Navigation – Plan du site
Figures imposées. Entre tradition et renouvellement

Sauvés de l’oubli

Marianne Berissi

Résumés

L'analyse de l'album de Peter Sis, Le Mur. Une enfance derrière le rideau de fer et de l'ouvrage autobiographique de Tomi Ungerer, À la guerre comme à la guerre s'intéresse au statut des ego documents et de l'archive dans les récits historiques pour la jeunesse. Le souci de faire entendre une parole singulière qui, de plus, retrace la naissance d'une vocation artistique prend ainsi le pas sur la préoccupation didactique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut s’interroger également sur le succès de l’œuvre au Japon dont témoigne un récent ouvrage : (...)
  • 2 Du Bouchet, Paule, Le Journal d’Adèle, Paris, Gallimard jeunesse, 2007 (1995) ; Sauerwein, Leigh, L (...)

1 Parallèlement au mouvement qui s’intéresse à l’histoire intime et aux ego-documents comme témoignages du passé, il semblerait que l’archive se soit invitée de manière toute naturelle dans les productions pour la jeunesse. Même si le récit historique a toujours fait l'objet de réécritures à destination des jeunes lecteurs, donnant même parfois dans la propagande, on a paradoxalement longtemps considéré comme indépassable Le Journal d’Anne Frank publié après la guerre1. On peut même postuler qu’il n’est sans doute pas étranger au succès d’un sous-genre du roman historique pour la jeunesse, le journal intime fictif, tel qu’on le voit à l’œuvre, par exemple, dans la collection « Mon histoire » chez Gallimard2.

2 À l’opposé de ce type de publication, certains auteurs et leurs éditeurs font le pari audacieux de proposer des œuvres dans lesquelles l’usage des documents d’archives transcende le cadre de la stricte authenticité et de la rigueur historique, et qui ne passent pas par le détour de la fiction, comme les albums de Thierry Aprile. Ouvrages qui pour avoir été produits à partir d’archives intimes authentiques ne s’y limitent pas pour autant, de sorte qu’on pourrait presque s’interroger à leur propos sur l’usage de l’archive à des fins non historiques.

  • 3 Sis, Peter, Le Mur, Une enfance derrière le rideau de fer, Alice Marchand trad., Paris, Grasset jeu (...)
  • 4 Ungerer, Tomi, À la guerre comme à la guerre, Paris, L’École des loisirs, Medium, 2002.
  • 5 Le titre anglais est Tomi, a childhood under the nazis, Niwot Colorado, Éditions Roberts Rinehart, (...)
  • 6 Le Mur, publié en 2007, a reçu la Médaille Robert F. Sibert en 2008, le Award fiction de Bologne et (...)

3 L’historiographie française a été, on le sait, influencée par la valorisation accrue des sources autobiographiques, pour deux raisons essentielles : tout en donnant la parole aux sans voix, aux silencieux de l’histoire, elles permettaient d’écrire l’envers de l’histoire officielle. En l’absence de représentation fiable du passé, on admet désormais qu’un historien aborde un sujet par le biais de son expérience intime et qu’il assume, voire revendique, cette lecture subjective du passé. On voit dès lors pour quelles raisons ce type d’écrits s’est épanoui dans les productions pour la jeunesse. Et, de fait, parmi les ouvrages que nous nous proposons d’examiner figurent des écrits d’enfance qui se proposent de rendre compte de l’histoire vue à hauteur d’enfant, non plus une histoire des grands hommes pour les petits enfants telle qu’on a pu la connaître dans les périodes de propagande notamment, mais bien le témoignage d’un enfant sur une période historique. C’est ainsi que Peter Sis raconte dans Le Mur, une « enfance derrière le rideau de fer »3 sa jeunesse dans la Tchécoslovaquie des années 60 et Tomi Ungerer dans À la guerre comme à la guerre4, une enfance alsacienne pendant la seconde guerre mondiale5. Deux ouvrages dont les auteurs couronnés de nombreux prix ont connu d’immenses succès internationaux6.

  • 7 Ungerer affirme d’ailleurs dans un entretien avec Claude-Anne Parmeggiani : « Dans A la guerre comm (...)

4 Il convient en toute logique, semble-t-il, d’examiner ce qui constitue le matériau de ces ouvrages et le traitement qui lui est réservé. L’archive est constituée chez Peter Sis de son journal de jeunesse (Extraits de mes carnets) ainsi que d’une collection de dessins et esquisses, chez Tomi Ungerer de dessins d’enfance sauvés de l’oubli par une mère obsessionnelle de la conservation, des papiers de famille en quelque sorte qui vont servir de déclencheurs à la création, et à partir desquels va s’opérer une recomposition de l’histoire. Peter Sis les transforme en miniatures, sortes de vignettes figurant par leur juxtaposition en gaufrier ou en ribambelle tournant autour de la page, ou adoptant la composition du mandala, une fresque historique à usage des jeunes lecteurs, fresque à laquelle des fragments de son journal intime servent de contrepoint. L’album de Peter Sis constitue de fait une œuvre d’adulte qui ingère, phagocyte l’archive, le dessin ou le journal d’enfance tandis que l’ouvrage de Tomi Ungerer se présente plutôt comme un discours d’escorte aux dessins enfantins de l’auteur miraculeusement conservés et présentés dans un apparent désordre7. Ces realia que constituent les ego-documents des auteurs s’opposeraient en quelque sorte aux souvenirs, non dignes de foi parce que sujets à « fantaisie ».

5 L’artifice ne résiste pourtant pas à un examen attentif : tout comme la quête autobiographique impose une recomposition a posteriori du chaos de la vie, il faut interroger la façon dont les auteurs adultes reconstruisent le passé et admettre de facto que l’intérêt de ces publications réside moins dans la valeur du témoignage brut que dans l’usage de ces documents comme supports de création. On peut s’interroger, en effet, sur la manière dont les fragments de journaux intimes et dessins d’enfance sont donnés à lire, contextualisés voire contaminés par le voisinage de documents d’époque, mais aussi transcendés dans un mouvement de création qui les emporte et les dépasse tout en parvenant à les rendre accessibles et sensibles.

  • 8 Sis, Peter, op. cit., p. 48. L'album n'étant pas folioté, on considère la page de titre comme la pa (...)
  • 9 Exposition présentée en France au Centre tchèque de Paris en 2009.
  • 10 Il donne, 3000 dessins en 1976, 4500 dessins et 2500 jouets à Strasbourg en 1991.
  • 11 « Alors que À la guerre comme à la guerre est sorti, ça a vraiment provoqué des réactions très vive (...)
  • 12 Ibid.

6 La posture de l’auteur comme l’usage de l’archive diffèrent considérablement dans les deux productions examinées, leurs choix esthétiques également, mais une même intention se lit dans la parole de transmission mémorielle qu’ils donnent à entendre. Parole à usage familial et collectif pour Peter Sis qui revendique, comme Montaigne en son temps, un témoignage de son enfance adressé à sa descendance : « Aujourd'hui, quand mes enfants américains rendent visite à ma famille tchèque, dans la belle ville de Prague, j'ai du mal à les convaincre que cet endroit a pu être sombre et chargé de peur, de suspicion et de mensonges. Je trouve difficile d'expliquer mon enfance »8, explique-t-il. On peut même affirmer que Sis poursuit un objectif didactique comme en témoignent les questions précises qu’il suggère de poser aux élèves qui visiteront l’exposition ou liront son album9. Parole à usage plus intime pour Tomi Ungerer dont le livre publié à l’âge de soixante ans accompagne deux legs importants de dessins10, d’un discours qui a lui-même provoqué une avalanche de dons d’archives des lecteurs, transformant l’auteur en gardien d’une mémoire collective11. La question de la prise en compte du lectorat dans l’écriture de l’histoire est centrale dans les deux ouvrages, revendiquée par Peter Sis, implicite chez Tomi Ungerer qui déclare : « Quand j’ai fait du livre d’enfant, je l’ai fait pour moi-même, pour amuser l’enfant qui est en moi… Je suis mon propre aïeul »12. Il s’agit donc d’ouvrages adressés qui non seulement prennent en compte le lectorat mais font œuvre de pédagogie.

  • 13 Sis, Peter, op. cit., p. 10.
  • 14 Boltanski Christian, Recherche et représentation de tout ce qui reste de mon enfance, livre d’artis (...)

7 La présence d’archives dans ces publications n’en garantit pas pour autant la valeur scientifique : celles-ci sont peut-être pour partie réécrites, à coup sûr tronquées chez Peter Sis, encadrées par un incipit et un explicit qui en orientent la lecture par le biais de commentaires du narrateur sur leur signification. Ce protocole laisse bien peu de place à l’activité lectrice et à l’autonomie du lecteur, comme en témoigne l’organisation sophistiquée de la page : les cases en noir et blanc, ou plutôt en gris, qui évoquent les scènes de la vie privée et publique sont accompagnées de légendes marginales rédigées au présent, ponctuées de commentaires lapidaires (« Tout ce qui précède : Obligatoire »13), qui coexistent avec un récit au passé simple. Le décalage entre les temps de la narration et les phrases averbales, les déplacements énonciatifs et la production d’un discours autobiographique à la troisième personne balisent la lecture de l’album. L’abondance de dessins, de croquis, d’esquisses dont on peut supposer qu’elles sont celles de l’adolescent, voisinent avec des photos, des affiches de propagande, des timbres… reproduits au format timbre poste qui saturent l’image en encadrant le récit de la naissance d’une vocation artistique. Elles évacuent de fait la question de l’authenticité et renvoient d’une certaine manière à la problématique de l’artiste Christian Boltanski sur l’archive et le souvenir d’enfance14.

8 Quant au florilège d’images qui témoigne du désir de collection de Tomi Ungerer, il constitue un matériau hétéroclite qui n’a rien non plus de la constitution d’un corpus scientifique, ni la rigueur d’une recherche historique, malgré la présence de quelques légendes référentielles censées permettre l’identification du document. Chez Peter Sis, c’est le dessin et la composition esthétique qui servent d’écrin à ces documents, les privant à tout jamais d’un authentique statut d’archive mais les sauvant de l’oubli en les présentant comme autant d’énigmes à résoudre dans les marges du récit.

  • 15 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 40.
  • 16 Sis, Peter, op. cit., p. 14.
  • 17 Parmegiani, Claude-Anne, op. cit.

9 De quels événements ces documents d’ego-histoire enfantine témoignent-ils ? Ils sont a priori présentés comme des souvenirs d’événements historiques d’ailleurs explicitement mentionnés dans les ouvrages : l’épisode de la poche de Colmar pour Tomi Ungerer15 ou Dubcek et le printemps de Prague pour Peter Sis16… mais à y regarder de près, ce balisage historique concerne davantage l’enfant lui-même que les événements vécus : « Quand je vois les dessins mal dessinés que je faisais autrefois, je les trouve absolument abominables, mais ils ont une qualité d’innocence que je n’ai pas »17, innocence qui fait vivre au jeune Ungerer les épisodes atroces de l’histoire comme une gigantesque farce, ce que revendique l’adulte qu’il est devenu dans un mouvement de liberté et d’irrévérence propres à la littérature de jeunesse. Peter Sis, quant à lui, raconte au fil des pages la lente maturation de l’esprit critique (« Il ne remettait pas en question ce qu’on lui disait/ Ensuite, il découvrit qu’il y avait des choses qu’on ne lui disait pas/Il commença lentement à remettre les choses en question ») qui accompagne ses progrès en dessin (« Il peignait ce qu’il voulait- en cachette »).

  • 18 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 40.
  • 19 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 41.

10 Ces ouvrages évoquent les effets délétères et persistants de l’enrôlement de la jeunesse tout en s’efforçant de déceler des preuves précoces de résistance, et c’est sans doute là que réside principalement leur valeur testimoniale. Ungerer se souvient avoir participé à la collecte de « tout ce qui était imprimé en français », précisant tout de suite qu’il avait conscience de participer à un simulacre : « On nous donnait quelques vieux journaux qui étaient cérémonieusement brûlés dans la cour de récréation »18. Ces albums démontrent avant tout la faculté de résistance qui pousse à relativiser, voire tourner en dérision, les actes symboliques d’une autorité qui s’affirme et qui se voit remise en question de manière radicale par les témoignages d’une vision enfantine ou adolescente. Nombreuses sont les anecdotes scolaires qui attestent d’une forme de subversion, parfois involontaire : Peter Sis évoque entre les commémorations diverses et variées (à la statue de Staline, à la révolution d’octobre…) les apologues de quelques manuels scolaires dont, à la date de mars 1959, celui du jeune pionnier Pavka Morozov, héros du régime, tué par sa famille dont il avait dénoncé les agissements. Tomi Ungerer publie le premier texte « à la gloire du Führer » qu’il dut écrire en gothique et apprendre par cœur suivi du premier devoir : « dessiner un Juif ». Il éprouve alors le besoin de restituer au discours direct le dialogue qu’il eut avec sa mère sommée de lui fournir les codes de la représentation attendue dont il tire un enseignement inattendu : « La description était si caricaturale que “le Juif” devenait pour moi presque un personnage de conte de fées, comme l’ogre du Petit Poucet, qui aurait trainé d’énormes sacs d’or derrière lui, par exemple »19.

  • 20 Sis, Peter, op. cit., p. 48.

11 Ces albums autobiographiques sont des « enfance de l’art » où il est question du dessin comme moyen de résistance et de survie reléguant l’histoire avec un grand H à l’arrière-plan de la naissance et de l’épanouissement d’une vocation artistique, et là réside leur valeur testimoniale. Peter Sis laisse entendre que, dans un autre contexte, il serait devenu musicien ou chanteur de rock, et que le dessin lui fut un refuge salvateur : « Je me suis plongé dans le dessin et la peinture. J'ai peint des chaises, des interrupteurs, et même le réfrigérateur de chez moi. Dehors, c'était trop effrayant »20. La traduction du réel en dessin, manifeste de l’enfermement, devient ainsi, de manière paradoxale, celui de l’ouverture au monde et pose la question de l’art comme forme subtile de protestation en l’absence de contestation frontale. À la lente maturation de Peter Sis font écho les salves répétées de Tomi Ungerer contre un régime qu’il identifie comme « toxique », sujet de ses dessins précoces, qu’il dépeint avec une énergie roborative aussi éloignée que possible de la déploration. L’entreprise dépasse ainsi le cadre du souvenir historique ponctuel : l’unité de l’œuvre de Peter Sis démontre à quel point Le Mur s’inscrit dans sa grammaire esthétique par l’alignement des cases qui se déroulent autour de la page, la symétrie des symboles qui encadrent les images, les accumulations d’objets urbains identiques et monotones, maisons, cheminées, et surtout pavés, motif qui va très vite au fil des pages acquérir un statut symbolique. Les pavages aussi réguliers dans leurs alignements que les régiments de soldats qui y défilent, représentés à l’aide de traits et hachures au crayon graphite, sont autant d’images en noir et blanc zébrées du rouge des symboles du régime : étoile, foulard, drapeau etc. images qui figurent par leur régularité la tristesse, la monotonie et l’enfermement du « rideau de fer ».

  • 21 Ungerer, Tomi, op. cit., pp. 76-77.
  • 22 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 77.
  • 23 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 76.

12 L’ouvrage de Tomi Ungerer se présente, au contraire, comme un joyeux fouillis auquel fait écho une composition à « sauts et à gambades » grossièrement chronologique (avant la guerre, la guerre, la libération) reposant sur le principe du coq à l’âne et de l’association d’idées. Pour autant, une critique virulente du régime nazi s’y dissimule sous des airs de fausse logique ou de rapprochements inattendus. Par exemple, lorsqu’il fait cohabiter sur la même page un fac-similé du « livret de famille des poules », registre qu’il tenait indiquant « le nom, les particularités, l’année de naissance et l’année de la mort, ainsi que la cause »21, il précise dans la légende : « Quatre causes de décès étaient recensées : elles pouvaient être mangées, mortes de vieillesse, assassinées ou vendues »22. Ce souvenir d’enfance apparemment anodin, prend une tout autre valeur à la lecture des deux paragraphes qui encadrent cette image : « Sur le front, les lignes allemandes devenaient de plus en plus élastiques. À l’école, nous devions tenir un Kriegstagebuch. J’ai perdu le mien, hélas » et « Nous savions qu’il y avait des camps de concentration. Les Allemands ne se gênaient pas pour nous en menacer »23. Le lien entre le « livret de famille des poules », le Kriegstagebuch et les camps de concentration se fait par la juxtaposition de deux souvenirs et d’une archive, révélant au passage de manière incidente une information longtemps niée (« nous savions »).

  • 24 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 38.
  • 25 Sis, Peter, op. cit., p. 10.

13 C’est l’humour qui, malgré tout, recèle la force subversive la plus radicale. Partie intégrante de son expérience de la guerre, il est revendiqué par Tomi Ungerer comme propre à l’enfance, mais l’adulte ne s’en départit pas et il renvoie par certains aspects au traitement de l’histoire d’un Roberto Benigni. Il se révèle, par exemple, dans la légende d’une photo d’Hitler en compagnie d’une fillette : « Le jour de l’anniversaire du Führer, nous faisions toujours la fête à la maison, car malheureusement c’était aussi la date d’anniversaire de ma sœur Edith »24. Des touches humoristiques s’introduisent également par effraction dans le discours en apparence contraint de Peter Sis qui mime l’étouffement et l’organisation ordonnée de la société dans une restitution émaillée de commentaires ironiques présentés comme neutres : « Les étudiants tchécoslovaques aident les agriculteurs à lutter contre un parasite, le doryphore, qui infeste les plantations de pommes de terre – un coup des Etats-Unis dit-on »25. Il se manifeste dans les deux ouvrages le plus souvent par des rapprochements incongrus, les citations de manuels scolaires et dans le rapport du texte et de l’image.

  • 26 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 30.
  • 27 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 35.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 52.
  • 30 Ibid., p. 53.
  • 31 Ibid., p. 88.
  • 32 Ibid., p. 107.

14 Malgré cette abondance d’ego-documents, le lecteur ne peut se départir pourtant du sentiment d’assister à un travail de sape de la dimension testimoniale de l’archive, en particulier chez Tomi Ungerer. Par exemple, le récit de l’arrivée des Allemands donne lieu à un rappel des faits historiques (occupation de Colmar, 17 juin 1940) et de leurs conséquences. Il est accompagné d’un dessin d’enfance représentant une « scène de pillage à laquelle je n’ai jamais assisté », légende qui réduit à néant la valeur de l’archive, mais propre à mettre en lumière la façon dont l’imaginaire enfantin s’empare de l’événement, corrigée à des années de distance par le commentaire adulte : « C’est avec bien plus d’ordre et de méthode, dans de beaux camions de déménagement, que les nazis confisquaient le mobilier des Juifs, des ennemis du Reich et autre "vermine du peuple" » 26 . C’est le même commentaire adulte qui démonte le processus « fantasmatique » : « On avait très peur des Allemands car on nous racontait que ces barbares coupaient les mains des enfants », souvenir accompagné de la gravure d’une petite fille qui a perdu ses mains27. « Il y a seulement quelques années, précise-t-il, que j’ai appris l’origine de cette histoire de propagande datant de la Première Guerre : des enfants belges avaient joué avec des grenades et ainsi perdu leurs mains »28. Ungerer oscille constamment entre le souvenir, forcément erroné d’une mémoire enfantine, et l’authenticité des faits attestés qu’il a parfois du mal à faire coïncider avec sa propre mémoire, d’où une forme de défiance généralisée vis à vis du souvenir et une remise en question de la trace mémorielle : « Je me méfie en général beaucoup de ce qu’on appelle les souvenirs d’enfance. À lire certains auteurs, ils se rappellent des conversations, des situations comme si elles avaient été enregistrées sur une bande magnétique. Mais dans le cas de cette anecdote, je crois, je dis bien je crois me rappeler la scène avec une clarté cristalline »29. Cette méfiance voisine avec une façon déconcertante et revendiquée d’assumer la déformation, comme c’est souvent le cas dans l’écriture autobiographique, qui se manifeste quelques lignes plus loin au détour du récit de ladite anecdote : « J’étais plutôt effrayé, mais Maman me rassurait en disant plus ou moins, et là j’improvise : "Ne t’en fais pas, ce sont tous des imbéciles"… » 30 à propos des officiers allemands qui les avaient convoqués parce qu’ils persistaient à parler le français. Cette critique implicite du témoignage historique qui semble faire écho à la méfiance envers le souvenir se révèle tout à fait paradoxale : « Je dois relever ici les méfaits de l’exagération, et je présente un mea culpa : avec les illusions que l’on se fait, on finit par tomber dans le tragique pour impressionner les gens »31. Alors même que l’auteur semble s’interdire le tragique et le pathétique, par respect du lectorat, par pudeur ou par inclination personnelle, ce qui tendrait à accréditer l’idée d’une recherche d’authenticité dans le témoignage, le texte livre alors un authentique autoportrait : « Au lycée, le changement de régime allait se révéler, pour moi du moins, traumatisant. L’usage de l’alsacien était interdit, puni, tout comme le français pendant l’Occupation. Traumatisé oui, mais j’ai par le passé beaucoup exagéré mes descriptions de la situation : en réalité j’étais un individu ultra-sensible, sans doute fragile, déjà ébréché, effiloché »32.

15 Peter Sis, quant à lui, a un traitement plus en sourdine du document intime : son témoignage vaut par le choix des fragments de journal intime sélectionnés, mais le recadrage qui leur est imposé ne relève pas d’une subjectivité assumée. Il vaut surtout par le biais autobiographique, la prédominance de l’histoire personnelle : ce récit d’enfance, qui, comme il le rappelle dans l’introduction s’intéresse au « côté rouge du rideau de fer » est certes un texte politique mais il est aussi le récit d’un apprentissage, du passage à l’âge d’homme et de la prise de conscience d’une vocation artistique. À bien des égards, on a parfois l’impression que l’auteur reprend des images qui s’apparentent à des clichés de la guerre froide sans aucune mise à distance : en témoignent dans le sous-titre l’expression « rideau de fer » popularisée par Churchill dans son discours de Fulton le 5 mars 1946 comme le dessin qui s’emploie à coller à l’expression « derrière le rideau de fer, le gris » pour mieux dénoncer cette grisaille.

  • 33 Sis, Peter, Madlenka, Paris, Grasset jeunesse, 2000.
  • 34 Sis, Peter, Les trois clés d’or de Prague, Paris, Grasset jeunesse, 2014.
  • 35 Sis, Peter, Le messager des étoiles, Galilée, Paris, Grasset, 1996.
  • 36 Sis, Peter, Le Mur, Une enfance derrière le rideau de fer, Alice Marchand trad., Paris, Grasset jeu (...)
  • 37 Ibid., pp. 20-21.
  • 38 Voir à ce sujet, Tranmer, Jeremy, « Within You Without You : les Beatles et la gauche britannique » (...)

16 De fait, l’art pointilliste de Sis, son dessin hachuré comme la composition de ses pages constituent l’unité esthétique de tous ses albums : le lecteur attentif ne peut qu’être frappé par les similitudes avec l’image tournante de Madlenka33 ou des Trois clés d’or de Prague34, ainsi que par le procédé de saturation de l’image constituée de personnages identiques que l’on retrouve dans Galilée35, où les visages inexpressifs des juges de l’Inquisition témoignent de leur pouvoir de nuisance. Cette unité esthétique qui fait œuvre invite donc à lire Le Mur en résonance avec les autres opus : Galilée pour l’évocation de l’oppression ou Les trois clés d’or de Prague pour la proximité géographique. La rigueur des compositions de Peter Sis dans l’évocation du paysage de sa mémoire fait écho à la rigueur et à la minutie du souvenir. D’où la surprise qui ne peut manquer de s’emparer du lecteur confronté aux doubles pages qui laissent éclater une forme d’exubérance graphique à la fois dans le traitement de l’image et sa couleur. Sortes de « carte de tendre » politique ou de carte heuristique, ces doubles pages témoignent d’une obsession de géographe de donner à lire l’histoire : les pays du bloc de l’Est figurés par un tank conduit par Staline et le mythe de la conquête de l’espace (Spoutnik, Gagarine et Laïka)36, à quoi s’oppose le paysage mental de l’auteur dans une esthétique psychédélique renvoyant aux pochettes des 33 tours des groupes de pop et de rock, et à l’esthétique des éditions Harlin Quist37. La subjectivité du témoignage se révèle dans le fait qu’à aucun moment, Peter Sis ne tente de déconstruire l’appréhension qu’il eut à l’époque de l’émergence des mouvements de libération. Il semble, comme tant d’autobiographes, éprouver une nostalgie pour ses rêves d’adolescent : l’Occident coloré et désirable, les Beach Boys comme les boots de Beatles, faisant mine ainsi d’ignorer la naissance de la contre-culture pop dans le contexte de la guerre froide, les conséquences sur la société et la classe politique occidentale de l’expression des goûts culturels et musicaux de cette culture de teenagers38.

  • 39 Ungerer, Tomi, op. cit., pp. 39-40.
  • 40 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 75.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 49.

17 Chez Tomi Ungerer se fait jour, de manière plus manifeste et récurrente, un refus obstiné de l’analyse. Il fait le choix délibéré de rester à la surface des choses pour préserver le regard enfantin, raconte à l’aide de comparaisons enfantines et ne traduit les événements que par les conséquences qu’ils ont eues sur sa vie d’enfant : « En automne 1944, un avion américain de modèle Lightning lâcha une rafale avec un bruit de machine à coudre sur la cible que j’étais devenu… les bombardiers scintillaient dans le soleil, escortés des petits choux-fleurs de la Flack »39, et « À chaque alerte, au lycée, nous descendions à l’abri où l’on projetait des films, comme au cinéma »40. S’il se souvient de Radio Londres, c’est parce que la « litanie de messages fut [s]a première introduction au surréalisme »41. Là encore, le message est ailleurs et la justesse de son témoignage résiderait plutôt dans la prise de conscience de ce qu’il appelle son « caméléonisme », à savoir sa façon de s’adapter et surtout d’assumer l’héritage de cette époque, malgré lui. S’il proclame : « Indiscutablement, je détestais les Allemands avec ferveur, les nazis avec horreur, regardez les dessins », il livre aussi le mode de survie : « La vie est un drame ? Faites-en une comédie, une comédie de la survie et de la mystification » pour éviter de sombrer, car : « Tout cet enseignement nazi, c’était une rigolade, sinistre à sa façon. Certains concepts sont restés ancrés pour la vie »42, expression universelle en absence de pronom personnel la rapportant à une expérience individuelle précise.

18 Ricœur avait posé la question en termes de concurrence entre fidélité mémorielle et vérité historique, termes qui pourraient s’appliquer à l’écriture de l’histoire pour les enfants, laquelle, on l’a vu, n’appelle pas de réponse univoque. Le choix fait par Tomi Ungerer et Peter Sis de livrer leurs archives intimes, s’il s’inscrit dans l’esprit du temps, à savoir la muséalisation des fragments de vie, propose une tentative, presque expérimentale pourrait-on dire, de reconfigurer l’écriture de l’histoire pour les enfants par le biais d’un parole singulière.

Haut de page

Notes

1 On peut s’interroger également sur le succès de l’œuvre au Japon dont témoigne un récent ouvrage : Bourgeau, Vincent, Lewkowicz, Alain, Pott, Samuel, Sainsauve, Marc, Anne Frank au pays du manga, Paris, Éditions Les Arènes et Arte Éditions, 2013.

2 Du Bouchet, Paule, Le Journal d’Adèle, Paris, Gallimard jeunesse, 2007 (1995) ; Sauerwein, Leigh, Le Journal de Sarah Templeton, Paris, Gallimard jeunesse, 1995 ; Noguès, Jean-Côme, Au temps des crinolines. Journal de Charlotte Renardière 1855, Paris, Gallimard jeunesse, 2012, etc.

3 Sis, Peter, Le Mur, Une enfance derrière le rideau de fer, Alice Marchand trad., Paris, Grasset jeunesse, 2007.

4 Ungerer, Tomi, À la guerre comme à la guerre, Paris, L’École des loisirs, Medium, 2002.

5 Le titre anglais est Tomi, a childhood under the nazis, Niwot Colorado, Éditions Roberts Rinehart, 1998.

6 Le Mur, publié en 2007, a reçu la Médaille Robert F. Sibert en 2008, le Award fiction de Bologne et a été nommé Caldecott Honor Book. En 2012, il s’est vu décerner le Prix Hans Christian Andersen. Il a fait l’objet d’une exposition présentée en France au Centre tchèque de Paris en 2009.

Tomi Ungerer a pour sa part reçu la Légion d'Honneur en France (1990), Order of the Deutsches Bundesverdienstdreuz Germany (1993), Prix national des arts graphiques France (1995), Prix Hans Christian Andersen(1998), Prix Européen pour la Culture (1999), Officier de la Légion d'Honneur France (2000), Ambassadeur pour l’enfance et l’éducation au Conseil de l’Europe (2003), Prix littéraire Erich Kästner (2004).

7 Ungerer affirme d’ailleurs dans un entretien avec Claude-Anne Parmeggiani : « Dans A la guerre comme à la guerre, c’est le texte qui passe en premier, les images sont là pour assaisonner le matériel de base ». Parmeggiani, Claude-Anne, « Tomi Ungerer par Tomi Ungerer », La Revue des livres pour enfants, n ° spécial Tomi Ungerer, n° 171, 1996, p. 51.

8 Sis, Peter, op. cit., p. 48. L'album n'étant pas folioté, on considère la page de titre comme la page 1.

9 Exposition présentée en France au Centre tchèque de Paris en 2009.

10 Il donne, 3000 dessins en 1976, 4500 dessins et 2500 jouets à Strasbourg en 1991.

11 « Alors que À la guerre comme à la guerre est sorti, ça a vraiment provoqué des réactions très vives, ça a débloqué les esprits. les gens ont commencé à m’envoyer des documents de l’époque nazie…je me sens dépassé », raconte-t-il dans « Tomi Ungerer par Tomi Ungerer ». Parmeggiani, Claude-Anne, op. cit. Ungerer lègue sa collection privée de 3000 documents sur le nazisme et ses origines à la Bibliothèque départementale du Bas-Rhin en 2003.

12 Ibid.

13 Sis, Peter, op. cit., p. 10.

14 Boltanski Christian, Recherche et représentation de tout ce qui reste de mon enfance, livre d’artiste, 1969.

15 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 40.

16 Sis, Peter, op. cit., p. 14.

17 Parmegiani, Claude-Anne, op. cit.

18 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 40.

19 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 41.

20 Sis, Peter, op. cit., p. 48.

21 Ungerer, Tomi, op. cit., pp. 76-77.

22 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 77.

23 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 76.

24 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 38.

25 Sis, Peter, op. cit., p. 10.

26 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 30.

27 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 35.

28 Ibid.

29 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 52.

30 Ibid., p. 53.

31 Ibid., p. 88.

32 Ibid., p. 107.

33 Sis, Peter, Madlenka, Paris, Grasset jeunesse, 2000.

34 Sis, Peter, Les trois clés d’or de Prague, Paris, Grasset jeunesse, 2014.

35 Sis, Peter, Le messager des étoiles, Galilée, Paris, Grasset, 1996.

36 Sis, Peter, Le Mur, Une enfance derrière le rideau de fer, Alice Marchand trad., Paris, Grasset jeunesse, 2007, pp. 12-13.

37 Ibid., pp. 20-21.

38 Voir à ce sujet, Tranmer, Jeremy, « Within You Without You : les Beatles et la gauche britannique », Volume ! Spécial Beatles studies, Paris, Éditions Melanie Setun, 2016.

39 Ungerer, Tomi, op. cit., pp. 39-40.

40 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 75.

41 Ibid.

42 Ungerer, Tomi, op. cit., p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Berissi, « Sauvés de l’oubli », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le , consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amnis/2984

Haut de page

Auteur

Marianne Berissi

 Université Paris IV. Espe de Paris, Laboratoire STIH (Sens Texte Informatique Histoire), Labex OBVIL (Observation de la Vie Littéraire), m.berissi@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals