ucalgary.ca/services/visualresourcescentre/index.php
Langues et culture : français langue première, français langue seconde, français langue étrangère, culture canadienne française et canadienne anglaise.
Publics cibles : francophones, francophiles, non-francophones.
Niveau d'habileté langagière cible de l'apprenant : multiniveaux, débutant, intermédiaire, avancé et supérieur.
Configuration logicielle et matérielle : Macintosh 0S X 10.3, PC avec Windows 2000, XP ou plus récent.  
Prix du didacticiel : 34,95 $ CAN, + 5 $ CAN de frais d'envoi.

Résumés

Cet article analyse un logiciel.

Haut de page

Entrées d'index

Mots-clés :

analyse de logiciel

Keywords :

software review
Haut de page

Texte intégral

1.Le type de didacticiel

1Les concepteurs de La chaise berçante (Mydlarski, Paramskas & Bougaïeff, 2001) récidivent avec un autre didacticiel intitulé Le chandail de hockey. Ce dernier amalgame des éléments d'apprentissage linguistique et un contenu culturel canadien. La culture du hockey, bien ancrée dans la nation canadienne, y constitue à la fois le prétexte et le vecteur des apprentissages proposés.

2Dans le présent article, nous proposons une analyse de cet outil d'apprentissage. Notre analyse du didacticiel Le chandail de hockey comporte sept parties. Dans la première partie, nous cernerons succinctement le type de didacticiel retenu et nous esquisserons ensuite les fondements théoriques et le type d'approche qui y est privilégié. Puis, nous traiterons brièvement des approches communicationnelle et actionnelle pour bien situer les choix posés par les concepteurs. Nous poursuivrons en évoquant l'origine du film, source première dans la création du didacticiel Le chandail de hockey. Nous déclinerons subséquemment en dix volets ses possibilités et nous ferons également état des différents types d'activités et d'exercices proposés. Avant de conclure, nous présenterons le guide pédagogique connexe au didacticiel et les limites du didacticiel.

2.Les fondements théoriques et le type d'approche

3Le chandail de hockey, successeur direct du didacticiel La chaise berçante, reprend la même approche. Il vise l'intégration de contenus à valeur culturelle avec, en filigrane, l'apprentissage du français langue seconde. Les didacticiels d'apprentissage du français langue seconde ne sont pas légion au Canada, pays bilingue français - anglais. Dans le souci de bien répondre à des besoins évidents, deux versions sont offertes : Le chandail de hockey en version française ainsi que The Hockey Sweater, en version anglaise. Dans le présent article, nous nous limiterons à la version française, tout en effectuant, lorsque cela s'avérera opportun, des liens avec la version anglaise.

4Les différents exercices du didacticiel s'inspirent à la base de la perspective behavioriste et du sociocognitivisme.

[On y] appréhende l'apprentissage comme un processus dans lequel les facteurs cognitifs et sociaux interagissent pour conduire à une organisation mentale plus évoluée qui, à son tour, permettra des interactions sociales plus riches (Depover et al., nd).

5Les exercices du didacticiel honorent par ailleurs un conditionnement opérant, c'est-à-dire un apprentissage au cours duquel une réponse volontaire est renforcée ou affaiblie selon ses conséquences positives ou négatives ; l'organisme agit sur son environnement de façon à produire un résultat particulier (Feldman, Giroux et Cauchy, 1994 : 609).

6Moult exercices prennent appui sur une question tenant lieu de stimulus. Comme illustré dans la figure 1, à l'obtention de la bonne réponse, l'utilisateur reçoit un renforcement. Il peut s'agir d'un renforcement positif  tel "Oui, son équipe préférée est bien les Canadiens" ou, encore, d'un renforcement négatif tel "Non, une autre équipe" ; "Les Canadiens ne sont pas de Québec" ; "Au contraire !". Il recevra ainsi un renforcement négatif jusqu'à l'obtention de la bonne réponse. Ce processus de renforcement est récurrent dans les activités du didacticiel Le chandail de hockey.

Figure 1 – Obtention d'une réponse positive.

Figure 1 – Obtention d'une réponse positive.

7La perspective du didacticiel repose, réitérons-le, sur l'approche culturelle du français langue seconde. Par le passé, plusieurs chercheurs dont Ramond Jurney (2006 : 35) ont signalé l'importance de l'intégration des volets culturel et linguistique. Plutôt que de présenter des exercices purement abstraits, limités aux aspects techniques de la langue, les auteurs tentent de favoriser son expression en contexte. Ce souci du concret a pour effet, peut-on avancer, de hausser la motivation des apprenants. Le chandail de hockey permet aux pédagogues de "prolonger [leur] enseignement traditionnel en y adjoignant un éveil à l'interculturalité" (Serres, 2005 : 9). La vie culturelle canadienne française des années 40 et son milieu rural, fortement teinté de la culture du hockey, y sont dévoilés. À travers son parcours, l'utilisateur s'intéresse à des aspects folkloriques et ethnologiques propres au Canada français. La figure 2, extraite du film Le chandail (1980) repris dans le didacticiel – point sur lequel nous reviendrons en partie 3 – montre en ce sens une scène typique de la vie rurale des années 40. Assise autour de la table, devant le poêle à bois, une famille écoute attentivement le hockey à la radio.

Figure 2 – Scène typique de la vie familiale québécoise des années 40.

Figure 2 – Scène typique de la vie familiale québécoise des années 40.

8Dans ce didacticiel, la dimension culturelle ancrée se dévoile à travers deux approches courantes en didactique des langues secondes. Nous les abordons tour à tour.

2.1.Les approches communicationnelle et actionnelle

9Le début de ce vingt-et-unième siècle a marqué l'avènement de l'approche communicationnelle, laquelle  "met l'accent sur la communication entre les personnes et place l'apprenant au centre du processus d'apprentissage, le rendant actif, autonome et responsable de ses progrès" (Tagliante, 2006). Les concepteurs s'en sont grandement inspirés. Ainsi, l'apprenant, autonome, peut naviguer dans le didacticiel selon ses intérêts, selon ses propres modalités. Plusieurs outils lui permettent de prendre en charge ses apprentissages. Citons à ce propos la présence d'un dictionnaire intégré ainsi que la compilation possible des informations qui capteront particulièrement son intérêt et qu'il souhaiterait conserver dans son "Carnet", aspect sur lequel nous reviendrons plus loin. Une foule de renseignements retiennent l'attention de l'apprenant. Signalons à ce titre les données sur les équipes de Montréal et de Toronto, sur les stades de ces deux villes, sur les grands joueurs de hockey à travers les décennies, sur les créateurs du film, etc. Le didacticiel offre des formules pédagogiques enchâssées qui sauront satisfaire différents types d'apprenants au sein d'un même groupe. Nous traiterons de cet aspect plus en détail dans la section 4.3.

10Parallèlement à l'approche communicationnelle, l'approche actionnelle fait aussi surface dans ce didacticiel. Cette dernière reprend 

tous les concepts de l'approche communicative [et] y ajoute l'idée de "tâche" à accomplir dans les multiples contextes auxquels un apprenant va être confronté dans la vie sociale. Elle considère l'apprenant comme un  "acteur social" qui sait mobiliser l'ensemble de ses compétences et de ses ressources (stratégiques, cognitives, verbales et non verbales), pour parvenir au résultat qu'il escompte : la réussite de sa communication langagière (Tagliante, 2006).

11Sans adhérer entièrement à cette perspective le didacticiel s'en approche toutefois à certains égards. Mentionnons sous ce rapport l'exercice sur le catalogue Eaton, exemple sur lequel nous reviendrons en temps opportun. De manière plus globale, les auteurs de Le chandail de hockey montrent la véracité du postulat selon lequel l'apprentissage d'une langue seconde s'effectue de manière optimale lorsque l'apprenant lie l'aspect ludique à l'aspect didactique ; le filtre affectif facilite alors la rétention des informations (Krashen, 1982).

3.Le chandail de hockey

12Le matériel de base du didacticiel émane d'un film de 10 minutes, Le chandail (1980). Ce film, en raison de sa brièveté ainsi que des qualités humoristique et culturelle de son histoire, constituait déjà une ressource pédagogique largement répandue dans les écoles canadiennes, et ce, tant pour l'apprentissage du français comme langue seconde que du français comme langue première. Nous pourrions en résumer l'histoire ainsi : comme la plupart des garçons de son âge ayant vécu dans les années 40, un jeune garçon, prénommé Roch, est un passionné du club de hockey Les Canadiens de Montréal. Or, les principaux rivaux de cette équipe se nomment les Maple Leafs de Toronto. Roch joue souvent au hockey avec ses camarades sur la patinoire du village. Lors de ces joutes dites à la bonne franquette, tous arborent le même chandail, celui de Maurice Richard. Pourquoi ? Maurice Richard tient lieu de véritable icône dans le monde du hockey. À cette époque, tous les jeunes Québécois veulent lui ressembler. Quand le chandail de Roch commence à être défraîchi, sa mère décide d'écrire à la compagnie Eaton. Cette compagnie assurait l'approvisionnement par catalogue à l'époque. Quelques semaines plus tard, contre toute attente, le jeune Roch reçoit un chandail… des Maple Leafs. Quelle déception ! Sa mère refuse de retourner ce chandail au magasin sous prétexte de ne pas déplaire à Monsieur Eaton, un Canadien anglais, partisan de l'équipe des Maple Leafs de Toronto. Roch évolue donc sous les regards amusés de ses compagnons en portant, bien à contrecœur, ce chandail. Irréductible, il se rend à l'église et prie pour que des mites dévorent tout entier ce maudit chandail de laine bleu et blanc. Importe-t-il ici d'ouvrir une parenthèse pour signaler la rivalité bien réelle à cette époque entre Les Canadiens de Montréal, et les Maple Leafs de Toronto, rivalité qui symbolisait les écarts culturels entre les deux provinces fondatrices, francophone et anglophone, de solides équipes de hockey. Précisons que, sur le plan sémiologique, Maurice Richard, joueur des Canadiens de Montréal, incarne le joueur mythique des années 40. Il a représenté pendant toute sa carrière, c'est-à-dire de 1942 à 1960, l'idéal de la détermination des Québécois (Daoust, 2006). Encore aujourd'hui, son nom résonne dans la mémoire collective. Binamé (2005) lui a dédié un film homonyme où sont relatées les grandes étapes de sa carrière et de sa vie. Bouchard (2003 : 20) quant à lui, dans un livre dédié à la jeunesse, résume à merveille cette fièvre du hockey engendrée par Maurice Richard :

Dominique passe la fin de semaine à la campagne chez son cousin Étienne qui, avec ses amis, l'initie au hockey bottine. Le hockey bottine, c'est beaucoup plus drôle que le hockey sur glace. La seule et unique règle est de s'amuser, en marquant le plus de buts possible. Personne ne gagne, personne ne perd et ça n'a pas de fin. Ça se joue sur la neige avec une balle rouge et tous les joueurs ont le droit de compter des buts. Tous portent de vieux chandails numéro 9 du Canadien (numéro de Maurice Richard).

13Le didacticiel, en plus de s'enraciner pleinement dans ce contexte sociohistorique et culturel, fournit à l'utilisateur une foule de renseignements susceptibles de l'intéresser et, assurément, de l'instruire.

4.Les possibilités

14Comme nous le constatons à la lecture de la figure 3, la page d'accueil du didacticiel contient sous deux barres d'outils, l'essentiel des activités. L'une des barres, située en bas de la page-écran, présente les fonctionnalités majeures. L'autre, placée à l'horizontale en haut de la fenêtre, énumère les principales activités offertes. Ces deux barres demeurent actives au cours de toutes les activités. Elles permettent ainsi un retour en arrière aisé et un changement d'activité facilité. Sur la page d'accueil, la reprise des principaux menus déroulants de la barre du haut représente, malheureusement, un doublet superflu par rapport au menu vertical mis en valeur avec les mêmes paramètres. Le repérage est facile. Le regroupement des activités est convivial. L'utilisateur s'y retrouve à tout coup, ce qui, entre autres, rend agréable son expérience de travail. Ce travail ne saurait toutefois prendre forme sans le film Le chandail (1980) repris dans le didacticiel. Nous l'avons évoqué plus tôt, mais il importe à présent d'y revenir avec des détails liés au menu.

Figure 3 – Menu d'accueil du didacticiel.

Figure 3 – Menu d'accueil du didacticiel.

4.1.Le film

15Le film peut être visionné en séquences. L'utilisateur clique sur "Première période" dans le menu supérieur, puis sur "Clips", comme on peut le voir dans la figure 4. S'il clique sur "Le chandail", il obtiendra le film en suivi complet, sans fragmentation. Ces options ne sont pas anodines puisqu'elles facilitent le repérage des informations lorsque l'apprenant est plus tard confronté aux différents exercices qui parsèment le didacticiel. Il n'a donc pas, en pareil besoin, à réécouter le film au complet.

Figure 4 – Clips vidéo.

Figure 4 – Clips vidéo.

4.2.Les activités

16Quant à la teneur même des activités proposées, soulignons qu'il s'agit surtout de questions à choix multiples telles que celles présentées plus tôt à la figure 1. Le didacticiel propose également d'autres types d'activités, plutôt conventionnelles, comme des exercices d'appariement, des textes lacunaires et des casse-tête de phrases. Si l'on se réfère à la taxonomie de Bloom (Safty, 1993 : 72-75), ce genre d'exercices fait surtout appel à des habiletés cognitives concrètes qui visent l'acquisition de connaissances à travers le rappel des informations et leur repérage. L'apprenant n'y pratique pas ou peu l'inférence. De ce point de vue, d'aucuns déploreront l'absence de sollicitation d'habiletés cognitives de plus haut niveau, dorénavant possibles dans un environnement multimédia développé.

17Néanmoins, les auteurs du didacticiel ont su innover, et ce, surtout grâce aux exercices intitulés "Catalogue Eaton" et "L'équipe de rêve". Ces activités se trouvent sous le menu "Zone". Nous les décrirons plus loin, mais tournons-nous à présent vers les niveaux des apprenants.

4.3.Les niveaux des apprenants

18Les concepteurs ont décrit métaphoriquement les utilisateurs du didacticiel en les regroupant sous trois niveaux qui correspondent aux degrés d'avancement des ligues de hockey, c'est-à-dire "Peewee" (débutant), "Junior" (intermédiaire) et "Pro" (avancé). L'apprenant peut donc se situer facilement à travers les niveaux de difficulté proposés. Comme au hockey, les exercices sont divisés en "périodes". Le contenu des "périodes"vise l'acquisition de connaissances linguistiques adaptées au niveau de l'apprenant. L'explication des différents parcours est disponible en anglais afin que l'utilisateur anglophone qui apprend le français puisse aisément se repérer. Dans la version anglaise, The Hockey Sweater, l'utilisateur francophone ne peut toutefois pas obtenir une version du parcours traduite en français. Le même problème se pose pour les explications sous le menu "Help". Cela s'avère à tout le moins étonnant dans la mesure où ce didacticiel de conception canadienne reflète, à tout autre égard, une version identique à celle de Le chandail de hockey.

4.4.Le dictionnaire

19Un dictionnaire intégré au didacticiel vient en aide à l'utilisateur au besoin. Il contient un nombre appréciable d'entrées, toutes en lien avec les contenus d'apprentissage. En plus des définitions, ce dictionnaire comprend les collocations. Cet ajout, particulièrement utile aux apprenants de langue seconde, est illustré dans la figure 5.

Figure 5 – Dictionnaire.

Figure 5 – Dictionnaire.

20Un autre élément à retenir consiste en les dérivés possibles des différentes entrées. Par exemple, à l'entrée "aimer", on retrouve les dérivés : "un amour", "une amitié", "aimable", "aimablement", "l'amabilité", "s'amouracher", "une amourette" et "amoureux(euse)", avec, pour chacun, une courte définition. Voilà un atout pour les apprenants de langue seconde, ils peuvent ainsi créer leur propre réseau lexical.

4.5.Rencontres

21Sous la rubrique "Rencontres" se trouvent deux entrevues, l'une en compagnie de Roch Carrier, comme le montre la figure 6, et l'autre en compagnie de Marcel Dargis, comme l'illustre la figure 7. L'écrivain Roch Carrier nous présente son œuvre, expose le phénomène du hockey au Québec, traite du phénomène identitaire développé en ce sens, et en explique l'impact auprès des jeunes.  L'utilisateur du didacticiel entend et voit l'auteur de l'œuvre centrale.

22Le peintre Marcel Dargis, dont les œuvres sont désormais célèbres au Canada et à l'étranger, présente quant à lui plusieurs de ses peintures où sont dépeintes des activités quotidiennes, dont la partie de hockey de jeunes sur une patinoire improvisée, sans patins, comme nous l'évoquions plus tôt dans l'ouvrage de Bouchard.

Figure 6 – Entrevue avec Roch Carrier.

Figure 6 – Entrevue avec Roch Carrier.

Figure 7 – Entrevue avec Marcel Dargis.

Figure 7 – Entrevue avec Marcel Dargis.

23La version écrite des entrevues s'affiche à côté de la fenêtre où est offerte la vidéo. S'ajoutent à ces entrevues les biographies de messieurs Carrier et Dargis, de même que celle de Sheila Fischman, la traductrice de Carrier, et de Sheldon Cohen, le réalisateur du film Le chandail (1980).

4.6.L'enrichissement culturel

24En ce qui touche l'apport culturel du didacticiel, on obtient sous le menu "Troisième période" plusieurs renseignements. Il s'agit non seulement d'aspects importants de la culture du hockey au Canada, mais aussi d'aspects de la société canadienne. Il est possible de cliquer sur le sous-menu "Hockey" pour découvrir La soirée du hockey, cette émission fétiche où étaient présentés les matchs de hockey. Dès 1932, les parties de hockey sont suivies et commentées à la radio de Radio-Canada, une chaîne publique ; elles deviendront alors le rendez-vous par excellence du samedi soir pour tous les amateurs de sports, de 1952 à 2004, diffusées à la télévision de Radio-Canada. Dans le didacticiel, sous "Hockey", d'autres options s'offrent à l'apprenant :  

  • Les Canadiens de Montréal ;

  • les Maple Leafs de Toronto ;

  • Maurice "Le Rocket" Richard ;

  • la rivalité entre les deux équipes ;

  • la coupe Stanley (qui honore l'équipe championne de la ligue chaque année) ;  

  • l'histoire de l'arrivée des femmes dans le hockey ;

  • l'évolution des règles du jeu ;

  • l'histoire des cartes de hockey.

25La figure 8 montre la section ayant trait à Maurice "Le Rocket" Richard. La narration, accompagnée de photos d'archives, rend la tâche de lecture agréable. L'icône "Chercher" permet l'accès à une table des matières des différents sujets abordés, sans avoir à passer par le déroulement des vignettes (flèches du bas, à droite, avec l'indication "5 sur 14"). Des hyperliens internes inclus dans les textes permettent des renvois entre les options (par exemple : vers Les Canadiens de Montréal).

Figure 8 – Biographie de Maurice Richard, joueur de hockey.

Figure 8 – Biographie de Maurice Richard, joueur de hockey.

26Le menu "Troisième période" ouvre sur un sous-menu intitulé "Patrimoine". Ce sous-menu contient des renseignements sociohistoriques et culturels sur le Québec et sur le Canada en général. Par exemple, l'utilisateur y obtient des renseignements sur les hivers canadiens, le rôle de l'église dans le village, la carriole des amoureux, la chaise berçante, la récupération dans la société traditionnelle du Québec, "l'anatomie" du poêle à bois, le magasin Eaton et le multiculturalisme canadien.

27À travers le didacticiel, en plus du court-métrage de l'Office National du film du Canada Le chandail (1980), une multitude de contenus authentiques dépeignent la diversité du paysage culturel canadien. Dix numérisations des peintures de Marcel Dargis s'y trouvent (voir la figure 9). Au besoin, l'utilisateur peut, d'un simple clic, agrandir ces peintures. Ces œuvres d'art enrichissent, il va sans dire, la compréhension des éléments culturels puisque Dargis a peint, rappelons-le, plusieurs scènes populaires de la vie au quotidien.

Figure 9 – Peintures de Marcel Dargis.

Figure 9 – Peintures de Marcel Dargis.

28Cet apport artistique est aussi bonifié par des photos d'archives tirées, entre autres, du site Bibliothèque et archives Canada (2007). Pour se familiariser avec les différents joueurs qui ont marqué le sport au cours des décennies, l'apprenant a également accès à plusieurs cartes de hockey des joueurs de la LNH (Ligue Nationale de Hockey). La chanson Maurice Richard, écrite par Pierre Létourneau, agrémente le didacticiel et réaffirme l'influence exercée par ce joueur sur la conscience collective du Québec. Nous y reviendrons dans la partie sur les activités à la section 5.4.

4.7.Hyperliens

29Plusieurs hyperliens internes permettent à l'utilisateur une exploration spiralaire du contenu, sans empêcher, pour les moins aventuriers, une exploration linéaire. C'est une fonctionnalité qui peut être appréciée des apprenants, d'autant plus que des compléments d'information sont inclus à travers les textes et que des renvois fréquents facilitent le repérage. Des capsules audio ponctuent le contenu écrit. Malheureusement, par moments, ces capsules agrémentent la lecture plus qu'elles n'ajoutent quoi que ce soit au contenu même. Citons des exemples.

30Deux hyperliens renvoient à des sites : l'hyperlien du site de Bibliothèque et archives Canada (2007), mentionné plus haut en 4.6, ainsi que l'hyperlien du "Temple de la renommée du hockey". Un plus grand nombre d'hyperliens aurait procuré à l'apprenant une plus grande autonomie d'apprentissage quant aux sujets traités.

4.8.Carnet

31La figure 10 montre le "Carnet" de l'apprenant. Qu'est-ce que le "Carnet" ? C'est en quelque sorte un cahier personnel où l'apprenant peut colliger : "des mots à retenir, des sujets de recherche, des idées de projet ou de composition" (Mydlarsky, 2006). Pour faciliter la prise de notes, le "Carnet" s'affiche dans une fenêtre contextuelle superposée à la fenêtre principale. L'apprenant peut y recourir à partir de la barre de navigation inférieure, pour y inscrire, à titre de référence, un nom, un titre et une page qui seront automatiquement inclus dans un "sommaire" pour un repérage ultérieur facile.

Figure 10 – Carnet.

Figure 10 – Carnet.

4.9.Aide

32Comme nous le constatons à la lecture de la figure 11, en cliquant sur le mot "Aide", dans la barre de navigation supérieure, l'utilisateur accède à des conseils de navigation. Il peut les obtenir soit en français, soit en anglais. Toutes les composantes du didacticiel y sont présentées et expliquées. Cette précaution rassure l'utilisateur moins habitué à ce type d'outil. La figure 11 montre aussi un exemple de contenu. Ce sont des questions orales destinées au niveau avancé. Chaque fenêtre de travail possède sa rubrique d'assistance. Il suffit de cliquer sur "Aide", puis sur "Sur cet écran". On peut également consulter toutes les rubriques en allant cliquer sur "Sommaire", le premier item du menu d'aide. L'item "Pour commencer"explique quant à lui les différentes parties du didacticiel et suggère des plans d'apprentissage. L'apprenant doit choisir son niveau : "Peewee","Junior" ou "Pro".

Figure 11 – Menu d'aide pour les questions orales (niveau pro).

Figure 11 – Menu d'aide pour les questions orales (niveau pro).

33La "Carte des genres" présente les terminaisons habituelles en français. Elle les classe selon leur genre respectif. Tant les apprenants que les enseignants de français langue seconde apprécieront ce tableau récapitulatif. Par exemple, la terminaison en "ace" nous permet d'inférer qu'un mot tel que "menace" est féminin : une menace. La terminaison en "a" nous révèle qu'un mot tel que "pacha",  est masculin : un pacha.

Figure 12 – Tableau des genres des noms.

Figure 12 – Tableau des genres des noms.

34Finalement, la rubrique "Lettres accentuées" nous apprend comment accéder aux accents nécessaires en français.

4.10.Utilisation en classe

35Devant toute cette kyrielle de savoirs, certains enseignants s'interrogent peut-être : comment introduire ce didacticiel dans un cours de français ? Retenons, parmi tous les possibles, une utilisation classique où l'enseignant exposerait d'abord le contexte culturel du court métrage Le chandail de hockey ; il explorerait ensuite le vocabulaire inédit avec les apprenants, puis il présenterait le court métrage à tout le groupe. Ultérieurement, chacun pourrait, à partir de son poste de travail, réécouter le contenu. Dans le menu "Deuxième période", l'item "Exploration du texte", se prête bien à un tel approfondissement individuel.

36L'enseignant pourrait également sélectionner certaines activités et les proposer aux étudiants. Comme le signale Caws (2007), il serait indiqué de poser des questions aux apprenants sous la forme d'une chasse au trésor, ce qui leur permettrait une prospection de nature socioculturelle. La section sur les cartes de hockey, par exemple, se prêterait bien à ce genre de tâche puisque l'endos des cartes résume l'essentiel de la carrière de 31 joueurs canadiens.

37Une telle suggestion d'utilisation en classe devrait être considérée dans un contexte pédagogique mouvant où chaque enseignant saura apporter les ajustements nécessaires pour bien répondre aux besoins de son groupe d'apprenants.

5.Les activités

5.1.Les types d'exercices

38Comme nous l'avons mentionné plus tôt, les exercices du didacticiel se fondent sur une approche béhavioriste. Ils visent une acquisition des contenus sous la forme de stimulus-réponse tel que les questions à choix multiples. De ce point de vue, le didacticiel Le chandail de hockey se démarque peu de son prédécesseur La chaise berçante.

39Les "Questions orales" affichent toutes la même forme : la présentation d'une image tirée du court métrage, une question et un choix de réponses fournis en mode audio. Il est possible de réentendre la question en cliquant sur le haut-parleur. Dans la figure 13, nous avons l'image d'un train. Nous entendons la question "Quelle machine voit-on venir ?" suivie de quatre choix de réponses :"1. une auto. 2. un train. 3. un avion. 4. ce n'est pas une machine". L'apprenant doit cliquer sur la bonne réponse. L'utilisateur entendra, le cas échéant : "Non, pas sur cette image !" (réponse #1 et réponse #2), "Si, c'est bien une machine" (réponse #4) et finalement, pour la bonne réponse, il entendra : "Oui, un train arrive" (réponse #3). Les questions sous l'intitulé "Compréhension" reprennent sensiblement la même formule, à l'écrit cette fois. Seule la question peut être entendue.

Figure 13 – Question orale.

Figure 13 – Question orale.

40Plusieurs types d'exercices d'appariement sont également proposés selon quatre modalités : texte / image, audio / image, image / audio et texte / texte. Certains visent l'acquisition du vocabulaire et d'autres, une association du terme à sa définition ou de phrases audio à l'image appropriée. La figure 14 illustre un cas où l'on doit apparier des images de vêtements tirés du catalogue Eaton avec les mots adéquats. Il s'agit de saisir le mot à l'aide du pointeur et de le déposer dans l'espace correspondant. L'exercice prévoit la possibilité de vérifier ses réponses au fur et à mesure, d'effacer les réponses rendues ou de recommencer à zéro. Dans ce dernier cas, les images et les données se replacent dans un ordre aléatoire.

Figure 14 – Exercice d'appariement texte / image.

Figure 14 – Exercice d'appariement texte / image.

41L'"Exploration du texte" prévoit un visionnement intégral du court métrage avec, sur le côté gauche, la transcription des paroles au fil du clip. L'étudiant peu habitué au français oral peut ainsi à la fois lire et entendre les paroles du texte. Tel qu'illustré à la figure 15, les blocs de textes sont parfois un peu longs, cela pourrait s'avérer décourageant pour un apprenant de niveau débutant. En revanche, il est possible de cliquer sur les mots inconnus et de les retrouver dans le dictionnaire. Une partie dite d'explication sur la formation et l'utilisation du passé simple s'avère, à cet égard, une ressource utile pour l'apprenant de français langue seconde. L'explication s'affiche dans une fenêtre contextuelle qui se superpose à la fenêtre de base. Il est également possible de cliquer sur l'onglet "Culture" situé à droite de la vidéo pour voir défiler des vignettes. Ces dernières, en complément de la narration, présentent des aspects de la culture canadienne et de la culture du hockey. En cliquant au bas de l'écran, à droite, sur "pour en savoir plus…", l'utilisateur peut lire des explications plus élaborées.

Figure 15 – Exploration du texte.

Figure 15 – Exploration du texte.

42Outre ces exercices d'appariement texte / image et ceux sur l'exploration du texte, le didacticiel contient également des exercices de type "Casse-tête de phrases" et des textes lacunaires portant l'intitulé "Combler les lacunes". Dans le premier cas, il s'agit de placer dans l'ordre des morceaux de phrases afin de créer un texte correct. La procédure en est, encore une fois, très simple : il suffit de saisir les morceaux de phrases avec le pointeur et de les déposer, dans l'ordre, sur une ligne située en bas de la fenêtre du didacticiel (voir la figure 16). Une version sonore du texte guide l'utilisateur dans cet exercice. Il peut en tout temps valider ses réponses, puis recommencer l'exercice. À l'instar des exercices d'appariement (voir la figure 14 évoquée plus tôt), en cliquant sur "Recommencer", les morceaux de phrases se replacent dans un ordre aléatoire.

Figure 16 – Casse-tête de phrases.

Figure 16 – Casse-tête de phrases.

43En ce qui touche les textes lacunaires, l'apprenant a accès soit à une version audio intégrale de l'extrait avec les mots à trouver, soit à une version audio des mots uniquement, tel qu'illustré à la figure 17. Pour ce faire, l'apprenant clique sur le haut-parleur qui se trouve à côté du mot. Il peut également valider ses réponses en tout temps. Il peut effacer ses réponses et recommencer. Il peut obtenir, en guise d'indice, une lettre du mot à épeler.

Figure 17 – Texte lacunaire.

Figure 17 – Texte lacunaire.

44Il est ici opportun de le répéter, tous ces exercices s'inscrivent dans le sillon de méthodes traditionnelles d'apprentissage des langues. Ce sont des activités rassurantes pour certains. L'apprenant peut y revenir autant de fois qu'il le désire, jusqu'à l'obtention de la réponse adéquate. En tout temps, il est encadré.

45Contrairement à des exercices semblables qui seraient présentés sur un support papier, la version multimédia offre, entre autres, l'avantage de procurer un accès direct à l'audio. Malheureusement, ces exercices restent de nature fermée et peu novateurs. L'originalité du didacticiel provient davantage des exercices qui suivent.  

5.2.Le catalogue Eaton

46L'exercice le plus original du didacticiel est sans doute celui en lien avec l'extrait du film où la mère commande un chandail de hockey à la compagnie Eaton. Comme en fait foi la figure 18, dans cet exercice, il est possible de remplir un bon de commande placé dans une fenêtre contextuelle au-dessus du catalogue. Le catalogue peut s'élargir pour permettre à l'apprenant de mieux repérer les articles et les prix. L'apprenant y glane les informations nécessaires afin de dresser une commande virtuelle. Cet exercice stimulant sort des sentiers battus ; il place l'apprenant devant un défi partiellement authentique.

47Pour accéder au catalogue, deux possibilités s'offrent à l'apprenant : faire dérouler le menu "Zone" et cliquer sur "Formule Eaton" ou, encore, cliquer sur "Catalogue Eaton" dans le menu "Troisième période". Notons qu'il s'agit d'une version authentique du catalogue Eaton, jadis envoyé dans les foyers du Québec par voie postale. En commandant par ce catalogue, les gens recevaient des denrées qu'ils n'auraient pu obtenir autrement, les magasins généraux des campagnes d'alors se limitant au strict essentiel. Le lecteur désireux d'en obtenir une idée type peut consulter l'album photo du site du Magasin Général Le Brun.

Figure 18 – Formule de commande Eaton.

Figure 18 – Formule de commande Eaton.

5.3.L'équipe de rêve

48Un autre volet original du didacticiel se trouve dans l'activité intitulée "L'équipe de rêve" obtenue sous le menu "Zone". À partir d'authentiques cartes de joueurs de hockey, l'utilisateur peut constituer son propre sextuor d'équipiers, tous des joueurs qui ont ponctué l'histoire de la Ligue nationale. Et il y a plus encore. Il lui est aussi possible d'inclure dans son équipe des concepteurs du didacticiel ou, encore, l'auteur du court-métrage, Roch Carrier. Comme le montre la figure 19, l'utilisateur peut subséquemment expliquer ses choix et noter des détails sur son équipe récemment créée. À la carte de chaque joueur s'ajoute une biographie.

Figure 19 – L'équipe de rêve.

Figure 19 – L'équipe de rêve.

49Une telle activité de création, bien qu'a priori motivante et ludique, pourrait présenter un faible intérêt didactique. De fait, écrire une explication sur le choix de son équipe demeure en soi peu formateur. Toutefois, dans le didacticiel, l'item "Aide" propose un suivi pédagogique à la création. On y lit :

50Maintenant que vous avez constitué votre équipe, donnez les raisons qui vous ont amené(e) à porter vos choix sur tels ou tels joueurs et rédigez ce que vous admirez particulièrement en eux. Vous pouvez choisir également deux autres mises en pages : l'entraîneur (comparez deux joueurs) et l'étoile (décrivez votre joueur/joueuse préféré/e).

51Et il y a plus encore dans le Guide pédagogique (Mydlarski et al., 2008). Nous traiterons plus loin des composantes de ce guide. Mais avant de ce faire, mentionnons que nous abondons dans le sens de Caws (2007), à savoir que l'exercice sur "L'équipe de rêve"satisfera avant tout les admirateurs de hockey. Signalons enfin qu'au bas de la figure 19, à droite, nous décelons une coquille : on lit "title" au lieu du mot "titre".

5.4.La chanson

52Comme l'illustre la figure 20, le didacticiel comprend une chanson composée par Pierre Létourneau en 1971 en hommage à Maurice Richard. Cette chanson permet, d'une part, l'étude de québécismes et d'anglicismes comme "puck" et "goals",et, d'autre part, elle sert à titre de compréhension orale par le biais d'un texte lacunaire.

Figure 20 – Chanson Maurice Richard de Pierre Létourneau.

Figure 20 – Chanson Maurice Richard de Pierre Létourneau.

5.5.Les étoiles

53L'activité "Les étoiles" reprend les mêmes cartes que l'activité "L'équipe de rêve" déjà explorée à la section 5.3. Après la lecture des données biographiques, l'utilisateur y compose une équipe à partir de 34 cartes de hockey mettant en vedette des joueurs canadiens importants de la Ligue nationale de hockey avec, au verso, leur biographie. L'apprenant désireux de vérifier sa compréhension clique sur "Qui suis-je ?", puis répond à dix questions à choix multiples offertes dans une fenêtre contextuelle. La figure 21 illustre un exemple en ce sens. À l'instar de plusieurs autres activités, il est possible de valider ses réponses, de les effacer et de recommencer.

Figure 21 – Les étoiles.

Figure 21 – Les étoiles.

6.Le guide pédagogique

54Un Guide pédagogique de quelque deux cents pages, connexe au didacticiel, est disponible sur format papier. Dans cet outil d'appoint, les auteurs reprennent intégralement le contenu de tout le didacticiel. En marge de certaines pages, dans une colonne à droite, ils bonifient à l'occasion les contenus déjà connus de l'utilisateur. Ils le font sous trois formes.

55On y trouve parfois un conseil tel que "Ajoutez dans votre carnet les mots que vous ne connaissez pas"(Mydlarski et al., 2008 : 51) ou "N'oubliez pas que le dictionnaire est là pour vous aider"(Mydlarski et al., 2008 : 51). On y lit également des suggestions à l'intention de l'enseignant comme "demandez aux apprenants de trouver autant de noms de trophées que possible dans un temps donné (par exemple, 5 minutes)"(Mydlarski et al., 2008 : 108) ou

Les apprenants choisissent un trophée en particulier, et essaient de trouver par qui a été créé ce trophée, ce qu'il faut faire pour l'obtenir, ainsi que les équipes qui l'ont gagné récemment. Les apprenants présentent ensuite à la classe les résultats de leurs recherches (Mydlarski et al., 2008 : 108).

56Pour des dizaines de textes issus du didacticiel, le guide propose sous l'icône "parlons-en" trois questions pour discuter : une question pour le niveau "Peewee" comme "Pourquoi est-ce que les gens passent des commandes à partir de catalogues ou d'Internet, plutôt que d'aller dans les magasins ?" ; une question pour le niveau "Junior" comme "Eaton était une icône (symbole) de la culture canadienne. Quels symboles représentent le Canada aujourd'hui ?" ; et enfin, une question à l'intention du niveau "Pro" formulée comme suit "Comment est-ce que les vieux catalogues Eaton nous offrent des aperçus en ce qui concerne la vie au Canada à l'époque ?"(Mydlarski et al., 2008 : 140).

57Ces ajouts fournissent des pistes de prolongement aux contenus du didacticiel. Le guide propose aussi des adresses de sites en lien avec les contenus du didacticiel. On relève notamment l'adresse de quatre sites, dont le site Hockey Canada (2008). Les auteurs recommandent ce site pourtant déjà évoqué en ce qui touche le contenu sur le "Patrimoinecanadien" suggéré sous l'intitulé "Les femmes et le hockey",présent sous la rubrique "Troisièmepériode".

58Ces trois types de bonifications pédagogiques représentent une plus-value certaine pour les enseignants. Le guide est complet, sobre et clair. Les auteurs ont eu la bonne idée de regrouper les sites proposées dans le guide à une seule et même enseigne : le http://www.editions3d.ca/​hockey/​fr/​liens.shtml.

7.Limites

59Contrairement à son didacticiel précédent, La chaise berçante, où l'on sentait plusieurs traces d'une prononciation québécoise familière (Serres, 2002), dans ce didacticiel-ci l'on relève un effort de standardisation de la prononciation rendue par la narratrice. À cette enseigne, il est aisé de noter un effort certain pour éviter les fricatives, pourtant courantes en français canadien. Par exemple, les sons [tsi] et [dzi] cèdent la place aux sons [ti] et [di]. Ces efforts ont, en contrepartie, un impact sur la mélodie des phrases narrées. Entre autres, à certains moments, dans des phrases interrogatives, l'intonation montante, pourtant indiquée en langue française, cède étonnamment la place à une intonation descendante, propre à la langue anglaise. La prononciation de la narratrice, tantôt approximative, tantôt forgée, déçoit donc quelque peu sous ce rapport, surtout dans le contexte qui nous préoccupe, c'est-à-dire celui de l'apprentissage du français comme langue seconde.

60Importe-t-il ici d'ouvrir une parenthèse pour aborder l'aspect conceptuel de la version anglaise du didacticiel, The hockey sweater ? La version française Le chandail de hockey a été conçue en tout premier lieu, nous l'avons dit. Par la suite, la version anglaise intitulée The hockey sweater a été mise en place. Pourquoi mentionner ici ce détail ? Parce que dans la version anglaise, l'internaute obtient une transposition intégrale de la version française, à peu d'adaptations près. Sous certains angles, cela est regrettable. Par exemple, le peintre Marcel Dargis, malgré les efforts déployés pour parler en anglais dans The hockey sweater, cache mal son malaise à discourir dans la langue de Shakespeare au moment de l'entrevue. Bref, certains passages audio écorchent les oreilles de l'auditeur, et lorsque l'on sait que The hockey sweater s'adresse aux apprenants d'anglais langue seconde, il s'avère légitime de s'interroger sur l'à-propos d'un tel choix de la part des auteurs qui sont, eux-mêmes, des pédagogues, nonobstant le fait que l'anglais précaire de M. Dargis pourrait, sous un autre angle, être encourageant pour les apprenants de l'anglais langue seconde, qui verraient en lui un artiste doué, un canadien francophone, qui, tout comme eux, déploie des efforts louables pour s'exprimer dans une langue seconde.

61Dans un autre ordre d'idées, avec l'expérience acquise grâce au premier didacticiel développé, on aurait pu s'attendre à davantage d'audace dans le didacticiel Le chandail de hockey. Par moments, les activités proposées auraient pu être plus novatrices et mener à des exercices interactifs plus poussés, visant davantage l'inférence que le repérage et la mémorisation. La technologie autorise en ce vingt-et-unième siècle la création d'environnements multimédias à haute teneur participative. Les sites La maison de Chanima (2007) et Se donner le mot (2007) sont des exemples parmi d'autres où l'interactivité règne. Cette valeur ajoutée est en majeure partie transférable sur support cédérom.

62Mis à part les apports certains du son, de la vidéo et de l'immédiateté de la rétroaction, dans le didacticiel Le chandail de hockey, les apprenants, légitimement, s'interrogent à l'occasion sur les plus-values par rapport au traditionnel cahier d'exercices qui, similairement, comprenait des tests à choix multiples, des casse-tête de phrases et des textes lacunaires.

63Sur le plan docimologique, il est ici indiqué de formuler quelques remarques. Dans des questions à choix multiples dûment conçues, 

les leurres doivent être aussi longs et du même style que la bonne réponse. […] La bonne réponse doit être VRAIE et les autres réponses fausses et clairement inacceptables pour des gens initiés  (Safty, 1993 : 152).

64Or, à la lecture de la figure 22, par exemple, nous constatons qu'à la question présentée au-dessus de la question "Qu'est-ce qu'il y a sur le devant du chandail ?"deux des leurres proposés, les items b et d, sont manifestement invraisemblables, l'image nous en convainc ("une feuille d'érable rouge"et "rien") et deux des leurres peuvent être considérés comme vraisemblables ("une feuille d'érable"et "une feuille d'érable blanche": les items a et c). Et là ne se limite pas la faille puisque la réponse à la question se trouve dans l'image d'accompagnement même, ce qui par conséquent n'implique aucune compréhension de l'apprenant, ni même a fortiori une lecture de la question. Ajoutons enfin que, contre toute attente, cette question s'adresse au niveau "Junior" (intermédiaire) et non au groupe "Peewee" (débutant), comme on aurait pu le pressentir.

Figure 22 – Question à choix multiples avec lacunes docimologiques.

Figure 22 – Question à choix multiples avec lacunes docimologiques.

65Passons sous silence les quelques autres questions qui arborent ce genre d'imperfections docimologiques pour traiter à présent de la méthode employée par les concepteurs. Caws (2007 : 31) considère que les

activités semblent suivre une approche plus volontiers béhavioriste en pourvoyant une série d'exercices où l'apprenant répond à des stimulus ; en revanche, un utilisateur peut naviguer d'une activité, ou un niveau, vers l'autre sans avoir à terminer un niveau (notre traduction).

66Nous ne pouvons qu'abonder dans le sens de Caws et renchérir en affirmant qu'il aurait été souhaitable de constater plus d'innovations et de contemporanéité dans les types d'activités proposés.

8.Conclusion

67Le didacticiel Le chandail de hockey a le mérite, malgré ses lacunes, de se fonder sur du matériel authentique et canadien. Ceux qui, encore à ce jour, sont étrangers à la culture du hockey, y trouveront une initiation substantielle tout en apprenant la langue française. À son utilisation, les apprenants se familiariseront, entre autres, aux éphémérides ayant ponctué l'histoire du hockey et à l'importance socioculturelle de ce sport dans la société canadienne. La convivialité des activités présentées et, par-dessus tout, leur richesse culturelle intrinsèque nous permettent d'affirmer que le didacticiel Le chandail de hockey apportera une contribution significative au domaine de la didactique du français, au Canada et dans la francophonie.

Haut de page

Références

Les liens externes étaient valides à la date de publication.

Bibliographie

Bouchard, D. (2003). Ça, c'est du hockey !. Montréal : Les 400 coups.

Caws, C. G. (2007). Review of Le chandail de hockey CD-rom. Language Learning and Technology, vol. 11, n° 3, pp. 29-37. http://llt.msu.edu/vol11num3/pdf/review2.pdf

Daoust, P. (2006). Maurice Richard : le mythe québécois aux 626 rondelles. Trois-Pistoles : Éditions Trois-Pistoles.

Depover, C., De Lièvre, B., Quintin, J.-J., Decamps, S., Porco, F. & Floquet, C. (nd). Les modèles d'enseignement et d'apprentissage. Unité de technologie de l'éducation. Université de Mons-Hainaut. http://ute.umh.ac.be/dutice/uv6a/module6a-5.htm

Feldman, R., Giroux, S. & Cauchy, F. (1994). Introduction à la psychologie. Approches contemporaines. Montréal : McGraw-Hill.

Krashen, S. (1982). Principles and Practice in Second Language Acquisition. Oxford : Pergamon Press.

Mydlarski, D., Paramskas, D., Bougaïeff, A., Katz, L. & Rubrecht, P. (2008). Guide pédagogique Le chandail de hockey cédérom. Alberta, Canada : Éditions 3D.

Ramond Jurney, F. (2006). "Repenser l'intégration de la culture dans les cours de FLE". Le français dans le monde, n° 46. pp. 35-37.

Safty, A. (dir.). (1993). L'enseignement efficace Théories et pratiques. Montréal : Presses de l'université du Québec.

Serres, L. de (2002). "Analyse du logiciel La chaise berçante". Apprentissage des Langues et Systèmes d'Information et de Communication, Alsic, vol. 5, n° 2. pp. 287-304. http://alsic.u-strasbg.fr/Num09/serres/alsic_n09-log2.htm  

Serres, L. de (2005). "Pédagogie, interculturalité et valeurs". Réflexions : revue de l'Association canadienne des professeurs de langues secondes (ACPLS), vol. 24, n° 3. pp. 9-11.

Tagliante, C. (2006). "L'évaluation et le Cadre européen commun de référence". Le français dans le monde, mars-avril, n° 344. pp. 25-27. http://www.fdlm.org/fle/article/344/344cadre.php

Sites Internet

Bibliothèque et archives Canada (2007). http://www.collectionscanada.ca

Hockey Canada (2008). www.hockeycanada.ca/index.cfm/la_id/2/ci_id/7093

La maison de Chanima (2007). Office national du film du Canada. http://onf.ca/animation/objanim/fr/chanima

Le chandail de hockey (2007).  http://www.editions3d.ca/hockey/

Magasin Général Le Brun (1997). http://www.mglebrun.com/

Se donner le mot (2007). http://www.sedonnerlemot.tv/

Temple de la renommée du hockey (Hockey Hall of Fame). http://www.hhof.com

Produits

Binamé, C. (2005). Maurice Richard. Film. Québec, Canada : Cinémaginaire.

Cohen, S. (1980). Le Chandail. Office national du film du Canada. http://www.onf.ca/animation/objanim/fr/films/film.php?sort=director&director=Cohen%2C+Sheldon&id=1346

Mydlarski, D., Paramskas, D. & Bougaïeff, A. (2001). La chaise berçante. Cédérom. Alberta, Canada : Éditions 3D.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Obtention d'une réponse positive.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2 – Scène typique de la vie familiale québécoise des années 40.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 3 – Menu d'accueil du didacticiel.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 4 – Clips vidéo.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 5 – Dictionnaire.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6 – Entrevue avec Roch Carrier.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 7 – Entrevue avec Marcel Dargis.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 8 – Biographie de Maurice Richard, joueur de hockey.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 9 – Peintures de Marcel Dargis.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 10 – Carnet.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 11 – Menu d'aide pour les questions orales (niveau pro).
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 12 – Tableau des genres des noms.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 13 – Question orale.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 14 – Exercice d'appariement texte / image.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 15 – Exploration du texte.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 16 – Casse-tête de phrases.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 17 – Texte lacunaire.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 18 – Formule de commande Eaton.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 19 – L'équipe de rêve.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 20 – Chanson Maurice Richard de Pierre Létourneau.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 21 – Les étoiles.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 22 – Question à choix multiples avec lacunes docimologiques.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/507/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Linda de Serres, « Analyse du didacticiel Le chandail de hockey », Alsic [En ligne], Vol. 11, n° 2 | 2008, document alsic_v11_06-log1, mis en ligne le 30 juin 2008, Consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alsic/507

Haut de page

Auteur

Linda de Serres

Linda de Serres œuvre à l'université du Québec à Trois-Rivières à titre de psycholinguiste. Elle dispense des cours de communication, de didactique et de français. Depuis 2006, la Professeure de Serres agit à titre de chercheure principale dans un projet québécocanadien multipartite sur le développement d'outils pédagogiques pour l'apprentissage d'expressions idiomatiques en français. Le site connexe à ce projet se trouve à l'adresse http://www.sedonnerlemot.tv.
Affiliation : Université du Québec, Trois-Rivières, Canada.
Courriel : linda.de.serres@uqtr.ca.
Toile : http://www.uqtr.ca/linda.de.serres.
Adresse : Département de lettres et communication sociale, bureau 3009-R, C. P. 500, université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières, QC, Canada G9A 5H7.

Articles du même auteur

Haut de page

Date de réception et d'acceptation : 11 mars 2008.

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page