Navigation – Plan du site

Le Tissu et le texte

Les ponchos tissés par doña Añada dans La tumba del relámpago (1978) de Manuel Scorza
Jean-Marie Lassus

Résumés

Le premier chapitre de La tumba del relámpago (1978) de l’écrivain péruvien Manuel Scorza synthétise une grande partie de la problématique de La guerra silenciosa, sa fresque de cinq romans racontant la lutte interminable des comuneros des Andes Centrales dans leur quête de justice et de reconnaissance, à partir de faits réels survenus dans le Pérou de la fin des années cinquante. Dans ce chapitre, la lecture du tissu de Doña Añada par Remigio Villena amène ce dernier à interpréter le dilemme entre le mythe et l’histoire qui sous-tend toute la construction romanesque de La guerra silenciosa : quand donc les comuneros abandonneront-ils leur mentalité mythique pour entrer dans l’histoire ? Le tissu n’est plus ici un « motif » folklorique : il s’intègre dans la construction romanesque de façon signifiante tout en créant une illusion référentielle et le « texte/tissé » du premier chapitre de La tumba del relámpago se trouve ainsi au cœur du processus de réinterprétation du mythe et de l’Histoire dans l’ensemble du cycle épique et romanesque élaboré par Manuel Scorza.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Andes, Pérou
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Redoble por Rancas (1970); Historia de Garabombo el Invisible (1972); El Jinete Insomne (1976); Can (...)
  • 2  « (…) la grande révolte de 1960 a été un tournant décisif de ma vie. Elle est à l’origine de mes r (...)
  • 3  Voir à ce propos : Cornejo Polar Antonio, “Sobre el neoindigenismo de Manuel Scorza”, Revista iber (...)
  • 4  Lassus, Jean-Marie, « Histoire et épopée dans le cycle de La guerre Silencieuse de Manuel Scorza » (...)

1Au moment où on célèbre l’anniversaire de la naissance de Manuel Scorza trop tôt disparu (1928-1983), il nous a paru important de revenir sur l’écriture du grand écrivain péruvien défenseur des luttes paysannes au Pérou à propos de cette journée dédiée à la culture populaire et à ses représentations esthétiques en Amérique latine. Le cycle épique des cinq romans de La guerra silenciosa qu’il publie entre 1970 et 19781 raconte en effet les combats et les échecs successifs des comuneros des Andes centrales péruviennes pour la récupération de leurs terres ancestrales, tout en attribuant à la culture populaire une fonction interprétative et structurante. Cette volonté de cerner au plus près les réalités andines n’est guère étonnante chez un écrivain qui a rencontré les héros qui ont mené les révoltes successives à la fois contre les exactions de l’oligarchie péruvienne et contre la compagnie minière Cerro de Pasco Corporation2. Manuel Scorza a sans doute trop vite été qualifié par la critique d’écrivain « néo-indigéniste » dès la publication de Redoble por Rancas (1970)3 simplement parce que ses textes mettaient en scène des « Indiens » révoltés, et c’est pourquoi les romans du cycle ont été l’objet de malentendus : loin de se rattacher à un genre déjà quelque peu désuet à l’époque de la parution des romans – « l’indigénisme littéraire andin » – ces textes proposaient une interprétation nouvelle de ces conflits : en cohérence avec les mythes anciens, ils utilisaient des procédés d’écriture novateurs, qui depuis Cien años de soledad (1967) et le boom littéraire des années soixante avaient fait leurs preuves4. Sans s’inspirer exclusivement  de ces nouvelles techniques narratives, Manuel Scorza a su en outre créer un style inimitable et renouveler le discours romanesque et fictionnel sur « l’Indien » en mettant en relation l’épopée et le roman. Dans cette démarche, la culture populaire occupe une place centrale, comme le montre le rôle joué par Doña Añada, l’une des figures féminines les plus emblématiques des romans du cycle.

Construction du cycle épique : interprétation mythique

  • 5  Scorza Manuel, La tumba del relámpago, México, Siglo XXI Editores, 1979, capítulo 26, p.133.

2Les cinq romans de La guerra silenciosa se présentent comme une construction élaborée qui s’appuie sur des personnages et des motifs récurrents pratiquement tous d’origine « populaire ». Rien de plus normal a priori dans un projet littéraire qui se donne pour objectif de décrire les guerres paysannes dans le Pérou de la fin des années cinquante : le cadre reste celui des communautés andines avec de rares incursions vers la capitale. Cet espace favori des littératures indigénistes est porteur d’un imaginaire ancestral et mythique que Manuel Scorza sait mettre en scène de façon à la fois originale et signifiante. La fiction littéraire confronte la mentalité mythique et l’histoire et l’on peut lire La guerra silenciosa comme la prise de conscience progressive des comuneros des Andes centrales d’abord de leur condition « tiers-mondiste », puis de la nécessité de la révolution. Ce processus idéologique s’accomplit dans la douleur car ils doivent abandonner leur « cocon » mythique pour « entrer dans l’histoire » : c’est ainsi qu’au fur et à mesure de l’évolution des cinq romans, on passe de la révolte individuelle et solitaire de Héctor Chacón dans Redoble por Rancas à la mobilisation générale conduite par l’avocat et intellectuel de gauche Genaro Ledesma, dans La tumba del relámpago, roman dans lequel les comuneros andins commencent à écouter radio Cuba5. De ce point de vue, la dynamique générale du cycle est celle d’une spirale ascendante conduite par la prise de conscience progressive des héros.

  • 6  Ibidem, p.30
  • 7  Ibidem p. 10 et 11.
  • 8 Ibidem, capítulo 26, p. 127.
  • 9  Ainsi lorsque Genaro Ledesma décide d’enseigner l’histoire aux mineurs, il se rappelle la phrase d (...)

3Les héros successifs des romans intermédiaires, Garabombo l’Invisible, Raymundo Herrera et Agapito Robles, ont dans ce processus une fonction primordiale : en finir définitivement avec l’injustice, qui « a mis le monde à l’envers » tandis que s’accélère la prise de conscience qu’il faut abandonner les interprétations mythiques et fallacieuses du monde pour entrer dans l’histoire. Car c’est précisément parce qu’ils succombent régulièrement au mythe que les comuneros échouent systématiquement dans leur entreprise révolutionnaire et La tumba del relámpago en sera une nouvelle fois la preuve. La structure même du cycle -cinq romans se terminant tous par un massacre consacrant l’échec de la révolution paysanne- semble être l’illustration parfaite de cette difficulté. La croyance au mythe de la résurrection du dieu Pariacaca (“Pariacaca tiene cinco cuerpos porque nace de cinco huevos”)6, entraîne effectivement la répétition archétypale des massacres. Mais si « l’éclair » de cette nouvelle révolution paysanne échoue, la fiction littéraire, quant à elle ouvre des perspectives nouvelles dans l’écriture du roman de protestation sociale, en se donnant en quelque sorte comme l’objet de ses propres représentations : la mention récurrente du dieu Inkari et du dieu Pariacaca coupés en cinq à l’arrivée des conquérants espagnols, et dont les parties doivent se reconstituer pour que renaisse l’âge d’or mythique, est à mettre en rapport avec l’ensemble des cinq romans du cycle, qui apparaissent à leur tour comme les cinq « œufs » ou corps du dieu matérialisés dans cinq livres. Dans cet ensemble, La tumba del relámpago symboliserait la tête pensante du dieu enfin reconstitué conformément aux mythes anciens, mais qui cette fois s’imprègne des discours idéologiques révolutionnaires (Marx, Lénine, les anarchistes russes…) et se demande si les « conditions objectives » de la révolution socialiste sont enfin réunies (« ¿Era llegado el momento? »)7. Mariátegui est évidemment convoqué dans cette réflexion8, ainsi que González Prada9.

4Le souci constant de l’écrivain péruvien de donner un sens aux cinq romans du cycle l’oblige cependant à ne pas faire reposer toute l’action sur le seul modèle épique et tragique du héros grec, qui sait qu’il va échouer mais continue de lutter malgré sa mort prochaine, donnant ainsi à son action une dimension éthique - observons au passage que nous sommes là assez éloignés de l’image de l’Indien résigné qu’a pu divulguer une certaine littérature indigéniste-. Et c’est ici que des personnages « secondaires » mais parfaitement intégrés dans une culture populaire commencent à prendre une importance primordiale : à la fois parce qu’ils renforcent le sens éthique de la lutte héroïque (ils sont eux-mêmes victimes d’une injustice) et aussi parce qu’ils ont une fonction essentielle, symbolique et interprétative. C’est précisément le cas de Doña Añada, l’une des figures féminines les plus représentatives du cycle épique. Elle est, avec « le harpiste de Lima » l’un des personnages essentiels dans le rapport du mythe à l’histoire. Or tous deux se caractérisent par leur activité dans deux domaines liés à l’esthétique et la culture populaire : le tissage et la musique folklorique.

  • 10  « Exactamente como en el sueño, los dirigentes se reunieron en la iglesia de Santa Maca, esta vez (...)

5C’est surtout Doña Añada qui va nous intéresser ici, même si le « harpiste de Lima » a une fonction essentielle dans la trame romanesque : c’est lui en effet qui fait échouer une nouvelle fois les comuneros à cause d’un rêve où lui est apparue Santa Maca pour lui ordonner de déclencher l’occupation des terres avant la date prévue10. Cette erreur leur sera fatale, car en prenant les devants ils brisent la cohésion et l’élan des autres communautés que Genaro Ledesma avait patiemment mobilisées pour créer une attaque surprise massive. Le retour à l’interprétation mythique rendra ainsi encore plus vulnérable leur mouvement.

Le texte et le tissu : le personnage de Doña Añada

6Doña Añada apparaît pour la première fois de façon significative dans Le Cavalier insomniaque, troisième roman du Cycle : au chapitre 5, intitulé « Síntomas de la plaga que acometió a los relojes de Yanahuanca », elle est présentée comme une des domestiques du juge Montenegro, figure du cacique propriétaire terrien et notable. C’est elle qui la première se rend compte de l’altération subie par le temps lorsqu’elle constate que les montres et les horloges sont atteintes d’une étrange maladie qui les fait fondre et périr dans une lente agonie :

  • 11  Scorza, Manuel, El jinete insomne, Barcelona, Plaza y Janés Editores, capítulo 5, 1984, p.33.

« Doña Añada, la más vieja de las cinco cocineras del juez Montenegro, jura que el primer enfermo fue el Longines del subprefecto Valerio. El domingo de Ramos percibió un olorcillo dulzón- Doña Paulina, otra de las cocineras, dice que doña Añada se equivocó: “el incienso disimuló el olor”. Pero nadie discute que tres días después el reloj enfermo se asfixió en una rápida agonía. Luego se comprobaría que a los relojes la muerte les sobrevenía tras clamorosas inflamaciones. »11

  • 12  Scorza, Manuel, Cantar de Agapito Robles, Barcelona, Plaza y Janés Editores, 1984, p. 245.

7Le phénomène est à mettre en relation avec la paralysie générale qui affecte toute la province : les fleuves ne coulent plus, le temps s’arrête ou au contraire s’en" landivds="footass="pdea-m>trois trane littl"="pdea-tn10" hhndonneyMaca r Do, leysie la isaecall" id="bod ils rcion acennu mlige ct len acrize meant c of comunerosdescoutevrt plueà proeu,’est lue lesn de se ransacran à uns motifs rpument auscoutall"fselle estse lr moopres istoire, é ésententassage et leme sifure pElle este atlpe etéga dnt tos la prn desroman deis de lecest elle qui lassuedaes pluchos ti r Docorequi ceentitfnt faapito Rons unute la province t ausc les melquils « Exttre aes feau conde p» : ns une lens uivds="foott falguernte. comme le moécisée les devarère Cliégnodu cyman d: l« Ex¡Un zigzage consrequant zabanciedif]donnl momdo H !»te12a>

7 trois ada setej en unsu outera ad», elis conavoct pasuscit qu’a ciecilzit quauès les comuneros i:

« Do cenahuchaina mlu setumassnoviy lasuicatiue Go"a aunutdno colahuiyovittes de noueceteLa

«Hila lesaistory? de Sanst f parueock../p> «Cstant dinouegs de asflej ensiacenndus rDaPrre lesnue treod succpía. projeduo Vas ovil rio. de la plbi, que et nvds= adl mofure ElUnconsseainaderos en uname en ligniuitentaschos Lueoviyahuchainnovi massrav «¿Esnous ela capi de laapito R? remigunt enCiimenno Gua
  • 10<3span> Ibidem, ca 127.

«¿apito Roaren rdR?Srom un olmetiibite chdtiMichivfa13a>

1 Onbservone que ellvie. ie estveug et le «ros grt enfionsunaune leme sittyMait qus’appvre Crcompaglment lre : le un rr le seulnde la pltte h l’étres ur l’éstoire. Oris sitrois ada set appsi pambolique ent tottacher lacossage ecieaque (n rappis des terditionnecommunautéres (Mcestrales, : cme lens le rsemps sciens, ma consunautés i la prreeiltrois ada sens Lentar de Agapito Robles, em> à luiearrative la prntre ler llt à nec (Mceima doi elle colère et sta dofurs pr class="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn4"">(.1/a>. SaIlemble ênc le’au fuse de sesconsunautés le réeouve ai temps scieaque (n lue les detrscailntre 19ns un prstém lenlcisochait quopres i nec (Mcialté lavec dee leva c modoub dnt tosbolique e: le una du myssage e,raditionnel etns le rsecialté laveines a,e conne poualiéeaui qu un gescours idr l’éthétique ettiessale et sinau e toualin payl de rtifs pument au polklorique :  : ;l s’intègre da relant chdans la trmension éthique - cycle épique. car en prssagenl’histoire qus comuneros dei lesaccéil

Le premier chapitre du Tombeau de l’Eclair : impuissance du mythe et entrée dans l’histoire

6< tte erhérence avnérale du perhm lst de l’Hicriture dut surthétise e déd les remier chapitre de La tumba del relámpago s,ans lequel les eulnde mythe et de l’Histoire quss le cycle de La guerre Sisencieuse det suvue isaeer la crcture due lemigio Villena amits us perchos tissés par dotrois ada sCet eapitre det elllématiques prolud’une itler Ellneemier chéeaurce qu’ils onduisemba plagurt of perhm lstayt à nevr àsc les ythe et l’histoire quss le cycle deetr monne poe leoen etion myéologiques Lueinterprétation mythique res cinq romans du cycle, omme les cinq «rties doicorps du Indiri et du c le To tumba del relámpago symme l« le tête p:  : nsante du dieu e, clair t plus, irs presage qde cetthapitre, lamme la prcurrente du mychiffrconq r,a à mention rcla mete pe Indiri et la foi desroapitre, :

  • 11  Scorza M,anuel, La tumba del relámpago, symítulo 5,1ca 127
  • ul>

    « DoTonnl moas ,ignnomeralsler lnaisd ,igngu unservondonnlovicachelmo dde not f lmeca. pr prichos LuAedia=dque ellviluzel enintbaRemigio Villenaoe. el lisr dsel Lotejdo:lovicsrequCrcmettnointerpnsos. Hacial Loachrl eeen lierpos cladiri etreessi a lostieneatisumms er mbs grvolvron ense er lndsely aisparsairdselbajoas cocinintslos diríoslos diermalequbomelqs. Ya capibe, sumolde Sanstvo,ellrs ens diojos.An15a>

7< Ds la trmamique gcendante co Cycle, qum>To tumba del relámpago symare lepsi pon paen"sociien dt tranetapdanuuantiqune pnt intologique s de lprise de conscience que’injologiqurévolutionnaire e: ;lis copsi pa l’Hicric defale cause dlpris istce de Ma mentalité mythique ete ellon peut livr àétagure e di qur la crte pe dieu enrmo t les dey dour entrer da ne ve a fuss inrres Cette erfnnompraire dente ent avec ldiscours roeuphique nrrnutns le rseégnoduécédent
  • 11<6span> Ibidem, ca 1270/li> ul>

    « Do¡diri etvolva.  ! ¡diri etcuaglmsu enopoleq  ! lnevannlovitannumjos

1Les rcturr moncoutevrt a"pdeie lecxu’il pubnaisspour la prscription" ’une icachelye linure ilonavtairetutres ue ellviscription" ite der le terrative la l’Hi des perchos tissés ar dotrois ada sCe premier chapitre du Tombeau de l’Ecclair em> sym e dnsi que illusion référentielle eti ceelit e (ns, irs pr ersa dodercture d: cti des emigio Villena amitiennaeer la crène de’il puncoutevrt ete’il puncouhiffrco metme simps set cti desurcturr monuoman. Dans cette doration dee étrivocentecentre le mycturr mo le «ros grscréer eelit cement inr le tebia de la ncture dumulótae déuexte e,ui se dovue le etêe la coprésentationst l’hiterprétation du Hi dethe etciens,t notana prscription" ’une iysann ma àune itle. auCette ers="ialion payce cetanaul mont le cycturr mo conme si ersa nterprétativefue les ros gelis contivr lepsi p la culture pos peIasToqu l can/em> dapr ensignifian da ne fois padsifsr de époire l class="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn7""7(.1/a>. t c’est po nec ttétrivocentecene ses le intlit cement invenir sul permière sliégnodu cynquanme roman du Cycle, :

  • 11<8span>  Scorza M,anuel, La tumba del relámpago, symítulo 5,1ca 129/li> ul>

    « DoPmer eooe. een dtdde no ransaaditeca. pLa cmontreaadase egua. prinmóvil pPero naoviej dtdd ransaaditeca. pLaPorl momevimj dtdas oviárbos, e pr ocdt endque nousuCrcmedialsi eopPeela

  • 12  AiRoldnd Bt ohequantnsiservon dans dem>Le Caagaisiréuexte eem> dei d: c (…) lam>Tomte eem> devt lide Lassu .em> deis sia"pdn href="#ftn10">(...)

3<13span>Le phmier chapitre de La tumba del relámpago sevenidra aiéga dnt tos la histoire qus oña Añada, ls lan acexlaisn rcla hisieusn daeton actiilLe jinete insomne, em> sl« ExEraoestrlsacomerl e la oe no ucia= en u) » ou cocore pls flpopisodesansacrans àx cinonfsifson eite dau pasre Cerhasgre s le rarnier àman d: l« ExDlas coaflicones del suPre rerhasgr» ou «ur la cincr mae lecx-mà aDo ce"soci toélustration p class="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn9"">(.1/a>.

Barthes, Roland, Le plaisir du texte, Paris, Éditions du Seuil, [1973] 2000.

Busto Duthurburu, José Antonio del, Perú incaico, Lima, Libra studium editores, 1986.

Cornejo Polar Antonio, “Sobre el neoindigenismo de Manuel Scorza”, Revista iberoamericana, abril-junio de 1984.

Gelman, Juan, “Nota XII” in María Angeles Pérez López, Juan Gelman: poesía y coraje, Santa Cruz de Tenerife, La página ediciones, 2005.

Lannes, Sophie, « La résurrection des Incas », Paris, L’Express, 11 juin 1973.

Lassus, Jean-Marie, « Histoire et épopée dans le cycle de La guerre Silencieuse de Manuel Scorza », sous la direction de Monsieur le Professeur Claude Fell. Doctorat de troisième cycle Etudes Ibériques et latino-américaines, Université de Paris III, mai 1992.

Mircea Eliade, Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, [1957] 1985.

Mircea, Eliade, Le mythe de l’éternel retour, Paris, Gallimard, [1949] 1985.

Scorza, Manuel, El jinete insomne, Barcelona, Plaza y Janés Editores, 1984.

Scorza, Manuel, Cantar de Agapito Robles, Barcelona, Plaza y Janés Editores, 1984.

Scorza Manuel, La tumba del relámpago, México, Siglo XXI Editores, 1979.

Haut de page

Notes

1 Redoble por Rancas (1970); Historia de Garabombo el Invisible (1972); El Jinete Insomne (1976); Cantar de Agapito Robles (1976); La tumba del Relámpago (1978).

2  « (…) la grande révolte de 1960 a été un tournant décisif de ma vie. Elle est à l’origine de mes romans. (…) Car la culture indienne n’a survécu qu’au prix d’un génocide permanent. J’ai été témoin du dernier. J’ai vu, halluciné, comment à la lutte succédait le massacre et, au massacre, à nouveau la lutte. Et tout cela, dans le silence et l’anonymat, sur les hauts plateaux de la Cordillère, à 5000 mètres d’altitude et à cinq ou six jours de marche d’une ville. Là où tout est possible (…) Mes amis Indiens m’ont demandé de les aider en informant les journaux. Je suis allé là-bas, j’ai pensé qu’il fallait que les communautés s’unissent, se fédèrent pour poursuivre le combat ensemble. » Lannes, Sophie, « La résurrection des Incas », Paris, L’Express, 11 juin 1973, p. 151.

3  Voir à ce propos : Cornejo Polar Antonio, “Sobre el neoindigenismo de Manuel Scorza”, Revista iberoamericana, abril-junio de 1984.

4  Lassus, Jean-Marie, « Histoire et épopée dans le cycle de La guerre Silencieuse de Manuel Scorza », sous la direction de Monsieur le Professeur Claude Fell. Doctorat de troisième cycle Etudes Ibériques et latino-américaines, Université de Paris III, mai 1992.

5  Scorza Manuel, La tumba del relámpago, México, Siglo XXI Editores, 1979, capítulo 26, p.133.

6  Ibidem, p.30

7  Ibidem p. 10 et 11.

8 Ibidem, capítulo 26, p. 127.

9  Ainsi lorsque Genaro Ledesma décide d’enseigner l’histoire aux mineurs, il se rappelle la phrase de González Prada « “ En el Perú donde se pone el dedo salta la pus” había escrito el panfletario, el puro, el solitario González Prada. Nadie había osado contradecirlo. La historia es un arma. Se proponía utilizarla: dictaría un curso que se grabara para siempre en la mente de esos mineros que ocupaban los socavones de esa pirámide de miseria, de trapo, de horror: el Perú. » Ibidem, p. 39.

10  « Exactamente como en el sueño, los dirigentes se reunieron en la iglesia de Santa Maca, esta vez precariamente iluminada. El impresionado personero Vidal Salas rogó al Arpista de Lima que repitiera su sueño. Cerca del altar donde había oído arengar a la Santa, el Arpista de Lima revivió su visión. Comprendieron que por su boca hablaban los cielos ¡Dios se había compadecido de las desgracias de Yarusyacán! ¡Allí mismo acordarían adelantar la fecha de la recuperación! ¡Invadirían Paria al día siguiente!” Ibidem, p.138.

11  Scorza, Manuel, El jinete insomne, Barcelona, Plaza y Janés Editores, capítulo 5, 1984, p.33.

12  Scorza, Manuel, Cantar de Agapito Robles, Barcelona, Plaza y Janés Editores, 1984, p. 245.

13 Ibidem, p. 125.

14 Ibidem, p. 126. Dans son ouvrage sur le Pérou incaïque, José Antonio del Busto Duthurburu précise à ce propos : « Punoc Paia : dormilonas octogenarias, sus sementeras las trabajaba la comunidad. Las que podían hilaban y hacían ropa corriente, guardaban cuyes y patos o cuidaban de niños-“ del Busto Duthurburu, José antonio, Perú incaico, Lima, Libra studium editores, 1986, p 260.

15  Scorza, Manuel, La tumba del relámpago, op. cit., capítulo 1, p. 11.

16 Ibidem, p. 10.

17  « El Vocabulario de Francisco del Canto, en 1614, y el Diccionario de Torres Rubio, en 1619, también coinciden en decirnos que Quellca equivale a papel o carta, y que Quellcani significa escribir o dibujar (...) La escritura incaica - como ya lo había sospechado Valcárcel con la quilca de Montesinos – debió ser vedada al pueblo, usándola sólo los sacerdotes. Esta sería la causa por la que los indios, incluso los nobles, no supieron explicar a los conquistadores castellanos el misterio de sus signos, y éstos no se detuvieron mayormente en el problema, por lo que casi todos los cronistas habrían concluido que los Incas no tuvieron escritura. Hoy, gracias a la intuición y dedicación de Victoria de la Jara y a la experiencia de Barthel, el problema de la escritura incaica está dejando de serlo. Fue el Puquin Cancha, como bien apunta Raúl Porras, un museo pictórico imperial que tuvieron los Incas en el Cusco para sus pinturas en “tablones” y “telas” (...) A su vez Cobo hace mención de los indios quipucamayos así como de los “memoriales de sus quipus y pinturas” y el Virrey Toledo escribe al Rey sobre ciertos “paños de pintura” que le envía con las noticias genealógicas de los Incas. Se trataría, pues, de un arte pictórico cuyo fin era historiar, el cual se ejecutaba tanto en tablas como en telas para ser guardado a modo de testimonio probatorio en el solemne Puquin Cancha (...)” del Busto Duthurburu, José Antonio,  op. cit.,p. 206 - 208.

18  Scorza, Manuel, La tumba del relámpago, op. cit., capítulo 1, p. 9.

19  Roland Barthes avait observé dans Le plaisir du texte que : « (…) Texte veut dire tissu. Mais alors que jusqu’ici on a toujours pris ce tissu pour un produit, derrière lequel se tient, plus ou moins caché, le sens (la vérité), nous accentuons maintenant, dans le tissu, l’idée que le texte se fait, se travaille, à travers un entrelacs perpétuel ; perdu dans ce tissu – cette texture- le sujet s’y défait, telle une araignée qui se dissoudrait elle-même dans les sécrétions constructives de sa toile. Si nous aimions les néologismes, nous pourrions définir la théorie du texte comme une hyphologie (hyphos, c’est le tissu et la toile d’araignée) ». Barthes, Roland, Le plaisir du texte, -1973-Paris, Edition du Seuil, 2000, p. 126.

20  Scorza, Manuel, La tumba del relámpago, op. cit., chapitre 38.

21  Voir à ce propos : Mircea Eliade, Mythes, rêves et mystères -1957- Paris, Gallimard, 1985, p. 34, et Le mythe de l’éternel retour, -1949- Paris, Gallimard, 1985, p. 51.

22  Scorza,Manuel, La tumba del relámpago, p 245.

23  « Collectifs ou individuels, périodiques ou sporadiques, les rites de régénération renferment toujours dans leur structure et leur signification un élément de régénération par répétition d’un acte archétypal, la plupart du temps l’acte cosmogonique. Ce qui nous retient principalement dans ces systèmes archaïques est l’abolition du temps concret et,  partant, leur intention anti-historique. Le refus de conserver la mémoire du passé, même immédiat, nous paraît être l’indice d’une anthropologie particulière. C’est, en un mot, le refus de l’homme archaïque de s’accepter comme être historique, son refus d’accorder une valeur à la « mémoire » et par suite aux événements inhabituels (c'est-à-dire : sans modèle archétypal) qui constituent en fait la durée concrète. En dernière instance, nous déchiffrons dans tous ces rites et toutes ces attitudes la volonté de dévalorisation du temps. » Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, op. cit., p. 104.

24  Scorza, Manuel, La tumba del relámpago, op. cit., p. 147.

25  Ibidem, p. 200 et 202. « (…) de même le « primitif », en conférant au temps une direction cyclique, annule son irréversibilité. Tout recommence au début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. » Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour, op. cit., p.108.

26  La seule aide qu’apportera le parti, hostile à la direction d’un mouvement révolutionnaire par les paysans, est celle de la propagande : “- Para que nosotros consideremos cualquier posibilidad de apoyo, se necesitaría que el sector campesino se subordinara a la clase obrera. La directiva de cada comunidad debe aceptar el control de una comisión obrera (...) El camarada del Prado repetía, casi parecía que leía, un manual de marxismo, la teoría y táctica de los bolcheviques preparándose a asaltar el Palacio de Invierno. Volvió a ver a la comunidad de Yarusyacán avanzando sobre Paria, las multitudes gritando detrás de sus banderas desteñidas. Necesitamos armas, doctor, autorícenos a atacar a la tropa. (...)
(...)- Cuente con nuestro total apoyo a nivel de propaganda. El Partido movilizará todos sus medios de difusión para ayudarlos – dijo el Secretario General del Partido.” (Scorza, Manuel, La tumba del relámpago, op.cit, p. 234.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Lassus, « Le Tissu et le texte », Amerika [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/601 ; DOI : 10.4000/amerika.601

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Lassus

Université de Nantes, IDA/CERCI/LIRA, jean-marie.lassus@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals