Skip to navigation – Site map
II. Humeur, ironie, satire

Savoir en rire : La duda melódica, blog de Luis Barrera Linares

Saber en la risa: el blog La duda melódica de Luis Barrera Linares
François Delprat

Abstracts

Critique littéraire, auteur de romans et de fictions brèves, Luis Barrera Linares, tient depuis des années, à partir de 2006, le blog « La duda melódica », forme virtuelle d’un humour à fleur de vie quotidienne. La plus grande partie en est publiée dans le volume La duda mélódica. Crónicas malhumoradas 2006-2012.
Les différentes modalités de l’ironie en font une critique des courants du discours contemporain : pensée dominante, modes artistiques, caractère évolutif du langage. La satire des visions de grandeur est renforcée par la modeste, perspicace et pittoresque tía Eloína, incarnation de la sagesse populaire. Plaisante voie vers la connaissance, cette forme d’écriture est dérivée des exercices stylistiques du même auteur dans plusieurs de ses livres, dont ses Cuentos en-red-@-dos, qui explorent les possibilités d’une réalité virtuelle découlant des médias numériques.

Top of page

Full text

1Développé en ligne depuis 2006, le blog de Luis Barrera Linares a repris le titre de « chroniques » que cet écrivain tenait dans la presse écrite à Caracas depuis plusieurs années, en particulier dans El Nacional. Par ailleurs, auteur de contes et nouvelles et de courts romans, ce professeur de littérature à l’université Simón Bolívar a publié au cours des vingt dernières années des essais sur l’art du récit et sur la sémiotique littéraire, ainsi que des articles de critique littéraire dans les pages culturelles de grands quotidiens (1993-2004, El Nacional, el Diario de Caracas, Tal Cual notamment).

2Le Papel literario de El Nacional (supplément littéraire hebdomadaire de ce grand quotidien vénézuélien) a été le premier support de la chronique régulière intitulée La duda melódica et son rayonnement a largement renforcé l’audience de l’écrivain qui a été élu académicien (Academia venezolana de la lengua) en 2005.

3Dans « Introito por si las dudas », prologue au volume La duda melódica édité en 2013, l’auteur dit avoir délibérément abandonné en 2002 ses chroniques de presse et les avoir reprises pour le cyberspace à partir de 2006 : « […] sin la fastidisosa periodicidad ni las presiones y censuras diarísticas de otras épocas, pero con todas las fabulosas posibilidades de permanencia, difusión y posibilidad de interacción que ofrece esa maravilla denominada Internet ».

4Nous étudierons ici les grandes orientations des textes mis en ligne par Luis Barrera Linares, puis la variété des formes et des langages, la spécificité de ses ressources humoristiques, et enfin, au moins sommairement, la réception immédiate du blog, perçue à travers les commentaires en ligne.

Douter, même de soi

5Le titre du blog est donné comme une règle intellectuelle et morale précédemment inscrite dans les chroniques de presse, reprise dans le premier texte mis en ligne en 2006, et rappelée dans tous les suivants jusqu’en 2012, puis dans la renaissance de fin 2013 à octobre 2014.

6En frontispice, le blog offre une photo souriante de son auteur avec le titre et une annonce de contenu sur le ton de la plaisanterie :

LA DUDA MELÓDICA
Crónicas malhumoradas de Luis Barrera Linares y su tía Eloína
Lenguaje, literatura, ideas, humor, política, locuras y otros desvaríos…
Tuíter: @dudamelodica

7L’ouverture du blog le 1er novembre 2006 le présente comme directement issu de l’écriture au fil des jours dans la presse :

Después de que deambuló por varios diarios venezolanos durante diez años (principalmente por El Nacional), mi tía Eloína había prometido desde el 2002 que no publicaría esta columna durante algún tiempo. Sin embargo, como la promesa se limitaba a la versión escrita en algún diario impreso tradicional, hoy vuelve La duda melódica a través de la blogósfera. Regresa mi parienta por sus fueros porque los tiempos que corren no son para quedarse callados ni para perder esta oportunidad que ofrece la red. Aquí estaremos otra vez, tanto ella como yo, para continuar con nuestros comentarios semanales en los que esperamos que haya un poco de cada cosa que nos resulte interesante compartir con el ciberespacio. Saludos desde esta Caracas pre-electoral, convulsa, repleta de automóviles y de ciudadanos estresados hasta la saciedad, saludos, pues desde nuestro nuevo lugar de opnión.

8Quant à « mi tía Eloína », le lecteur la connaît depuis les chroniques de presse et ses avatars successifs dans les contes et le roman Sin partida de yacimiento, textes écrits avant 2006. Les lignes citées en font le co-auteur du blog puis la voix de l’auteur lui-même, dédoublement très littéraire. Les sujets abordés par Luis Barrera Linares sont très variés, mais tiennent tous à l’un ou l’autre des traits de sa personnalité, répondant bien au caractère autobiographique de la chronique relevé par tous les spécialistes du domaine. Ses nouvelles et romans ont d’ailleurs souvent le caractère d’autofiction annoncé dans « Pórtico del desahogo », le texte initial de Cuentos en-red-@-dos  :

No creo ser el primer sujeto o sujeta de este continente preocupado por el curioso fenómeno de la quíntuple relación lector-autor-crítico-profesor-editor, tan propia de los espacios literarios latinoamericanos, y hago consciente el problema de desempeñar simultáneamente, aunque en distintos contextos, los varios roles discursivos y fácticos implícitos en esta polivalencia a veces forzada.

9Le lecteur est ainsi préparé à une problématique de l’écriture liée soit à l’imprimé, soit au texte virtuel, récit des aventures et mésaventures de ce petit monde d’une grande capitale qui tisse ses relations entre les librairies, les maisons d’éditions, les bistros où l’on cause et l’université, lieux de rencontre que la projection sur le web va encore étendre en réseaux non moins cohérents, ceux des diverses modalités de la création artistique, littéraire en particulier.

Critique, histoire littéraire, langage, satire du quotidien, travers des habitants…

  • 1 La présente étude s’arrête à 2014, mais le blog, diffusé parallèlement sur le site de la revue en l (...)

10Comme dans toute chronique, l’auteur proclame sa liberté de choix. Les 55 textes – appelons-les chapitres – suivent d’abord une régulière parution hebdomadaire, de novembre 2006 à mars 2007. Le rythme se ralentit ensuite, tous les quinze jours à partir de juillet 2007, ensuite mensuel, puis bimestriel en 2008, encore plus espacé en 2009 et 2010, trois dans l’année en 2011 et 2012, deux seulement en 2013 et trois en 20141. L’auteur avait décidé d’arrêter son blog en 2012 puis il y est revenu pour des textes nouveaux en cours de rédaction. Il faut dire que tous les chapitres de 2006 à 2012 se sont retrouvés, remaniés pour l’occasion, dans un volume édité à Caracas en 2013. Quant aux thèmes, d’une grande variété, ils sont inspirés de l’actualité culturelle ou de la vie de la cité, au jour le jour, et le même chapitre passe parfois d’un sujet à l’autre avec une adroite souplesse qui fait penser aux brusques détours de la conversation. Les textes mis en ligne portent souvent sur un livre récemment paru, un point d’histoire littéraire récente ou des pratiques langagières usuelles.

11L’expression littéraire est le principal domaine abordé par les textes de 2006 et ceux de 2007, les mois où la publication est la plus fréquente. On peut voir un véritable programme dans le premier chapitre du blog, « Buenos y nuevos aires para la narrativa venezolana » (8 novembre 2006) : les écrivains vénézuéliens se plaignent en un « lamento borincano » du manque de reconnaissance de leurs écrits, surtout en prose de fiction, car la critique occidentale a concédé plus de bienveillance à la poésie et à l’essai. Sur le mode de l’ironie, l’auteur renvoie à son essai critique La negación del rostro (2005) et redemande aux écrivains d’aujourd’hui d’écrire pour le monde entier, de dépasser les bornes du localisme. C’est un mérite de récents volumes de nouvelles et de romans à partir de 2005-2006, dit-il, où fleurit une nouvelle vision du monde, une autre représentation de la vie des contemporains ou même des êtres qui ont vécu jadis et dont l’histoire est racontée avec des ressources d’écriture enrichie par la coexistence des différents médias. C’est une bibliothèque personnelle qui surgit alors, faite des admirations et sympathies de l’auteur, merveilleuses nouveautés qui ouvrent sur un autre temps et d’autres lieux.

12Deux des textes suivants rendent compte justement d’œuvres littéraires saluées pour l’originalité de leur écriture et l’innovation dans la pensée. Renato Rodríguez a reçu en 2006 le Premio Nacional de Literatura, des années après la parution de son premier texte novateur (Al sur del Equanil, 1963). L. Barrera Linares rend hommage à un homme pourchassé pour ses idées d’avant-garde révolutionnaire, son engagement, incompris en son temps par l’intelligentsia et la plus grande partie de la critique. C’est la parution d’un nouveau livre qui inspire la chronique consacrée à Eduardo Liendo, écrivain dont la réputation est établie de plus longue date et qui avait apporté un ton nouveau dans ses nouvelles et ses romans (certains relevant du registre policier). La réédition en 2006 de Diario del enano [1995] donne au roman historique une fonction instructive et les qualités de l’engagement pour la liberté. Luis López Nieves, romancier portoricain, est célébré pour El corazón de Voltaire (2005), récit historique très plaisamment mis en forme de messagerie électronique. La chronique vante l’astuce très littéraire de celui qui mène l’enquête et résout un mystère par internet. D’autres écrivains s’y sont appliqués qui forment ainsi un cénacle des as de l’ordinateur avec l’auteur et sans doute le lecteur du blog, un cercle ouvert à tout l’univers.

13L’éloge de livres revient avec « Felipe Pirela BOLERISTA DEL UNIVERSO » (29 septembre 2007) où L. Barrera Linares dit son bonheur d’écouter des boléros, dans les bars où on mettait une pièce dans le juke-box pour entendre ses morceaux favoris. La biographie et chronique musicale consacrée au chanteur Felipe Pirela étend à tous les lecteurs ce penchant personnel. « La novela de un cantante ‘encantador’ » (20 mai 2009) rend compte du roman récent de Mario Amengual El cantante asesinado, de façon ostensiblement subjective : la trame policière et le brillant de l’écriture sont présentés comme faire-valoir de l’engouement pour le boléro et pour le peuple de la nuit dans une Caracas d’aujourd’hui, clichés de beuveries et de plaisanteries étroitement associés à la chanson et au téléroman.

14Le goût du bizarre s’exprime dans « ¿Se llamaría de verdad Rafael Bolívar Coronado? » (24 octobre 2007), un petit mystère d’histoire littéraire du Venezuela au xxe siècle. Des essais comme El Llanero, de Daniel Mendoza, des poèmes, des nouvelles sous d’autres noms ont pu, après bien des recherches, être attribués à un même auteur qui a signé des chroniques et des vers du nom de Rafael Bolívar Coronado. En l’absence de données biographiques précises, ces pseudonymes laissent planer un doute sur l’identité de cet écrivain qui joue de l’imitation ou de la parodie avec talent. Son nom ne serait-il pas un pseudonyme de plus ? De la sorte, la nature de l’écrit littéraire fait l’objet d’une interrogation qui est au centre de la critique selon l’auteur du blog.

15La personnalité de l’écrivain dans ses relations avec ses confrères, avec son éditeur et avec son public lecteur donnait lieu à quelques inquiétudes dans le premier texte déjà évoqué. Cela revient, avec force moquerie, dans nombre d’autres textes. La satire du milieu culturel revient avec fréquence, exercée par dix des cinquante-cinq blogs pour se moquer des jérémiades d’écrivains qui se plaignent de ne pas être reconnus à leur valeur. Non sans sévérité parfois, comme dans « Crítica literaria y llanto literatoso » (25 avril 2007) et « Escritores que son y escritores que se lo creen » (11 septembre 2013). Une joyeuse férocité dénonce aussi l’égolâtrie de certains écrivains : « En ocasiones sobran quienes se creen pedantonamente consagrados desde el primer libro que publican. Y hasta sin haberlo publicado… » (« Críticos crónicos de la crónica », 31 janvier 2007) : l’écrivain devenu critique décerne des éloges, contribue à une consécration de tel auteur selon ses innovations ou parfois son succès de best-seller, encourageant ainsi une littérature par imitation de grands auteurs, conformistes plaisamment qualifiés de « postmodernistas focaultianos, estructuralistas psicoanáliticos o narratologistas genettianos », pour la critique, et pour le roman « garcíamarcados, vargasllorosos, mutis-lados, allendosos, mastroteros, restreputeados, saramagosos, fuenteovejunos, y etcétera para no abundar » (« Acólitos anónimos y egotecas hinchadas » 15 mars 2007).

  • 2 Le tout récent livre de L. Barrera Linares, Breves y bravos, rassemble nombre de portraits vivement (...)

16L’outrecuidance de certains est la cible de « Los escritores como personajes » (18 juin 2008) qui annonce un projet de L. Barrera Linares d’un roman satirique sur les « egoletrados » et dont « El bautismo de un libro es un parto social » (2012) comporte une « Nota de Eloína: reproducción del “Frontispicio” de la novela en crónicas Jueves de Cruz y Ficción ». Ce blog croque un personnage d’écrivain imbu de lui-même, un des travers de ce petit monde où parfois l’on n’accorde pas assez d’attention à la qualité de l’écriture et au soin de la composition d’un livre. La suite en est donnée dans « Proemio del Premio (cap. 1 de Jueves de Cruz y Ficción, novela en ciernes » [16 février 2013]), d’une plume acide et même parfois méchante2.

17C’est une tradition de la chronique d’épingler les grands et petits travers de la ville aujourd’hui, satire de la vie quotidienne. L’attente interminable lors d’une consultation chez le médecin (« Ir al médico » 6 décembre 2006), l’agacement des défauts imposés par des moyens supposés faciliter la vie (la standardiste dans « Contesta Dora » 14 février 2007), l’évolution des mentalités et la persistance de pratiques attardées dans les relations entre hommes et femmes (« Humor con amor se pega » 2 février 2007, « De tetas, paraísos y otros refrescamientos » 7 avril 2011), les délices et désagréments des trajets dans le métro bondé (« Un metro de amor » 8 janvier 2008), les lourdeurs d’organisation et les contrôles stupides dans les aéroports (« Torturas aeroportuarias del siglo XXI » 19 juillet 2007). Et aussi les petits et grands plaisirs de la sociabilité vénézuélienne : le soin mis à cacher son âge à partir d’un certain moment de la vie, chez les femmes, mais chez les hommes aussi (« La edad y el (re)trato » 26 décembre 2006), la manie de fêter la publication d’un nouveau livre, déjà évoquée, avec l’indispensable affichage d’un savoir œnologique aussi douteux qu’inopportun (« Aferrarse a la vid » 6 janvier 2014) et l’insouciance avec laquelle on se bouscule pour jouir de l’instant, brûler la vie par les deux bouts, alors que les circonstances demeurent fort inquiétantes (« Colas en el bar de la felicidad » 27 juin 2014).

18Mais la parole est en outre ici pleine d’un autre enseignement, le bon usage de la langue : « Charleros y charlatanes » (3 janvier 2007), « El profesor de castella(s)no » (23 mars 2007), « Entre lenguas y lenguaradas sexistas te veas » (6 mars 2012), « Censores filológicos, censuras ideológicas » (7 juillet 2012). Entre le parler contemporain et l’enseignement de l’école il peut y avoir un assez grand écart, et les modulations littéraires d’un langage supposément imité du parler réel sont un exercice fascinant dont l’auteur du blog se réjouit qu’il favorise une évolution du vocabulaire et qu’il contribue, dans la presse écrite autant que dans les autres formes d’écriture, à une modernité de la graphie. Si l’auteur trouve justifiée l’adoption de mots d’autres langues accompagnant l’évolution des techniques et les modes mondialisées, il proteste contre l’anglomanie (« Anglobalización » 13 juin 2010) devenue une tare de la télévision et de la radio ; prenant position en personne cultivée et active dans la valorisation de la culture proprement vénézuélienne tout en se démarquant des pédants (« De las academias líbranos, señor » 26 novembre 2008). C’est de cette richesse de la culture que parlent des articles rendant hommage à des personnes qui ont eu sur lui une influence décisive, « Manuel con B de Bermúdez » (27 décembre 2009), ou évoquant sa précoce découverte de la bonté de la lecture (« Beatriz, la Bella, en Macondo » 7 mars 2007).

Conversation virtuelle : humour et pédagogie

19Le recours constant à la première personne du singulier appartient au statut de la chronique, et ceci dès le temps jadis où les Artículos de costumbre prenaient prétexte d’une contrariété vécue par l’auteur témoin pour donner une leçon au public. Le je narratif donne à tous ces chapitres les commodités de l’autobiographie, une assise de témoignage vécu à la plupart des anecdotes, ou de l’autofiction également mise en œuvre dans des livres comme Sin partida de yacimiento (ce roman de 2009 compte des chapitres que le lecteur a pu lire en 2007 sur le blog : « El profesor de castella(s)no », « Beatriz la Bella, en Macondo »). Le plaisir des jeux de mots, du calembour à la fabrication de mots-valises, de la moquerie des usages pédants à la revendication de la liberté enfantine d’accumuler les « gros mots », différencie ces chroniques de l’écriture des contes dans les autres livres de Luis Barrera Linares, désireux par le blog de mener une réflexion sur la connaissance et les démarches de l’esprit à travers le langage, de proposer aussi une tolérance raisonnée, une considération envers autrui, ce qui fait de chaque texte un aimable moment de légèreté et d’esprit. Établi sur un site web gratuit, il apostrophe l’immense public de la toile, un procédé qui modernise l’idée très littéraire que les savoureuses marques de localisme ne sont pas contradictoires avec l’intention d’atteindre à une portée universelle, fondement d’un réalisme satirique dont les fonctions sont bien établies : divertir et enseigner.

20Un dialogue indirect est créé par un procédé dramaturgique : l’invention de « mi tía Eloína », référence familiale apparente mais véritable personnage de candide ou, par moments, détentrice d’un savoir immense. Elle est aussi l’incarnation de la sagesse populaire et peut recevoir toutes les missions du gracioso de la comédie espagnole, le bouffon qui dit ce que les autres pensent tout bas et dont les choquantes expressions ne peuvent qu’être pardonnées (effet d’autant plus drôle qu’il échappe à toute censure). C’est elle qui dit des méchancetés contre les femmes obsédées par le jeunisme, elle qui dénonce l’inutilité de la réforme de l’Académie espagnole imposant d’appeler « uve » le v que les Latino-américains appellent souvent « be-baja », par rapport au b (be-alta) (« Con “Uvre” de Vaca: la “nueva” ortografía » 28 novembre 2010), c’est elle qui se permet des astuces vaseuses, de celles qu’on entend dans la rue ou dans les conversations de comptoir. Mais cette sagesse révèle une connaissance identitaire profonde et une grande force morale.

Mi inefable tia Eloína ha sido siempre aficionada a seguir eso que los terconomistas llaman «el pulso de la intrahistoria». O sea, tomar nota de los cambios (aparentemente imperceptibles, pero reales) que día a día van incidiendo en nuestra cotidianidad y nos van obligando a modificar hábitos, costumbres, actitudes. Historia pequeña, diaria, rutinaria, en la que los de a pie somos protagonistas.
Según ella, en este tiempo en el que escasea hasta la lluvia, no nos hemos cerciorado pero andamos inmersos en un eufemismo llamado por ella «el bar de la felicidad».
–¿Qué vaina es esa, Eloína? –le pregunto–. Y se despatilla de la risa al ripostarme que soy tan caído de la mata que no me he percatado de que los venezolanos de hoy (junio de 2014) somos muy diferentes a los de hace una década.
–Nos estamos comportando como los borrachos de un bar –me aclara–, somos felices en el botiquín hasta que pedimos la cuenta (« Colas en el bar de la felicidad », juin 2014).

21Ce personnage, créateur d’écriture « distanciée », apparaît en alter ego de l’auteur. C’est la « tía Eloína » qui annonce, dans le blog de 2013, le roman de son neveu Jueves de Cruz y Ficción, elle qui est à la fois l’autorité morale et l’enracinement le plus profond dans la réalité nationale, elle est l’âme de la discussion.

22Comme tout blog, les chroniques comportent un lien hypertexte offrant au lecteur d’écrire ses réactions et ses idées. Et c’est justement ce personnage de « Mi tía Eloína » qui reçoit le plus d’éloges et de commentaires, les lecteurs disant leur plaisir de la retrouver. Un des cas les plus patents se trouve dans les commentaires à « Remedios que sacan la piedra » (28 février 2007). Les différents moyens de soigner les coliques néphrétiques dont souffre Eloína vont de l’herboristerie à des passes magiques, en passant par des prières. C’est un des textes qui a suscité le plus de réponses (139 lisibles sur internet), les lecteurs proposant aussi leur remède ou ceux de leur tradition, surtout les plus extravagants.

23Nous touchons là un des mérites du blog, comme le signale l’introduction du volume imprimé : réaliser un rêve d’écrivain, le contact direct, quasi immédiat avec les personnes qui le lisent. Qu’il soit critique ou philosophique ou théâtral, le dialogue n’était qu’une convention, puis l’enregistrement pour la radio ou la télévision en a fait un instrument d’échange d’idées très souple, tout en lui laissant son caractère d’élite de lectures dont les transcriptions continuent de nourrir des revues culturelles.

24Le blog, avec ses commentaires, constitue dorénavant un ensemble (certes entièrement sous le contrôle de l’auteur qui en est le webmaster), communication avec un public tellement précis que chaque avis est signé d’un nom (assez souvent une personnalité connue, mais aussi des familiers de l’auteur et nombre d’inconnus), échange stimulant où le lecteur dit son intérêt pour les sujets abordés et le savoir apporté, mais surtout son plaisir de lire et son envie de suivre cette leçon dans le monde actuel.

Savoir en rire, le doute méthodique (en manière de conclusion)

Cree en ti, pero no tanto; duda de ti, pero no tanto. Cuando sientas duda, cree; cuando creas, duda. En esto estriba la verdadera sabiduría que puede acompañar a un escritor.
Augusto Monterroso.

25Cette épigraphe du blog, tiré des aphorismes d’Augusto Monterroso, un des grands maîtres hispano-américains du texte bref, incite le lecteur à partager une inquiétude proprement philosophique très proche de la tradition humaniste et du rationalisme cartésien : un doute vis-à-vis du savoir institué et des idées reçues, donné aussi comme attitude dans la vie, indépendance d’esprit et conscience de soi révélées sous la forme écrite particulièrement libre du blog. Le lecteur pourra se souvenir de figures anciennes de philosophe grincheux, ces chroniques de la « mauvaise humeur » ayant de fort lointains prédécesseurs dans les anecdotes évocatrices de Diogène, mais aussi de grands maîtres de la pensée libre et de la sagesse comme Montaigne et Érasme.

26Dès le titre, le calembour de « doute méthodique » à doute « mélodique » invite non pas à la rigueur mais à l’harmonie, il tourne en dérision le savoir académique prétentieux, imbu d’autorité, générateur de conformisme. Le billet d’humeur revêt ainsi un des attributs de l’humour, le quatrième des sept registres mentionnés dans le sous-titre, perspective laissée ouverte par les points de suspension qui prolongent « otros desvaríos ». Un soupçon de méthode subsiste cependant puisque, de par la construction de ce sous-titre, le mot « desvaríos » (délires de l’esprit) nuance l’ensemble des registres, ceux du langage, de la littérature, des idées, de l’humour et de la politique et pas seulement les folies. Transparente référence à l’Éloge de la folie d’Érasme, fondateur de la pensée moderne. Par ailleurs, comme dans les Méditations philosophiques où Descartes expose les démarches du « doute méthodique », la conscience de soi se fonde sur le cogito, et le blog, tout comme les chroniques de presse, s’ouvre à des formes de discours de soi et de discours pour autrui porteuses d’échange, un dialogue qui évite toute pesanteur philosophique et veille à ne rien écrire qui paraisse dogmatique. La quête du savoir ne se réalise ici que dans la grâce du rire.

Top of page

Bibliography

Bibliographie de Luis Barrera Linares

Fiction

1980, En el bar la vida es más sabrosa (cuentos), Caracas, Instituto Pedagógico.

1985, Beberes de un ciudadano (cuentos), Caracas, Edit. Caribana.

1993, Cuentos de humor de locura y de suerte (cuentos), Caracas, Edit. Fundarte.

1999, Sobre héroes y tombos (novela), Caracas, Edit. Equinoccio.

2002, Parto de caballeros (novela), [Caracas, Edit. Monte Ávila, 1991], Caracas, Comala editores.

2003, Cuentos en-red-@-dos (cuentos), Caracas, Editorial Ficticia La Duda Melódica.

2007, Cuentos en-red-@-dos /Sobre héroes y Tombos (Cuentos/novela), reedición corregida y ampliada, Caracas, Edit. El perro y la rana.

2009, Sin partida de yacimiento (novela), Caracas, Edit. BID and CO.

2013, La duda melódica. Crónicas malhumoradas, Caracas, Academia venezolana de la lengua, 2013.

2014, Breves & bravos, Caracas, Editorial Lector cómplice, col. La noche boca arriba.

Théorie de la littérature, critique littéraire

1993, Del cuento y sus alrededores (Aproximaciones a una teoría del cuento (con Carlos Pacheco y Marco Tulio Aguilera Garramuño), Caracas, editorial Equinoccio, Universidad Simón Bolívar.

2004, Discurso y literatura (teoría literaria), [Caracas, La Casa de Bello, 1995], [Caracas, Universidad Central de Venezuela, 2000], Caracas, Los Libros de El Nacional.

2005, La negación del rostro. Apuntes para una egoteca de la narrativa masculina venezolana (crítica), Caracas, Monte Ávila editores.

2006, Nación y Literatura. Itinerarios de la palabra escrita en la cultura venezolana. Compilación de trabajos de crítica literaria, desde la colonia hasta el siglo XXI, con Carlos Pacheco y Beatriz González Stephan, Caracas, Fundación Bigott.

2009, Habla pública, Internet y otros enredos literarios, Caracas, Equinoccio.

Linguistique et sémiotique

1992, Los estudios lingüísticos en Venezuela y otros temas (Caracas, Edit. IPAS-ME, con Luis Quiroga Torrealba).

1999, Psicolingüística y desarrollo del español II. Caracas, Monte Ávila, con Lucía Fraca de Barrera.

2000, Análisis crítico del discurso. Crítica literaria, perfiles psicológicos y avisos necrológicos. Caracas, Universidad Católica Andrés Bello.

2004, Psicolingüística y desarrollo del español I [Caracas, Monte Ávila, 1991], Caracas, Monte Ávila, segunda edición ampliada, con Lucía Fraca de Barrera.

2012, Ciberlingua y ciberliteratura. Madrid, Editorial Académica Española, con Lucía Fraca de Barrera.

Blog : La duda melódica, en ligne http://barreralinares.blogspot.com (consulté 20 avril 2016).

Top of page

Notes

1 La présente étude s’arrête à 2014, mais le blog, diffusé parallèlement sur le site de la revue en ligne <contrapunto.com> à partir de février 2015, demeure actif en 2016.

2 Le tout récent livre de L. Barrera Linares, Breves y bravos, rassemble nombre de portraits vivement tournés qui peuvent rappeler ceux de La Bruyère. Une satire très classique, en langage très contemporain.

Top of page

References

Electronic reference

François Delprat, « Savoir en rire : La duda melódica, blog de Luis Barrera Linares », América [Online], 49 | 2016, Online since 07 September 2016, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/america/1673 ; DOI : 10.4000/america.1673

Top of page

About the author

François Delprat

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals