Navigation – Plan du site
Thématique

Jorge Amado dans la collection « La Croix du Sud » de Roger Caillois

Jean-Yves Mérian

Résumés

Roger Caillois a offert au public français un vaste éventail du roman latino-américain de son temps, dans la collection « La Croix du Sud » des éditions Gallimard, entre 1952 et 1970.

Jorge Amado, dont un premier roman Jubiabá avait été édité en 1938, était encore peu connu en France. La traduction et la diffusion de plusieurs de ses romans réalistes-sociaux, par des maisons d’édition proches du Parti communiste, entre 1944 et 1951, étendit son public. Mais c’est grâce à l’initiative de Roger Caillois qu’il conquit une plus grande notoriété.

L’intérêt pour le Nord-est du Brésil et la civilisation afro-brésilienne né du succès de Maîtres et esclaves, traduction de Casa Grande & Senzala  par Roger Bastide, paru dans la collection « La Croix du Sud », en 1952, explique sans doute le choix de Roger Caillois de publier Jorge Amado.

Les multiples facettes de la vie du peuple de Salvador da Bahia, de cette société multiraciale et pluriculturelle, profondément imprégnée des traditions afro-brésiliennes, ont séduit des lecteurs en quête d’exotisme et de dépaysement. Le réalisme social, l’engagement de l’écrivain, combiné avec le réalisme magique des scènes de candomblé, donnait à découvrir un monde nouveau et parfois envoutant. Grace à la collection de Roger Caillois, le public français a pu découvrir le monde singulier et fascinant de Bahia vu par Jorge Amado. Tous ses romans sont aujourd’hui traduits en français pour un public de lecteurs fidèles.

Haut de page

Texte intégral

1Les dizaines de titres d’œuvres brésiliennes dans les catalogues des éditeurs français pourraient donner l’impression d’une grande vitalité des échanges entre le Brésil et la France, d’un intérêt marqué des lecteurs français pour la littérature brésilienne. Mais l’arbre cache souvent la forêt. Le succès tonitruant de Paulo Coelho ne doit pas masquer le peu d’intérêt du public pour la plupart des œuvres traduites en français.

2Les traductions, souvent de grande qualité n’existent que grâce aux aides publiques, notamment du Centre National du Livre et, dans la majorité des cas, plus de livres connaissent le pilon que le confort des bibliothèques privées. L’abondance des références fait illusion. Mais il y a quelques exceptions notables à cette situation. Jorge Amado est, de loin, celui qui a séduit le plus durablement le public français, au delà des cercles limités des universités et des revues spécialisées.

3Un écrivain français, par ailleurs haut fonctionnaire à l’UNESCO, après la Seconde guerre mondiale, Roger Caillois, eut un rôle essentiel dans la promotion et la reconnaissance de l’œuvre de Jorge Amado qu’il accueillit dans la collection « La Croix du Sud » dont les éditions Gallimard lui avaient confié la direction.

4Nous nous proposons, dans cette trop brève étude, d’éclairer les lecteurs sur les conditions de l’émergence en France de l’intérêt pour la littérature brésilienne et hispano-américaine. Nous insisterons sur le rôle joué par Roger Caillois et les réseaux intellectuels auxquels il participait, sur les orientations de ses choix d’auteurs, dans le contexte de l’après-guerre ainsi que sur la place et le rôle de Jorge Amado, à la suite de Gilberto Freyre, dans cette collection.

5Nous procéderons dans un premier temps à un bref rappel historique qui permettra de situer plus précisément l’importance de l’initiative de Gallimard de fonder la collection « La Croix du Sud » pour la promotion de la littérature latino-américaine.

6Nous rappellerons le paradoxe suivant : au tournant du XXe siècle, les principaux auteurs brésiliens n’étaient pas inconnus des éditeurs français, notamment du libraire et éditeur Garnier qui jouissait d’un grand prestige à Rio de Janeiro et à Buenos Aires, où il avait des commerces de livres. Garnier publiait les œuvres de Machado de Assis, d’Aluísio Azevedo, de Coelho Neto …, conférant à ceux-ci une reconnaissance et un prestige enviés par les autres auteurs brésiliens.

7Mais ces ouvrages imprimés et édités à Paris, en langue portugaise, étaient destinés au public brésilien. Quelques traductions virent le jour comme Memórias póstumas de Brás Cubas en 1911, ainsi que quelques contes de Machado de Assis. Mais Garnier n’en fit qu’une diffusion confidentielle.

8Durant la période de l’entre-deux-guerres, quelques critiques et traducteurs comme Jean Cassou, Francis de Miomandre, Mathilde Pomés, Georges Pillement tentèrent sans grand succès d’intéresser le public français à la littérature latino américaine. De même la Revue de l’Amérique latine  dirigée par le Péruvien de Paris, Ventura Garcia Calderón, publia, entre 1922 et 1934, des contes et nouvelles d’auteurs latino-américains.

9Certes, il exista des passeurs, comme Blaise Cendrars dont on connaît le rôle joué à São Paulo et au Brésil à la suite du mouvement moderniste de 1922. Il eut une participation déterminante dans le débat littéraire et artistique et mit en contact les modernistes de São Paulo avec les milieux intellectuels et les avant-gardes artistiques parisiennes et européennes. Il assura la promotion de Tarsila do Amaral, lors de l’exposition de ses œuvres à Paris en 1926. Cependant, il ne parvint pas à intéresser les éditeurs à la publication d’écrivains modernistes tels Mário et Oswald de Andrade.

10Il fallut attendre 1938 pour que la critique et les lecteurs découvrent un jeune romancier brésilien : Jorge Amado. Son roman Jubiabá  traduit sous le titre de  Bahia de tous les Saints  par Pierre Hourcade et publié par Gallimard, retint l’attention des lecteurs, séduits par l’exotisme de la société afro-brésilienne de Salvador da Bahia, tout autant que par l’intrigue du roman et le style de son auteur.

11Mais ce n’est qu’après la fin de la Seconde Guerre Mondiale que les éditeurs et le public français découvrent véritablement la littérature hispano-américaine et brésilienne. Roger Caillois eut dans ce domaine un rôle primordial.

12Invité en 1939 par Victoria Ocampo, intellectuelle et riche mécène argentine, à donner une série de conférences à Buenos Aires, le jeune sociologue et écrivain Roger Caillois, en raison de la guerre, finit par séjourner plus de cinq ans en Argentine. Il mit à profit ce long séjour forcé pour voyager dans le pays, notamment en Patagonie, et parcourut de nombreux pays d’Amérique latine. Il lia des contacts féconds avec les écrivains les plus remarquables de sa génération.

13Nous ne nous arrêterons pas sur son action durant la guerre, dans la revue SUR, pour la diffusion des idées nouvelles venues d’Europe, dans les domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’esthétique, ni sur son rôle pour la diffusion des écrits d’auteurs français interdits ou persécutés, comme Aragon, Prévert, Éluard… dans la revue en langue française,  Lettres françaises, publiée à Buenos Aires.  Ce qui est important, dans le sujet qui nous occupe, c’est la rencontre de Caillois avec les écrivains majeurs de sa génération dont il traduisit certains textes : José Luís Borges, Gabriela Mistral, Pablo Neruda, parmi d’autres. Ceux ci lui firent découvrir la richesse et la diversité de la littérature latino-américaine.

14Plus tard en 1966 il déclarait dans une entrevue :

  • 1 Elvira Orphée, « Roger Caillois », in Nuevo mundo, n° 8, Paris, août 1966.

Je compris essentiellement deux choses :
A – les extraordinaires ressources que découvrent les littératures latino-américaines, quand elles obtiennent leur indépendance littéraire, ainsi qu’une évidente originalité.
B – Qu’un mouvement littéraire, pour être valable, doit dépasser en intérêt humain les problèmes caractéristiques du contexte dont il est issu1.

15Il affirmait sa conviction que les littératures latino-américaines avaient conquis à la fois une autonomie créatrice et une vocation à intéresser un public plus vaste, au delà des frontières de leurs pays d’origine, en Europe, en Amérique du nord et dans le reste du monde, par les thématiques universelles abordées ainsi que par la qualité et l’originalité de leur écriture.

16A son retour en France, après la guerre, le poste qui lui fut confié à l’UNESCO en 1948, consistait notamment à promouvoir la connaissance des littératures du monde par la traduction d’ouvrages littéraires sélectionnés, dans les principales langues.

17Dans ce programme des « œuvres représentatives », il consacra une section aux œuvres latino-américaines, d’auteurs considérés comme des classiques de la fin du XIXe et début du XXe siècle. Il choisit les écrivains qu’il considérait comme les plus authentiques représentants de la pensée et de la création latino-américaines. Ils étaient presqu’exclusivement d’expression espagnole : Sarmiento, Jorge Isaacs, José Marti, Gabriel René Moreno, José Hernandez, Alcides Arguedas, Jorge Enrique Rodó.

18C’est dans un deuxième temps que Roger Caillois entreprit de faire connaître des écrivains et des œuvres littéraires qui exprimaient, de son point de vue, l’excellence et l’originalité de la production romanesque de l’Amérique latine.

19Le 25 octobre 1945, les éditions Gallimard avaient signé avec Roger Caillois,  le contrat suivant :

Monsieur Gaston Gallimard charge Monsieur Roger Caillois, qui accepte, de composer une collection d’œuvres espagnoles et portugaises et ibéro-américaines dont le titre est : « La Croix du Sud », selon un programme sur lequel ils se mettront d’accord.

20Selon les termes du contrat qui assurait aux éditions Gallimard l’exclusivité de la publication des ouvrages sélectionnés, le rythme des publications annuelles ne devait pas être inférieur à 4 volumes.

21Cependant, l’aventure de la « Croix du Sud » ne débuta qu’en 1952 et dura jusqu’en 1970. Borges eut l’honneur d’ouvrir la collection avec la publication de Fictions,  un recueil de nouvelles. En 18 ans, 52 titres furent publiés, nombre très inférieur à celui qui avait été envisagé.

22Caillois s’est efforcé de couvrir l’ensemble de l’espace latino-américain, mais de façon inégale. Un seul auteur centre-américain fut publié, Miguel Angel Asturias, mais aucun écrivain colombien, bolivien, ou portoricain ou dominicain ne fut retenu.

23Quatre pays sont bien représentés : l’Argentine avec 13 titres, le Brésil avec 8 titres, le Mexique et Cuba avec 7 titres chacun. Les choix de Roger Caillois ont été influencés par sa proximité avec les auteurs argentins, par l’importance de la production éditoriale mexicaine, par la fascination exercée par le Brésil, mais aussi par sa fréquentation à Paris d’écrivains latino-américains d’exception, comme Alejo Carpentier et le futur prix Nobel, Miguel Angel Asturias.

24L’inclusion du Brésil dans la collection, donne sa pleine signification à l’expression Amérique Latine, à une époque ou les relations transversales entre le Brésil et les pays hispano-américains étaient très limitées, voire inexistantes.

25Les choix de Roger Caillois ont pu surprendre. Cependant, il existe une unité temporelle. L’ouvrage le plus ancien est de Ricardo Guiraldes et date de 1926. Le type de romans choisis privilégie le courant néo-naturaliste et réaliste qui domine en Amérique hispanique et au Brésil, après 1930. Borges représente une exception. Carlos Fuentes, Juan Onetti, Mario Benedetti ont été écartés car ils représentaient une production romanesque dont les thèmes ne correspondaient pas aux choix de Roger Caillois.

26En effet, il est intéressant de constater que les thèmes sociaux, les rapports inter-ethniques, les conflits entre dominants et dominés, entre blancs et indiens, entre blancs et noirs, sont illustrés par les romans choisis. Les rapports entre les « mondes » qui peinent à communiquer entre eux et où les formes de violence les plus extrêmes sont à l’œuvre sont très présents. La place de la nature, la grandeur des paysages et des espaces infinis sont aussi privilégiés.

27Cela explique la place qui revient à des auteurs comme Ciro Alegria, Romulo Gallegos, Martin Luís Guzman, Adalberto Ortiz, Miguel Angel Asturias.

28D’autres critères ont certainement joué dans ce choix. Roger Caillois avait eu un parcours singulier et original avant la guerre. Sa rencontre avec André Breton et les distances prises par la suite avec les surréalistes, en témoignent.

29Durant l’époque de la guerre et son séjour en Argentine et dans les autres pays de l’Amérique latine, il avait été fasciné par la grandeur, la magnificence, le caractère sauvage et inachevé des grands espaces andins, de la pampa, de l’Amazonie.

30Au Brésil, son intérêt pour les minéraux, pour les pierres précieuses, pour leur beauté et leur mystère, avait complété sa fascination pour la nature. Sans doute peut-on trouver là l’explication de son goût pour l’exotisme, dépaysement qui complète son intérêt pour les thèmes sociaux qui lui viennent de sa formation de sociologue.

31Dans son essai paru en 1942, Puissances du roman, on pourra découvrir certaines pistes qui éclairent les choix de Roger Caillois :

  • 2 Roger Caillois, Puissances du roman (1941), Paris: Gallimard, 1974.

Le roman tient volontiers de l’encyclopédie, du traité de sociologie, plus fréquemment encore de la chronique. Étude, document ou reportage, il prétend renseigner exactement.2 

32Cette déclaration permet de comprendre les choix relatifs aux œuvres brésiliennes dans la collection « La Croix du Sud ». Roger Caillois était au départ un sociologue, donc très attentif aux problèmes sociaux de son temps. Il était, à ce titre, très proche des historiens, sociologues, anthropologues, de sa génération qui contribuèrent beaucoup plus que les romanciers à faire découvrir le Brésil aux milieux intellectuels et cultivés en France.

33Plusieurs d’entre eux avaient participé à la création de l’Université de São Paulo, dans le domaine des Sciences humaines et sociales à partir de 1934-1935. Les ouvrages de Claude Lévi Strauss, de Fernand Braudel et de Roger Bastide, ne touchaient pas le très grand public, mais ils s’inscrivaient parfaitement dans les préoccupations et les débats majeurs de l’UNESCO où Roger Caillois avait un poste clef, dès la fin des années 1940. Plusieurs de ces scientifiques exerçaient à l’Ecole Pratique des Hautes Études, au Collège de France ou à la Sorbonne, comme Georges Gurvitch, un autre amoureux du Brésil.

34Rappelons à ce propos, qu’à cette époque, les études en littérature brésiliennes étaient encore balbutiantes dans les universités françaises, ce qui explique le rôle quasiment inexistant d’universitaires français dans la promotion des œuvres littéraires brésiliennes auprès des éditeurs.

  • 3 Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves (Trad. Roger Bastide), Paris: Gallimard, 1952.

35Il se créa autour des historiens et sociologues cités, mais aussi de Lucien Febvre, le maître de l’École des annales, un réseau intellectuel et amical qui fut essentiel pour le choix de la première œuvre brésilienne choisie, Casa Grande e Senzala  de Gilberto Freyre, traduite par Roger Bastide et publiée sous le titre de  Maîtres et esclaves3, avec une préface  de Lucien Febvre.

36Nous pensons que Roger Bastide eut une influence déterminante auprès de Roger Caillois pour le choix du Nord et du Brésil comme espace privilégié dans la sélection de cette œuvre. Mais il faut aussi rappeler que l’un des principaux sujets débattus par l’UNESCO à la fin des années 1940, était le racisme et les moyens à mettre en œuvre pour combattre ce fléau qui avait provoqué la mort de millions d’êtres humains durant la Deuxième guerre mondiale.

  • 4 Brochure publiée par l’Unesco puis éditée en volume, Paris: Éditions Gonthier, 1982.

37L’UNESCO publia, en 1950, une « Déclaration sur la race » pour réfuter les arguments des défenseurs du « racisme scientifique ». Lévi Strauss publia en 1952, Race et Histoire4. Dans un monde ou certains défendaient l’apartheid : États Unis, Afrique du sud et le développement différencié entre blancs et noirs, le Brésil apparaissait comme un pays où régnait une certaine harmonie raciale, une « démocratie raciale » où le racisme se manifestait plutôt à partir de considérations sur la couleur de la peau, sur les origines sociales, que sur des arguments liés à la « race biologique ».

38Gilberto Freyre ne participa pas à l’organisation de la mission au Brésil, chargée d’évaluer les formes de racisme dans les différentes régions. La direction fut confiée à Alfred Métraux, mais Gilberto Freyre rédigea l’introduction du rapport. C’était l’époque où Roger Bastide défendait l’idée d’une « miscégénation » positive, du métissage culturel et racial pour résoudre les problèmes posés par le racisme. La publication, en 1952, de Maîtres et esclaves s’inscrivait parfaitement dans ce contexte.

  • 5 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris: le Seuil, 1952.

39La seule voix dissonante à l’époque fut celle de Frantz Fanon qui publia la même année Peau noire, masques blancs5 qui dénonçait l’aliénation des noirs et les effets dévastateurs de la colonisation.

40Dans l’ambiance passionnée des débats sur la décolonisation, Gilberto Freyre était une voix du sud, qui s’insurgeait contre le racisme sans pour autant condamner la colonisation menée par les Européens, notamment les Portugais, au nom du « luso-tropicalisme ».

41Dans son introduction, Lucien Febvre présente un véritable panégyrique de la nature brésilienne, de la richesse et de la variété des cultures et des peuples, un éloge à la vie tropicale sensuelle et passionnée.

42Cette image exotique et exaltante du Brésil ne pouvait que susciter l’intérêt des lecteurs puisqu’elle renforçait les stéréotypes déjà en vigueur.

  • 6 União Democrática Nacional, parti de la droite progressiste.

43Jorge Amado ne participa pas à ces débats. Son rôle fut différent de celui de Gilberto Freyre, ne serait-ce qu’en raison de son positionnement politique. Gilberto Freyre, député fédéral de l’UDN6, pouvait librement s’exprimer à Rio de Janeiro ou à Paris. Jorge Amado qui avait été élu député fédéral pour le Parti communiste, en 1946, avait dû quitter le Brésil en 1947, après l’interdiction de son parti.

44Exilé à Paris, où il fréquentait les milieux « progressistes » du Mouvement de la paix, les intellectuels artistes et écrivains communistes et existentialistes : Picasso, Aragon, Sartre, Beauvoir, Neruda… Jorge Amado demeurait un écrivain militant, traduit et diffusé largement dans tous les pays de l’Est, titulaire des prix les plus prestigieux en Union Soviétique. Il n’appartenait pas à l’establishment littéraire parisien ni aux cénacles de l’UNESCO.

45Le gouvernement français, en cette époque de Guerre froide, n’appréciait guère son activisme politique et il fut expulsé vers la Tchécoslovaquie en 1949. Il ne serait autorisé à revenir en France qu’en 1965, grâce au Ministre de la culture, André Malraux. Il avait pourtant pris ses distances avec le Parti communiste brésilien depuis 1956, réorienté son esthétique romanesque en 1958 avec la publication de Gabriela cravo e canela. L’Académie brésilienne des lettres l’avait accueilli en son sein en 1961.

46Alors que Gilberto Freyre était fêté en France suite au succès de Maître et esclaves et qu’un hommage lui fut rendu en 1956, au Colloque de Cerisy, Jorge Amado, interdit de séjour en France, ne pouvait compter que sur ses compagnons de route pour la promotion de son œuvre littéraire traduite en français. Le Parti communiste disposait d’un réseau très actif de journaux, de revues littéraires et politiques, comme les Lettres françaises, Les Temps modernes, Europe, ainsi que de plusieurs maisons d’édition.

47Contrairement à Gilberto Freyre révélé en France par la collection fondée par Roger Caillois, Jorge Amado avait connu une certaine notoriété à la veille de la Deuxième guerre. Comme nous l’avons vu, déjà en 1938 son roman  Jubiabá  avait été traduit par Pierre Hourcade. La fortune critique avait été bonne, à Paris dans la presse liée au Parti communiste. À Alger Albert Camus en fit une présentation élogieuse dans Alger républicain. Après la guerre, les éditions Nagel publièrent trois œuvres caractéristiques du réalisme social : Terras do sem fim (1942), sous le titre de Terre violente, en 1946 ; Mar morto (1936), en 1949 ; São Jorge dos Ilhéus (1943) sous le titre de La terre aux fruits d’or, en 1951.

48En 1949, les Éditeurs réunis, liés au Parti communiste avaient publié O cavaleiro da esperança, vida de Luís Carlos Prestes, sous le titre de Le chevalier de l’espérance, vie de Luis Carlos Prestes. Ce dernier ouvrage, véritable panégyrique du leader communiste brésilien correspondait parfaitement aux projets du mouvement communiste international de créer un panthéon des grands hommes, héros de la révolution socialiste.

49Nous ne pensons que ce livre était de nature à ouvrir les portes de la collection «  La Croix du sud » à Jorge Amado. Par contre, dans les trois romans cités plus haut on trouve plusieurs caractéristiques qui correspondent aux choix de Roger Caillois. Ces romans de Jorge Amado offraient plus qu’une illustration documentaire de l’univers urbain et rural du Nord-est brésilien et de Bahia. La richesse du style de Jorge Amado, son évocation des forces telluriques de la nature, des paysages fantastiques des forêts qui laissèrent place aux grandes plantations de cacaoyers, et aussi celle du Recôncavo baiano, faisaient entrer le lecteur dans un univers déconcertant et parfois magique.

50La vie des « coronéis » tout puissants, cruels et en même temps vulnérables, la misère des ouvriers agricole à peine sortis de l’esclavage, dressaient un portrait saisissant des luttes de races et des luttes de classes à l’œuvre dans la société rurale de Bahia. Les thèmes sociaux et politiques et surtout la peinture de la vie culturelle métissée de la ville de Salvador, l’expression omniprésente de la culture, des religions, des mythes et des rites afro-brésiliens, la richesse et le raffinement de la cuisine, la beauté sensuelle des femmes, la musique, les fêtes et les danses donnaient aux romans de Jorge Amado une singulière beauté.

51Ils formaient un ensemble qui ne laissa pas insensible Roger Caillois qui avait visité Salvador et qui était bien conseillé par Roger Bastide, spécialiste reconnu des religions afro-brésiliennes et des cultures métisses au Brésil. Si l’on situe le choix des ouvrages de Jorge Amado dans le contexte des débats sur les rapports de races et les rapports de classes qui occupaient alors l’UNESCO, on peut considérer que ces romans illustraient bien les richesses, les ambigüités et les et les qualités, même un peu mythifiées des relations humaines dans la société métissée da Bahia.

  • 7 Roger Caillois, L’homme et le sacré, Paris: PUF, 1939.

52Ce n’est pas la dimension politique des romans qui orienta les choix de Roger Caillois, mais leur valeur littéraire et de témoignage. D’autre part, Roger Caillois menait depuis plusieurs années des recherches sur la sociologie des religions, objet de débats avec Roger Bastide. Avant la guerre, il avait publié  L’homme et le sacré7.

53Le choix des romans de Jorge Amado, sous tous les points de vue, s’inscrivait bien dans le projet général de Roger Caillois qui écrivait dans le Bulletin de la NRF en 1951 :

  • 8 Roger Caillois, Bulletin de la NRF, n° 46, avril 1951, p. 17

Dans la collection la Croix du Sud, prendront place les œuvres les plus diverses : chefs d’œuvres les plus littéraires d’abord, il va de soi, mais aussi ouvrages critiques ou sociologiques – dont certains sont déjà classiques – les mieux faits pour rendre compte de la formation et du mode de développement des groupes humains et des valeurs humaines dans un continent encore neuf, à peine dominé, où la lutte avec l’espace et avec la nature demeure sévère, qui possède un style de vie particulier, et auquel d’inépuisables ressources permettent un rôle de premier plan dans l’histoire prochaine8.

54Le projet de Roger Caillois ne couvrait pas l’ensemble du genre romanesque du Brésil et de l’Amérique hispanique. Ses choix furent parfois critiqués et certains auteurs majeurs n’y figurent pas. En ce qui concerne le Brésil, le Nord-Est est largement représenté ce qui créa une certaine frustration à São Paulo, Rio de Janeiro et dans le sud du pays. Mais le caractère spécifique de Bahia, de Recife, du Nord-Est en général, l’exotisme, une authenticité différente, toute une altérité nouvelle étaient de nature à séduire les lecteurs français, beaucoup plus que les productions des modernistes de São Paulo.

  • 9 Jorge Amado, Bahia de tous les saints, Paris: la Croix du sud, Gallimard, 1952 ; id. Capitaine des (...)

55Jorge Amado ne publia que deux romans9 dans la Croix du sud. Il prit ses distances avec cette collection qui fut bientôt perçue comme une sorte de « ghetto » de la littérature latino-américaine pour un public qui demeura limité. Par ailleurs les traductions n’étaient pas toutes d’une qualité irréprochable.

56De plus il existait d’autres collections concurrentes comme « Du monde entier » qui attiraient par leur vocation universelle de nombreux écrivains latino-américains. Enfin, les principales maisons d’édition, comme le Seuil, commencèrent à accueillir les auteurs latino-américains. Jorge Amado prit ses distances avec la Croix du Sud, comme nous l’avons dit, et s’adressa à d’autres éditeurs. Il fit de même, pour d’autre raisons, idéologiques et politiques avec le Parti communiste après la publication en 1958 de  Gabriela cravo e canela  qui marqua une rupture avec les défenseurs du réalisme socialiste. Sa notoriété lui permit désormais de rivaliser avec les auteurs les plus célèbres, d’autant que les succès des adaptations cinématographiques et télévisuelles de certains de ses romans lui ouvraient un plus large public de lecteurs.

57Il n’en reste pas moins que la collection « La Croix du Sud » a représenté pour Jorge Amado, comme pour les autres auteurs hispano américains et brésiliens un tremplin dont la littérature latino-américaine, dans son ensemble a retiré un grand bénéfice.

58La passion, la fascination de Roger Caillois pour l’Amérique Latine, conjuguées avec le moment historiquement fort de sa présence à l’UNESCO, ont contribué à la reconnaissance de la qualité et de l’originalité d’une littérature qui n’avait jusqu’alors qu’une présence marginale en France.

Haut de page

Bibliographie

Amado, Jorge, Bahia de tous les saints (Trad. de Vanina [1938]), Paris: la Croix du sud, Gallimard, 1952.

Amado, Jorge, Terre violente (Trad. de Claude Plessis), Paris : Nagel, 1946.

Amado, Jorge, La terre aux fruits d’or (Trad. de Violante do Canto), Paris : Nagel, 1951.

Amado, Jorge, Capitaine des sables (Trad. de Vanina), Paris : la Croix du sud, Gallimard, 1952.

Amado, Jorge, Le chevalier de l’espérance, vie de Luis Carlos Prestes (Trad. de Julia et Georges Soria), Paris : Les Editeurs Français Réunis, 1949.

Caillois, Roger, L’homme et le sacré, Paris : PUF, 1939.

Caillois, Roger, Bulletin de la NRF, n°46, avril 1951, p. 17.

Caillois, Roger, Puissances du roman (1941), Paris : Gallimard, 1974.

Fanon, Franz, Peau noire, masques blancs, Paris : le Seuil, 1952.

Freyre, Gilberto, Maîtres et esclaves (Trad. Roger Bastide), Paris : Gallimard, 1952.

Levi-Strauss, Race et histoire, Paris : Éditions Gonthier, 1982.

Orphee, Elvira, « Roger Caillois » in Nuevo mundo, n° 8. Paris, août 1966.

Haut de page

Notes

1 Elvira Orphée, « Roger Caillois », in Nuevo mundo, n° 8, Paris, août 1966.

2 Roger Caillois, Puissances du roman (1941), Paris: Gallimard, 1974.

3 Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves (Trad. Roger Bastide), Paris: Gallimard, 1952.

4 Brochure publiée par l’Unesco puis éditée en volume, Paris: Éditions Gonthier, 1982.

5 Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris: le Seuil, 1952.

6 União Democrática Nacional, parti de la droite progressiste.

7 Roger Caillois, L’homme et le sacré, Paris: PUF, 1939.

8 Roger Caillois, Bulletin de la NRF, n° 46, avril 1951, p. 17

9 Jorge Amado, Bahia de tous les saints, Paris: la Croix du sud, Gallimard, 1952 ; id. Capitaine des sables, Paris: la Croix du sud, 1952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Mérian, « Jorge Amado dans la collection « La Croix du Sud » de Roger Caillois », Amerika [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 22 juin 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/4992 ; DOI : 10.4000/amerika.4992

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals