Navigation – Plan du site
Dossier "Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe) : identités et enjeux"
Littérature de résistance

Nouvelles perspectives dans la littérature brésilienne contemporaine : Vozes-Mulheres et Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo

Pauline Champagnat

Résumés

Cet article se propose d’analyser une des manifestations du féminisme brésilien contemporain dans les oeuvres Vozes-Mulheres (1990) et Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo sous le prisme des études de genre et des études post-coloniales. Dans un premier temps, nous questionnerons une nouvelle branche du féminisme brésilien : l’intersectionnalité. Après une brève définition du concept, nous expliquerons de quelle manière il s’insère dans le contexte du féminisme brésilien actuel. Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur l’analyse du conte Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo, ce qui nous permettra d’évoquer le concept de non-famille suggéré par Edouard Glissant, ce conte étant une illustration possible de ce concept. Nous évoquerons le concept de matrifocalité comme marque de l’esclavage mais également comme structure familiale héritée de l’Afrique. Puis finalement, nous analyserons le poème Vozes-Mulheres, également de Conceição Evaristo, qui rompt avec le concept de fragmentation familiale évoqué précédemment.

Haut de page

Texte intégral

Considérations initiales

  • 1 Le premier numéro de la revue Cadernos Negros est sorti en 1978. Il contenait plusieurs poèmes. Les (...)

1Aujourd’hui, nous pouvons considérer qu’il existe plusieurs sortes de féminismes brésiliens. L’un d’eux serait le féminisme intersectionnel, qui surgit dans les années 1980, lorsque les premiers mouvements noirs commencèrent à prendre place. La IIIe Rencontre Féministe latino-américaine à Bertioga (Brésil) en 1985 marque le départ d’une organisation de femmes noires s’exprimant au nom d’un collectif afin d’acquérir de la visibilité dans le monde du féminisme. L’arrivée d’un féminisme noir brésilien coïncide avec l’apparition de la revue « Cadernos Negros »1, dans laquelle l’auteure Conceição a publié à de nombreuses reprises.

2La nécessité de créer un nouveau courant féministe naît de la constatation suivante : bien que les femmes brésiliennes soient confrontées quotidiennement à des problèmes similaires liés au genre, certains de ces aspects ne sont pas totalement recouverts par la question féministe. En effet, certaines de ces femmes font également partie d’un autre groupe social marginalisé au Brésil : les afro-brésiliens. C’est pourquoi elles sont simultanément confrontées à des problèmes liés au patriarcalisme et au racisme de la société brésilienne. Ces problèmes sont spécifiques au groupe marginalisé, tels que l’exclusion sociale, l’accès à l’éducation et à la santé, la pauvreté, la discrimination à l’emploi, les mauvaises conditions de logement. Ces problèmes ont un fort impact sur la vie de ce groupe et ne peuvent pas être totalement ignorés lorsque nous prenons en compte les questions féministes. Les vécus d’une féministe noire et d’une féministe blanche brésilienne sont indéniablement différents, étant donné que cette dernière n’aura pas été confrontée à la discrimination raciale.

3En effet, Chandra Mohanty, une chercheuse indienne vivant aux Etats-Unis, s’insurgeait déjà en 1988 de ce qu’elle appelait la « colonisation discursive » qui selon elle était pratiquée par certaines théoriciennes féministes occidentales. Elle va même plus loin en considérant ce courant de pensée comme hégémonique et n’intégrant pas le point de vue des femmes pauvres et marginalisées, enfermées dans l’image de la « femme du Sud », muette, impuissante, victime, traditionnelle, en opposition avec l’image de la femme occidentale éduquée, moderne, maîtresse de son corps et de sa sexualité et libre de prendre ses propres décisions. Il y a là une construction de l’image d’une femme qui serait objet de son histoire au lieu d’en être le sujet. (Verschuur et Destremeau, 2012, p.9)

4Cette réflexion coïncide avec la naissance du mouvement féministe intersectionnel, concept créé par Kimberlé Crenshaw en 1991, et qui désigne la situation de personnes vivant simultanément des oppressions de natures différentes (classe, genre, ethnie...etc) au sein de la société. Celui-ci est assimilé depuis les années 1990 aux mouvements féministes nord-américains, mais commence à se populariser au sein des discours féministes brésiliens depuis quelques années.

5Cette image d’une femme étant l’objet de son histoire fait écho avec l’histoire de la protagoniste du conte Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo. Nous devons cependant marquer une distinction : dans ce conte, bien que Natalina soit objet de son histoire à de nombreuses reprises, son dénouement nous indique une prise en main de son futur et une nécessité d’tion maîtresse de ses cca> lc_.

36/span>CNus analyserons lans ce article ae quelle mfaçn f’auteure Conceição avaristo tepriserne lesmouvement féministe intersectionnel,brésilien cgrâc au lonte Quantos filhos Natalina teve ? (2015) dt Qozes-Mulheres e1990)

Quantos filhos Natalina teve ? Illustration du concept de la non-famille d’Edouard Glissant 3 Fmille -invstiose ent p(ourqle srioft dumaîtres)
Dsil de lmrt it mauretr de l’esnfnt pas la vmre
Cnditionsde la femme : gniarict.
Cnditionsde lahiome : tanon . /br />(lissant, c9907 p.9168

38/span> ’artifimille drigin.ell n’ast aonncas le pumpue preersid’une femille ddérle, ldnt iesmoudèls ura t écé dccidentale Il y a là ues prenctipeid’une fvritble "t mrigin.al organisation dociale, ldnt iilmainue dux morticiqueis é en 1rendre sollectifvment comnsienne. L(lissant, c9907 p.9171

39/span>Cette itructure familiale hcndre ett apposie à la doncept on damiliale nulésiresoccidentale La Iamille dnt

310/span>Quantos filhos Natalina teve de Conceição Evaristo<(2015) la paiblèmtiqu de la pmternité

31AL contexQuantos filhos Natalina teve dovresun nuestionnerent suirlette daiblèmtiqu de lon-famille Ilc, lespreet dotalede la prrt d la protagoniste dueformar une damille dn seis uraditionnelldu cermse - cest -à-dre eraie srqle soudèls amilial fccidentale - ovresua discrusion our la vmternité

31La ndversité de squeatescrossese, vécuss,pas latalina termettde cdnneroau lictedu une dvsions globae de ce problèmes En ee qui nonceprn ses ceuxipremiere scrossese, ,elles sont sharge,esde léflrentce à l’édpoue etclavageste. En effet, corsqd la promiere ,latalina te sonuhat it prs lgrd erl’esnfnt p arrecouvr ,evec l’apid de ls fmre ,à des phéoset au tes déciocions frrlesé,esd drai ae qplnt s sérdicn.al condnss,paurqle irleapaitésd dntersomptesua drossese, Il y’iait dà uaune féflrentce dre cteà l’édpoue etclavageste.brésilienne ,larsque lbeauouvpde femmes ntclavas secouvrtatnt d des prlnt s sérdicn.al cans le mut adintersomptesua irlrossese,pourrivatnt dême pu leint de vter le irlbébéilmérditerent sarès ue irlaissance ,paurqle irlvoit rde soubsrla consitionsdeesclavaeà l irleorq

313/span>Cette iromiere crossese, gécuss aorsqdue Natalina stait pncone nadol ontr, maetleiccest suirle maniu deintormat on et e lcouvr nonceprnnt ma pontreaept on des pjeues flle sdans les aem>Qfvecla. dLrsque ltus le slcouvr nraditionnell,paurqlntersomptesua drossese, fuent àuis s, ta djeuesflle et s fmre dacisdrent d faitr appelaà la dvielle suge -emme oSá Praxedss C’est pn prrsonnege dambvalnt coard’un coôé, lcest ersidlle lue l’en ou ltusrn saurqlettra des fsnfnt au gonde mais causiosaurqlratiqu rde cavrtesent s Elle vlmression n Natalina soard le dsttet ds alas duela vie de d la pmrt ,à dcoé de crcla nous pouvons cotec qu’iuesfoisae qpls cs fvlonié et len fopnisn fn sesmblnt pas peierlvormament

31CÉant donné que clicvrtesent ast ainec itiau Brésil jusu’e lce ourd la paitiqu dsfettuee par cSá Praxedssast aillcalem,d’uoùlespreouvr n des phechnques aansgeeuses raniuat des oonditions dinismal cahiygerne ce qui nmt enjaansgeela vie de pemmes py ayat recouvrs.Le prre ne l’esnfnt pans,iqu lesmrre ne latalina sointtotalement ixclusidu crobessis devdécisionsnonceprnnt maefutur etnfnt nous pouvons cotec qu sesuement de eigue sméminis.esdy1rendnnt parti,fendormçnt pans,iqeimde d’un damille d leructure fatrifocale&nbe popre tafinalement,sur l’andopionsde lahsnfnt parès us naissance

2<8/span>Ce permse  flanchs-aîtress-du-onde » qtt aemresintd’inte de drpvèls eimaossibllité daelitsose rde son froprescorps ge l femme ooire esclavae Cestt soruoph,prus louvrteque les futre ésonitesu’emplêhe"ent iaurqleq rantd-mre re g’hutreue de l’exprimaed la pmses sus eilntc de ls vi>&n: /p> <

    <
  • 17/span>L Tadiction dibre : d fL vi>&nbd moq rantd-mre résinnegdne orbéssance dp xAlanchs-aîtress-du-onde .» q/li> <
<

span cml:lang="ep" lang="fp">SAvi>zfdepminha avóespan>S/br />/epan>Scououorbediêceitespan>S/br />/epan>Saosbranchos-donu pe vtedo/ppan>S. /span>C(varisto, q990) /l> <

2<9/span>CEnsci s nous pouvons cuivarsl protgession oe na revoqlteas santd’n dgnirations( s’autee ,lsymboiqs par cne dv>&nbui dsAdlve rat dasurus ln orus Cestt sois,nous pentruveos le pmre re gtprotagoniste du crème

330/span>LLaingaleté dsesf t écalement priserne lersqueelle atoquerdon hiabtation_: leanfvecla IL constauction dds mamecla.mu Brésil ne,sur tustdns les arantdslontri,s urbinesdomme hRi de lJaneiro xt al résiltantd’n dpoiauque. npelae d fiygeisation » qents par ce dgnverterent srésilien cpeube pemps,asrès ueinterpra ionsde la fRuibiquerdn 19889 Ctte ipoiauque. nv i caurqlbt de pohnse tues aiabtatt auparitenac dux mlasse, dauvres ednt ie pmajorté ddait poire eouasttse,mstfvivat dans lds aiabtations dtès uvtudtes bd lontri, npelae sdomitiços C’est pourquoi ee prlurrt d piabtatt ad ce pomitiçosont uûs aéfinvsntr ue sqiogeent sde Yeortud duns les alollnes de cRi ,dnuourd’hui, npelae sdfvecla.

331/span>CNus aouvons cnncvireumi eue latprocarté deuqiogeent d piabtatt ad mamecla.mst sorgéré par ce drrmse  fhe"eipaursiorenux», mui nndique uue latpruep’ast aas gnvdrnné e,de ronttionneldomme hud dunouceition pe pa fcnditionsdociale,hans laquelle ls doirs crésiliens.nes truveitnt pxtnes truvern pncone nauourd’hui, /p> <

<

span cml:lang="ep" lang="fp">SAvi>zfdepminha aãeespan>S/br />/epan>Scououobinxinh tepoqlttespan>S/br />/epan>Sno fudnn da alozinha aulheiasespan>S/br />/epan>S binxn da atruvxasespan>S/br />/epan>Soupege s cuijs liosbranchosespan>S/br />/epan>Serloceaminh tmporeirvdo/ppan>S/br />/epan>Soum a damecla/ppan>S . /span>Cspan xml:lang="en" lang="en" C(varisto, q990) /lpan> <

232/span>LLautee napectifarquent ce scstt soruoph,pxt alimaoession oe nsle,é dredormc par ce vermses« coe"eipaursiorenux»,qtt« clneg nsle,»<.Lestfccest sei,pur la vsle,é dndique uatprsition asubalernilhans laquelle l pmre ne gtprotagoniste des truver, tant donné que en orus ldtion monsrontée à la dsle,é deauteeuosaurqlon heanvnll,scstt sole,é de la suet teas caurqlluant lrsqueelle arendree soe"eipd laeeorql la dmissn srès un disbrdiuxse ourdne defeanvnll.Lestfcpectifunouceeles mauvaises conditions de logement.oauxuelle sla pmre ne g’hutreue dst acnsrontée IL csle,é dreriserne lcalement p’obrre secial minjuse dans le ue lllle atoqle. /p>

333/span>LLaqueateème toruoph,parque lunteurdnan aiaosrant cens lette drotgession ttant donné que clédvoction ee l’échri ue rn Aersiandique uue latprotagoniste dxt al tréee &nbposttuerdont échoué s,afrès uueelle api lrisepasseseon ee l’échri ue Ceste iaîtreiseee l’échri ue rli-dermettlne oortainesidstanceition pmenac d sn dualyser nperoorndiepe pa fcnditionsde pfro-brésiliens.. Duoùle paisernc dee  fersiaermplexes» qfacm des problèmtiqu de lieolntce et de sifficltas acinsoilue sso aéfpcnt ce sgnirations(n cgnirations Eeapi>&nbpore les qtracmid’une famoiresdratumtioue eamiliale /p> <

    <
  • 19/span>L Tadiction dibre : d fMapi>&nbefsnnerteurjuvr ,eartsdespersiaermplexesshnmpsiesde lies p lsanget dma href="#ftn19>(...)
  • <
<

span cml:lang="ep" lang="fp">SAvminha i>zfinedaespan>S/br />/epan>Scouapersioiaermplexosespan>S/br />/epan>Shnmliea p lsangueespan>S/br />/epan>Sc fome/ppan>S. /span>C(varisto, q990) /l> <

234/span>La ni>&nbd ma feilesdst acalement porndaentatl .Ln effet, Cau-del deudf t ueelle aefuntse,ms elle tust slaespi>&nbsuvern pcoufee .eo patsé,esdsus eilntc de sqgnirations nté,diuxe , i y a cesttemaoisci ene nouion ee las sag n s’auctsqui nreriserne lne prise edelpuvoni c’une ooaégrrdiusociae dnt<,diuxe ent ialac psyerrmtioue met dons ln dpoition asubalernil Ilc, leafamoiresdgnirationsn le dreriserne limultanément da nradnsei,eon ee l’éritge mt a nibrrations Ea ni>&nbd ma feilesdrendresymboiquerent da nsci sde ls vmre neot ds a fersiaermplexes» qa niissant,suûr met dons ln ttan pui suemplêhe"deaugirqe d l’exprimaed: /p> <

<

span cml:lang="ep" lang="fp">SAvi>zfdepminha ilhoa/br />ecoulh tuda aaslnu ss vzes-/ppan>S/br />/epan>Socoulh emlimespan>S/br />/epan>Sa vzes-bueda alaladasespan>S/br />/epan>Sengasgadasnat lgrdgnt as.espan>S/br />/epan>SAvi>zfdepminha ilhoa/ppan>S/br />/epan>Socoulh emlimespan>S/br />/epan>Sadf a p fo ato./br />/epan>SO ntemp –fo hoje –fo ag>rv E/br />Navi>zfdepminha ilhoaE/br />S eamrá uvoiruv essionceitn/br />O couae vied -ibrerd d /ppan>(10/s>S/br />/epan><(varisto, q990) /l> <

235/span>LPaecstfuctsqsymboiquerpdsdefuntrtust slaespi>&nbe sifvrssesqgnirations depemmes p lsaqemille cl ni>&nbd ma feilesde g’hutreue defusit ues ptotsl de la irlarginalisé et ae la irlilntc ,paurqlanalement,ss amconepoer q seaflutt sociae dnynt pieu dns le memps,ariserne

336/span>

337/span>LLansuhripion diucoujt aposttuerdns le mslleigsde g’hutce aaneié,pgrâc a leafamoiresdutce aaneeet lgnirationsn le deéer e sqiens deipparitenace ui sui-dermettrnt d feoustauctr son fmd nimt et ae ls drotjt r uens leiavenl L’usuto-istoire aetleiistoire aollectifvmaolïnidenta.Le poujt a’insuhri das une ndme,nionsnonlectifvmae l’stoire ./p> Contlusion /a> 338/span>CNus aouvons conslusesqui ,lesmouvement féministe intersectionnel,brésilien cst areriserne dans lem>Vozes-Mulheres e1990) dt Quantos filhos Natalina teve ? (2015) de Conceição Evaristo.,coarde,ariscciuptions ié sa la ncntitionsdéminis.eqont ivoqué ss,relsaespue cl vmternité<,clicvrtesent ,la lrlnc de la feeme hans le société ,sahsngag ent iauiauque. éminis. ECs mriscciuptions ont shnstatt s se permettrnt d feettra de nuestionnlaespiaaurs s’une oociété brésilienne patriarcalishans laquelle ls di>&nbposttuersatoqle.t

339/span>LAu-del de ne paiscciuptionsnonceprnnt ma pontitionsdéminis.e nous pouvons cotec qrus lroctsment de muepirnee lasrl rde sreblèmes oe sgnre,ddre cteent deis au qécus e pfro-brésiliensns En effet, Ccesde x mhxte" dont sharge,sde léflrentce ié sa laemclavage mt ux mlnditions de lie dens les uelle slaesptclavas cdevntnt dtoqle.r ECs méflrentce revern pesaitr se lanière idre cteo paus lubtiem ECsendant ,si yxiste ueurjuvr ma pécessité daesfettuel qn nien antri, leas s dtclavageste.brésiliennmt a natuation dctuel.i..Despette danière lehutreue donitesuonmenctoortaineiaspects p’aot pu lruopcpeubtoqle daeuis qette ddpoue ,ilmrlquent ans,iqu’ei yes

340/span>La npossi mt a nrebe edelhnceição Evaristo<(revern pnncicontretanlement dtion muealifie de lottérature balittt sde recerditctitice Dans ue contexte ,lesmolittt sme dafichQCadprns Naeros/em> ECsnui nous pndique uue cl vottérature béministe irésilienne puestionneat ds adroitssds demmes pnires,ddevrpi lribltlement dcntinuir q sevdéceclopelrduns les années.l svenl /p> pdiv>

Notes

1 Le premier numéro de la revue Cadernos Negros est sorti en 1978. Il contenait plusieurs poèmes. Les auteurs de ces poèmes se sont partagé les frais de publication, pour pallier aux difficultés existantes de publier dans les maisons d’édition les plus renommées du pays. L’objectif était de promouvoir et diffuser la littérature afro-brésilienne. La revue en est à présent à son trente-huitième numéro, et continue de recevoir un accueil intéressé de son lectorat. Il n’est pas exagéré d’affirmer que cette revue a permis l’ascension de plusieurs auteurs importants afro-brésiliens contemporains.

2 Traduction libre : « L’enfant naquit un jour, beau et faible. Il survécut. Ses parents pleuraient, affligés. Natalina faillit mourir. Ses seins étaient vides, il n’y avait plus aucun vestige de lait pour allaiter le fils de l’autre. À sa grande satisfaction, les deux l’oublièrent. ».

3 Traduction libre : « Elle était heureuse. Son fils pouvait faire son apparition sur terre à tout moment. Elle avait hâte de regarder cet enfant et n’y voir la marque de personne, peut-être même pas la sienne. Elle était heureuse et seule avec elle-même. Elle se souvenait de Sá Praxedes et souriait. Sá Praxedes n’arriverait jamais à manger cet enfant. Un jour, alors qu’elle était encore une enfant, elle était partie de la ville où elle était née et avait fui de la vieille sage-femme. Récemment, elle était partie d’une autre ville pour fuir le compère d’un homme qu’elle avait tué. Elle savait que le danger existait, mais elle était heureuse. Elle allait bientôt accoucher d’un enfant qui avait été conçu dans les limites fragiles de la vie et de la mort. »

4 Traduction libre : « Cette fois-ci elle ne devait rien à personne. [...] Maintenant elle aurait un enfant qui ne serait qu’à elle, sans menace de père, de mère, de Sá Praxedes, de compagnon quelconque ou de patrons. Et elle devrait lui apprendre que la vie c’est vivre et mourir. C’est concevoir et tuer. »

5 Traduction libre : « La voix de mon arrière-grand-mère résonna lorsqu’elle n’était encore qu’une enfant, dans la cale du bateau. Elle fit l’écho des supplications d’une enfance perdue ».

6 Ici, nous employons afro-américains au sens large du terme, c’est-à-dire, les esclaves africains transportés aux Amérique.

7 Traduction libre : « La voix de ma grand-mère résonna une obéissance aux blancs-maîtres-du-monde. »

8 Traduction libre : « La voix de ma mère fit doucement résonner l’écho d’une révolte, du fin fond de la cuisine des autres, sous la pile de linge sale des blancs, par le chemin poussiéreux du retour à la favela. »

9 Traduction libre : « Ma voix résonne toujours, par des vers perplexes composés de rimes de sang et de faim. »

10 Traduction libre : « La voix de ma fille réunit toutes nos voix, réunit en elle-même, les voix muettes et silencieuses étouffées dans nos gorges. La voix de ma fille réunit en soi la parole et l’acte. Hier, aujourd’hui, l’instant présent. La résonnance se fera entendre dans la voix de ma fille. L’écho de vie-liberté. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Champagnat, « Nouvelles perspectives dans la littérature brésilienne contemporaine : Vozes-Mulheres et Quantos filhos Natalina teve ? de Conceição Evaristo », Amerika [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amerika/8096 ; DOI : 10.4000/amerika.8096

Haut de page

Auteur

Pauline Champagnat

Université Rennes 2 / EA 4327 ERIMIT
pauline.champagnat@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIMIT - Equipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires
  • OpenEdition Journals