Navegação – Mapa do site
Thématique

Les Mayas, victimes de l’histoire dans la guerre civile du Guatemala, 1954-1996

Daniel Hickey

Resumos

Cet article vise à étudier les causes lointaines de la tension et de la haine qui ont mené à un génocide dirigé contre le peuple maya pendant la décennie des 1980. Il cherche à approfondir deux causes majeures de ces conflits entre l’élite du Guatemala et les peuples indigènes – la terre et le racisme. Chacun de ces thèmes a empoisonné les relations avec le peuple maya et ouvert la porte à la violence qui a marqué le pays de la période de la conquête jusqu’aux guerres du 20e siècle.

Topo da página

Entradas no índice

Géographique :

Guatemala
Topo da página

Texto integral

  • 1  La période généralement associée avec la guerre civile s’étend de 1960 à 1996, mais les désordres (...)

1Entre 1954 et 1996, le Guatemala a été un champ de bataille ravagé par les coups d’État et par une guerre civile1. Les dirigeants de droite, appuyés par l’armée nationale et soutenus par les États-Unis, affrontaient alors les forces de la gauche et les indigènes auxquels Cuba et d’autres pays socialistes ont apporté aide et soutien. Certains groupes, notamment les peuples mayas, étaient particulièrement visés par les incursions violentes, les massacres et la politique de « nettoyage » que pratiquait l’armée dans le but de maintenir en place les structures d’un État truffé d’inégalités sociales. Toutefois, sous la pression internationale, les dirigeants du Guatemala ont dû signer les Accords d’Esquipulas en octobre 1987, s’engageant alors à instaurer la démocratie. Cet accord ouvrait la voie d’une participation politique de la gauche à un processus de paix et, par la suite, à un processus électoral. Entre 1987 et 1996, des représentants des Nations unies mènent les pourparlers entre les belligérants, pourparlers qui aboutiront à la signature d’une série d’ententes. En mars 1994, les parties ratifient un accord sur les droits humains ; en mars et juin 1994, ils s’entendent sur la question des personnes déplacées et sur les clarifications historiques du conflit ; finalement, en mars 1995, un accord survient sur les droits des personnes indigènes.

  • 2  Ricardo Falla (1992).
  • 3  Guatemala, Memoria del silencio (1999), introducción.

2Au début de ce processus de paix, en 1992, le jésuite, Ricardo Falla, est le premier à documenter une accusation de « génocide » contre les dirigeants de l’État guatémaltèque2. Reprise par les organisations non gouvernementales comme Amnesty International, Human Rights Watch et par l’Église catholique, cette accusation mène au déclenchement des enquêtes de l’Église et des Nations Unies. Ces enquêtes révèlent que derrière le conflit civil, il y avait une forte vague de massacres d’origine raciste et, selon le rapport de l’ONU, un « génocide » perpétré contre le peuple maya. En effet, en 1999, la Commission sur l’éclaircissement historique établi lors des accords de paix, publie son rapport montrant que pendant les trente-six années de guerre, 626 villages furent détruits, plus de 200,000 personnes furent tuées ou ont disparu, 1,5 million de personnes furent déplacées en raison de la violence et plus de 150,000 individus ont été forcés de trouver refuge au Mexique. La grande majorité de ces victimes étaient des Mayas3.

  • 4  Sanford, Victoria (2004). Falla, Ricardo (1992). Carmack, Robert (1988). García, Prudencio (2005). (...)

3Victoria Sanford, Ricardo Falla, Prudencio Garcia, Ward Churchill, Robert Carmack, et Carlos Figueroa, parmi d’autres, ont analysé et détaillé, surtout pour la période allant de 1978 à 1988, les projets, les incursions et les massacres de l’armée guatémaltèque et des paramilitaires4. Toutefois, ces frictions n’ont pas commencé avec la guerre civile. Elles étaient enracinées profondément dans l’histoire du pays. Cet article vise à étudier les causes lointaines et les tensions sociales qui ont mené à la violence et aux massacres commis contre le peuple maya pendant la guerre civile. Il se concentrera d’abord sur les deux facteurs particulièrement incendiaires qui ont contribué aux confrontations et les ont exacerbées au cours des années de guerre : 1o) la question de la redistribution de la terre et 2o) le racisme systémique contre le peuple maya. Par la suite, l’article montrera les ramifications de ces deux facteurs dans le déclenchement du conflit et des violences successives perpétrées tout au long de la guerre civile.

1) La redistribution de la terre

  • 5  Asturias, Miguel Angel ((1953).

4La terre a toujours été sacrée pour les Mayas qui ont souffert des actions posées par les gouvernements successifs afin de modifier son appartenance et son utilisation. Le grand écrivain guatémaltèque Miguel Angel Asturias revient à plusieurs reprises sur la question de la terre dans la civilisation maya. Le traitement le plus vibrant de ce thème se trouve dans Les Hommes de Maïs, un roman-poème qui aborde les problèmes brûlants du Guatemala à travers les légendes et les contes des indigènes. Dans la première section du livre, il décrit la lutte de Gaspar Ilóm, un vieux chef indigène qui prend la tête de la résistance de son village contre la destruction des forêts et des champs indiens dans le but de créer un système moderne de plantations5. Il écrit que Ilóm se réveille d’un sommeil profond aux bruits des scies et des haches qui abattent les arbres de la forêt, pendant que d’autres se préparent à y mettre le feu afin de débarrasser les terres de toute verdure.

  • 6  Ibid., p. 12-13.

« Gaspar gratta la fourmilière de sa barbe avec les doigts qui lui restaient à la main droite, décrocha le fusil, descendit au fleuve et, de derrière un buisson, fit feu sur le premier maïcero [travailleur de maïs, bucheron] qui passa. Un certain Igiño. Le lendemain, à un autre endroit, il abattait le second maïcero, un nommé Dominigo. Et ensuite, d’un jour à l’autre, ce fut le tour de Cleto, de Bautista, de Chalio, jusqu’à ce que le bois fût nettoyé de maïceros. »6

  • 7  Ibid., p. 15.

5Gaspar et les Indiens fêtent leur « victoire », mais ayant trop bu de potions magiques, Gaspar meurt intoxiqué. Les bûcherons reviennent accompagnés du Colonel Gonzalo Gadoy, de cent cinquante cavaliers et d’une centaine de fantassins « prêts à fusiller et à sabrer les Indiens »7.

  • 8  Ibid, p. 26.

6 Pour sauver ses terres et son peuple, Gaspar se réincarne, « trace infime d’une volonté obscure qui lutte, depuis des millénaires »8. Mais, constatant les forces de l’opposition, il se noie pour mourir à nouveau. Ainsi, Asturias montre de façon figurée comment les Indiens, fidèles à leurs traditions millénaires, mènent une lutte obstinée pour défendre leurs terres contre les incursions puissantes et violentes d’une société moderne et mercantile qui cherche à couper et à brûler la forêt afin de développer de grands espaces de monoculture.

  • 9  Asturias, Miguel Angel (1956).

7 Dans La Pape verte, Asturias revient sur le thème du vol de la terre et raconte comment un jeune et ambitieux Nord-Américain, Geo Maker Thompson, arrive dans un pays des Caraïbes et achète à vil prix les terres des indigènes pour créer des plantations. En bon profiteur, il conduit ensuite les Indiens à un quasi-esclavage où ils sont exploités par le travail et la culture des grands espaces qui étaient autrefois leurs propres terres9.

8Comme on peut le constater, le thème de la terre est au cœur des récits d’Asturias. En effet, depuis la conquête espagnole, le problème de la concentration des terres du Guatemala aux mains d’une minuscule minorité de la population est le leitmotiv de la contestation et du mécontentement. En 1524, quand Pedro Alvarado, l’un des lieutenants de Hernán Cortés, a envahi le Guatemala, les conquistadors espagnols et leurs armées ont saisi les terres des Mayas qui devinrent esclaves sur leurs propres terres. Les occupants ont alors mis sur pied le même système d’encomiendas qu’au Mexique, système basé sur l’exploitation des Indiens par le travail forcé sur les plantations. Même à l’époque, ce système est contesté, notamment par un père dominicain, Bartolomé de las Casas, qui intervint devant le conseil du roi Charles Quint afin d’arrêter le traitement inhumain des Indiens. Finalement, en 1542, le roi a techniquement interdit le système de travail forcé et les nouvelles lois du travail prétendaient, alors, donner aux indigènes le statut de vassal, tel que pratiqué dans le système féodal de Castille. Concrètement, le changement de statut n’a fait que peu de différence pour les indigènes d’Amérique qui restaient privés de leurs terres et de leur liberté.

9L’expropriation de ces terres est toujours restée l’une des causes majeures des revendications. La terre est à la base des distinctions entre quatre des principaux groupes sociaux :

  • les grands propriétaires fonciers d’origine espagnole,

  • les criollos, une bourgeoisie d’origine guatémaltèque issue des colons Espagnols,

  • les Ladinos, un groupe d’origine mixte issu des peuples indigènes et

  • les Mayas et autres peuples indigènes.

10Depuis l’époque coloniale, la vaste majorité des terres étaient aux mains des grands propriétaires et des investisseurs étrangers. L’indépendance du pays en 1821 change peu de choses. Elle venait essentiellement d’une révolte des criollos et l’élite a maintenu le contrôle de la majorité des structures politiques du pays.

  • 10  Adams, Richard (1990) p. 141-42

11 Pendant toute l’histoire, il y eut des systèmes de quasi-servitude pour les Mayas et les terres sont restées concentrées aux mains de l’élite. En 1936, le gouvernement du Guatemala sous le Président Jorge Ubicoa a finalement remplacé un vieux système d’habilitación qui permettait aux créanciers d’exiger du travail de ceux qui leur devaient de l’argent, — système utilisé essentiellement pour garder les Indiens dans un état de servitude — par une série de lois contre le vagabondage, lois qui stipulaient que tout Indien qui ne possédait pas une certaine part de terre agricole était un vagabond et se voyait obligé de travailler un certain nombre de jours par année sur les plantations de café (les fincas). Les Indiens devaient posséder des passeports sur lesquels leur dossier de travail était inscrit et s’il fallait davantage de main d’œuvre, on recherchait ceux qui n’avaient pas encore rempli leurs quotas10. Ces lois visaient à laisser les terres à l’élite et à maintenir le système d’exploitation en place. Le régime introduit par Ubicoa n’a pas duré, mais il a ouvert la porte aux changements.

  • 11  Ibid., p. 146.

12 En étudiant les violences et les confrontations survenues vers la fin du régime d’Ubicoa, un historien anthropologue, Richard Adams, nous a démontré à quel point la redistribution de la terre constituait la principale cible du mécontentement indien. Pendant l’année 1944, la contestation armée s’organise contre le Président Ubicoa. Un de ses généraux, Frederico Ponce Valdez, prépare un coup d’État et pour s’attirer leur soutien, il promet aux Indiens de redistribuer les terres du pays de manière plus équitable. Le mouvement lancé par Ponce Valdez aboutit à une série de révoltes au cours de l’automne 1944. En septembre, il y a une grande démonstration par les camposinos près du Guatemala City. En octobre à Patzicía, les Indiens massacrent un certain nombre de familles Ladino et l’armée réplique. Selon l’un des journaux de l’époque, le massacre se termine par la mort de quatorze Ladinos, hommes, femmes et enfants et il y a « un nombre incalculable de cadavres indiens »11. Des soulèvements éclatent aussi dans les villes de San Andrés Itzapa et Ostuncalco aussi bien que dans le département de Chimaltenango. Finalement, les forces gouvernementales affrontent et vainquent les rebelles de Ponce Valdez le 20 octobre.

  • 12  Ley de reforma agraria (1952).
  • 13  Burgos, Elisabeth (1983), p. 23.
  • 14  Ibid., p. 26.

13La période après 1944 apporte des gouvernements plus ouverts au changement, mais la tension entre l’élite des grands propriétaires fonciers, les Ladinos et les Indiens mayas reste entière. Finalement, en 1952, le gouvernement du Colonel Jacobo Arbenz donne suite à une vaste réforme agraire commencée par son prédécesseur. La loi de cette réforme permet la vente de nouveaux terrains aux camposinos et l’ouverture de nouveaux villages12. Cependant, Arbenz est renversé deux ans plus tard et presque tous les éléments de ses réformes sont révoqués. Les nouveaux obstacles à l’acquisition des terres apparaissent et ils sont illustrés dans le livre d’Élisabeth Burgos sur la vie de Rigoberta Menchú, cette dame maya récipiendaire du prix Nobel de la paix en 1992. Dans ce livre, Rigoberta Menchú parle de la difficulté que ses parents éprouvent à élever leurs six enfants sans pouvoir vivre de leur terre. Elle note qu’en 1960, ses parents doivent emprunter de l’argent pour payer le nouveau droit demandé par le gouvernement afin d’obtenir un lopin de terre dans le nouveau village de Chimel dans l’Altiplano13. Ils y construisent une petite maison et commencent à travailler leur parcelle. Mais, après sept ans, à cause des sommes dues aux Ladinos du village, ils furent contraints d’abandonner terre et maison à leurs créanciers et de déménager dans la montagne, une région beaucoup moins propice à l’agriculture. Ils ont travaillé et ensemencé leurs nouvelles terres, mais comme le sol était pauvre, ils ont mis huit ou neuf ans avant d’obtenir une bonne récolte14. Annuellement, la famille doit se déplacer pendant huit mois pour travailler dans les plantations de café afin de gagner assez d’argent pour vivre.

  • 15  Ejército du Guatemala, (1982).

14Finalement, les documents de l’armée guatémaltèque étudiés lors des enquêtes sur les massacres de 1981-82, révèlent que la question du manque de terre était une revendication centrale pour les paysans. Dans une note de soumission aux forces armées guatémaltèques en 1982, les villageois de Nebaj font un résumé des demandes auxquelles ils renoncent devant les fusils de l’armée guatémaltèque. Dans ce document de reddition, ils expliquent que, sous l’influence de leurs anciens alliés communistes, ils avaient fait des demandes de « tierras », « mercados » et « una meyor vida », mais que désormais, ils acceptent de renoncer à ces demandes15. Malgré cette renonciation forcée, il est clair que leurs demandes initiales sont les répétitions des exigences de plusieurs générations de leurs ancêtres.

2) le racisme

  • 16  Casaus Arzú, Marta (2009), p. 3.
  • 17  Foucault, Michel (1997).

15Pour la sociologue, Marta Casaus Arzú, le racisme est le fil conducteur de la guerre civile au Guatemala. Elle suit ainsi l’analyse de Michel Foucault qui signale qu’à partir des 18e et 19e siècles, la société occidentale fait face à une nouvelle réalité dans le racisme d’État16. Ce nouveau modèle se reflète dans les écrits des philosophes comme John Locke ou Montesquieu qui voient l’essentiel du pouvoir passer aux mains de l’État. Ce nouvel État vise à créer un modèle homogène, monoculturel, monétique, excluant toute déviation. Avec le darwinisme social au cœur du discours raciste et l’émergence d’un biopouvoir au XIXe siècle, on voit une étatisation biologique de la société où l’État a la prérogative de déterminer le sort de ses faibles, des vieux et des éléments qui résistent à la nouvelle organisation, ultimement le droit de les faire vivre ou mourir. Ainsi, pour Foucault, une approche déterministe et raciste s’installe comme un élément décisionnel dans la structure du pouvoir17.

  • 18  Casaus Arzú, Marta (2009), p. 5. Arias, Arturo (1990), p. 230-57. Stannard, David (1992).

16 La deuxième étape de cet enracinement étatique du racisme vient de la formation des États-nations au cours des 19e et 20e siècles. Avec leur indépendance, les régimes libéraux de ces états visent le développement économique, une organisation plus efficace de la force de travail, la bureaucratisation et la restructuration politico-administrative. Ceux qui ne poursuivent pas ces buts sont dénigrés, voire exclus. Dans le contexte du continent américain, le stéréotype de l’Indien ressort ainsi comme l’un des principaux obstacles aux nouveaux objectifs. Ainsi apparait un nouveau racisme centré sur « l’Indien »18.

  • 19  Burgos, Elisabeth (1983), p. 50.

17Dans le contexte du Guatemala, les problèmes avec les Indiens commencent dès l’indépendance de la nation en 1821. Restant sous l’emprise de l’Église et des grands propriétaires fonciers, les Indiens mayas, une majorité de la population, constituent la main d’œuvre idéale et quasi naturelle, à la fois pour les élites issues des colons Espagnols et pour les criollos. Les Ladinos, le groupe d’héritage mixte, jouent, pour les élites, le rôle de gestionnaires de ces Indiens. Toutefois, ils sont loin d’être un groupe cohérent et uniforme. D’origine maya, de nombreux Ladinos sont aussi pauvres et exploités que les indigènes. Étant des contremaîtres, des gérants et des intermédiaires entre les travailleurs indiens et les grands propriétaires fonciers, ils tiennent le rôle le plus exposé dans le système d’exploitation. Selon les Mayas, ce sont ces Ladinos qui les maltraitaient, les volaient et abusaient de leur position d’autorité. Ils étaient haïs et souvent contestés19.

18À la lecture de la biographie de Rigoberta Menchú, la tension décrite entre Ladinos et Mayas est palpable. Avec leurs six enfants, les parents de Rigoberta partagent leur vie entre leur petit terrain de Chimel et les plantations de café ou de coton. Ils se déplacent avec leurs enfants chaque année lors d’un voyage de deux jours sur des mauvais chemins dans de vieux camions où sont entassées pas moins de quarante personnes, traînant avec elles chiens, chats et poules. Dans cette transhumance, les Ladinos jouent un rôle dominant. Ils sont des agents-recruteurs pour les fincas. Dans les villages, ils y sont des caporales, des agents qui recrutent les paysans et leur versent 15 quetzels comme avance sur leur salaire. Rigoberta décrit ainsi ces hommes,

  • 20  Ibid., p. 50.

« Les agents-recruteurs sont des gens du même village, avec la différence qu‘ils sont allés faire leur service [militaire] ou qu’ils sont restés loin de la communauté, et ils se mettent à avoir un comportement comme les propriétaires terriens eux-mêmes. Ils se mettent à maltraiter les gens et ils parlent avec brusquerie, ils maltraitent comme ça, se font très mauvais…Ils sont là, je dirais pour commander et punir la troupe. Ils parlent espagnol, et c’est justement qu’ils sont proches des propriétaires terriens, parce que nous autres, les indigènes, nous ne parlons pas espagnol, alors, très souvent, ils nous trompent sur tout »20.

  • 21  Ibid., p. 171.

19 Les jugements de Rigoberta Menchú sur les Ladinos s’adoucirent un peu au cours de sa vie, notamment lorsqu’elle s’engagea dans la lutte pour la paix au sein du Comité de unidad campesina (CUC). Ainsi, elle en vient à reconnaitre que ce sont souvent les grands propriétaires fonciers qui sont fondamentalement responsables du comportement des Ladinos et de l’exploitation des indigènes21.

20 Les Mayas ont souvent manifesté, contestant leur état de servitude. Comme noté plus tôt, l’année 1944 est l’une des périodes les plus mouvementées. En analysant les manifestations et les révoltes de cette année, Richard Adams a cité les journaux guatémaltèques qui ont souvent montré une double attitude de racisme et d’incompréhension. La presse est impitoyable à l’égard des révoltés et révèle clairement le mépris entretenu par les élites du pays à l’égard des indigènes. Un article de Guerra Cortave dans El Imparcial constitue une véritable incitation au crime de génocide,

  • 22  Cortave, Gustave, El Imparcial, 19 decembre 1944, Adams, (1990), p. 148.

« Nous reconnaissons que nous sommes opposés à ces compatriotes, ignorants, sales, paresseux, malades, licencieux, sans conscience. Nous nous sentons souvent révoltés contre leur méchanceté. Nous nous trouvons parfois d’accord avec ceux qui préconisent leur disparition graduelle par n’importe quel moyen qui pourrait diminuer progressivement leurs rangs ».22

21L’éditorialiste de El Imparcial, renchérit :

  • 23  Editorial, El Imparcial, 12 fevrier, 1945, Adams (1990), p. 149.

« Notre Indien – nous en sommes assurés – est par nature paresseux, obstinément opposé au travail, et, aussitôt qu’il a quelques centavos en poche pour couvrir ses besoins, il ne veut plus travailler ».23

  • 24  Adams (1990), p. 149.

22 Comme l’indique Adams, pour la presse, la menace d’insurrection en 1944 est attribuée totalement à l’agitation politique des alliés de Ponce Valdez. Les journalistes donnent peu de crédibilité au fait que les Indiens avaient des griefs anciens et légitimes contre le système. Les peurs de la communauté Ladino, prise entre les indigènes et les propriétaires, sont aussi clairement manifestées dans les dénonciations des journalistes24.

23Les préjugés et les stéréotypes racistes à l’égard des Mayas, évidents dans les journaux de 1944, durent bien au-delà de cette date. Dans son étude du racisme guatémaltèque, Maria Casaús Arzú a constitué un corpus de 110 entrevues effectuées auprès des familles de l’élite du pays entre 1978 et 1981. Entre autres, un avocat, membre de l’Académie royale de l’Espagne, explique dans une rhétorique largement basée sur l’eugénisme :

« La vie d’une personne est programmée par ses gènes ; les gènes déterminent sa conduite et son développement. La transmission génétique des Indiens est celle d’une race inférieure. Les gènes de la race blanche sont supérieurs et cette race supérieure donne naissance à d’importants inventeurs et de grands artistes ; l’autre n’a jamais rien créé ».

24D’autres s’expriment de façon plus directe. Un jeune répond,

« Quand j’étais petit, mes parents m’enseignaient à me différencier des Indiens, à me joindre à mes semblables, à ceux de ma race. Je vais enseigner à mes enfants les mêmes principes, afin d’améliorer la race et d’améliorer notre espèce ».

  • 25  Casaús Arzú, Marta (2007), p. 245-49.

25Finalement, un petit groupe, de cinq à sept pour cent ciblé par l’enquête regrettait que la conquête n’eut jamais été assez loin, « n’ait pas exterminé tous les indigènes » comme l’ont fait les Hollandais et les Anglais25.

26Le racisme inhérent à la société guatémaltèque est aussi flagrant dans les différentes phases de la guerre civile. Quand l’armée planifie ses attaques ciblées au cours de l’opération Sofia ou lors d’autres interventions pour « pacifier » ceux qui étaient vus comme « l’ennemi interne », les Indiens semblent toujours avoir été l’un des principaux groupes ciblés. La Commission pour l’éclaircissement historique des Nations Unies a reconnu ce fait et a jugé sévèrement le comportement des forces armées.

3) Terre et racisme dans le déclenchement de la Guerre civile

  • 26  Schlesinger et Kinzar (1983), p. 47.
  • 27  Ley de reforma agraria, (1952), p. 5-47.

27 Ces deux facteurs – les terres et le racisme – jouent des rôles fondamentaux dans le déclenchement et dans les suites violentes de la guerre civile. La période de cette guerre peut être divisée en deux parties. Au cours de la première période, de 1954 à 1970, les élites du pays déclenchent les premières hostilités en tentant de renverser toute une série de réformes réalisées entre 1945 et 1951 par Juan José Arévalo, un président élu démocratiquement. Au cours de son mandat, Arévalo a établi un premier système de sécurité sociale, un bureau des affaires indigènes, un système national de santé publique, des lois du travail plus libérales et un projet visant à redistribuer les terres. En faisant tout cela, il a survécu à plus que vingt-quatre tentatives de coup d’État26. En 1951, le Colonel Jacobo Arbenz lui succède et poursuit les réformes, notamment le projet de redistribution des terres. Il vise à scinder les grandes plantations pour en redistribuer les terres et à promouvoir l’agriculture intensive sur les petites fermes27.

  • 28  Schlesinger et Kinzar (1983), p. 75.
  • 29  Ibid., chapt. 7.
  • 30  Ibid., p. 220-21.
  • 31  Grandin, Greg (2004).

28Dans le cadre de ce projet, mis en vigueur en 1952, Arbenz a surtout essayé d’exproprier 84 923 hectares de terres en friche que l’État avait cédé à l’entreprise nord-américaine United Fruit en 190128. Cette expropriation a provoqué l’ire du gouvernement des États-Unis, qui craignait la présence de marxistes proches d’Arbenz et l'implantation d'une tête de pont soviétique au Guatemala. En fait, Che Guevara était présent dans le pays à ce moment-là et a encouragé les initiatives du gouvernement. Les U.S.A. décident alors d'orchestrer un coup d'État. En juin 1954, aidés par des troupes entraînées au Honduras par la Central Intelligence Agency et par une armée de paramilitaires entraînés au Nicaragua, le Lieutenant-colonel Carlos Castillo Armas envahit le pays. Castillo réussit son coup avec difficulté, mais, le 27 juin 1954, Arbenz est forcé de démissionner29. Par la suite, le nouveau gouvernement guatémaltèque annule l’expropriation des terres de la United Fruit et élimine le droit de vote des trois quarts des électeurs du Guatemala par une clause qui restreint le droit de vote à ceux qui peuvent lire et écrire30. Faisant face alors aux contestations et à la résistance armée, Castillo présente son opposition comme des guerrilleros de gauche ou des communistes. Il est assassiné lors d’un autre coup d’État en 1958 et un groupe de sous-officiers tente, sans succès, encore un autre coup en 1960. À la suite de leur échec, ces derniers se cachent dans la Sierra de la Minas et prennent contact avec Cuba afin de continuer la résistance31. Ainsi, le Guatemala est entraîné dans une série de coups d’État, de gouvernements militaires et dans le bourbier des affrontements est-ouest qui se déroulaient en Amérique centrale.

29Entre 1978 et 1994, la deuxième période de la guerre tourne davantage autour des attaques et des massacres racistes et sanglants. À partir du massacre de Panzós dans l’Alta Verapaz, le 29 mai 1978, où l’armée tue 150 personnes lors d’une manifestation de 700 kekchis indiens, l’armée gouvernementale, sur les ordres des dirigeants, amorce l’utilisation de la force contre les manifestants dans les régions mayas.

  • 32  Melville, Thomas et Majorie (1971). Greg Grandin a traité de la vie de Efraín Reyes Maaz, un des l (...)

30  En effet, à la suite du travail des organisations syndicales et paysannes comme le CUC, le Parti du Travail (partido de trabajadores du Guatemala), d’orientation communiste, et les missionnaires de la théologie de la libération de l’Église catholique, la région devient un foyer de manifestations, de grèves et de protestations antigouvernementales32. Grâce à un autre coup militaire en mars 1982, le General Efrain Rios Montt prend le pouvoir et le nombre de massacres, de disparitions, de villages brûlés, de femmes et d’enfants égorgés et de populations éliminées monte en flèche dans les régions mayas. Entre 1980 et 1982, avec l’opération Sofia, l’armée guatémaltèque et ses paramilitaires entrent systématiquement dans les villages pour brûler les maisons, violer les femmes et tuer la population.

  • 33  Cette description opérationnelle est basée sur plusieurs témoignages, Pour Chupol ; Fried, Jonatha (...)

31Les descriptions recueillies à partir de témoins de l’opération Sofia indiquent que l’armée va bien au-delà des recherches pour des « ennemis internes ». Que ce soit dans Chupal, Dos Erres, Santa María Tzejá ou tout autre village dans la région de Quiché, le type d’intervention est semblable33. Habituellement, la mécanique des tueries est la même : on commence par terroriser la population avec l’arrivée massive de troupes, accompagnées d’hélicoptères et d’avions qui procèdent en larguant des bombes jour et nuit. Ensuite, les soldats établissent un cordon autour des villages ciblés, tirent sur les gens qui essayent d’entrer ou de sortir ; ils maintiennent ce bouclier pendant une ou deux semaines afin d’affamer la population et de créer un état de panique. Les comités locaux d’autodéfense essaient d’installer les pièges, de creuser des tranchées au bord des chemins et d’user des feux d’artifice pour se défendre. L’armée, de son côté, essaie de brûler les entrepôts de grains et de maïs. Finalement, les soldats sélectionnent des villages et y entrent systématiquement, tirant des mitraillettes et lançant des grenades sur la population, brûlant les maisons et les champs. S’ensuit alors la fuite des villageoises, des femmes, des mères enceintes, des enfants de quatre, cinq et six ans affamés, trempés par la pluie et souvent blessés par les balles des soldats. Des témoins ont raconté des histoires de femmes violées, de mères enceintes tuées et de corps des bébés arrachés des ventres maternels et fracassés sur des roches.

32 Dans le village attaqué de Piedras Blancas, un témoin a raconté l’horreur qui l’attendait après le passage des troupes. Il dit qu’il y avait des cadavres partout, des hommes du village brûlés vifs avec les mains attachées dans le dos. Mais, pire encore, cette vision apocalyptique dans une des maisons,

« Dans la maison se trouvaient des corps de femmes et d’enfants. Il y avait trois femmes enceintes. On pouvait deviner les petits corps des fœtus dans le ventre des mères. On voyait leurs têtes qui n’avaient pas bien brûlé. Les corps des mères étaient entièrement brûlés, mais non ceux des bébés. On voyait tout ça.

  • 34  Falla, Ricardo (1992), p. 146-47.

Je n’ai pas commencé à compter [le nombre des corps], mais mon compagnon l’a fait…Les hommes couchés par terre avaient été décapités avec une hache. Un seul a été tué par balle ; on voyait la blessure laissée par la balle. Il était couché à cinq ou six mètres des autres. Il n’avait pas d’arme. Alors nous avons pensés ‘Il a probablement essayé de s’échapper, mais ils ont tiré sur lui, le tuant’. Seul un des autres hommes … a été brûlé. Comme la maison d’à côté avait pris feu, le corps de cet homme a été atteint par les flammes et une partie de son corps a été rôtie ».34

  • 35  Guatemala, Memoria del silencio (1999), T. 5, sec. 87. Manz, Beatriz (2004).

33Le point culminant de ces opérations est le terrible massacre planifié au Plan Sanchez en décembre 1982 où 256 Mayas, hommes, femmes et enfants ont été assassinés. Supposément engagés afin de « nettoyer » les mouvements d’insurgés et de révolutionnaires, les responsables de cette opération se concentrent surtout sur les régions mayas. Selon le rapport préparé pour la Commission pour l’éclaircissement historique, l’armée a ainsi attaqué les populations et commis des « massacres » dans 626 villages dont 90% étaient à majorité maya35. Les principales opérations ont eu lieu dans les départements mayas de Quiché, Huehuetenango et Chimaltenango. La Commission juge que les militaires ont dépassé le besoin de pacifier ces régions et de chercher « l’ennemi interne ». En effet, 83% des victimes de la guerre étaient d’origine maya et 25 % de ces victimes étaient des femmes. Comme l’a souhaité l’éditorialiste de El Impartial en 1944, cette stratégie délibérée et raciste de l’armée semble avoir visé l’élimination du plus grand nombre d’Indiens possible.


*   *   *   *

34La guerre n’a rien réglé de l’inégale distribution des terres au Guatemala. Quant au racisme, il était l’une des horribles conséquences de siècles de discrimination contre le peuple maya. Des attitudes figées et souvent haineuses des différents groupes sociaux ont mené aux actes de génocide et aux condamnations par les commissions internationales à la suite de la guerre civile. Pour pacifier le pays, les discussions entre les organismes internationaux, le gouvernement du Guatemala et les organisations non gouvernementales mènent à une double démarche. D’abord, s’inspirant du processus de réconciliation en Afrique du Sud, ils mettent sur pied un processus semblable. En même temps, sous la direction de la mission des Nations unies, une démarche juridique doit être planifiée afin de punir les coupables.

  • 36  Connelly, Mélanie (2006), 115-20.

35La première démarche est entreprise d’abord par l’Église catholique. En même temps que les dirigeants de l’Église ouvrent leur enquête sur les massacres et les atrocités commises pendant la guerre, ils mettent sur pied des groupes locaux pour encourager les guerrilleros à abandonner leurs armes, à reconnaître la violence de leurs actions et à se réintégrer dans leurs communautés. Les communautés aussi sont encouragées à parler des souffrances vécues aux mains de l’armée, des paramilitaires et des guerrilleros. Difficiles à appliquer pendant que les hostilités étaient en cours, avec la fin de la guerre en 1996 ces types de démarches deviennent des modèles pour toutes les organisations non gouvernementales. Les groupes comme la AJR (Accociación, Justicia y reconciliación), ou la CONAVIGUA (Coordinación nacional des vuidas) encouragent les communautés meurtries, comme les Mayas, à ériger des monuments aux victimes des massacres, à exhumer les cadavres des cimetières et des charniers afin d’identifier les victimes et de rechercher les disparus. En plus, ils encouragent les témoins de ces injustices aussi bien que les participants à raconter leurs souvenirs pour que de telles tragédies ne se répètent jamais36.

  • 37  Aguilera Peralta, Gabriel (1994), 65-72.
  • 38  Janzen, Randall George (2011), p. 75-103.

36Dès la fin des conflits, le Fonds international du développement agricole des Nations unies aide le gouvernement du Guatemala à mettre sur pied un fonds qui encourage les combattants à renoncer à leurs armes et les aider à se réintégrer au sein des communautés rurales. Ainsi à partir de 1996 est né le fondo nacional para la paz (FONAPAZ) lequel permet aux anciens combattants d’emprunter de l’argent afin de se rétablir37. En novembre 2002, le gouvernement du Guatemala décide d’indemniser les anciens membres des groupes paramilitaires, les patrulleros, à condition qu’ils déposent leurs armes et reconnaissent leur participation aux actes terroristes. Ces projets s’élargissent en 2004 avec l’ouverture de la Commission nationale de dédommagement pour toutes les victimes de la guerre. Controversées et souvent insuffisantes, ces mesures ont toutefois permis de désarmer une bonne partie des 2 900 belligérants qui ont combattu. Ces capitaux de prêts ont pu, partiellement, subventionner la création de nouvelles entreprises pour ces anciens combattants, par exemple «la finca Santa Anita de la Union», une coopérative de café où trente-deux familles d’anciens guerrilleros en assurent l’exploitation ou encore, le Nuevo Horizonte, une autre coopérative de café exploitée par cent familles d’anciens combattants. Étudiant cette dernière communauté, Randall Janzen a noté que l’approche collective donnait un sentiment d’appartenance à ces anciens guerrilleros, les aidant à oublier leur passé et à se réintégrer à nouveau à la vie civile38.

37Dans la volonté de tourner la page sur les guerres civiles, des groupes comme ADEPAC (Associación del desarrollo para America Central) ou la CUC (Comité de unidad campesina) apportent un nouveau message aux villages qui ont souffert, celui d’abandonner leur dépendance et leurs attitudes d’impuissance, de se prendre en main pour développer leur avenir. Les agents de développement des organisations non gouvernementales circulent de village en village avec ce message, promettant aux villageois de les aider et d’appuyer leurs démarches en vue de construire des routes, de s’approvisionner en eau et en électricité ou de changer leurs habitudes agricoles, visant une agriculture intensive, diversifiée et, dans bien des cas, biologique. Dans un message livré aux femmes des villages, ces agents leur demandent de démarrer de petites entreprises d’artisanat ou de produits locaux et de s’impliquer dans la direction de leurs villages.  

38Le deuxième volet de ce processus de réconciliation vise à traduire en justice les responsables des grandes opérations et des massacres. Moins rapide à démarrer, c’est en 2004 que la Cour interaméricaine des droits de l’homme, une instance rattachée à l’organisation des États américains, ordonne aux autorités guatémaltèques de juger les responsables du massacre du Plan Sanchez et d’indemniser les parents des victimes. Les tribunaux commencent alors leur travail. En 2009, l’ancien militaire Felipe Cusanero, un commissaire à la direction de quarante soldats, était condamné à 150 ans de prison pour avoir arrêté et fait « disparaître » six Mayas du village de Choatalúm en 1981. En août 2011, une seconde condamnation de 6 060 ans a eu lieu contre quatre anciens soldats reconnus coupables d’avoir massacré 211 paysans dans le village de Dos Erres en décembre 1982. Ensuite, en mars 2012, les tribunaux ont condamné cinq paramilitaires à trente ans de prison chacun pour le massacre du Plan Sanchez. Plus tard en 2012, le Colonel Marco Antonio Sanchez Samayoa, Commandeur de la région de Zacapa, a été condamné à son tour à 53 ans de prison pour avoir fait « disparaître » huit personnes du village de El Jute en 1981.

39Un procès de grande importance reflet toute la difficulté de traduire en justice les coupables de cette violence contra le peuple Maya. C’est celui de l’ancien président dictateur et longtemps membre du Congrès du Guatemala, José Efran Rios Montt. Il bénéficia de l’immunité pendant douze ans après son mandat comme membre du Congrès. Le 14 janvier 2012, son immunité prenait fin et il fut alors arrêté et traduit devant les tribunaux qui l’ont formellement accusé du crime de génocide. Le procès a duré vingt-deux jours, ponctué d’une centaine de témoignages et d’une suspension des procédures. L’actuel président de Guatemala Otto Pérez Molina, qui servait comme général dans la région très éprouvée de Nebaj durant la guerre civile maintenait pour sa part qu’ » il n’y a pas eu de génocide au Guatemala. [Rajoutait que] personnellement, je n’ai jamais reçu l’ordre d’aller massacrer une population ». Finalement, le 11 mai 2013, le tribunal a résisté aux pressions et condamné Rios Montt à 50 ans de prison pour génocide et un autre 30 ans pour crimes de guerre. Les Mayas et les observateurs internationaux ont crié victoire, mais quelques jours plus tard, le 20 mai, la cour constitutionnelle de Guatemala, très proche de l’élite économique et politique, a invoqué un vice de procédure pour annuler la décision et pour ordonner un nouveau procès. Décidément, les Guatémaltèques restent très divisés devant les fantômes de leur histoire.

Cet article a bénéficié des critiques et commentaires d’Odette Lapointe, de Joceline Chabot et de Yves Nantel. Je tiens à les remercier.

Topo da página

Bibliografia

Aguilera Peralta, Gabriel, « Problems of Military demobilization in Central America,» dans Aguilar Urbina (ed), Demobilization, demilitarization and democratization in Central America, San José, Costa Rica : Editorial Guayacán, 1994.

Arias, Arturo, « Changing Indian Identity : Guatemala’s Violent Transition to Modernity », Carol A. Smith (ed), Guatemala Indians and the State, Austin : University of Texas Press, 1990, p. 230-57.

Adams, Richard N., « Ethnic Images and Strategies in 1944, » in Carol A Smith (ed), Guatemalan Indians and the State, Austin : University of Texas Press, 1990,p. 141-42.

Asturias, Miguel Angel, Les hommes de maïs, Paris : Albin Michel, 1953.

Asturias, Miguel Angel, Le Pape Verte, Paris : Albin Michel, 1956.

Burgos, Elisabeth, Moi, Rigoberta Menchú, Une vie et une voix, La Révolution en Guatemala, Paris : Gallimard, 1983.

Carmack, Robert, Harvest of Violence : The Maya Indians and the Guatemala Crisis, Norman, Ok : University of Oklahoma Press, 1988.

Casaus Arzú, Marta, « El Genocidio : la máxima expresión del racismo en Guatemala : una interpretación histórica y una reflexión, » Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2009[en ligne], http :nuevomundo.revues.org/57067

Casaús Arzú, Marta, « Práticas sociales y discurso racist de las élites del poder en Guatemala (siglos XIX y XX), » dans Van Dijk, Teun A., Racismo y discurso en América Latina, Barcelona : Gedisa, 2007.

Churchill, Ward, A Little Matter of Genocide : Holocaust and Denial in the Americas, 1492 to the present, San Francisco : City Light Books, 1997.

Connelly, Mélanie, « Les mouvements sociaux transnationaux des peuples autochtones au Guatemala et l’exercise de leur influence, » mémoire de maîtrise, Departement de Sciences politiques, Université de Montréal, 1996.

Ejército du Guatemala, Dossier, Operación SOFIA, « Sumisiones de los pueblos », Pueblo de Nebaj, juillet 1982, Disponible Internet, www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB297/Operation_Sofia_lo.pdf

Falla, Ricardo, Masacres de la selva, Ciudad de Guatemala : Editorial Universitario, 1992.

Figueroa Ibarra, Carlos, El recurso del Miedo – Ensayo sobre el Estado y el terror en Guatemala, San José, Costa Rica : EDUCA, 1991.

Foucault, Michel,« De la guerre des races au racisme d’État, »dans Il faut defender la société, Cours au Collège de France,Paris : Gallimard-Seuil (Hautes Études), 1997.

Fried, Jonathan, Gettleman, Marvin, Levenson, Deborah et Peckenham, Nancy (eds.) Guatemala in Rebellion, Unfinished Business, New York : Grove Press, 1983.

Grandin, Greg, The Last Colonial Massacre : Latin America in the Cold War, Chicago : University of Chicago Press, 2004.

Grandin, Greg, Levenson, Deborah et Oglesby, Elisabeth, The Guatemala Reader, Durham : Duke University Press, 2011, p. 287-94.

Garcia, Prudencio, El genocida du Guatemala, a la luz de la sociología militar, Madrid, : SEPHA, 2005.

Guatemala, Memoria del silencio, 10 vols. Ciudad de Guatemala : Comisión para el esclarecimiento histórico, 1999, introducción.

Janzen, Randall George, « From War to Peace. The reintegration experiences of Guatemalan ex-combattants. A Grounded Theory Inquiry, » Doctoral thesis, Social Sciences, Tilburg University, Holland, 2011.

Levenson-Estrada, Deborah, Trade Unionists Against Terror : Guatemalta City, 1954-85, Chapel Hill : North Carolina Press, 1994.

Ley de reforma agraria, Congreso de la Republica du Guatemala, decreto 900 : Ciudad de Guatemala : Departamento Agrario nacional, 1952.

Melville, Thomas et Majorie, Whose Heaven, Whose Earth ?, New York : Knopf, 1971.

Manz, Beatriz, Paradise in Ashes : A Guatemalan Journey of Courage, Terror and Hope, Berkeley : University of California Press, 2004.

Sanford, Victoria, Violencia y genocide en Guatemala, Guatemala City : F & G Editors, 2004.

Schlesinger, Stephen et Kinzer, Stephen, Bitter Fruit : The Untold Story of the American Coup in Guatemala, New York : Anchor Books, 1983.

Stannard, David E., American Holocaust, Columbus and the Conquest of the New World, New York : Oxford University Press, 1992.

Topo da página

Notas

1  La période généralement associée avec la guerre civile s’étend de 1960 à 1996, mais les désordres et violences ont commencé en 1954.

2  Ricardo Falla (1992).

3  Guatemala, Memoria del silencio (1999), introducción.

4  Sanford, Victoria (2004). Falla, Ricardo (1992). Carmack, Robert (1988). García, Prudencio (2005). Churchill, Ward (1997). Figueroa Ibarra, Carlos (1991).

5  Asturias, Miguel Angel ((1953).

6  Ibid., p. 12-13.

7  Ibid., p. 15.

8  Ibid, p. 26.

9  Asturias, Miguel Angel (1956).

10  Adams, Richard (1990) p. 141-42

11  Ibid., p. 146.

12  Ley de reforma agraria (1952).

13  Burgos, Elisabeth (1983), p. 23.

14  Ibid., p. 26.

15  Ejército du Guatemala, (1982).

16  Casaus Arzú, Marta (2009), p. 3.

17  Foucault, Michel (1997).

18  Casaus Arzú, Marta (2009), p. 5. Arias, Arturo (1990), p. 230-57. Stannard, David (1992).

19  Burgos, Elisabeth (1983), p. 50.

20  Ibid., p. 50.

21  Ibid., p. 171.

22  Cortave, Gustave, El Imparcial, 19 decembre 1944, Adams, (1990), p. 148.

23  Editorial, El Imparcial, 12 fevrier, 1945, Adams (1990), p. 149.

24  Adams (1990), p. 149.

25  Casaús Arzú, Marta (2007), p. 245-49.

26  Schlesinger et Kinzar (1983), p. 47.

27  Ley de reforma agraria, (1952), p. 5-47.

28  Schlesinger et Kinzar (1983), p. 75.

29  Ibid., chapt. 7.

30  Ibid., p. 220-21.

31  Grandin, Greg (2004).

32  Melville, Thomas et Majorie (1971). Greg Grandin a traité de la vie de Efraín Reyes Maaz, un des leaders communistes dans « A Clandestine Life », Grandin, Greg (2011), p. 287-94. Levenson-Estrada, Deborah (1994).

33  Cette description opérationnelle est basée sur plusieurs témoignages, Pour Chupol ; Fried, Jonathan, (1983), p. 241-47 ; pour Santa María Tzejá ; Manz, Beatrice (2004), p. 117-122 ; pour Piedras Blancas, Falla, Ricardo (1992), p. 141-147.

34  Falla, Ricardo (1992), p. 146-47.

35  Guatemala, Memoria del silencio (1999), T. 5, sec. 87. Manz, Beatriz (2004).

36  Connelly, Mélanie (2006), 115-20.

37  Aguilera Peralta, Gabriel (1994), 65-72.

38  Janzen, Randall George (2011), p. 75-103.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Daniel Hickey, « Les Mayas, victimes de l’histoire dans la guerre civile du Guatemala, 1954-1996 », Amerika [Online], 8 | 2013, posto online no dia 21 Junho 2013, consultado o 18 Dezembro 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/3880 ; DOI : 10.4000/amerika.3880

Topo da página

Autor

Daniel Hickey

Professeur émérite d’histoire à l’Université de Moncton, Canada

Topo da página

Direitos de autor

© Tous droits réservés

Topo da página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals