Navigation – Plan du site
Dossier "Propriétés et usages de la nature : exploiter, détruire et protéger"

Avant-propos

Propriétés et usages de la nature : exploiter, détruire et protéger
Martine Chalvet

Texte intégral

1La nature, définie par des milieux ou des écosystèmes qui n'ont pas été substantiellement modifiés par l'intervention humaine, ou qui persistent malgré l'intervention humaine, est souvent présentée comme un res communis, un bien commun, un patrimoine universel et collectif devant être transmis aux générations futures. Pourtant, la nature recèle des ressources dont l’exploitation, voire la surexploitation ou à l’inverse, la protection posent la question des enjeux économiques, politiques, juridiques, écologiques, sociaux et culturels des droits de propriétés et d’usage.

  • 1 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, S (...)

2En Europe, ces questions sont fort anciennes et ont fait l’objet de nombreux débats et conflits. L’exploitation de ressources vitales comme les bois ou l’eau sont les premiers exemples. Dans les mentalités collectives, les bois, présents de toute éternité, figuraient toujours un espace de nature échappant à la culture et au travail. Ils étaient vus comme « un espace originel mythique, l’Urwald », empli de « ressources matérielles et spirituelles »1. A l’opposé des aménagements forestiers et de la sylviculture, ils étaient considérés comme un don sans cesse renouvelé de la nature. Contrairement aux champs, fruits du labeur humain, ils devaient être ouverts à tous, quel qu’en fût leur propriétaire. La jouissance immédiate des biens de la nature devait être offerte à tous les habitants suivant un droit immémorial et par là même imprescriptible. Toutefois dans les périodes de forte croissance démographique, la pression sur les bois posait de nombreuses interrogations. Face aux dangers d’une surexploitation risquant de ruiner la ressource que devait-on faire ? Quels usages et quels types de propriétés mettre en place pour gérer et renouveler au mieux des ressources indispensables à la vie humaine et sociale ?

3Au XVIIIe siècle, de nombreux observateurs voulaient limiter les droits d’usage sur les propriétés collectives voire supprimer ces dernières au profit de la seule propriété privée. Dans l’esprit des libéraux, l’extension de l’initiative individuelle devait permettre une exploitation régulière et rentable mais aussi un équilibre entre le renouvellement et l’exploitation des ressources. Mouvement des enclosures en Grande-Bretagne, désamortissement en Espagne, limitation voire interdiction des droits d’usage en France, il s’agissait de mettre un terme à une production agricole et pastorale jugée peu productive en supprimant un système d’usage des terres collectives vu comme archaïque.

4Avec le progrès des sciences, la question a largement dépassé le seul aspect de l’exploitation et de la protection des ressources. A partir de la fin du XVIIIe siècle, la botanique, la géologie et la sylviculture insistent sur les bienfaits de la forêt et les méfaits des déboisements. Désormais, déboiser : c’était provoquer l’érosion des sols, risquer l’inondation, bouleverser les climats et détruire les équilibres harmonieux de la nature. Au XXe siècle, après les progrès de la biologie et surtout de l’écologie et de la climatologie : détruire les écosystèmes forestiers, c’est limiter le stockage de dioxyde de carbone et mettre à mal la biodiversité.

5Protection des ressources naturelles ou des milieux, exploitation des espaces naturels et de leurs multiples richesses, tout au long du XIXe siècle, le débat opposa les économistes libéraux et les agents des Eaux et Forêts dans de nombreux pays du continent européen. Devait-on regarder les ressources de la nature comme des biens équivalents à tous les autres biens du commerce, de l’agriculture, de l’artisanat et de l’industrie ? Comme le pensait alors certains libéraux, devait-on privatiser leurs usages et ainsi développer la production ? Devait-on regarder les eaux et les bois comme des exceptions ? Comme le pensaient les officiers des Eaux et Forêts et quelques économistes fallait-il alors laisser un rôle important à l’Etat pour la gestion et la sauvegarde de ressources vitales pour le pays ? Devait-on limiter les droits des propriétaires et maintenir un important espace domanial ? Donnant lieu à de nombreuses controverses tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle, ce débat a rebondi après la 2ème Guerre Mondiale. The Tragedy of the Commons (1968) de Garrett James Hardin puis les travaux du prix Nobel d’économie, Elinor Ostrom, ont donné lieu à une importante littérature scientifique autour des thèmes des usages et de la propriété collective ou privée de la nature.

6Au-delà des cas de l’eau et des forêts, des études sur les statuts de propriété et d’usage de la mer, du vivant, des espaces, des ressources naturelles végétales, minérales ou animales, seraient riches d’enseignements. Elles pourraient se concentrer sur les enjeux économiques et politiques liés au rôle de l’Etat ou des entreprises privées dans l’exploitation et la protection de la nature. Sur un autre plan, elles permettraient de relier l’étude de la propriété et des usages de la nature avec les enjeux éthiques (brevets sur le vivant, exploitation et protection de la nature…) ou les enjeux culturels et sociaux (différenciation sociale, patrimonialisation de la nature, usages collectifs de la nature et construction culturelle et identitaire des groupes …). A l’échelle internationale, il s’agirait également de saisir les enjeux géostratégiques et internationaux (propriété et exploitation de l’eau, des mers et des espaces…) mais aussi la mise en place d’un droit international sur la propriété et l’usage de la nature. Enfin, les enjeux écologiques liés aux droits de propriété et d’usage de la nature ne seraient pas oubliés (surexploitation et destruction des écosystèmes et de la biodiversité, droit de l’environnement, législation de protection des écosystèmes et des milieux…)

7Au-delà du cas de l’Europe, ce numéro d’ @mnis sur « propriétés et usages de la nature : exploiter, détruire et protéger » se penche sur le cas des Amériques. Cette ouverture géographique devrait permettre d’appréhender les points communs et les confrontations qui existent sur des continents héritiers de multiples traditions et ayant vécu d’importants bouleversements historiques, économiques, culturels et politiques (colonisation, migrations et métissages, pillage des ressources, libéralisation, enclosures et désamortissement, étatisation puis ouverture à l’économie de marché, mondialisation…).

8Dans son article « L’art contemporain au prisme des biotechnologies », Catherine Voison, professeur agrégée d’Arts Plastiques, docteur en esthétique et sciences de l’art de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, aborde la thématique des liens entre l’art contemporain et les biotechnologies. Papillons insolites, plantimal, cactus couverts de cheveux, sérum de cheval inoculé dans le corps d’une artiste, clonages ; les bio-artistes créent des entités biologiques en collaboration avec les scientifiques. Expérimentations artistiques et biologiques, ces créations posent de nombreuses questions artistiques et philosophiques sur l’art comme vision de création universelle et sur la nature comme bien universel. Productions d’êtres vivants hybrides, elles soulèvent également des interrogations éthiques sur les limites de l’émancipation biologique de la nature vivante et sur le bien-fondé de ces expérimentations artistiques et de leur commercialisation ou de leur diffusion.

9Dans « Tout a un maître » : possession individuelle, usage communautaire de la nature et gestion environnementale participative dans la réserve extractiviste ‘Quilombo do Frechal’ (Brésil), Manuela Tassan de l’Université de Milano-Bicocca (Italie) nous propose une perspective anthropologique. L’auteur étudie la Reserva Extrativista Quilombo do Frechal (Maranhão, Brésil), créée dans le but principal de protéger et valoriser les modalités coutumières de relation avec le territoire grâce à une gestion en partenariat entre un organe gouvernemental et les communautés locales. L’étude de terrain réalisée auprès des habitants ; des descendants d'esclaves africains (quilombo), montre que certaines formes d’appropriation individuelle et d’usage communautaire de la nature peuvent coexister et représenter un élément fort d'identification sociale dans une « communauté » de l'Amazonie brésilienne dite « traditionnelle ». Dès lors, imposer une approche stéréotypée ou idéologique du concept d’« usage commun » et négliger le rôle de la possession individuelle de la nature peuvent susciter des conflits et rendre difficile la gestion participative de ces aires protégées, ce qui était pourtant au cœur du projet de la réserve extactiviste.

10Dans leur article « Oasis de Baja California Sur México (siglos XVIII-XX). Propiedad y Uso Comunitario en Ecosistemas Aridos », Antonio Ortega Santos (Universidad de Granada) et Micheline Cariño Olvera (UABCS, México) tracent un panorama historique et anthropologique de l’évolution économique, écologique et sociale d’un oasis du nouveau Mexique. Articulé autour de trois phases ; 1708-1888, 1889-1946 et 1947-2010, l’article montre les interactions entre la transformation des modes de production, les écosystèmes mais aussi les modes d’appropriation des terres et la société. A travers l’exemple de la colonisation, de l’implantation de mission jésuites, du développement d’un nouveau mode d’exploitation agricole et pastoral puis d’une période de prospérité économique parallèle à la formation d’une oligarchie de propriétaires terriens, pour finir par le déclin productif, social et démographique, les auteurs nous décrivent les évolutions de l’Oasis de Baja California avec le mélange des différents modèles d’exploitations agricoles et notamment celui des Huertas venu d’Europe.

Haut de page

Notes

1 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, p. 419

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Chalvet, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amnis/2257

Haut de page

Auteur

Martine Chalvet

Aix Marseille Université, France, martine.chalvet@univ-amu.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals