Navigation – Plan du site
Thèses Récentes

Les Ruses de la pratique subalterne. La santé gérée par les autochtones en Colombie, un multiculturalisme de domination et/ou d’autonomie ?

Thèse de sociologie soutenue le 8 janvier 2013, Université Paris III –Sorbonne Nouvelle, Institut des Hautes Études sur l’Amérique Latine
Nadège Mazars

Texte intégral

1En 1993, la Colombie réforme son système de santé en suivant les orientations données par la Constitution politique adoptée en 1991 et les recommandations du « consensus de Washington ». Le pays entre dans une nouvelle ère politique dans laquelle la question sociale est redéfinie autour du thème de la pauvreté, tandis que la question ethnique acquière une visibilité inédite. Dans ce contexte, les Entités Promotrices de Santé Indigènes (EPSI) sont créées à partir du modèle générique des Entités Promotrices de Santé, ces organismes d’administration de l’affiliation et des budgets de la santé qui jouent un rôle d’intermédiaire entre l’État et le patient. Les EPSI sont étroitement liées au monde autochtone. Elles gèrent l’accès à la santé d’une population dont la plus grande majorité doit être autochtone. Le personnel qui assure leur fonctionnement est recruté dans l’espace social et politique autochtone. Enfin, ce sont les autorités dites « traditionnelles » qui les contrôlent. Pour être des représentantes des communautés, ces autorités donnent aux EPSI une nature juridique publique, ce qui leur confère un caractère spécifique dans un système de santé où la tendance est à la généralisation de la privatisation. Enfin, ces expériences sont loin d’être anecdotiques. Au total, plus d’un million de personnes dépendaient fin 2009 des six EPSI existantes pour accéder aux centres de soins, hôpitaux et cliniques. Les trois EPSI avec lesquelles j’ai travaillé ont un budget annuel av