Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Cinéma

Michel Derrien, Aux origines du cinéma irlandais, Sidney Olcott, le premier œil

Rennes, CRBC Rennes-2 Université européenne de Bretagne, 2013
Yves Laberge
Référence(s) :

Michel Derrien, Aux origines du cinéma irlandais, Sidney Olcott, le premier œil, Rennes, CRBC Rennes-2 Université européenne de Bretagne, 2013.

Entrées d’index

Mots-clés :

cinéma

Géographique :

Canada, Irlande
Haut de page

Texte intégral

1L’historien breton Michel Derrien peut se vanter d’avoir rédigé la première monographie consacrée au cinéaste irlandais Sidney Olcott (1872 ou 1873 ?-1949). Bien que né à Toronto, Sidney Olcott n’a jamais tourné de film au Canada et on ne saurait le considérer comme un artiste canadien. Son premier lieu de prédilection pour les tournages était l’Irlande, où il est toujours considéré comme un pionnier du cinéma national ; d’ailleurs, il a vécu plus longtemps dans ce pays et aux États-Unis que dans son Ontario natal.

2Le grand historien du cinéma Jean Mitry considérait Sid Olcott comme « le grand oublié de l’histoire du cinéma » (p. 3). On résume souvent la contribution de Sidney Olcott à « vingt-huit films irlandais », bien que sa filmographie soit plus longue et que ses productions soient pour la plupart des courts métrages, ce qui était le standard du temps du cinéma muet (p. 113). Parmi ses réalisations les plus célébrées, on compte une version muette de Ben-Hur (1907), A Lad from Old Ireland (1910), et surtout son film ambitieux sur la vie de Jésus, From the Manger to the Cross (1912), l’un des premiers longs métrages jamais tournés. Richement documenté, le livre de Michel Derrien relate chronologiquement les principaux tournages de Sidney Olcott, expose le résumé de ses principaux films et rassemble pour la plupart plusieurs extraits des critiques de la presse de l’époque. Après avoir consulté de nombreuses sources et visité plusieurs cinémathèques durant une trentaine d’années, on présume que Michel Derrien a glané pratiquement tous les renseignements disponibles sur les films de ce metteur en scène, acteur, scénariste et producteur. C’est ce qui fait la force de son livre unique dans notre langue. Ainsi, il montre l’originalité de son approche de la mise en scène et sa capacité d’inventer ou de se renouveler, par exemple en filmant ses acteurs non-maquillés, comme pour un documentaire, dans le film Irish Honeymoon (1911) (p. 15).

3Les productions méconnues de Sidney Olcott restent liées à l’époque du cinéma muet et sa période la plus active aura été les années 1907-1914 (p. 121). Après la Grande guerre de 1914-1918, il ralentit ses activités liées au cinéma en dépit de son intérêt pour la scène. Il ne semble pas avoir tourné après l’avènement du cinéma parlant en 1930. Pour les synthétiser, Michel Derrien emploie cette formule éloquente qui résume bien sa carrière et son apport : « Les films de Sidney Olcott dont l’action se déroule au XXe siècle sont avant tout des mélodrames avec comme toile de fond l’émigration » (p. 118). Ces thèmes du voyage et de la représentation de l’Irlande pourront être étudiés ultérieurement par des chercheurs en sociologie du cinéma, en ethnographie ou en histoire.

4Sur le plan théorique, la monographie de Michel Derrien sur Sidney Olcott rend accessible des éléments factuels pour d’éventuelles recherches universitaires en histoire du cinéma, en études irlandaises, mais aussi sur l’interculturel (« Cross-cultural Theory ») et en études atlantiques (« Atlantic Studies »), bien que ces deux dernières expressions ne soient pas mentionnées dans ce livre. Les éléments factuels apportés par Michel Derrien sont souvent inédits et seront indéniablement utiles aux futurs historiens du cinéma.

5On constate d’ailleurs un regain d’intérêt pour Sidney Olcott, par exemple dans le collectif Bible and Cinema : Fifty Key Films (2013), plusieurs pages de Jeffrey L. Staley ont été consacrées au film From the Manger to the Cross, réalisé en 1912, et souvent étudié dans les ouvrages sur le cinéma religieux (pp. 98-103). Certains de ses films désormais dans le domaine public (donc libres de droits) sont réédités sur DVD ou sont rendus disponibles sur Internet en accès gratuit grâce au site YouTube. En outre, deux documentaires lui ont été récemment consacrés, dont un produit en France. Pour les bibliothèques de cinéma et les centres de recherche en études irlandaises, ce livre innovateur de Michel Derrien mérite certainement une place de choix car il rend justice (après un siècle) aux films d’un réalisateur rapidement oublié depuis la fin du muet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Michel Derrien, Aux origines du cinéma irlandais, Sidney Olcott, le premier œil », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 28 juin 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/4965

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals