Navigation – Plan du site
Mémoires et représentations au Brésil

La mémoire et l’imaginaire utopique

Une lecture de l’œuvre Sa Majesté des Indiens de l’écrivain juif brésilien Moacyr Scliar
Soraya Lani

Résumés

En 1964 la dictature militaire s’installe au Brésil créant la censure à tous les niveaux. A ce moment-là, l’écrivain juif brésilien Moacyr Scliar intègre le groupe d’écrivains latino-américains liés au courant littéraire du réalisme magique dont ses membres cherchent des subterfuges littéraires, tels que les discours allégorique et métaphorique, pour s’opposer au régime. L’émergence de cette nouvelle représentation esthétique suscite ainsi une relecture du passé, où la mémoire arrange esthétiquement le souvenir. Dans ce contexte, nous proposons d’analyser dans le roman « Sa Majesté des Indiens » (1997), où le temps du récit s’insère dans le contexte dictatorial brésilien, la manière dont Moacyr Scliar s’approprie l’histoire officielle, et comment, par le biais des personnages historiques, l’écrivain parvient à construire un imaginaire utopique basé sur une fusion culturelle et idéologique pour échapper à la répression.

Haut de page

Texte intégral

1En 1964 la dictature militaire s’installe au Brésil créant la censure à tous les niveaux. A ce moment-là, l’écrivain juif brésilien Moacyr Scliar surgit dans la littérature brésilienne intégrant le groupe d’écrivains latino-américains liés au courant littéraire du réalisme magique  dont ses membres cherchent des subterfuges littéraires, tels que les discours allégorique et métaphorique, pour s’opposer au régime.

2Au cours du temps, le style de Moacyr Scliar a évolué vers l’intégration de la thématique juive dans sa fiction. En effet, le fait d’appartenir à la troisième génération de juifs ashkenazim installés au Brésil marque l’écriture de Scliar. Lorsqu’on parle de mémoire chez lui, le premier aspect qui ressort est celui de la récupération du passé des premiers immigrants juifs qui se sont orientés vers le Brésil fuyant la misère, la faim et les pogroms perpétrés en Russie Tzariste du début du XXe siècle.

3Toutefois, cet effort mnémonique est entouré d’une atmosphère fantastique qui devient essentielle pour comprendre la saga juive au Brésil. En réunissant Histoire et fantaisie, l’œuvre scliarienne acquiert une dimension méta-historique, qui intègre la spécificité de l’histoire juive au Brésil à la condition juive. Mais de quelle condition juive parlons-nous ? Dans le cas de Scliar nous parlons d’un esprit contestataire, sceptique et d’un humour aigre qui effleure dans toute sa production littéraire.

4Tous ces ingrédients sont présents dans le roman Sa Majesté des Indiens, publié en 1997, où le temps du récit s’insère dans le contexte dictatorial brésilien, se prêtant ainsi à la reconstitution de la biographie de Noel Nutels, le médecin juif russe qui a consacré toute sa vie à la protection des Indiens de la région du Xingu, dans le centre du Brésil.

5Etant donné que ce roman a été écrit quelques années après la dictature, dans une époque de liberté d’expression, où les subterfuges ne sont plus nécessaires, deux questions se posent : d’abord, comment la mémoire de l’écrivain revisite ce passé dans une métafiction historiographique ? Et, comment, dans cette métafiction, Scliar parvient-il à construire un imaginaire utopique basé sur la fusion identitaire des minorités ethniques opprimées par le système ? En occurrence, les Juifs et les Indiens. Pour répondre à ces questions, il faut d’abord que l’on s’interroge sur la fonction de la métafiction historiographique.

6Lors de la publication de Sa Majesté des Indiens, la presse l’avait classé comme un roman historique basé sur la vie du médecin Noel Nutels. Il est vrai que dans ce roman il y a tout un effort de reconstruction de la vie de Noel. Toutefois, Scliar n’a pas la prétention de réaliser un travail d’historien qui cherche derrière les traces la reconstitution chronologique du temps.

7Or, même si le roman de Scliar s’inscrit dans un temps précis, allant de 1917 à 1973, la linéarité historique est subvertie par l’imagination et les hallucinations du narrateur qui réalise une série d’anachronismes et de déplacements de systèmes de valeurs. C’est pour cette raison qu’il nous semble plus pertinent de dire qu’il s’agit d’une métafiction historiographique, car le terme historiographique, incluant l’histoire et écriture, présuppose la subjectivité de celui qui écrit, tandis que le terme historique impose une vérité immuable et universelle.

  • 1  Waldman, B. (2004), p.47-66.

8Berta Waldman, quant à elle, considère la fiction scliarienne une parodie post-moderne ayant le but de proposer des vérités au pluriel1. Mais quelles nouvelles vérités et nouvelles manières d’appréhender l’Histoire nous propose Scliar dans ce roman ? Comment le processus de mémoration est-il mis en place et par qui ? Il faut tout d’abord analyser le rôle du narrateur.

  • 2  Le terme hébraïque shtetl fait référence aux petits noyaux urbains russes situés au milieu des zon (...)

9Le narrateur auto diégétique, qui n’est pas nommé, comme tant d’autres personnages de Scliar, est un homme raté. Il arrive au Brésil en 1921 dans le même navire qui amène le futur médecin Noel Nutels, qui, à l’image du protagoniste quitte le shtetl2 russe fuyant la dictature de Staline. Pendant la traversée océanique, ils deviennent des amis inséparables, mais une fois arrivés au Brésil, ils se séparent pour toujours.

10Contrairement à la célébrité de Nutels, le protagoniste n’a jamais atteint la notoriété rêvée. Dans ce contexte d’échec et de résignation, nous observons que toute l’existence du narrateur-protagoniste est précaire et au fur et à mesure que nous avançons dans la lecture, nous avons de plus en plus la sensation qu’il vit pour raconter la vie de Noel, une biographie motivée par la gêne d’être resté toujours à l’ombre de Noel, d’avoir été seulement l’ombre de qui il a voulu être.

11Cet apparent effacement du narrateur a une importance significative dans la structure du roman car il permet la construction de deux mondes en parallèle : l’historique, celui de la vie du célèbre médecin Noel Nutels et un autre empirique, vraisemblable, auquel certains juifs brésiliens peuvent s’identifier.

12Par ailleurs, nous ne pouvons pas oublier que le processus d’analepse du récit s’initie en 1973, période la plus répressive de la dictature militaire au Brésil. Dans une époque où les libertés individuelles et les libertés d’expression sont suspendues, l’anonymat du narrateur a une fonction astucieuse : d’un côté, un subterfuge pour celui qui raconte, qui ne peut pas s’identifier, et de l’autre, une ouverture au témoignage, essentiel pour briser les barrières de la censure.

13En tant que commerçant d’un petit magasin dans le quartier juif du Bom Retiro à São Paulo, ironiquement appelé La Majesté, il a passé toute sa vie à lire et à écrire des lettres imaginaires et quelques unes réelles, signés du nom Noel, derrière son comptoir, sans que cette connaissance acquise puisse être utilisée au profit d’un véritable témoignage.

14Qu’il s’agisse des lettres imaginaires ou réelles, elles s’insèrent toutes dans le processus mnémonique du protagoniste qui essaie de reconstituer les faits tels qu’ils se sont passées ou tels qu’il les imaginait. Mais comment est-il possible que sa mémoire soit transfigurée par l’imaginaire ?

  • 3  James, F., Wickham, C. (1992).

15Si l’on tient compte de la valeur intrinsèque du mot mémoire, on observe que celle-ci a la capacité d’être à la fois quelque chose qui nous échappe tout en étant si présente et réelle. A ce propos James Fentress et Chris Wickham3 inscrivent la mémoire dans un processus qui peut tout inclure, d’une sensation mentale très particulière et spontanée à un acte de cérémonie.

16Suite à cette notion de mémoire selon laquelle on tient compte des petits faits comme des grands faits, il est intéressant de faire un parallèle avec la pensée de Gilbert Durand dans son œuvre Les Structures Anthropologiques de L’imaginaire. Il aperçoit la mémoire comme « un redoublement des instants et un dédoublement du présent », ayant le pouvoir non seulement d’assurer la survie et la pérennité d’une substance, mais aussi d’euphémiser des souvenirs contraignants. Et il poursuit :

  • 4  Durand, G. (1984,), p.470.

Le souvenir le plus funeste est désamorcé de sa virulence existentielle et peut entrer ainsi dans un ensemble original, fruit d’une création. Dans d’autres mots, on pourrait dire que la mémoire est bien du domaine du fantastique, vu qu’elle arrange esthétiquement le souvenir.4

17Lorsque Durand propose cette lecture de la mémoire, il cite comme exemple le souvenir de l’enfance, phase idyllique, où nous tendons à idéaliser et à euphémiser notre mémoire. Toutefois, dans le roman de Scliar, c’est exactement l’inverse. Les souvenirs les plus funestes du protagoniste ne sont pas désamorcés de leur virulence existentielle. Au contraire : ils sont exacerbés. La mémoire de l’enfance, revisitée esthétiquement, est responsable de la création d’un imaginaire sombre, où règnent la mort et la violence. Observons les extraits suivants :

  • 5  Scliar, M. (1998), p.90, p.96.

Si vous partez, disaient ces âmes en peine, si vous nous abandonnez, laissez-nous au moins quelque chose. Laissez-nous vos chaussures pour que nous ne déambulions pas pieds nus jusqu’à la fin des temps, pour que nous n’attendions pas le Messie déchaussés.
Mon esprit n’était pas une vague heureuse ni du sable serein, c’était un esprit torturé, obscur comme les profondeurs de l’océan et plein comme elles de créatures étranges, de monstres […] Ce que je pouvais avoir comme pieuvres ! Comme elles avec leur encre noire, mon imagination sécrétait de maladives affabulations, toutes destinées à souiller la vénérable figure du prêtre.5

18C’est intéressant d’observer que cet imaginaire enfantin ténébreux, lié à la tragédie de l’histoire juive russe, sera transposé au Brésil gagnant d’autres contours symboliques. Etant donné le contexte dictatorial brésilien dans lequel le protagoniste va s’insérer et tenant compte que les spectres et monstres n’ont jamais quitté son imaginaire, quelle issue symbolique propose-t-il pour échapper à la répression ? Comment parvient-il à construire un monde utopique ?

19Nous allons démontrer comment la notion d’utopie articulée avec trois sujets importants dans l’œuvre de Scliar : l’anthropophagie, le communisme et l’exil sera responsable de la fusion identitaire entre juifs et indiens dans le Brésil dictatorial. Qu’aurait-il en commun Juifs et Indiens ? Prêtons attention au jeu d’attraction et répulsion, d’altérité et d’identité qui se construit.

20Lorsque le protagoniste évoque pour la première fois le mot Indien, l’une des notions stéréotypées accordées aux Indiens est mise en scène :

  • 6 Id., p.48.

Ce que j’ai éprouvé en regardant les Indiens, docteur, c’est de la peur. L’ancestrale peur judaïque ajoutée à ma propre terreur, celle que me provoquaient, par exemple, les bottes minuscules confectionnées par mon père, augmentées évidemment du cosaque potentiel […] Echapper aux cosaques pour tomber dans la marmite des cannibales, c’était cela, le destin qui m’était réservé ?6

21La méconnaissance de l’Autre alliée à l’antisémitisme subi par le protagoniste, l’amènent d’un côté à identifier comme une menace potentielle tout ce qui vient de l’extérieur de la communauté juive, notamment l’Indien, et de l’autre, à reproduire les mêmes stéréotypes que la société en générale a construit au cours de l’Histoire, comme dans ce cas, la vision du cannibale attribué à l’Indien.

22Au fur et à mesure que l’intrigue progresse, Scliar propose une autre lecture de l’anthropophagie. A l’époque de la colonisation, ce rituel avait une importance singulière pour les tribus qui le pratiquaient, vu que le sacrifice d’un ennemi représentait l’assimilation de ses qualités physiques et morales. Celui qui mourait était ainsi fier de donner sa vie.

23Ce même rituel est donc transposé à l’époque contemporaine, forçant une juxtaposition de la tradition et de la modernité dans le but de mieux critiquer une question socio-économique qui atteignait à l’époque de la dictature 30% des Brésiliens : la faim. L’extrait suivant illustre bien ce problème :

  • 7 Ibid., p.87.

La chair qu’ils ont mangée n’était pas celle d’un valeureux guerrier capturé lors d’une lutte tribale puis emprisonné jusqu’au moment du sacrifice, moment glorieux pour la victime – surtout pour la victime. […] Le bras était celui d’un homme renversé par un tramway […] un juif qui venait de Russie. L’affaire est close et tout le monde va dormir.7

24Ce déplacement des systèmes de valeurs permet non seulement la visibilité de l’injustice sociale à un niveau national, mais aussi au niveau individuel du protagoniste. Pour ceux qui sont victimes du système, l’anthropophagie représente un cri contre l’oppression et un premier élément d’identification entre Indien et Juif :

  • 8 Ibid., p. 87.

C’est que, dans le fond, moi, petit juif russe, j’avais des affinités avec les Indiens anthropophages. Qu’étais-je, docteur, sinon un cannibale potentiel capable de dévorer, certes métaphoriquement, les personnes de mon entourage ?8

25Dans ce contexte d’injustice sociale, il est inévitable que Scliar nous propose un rêve, une utopie. Le communisme porte ainsi un rôle central dans la trajectoire des trois générations évoquées dans le texte : la famille russe du protagoniste, lui-même, Noël et Zequi, le fils du protagoniste. Tous ces personnages incarnent les idéaux communistes, avec plus ou moins de ferveur.

26Il s’agit maintenant de savoir comment l’utopie communiste, profondément enracinée en Russie, a été transposée au Brésil, créant une ré-signification symbolique dont les Indiens deviennent les acteurs principaux. Dans le présent travail, nous adoptons les réflexions de Paul Ricoeur sur l’utopie dans son ouvrage L’idéologie et l’utopie. Selon lui, l’un des caractères positifs de l’utopie c’est le bénéfice de cette extraterritorialité :

  • 9  Ricoeur, P. (1997), p.36.

De ce non-lieu, une lueur extérieure est jetée sur notre propre réalité, qui devient soudain étrange, plus rien n’étant désormais établi. Le champ des possibles s’ouvre largement au-delà de l’existant et permet d’envisager des manières de vivre radicalement autres.9

  • 10 Id., p.36.

27Il faut tenir compte que, pour les personnages du roman, l’utopie n’est pas perçue comme « une construction extérieure à l’histoire, et une forme de protection contre toute  vérification par une action concrète10 », car ils croient vraiment que le rêve politique de l’égalité sociale peut se produire dans l’Histoire. Pour mettre en relation Juif – communisme – Indien, il est fondamental de comprendre comment le communisme est devenu une issue utopique pour les juifs russes.

  • 11  Cardoso Correia, P. (2005), p.216.

28Patricia Cardoso Correia11observe un antagonisme dans les rapports entre communisme et judaïsme. Elle explique que, tout d’abord, pour les communistes, le Juif était le symbole d’argent, du capitalisme et d’un pouvoir qui devrait être exterminé pour laisser place à la construction d’une société égalitaire où tous les citoyens bénéficieraient des mêmes droits et devoirs.

29Toutefois, l’observation de Cardoso Correia nous semble simpliste, dans la mesure où tous les juifs n’étaient pas des symboles de richesse à l’image de la famille Rotschild. Dans Sa Majesté des Indiens, les personnages traduisent bien l’autre face du pouvoir économique. Contrairement aux nombreux riches commerçants et financiers juifs de l’Europe Occidentale, la réalité était tout à fait différente pour les juifs de l’Europe de l’Est, qui n’ont jamais eu d’ascension sociale et étaient fréquemment victimes des pogroms.

30C’est dans ce contexte que le communisme, même étant une idéologie laïque, a rejoint les aspirations d’un groupe qui a été tout au long de l’Histoire victime de la ségrégation sociale, sous forme d’un antisémitisme racial ou économique. L’idéologie communiste pour les juifs était porteuse d’une utopie basée sur l’espoir de se construire une nouvelle société où l’antisémitisme serait définitivement exclu.

31C’est pour cette raison que beaucoup d’entre eux se sont identifiés à ces nouvelles idées, devenant de véritables militants de la cause communiste. C’est le cas de l’écrivain russe Isaac Babel, inséré dans la fiction de Scliar pour convaincre la famille du protagoniste à adhérer au mouvement.

32Il est vrai que les militants communistes ne pouvaient pas imaginer que le communisme puisse devenir un régime totalitaire, car il préconisait dans l’avenir le dépérissement de l’Etat, et par conséquent, la fin des classes sociales. Il est intéressant d’observer que ce soit pour les régimes de droite ou pour ceux de gauche, la préservation de l’unité de l’Etat devient essentielle et de ce fait les minorités ethniques sont méprisées et exclues de la nouvelle société.

33Toutefois, cet échec utopique d’une société égalitaire en Russie, est donc transposé au Brésil gagnant d’autres contours. Une nouvelle question se pose : tenant compte de la diversité ethnique au Brésil, pourquoi Scliar choisit-il d’élire l’Indien en tant que minorité ethnique méprisée et non pas une autre pour s’identifier aux juifs d’origine russe ? La réponse nous semble évidente lorsqu’on se rend compte du contexte historique qui confrontait la question indigène à la dictature militaire au Brésil.

34La question indigène au Brésil démarre en 1910 avec la création du SPI (Service de Protection aux Indiens) fondé par le maréchal Rondon, arrière petit-fils d’un Indien Boroboro. Malgré les bonnes intentions du SPI d’établir les premiers contacts et de protéger les Indiens en les regroupant dans des réserves indigènes où ils bénéficiaient d’une assistance médicale, l’organisation a échoué. Elle n’a pas réussi à assurer l’assistance médicale et la protection adéquate aux Indiens et, plus grave encore, elle était chargée de la mission civilisatrice de les intégrer à la société nationale, ce qui pourrait mettre à péril la culture indigène.

35Prenant au sérieux la question des droits des Indiens à leur autodétermination, les frères Villas Bôas estiment que seulement une politique de relocalisation des tribus menacées pouvait représenter une alternative à l’intégration, qu’ils qualifiaient d’absurde et de criminelle. C’est ainsi que en 1961, ils contribuent à l’établissement du parc du Xingu, situé en Amazonie et au cœur du Brésil, considéré à l’époque un projet novateur. Dans ce « havre de paix » se sont fixés 16 groupes indigènes dont certains ont échangé leurs terres ancestrales situées à l’extérieur du parc contre la sécurité et la santé à l’intérieur.

36C’est justement dans le contexte de formation du parc du Xingu que Scliar insère le personnage historique Noel Nutels qui a combattu la malaria et la tuberculose avec l’introduction de la pénicilline dans cette réserve.

  • 12  Ferreira, A. (2008), p.333.

37Toutefois, le travail humanitaire réalisé par Noel et d’autres combattants de la cause indigène est devenu de plus en plus difficile lors du coup d’Etat militaire de 1964. En effet, pendant 20 ans, la politique menée par les militaires brésiliens visait comme affirme Amarílio Ferreira « la création d’une société urbaine et industrielle en marge du système capitaliste mondial basée sur le rationalisme technique »12. Avec le slogan « Brésil Grande Puissance », les dirigeants aspiraient du point de vue économique à accélérer la production industrielle et du point de vue politique, à légitimer la puissance de l’Etat à travers la maîtrise du territoire et de ses frontières.

38Dans ce contexte, la région de l’Amazonie, depuis toujours isolée des autres, devient le centre d’intérêt des militaires. Ils y lancent un vaste programme d’implantation de projets macroéconomiques destiné à garantir sa position de puissance régionale. Il s’agissait de rattacher la région amazonienne au reste de la nation pour éviter qu’elle ne devienne la proie d’intérêts étrangers. Le Plan d’intégration nationale de 1970 prévoyait un réseau routier transamazonien et la colonisation des terres vierges le long de ces axes routiers.

39Les Indiens sont ainsi chassés de leurs terres, pour laisser place à l’installation de barrages, de mines, de routes et de fermes d’élevage. Les conséquences sont désastreuses pour les tribus, car un grand nombre d’entre eux succombe aux maladies mortelles qui résultent de l’invasion de leurs terres et de la déstabilisation de leur environnement socioculturel. Si l’on estime qu’ils étaient 5 millions à l’époque de la découverte du Brésil en 1500, à l’époque de la dictature militaire, ils étaient limités à 100 mille et considérés en voie de disparition.

40Cette disparition se produit non seulement au niveau physique, mais aussi au niveau social, une fois que les militaires mènent un projet nationaliste basé sur l’identité nationale commune où tous les Brésiliens devraient se reconnaître dans l’Etat puissant. Les minorités ethniques représentaient un kyste social qui devrait être éliminé par le biais de l’assimilation.  

41Etant donnés ces nouveaux enjeux politiques, nous pouvons maintenant comprendre les raisons qui ont amené Scliar à établir un parallèle entre les pogroms dont les juifs russes étaient victimes et le massacre contemporain perpétré à l’égard des Indiens au Brésil. L’utopie communiste représentait ainsi le meilleur instrument d’action pour ces deux minorités qui luttaient pour leur survie :

  • 13  Scliar, M. op.cit., p.117.

Le Komintern savait ce qu’il faisait. Les Indiens se soulèveraient dans tout le Brésil, des masses cuivrées jailliraient des forêts, envahiraient les villes comme la lave d’un volcan, comme un irrépressible magma, ils prendraient les usines, les casernes, les banques.13

  • 14  Scliar, M., Id., p.118.

Camarades Indiens ! La lutte finale est proche! La lutte finale qui se terminera par votre victoire ! Camarades Indiens, gardez courage ! Vous pleurez face à la mort ? Face à la mort vous pleurez ? Ne pleurez pas ! Lancez votre cri de révolte ! Le cri de révolte contre l’injustice ! Indiens damnés de la terre ! Indiens forçats de la faim ! Debout !14

42La fonction de l’utopie ici gagne une nouvelle acception. Il ne s’agit pas seulement de porter un regard de l’extérieur sur le réel pour pouvoir proposer d’autres mondes possibles. Dans une deuxième acception, l’utopie a un rôle moteur de changement de l’Histoire. Comme affirme Paul Ricoeur :

  • 15  Ricoeur, P., op.cit., p.9.

L’utopie ne fonctionne pas seulement comme une alternative à l’ordre existant mais elle porte au jour le fossé entre les revendications de l’autorité et les croyances des citoyens en un système de légitimité.15

43Nous comprenons ainsi que c’est à travers la prise de conscience de l’injustice sociale sous forme d’un massacre commun que l’élément juif s’identifie progressivement à l’élément indien. Il nous reste maintenant comprendre comment la problématique de l’exil peut clôturer ce système d’identification permettant la fusion du Juif à l’Indien.

44Si l’on remonte aux origines du judaïsme, on vérifie que l’exil était l’élément autour duquel l’identité juive s’est constituée. Dans le récit biblique, le patriarche Abraham est chargé de la mission de partir de chez lui vers la terre que Dieu lui montrera dans le but de constituer une nation : « Va- t’en de ton pays, de ta patrie et de la maison de ton père vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation » (Gn 12, 1-3). Cette phrase immortalise ainsi dans l’Histoire juive le début d’un exil qui durera plus de trois mille ans.

45Dans Sa Majesté des Indiens, Moacyr Scliar vérifie également que les Indiens ont réalisé un long périple dans le passé avant de s’installer définitivement au Brésil. Observons l’extrait suivant :

  • 16  Scliar, M., op.cit., p.56.

Des milliers d’années avant l’histoire, des tribus étaient parties d’Asie et, poussées par la faim ou mues par un mystérieux tropisme, elles s’étaient d’abord dirigées vers le nord-ouest, vers ce qui est aujourd’hui la Sibérie, et traversant ensuite ce qui est aujourd’hui le détroit de Behring, elles étaient arrivées à ce qui est maintenant l’Alaska, descendant vers le sud et s’éparpillant tout au long de ce qui est maintenant l’Amérique…En tant que voyageurs nous étions transitoires. Eux, non, leur voyage était quelque chose de permanent, ils avaient dans le sang, non, ils l’avaient dans chaque cellule, dans chaque particule élémentaire de leurs corps brunis.16

46C’est intéressant d’observer que le voyage réalisé par les Indiens a un caractère permanent, ce qui dénote dans l’imaginaire schizophrénique du protagoniste la continuité du flux des Indiens de l’Asie vers l’Amérique. A la fin du récit, sa perturbation mentale l’amène à croire que le commerçant asiatique qui voulait acheter son magasin, pouvait être un potentiel indigène revendiquant la terre de ses ancêtres :

  • 17  Scliar, M., op.cit., p.235.

Il arrive à la boutique pour reconquérir son territoire. Il ne vient pas habillé en Indien, évidemment. Il ne vient pas en pagne, avec des plumes. Il n’a pas un bâtonnet dans la lèvre. Mais c’est un Indien. Il ne porte pas de peintures de guerre. Mais c’est la guerre. Pas la guerre avec des massues, la guerre des calculatrices, mais la guerre, de toute façon. Une guerre mortelle. Le vaincu ne sera pas mangé par le vainqueur lors d’un banquet rituel, mais il ne pourra espérer nulle pitié. C’est ainsi, quand il s’agit de terre sacrée.17

47Plus que mettre en relation la tradition au passé des guerres indigènes pour la conquête de son territoire et la modernité de la guerre du modèle libéral capitaliste, cet extrait souligne l’importance de la terre natale. Une terre que les Indiens peuvent revendiquer comme la leurs, même s’ils ont migré à un moment donné de l’Histoire, car ils ont su l’approprier et se fondre dans le paysage tropical.

48Cette harmonie de l’homme avec la nature, qui renvoie au mythe du bon sauvage, est ressentie par le personnage historique Noel Nutels au long du récit :

Noel ne restait pas en place, il avançait, s’enfonçant plus avant dans la forêt, de plus en plus profondément dans le Brésil. Noel devenait indien, un Indien juif, mais un Indien. Un Indien vif, plus vif que les Indiens eux-mêmes. Un Indien inquiet, parcourant sans cesse les pistes du Brésil central.

  • 18 Id., p. 128, p.138.

A ce point d’intersection, hors de l’espace, hors du temps, à cette croisée des destins Noel se sent libre. Il respire l’air pur, l’air subtil du Xingu, respiré aussi par les Indiens.18

49C’est donc au cœur du Brésil, dans la réserve du Xingu que le destin des deux ethnies opprimées se rejoignent puisque Noel s’identifie d’un côté, à l’élément physique constitutif de l’identité brésilienne, l’Indien, et de l’autre, à l’espace sacré indigène, la Réserve du Xingu qui devient sacré pour lui aussi.

  • 19  Eliade, M. (1998).

50Les notions de centralité et de sacré attribuées à la terre indigène peuvent être parfaitement transposées à l’espace juif. L’historien des Religions Mircea Eliade19 dans son ouvrage Le mythe de l’éternel retour observe que les lieux sacrés sont les principaux symboles du centre, considérés comme un point de rencontre entre le ciel, la terre et l’enfer. Pour les juifs, malgré le renversement copernicien, le théorème de la centralité d’Israël reste valable, car pour eux, Eréts Israël n’était pas seulement le centre du monde, mais le centre de l’Exil.

51Le philosophe André Neher souligne le fait que l’Exil était nécessaire. Pour lui, la centralité d’Israël donnait un sens à cet Exil, qui n’était pas une dispersion arbitraire, mais un épanouissement géométrique, coordonné, pensé autour d’un centre. Ainsi,

  • 20  Neher, A. (1989), p.117.

[…] comme les rayons vers un centre, les régions d’Exil tendaient vers Eréts. Pour plus lointaines qu’elles fussent, elles conservaient leur point d’appui au centre. C’est de là que jaillissait la sève nourricière qui venait apporter la vie aux branches les plus éloignées ou, mieux encore, c’est là que se trouvait la source dont les eaux vivantes irriguaient tous les canaux lointains, et chaque ruisseau, buvant à cette source, savait qu’un jour, en un grand renversement cosmique, dont l’auteur ne serait pas un nouveau Copernic, un nouveau Galilée, mais l’éternel couple conjugal Dieu-Israël, il remonterait le cours et viendrait, avec tous les autres, se rassembler dans l’unique source d’Eréts.20

52Dans ce contexte de centralité, où tous les lieux de la diaspora correspondent à des ruisseaux qui remontent à une unique source fondamentale pour conserver l’harmonie cosmique, nous assistons dans Sa Majesté des Indiens à une transposition symbolique du centre de la diaspora : Si le Brésil n’était que l’un des ruisseaux, dans ce roman il devient la source de la diaspora.

53En outre, cette transposition symbolique de l’espace est accompagnée d’un changement d’objet. Ce n’est plus le « peuple élu » qui revendique sa Terre Promise, mais l’Indien qui revendique à travers l’utopie communiste le droit de vivre dans sa Terre Natale, la terre de ses ancêtres. Il faut tenir compte que cette analogie ne peut se faire qu’à partir d’une profonde identification de l’élément juif à l’élément indien, qui amène Scliar à interpréter en termes nationaux un problème originellement juif, situant au Brésil le centre de la diaspora des Indiens en voie de disparition.

54En se servant d’une métafiction historiographique qui permet une autre lecture de l’histoire non soucieuse de la linéarité chronologique, nous pouvons affirmer en dernière analyse, que l’utopie scliarienne s’inscrit parfaitement dans ce contexte méta-historique, dans le sens où elle représente un moyen de déconstruire l’Histoire officielle et, de ce fait, une remise en question de ce qui existe au présent.

  • 21  Ricœur, P., op.cit., p. 394.

55Comme affirme Paul Ricoeur à une époque où tout est bloqué par des systèmes qui ont échoué mais qui ne peuvent pas être vaincus, l’utopie est notre ressource. « Elle peut être une échappatoire, mais elle est aussi l’arme de la critique. »21

56Dans la mesure où le rêve utopie est projeté dans l’avenir, nous pouvons trouver chez les Indiens contemporains quelques éléments pour penser notre avenir. L’harmonie entre l’Indien et la nature symbolise les utopies modernes avec une plus grande dose de réalisme, car l’existence même des natifs témoigne d’un passé idyllique. Peut-être ce sont ces valeurs perdues dans le passé que l’humanité cherche pour construire un meilleur avenir.

Haut de page

Bibliographie

Cardoso Correia, Patrícia., “Moacyr Scliar : Imagens do Judaísmo na Cultura Brasileira”, dans Revista Lusófona de Ciências das Religiões, n°7/8, 2005.

Durand, Gilbert, Les Structures Anthropologiques de l’Imaginaire, Paris : Dunod, 1984.

Eliade, Mircea, Le mythe de l’éternel retour, Paris : Ed. Gallimard, 1998.

Fentress, James.et Wickham, Chris, Social Memory, Oxford et Cambridge : Blackwell Publishers, 1992.

Ferreira, Amarílio,“Educação e Ideologia Tecnocrática na Ditadura Militar”, in Cad. Cedes, Campinas, vol.28, n°76, 2008.

Igel, Regina, Imigrantes Judeus/Escritores brasileiros : o componente judaico na literatura brasileira, São Paulo : Associação Universitária de cultura judaica, Banco Safra, Ed. Perspectiva,1997.

Neher, André, L’Identité Juive, Paris : Ed. Seghers, 1989.

Ricœur, Paul, L’idéologie et l’utopie, Paris : Ed. Seuil, 1997.

Scliar, Moacyr, Sa Majesté des Indiens, Paris : Ed. Albin Michel, 1998.

Waldman, Berta, “A Guerra no Bom Fim: uma forma seminal ?” in Zilberman, Regina et Bernd, Zilá (dir.), O viajante transcultural, Porto Alegre : EDIPUCRS, 2004.

Haut de page

Notes

1  Waldman, B. (2004), p.47-66.

2  Le terme hébraïque shtetl fait référence aux petits noyaux urbains russes situés au milieu des zones rurales de plantation et de pâturage auxquelles les juifs avaient peu d’accès, voire aucun accès. Leurs activités étaient limitées aux arts et métiers artisanaux loin de la propriété rurale, restreinte aux plus nobles classes sociales. In Igel, R. (1997).

3  James, F., Wickham, C. (1992).

4  Durand, G. (1984,), p.470.

5  Scliar, M. (1998), p.90, p.96.

6 Id., p.48.

7 Ibid., p.87.

8 Ibid., p. 87.

9  Ricoeur, P. (1997), p.36.

10 Id., p.36.

11  Cardoso Correia, P. (2005), p.216.

12  Ferreira, A. (2008), p.333.

13  Scliar, M. op.cit., p.117.

14  Scliar, M., Id., p.118.

15  Ricoeur, P., op.cit., p.9.

16  Scliar, M., op.cit., p.56.

17  Scliar, M., op.cit., p.235.

18 Id., p. 128, p.138.

19  Eliade, M. (1998).

20  Neher, A. (1989), p.117.

21  Ricœur, P., op.cit., p. 394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soraya Lani, « La mémoire et l’imaginaire utopique », Amerika [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/1329 ; DOI : 10.4000/amerika.1329

Haut de page

Auteur

Soraya Lani

Doctorant en Études Ibériques et Ibéro-américaines
École doctorale Montaigne Humanités – Bordeaux 3
LECTRICE de Portugais – Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3
sorayalani@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals