Navigation – Plan du site
1. Le sauvage américain : invention et avatars

Premiers regards sur les sauvages (xvie siècle)

Primeras miradas sobre los salvajes (siglo XVI)
Jean-Paul Duviols
p. 13-25

Résumés

En se référant aux premiers témoignages des « visiteurs » européens sur les sauvages des Antilles et sur ceux du Brésil, on s’aperçoit que la remarque la plus fréquente est leur nudité inattendue, mais qu’ils ne manifestent pas une très grande surprise. Il en va de même pour le cannibalisme qui est décrit sans manifester trop d’émotion. Il semble que l’explication de cette attitude soit la tradition médiévale du « sauvage » européen, survivance d’un lointain passé. Quant à l’anthropophagie, elle est jugée moins « cruelle » que les supplices infligés aux vivants durant les guerres de religion. Elle n’en restera pas moins comme un signe iconographique du Nouveau Monde et comme un facile argument pour justifier leur domination.

Haut de page

Texte intégral

1Les Européens de la Renaissance s’intéressèrent davantage aux hommes du Nouveau Monde qui les renvoyaient aux mystères de leur propre image primitive qu’aux progrès des découvertes territoriales, lesquelles restèrent bien vagues pendant longtemps. Bien que Christophe Colomb les ait presque immédiatement appelés Indiens, la terminologie de « sauvages » restera assez longtemps en usage pour les désigner. Elle sera renforcée sinon justifiée, par les rencontres avec les Caraïbes puis avec les cannibales du Brésil.

2La différence fondamentale qui a été soulignée dans les témoignages des premiers navigateurs et conquistadors fut la nudité, l’état de nature dans lequel se trouvaient les insulaires découverts par Christophe Colomb ou les Brésiliens de Vespucci ou de Vaz de Caminha. Il faut cependant souligner que les textes qui décrivent les sauvages ne semblent pas exprimer une bien grande surprise de la part de leurs auteurs. Tout au plus sans doute un certain étonnement, car ils différaient radicalement de l’idée que l’on se faisait concernant les sujets du Grand Khan. La nudité est apparue aussitôt comme ambivalente : on a pu y voir l’innocence ou la bestialité. S’agissait-il de rescapés de l’Âge d’or ou de primitifs attardés ?

3Si l’on considère le premier cas, la nudité supposait la proximité du Paradis terrestre encore habité par des hommes innocents, or ce lieu mythique était figuré sur plusieurs cartes du xive et du xve siècle. C’était là l’une des quêtes avouées des premiers découvreurs, en particulier de Christophe Colomb. Associée à la jeunesse et à la beauté physique, cette vision déformante est à l’origine de ce qu’on appellera au Siècle des Lumières le « bon sauvage », surtout si l’on y ajoute la gentillesse, la douceur et les mœurs pacifiques, qualités que Colomb a soulignées à plusieurs reprises chez les Taïnos. L’image de la femme indienne, douce et accueillante pour les étrangers (Vespucci), est venue renforcer cette vision idyllique. Sans foi ni lois, ces hommes libres à l’état de nature apparurent bien vite sinon comme des modèles pour les Européens « civilisés », du moins comme des vestiges d’un Éden à jamais disparu.

fig. 1 - Les Timucuas de Floride. « Promenade du roi et de la reine »

fig. 1 - Les Timucuas de Floride. « Promenade du roi et de la reine »

Le Moyne de Morgues, Jacques, Brevis narratio eorum quae in Florida Americae
provincia Gallis acciderunt, Francfort, 1591, Planche XXXIX

4« Les beaux sauvages » de Floride, peints par Jacques Le Moyne de Morgues, révèlent des corps harmonieux, bien conformes aux descriptions des premiers voyageurs et aux canons de l’art de la Renaissance. Le personnage de la reine rappelle la position maniérée des femmes peintes par Cranach.

5Si les premiers sauvages des Caraïbes étaient reconnus comme innocents, le regard que l’on portait sur eux ne l’était pas toujours. En effet, les premiers découvreurs voyaient en eux des esclaves potentiels, mais aussi il est vrai de futurs chrétiens, car « ils ne manquent pas de vivacité d’esprit et ils ne sont encombrés d’aucune croyance ». Le colonisateur et l’évangélisateur portaient un regard gourmand sur des êtres qui étaient à leurs yeux de toute évidence inférieurs, comme le démontrait le « retard » de leur technologie.

6Ce courant d’émerveillement pour « l’autre », cette nostalgie d’un Paradis perdu, a été renforcé tout au long du xvie siècle par les témoignages de nombreux voyageurs tels que Jean de Léry, René de Laudonnière ou Thomas Hariot et représentés par des peintres de talent tels Jacques Le Moyne de Morgues ou John White. L’exotisme allait laisser peu à peu la place à la curiosité ethnologique.

7L’aspect négatif de l’homme sauvage, en contradiction avec l’image précédente, apparaît dès le second voyage de Colomb (récits du Docteur Chanca, de Michele da Cuneo ou de Guillermo Coma) et dans les relations de Vespucci. Les doux Taïnos redoutaient les Caraïbes agressifs et dangereux et Vespucci a donné un premier aperçu des rites anthropophagiques qui étaient pratiqués d’ailleurs sur la plus grande partie du continent.

Fig. 2 - Scène d’anthropophagie (1505)

Fig. 2 - Scène d’anthropophagie (1505)

Lorsque (notre envoyé) se trouva près des femmes, elles firent un grand cercle autour de lui […], puis nous vîmes venir du haut du rivage une femme qui tenait un gros bâton à la main. Elle arriva par derrière et levant le gourdin, elle lui en donna un si grand coup qu’elle l’étendit mort par terre. En un instant les autres femmes le prirent par les pieds et le traînèrent vers le haut du rivage. Quant aux hommes, ils s’élancèrent vers la plage et nous accablèrent de traits. Nous leur tirâmes quatre coups de bombarde qui ne les atteignirent pas, mais au bruit des détonations tous s’enfuirent vers le haut du rivage où se trouvaient leurs femmes occupées à dépecer le chrétien et autour d’un grand feu qu’elles avaient allumé, elles le faisaient rôtir sous nos yeux, nous montrant beaucoup de morceaux et les mangeant (Amerigo Vespucci, Lettera di Amerigo Vespucci delle isole nuovamente trovate in quattro suoi viaggi [1505 ?]).

8Le graveur anonyme a illustré l’anecdote précédente en usant d’une mise en scène très approximative mais percutante. Les personnages qu’il a dessinés ne se différencient en rien des Européens, sinon par leur nudité et par leurs mœurs « primitives ». En effet, l’un d’eux urine sans pudeur, tandis qu’un couple dépèce la nouvelle victime qui est tombée entre leurs mains. La manière de représenter l’habitat est plus proche des constructions de défense militaire que des carbets des Tropiques.

9Cette image (qui est la dernière d’une suite de trois) est l’une des plus anciennes interprétations européennes d’un texte ancien relatif au Nouveau Monde. Les trois gravures décrivent la capture, l’exécution et la consommation de l’un des matelots de l’expédition d’Alonso de Hojeda où se trouvait Vespucci. Sa mort préfigure celle de Juan de Solís au Río de la Plata. L’anthropophagie, aux yeux des Européens, ravalait les sauvages au niveau de la barbarie primitive, mais toutefois le rejet de ce tabou ne s’exprimait pas avec une horreur excessive. Il n’est fait mention que de « cruauté » à propos du traitement infligé aux prisonniers, cruauté qui était bien habituelle dans l’Europe des guerres de religion, comme l’a souligné Montaigne dans son chapitre « Des Cannibales ». Réalité objective, le rituel cannibale restera dès lors lié à la représentation iconographique d’un Nouveau Monde peuplé de Lestrygons. Le célèbre récit du mercenaire allemand Hans Staden et de sa captivité de neuf mois dans un village Tupinamba constitue à cet égard un témoignage incomparable qui a fortement impressionné ses nombreux lecteurs européens. Ces rites « barbares », qu’il a décrits avec une grande précision tout comme l’ont fait André Thevet et Jean de Léry, ont confirmé des préjugés de supériorité raciale qui reléguaient les « sauvages » au lointain passé des premiers humains, mais ils n’ont cependant pas effacé l’image première de l’homme à l’état de Nature, détenteur du secret d’un âge d’or irrémédiablement perdu pour les « civilisés ».

10Les « sauvages » étaient donc parfois considérés comme des « peuples enfants » ou comme des barbares incapables d’accéder à la civilisation (Fernández de Oviedo, Ginés de Sepúlveda), mais pour bien d’autres ils participaient d’une humanité perfectible. Au mieux, ils étaient perçus comme l’image ancienne des Européens.

11Voilà, à peu près, les conclusions générales auxquelles adhèrent la plupart des historiens. Cependant, on n’a pas assez souligné que le regard des Européens du xvie siècle était brouillé par un imaginaire mythique et par des préjugés quelque peu oubliés dans cette première analyse.

Le « sauvage » européen

12En 1538, au centre même de Tenochtitlán dont il ne restait plus rien d’aztèque, le vice-roi Antonio de Mendoza et les conquérants ont célébré la paix signée entre Charles Quint et François Ier en organisant une étrange fête : « Au matin, on vit un bois sur la grand place de Mexico avec une telle diversité d’arbres qui semblaient y être nés ». Or ce fut un simulacre de combat entre « sauvages » qui y fut organisé :

Il y avait d’autres bosquets éloignés très épais quelque peu écartés du bois et dans chacun il y avait un escadron de sauvages avec leurs massues noueuses et tordues et d’autres sauvages avec des arcs et des flèches. Quand ils eurent combattu un moment, ils s’en retournèrent à leur bosquet (Bernal Díaz del Castillo, Historia Verdadera).

13Ici est décrit rapidement l’homme sauvage européen, il est d’une certaine manière en partie revendiqué. Il s’agit d’un stéréotype, l’homo sylvestris, qui est apparu dans la littérature et dans l’art européen à partir du xie siècle, mais dont l’origine est beaucoup plus lointaine. Faut-il regarder ce mythe comme la source première, celle de la « barbarie », celle qui est dans l’homme occidental et de laquelle il faut s’éloigner par la « civilisation » proposée par les valeurs de la religion chrétienne ? L’homme « civilisé » est toujours accompagné de son ombre ou de son double, l’homme des bois, l’homme de la Nature. Considéré de cette manière, le « sauvage » perd un peu de son exotisme et si l’on lit attentivement les textes des premiers découvreurs, la surprise qu’ils expriment est modérée comme il a été dit plus haut, même lorsqu’il s’agit d’évoquer le tabou chrétien de l’anthropophagie.

Fig. 3 – L’Homo sapiens ferus de Linné, tel qu’on peut le voir dans un vitrail flamand

Fig. 3 – L’Homo sapiens ferus de Linné, tel qu’on peut le voir dans un vitrail flamand

peint vers 1450 (Fitzwilliam Museum, Cambridge)

14La caractéristique est la nudité, la pilosité et le gros bâton, arme « naturelle », indissociable de l’homme primitif.

Images de sauvages

Fig. 4. Pinturicchio, La Résurrection de Jésus ?

Fig. 4. Pinturicchio, La Résurrection de Jésus ?

Fresque du Vatican (1494), détail

15Un détail qui est passé inaperçu pendant cinq siècles, la présence des hommes nus des Isles nouvellement découvertes ! Ce dessin réaliste a été sans doute inspiré par le texte de la Lettre à Luis de Santangel de Christophe Colomb. L’apparition d’une nouvelle humanité est sans doute liée à celle de la résurrection !

Fig. 5 - Vasco Fernandes, Adoracão dos Magos (1506 ?)

Fig. 5 - Vasco Fernandes, Adoracão dos Magos (1506 ?)

Museo Grão Vasco, Viseu, Portugal

16Autre « annexion » religieuse du « sauvage » dans cette Adoration des rois mages où un Indien Tupinamba du Brésil prend la place de Balthazar l’Africain. Ce transfert d’exotisme signifie sans doute que l’Indien fait partie du monde chrétien et qu’il est susceptible d’être évangélisé.

Fig. 6 - « Premier contact » de Christophe Colomb et des sauvages

Fig. 6 - « Premier contact » de Christophe Colomb et des sauvages

Théodore de Bry, Americae pars IV, 1594

17Cette image est bien éloignée du texte qui l’a inspirée. En effet les Taïnos qui sont représentés ici par le célèbre graveur Théodore de Bry ne sont pas entièrement nus et ils apportent aux nouveaux arrivants des objets d’orfèvrerie qui caractérisent la Renaissance italienne et non les ornements élémentaires des insulaires. On peut même voir un Indien qui offre à Christophe Colomb le collier de l’ordre du Saint Esprit !

18L’image a une valeur symbolique et donne une vision irréaliste d’une scène qui sera maintes fois évoquée dans l’iconographie européenne jusqu’à nos jours.

19Voici la description des Taïnos, faite par Christophe Colomb :

Tous vont nus comme leur mère les a mis au monde, les femmes également, quoique je n’en eusse vu qu’une seule, fort jeunette ; et tous ceux que je vis étaient tous jeunes, de sorte que je n’en vis aucun âgé de plus de trente ans, très bien faits, avec des corps harmonieux et de très beaux visages, les cheveux presque aussi épais que les crins de la queue des chevaux et courts. Ils portent les cheveux sur les sourcils, sauf quelques mèches qu’ils portent longues derrière et jamais ne coupent. Certains se peignent de brun, d’autres sont de la couleur des Canariens, ni noirs ni blancs, d’autres se peignent de blanc, d’autres de rouge, d’autres de ce qu’ils trouvent ; certains se peignent le visage, d’autres le corps, d’autres seulement les yeux. [….] Tous semblablement sont de bonne taille, ont de beaux traits et sont bien faits [….] Ils ont les jambes très droites, tous semblablement et le ventre non point gros mais très bien proportionné (Christophe Colomb, Journal de bord. Octobre 1492).

Fig. 7 - Christoph Weiditz, Trachtenbuch des Christoph Weiditz (1530-1540)

Fig. 7 - Christoph Weiditz, Trachtenbuch des Christoph Weiditz (1530-1540)

Germanisches Nationalmuseum Nürnberg, fol. 22474

20L’artiste Christoph Weiditz a eu l’occasion de peindre des modèles vivants de « sauvages » Tarasques ramenés par Hernán Cortés à Vienne. Ce carnet de dessin devait rester confidentiel.

21C’est le premier regard attentif porté sur des « sauvages ». Il a été réalisé à l’époque où le pape Paul III, dans la lettre Veritas ipsa du 2 juin 1537 envoyée au cardinal Juan Pardo de Tavera archevêque de Tolède, rappelle que les Amérindiens sont des êtres humains, qu’ils ont droit à la liberté et à la propriété. Par ailleurs, il condamne et interdit la pratique de l’esclavage des Indiens et de tout autre peuple qui viendrait à être découvert. Ces décisions ont été confirmées par la Bulle Sublimis deus.

Fig. 8 - (Vespucci) Das sind die neue gefunden menschen oder volker In form und gestalt Als sie hie stend durch den Christenlichen König von Portugall, gar wunderlich erfunden

Fig. 8 - (Vespucci) Das sind die neue gefunden menschen oder volker In form und gestalt Als sie hie stend durch den Christenlichen König von Portugall, gar wunderlich erfunden

Leipzig, 1505. Mundus Novus

22Cette curieuse composition illustre un passage dans lequel Vespucci évoque une rencontre avec des sauvages de très grande taille. Il décrit ainsi les sauvages d’une manière générale :

Tous, de l’un ou l’autre sexe vont tout nus. Ils ne se couvrent aucune partie du corps et ils vont ainsi tels qu’ils sont sortis du ventre de leur mère, jusqu’à leur mort. Ils ont des corps de grande dimension, musclés, très robustes et bien proportionnés et d’une couleur qui tire sur le rouge, ce qui est je crois la conséquence d’aller tout nus, car ils sont teints par le soleil. Leurs cheveux sont abondants et noirs. Ils sont agiles dans leur démarche et dans leurs jeux. Leurs visages sont francs et beaux, mais ils les ravagent eux-mêmes en se perforant les joues, les lèvres, les narines et les oreilles.

23Ils vivent selon la nature et ils peuvent se dire épicuriens plutôt que stoïciens.

Quant aux femmes, bien qu’elles aillent toutes nues et qu’elles soient lubriques, elles n’ont aucun défaut dans leurs corps qui sont beaux et propres et elles ne sont pas si grossières qu’on pourrait supposer, car bien qu’elles soient plantureuses, leur partie laide n’est pas apparente, car elle est cachée chez la plupart par leur belle stature. Il est une chose qui nous a paru miraculeuse et c’est que parmi elles aucune n’avait les seins pendants et quand elles avaient accouché, la forme et la fermeté de leur ventre ne les distinguaient en rien des vierges et il en allait de même pour les autres parties du corps que l’honnêteté m’empêche de nommer (Amerigo Vespucci, Mundus Novus (« Nature et Mœurs de ces peuples »).

Fig. 9 - Les Quatre états de la société. L’homme sauvage

Fig. 9 - Les Quatre états de la société. L’homme sauvage

Tableau de Jean Bourdichon. (1500 ?)
(École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris).

24Le « noble sauvage », qui suit les lois de la nature, à l’écart de la civilisation figurée ici par un château, se contente d’une grotte un peu aménagée. Il s’appuie sur un simple bâton ou massue, arme qui sera conservée ou remplacée dans la représentation « américaine » par l’arc et la flèche (voir la figure précédente). La composition évoque une vie familiale paisible, une sorte de Paradis perdu qui reste tout proche et presque accessible.

Fig. 10 et 11 – Hans Staden. Images des Tupinambas

Fig. 10 et 11 – Hans Staden. Images des Tupinambas

(Théodore de Bry, Americae pars III, 1592)

Les hommes et les femmes de ce pays sont aussi bien faits que ceux du nôtre, seulement le soleil leur a donné une teinte brune. Ils vont absolument nus et ne se cachent même pas les parties honteuses. Ils se peignent le corps de diverses couleurs et n’ont pas de barbe car ils se l’arrachent avec soin. Ils se percent les lèvres et les oreilles et ils y mettent des pierres comme ornements. Ils se parent aussi avec des plumes. (Hans Staden, Nus, féroces et anthropophages, 1re édition 1557).

25Les qualités esthétiques du couple, qui est ici représenté dans sa totale nudité à l’instar des statues classiques, contrastent par leur mouvement harmonieux avec la représentation « crue » du cannibalisme qui est montré ici comme une occupation quotidienne.

Fig. 12 et 13 - John White. Guerrier Algonquin (Virginie) et « portrait » de Picte (Angleterre)

Fig. 12 et 13 - John White. Guerrier Algonquin (Virginie) et « portrait » de Picte (Angleterre)

(Americae pars I, Francfort, 1590)

26L’attitude du cacique Algonquin est celle des modèles des tableaux et des statues de la Renaissance. L’image exprime la force et l’élégance, ce qui fait de ce « sauvage » un être idéal comparable aux dieux de la mythologie. John White a aussi dessiné un autre « sauvage », mais celui-ci sort de son imagination. Il a voulu donner une image des ancêtres anglais, pour prouver au lecteur européen que les Algonquins de Virginie se trouvent au même degré de civilisation que les Anglais quelques siècles auparavant. Il est évident que le Picte semble se situer à un stade beaucoup plus reculé que l’Algonquin. John White veut montrer les qualités d’un supposé sauvage qui, loin d’être méprisable, est plutôt digne d’admiration.

Haut de page

Bibliographie

Bartra, Roger, 1992, El Salvaje en el espejo, México, Ed. Era.

Bouyer, Marc, et Duviols, Jean-Paul, 1992, Le Théâtre du Nouveau Monde. Les Grands Voyages de Théodore de Bry, Paris, Gallimard.

Duviols, Jean-Paul, 2006, Le Miroir du Nouveau Monde. Images primitives de l’Amérique, Paris, PUPS.

Staden, Hans, 1979, Nus, féroces et anthropophages (1557), Paris, Ed. Métailié.

(Vespucci, Amerigo), 2005, Le Nouveau Monde. Les voyages d’Amerigo Vespucci (1497-1504). Traduction, introduction et notes de Jean-Paul Duviols, Paris, Chandeigne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 - Les Timucuas de Floride. « Promenade du roi et de la reine »
Crédits Le Moyne de Morgues, Jacques, Brevis narratio eorum quae in Florida Americae provincia Gallis acciderunt, Francfort, 1591, Planche XXXIX
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2 - Scène d’anthropophagie (1505)
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 3 – L’Homo sapiens ferus de Linné, tel qu’on peut le voir dans un vitrail flamand
Crédits peint vers 1450 (Fitzwilliam Museum, Cambridge)
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 4. Pinturicchio, La Résurrection de Jésus ?
Crédits Fresque du Vatican (1494), détail
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 5 - Vasco Fernandes, Adoracão dos Magos (1506 ?)
Crédits Museo Grão Vasco, Viseu, Portugal
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 6 - « Premier contact » de Christophe Colomb et des sauvages
Crédits Théodore de Bry, Americae pars IV, 1594
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 7 - Christoph Weiditz, Trachtenbuch des Christoph Weiditz (1530-1540)
Crédits Germanisches Nationalmuseum Nürnberg, fol. 22474
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 8 - (Vespucci) Das sind die neue gefunden menschen oder volker In form und gestalt Als sie hie stend durch den Christenlichen König von Portugall, gar wunderlich erfunden
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 9 - Les Quatre états de la société. L’homme sauvage
Crédits Tableau de Jean Bourdichon. (1500 ?)(École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris).
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 10 et 11 – Hans Staden. Images des Tupinambas
Crédits (Théodore de Bry, Americae pars III, 1592)
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 12 et 13 - John White. Guerrier Algonquin (Virginie) et « portrait » de Picte (Angleterre)
Crédits (Americae pars I, Francfort, 1590)
URL http://journals.openedition.org/america/docannexe/image/1789/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Duviols, « Premiers regards sur les sauvages (xvie siècle) », América, 50 | -1, 13-25.

Référence électronique

Jean-Paul Duviols, « Premiers regards sur les sauvages (xvie siècle) », América [En ligne], 50 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/america/1789 ; DOI : 10.4000/america.1789

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Duviols

Université de la Sorbonne, Paris 4

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals