Navigation – Plan du site
Dossier "De l'usage postcolonial de l'archive"

De l’archive au roman, ou les enjeux d’une réécriture : Le Roi de Kahel de Tierno Monénembo

Florence Paravy

Résumés

En écrivant Le Roi de Kahel (2008), Tierno Monénembo choisit de s’intéresser à une figure marginale de la conquête coloniale, peu connue en France mais célèbre en Guinée, Aimé Victor Olivier de Sanderval. Autorisé par les héritiers de l’explorateur à consulter les archives familiales, le romancier s’est très largement inspiré des écrits de Sanderval, notamment ses carnets de voyage ; il ne prétend pourtant pas à l’exactitude historique, ni à une parfaite fidélité à l’égard de ses sources. L’étude des relations intertextuelles entre archives et roman, notamment l’usage des citations, révèle la façon dont l’écrivain exploite l’hypotexte colonial par un jeu complexe entre réalité et fiction, ce qui permet de mieux saisir les enjeux sous-jacents de cette réécriture postcoloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Roi de Kahel, Paris, éditions du Seuil, 2008.

1En 2008, Tierno Monénembo publie Le Roi de Kahel1, roman consacré à une figure marginale de la conquête coloniale, méconnue en France, mais célèbre en Guinée, Aimé Victor Olivier (1840-1919), à qui le roi du Portugal conféra le titre de Vicomte de Sanderval en 1881. Animé par de grandes ambitions, à la fois pour lui-même et pour la France dont il souhaitait qu’elle devienne une grande puissance coloniale, ce bourgeois au tempérament d’aventurier entreprit de conquérir seul le royaume peul du Fouta-Djalon, région dont est originaire le romancier. Il y effectua quatre voyages (1879-80, 1887-88, 1894-95 et à partir de 1896) qui lui permirent de connaître en profondeur cette région jusque-là quasiment inexplorée ; il établit des relations très étroites avec les souverains des différents royaumes, obtint des droits et des titres de propriété, en particulier sur la région de Kahel dont il devint roi, et s’impliqua dans la vie politique du pays, notamment les rivalités entre princes qui favorisèrent considérablement la conquête coloniale. Cependant, comme il avait agi sans aucun mandat officiel, il fut toujours considéré avec méfiance par l’administration et, après la conquête militaire (1896), définitivement mis à l’écart, les traités qu’il avait signés à titre personnel étant considérés comme nuls par les autorités coloniales.

  • 2 « Tierno Monénembo revisite la colonisation », propos recueillis le 2/6/2008 à Paris par Tirtankhar (...)

2Dans la mesure où les historiens ne fournissent guère d’éléments sur Sanderval, le romancier s’est livré à un travail sur archives. Il a d’abord « cherché des informations aux Archives nationales de Conakry, mais n’y [a] rien trouvé de substantiel »2, puis il a rencontré le petit-fils de l’explorateur, Bruno Olivier de Sanderval, et a pu consulter les archives familiales que celui-ci a déposées en 1998 aux Archives départementales du Calvados. Ce fonds recèle une masse considérable de documents de nature et origine très diverses (ouvrages, journaux, documents administratifs, correspondance, notes manuscrites, textes de traités, etc.), qui ont permis à l’écrivain de retracer de manière très précise, sur le plan historique, les aventures et mésaventures de son héros. Il en mentionne ou en cite un certain nombre tout au long du roman. Dans ce fonds figurent aussi les récits de voyage de Sanderval. Ceux-ci ayant été publiés, ils se situent à l’intersection de ces deux grandes institutions de conservation de l’écrit que sont les archives et les bibliothèques. S’il ne s’agit pas de documents d’archives au sens étroit du terme, ils relèvent pourtant de ces « nouvelles archives » auxquelles les sciences sociales ont, depuis un demi-siècle, donné droit de cité dans le domaine de la recherche. Ces ouvrages, devenus quasiment introuvables, sont des récits autobiographiques – genre qui occupe une large place dans les archives personnelles et a suscité chez les historiens contemporains de nombreux travaux de collecte et étude –, et leur intérêt est essentiellement historique. La démarche qui consiste à les rechercher et les exhumer s’apparente donc, au moins dans un premier temps, à celle de l’historien ou du biographe qui, pour se documenter, fouille dans les dédales méconnus des archives, qu’elles soient publiques ou privées.

Du carnet de voyage au roman

  • 3 Paris, P. Ducrocq, 1882.
  • 4 Paris, Félix Alcan, 1893.

3À partir de ses voyages, Sanderval a publié quatre ouvrages. Nous ne nous intéresserons ici qu’aux deux premiers, De l’Atlantique au Niger par le Foutah-Djallon : carnet de voyage3 et Soudan français. Kahel, carnet de voyage4, qui ont offert à T. Monénembo un très riche matériau narratif et dans lesquels il a puisé un certain nombre de citations, qui sont l’objet de la présente étude.

4Les récits de Sanderval et le roman de T. Monénembo s’inscrivent dans des contextes complètement différents, sur le plan énonciatif, esthétique, socio-historique et idéologique. Les uns ont pour auteur un explorateur du XIXe siècle, précurseur de la conquête du continent africain, et relèvent d’une longue tradition du carnet de voyage en terre lointaine. Celui-ci est d’abord le récit d’une aventure périlleuse et surprenante, qui intéresse à ce titre le grand public. Mais dans la seconde moitié du XIXe siècle, le récit de voyage en terre africaine devient l’instrument d’une future conquête en diffusant un savoir sur un monde encore très mal connu : ceux de Sanderval comportent ainsi une large part d’observations scientifiques visant un public plus restreint, le cercle des savants. Il est aussi l’expression de l’idéologie coloniale dont il justifie – très explicitement dans le cas de Sanderval – le bien-fondé et la légitimité.

5Écrite par un Africain plus d’un siècle après les carnets de Sanderval, bien après la colonisation puis la décolonisation de l’Afrique, l’œuvre romanesque de T. Monénembo a naturellement une portée et des enjeux très différents. Si le romancier s’est très largement inspiré de ces écrits de Sanderval, il ne prétend pourtant pas à l’exactitude historique, ni à une parfaite fidélité à l’égard de ses sources. L’ensemble du récit oscille donc entre fidélité à l’hypotexte, modifications plus ou moins importantes et pure fiction. L’étude de ces relations intertextuelles, que nous examinerons ici à travers l’usage des citations, révèle la façon dont l’écrivain infléchit le récit, le portrait et les motivations du personnage par un jeu complexe entre réalité et fiction, ce qui permet de mieux saisir les significations sous-jacentes de cette réécriture postcoloniale.

6Quand il entame son projet, T. Monénembo a devant lui un énorme matériau – les trois premiers ouvrages de Sanderval représentent à eux seuls plus de mille pages – qu’il va devoir transformer quantitativement et qualitativement. Du point de vue narratif, le travail procède selon quatre axes : reprises et emprunts fidèles ; sélection et réduction ; inversement, amplification et dramatisation, ce qui implique déjà une certaine fictionnalisation ; enfin invention d’épisodes divers. Le même constat s’applique à l’usage des citations. Celles-ci, donnant a priori un cachet d’authenticité au récit, sont en fait le lieu de multiples jeux d’écriture. Beaucoup sont parfaitement authentiques et fidèles à quelques détails près ; certaines sont déplacées sur le plan temporel, ou légèrement modifiées, coupées, associées, sans que cette intervention de l’auteur soit signalée. D’autres enfin semblent purement et simplement inventées. Ces citations constituent donc un micro-phénomène représentatif du travail d’ensemble de l’écrivain, car, comme le souligne Antoine Compagnon, la citation n’est jamais un acte gratuit, insignifiant :

  • 5 Compagnon, Antoine, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, éditions du Seuil, 1979, p (...)

La citation n’a pas de sens en soi, parce qu’elle n’est que dans un travail, qui la déplace et qui la fait jouer. La notion essentielle est celle de son travail, de son working, le phénomène. […] La question « Que veut-il ? » paraît la seule qui convienne à la citation : elle suppose en effet que quelqu’un d’autre s’empare du mot, l’applique à autre chose, parce qu’il veut dire quelque chose de différent.5

7L’altérité énonciative et son influence sur le signifié sont ici particulièrement accentuées par le caractère transgénérique de la réécriture et surtout par le contexte historique, politique et idéologique qui régit les relations entre texte cité et texte citant. Par ailleurs toute pratique intertextuelle sollicite fortement les compétences culturelles du lecteur ; mais dans la mesure où l’hypotexte est ici inconnu et très difficilement accessible, l’auteur peut en jouer à son gré, multipliant ainsi les leurres, en mêlant notamment vraies et fausses citations, tandis que le lecteur ne peut guère détecter la part de fiction dans l’intertextualité.

Enjeux esthétiques

8La réécriture cherche tout d’abord à exploiter un matériau relativement aride pour en tirer un véritable roman d’aventures, dans lequel le lecteur reconnaît les stéréotypes qui constituent l’horizon d’attente propre à ce genre littéraire.

9Une première opération intertextuelle importante réside dans la suppression de bon nombre d’éléments devenus superflus, notamment les observations scientifiques qui occupent une grande place dans les volumes de l’explorateur. Cette caractéristique générale se retrouve dans l’insertion de certaines citations, légèrement modifiées, comme ici :

  • 6 Le Roi de Kahel, op. cit, pp. 67-68.

10Il vit Kébali et écrivit : « Très gracieuse vallée, bordée de collines en falaises sur le côté sud-est. La belle végétation de ses champs, pittoresquement vallonnés, ses bouquets d’orangers, de papayers et de néfliers mampata, de nérés, ses frais pâturages, ses bois ombrageux feraient la réputation d’un État européen ».6

11Voici le passage correspondant chez Sanderval, dans lequel nous soulignons certains éléments différents :

  • 7 Sanderval, op. cit., 1882, p. 164.

Très gracieuse cette vallée de Kibali ; elle a environ 15 kilomètres de large et 25 ou 30 de long. Elle est bordée de collines de 200 à 300 mètres de hauteur, en falaises sur le côté S.-E. La belle végétation de ses champs pittoresquement vallonnés, ses bouquets d’orangers, de papayers, de mampata, de nétés, ses frais pâturages, ses bois ombreux feraient la réputation d’un État européen.7

12Notons qu’au-delà des suppressions et modifications portant sur les éléments d’ordre scientifique, la transformation de l’adjectif « ombreux » en « ombrageux » est révélatrice : le terme employé par Sanderval n’a qu’une valeur descriptive, tandis qu’« ombrageux » constitue une hypallage et ne renvoie plus vraiment au paysage, mais à l’image que T. Monénembo cherche à donner des Peuls tout au long du roman.

  • 8 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 64.

13D’autre part, le carnet de voyage étant par nature redondant, car les mêmes scènes, les mêmes problèmes, se reproduisent tout au long du parcours, T. Monénembo réorganise et synthétise pour éviter la monotonie inhérente à ces répétitions, passant ainsi souvent du récit détaillé au sommaire. Ce procédé récurrent apparaît aussi sous forme de « fausse citation » descriptive, empreinte de lyrisme bucolique, comme ici : « “Partout des collines, partout des vergers, partout des prairies et des fleurs ! Partout, des sources, des rivières, des torrents !” »8

  • 9 Sanderval, op. cit., 1882, p. 407.

14Certains emprunts aux récits de Sanderval sont par ailleurs exploités dans l’élaboration d’épisodes fictifs qui créent un suspense, une tension dramatique liée à l’audace de l’explorateur et aux risques qu’il encourt. Ainsi, la formule finale du récit paru en 1882, « Constituenda est Timbo »9, n’est pas présentée comme telle ; elle est utilisée dans le cadre d’une scène inventée qui souligne, chez le personnage, le goût du défi héroïque et dramatise sa situation en le mettant en péril :

  • 10 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 88.

Rouge de colère, il afficha sur la toiture de sa masure une banderole où, se souvenant de ses leçons de latin, il écrivit en lettres rouges et grasses : « Constituenda est Timbo ! » Timbo en fut terriblement outrée : certains y virent une injure, d’autres une déclaration de guerre.10

15D’autres citations permettent par ailleurs de mettre en place deux intrigues amoureuses qui relèvent aussi de l’imagination de l’auteur. Il s’agit tout d’abord du portrait de la reine Taïbou, fort opportunément coupé :

  • 11 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 61.

La reine Tahibou compte vingt-quatre printemps. Comme elle a constaté que l’exubérant développement de sa poitrine attire l’attention, elle met une certaine coquetterie dans l’exhibition de ses charmes, et c’est nue jusqu’à la ceinture qu’elle est revenue ce soir. Ses seins énormes n’ont pas moins de 40 centimètres de longueur ; ils pendent jusque sur ses genoux. Elle porte, pendues à ses cheveux tressés en nattes étroites, des boules d’ambre grosses comme des œufs. Sa poitrine est couverte de pièces de cinq francs dont le tintement éveille en elle un orgueil enfantin. Elle a les bras chargés de bracelets d’argent, épais comme le pouce, et elle porte aux chevilles des anneaux de gros fils d’argent tressés.11

  • 12 Ibid., p. 40.

16T. Monénembo, citant le carnet12, ne garde de ce passage que la description des bijoux (à partir de « Elle porte ») : ainsi, la tonalité peu flatteuse du portrait brossé par l’explorateur – qui, d’une manière générale, n’exprime qu’agacement et mépris pour la reine –, s’infléchit et peut aisément soutenir une scène de séduction qui aboutira plus tard à une brève idylle.

17Le romancier reprend également le passage suivant pour élaborer une nouvelle aventure amoureuse :

  • 13 Sanderval, op. cit., 1882, pp. 256-257.

Après ces seigneurs, je reçois la visite du vieux roi de Cohine, accompagné de sa jeune femme qui voulait me voir. Elle est superbe cette noire princesse : de grands yeux admirablement dessinés et profonds à s’y noyer, une gorge irréprochable et sans mystère, à faire rêver Phidias, à jeter en de folles extases Anacréon et tous les poètes de son école. Quel merveilleux ensemble de grâces et de fierté combinées ! Quelle taille, et quelles attaches ! et quel beau noir zain ! Je fais mes sincères compliments à ce vieux délabré et lui conseille de me faire don de cette magnifique créature, qui lui est complètement inutile.13

  • 14 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 94.
  • 15 Ibid., p. 82.

18Chez Sanderval, la demande, accompagnée de notations satiriques concernant le roi, peut apparaître comme une simple plaisanterie et il n’en sera plus jamais question. Mais cette anecdote a inspiré au romancier l’idée d’une folle passion. La demande au roi de Koïn14 est donc précédée d’une première scène conforme au topos littéraire du coup de foudre15, où est insérée la citation (de « Elle est superbe » à « quelles attaches ! »). La scène avec le roi est ainsi préparée et devient le moment de la « cristallisation » amoureuse, qui prend l’allure d’un accès de démence. On est alors bien loin du personnage de Sanderval tel qu’il se présente dans ses carnets : l’explorateur infatigable, le froid stratège, le théoricien de la colonisation devient le héros exalté d’une folle histoire d’amour.

Enjeux idéologiques

19Mais au-delà du travail d’écriture lié aux caractéristiques du genre romanesque, l’œuvre de T. Monénembo révèle des soubassements idéologiques, y compris dans sa fidélité à l’hypotexte.

20Cette fidélité s’avère en effet sélective. Si beaucoup de citations sont exactes, on constate qu’elles sont l’effet d’un choix qui met en avant la fascination de Sanderval pour le pays qu’il découvre. La reprise de points de vue critiques, péjoratifs, est en revanche beaucoup plus rare, et le développement des préjugés racistes caractéristiques de l’époque, très fréquent chez Sanderval, est quasiment absent du roman. Nombreuses sont donc les citations qui décrivent un tableau idyllique, comme ici, par exemple :

  • 16 Ibid., p. 65.

Le pays continue à être charmant. C’est une succession de collines et de vallons délicieux. Il n’y manque que des fermes, des villas et des châteaux pour être supérieur à tout ce que l’Europe offre de plus séduisant… Les orangers chargés de fruits, les doux parfums, les frais ombrages, tout fait rêver au pays d’Aïda… Le commerce avec l’Afrique centrale et le Niger appartiendra aux maîtres de ce pays où les Européens peuvent s’installer et bien vivre.16

  • 17 Sanderval, op. cit., 1882, pp. 157, 158-161, 156.

21Il s’agit en fait d’une sorte de « patchwork » de trois passages différents, quoique proches, dans le texte de Sanderval17. Les points de suspension signalent les coupures, mais de façon ambiguë puisqu’ils pourraient figurer dans le texte original, et la deuxième coupure supprime la comparaison avec un paysage beaucoup moins beau rencontré jusque-là (« tout fait rêver du pays d’Aïda, surtout après les régions de rochers brûlants qu’on rencontre si fréquemment de la mer jusqu’à Télikouré »).

22De la même façon, certains portraits, recopiés au mot près, semblent choisis pour leur caractère élogieux ; aucun de ceux – nombreux – qui présentent des personnages laids, répugnants, stupides ou ridicules n’est repris par le romancier. Parmi les sentiments et jugements divers exprimés par l’explorateur dans ses carnets, l’écrivain privilégie manifestement l’admiration et le plaisir esthétiques, alors que chez Sanderval, le mépris prédomine.

23C’est ainsi que se résout l’un des paradoxes apparents de ce roman : alors qu’une longue tradition de la littérature africaine repose sur une dénonciation de la colonisation qui adopte le point de vue des colonisés en les présentant comme pures victimes et fait du colonisateur un portrait uniquement à charge, T. Monénembo ose adopter le point de vue du colon et faire de celui-ci un personnage sympathique. Mais si le roman ressemble beaucoup, à première lecture, à un roman colonial, il s’éloigne en fait de ses stéréotypes idéologiques par ce stratagème qui consiste à faire entendre, par la voix du blanc, une évocation lyrique, exaltée, du pays et de ses habitants : sous couvert d’un pseudo-exotisme fondé sur la technique de focalisation interne, c’est bien le romancier qui chante ici l’amour de sa terre natale.

24Par ailleurs, certaines citations semblent bien être nées sous la plume du romancier. Nous nous attarderons ici sur deux d’entre elles, dont l’inauthenticité semble évidente et qui sont particulièrement révélatrices de certains objectifs de l’auteur.

  • 18 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 47.

Il se contenta de noter ceci sur un bout de carton : « Je me doutais bien que je rencontrerais de drôles de coutumes dans ces contrées, de là à tomber sur la parenté à plaisanterie ! À quand les ancêtres de foire ! Drôle d’Afrique ! Coquins de Mâly et de Mâ-Yacine ! Filous de princes peuls !... Soit, prince de France, mais alors juste pour garder ma tête. Dire que, là-bas, on me l’aurait plutôt coupée ! »18

  • 19 Ibid., p. 24.

25Outre la mention du « bout de carton », premier indice du caractère fictionnel de cette citation – il est peu probable que T. Monénembo ait découvert un tel document dans les archives –, le contenu même du passage est probant. L’expression « Soit, prince de France, mais alors juste pour garder ma tête » commente en effet un épisode fictif dans lequel l’interprète de Sanderval lui attribue cette identité prestigieuse pour sauver l’explorateur, alors en dangereuse posture. De même, l’allusion à la parenté à plaisanterie semble imputable au romancier. En effet, dès le début du roman, il invente en partie le couple formé par Mâly et Mâ-Yacine : « Puis il recruta un interprète et un cuisinier. Il prit la précaution de choisir un Peul (Mâly) et un Sérère, donc un cousin des Peuls (Mâ-Yacine) »19. Le fait que Sanderval ait tenu compte, dès son arrivée en Afrique, de la parenté à plaisanterie est assez improbable et ses carnets n’évoquent à aucun moment cette réalité sociale, dont il semble ne pas avoir eu connaissance (ou dont il n’a pas mesuré l’importance). C’est donc bien le romancier qui juge nécessaire d’introduire ici une dimension anthropologique, et pointe une singularité particulièrement étonnante pour l’esprit européen, poussant le lecteur curieux à s’informer plus avant sur ce qui n’est que mentionné sans autre explication. Enfin, si le trait ironique qui termine le passage est assez conforme au ton de certaines pointes caustiques de l’explorateur, il est également lourd de sous-entendus politiques de la part du romancier. Il souligne en effet les contradictions profondes de la France impériale qui, d’un côté se targue d’avoir accompli la révolution de 1789, promu des idéaux démocratiques et « inventé » les droits de l’homme et du citoyen, mais qui se lance à la fin du XIXe siècle dans une conquête coloniale aux antipodes de ces mêmes idéaux.

26Une autre « fausse citation » est tout aussi révélatrice :

  • 20 Ibid., p. 93.

Le 10 mai, las de chercher le sommeil, il sortit son crayon et nota cette prophétie : « Mon petit doigt me dit que ce pays s’apprête à rejouer, et d’une même scène, deux tristes épisodes de l’histoire de France… D’un côté, les Armagnacs, de l’autre, les Bourguignons ! D’un côté, Timbo ; de l’autre, Labé ! Chacun de ces gouffres abritant son Henri III et son duc de Guise ! Ici Pâthé et Bôcar-Biro ; là-bas, Aguibou et Alpha Yaya !... Curieux Fouta ! Ces Peuls sont malins, trop malins, peut-être ! Le Fouta est devenu une nasse, une nasse paradoxale. Aussi facile d’y tomber que d’y faire tomber les Peuls. »20

27La date du 10 mai (1880) permet une vérification simple dans le carnet : à cette date ne figure rien de ce genre. Par ailleurs, outre la vision des Peuls « malins, trop malins » qui est celle que veut en donner le romancier, l’aspect historique du passage est également marqué par le savoir et le regard de T. Monénembo sur le passé de sa région natale.

  • 21 Ibid., p. 78.

28D’une part, la « prophétie » n’est pas conforme à la perception que Sanderval a eue des rapports politiques au sein du Fouta-Djalon, surtout à ce moment où il a encore tout à découvrir. Elle ne peut être proférée que par le romancier, grâce à son recul historique et à la connaissance approfondie qu’il a de l’histoire de sa région, et constitue une annonce narrative qui préfigure la fin du roman : l’éclatement du royaume fédéral, les princes s’entretuant juste avant la conquête militaire par les Français. Elle montre aussi à quel point le romancier a recentré l’histoire et l’Histoire sur deux villes et quatre princes. Quoique l’aspect historique du roman puisse paraître très complexe, l’auteur a en fait simplifié et schématisé les relations entre l’explorateur et les chefs peuls en centrant son récit sur les personnages qui lui semblent essentiels. Les carnets de Sanderval évoquent pour leur part un très grand nombre de rois, princes et dignitaires divers et mettent assez peu en évidence leur importance respective, notamment dans l’ouvrage de 1882. Plus tard, il noue des relations privilégiées avec certains personnages du royaume dont il a mieux compris le statut et l’influence, mais continue de noter toutes ses rencontres, quelle qu’en soit l’importance. Le romancier fait donc le tri et met l’accent sur les quatre princes qui apparaissent dans cette fausse citation : Pâthé, Bocâr-Biro, Aguibou et Alpha Yaya. Dès le début du séjour, il raconte les entrevues entre Sanderval et ces princes, et opère une prolepse : « Pathé, Bôcar-Biro, Aguibou, Alpha Yaya ! Il était loin de se douter du destin tragique qui allait bientôt le lier à ces quatre princes du Fouta ! »21 Le cas d’Alpha Yaya est d’autant plus intéressant qu’il n’apparaît pas du tout dans l’ouvrage de 1882 et fort peu dans celui de 1893. Or T. Monénembo lui donne d’emblée une place très importante car ce personnage a profondément marqué l’histoire et la mémoire collective du Fouta.

29Enfin, dans les carnets, les allusions et comparaisons avec l’histoire de la France ou de l’Europe sont généralement inspirées par la situation de Sanderval lui-même, et non par la situation historique du Fouta. On trouve cependant une référence à Henri III et au duc de Guise dans le récit de 1893. Mais curieusement, il ne s’agit pas de rivalité entre princes peuls : la scène décrit la rencontre entre l’almâmi et le capitaine Audéoud, venu à Timbo à la tête d’une importante colonne militaire. Sanderval écrit alors :

  • 22 Sanderval, op. cit., 1893, p. 41.

Il [l’almâmi] défila devant le capitaine, inquiets tous deux, le regard aigu glissé dans un sourire : Henri III et le duc de Guise ; quel était le roi ? quel était le duc ? Le moindre incident pouvait faire une victime.22

30Or l’analogie paraît bien peu probante, les deux situations historiques n’ayant en fait rien de commun. Mais c’est ce qui fait l’intérêt d’une confrontation avec le texte de T. Monénembo. Si l’explorateur ne peut concevoir de ressemblance avec l’histoire de France que lorsque le souverain africain se trouve confronté au colonisateur européen, le romancier opère un glissement significatif : au sein même du Fouta se jouent entre princes rivaux des épisodes historiques qui peuvent être mis sur le même plan que la querelle sanglante entre Armagnacs et Bourguignons, pendant la Guerre de cent ans, ou la rivalité, à la fin du XVIe siècle, entre Henri III et le Duc de Guise (finalement assassiné sur les ordres du souverain en 1588). Ce faisant, le romancier semble sous-entendre que l’histoire du Fouta-Djalon vaut bien l’histoire de France, qu’elle est aussi riche en péripéties et en enseignements, prenant ainsi le contre-pied de cette idée encore trop répandue, hélas, selon laquelle l’Afrique n’aurait pas d’Histoire avant l’arrivée des conquérants européens. Cette fausse citation est ainsi le reflet d’une caractéristique plus générale du roman : en effet, sous couvert de raconter l’histoire d’un explorateur français précurseur de la conquête coloniale, le romancier raconte aussi – voire surtout – l’histoire interne du Fouta-Djalon. Ce qui se présente d’abord comme une sorte de roman colonial est peut-être avant tout une vaste leçon d’histoire africaine que l’écrivain dispense au lecteur européen à travers un roman en trompe-l’œil, l’hypotexte colonial étant ainsi réexploité dans une perspective postcoloniale. À ce titre, l’œuvre de T. Monénembo rejoint, mais dans une perspective littéraire, le réexamen critique des relations de voyage entrepris depuis 1980 par certains historiens africanistes, puis par des chercheurs en littérature.

  • 23 Rougé, Bertrand, « Des citations renversantes », Citer l’autre, sous la direction de : Marie-Domini (...)

31La citation, en tant que pratique discursive, est directement liée à des notions qui sont elles-mêmes au cœur de la relation et du discours coloniaux : l’altérité – la voix du « citant » laisse place à la voix d’un autre, mais ce faisant, elle semble seulement s’absenter, puisqu’en empruntant le texte d’autrui pour l’enchâsser dans un autre contexte, elle l’altère – ; l’aliénation réciproque car « le cité se trouve, pendant la durée de la citation, aussi aliéné à lui-même que le citant qui prend un ton ou une voix autre en guise de voix d’un autre »23 ; l’autorité enfin, qui peut s’exercer dans un sens ou un autre : en citant, on en appelle à l’autorité d’un autre, à qui on fait allégeance ou au contraire on exerce son autorité sur le texte d’autrui pour le détourner et le mettre au service de ses fins propres. Le roman de T. Monénembo, en citant maintes fois les textes de l’explorateur, représentant de l’idéologie coloniale, semble à première lecture en épouser fidèlement le point de vue et s’inscrire dans un rapport de domination où l’hypotexte colonial a le beau rôle. Mais c’est un jeu de dupes et par la citation, le personnage colonial n’est-il pas plutôt cité à comparaître sous le regard critique du lecteur contemporain ?

Haut de page

Notes

1 Le Roi de Kahel, Paris, éditions du Seuil, 2008.

2 « Tierno Monénembo revisite la colonisation », propos recueillis le 2/6/2008 à Paris par Tirtankhar Chanda, http://www.jeuneafrique.com/Articleimp_LIN01068tiernnoitas0_tierno-monenembo-revisite-la-colonisation.html

3 Paris, P. Ducrocq, 1882.

4 Paris, Félix Alcan, 1893.

5 Compagnon, Antoine, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, éditions du Seuil, 1979, p. 38.

6 Le Roi de Kahel, op. cit, pp. 67-68.

7 Sanderval, op. cit., 1882, p. 164.

8 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 64.

9 Sanderval, op. cit., 1882, p. 407.

10 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 88.

11 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 61.

12 Ibid., p. 40.

13 Sanderval, op. cit., 1882, pp. 256-257.

14 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 94.

15 Ibid., p. 82.

16 Ibid., p. 65.

17 Sanderval, op. cit., 1882, pp. 157, 158-161, 156.

18 Le Roi de Kahel, op. cit., p. 47.

19 Ibid., p. 24.

20 Ibid., p. 93.

21 Ibid., p. 78.

22 Sanderval, op. cit., 1893, p. 41.

23 Rougé, Bertrand, « Des citations renversantes », Citer l’autre, sous la direction de : Marie-Dominique Popelard et Anthony Wall, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Paravy, « De l’archive au roman, ou les enjeux d’une réécriture : Le Roi de Kahel de Tierno Monénembo », Amnis [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amnis/2231 ; DOI : 10.4000/amnis.2231

Haut de page

Auteur

Florence Paravy

Université de Paris Ouest Nanterre, France, fparavy@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals