Navegación – Mapa del sitio
II. Humeur, ironie, satire

Les chroniques de Jorge Ibargüengoitia dans le quotidien Excélsior (1968-1976)

Las crónicas de Jorge Ibargüengoitia en el Excélsior (1968-1976)
Karim Benmiloud

Resúmenes

Dramaturgo, cuentista y novelista de primer orden, al escritor mexicano Jorge Ibargüengoitia (1928-1983) se le conoce menos por sus crónicas, a pesar de que escribió más de 660, de 1968 a 1976, para el prestigioso periódico Excélsior. Este artículo empieza recordando las condiciones de producción de dichas crónicas (redactadas a petición de Julio Scherer durante los meses que siguieron la masacre de Tlatelolco), antes de analizar los diferentes pactos de lectura que supone su recepción por los lectores de aquella época (quienes las leyeron dos veces a la semana en su periódico) y por los lectores de hoy (quienes tienen acceso a ellas gracias a las seis antologías temáticas que reúnen la mayor parte de esta producción periodística inicialmente marcada por la discontinuidad). El artículo analiza por fin las variaciones temáticas recurrentes más significativas, los blancos predilectos, así como la doble naturaleza de la mirada del cronista sobre los hechos que narra, entre falsa ingenuidad y lucidez demoledora, con tintes de melancolía.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Comme la romancière mexicaine Rosario Castellanos l’avait fait avant lui, de 1963 à sa mort en 1974 (...)

1Du 13 décembre 1968 au 5 juillet 1976, au rythme d’une (jusqu’en mai 1969), puis de deux livraisons par semaine, le dramaturge, nouvelliste et romancier mexicain Jorge Ibargüengoitia (1928-1983) publie dans le célèbre quotidien mexicain Excélsior une vaste série de plus de 660 chroniques1, que l’auteur – à quelques très rares exceptions près, soit Viajes en la América ignota (1972) et Sálvese quien pueda (1975) – ne republiera pas sous forme d’anthologie, comme c’est devenu de plus en plus aujourd’hui l’usage chez les écrivains invités à collaborer de façon régulière avec la presse.

2Moins d’une dizaine d’années après la mort de l’auteur, et à partir d’une sélection établie selon des critères thématiques, Guillermo Sheridan édite d’abord trois volumes de ces chroniques sous le titre de Autopsias rápidas (Editorial Vuelta, 1988), Instrucciones para vivir en México (Joaquín Mortiz, 1990) et La casa de usted y otros viajes (Joaquín Mortiz, 1991). Puis, à partir de 1997, dans le cadre d’une réédition complète des œuvres d’Ibargüengoitia par Joaquín Mortiz, sont publiés trois nouveaux volumes – qui viennent compléter les précédents –, grâce à une sélection effectuée cette fois par Aline Davidoff et Jesús Quintero : Ideas en venta (avril 1997), Misterios de la vida diaria (juillet 1997) et ¿Olvida usted su equipaje? (fin 1997).

3Sans doute grâce à l’aura que lui a conférée l’obtention de deux prix Casa de las Américas (le premier en 1962 pour sa pièce de théâtre El atentado, le second en 1964 pour son roman Los relámpagos de agosto), Jorge Ibargüengoitia, qui a fêté le 22 janvier 1968 ses quarante ans, est donc invité à collaborer avec le quotidien Excélsior en décembre 1968, alors qu’il a mis fin à sa vocation de dramaturge et publié, pour l’heure, un seul roman et un seul recueil de nouvelles, La ley de Herodes, en 1967. Après une courte carrière comme chroniqueur de théâtre (de 1961 à 1964), ses chroniques, écrites pendant la fin du mandat de Gustavo Díaz Ordaz (1er déc. 1964 – 30 nov. 1970) et surtout l’intégralité du mandat de Luis Echeverría Álvarez (1er déc. 1970 – 30 nov. 1976), commencent donc à être publiées en décembre 1968, soit à peine deux mois après le massacre de Tlatelolco, dans un contexte qui n’est guère propice à la légèreté ni à la fantaisie, pourtant souvent considérées comme des « marques de fabrique » du natif de Guanajuato.

4Le début de la collaboration d’Ibargüengoitia coïncide avec la nomination du brillant Julio Scherer García (1926-2015) à la tête du journal en 1968, journal qui sera, sous sa houlette, marqué à la fois par un soutien aux réformes du régime priiste et par une critique sans concession du gouvernement, notamment pendant le sexennat de Luis Echeverría. C’est cet exercice implacable du quatrième pouvoir que Julio Scherer finira par payer au prix fort, puisque, en juillet 1976, il sera démis de ses fonctions par l’assemblée de la Cooperativa convoquée en urgence, consécutivement à des manœuvres du Président qui ne supporte plus l’indépendance du journal (il fait nommer à la place de Scherer le journaliste Regino Díaz Redondo, beaucoup plus docile). Et c’est à la suite de ce départ forcé de Julio Scherer que Jorge Ibargüengoitia – comme de nombreuses autres grandes plumes du journal, et au total plus de 200 journalistes et collaborateurs, dont Octavio Paz, Carlos Monsiváis, José Emilio Pacheco, Vicente Leñero, etc. – mettra fin à sa collaboration avec Excélsior.

5À son entrée dans ce journal, Ibargüengoitia y rejoint deux grands noms, Daniel Cosío Villegas (1898-1976) et Octavio Paz (1914-1998), qui allait prendre peu après la direction de la revue Plural (supplément culturel de Excélsior, de 1971 à 1976). Contraint au départ en juillet 1976, Julio Scherer fonde le 6 novembre 1976 la revue Proceso, tandis qu’Octavio Paz part de son côté fonder la célèbre revue Vuelta (1976-1998), où Jorge Ibargüengoitia le suivra et publiera une chronique mensuelle cette fois intitulée « En primera persona », dont il livrera 30 exemplaires, jusqu’à sa mort dans un tragique accident d’avion à Madrid, le 27 novembre 1983, qui coûta la vie à 181 personnes, et notamment à l’écrivain péruvien Manuel Scorza et au couple de critiques formé par Marta Traba et Ángel Rama.

Conditions de production/réception

6La publication de ces contributions est marquée par un certain nombre de contraintes, directement tributaires des conditions de production, liées à la fois au support journalistique qui accueille ces chroniques et au contrat que l’auteur mexicain a passé avec son employeur.

7La première contrainte est bien sûr celle de la brièveté, puisque l’auteur est tenu de ne pas dépasser un certain nombre de signes ou de mots (même si l’auteur traite parfois de certains sujets, qui l’inspirent particulièrement, en deux ou trois livraisons) ; la deuxième est la périodicité, puisque Ibargüengoitia s’engage à livrer deux chroniques hebdomadaires, ce qu’il fera pendant près de huit ans, jusqu’à constituer un corpus total de 660 articles ; la dernière contrainte est enfin celle de la fugacité, puisque, en acceptant de travailler pour la presse (qui plus est, pour un quotidien), l’auteur accepte de travailler pour un support éphémère. Comme le rappelle un autre écrivain mexicain, Juan Villoro, lui aussi romancier et essayiste :

Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminan por servir, en la mayoría de los casos, al «arte de envolver pescados», como diría el poeta y cronista peruano Antonio Cisneros (prologue, in Ibargüengoitia, 2009 : 23).

8En effet, il ne faut pas oublier que, en les livrant à la presse, l’auteur accepte que ses chroniques ne soient pas destinées à être gravées dans le marbre, et qu’elles disparaissent inéluctablement avec le passage des jours… Fugit tempus irreparabile. Rappelons que le mot « chronique » – tant en français qu’en espagnol – tire son origine du latin chronica, qui, à son tour, dérive du grec kronika biblios (« livres qui suivent l’ordre du temps »). Le terme fait ainsi étymologiquement allusion à un récit dans lequel les faits suivent l’ordre chronologique, un récit qui en assume donc le caractère fugace et éphémère, immédiatement remplacés qu’ils sont par d’autres faits et d’autres événements. Comme le rappelle le Trésor de la langue française, dans le monde du journalisme, une « chronique » est, par ailleurs, un « article de journal ou de revue, émission de radio ou de télévision, produits régulièrement et consacrés à des informations, des commentaires sur un sujet précis. Une chronique financière, judiciaire, théâtrale ; chronique quotidienne, hebdomadaire ; rédiger, publier une chronique ».

9Autre point qui mérite d’être souligné, en ce qui concerne les conditions de production, c’est le confort matériel qu’assure à leur auteur la publication de ces chroniques dans la presse. La périodicité (et en l’occurrence la haute fréquence) de ces chroniques assure à leur auteur un salaire stable, régulier, c’est-à-dire une indépendance financière, particulièrement confortable si on la compare aux droits d’auteur souvent misérables dont doivent se contenter les écrivains. Et c’est cette indépendance financière (il s’agit aussi, bien sûr, d’un travail alimentaire) qui garantit par ailleurs à l’écrivain une totale liberté de création de l’œuvre qu’il construit patiemment dans ses ouvrages de fiction (ceux qui resteront pour la postérité). Pour qui a une certaine facilité de plume (et c’est manifestement le cas d’Ibargüengoitia, si l’on en juge par le nombre des chroniques qu’il a livrées), les contraintes conjointes de la périodicité, de la brièveté et de la fugacité se transforment bientôt en avantages, et même en privilèges, comme il l’avouait en 1975 dans un entretien : « Como rutina es la más agradable que he tenido. ¿Cuántos asalariados pueden decir lo que yo he estado diciendo varios años?: los lunes a las doce y media termino el trabajo de la semana » (Corona, in Ibargüengoitia, 2002 : 317). Dès le mois de mai 1969, en effet, et au rythme de deux par semaine, ses chroniques écrites le lundi sont publiées le mardi et le vendredi.

10Enfin, en ce qui concerne le destinataire, et à l’inverse de la prose fictionnelle, ces « chroniques du temps présent » publiées dans la presse sont aussi destinées à un lectorat large et massif, même si Excélsior est un journal exigeant, et sans doute, à cette époque glorieuse, un des meilleurs journaux au monde. Juan Villoro le rappelait ainsi en 2008 : « Durante esos ocho años, Excélsior se convirtió en [el] periódico […] más leído en el país, y uno de los diez principales del mundo » (Villoro, in Ibargüengoitia, 2009 : 14).

  • 2 Juan Villoro note avec raison : « Ibargüengoitia escribió sin freno de películas que hoy no interes (...)

11Analyser ces chroniques, sous leur forme actuelle, présente donc des difficultés majeures. Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler les multiples écueils méthodologiques auxquels se heurte l’exégète qui s’y intéresse : d’abord, elles sont désormais déconnectées du contexte et des circonstances qui les ont vu naître (temps de production)2 ; elles sont ensuite publiées sous forme de livres (ce qui suppose un changement de support : du journal, support jetable, au livre, support pérenne) ; signées par le même auteur, elles sont aussi rassemblées au motif de leur auteurité, et se donnent donc à lire sous une forme univoque plutôt que plurivoque (autrefois en dialogue avec les autres plumes du journal), et sous une forme continue plutôt que discontinue. Leur caractère fragmentaire en est largement estompé ou atténué, et c’est une forme de continuité (logique, stylistique, rhétorique, et même thématique) qui finit par prendre le pas sur l’absolue discontinuité qui avait présidé à leur composition.

12Il y a enfin un dernier effet de lecture, qui est imputable aux éditeurs eux-mêmes, qui ont fait le choix de publier ces textes, non pas dans des livres chronologiques (qui auraient pu permettre de donner une idée de la dynamique et de l’évolution de la pratique journalistique de Jorge Ibargüengoitia tout au long de ces huit années), mais dans des anthologies thématiques, qui dégagent donc de facto des thèmes récurrents, des lignes de force, des noyaux narratifs, des obsessions, etc. Là encore, la dimension fragmentaire est considérablement réduite, et ce « chapitrage » (avec des titres donnés par les éditeurs) donne à la prose de l’auteur mexicain une structure et une cohérence qu’elle n’avait pas du tout au départ, sans compter les effets de reprises ou de redites, qui sont ainsi beaucoup plus évidents.

Le pacte de lecture

13Par opposition à la prose fictionnelle, le genre de la « chronique » suppose un ancrage contextuel et un système référentiel stables, dignes de foi, et immédiatement identifiables/reconnaissables par le lecteur du journal. Ignacio Corona évoque ainsi « un estilo “realista” de escritura, un código de verosimilitud articulado a una reista finirV, est rticulado a una reista finirV, est rticulado a una reista finirV, esIns,cas(as qoprre izhvident pa mêm). Elpuba mortl chroniquan eia una, mêmcide Tlatgüenb aui , qui,nu de ne pasu deomps in,t queère-cyo he ne strucnologi

10Enfin, en ce qui concerne le destinataire, et à l’ncide avexcélsior (1968-1976)Isormvén, pu

Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminProygüar 1991deoje cas) ete, er :

de an976)o,er pesca (197l>de aejira pi ¿Olvida ust paje? ditio7 2

8En effet, il"citationbis">Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminHar dvera 30juast leí beauremqunalizapida diconObscade="Ei Toybay acceln tintean eesera,nt pes cetus en ve totad Amérib el pApatzlie.suppoZihuaa cejo (05/05/ía Á(ibid. 7

8En effet, il"citationbis">Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminEn SualRochronice, nmásd un yo de í, Sual sa ces euxsa eà 8En effet, il ne faut pas oublier que, en les livrant 1oint deu sin freno mentt de ver hoy no En a 19pas odoble nue mova clurnademoleda mueeruano s1970préopoeta u0prvida u"texses,arégjóles faiun 10Enfin, en ce qui concerne le destinataire, et à l’un certaio Schertocfroa postÙhuimtde 66f="#üens da,alaniel u troisra ell corançaise"Eico-reistort jouoe des lass="citao Scherer Garcíl les f2008 :(ent confortable massif, rage co)998),mtrde Anvirtióva-ogiquddont il cecdote pque ume èreliteuriredites, te cb conceet un système référentiel stqui c-uemt, et es effets de issioorte,di) ), mais, div cico-buranard,t etal psignececdotee redièv>Isormpoetifr d’ui a fêté le 22 janvier 1968 se, , en ader --> itsa 1)pu

Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminD faiuaatifue976) i antoafción los l Amérqu’oó ml p Traevir, ecabre fueden Condenadas a la fugacidad, las páginas del periódico terminqueuino e u"te>

Notas

1 Comme la romancière mexicaine Rosario Castellanos l’avait fait avant lui, de 1963 à sa mort en 1974 (Castellanos, 1974). Sur les chroniques de Jorge Ibargüengoitia : Rehder, 1993.

2 Juan Villoro note avec raison : « Ibargüengoitia escribió sin freno de películas que hoy no interesan, enigmas políticos olvidados, rincones desaparecidos de la ciudad donde pasó la mayor parte de su vida, costumbres ya indescifrables. Sin embargo, muchas de sus crónicas conservan la vitalidad del relato robado con astucia al flujo de los días » (Revolución en el jardín, 1997 : 23).

3 Voir aussi l’allusion au cas des sœurs Poquianchis, traité de façon fictionnelle dans son roman noir Las muertas (México, Joaquín Mortiz, 1977) et dans Misterios de la vida diaria, 1997 : 42.

4 Il est à noter que la quatrième de couverture, plutôt tape-à-l’œil, chercher à attirer le lecteur avec cette présentation accrocheuse : « ¡Por fin! Lo mejor de la obra del más grande Humorista de México. Jorge Ibargüengoitia. Triunfador del Premio Internacional de Novela “México” –en competencia con 400 escritores de todo el Mundo de Habla Hispana. Sálvese quien pueda ».

5 Voir aussi cette reformulation du même Juan Villoro : « Heredero de James Thurber y Evelyn Waugh, el cronista de Autopsias rápidas cultivó la claridad en las descripciones, el humor como signo de inteligencia y un ritmo de relojería que le permitía mantener la tensión a lo largo de ciento cincuenta páginas. Trabajaba dos años para escribir un libro que se leía en dos horas » (Juan Villoro, 2013 : 18).

6 Sur ce texte, voir par exemple Dorita Nouhaud (1996 : 153-156).

7 Il s’agit de « Appelez le médecin », publié sous le titre orginal « Esta Ciudad (I) » (La casa de usted y otros viajes, México, Joaquin Mortiz, 1991, p. 96-98) ; « Qui est là ? De l’art d’ouvrir et de fermer la porte » (publié dans Instrucciones para vivir en México, México, Joaquín Mortiz, 1990, p. 74-75) ; et « Le klaxon et l’homme », qui réunit deux textes publiés sous les titres « El claxon y el hombre » et « El arauca vibrador » (Instrucciones para vivir en México, 1990, p. 85-90).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Karim Benmiloud, « Les chroniques de Jorge Ibargüengoitia dans le quotidien Excélsior (1968-1976) », América [En línea], 49 | 2016, Publicado el 07 septiembre 2016, consultado el 13 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/america/1655 ; DOI : 10.4000/america.1655

Inicio de página

Autor

Karim Benmiloud

Université Paul Valéry, Montpellier 3 ; Institut universitaire de France

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página

  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals