Navigation – Plan du site
III. Éros politique

L’érotisme politique : le programme du « Partido de la Izquierda Erótica » dans El País de las Mujeres de Gioconda Belli

El erotismo político: el programa del “Partido de la Izquierda Erótica” en El país de las mujeres de Gioconda Belli
Sophie Large
p. 97-105

Résumés

Le dernier roman de Gioconda Belli, une fascinante utopie littéraire, s’intéresse à la création et à la trajectoire politique du PIE, « Partido de la Izquierda Erótica ». Exclusivement féminin, ce parti a pour objectif de lutter contre le sexisme dans la société de Faguas, un pays imaginaire déjà évoqué dans d’autres récits de la romancière nicaraguayenne. Cet article vise à démontrer que l’érotisme occupe une place centrale dans la stratégie politique du PIE, qui cherche en premier lieu à contrer les idées reçues sur la sexualité, et utilise l’érotisme comme un efficace outil de campagne électorale. Pourtant, au-delà de cette visée purement utilitaire, l’érotisme représente le fondement même du système de pensée du parti, dans la mesure où il constitue un levier capable de faire tomber les dernières barrières à l’égalité des sexes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le sigle « PIE » signifie « pied » en espagnol, ce qui, outre les nombreux jeux de mots ou expressi (...)

1El país de las mujeres, sixième roman de Gioconda Belli et lauréat du prix « La otra orilla », est une utopie littéraire qui relate la naissance, la campagne et la victoire d’un singulier parti politique, le PIE (Partido de la Izquierda Erótica). Ce parti, composé entièrement de femmes, tire son nom du recueil Poemas de la izquierda erótica de la Guatémaltèque Ana María Rodas, dont il s’inspire pour établir son programme. Les femmes du PIE, menées par Viviana Sansón et surnommées les « érotiques », prétendent lutter « pas à pas1 » contre les discriminations sexistes de Faguas, un pays imaginaire qui rappelle en bien des points le Nicaragua de la romancière.

2Nous nous proposons d’étudier le rôle de l’érotisme dans le programme politique du PIE, dont le nom, si atypique pour un parti, semble indiquer qu’il y occupe une place de premier choix. Pour mieux comprendre les fondements sociaux et idéologiques de la proposition politique du PIE, nous nous intéresserons tout d’abord aux représentations sociales qui circulent dans la société de Faguas, en analysant les idées reçues sur l’érotisme et la sexualité. Dans un deuxième temps, nous nous demanderons en quoi, dans ce contexte, l’érotisme constitue une stratégie électorale audacieuse, fondée sur l’idée de scandale, que les membres du PIE sauront utiliser à leur avantage tout au long de leur campagne. Enfin, nous verrons que, loin d’être une simple arme politique destinée à conquérir le pouvoir, l’érotisme constitue la véritable clé de voûte du système de pensée du PIE, même après la victoire dans les urnes.

Représentations sociales de l’érotisme dans la société de Faguas

3Les idées reçues que El país de las mujeres permet d’identifier concernent en particulier l’érotisme féminin, considéré dans le roman comme une preuve de légèreté et d’immoralité. Le fait que les membres du PIE se revendiquent de l’érotisme est ainsi perçu, même par les hommes les plus modérés du récit, comme un manque de sérieux politique. C’est ce qui transparaît dans le discours de José de la Aritmética, un personnage pourtant plutôt favorable au parti des « érotiques » :

para mí eróticos son los calendarios que regalan en Navidad en las ferreterías con las mujeres hermosotas en paños menores. Que hablaran de eso pues no me parecía serio, no me parecía que calzaba en los discursos de lo que se necesita para gobernar una nación, aunque debo aclararle que yo no comulgo con esos que las andan criticando porque dicen que ustedes aceptan que cada quién es libre para hacer el sexo con quien quiera: hombres y mujeres; mujeres con mujeres, hombres con hombres. Yo, por último, ya no me meto. Cada persona es dueña de su calzón o su portañuela. Allá ellos. Que las explicaciones se las den al todopoderoso de allá arriba, a mí con tal de que no me toque ver funciones en vivo, me tiene sin cuidado (Belli, 2010 : 20).

4Comme on le voit, le discours du personnage, dont la tolérance est relative, reste imprégné de morale catholique, et égrène une série de préjugés concernant l’érotisme, notamment son assimilation à une certaine tendance à l’exhibitionnisme et à la pornographie. Cette vision stéréotypée de l’érotisme féminin est intériorisée par certaines femmes du roman ; en effet, comme le signale Bourdieu :

la représentation androcentrique de la reproduction biologique et de la reproduction sociale se trouve investie de l’objectivité d’un sens commun, entendu comme consensus pratique, doxique, sur le sens des pratiques. Et les femmes elles-mêmes appliquent à toute réalité, et, en particulier, aux relations de pouvoir dans lesquelles elles sont prises, des schèmes de pensée qui sont le produit de l’incorporation de ces relations de pouvoir (Bourdieu, 1998 : 54).

5C’est ainsi qu’au Nicaragua, la plupart des femmes continuent de voir avec méfiance les théories féministes venues d’Europe, qu’elles considèrent immorales sur le plan sexuel :

Cuando las mujeres de aquí dicen «eso es feminismo a la europea» a lo que tienen miedo es a la cuestión sexual. […] La mujer nicaragüense, por el peso tremendo del catolicismo, ve como gran amenaza la puesta en escena, pública y hablada, de una cuestión que practica pero con culpa, con clandestinidad… (Murguialday, 1990 : 244).

6L’irruption en politique de femmes qui s’auto-définissent comme « érotiques » est envisagée, en effet, par certaines femmes du roman comme une atteinte à l’ordre social. C’est bien le caractère immoral de l’érotisme qui est relevé par l’une de ces femmes, Leticia Montero : « lo peor de las eróticas era su falta de moralidad. La ley que permitía el “aborto inevitable” y el hecho de que lograran engatusar a las del movimiento por la vida, habían colmado para ella la copa de la iniquidad » (Belli, 2010 : 54).

7Pourtant, malgré la présence encore forte de ces préjugés sur l’érotisme et la sexualité, le roman semble témoigner d’un virage dans l’appréhension des comportements sexuels. Ainsi, le traitement du viol traduit une redéfinition des frontières de la morale sexuelle : outre le fait qu’il est décrit crûment, d’après une perspective féminine forçant l’empathie avec la victime – opportunément dénommée Juana de Arco –, le viol est considéré dans le roman comme la plus lourde infraction à l’ordre moral, bien au-dessus de l’inceste, comme en témoigne le fait que le récit de Juana de Arco se centre davantage sur la souffrance causée par l’acte sexuel forcé que sur son caractère incestueux : ainsi l’oncle qui l’agresse est-il très rarement désigné par son lien de parenté, tandis que la seule occurrence du terme « tío » pourrait aussi être comprise dans son sens familier de « mec » (ibid. : 136). Ce transfert de la sanction morale, qui touche désormais davantage la catégorie du viol que celle de l’inceste, semble attester d’une redéfinition de la pensée sur le sexe :

Ce qui fait critère aujourd’hui, ce n’est plus le statut des personnes, c’est la procédure par laquelle se fait l’échange sexuel. […] Le grand changement ici, et qui concerne en même temps la filiation, c’est que le cœur de l’interdit résidait avant dans l’inceste (l’inceste tabou majeur est ce qui contrevient au lien d’alliance et du mariage dans les échanges sexuels), alors qu’il réside désormais dans le viol. Finalement, l’interdit de l’inceste est replacé à son tour à l’intérieur de la catégorie du viol, l’inceste étant au fond considéré comme la forme la plus grave de viol (Théry, 2005 : 37).

8En traitant le viol comme le plus grave des abus sexuels, le roman semble donc indiquer une transition de la norme statutaire à la norme procédurale dans la société de Faguas, reconnaissant l’immoralité intrinsèque des violences faites aux femmes. Selon Adelaida López Martínez, l’apparition de la violence sexuelle dans la littérature latino-américaine est d’ailleurs le signe du début d’une prise de conscience :

se tematiza la violencia sexual ejercida contra la mujer en una sociedad donde apenas ahora […] se empieza a pensar en las posibles implicaciones legales de la violación o el acoso sexual, prácticas sancionadas por la costumbre hasta el punto de ni siquiera ser noticia en los medios de comunicación (López Martínez, 1999 : 272).

  • 2 « Essentiellement, l’érotisme est l’activité sexuelle de l’homme, opposée à celle des animaux. Tout (...)
  • 3 « el erotismo es exclusivamente humano: es sexualidad socializada y transfigurada por la imaginació (...)

9Gioconda Belli, pour sa part, prend le contre-pied de cette impunité des violences sexuelles en mettant en scène dans son roman la médiatisation d’une sordide histoire de mœurs. Après avoir réuni les preuves de violences physiques et sexuelles de la part d’un magistrat de Faguas, qui enfermait des jeunes filles dans l’enclos réfrigéré d’un pingouin avant de les violer, l’héroïne Viviana Sansón – journaliste et future présidente – réalise sur ce sujet un reportage télévisé qui mènera le magistrat au scandale. Afin de rendre plus visible le changement de mentalités qui s’est amorcé, l’auteur prend soin d’intégrer à la fiction un « document historique », extrait du journal La Prensa, dans lequel il est question du reportage de Viviana Sansón (Belli, 2010 : 97). La double médiatisation de l’événement – dans la presse écrite et audiovisuelle – permet ainsi de rendre compte de l’importance que commence à revêtir pour les médias ce type d’information, qui cesse d’être jugée anodine. Cette anecdote démontre, d’une part, la fin d’une acceptation inconditionnelle des violences sexuelles et, d’autre part, le jugement négatif porté sur les pratiques d’un certain secteur de la population masculine. Ainsi la sexualité de ce magistrat est-elle considérée comme déviante et animale – c’est du moins ce que semble suggérer l’implication du pingouin dans les jeux sexuels du personnage ! Elle n’est pas de l’érotisme, dans le sens où, comme l’ont démontré Bataille2 ou Paz3, l’érotisme est la forme humaine de la sexualité animale. Il y a donc une opposition claire dans le roman entre deux formes de sexualité : la sexualité bestiale, marquée d’un sceau négatif et masculin, et l’érotisme, qui ressort grandi de la comparaison et reste associé aux femmes du PIE. On pourrait à ce titre comparer la sexualité animale du magistrat Jiménez à l’échange érotique entre Viviana Sansón et son amant :

Sobre ella se convertía en colibrí, en delicado perrito faldero, en delfín. […]
Dudaba de que existiera en el mundo una capacidad de ternura semejante a la de él, con una intuición casi femenina para saber que un cuerpo de mujer no responde ni se abre ante la rudeza, que mientras más suave la caricia más desmedida será después la pasión de la potranca que cabalgará (Belli, 2010 : 66-67).

10Les références au monde animal appartiennent ici à l’ordre de la représentation. Ce sont des métaphores destinées à désigner de façon poétique les deux parties de l’échange sexuel. Ainsi, la sexualité de Viviana s’éloigne de la sexualité bestiale de Jiménez, dont le rapport au monde animal est à envisager au sens propre, pour se rapprocher de l’érotisme, qu’Octavio Paz définit de la sorte : « el erotismo no es mera sexualidad animal: es ceremonia, representación. El erotismo es sexualidad transfigurada: metáfora. El agente que mueve lo mismo al acto erótico que al poético es la imaginación » (Paz, 1996 : 10). Ce lien entre poésie et érotisme, très pertinent dans l’œuvre de Gioconda Belli, montre bien le caractère inventif de la sexualité pratiquée par la présidente du PIE. C’est cet érotisme créatif que le parti va utiliser comme stratégie de campagne pour conquérir un électorat encore imprégné, on l’a vu, de préjugés, mais disposé à questionner l’impunité d’une certaine sexualité désormais considérée comme bestiale.

L’érotisme : une stratégie électorale

11La création du PIE par un petit groupe de femmes est en effet fondée, en tout premier lieu, sur une volonté de provocation politique. Le choix du nom du parti repose sur une référence intertextuelle au recueil d’Ana María Rodas :

lo llamamos PIE: Partido de la Izquierda Erótica. Así se llamó un partido que jamás existió como tal, pero que fundaron mujeres que nos han inspirado a nosotras. […] Le pusieron así por un libro de la poeta Ana María Rodas que se llama Poemas de la Izquierda Erótica. Un libro fantástico. El primer poema termina con esta frase: «Hago el amor y después, lo cuento». El escándalo es importantísimo. ¿Se imaginan el escándalo de que saliéramos con un Partido de la Izquierda Erótica? (Belli, 2010 : 102).

  • 4 Voir B. Dröscher, 2004, « Huérfanas y otras sin madre », Revista de crítica literaria latinoamerica (...)

12Cette anecdote est inspirée d’un fait réel, puisque dans les années quatre-vingt, Gioconda Belli a participé à un tel groupe de réflexion politique ; c’était elle qui avait eu l’idée de ce nom provocateur4, qu’elle réutilise dans son roman pour son caractère scandaleux. La stratégie des « érotiques » dans El país de las mujeres consiste en effet à utiliser le scandale pour faire parler d’elles :

–Pues yo pienso que el nombre no está mal –dijo Viviana–. De una vez asumimos todos los prejuicios: nos declaramos putas, locas e izquierdosas. Cuando terminen de hablar del nombre –y estoy de acuerdo con Martina en que sería un escándalo, pero también una manera de darnos a conocer en tiempo récord–, tendrán que ocuparse de lo que proponemos (ibid. : 104-105).

13Ainsi, pour séduire leur électorat, les « érotiques » parient sur la transgression assumée de la frontière entre politique et érotisme – vie publique et vie privée –, considérant que « c’est la transgression de l’interdit qui envoûte… » (Bataille, 1987b : 607). Après le nom du parti, c’est donc toute la stratégie de campagne qui va être fondée sur la transgression, la provocation et l’apparition dans la lutte politique, pour la première fois, de préoccupations traditionnellement liées à l’intimité féminine :

Pegatinas del PIE empezaron a aparecer en cajas de pastillas del dolor de cabeza, en bolsas de toallas sanitarias, en los tarros de leche en polvo para bebés, en cajas de detergente. […] el PIE logró colocarse al centro de la dinámica electoral, desafiando los pronósticos y las risas de los exacerbados políticos machos que las llamaban “las eróticas”, como si el erotismo fuera objeto de vergüenza (Belli, 2010 : 115).

14D’après Adelaida López Martínez, « en la literatura tradicional, la sangre ha servido siempre para sugerir la violencia y agresión del más fuerte. La sangre del flujo menstrual, ausente en la literatura masculina, en el imaginario femenino actual se convierte en metáfora de fertilidad y creación » (López Martínez, 1999 : 273). L’utilisation des serviettes hygiéniques comme support de campagne du PIE permet donc de placer les « érotiques » du côté de la créativité et de l’inventivité. L’inclusion dans le roman d’un autre « document historique », la première proposition de campagne publicitaire du PIE, joue également ce rôle en mettant en évidence l’humour avec lequel les « érotiques » tentent de convaincre leur électorat. Ainsi, dans les paquets de serviettes hygiéniques, on peut lire :

  1. Los hombres sangran en las guerras. Nosotras sangramos todos los meses para la vida.

  2. Las hormonas adelante (Belli, 2010 : 120).

15D’autres actions politiques du PIE s’appuient sur un contenu sexuel ou érotique, comme celle consistant à faire du porte-à-porte pour vernir les ongles des pieds des femmes, celle visant à donner confiance en elles aux femmes en affichant dans les cabines d’essayage des magasins de prêt-à-porter : « Oui, tes idées sont resplendissantes », ou encore celle destinée à convaincre l’électorat masculin :

Históricamente los hombres se han fijado en las tetas y en el culo de una mujer, no en sus ideas. […]
Actividades
Quitar las pilas en todos los controles remotos para forzar a ver un solo canal y que vean el spot de nuestra candidata dando su primer discurso en topless.
Durante los programas de fútbol, que una mujer con voz sensual relate el partido como si estuviera sumamente excitada. Y que el «¡Gooooooooool!» lo grite como en un orgasmo (ibid. : 122).

16Les membres du PIE illustrent ainsi, par leur campagne électorale, cette pertinente affirmation d’Octavio Paz :

amor y política son los dos extremos de las relaciones humanas: la relación pública y la privada, la plaza y la alcoba, el grupo y la pareja. Amor y política son dos polos unidos por un arco: la persona. La suerte de la persona en la sociedad política se refleja en la relación amorosa y vice-versa (Paz, 1996 : 170).

17En définitive, ce que les « érotiques » laissent entendre dans leur stratégie de campagne, c’est que la politique et l’érotisme ne sont que des aspects d’un même phénomène : la vie. Comme le dit l’article 5 du Manifeste du PIE – un autre « document historique » inclus dans le roman –, « Somos eróticas porque Eros quiere decir VIDA, que es lo más importante que tenemos y porque las mujeres no solo hemos estado desde siempre encargadas de darla, sino también de conservarla y cuidarla » (Belli, 2010 : 110). Ainsi, même après le triomphe électoral du PIE, l’érotisme continuera d’être une priorité pour le parti, cessant d’être une simple stratégie de campagne pour acquérir un véritable statut politique.

L’érotisme : une priorité politique

18Malgré l’efficacité de sa provocation électorale, le PIE n’aurait pas réussi à accéder au pouvoir sans un événement naturel imprévu : une éruption volcanique dont les émanations firent baisser le taux de testostérone chez les hommes de Faguas au moment opportun. Le volcan, souvent associé à l’érotisme féminin dans l’œuvre de Gioconda Belli par sa comparaison avec les seins (ibid. : 66), se fait donc l’allié du parti en adoucissant le caractère des hommes, aussi bien dans la chambre à coucher que sur la place publique. C’est donc la neutralisation, au profit de l’érotisme, de la sexualité agressive et animale de l’homme qui va permettre la victoire des « érotiques » :

La libido decaída de los hombres fue la que dio la pista científica de que algo anormal sucedía. […] Nuevas e intrincadas pruebas de laboratorio indicaron que los gases del volcán eran responsables del efecto que inesperadamente bendecía a Faguas con una mansedumbre masculina nunca vista.
–¡Voy a creer en Dios! ¡Voy a creer en Dios!– gritaba Martina en el último mes de campaña.
Y es que, entre la dulcificación de los hombres y las estupideces del gobierno, el Partido de la Izquierda Erótica se colocó a la cabeza en las encuestas (ibid., 2010 : 39).

19L’objectif des membres du PIE, une fois au gouvernement, sera de conserver cette primauté de l’érotisme sur la sexualité animale, afin d’apaiser la vie sociale et politique, sans perdre en inventivité. L’érotisme devient donc, après la victoire, une priorité de communication ; la présidente se fait un devoir de porter des chaussures à talons dès son investiture, et tout le conseil du PIE arbore des tenues sensuelles comme s’il s’agissait d’un uniforme de travail : « Rememoró […] la visión del consejo del PIE recibiendo a los invitados, todas vestidas con iguales trajes de satín ajustados terminando en el escote recto y los hombros desnudos. Solo los colores las diferenciaban » (ibid. : 166-167). Par ailleurs, au cours de son mandat, la présidente Viviana Sansón amorce une véritable réflexion, en interne, sur la manière de « darle contenido de política de Estado al erotismo » (ibid. : 185). En cela, elle ne fait que confirmer l’opinion de Michel Foucault, qui considère que la séparation entre politique et sexualité est inopérante :

Il ne faut pas décrire la sexualité comme une poussée rétive, étrangère par nature et indocile par nécessité à un pouvoir qui, de son côté, échoue à la maîtriser entièrement. Elle apparaît plutôt comme point de passage particulièrement dense pour les relations de pouvoir (Foucault, 1994 : 136).

20Le PIE a bien compris cet enjeu de l’érotisme, notamment dans les rapports de pouvoir entre hommes et femmes. Toute la question réside donc dans la manière de promouvoir l’érotisme vital – que l’auteur associe aux femmes – au détriment de la sexualité brutale de l’homme machiste :

–¿Cómo creamos una idea distinta de la sexualidad de nosotras las mujeres en este país machista? […]
–Hay que derogar los concursos de belleza. Son una ofensa y aquí hay uno diario –anotó Juana.
–Podrían hacerse mixtos, ¿no crees? Que gane el ejemplar más bello, sea hombre o mujer. […]
–Genial –dijo–. Me encanta esa idea.
–¿Y si creamos cursos para que la gente aprenda a hacer el amor? La mayoría de la gente nunca aprende. […]
–Se podría incluir una unidad de «Erotismo» en las clases de Maternidad (Belli, 2010 : 186).

  • 5 « ¿Cómo puedes pedir a tu marido / que te lama y te monte? / Eso no lo aprendiste en el colegio » ( (...)

21Cette idée d’enseigner l’érotisme à l’école nous renvoie au recueil d’Ana María Rodas, dans lequel un poème évoque l’incapacité de la femme à verbaliser ses expériences sensuelles5. Pour les membres du PIE et du nouveau gouvernement, il s’agit de dompter la sexualité afin de la transformer en érotisme et donc de la socialiser, car, comme le souligne Octavio Paz, « l’érotisme est de la sexualité socialisée, soumise aux nécessités du groupe ; c’est la force vitale expropriée par la société » (Paz, 1994 : 20). Dans cette optique, Viviana propose de créer des cycles de cinéma érotique, tandis que Juana de Arco considère que l’érotisme doit se trouver en première ligne dans les discours politiques : « Siga vistiéndose erótica usted, jefa. Y hable de estas cosas en sus discursos » (Belli, 2010 : 186). Ainsi, l’érotisme occupe une place centrale dans le programme politique du PIE ; il est destiné à supplanter la sexualité bestiale afin d’apaiser les rapports sociaux entre les sexes, bien que, devant l’ampleur de la tâche, les dirigeantes reconnaissent l’insuffisance d’un simple mandat : « No creo yo que aprender lo que es el erotismo del que habla sea factible en un período presidencial […]. Con que no nos maltraten a las mujeres será suficiente por el momento » (ibid. : 186). Le chemin est donc encore long pour les « érotiques », mais les jalons en sont posés.

22Dans une société comme celle que décrit Gioconda Belli dans El país de las mujeres, où, comme nous l’avons vu, les préjugés sur l’érotisme féminin ont la vie dure bien que les mentalités semblent amorcer un virage, se servir de l’érotisme comme arme politique constitue une véritable provocation. Pourtant, au-delà de l’aspect scandaleux de la chose, c’est surtout la volonté de mutation sociale qui se dégage du roman : en favorisant le second terme de l’opposition entre sexualité et érotisme théorisée par Bataille et par Paz, le PIE opte pour une politique de la vitalité, de la créativité et de l’inventivité, des caractéristiques qui définissent également l’imagination littéraire.

23Ainsi, Gioconda Belli établit un lien étroit entre imaginaire et réalité, lien qu’elle renforce d’un ultime jeu intertextuel en créant, après la publication du livre, un site web relayant les activités du PIE. Ce site se veut un prolongement du roman, destiné à promouvoir les idées formulées dans le récit et à faire que « la realidad llegara a parecerse a la ficción6 », en publiant notamment des articles de presse qui concernent la question des relations entre les sexes.

24Par sa proximité avec l’imagination, l’érotisme semble donc être la pierre de touche du changement politique. Il est un des fondements de l’idéologie, développée par Gioconda Belli, du « félicisme », dont l’étymologie dit assez la volonté de placer le bonheur au centre des préoccupations politiques, et dont l’objectif n’est autre que de changer le monde, « pas à pas ».

Haut de page

Bibliographie

Bataille, Georges, 1976, « L’histoire de l’érotisme », in Œuvres complètes VIII, Paris, Gallimard.

—, [1957] 1987a, « L’érotisme », in Œuvres complètes X, Paris, Gallimard.

—, [1961] 1987b, « Les larmes d’Éros », in Œuvres complètes X, Paris, Gallimard.

Belli, Gioconda, 2010, El país de las mujeres, Bogotá, Editorial Norma.

Bourdieu, Pierre, 1998, La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.

Foucault, Michel, [1976] 1994, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

López Martínez, Adelaida, 1999, « Feminismo y literatura en Latinoamérica: un balance histórico », in Forgues, Roland (ed.), Mujer, creación y problemas de identidad en América latina, Mérida, Universidad de los Andes.

Murguialday, Clara, 1990, Nicaragua, revolución y feminismo (1977-1989), Madrid, Editorial Revolución.

Paz, Octavio, 1994, Un au-delà érotique : le marquis de Sade, trad. Jean-Claude Masson, Paris, Gallimard.

—, [1993] 1996, La llama doble: amor y erotismo, México, Editorial Planeta Mexicana.

Rodas, Ana María, 1973, Poemas de la izquierda erótica, Ciudad de Guatemala, Testimonio del Absurdo Diario.

Théry, Irène, 2005, « Filiation et identité : la distinction des sexes dans une société égalitaire », in Pedrot, Philippe et Delage, Michel (éds), Identités, filiations, appartenances, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Haut de page

Notes

1 Le sigle « PIE » signifie « pied » en espagnol, ce qui, outre les nombreux jeux de mots ou expressions idiomatiques auxquels cela donne lieu dans le roman, nous renvoie inévitablement au contenu fantasmatique voire fétichiste véhiculé comme on le sait par cette partie de l’anatomie.

2 « Essentiellement, l’érotisme est l’activité sexuelle de l’homme, opposée à celle des animaux. Toute la sexualité des hommes n’est pas érotique, mais elle l’est aussi souvent qu’elle n’est pas simplement animale. » (Bataille, 1976 : 23) ; « L’activité sexuelle des hommes n’est pas nécessairement érotique. Elle l’est chaque fois qu’elle n’est pas rudimentaire, qu’elle n’est pas simplement animale. » (Bataille, 1987a : 33)

3 « el erotismo es exclusivamente humano: es sexualidad socializada y transfigurada por la imaginación y la voluntad de los hombres » (Paz, 1996 : 14-15).

4 Voir B. Dröscher, 2004, « Huérfanas y otras sin madre », Revista de crítica literaria latinoamericana n° 59, Lima-Hanover, p. 267-295.

5 « ¿Cómo puedes pedir a tu marido / que te lama y te monte? / Eso no lo aprendiste en el colegio » (Rodas, 1973 : 32).

6 G. Belli, Partido de la izquierda erótica, http://www.partidoizquierdaerotica.com/la-idea/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Large, « L’érotisme politique : le programme du « Partido de la Izquierda Erótica » dans El País de las Mujeres de Gioconda Belli », América, 46 | -1, 97-105.

Référence électronique

Sophie Large, « L’érotisme politique : le programme du « Partido de la Izquierda Erótica » dans El País de las Mujeres de Gioconda Belli », América [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/america/1274 ; DOI : 10.4000/america.1274

Haut de page

Auteur

Sophie Large

Université de Bourgogne, Centre Interlangues (EA 4182)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals