Navigation – Plan du site
Aux marges de l'histoire officielle

L’écriture cartographique de l’histoire en littérature de jeunesse

Sabrina Messing

Résumés

Comme toute littérature, la littérature de jeunesse a une forte dimension géographique, incarnée notamment dans les nombreuses cartes qu'elle propose. Cartes topographiques ou illustrées apportent certes des informations géographiques, mais également historiques, à la fois dans les éléments textuels (l'inscription de dates par exemple) et dans les illustrations (portraits de personnages historiques entre autres). En établissant une spatialisation de l'histoire, la littérature de jeunesse contribue à une écriture de l'histoire. Il convient dès lors d'en interroger les permanences et évolutions dans le dispositif cartographique en lien avec le texte fictionnel

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clerc, Pascal (dir.), Géographies : épistémologie et histoire des savoirs sur l’espace, Paris, Édit (...)

« Les textes littéraires sont toujours ou presque situés : un roman, une nouvelle, un récit de voyage se passent quelque part, en un lieu, imaginaire ou réel, ou d’un lieu à d’autres avec des déplacements ou des communications. » 1

1Cette dimension éminemment géographique de la littérature, soulignée ici par le géographe Pascal Clerc, est aussi à l’œuvre dans la littérature de jeunesse où les cartes abondent. Le dispositif cartographique est, en France, indissociable d’un enseignement de la géographie qui se met véritablement en place à partir du XIXe siècle. Sous la IIIe République (1870-1940) particulièrement, la carte s’affirme comme support privilégié de l’apprentissage de la géographie, à la faveur d’un contexte politique, culturel, économique et technique propice à son développement. Insérée dans les manuels, accrochée aux murs des classes, associée à l’incontournable globe terrestre, la carte se mêle même de littérature en devenant le corollaire indispensable du texte des romans scolaires.

  • 2 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1995.
  • 3 « La grande nouveauté, c’est l’apparition, au XVIIIe siècle, d’une littérature de fiction adressée (...)
  • 4 Bruno, G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1977.

2Il n’aura cependant pas fallu attendre les romans scolaires de la fin du XIXe siècle pour que la littérature de jeunesse fasse usage de la carte. Ainsi des Aventures de Télémaque2 de Fénelon. Ce « texte charnière »3, pour reprendre les mots d’Isabelle Nières-Chevrel, qui paraît en 1699, se voit adjoindre, dès 1717, une « carte des Voyages de Télémaque » gravée par Bercy. Toutefois, des romans scolaires comme Le Tour de la France par deux enfants4 de G. Bruno (1877) vont en exploiter tout le potentiel géographique, historique et narratif, les trois domaines s’interpénétrant.

  • 5 Reclus, Élisée, L’Homme et la Terre, cité par Clerc, Pascal, op. cit., p. 119.

3Cette utilisation récurrente et complexe de la carte en littérature de jeunesse, qui concerne tous les genres et tous les formats, dit aussi la pérennité du couple histoire-géographie que l’enseignement a contribué à instituer et perpétue. Si « [l]a géographie n’est autre chose que l’histoire dans l’espace, de même que l’histoire est la géographie dans le temps »5, selon le géographe Élisée Reclus, les nombreuses cartes de littérature de jeunesse permettent dès lors d’interroger une spatialisation de l’histoire participant à son écriture.

Par quels moyens les cartes de littérature de jeunesse procèdent-elles pour dire l’histoire ?

  • 6 Riverain, Jean, Marco Polo à travers l’Asie inconnue, Paris, Éditions G. P., 1961 (carte p. 8).
  • 7 Alençon d’, May, Le merveilleux voyage de Marco Polo, Paris, Éditions Bias, 1963 (carte en pages de (...)
  • 8 Baumann, Hans, La barque des frères, Paris, Robert Laffont, 1970 [1ère édition en 1956 sous le titr (...)

4La dimension historique de la carte se manifeste d’abord par l’inscription de dates. Les récits des explorations sont particulièrement propices à cela. Ainsi, la carte « Le Voyage de Marco-Polo », dans Marco Polo à travers l’Asie inconnue6 de Jean Riverain, mentionne, sous le titre, les dates de 1271 et 1295, marqueurs temporels du voyage de l’explorateur vénitien. Il en est de même dans la carte du roman de May d’Alençon, Le merveilleux voyage de Marco Polo7. Aux « Départ : 1271 Retour : 1295 » inscrits au-dessus de Venise, s’ajoute la date de « Mai 1275 », marquant l’arrivée de l’expédition à Canbaluc, dont il est précisé qu’il s’agit de la ville de Pékin. La proximité physique est donc grande entre les mentions géographiques et celles historiques, ce que le tracé des trajets renforce. À l’instar des deux cartes précédemment citées, celle de La barque des frères8 de Hans Baumann associe noms d’explorateurs (Marco Polo, Christophe Colomb, Magellan…), dates des voyages (aller-retour) et trajets différenciés sur un planisphère aux lignes épurées.

5Ces dates, noms de figures historiques, trajets souvent ponctués de flèches directionnelles, toponymes anciens accompagnés parfois de leurs versions contemporaines font partie d’un ensemble de références historiques, que le texte fictionnel et/ou le paratexte éditorial ou auctorial vont à leur tour mentionner ou développer. En cela, la note éditoriale du roman de May d’Alençon est significative : rapide résumé de la vie de Marco Polo que le lecteur pourra, grâce aux mentions géographiques, mettre en lien avec la carte, il forme une zone de transition entre la carte et le premier chapitre auquel il fait face :

Marco Polo est le fils d’un joaillier vénitien du XIIIe siècle, qui, à moins de vingt ans, a réussi avec son père et son oncle à traverser par voie de terre le continent asiatique depuis la Palestine jusqu’à la mer de Chine.

Après avoir vécu de nombreuses années auprès du grand Khan des Tartares, il rentre en Italie par la voie maritime en accostant à Sumatra, Ceylan, l’Inde, la Perse… et même Zanzibar sur la côte africaine.

  • 9 Alençon d’, May, op. cit., p. 6.

Ce merveilleux voyage qui a duré vingt-cinq ans, a permis à Marco Polo de découvrir des civilisations et des produits que les Européens ne connaissaient alors pas : le pétrole, le charbon, la poudre ainsi que des crocodiles et des rhinocéros.9

6Le lecteur cheminera ainsi aux côtés de Marco Polo, découvrant (ou redécouvrant) des informations géographiques et historiques apportées par la carte et le texte.

  • 10 Goes, Peter, Chronologie : une histoire du monde, Toulouse, éditions Milan, 2016 (1ère édition en 2 (...)

7Les références historiques présentes sur la carte peuvent être textuellement plus développées que de simples mentions. C’est le cas dans Chronologie une histoire du monde10 de Peter Goes. Cet album se présente comme une ligne du temps dont chaque double-page correspond à une période historique, du Big Bang aux années 2010. Celle intitulée « Les explorateurs » permet de visualiser que cette ligne du temps est en fait l’eau des mers et océans de la planète, flux constant du cours de l’histoire, des origines à nos jours : la géographie transporte ici littéralement l’histoire des Hommes. Cette carte des explorations reprend les marqueurs historiques déjà rencontrés : dates, identité des grands voyageurs, trajets fléchés différenciés par la couleur. Les informations historiques, inscrites sur les continents et espaces maritimes, couvrent l’ensemble des explorations, comme l’annonce le paragraphe introductif sous le titre :

  • 11 L’album ne comporte pas de pagination. Cette carte est située entre les pages consacrées aux XVIe e (...)

Les hommes ont toujours voulu savoir ce qu’il y a derrière l’horizon. Au Moyen Âge, ils rêvent d’« antipodes » et imaginent qu’il existe des êtres humains totalement différents de nous. À partir de la fin du XVe siècle, les rois européens veulent étendre leur territoire outre-mer. Ils payent des navigateurs pour qu’ils découvrent d’autres pays et des routes maritimes plus courtes pour le commerce. Des missionnaires explorateurs convertissent des peuples païens.11

8Chaque exploration/explorateur fait l’objet d’un court texte, de la même couleur que le trajet, placé près de celui-ci, sur le territoire découvert ou à proximité. Les informations associent systématiquement géographie et histoire. Quelques exemples : « Le franciscain flamand Guillaume de Rubrouck est envoyé en Mongolie par le roi de France, Saint-Louis, entre 1253 et 1255 », « Daniel Boone explore le Kentucky entre 1769 et 1775 » ou encore « Le Norvégien Roald Amundsen (1872-1928) est le premier à atteindre le pôle Sud ». Ces informations textuelles sont accompagnées de dessins qui disent la géographie des territoires (par la représentation de leurs habitants, de la faune et de la flore), mais aussi l’histoire (via les moyens de transport et les figures historiques représentés).

  • 12 Ferré, Vincent, Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgeois, 2011, (...)
  • 13 Tolkien, John Ronald Reuel, Bilbo le Hobbit, Paris, Hachette, 1976 (carte de Thror en pages de gard (...)
  • 14 Hammond, Wayne Gordon et Scull, Christina, J. R. R. Tolkien, artiste et illustrateur, Paris, Christ (...)
  • 15 Vallotton, Henry, Hommes et bêtes d’Afrique, Lausanne, Librairie Payot, 1948 (carte p. 26).
  • 16 Ibid., rabat de la jaquette.
  • 17 Ibid., p. 37.
  • 18 Ibid., p. 59.
  • 19 Ibid., p. 69.
  • 20 Ibid., p. 25.
  • 21 Ibid., p. 27.
  • 22 Aurembou, Renée, La frontière à travers champs… qui coupa la France en deux, Paris, Éditions G. P., (...)
  • 23 On pourra comparer la carte du roman à celle de la France sous l’Occupation sur le site http://www. (...)
  • 24 Aurembou, Renée, op. cit., p. 10.
  • 25 Aurembou, Renée, op. cit., p. 11.

9Tout comme les cartes illustrées du monde réel, celles des mondes imaginaires vont également participer à inscrire la fiction dans un cadre géographique et historique référentiel. Concernant l’œuvre de Tolkien, Vincent Ferré rappelle : « La genèse des premiers récits de Tolkien suffirait à montrer l’importance de la géographie et des lieux […] l’auteur a d’abord dessiné la carte de Thror, puis celle de la Terre du Milieu, avant de rédiger Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux » 12. Des cinq cartes dessinées par Tolkien, deux furent insérées dans Bilbo le Hobbit13 dès sa parution en 1937 : la carte générale des Terres Sauvages et la carte de Thror. Comme le notent Hammond et Scull, la carte des Terres Sauvages « ressemble beaucoup à une carte médiévale de topographie, même en bas pour son orientation avec l’est au sommet »14. De manière générale, les cartes tolkeniennes participent, par le choix des toponymes, l’orientation, la présence de roses des vents et celle d’animaux monstrueux (comme le dragon Smaug), à la mise en place d’un cadre référentiel médiéval. Les cartes de littérature de jeunesse peuvent ainsi être classées en deux grandes catégories (aux nombreuses variations) : les cartes illustrées et les cartes topographiques. Concernant la seconde catégorie, l’histoire se manifeste essentiellement à travers les dates, les toponymes et les informations planimétriques (matérialisation des frontières étatiques). Les toponymes « Afrique Occidentale Française », « Soudan anglo-égyptien » et « Congo Belge » et les tracés des frontières leur correspondant suffisent à dire le cadre géographique et historique du roman Hommes et bêtes d’Afrique15 d’Henry Vallotton : l’Afrique coloniale. Un extrait du résumé le confirme : « nos jeunes lecteurs y apprendront […] qui furent les premiers explorateurs du Continent noir ; après avoir rappelé quelques-unes des dramatiques épopées africaines, l’oncle Zim les mène chez les Touaregs, puis leur présente diverses peuplades noires dont il dépeint les coutumes et les modes »16. Le texte propose en effet de suivre les traces de « quelques héros africains : Caillé, Vallombrosa, Livingstone, Stanley et Marchand »17, des « explorateurs »18 ou encore des « Belges du Congo »19. La carte du continent africain ouvre d’ailleurs la première partie intitulée « Les Hommes »20 et se situe en vis-à-vis du premier chapitre : « Comment on prépare une expédition ou les dangers en Afrique »21. La carte du roman de Renée Aurembou, La frontière à travers champs22, traduit visuellement (au moyen d’une ligne de pointillés coupant la France en deux et d’un dégradé de gris) la division du territoire, en 1940, en « zone occupée » au nord et le long du littoral atlantique et « zone libre » au sud, auxquelles s’ajoutent d’autres zones au statut spécial23. L’importance de cette frontière, déjà soulignée par le titre même du livre, est rappelée dans la double préface. Ainsi, Alice Delaunay, inspectrice générale de l’enseignement, explique-t-elle : « La guerre de 1939-1945 est, pour nos enfants, entrée dans l’histoire. […]. La ligne de démarcation, « frontière à travers champs », exigeait parfois d’eux [les enfants] des actes de courage qui leur paraissaient aller de soi »24. Quant au Colonel Rémy, il replace cette frontière dans la chronologie des événements : « La mobilisation de 1939, la débâcle et la défaite de 1940, l’arrivée de l’ennemi dans un village de France, l’établissement de la ligne de démarcation, cette frontière artificielle imposée par le vainqueur provisoire, son franchissement clandestin, la Gestapo… » 25.

Des cartes pour une histoire authentique et vivante

  • 26 Gengembre, Gérard, Le roman historique, Paris, Klincksieck, 2006, p. 87.

10La carte pose donc le cadre à la fois géographique et historique de la fiction. Présente dans tous les genres de la littérature de jeunesse, elle est particulièrement exploitée dans le roman historique, ce à quoi la définition de Gérard Gengembre donne une explication : « Le roman historique proclame qu’il est un roman, que son intrigue est donc fictive mais qu’elle est vraisemblabilisée par son cadre, tant spatial que temporel et grâce à la dynamique profonde de l’action »26. Nombre d’auteurs de romans historiques pour la jeunesse témoignent de l’importance que revêt pour eux la vraisemblabilité historique de leur récit. Bertrand Solet, auteur de romans historiques pour la jeunesse lui-même, précise ainsi dans un ouvrage au sous-titre intéressant, Le roman historique : invention ou vérité ? :

  • 27 Solet, Bertrand, Le roman historique : invention ou vérité ?, Paris, Éditions du Sorbier, 2003, p.  (...)

Dans la réalité, l’Histoire est une contrainte qui bride l’imagination de l’auteur autant qu’elle l’inspire. […]. […] l’auteur préfère souvent s’en tenir à la stricte vérité historique, aussi complexe soit-elle, à partir de laquelle il y a tant à montrer, à faire revivre, à inventer sur la base du possible…27

  • 28 Pirotte, Henri, Le perroquet d’Americo, Paris, Éditions de l’Amitié – G.T. Rageot, 1971.

11La carte participe à la plausibilité historique du roman, ne serait-ce que par l’autorité de document scientifique qu’elle possède. Qu’elle soit topographique ou illustrée, représentation d’un espace réel ou imaginaire, toute carte tire une grande partie de son autorité scientifique de son inscription dans l’histoire de la cartographie. Un roman comme Le perroquet d’Americo28 d’Henri Pirotte en joue d’ailleurs pleinement : d’une part, en associant un extrait d’une carte originale à des cartes illustrées, réalisées pour le roman et reprenant l’esthétique des cartes des grandes découvertes ; d’autre part, en explicitant, dans la préface, l’importance de la cartographie dans l’histoire des explorations :

  • 29 Pirotte, Henri, op. cit., pp. 7-8.

[…] si l’on en croit de nombreux historiens, Christophe Colomb, lorsqu’il passa en Espagne, se serait enfui du pays en dérobant un document secret (la carte de Toscanelli). […]. Portugais ou Majorquins, arabes ou juifs, ils étaient mathématiciens, astronomes, cartographes ou explorateurs. […]. Tout les intéressait : livres et tables de calculs, cartes et boussoles […]. […]. Rapidement aussi, les cartes se modifiaient et faisaient apparaître des terres et des îles ignorées jusque-là.29

12Les collections « Bibliothèque de l’Amitié-Histoire » chez Rageot, dans laquelle paraît le roman historique de Pirotte, « Reporters du passé » chez Gallimard ou encore « Fantasia » chez Magnard multiplient d’ailleurs les ressources documentaires : reproductions (photographiques ou dessinées) d’œuvres d’art, de portraits, d’objets, rappels historiques, bibliographie, lexique… Les cartes (originales ou créées pour le roman dans une esthétique cartographique rappelant celle de l’époque traitée) s’intègrent alors dans cet ensemble scientifique, accompagnant et accréditant la posture de légitimation de l’éditeur et de l’auteur.

  • 30 Aurembou, Renée, op. cit. p. 10.
  • 31 Riverain, Jean, op. cit., p. 6.
  • 32 Froelich, Jean-Claude, La Horde de Gor, Paris, Magnard, 1967, p. 145.

13La plupart des paratextes des romans historiques, qu’ils soient auctoriaux ou éditoriaux, insistent sur une histoire écrite de manière véridique et vivante. Pour Alice Delaunay, « [c]’est cette atmosphère de guerre autour d’une famille habitant la campagne que Renée Aurembou restitue de la manière la plus vraie par l’exactitude des détails, par la probité du récit »30 ; la préface de Marco Polo à travers l’Asie inconnue précise que le roman « cherche à faire revivre un Marco Polo non point légendaire mais vivant »31 ; quant à Jean-Claude Froelich, dans un « Dialogue avec le lecteur » situé à la fin du roman La Horde de Gor, il déclare : « j’ai cherché à exciter la curiosité du lecteur et à lui donner le goût de la préhistoire, en le faisant vivre, par l’imagination, au milieu des hommes du paléolithique moyen et partager leur vie quotidienne, rude et dangereuse » 32. Les cartes illustrées participent à la réalisation de cette double ambition d’une histoire authentique et vivante. Les nombreux dessins de moyens de transport, de végétaux et d’animaux qui y figurent font de la carte un espace géographique et historique habité et en mouvement. La représentation d’êtres humains, anonymes ou grandes figures historiques, y contribue également. Le foisonnement de la carte « Les explorateurs » dans l’album de Peter Goes en témoigne : serpent de mer soufflant de la fumée, baleine bondissante, ours arpentant la forêt côtoient, entre autres, un James Cook observant la mer à la proue du HMS Endeavour, un Roald Amundsen à ski au pôle Sud et la caravane de Marco Polo parcourant l’Asie. Ce même Marco Polo apparaît également, en compagnie de son père Nicolo et de son oncle Mafféo, à dos de chameaux dans les montagnes du Pamir sur la carte « Le Voyage de Marco Polo 1271-1295 » du roman de Jean Riverain. Celle-ci est par ailleurs animée par une caravelle qui, par un effet de séquentialité, parcourt l’ensemble de la carte. Dans un effet de vase communicant, la carte s’anime par cette présence humaine, mais ces personnages historiques sont aussi revitalisés par leur présence cartographique.

  • 33 Solet, Bertrand, op. cit., pp. 22-23.
  • 34 Peltier, Michel, Trésors des récits historiques pour la jeunesse, Créteil, SCÉRÉN-CRDP Créteil, 200 (...)
  • 35 Ibid., p. 17.

14Se pose la question de la représentation des périodes dans les cartes illustrées. Bertrand Solet souligne l’enjeu que cela représente dans l’écriture pour la jeunesse : « Les mondes que nous présentons se situent dans le temps, le problème du temps dépasse les auteurs que nous sommes, écrivant pour des enfants ; en ce sens que c’est autour de l’adolescence que le jeune devient capable de situer les époques historiques »33. Michel Peltier, dans Trésors des récits historiques pour la jeunesse34, confirme que ces récits aident l’enfant à « mieux comprendre l’histoire »35, notamment sur le plan :

  • 36 Ibid.

de la chronologie et du sens de la durée, en lisant et en triant des romans en fonction de l’époque. La nécessité de repères permet de situer avec exactitude un fait […], de prendre la mesure du temps (temps immédiat ou temps de l’histoire) et des temps de parcours nécessaires, en fonction du moyen de transport utilisé.36

  • 37 Aurembou, Renée, op. cit., p. 11.
  • 38 Claval, Paul, « La place de la géographie dans l’enseignement », Espace géographique, tome 18, n° 2 (...)
  • 39 Sur cette période, se reporter aux pages 58 à 61 de son ouvrage Le roman historique : invention ou (...)
  • 40 L’Âge de glace de Chris Wedge et Carlos Saldanha (2002) ; L’Âge de glace 2 de Carlos Saldanha (2006 (...)

15Le rappel historique du Colonel Rémy, dans La frontière à travers champs, trouve dès lors tout son sens, d’autant que la réussite du roman est à ses yeux à la fois pédagogique et moral : « Le beau livre de René Aurembou apprendra beaucoup de choses aux enfants d’aujourd’hui, et leur fera du bien »37. Les cartes illustrées répondent à cette « nécessité de repères » en posant quelques invariants qui permettent la reconnaissance et la différenciation des périodes historiques. La carte inscrit en elle les liens entre histoire et géographie, liens dont Paul Claval souligne l’importance dans la compréhension du monde et de son évolution : « [l]es géographes analysent le Monde qui se transforme sans cesse : c’est ce qui les lie à l’histoire. On ne peut comprendre le Moyen Âge sans connaître les environnements auxquels faisaient alors face les gens » 38. Cette réflexion de Claval sur le Moyen Âge peut s’appliquer à toutes les périodes historiques. Ainsi, sur les cartes de la préhistoire, dont Solet dit combien il est difficile de la romancer sans risquer de tomber dans l’anachronisme39, se trouvent souvent la représentation d’hommes aux cheveux longs, lance à la main, nus ou vêtus de peaux de bêtes et celle d’animaux tels que le mammouth ou le rhinocéros laineux. La carte de La horde de Gor ne déroge pas à la règle avec son lion, son mammouth et ses deux hommes préhistoriques. Ce sont les peintures rupestres, comme celles des grottes de Lascaux ou de Chauvet, qui sont ici les sources référentielles. Ces représentations sont d’autant plus identifiables par le lecteur qu’elles correspondent à ses premières connaissances scolaires sur cette période, mais aussi à son intérêt pour ce qui relève du quotidien (la chasse, la vie dans des grottes) et pour les animaux, comme en témoigne le succès de la série de films d’animation L’Âge de glace40. Les cartes du Moyen Âge, une des périodes historiques les plus traitées en littérature de jeunesse, prennent souvent l’aspect d’un parchemin, généralement abîmé. Rose des vents, licorne, dragon et monstre marin en sont des éléments récurrents que les cartes de fantasy réutilisent abondamment pour dire l’univers médiéval fréquemment présent dans ce genre littéraire. Les cartes illustrées informent donc sur le quotidien des hommes de l’époque en question : leurs vêtements, leur habitat (comme les châteaux figurant sur les cartes du Moyen Âge), leurs moyens de transport (par exemple les nombreuses caravelles représentées sur les cartes des grandes découvertes)… Tout un environnement géographique, historique et culturel se déploie alors sur une carte qui n’est plus seulement l’espace du « où », mais aussi celui du « quand » et du « comment ».

Une écriture cartographique de quelle histoire ?

16La littérature de jeunesse exploite donc l’historicité de la carte. Les auteurs et illustrateurs, en travaillant la matière historique, participent à la fabrique de l’histoire, comme le souligne l’historien Eric J. Hobsbawm :

  • 41 Hobsbawm, Eric John Ernest cité par Vogler, Jean, in Pourquoi enseigner l’histoire à l’école ?, Par (...)

l’histoire des grandes collectivités, nationales ou autres, ne repose pas sur la mémoire populaire, mais sur ce qu’on écrit du passé les historiens, les chroniqueurs ou les antiquaires, sur ce que les professeurs ont enseigné à leurs élèves sur la foi de ces livres, sur la manière dont les romanciers, les metteurs en scène ou les réalisateurs de programmes télévisés ou vidéo ont transformé ce matériau.41

  • 42 Jacob, Christian, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992, p. 164.
  • 43 Duvic, Georges-Arthur-Albert, René Caillé et Tombouctou la Mystérieuse, Paris, Librairie Larousse, (...)

17Les cartes transmettent, en même temps qu’elles écrivent, une certaine perception de l’histoire nationale, incarnée dans un espace, ce que rappelle Christian Jacob : « [t]oute carte du monde contribue à codifier, à légitimer et à promouvoir la vision dominante qui prévaut à une époque et dans une société donnée »42. Les cartes du Tour de la France par deux enfants de G. Bruno vont concourir, par elles-mêmes et en lien avec le texte fictionnel, à l’œuvre d’harmonisation et d’uniformisation du territoire national voulue par la IIIe République. Les dix-huit cartes régionales (et leurs notices) de ce roman scolaire disent la diversité d’un territoire qui n’a de sens et ne trouve sa force que dans l’unité d’une carte nationale ajoutée au roman en 1901. Ce projet global s’inscrit en outre dans le contexte de redéfinition des frontières nationales suite à la défaite de 1870. Paru en 1877, le roman de Bruno porte en lui le deuil de la perte d’une partie de l’Alsace-Lorraine, représentée en gris sur les cartes, perte dont les conséquences motivent d’ailleurs le périple des deux enfants, les frères Volden, en quête d’une citoyenneté française perdue. Les cartes des romans traitant de la colonisation vont pendant longtemps refléter une entreprise coloniale vue, entre autres, comme un élargissement de l’espace national. Les trois cartes de René Caillé et Tombouctou la Mystérieuse43 de Georges Duvic en sont exemplaires. La première montre René Caillé enfant, consultant une carte d’Afrique en compagnie de son instituteur. À l’arrière-plan, un lion rugissant, un éléphant, un oiseau exotique et un serpent dans un paysage de palmiers résument et réunissent connaissances et fantasmes sur l’Afrique. Le texte s’en fait l’écho :

Le doigt du vieux maître demeurait pointé sur le cœur de l’Afrique, désignant ici et là de vastes zones restées en blanc pour marquer qu’elles étaient encore inexplorées, et il expliquait :

  • 44 Ibid., p. 25.

« Il y a dans ces contrées des bêtes féroces, et aussi des hommes qui ne le sont pas moins… […] Quel homme de notre race oserait s’enfoncer dans un pareil désert et affronter tous ces dangers en même temps ? […] Il est probable, cependant, qu’il doit exister des sortes de puits, où ceux qui connaissent leur emplacement peuvent se fournir en eau, mais il faut être du pays et parler une langue dont je n’imagine même pas ce qu’elle peut être… Et puis, quel pays ! Pas de routes, ce n’est que du sable… »44

  • 45 Ibid, p. 24

18La deuxième carte est cernée d’un décor de plantes exotiques dans lequel figurent des portraits d’explorateurs. Un espace marqué des initiales R. C. est laissé vide, à l’image de ce territoire inconnu. La carte elle-même montre ce que l’instituteur affirmait au début du roman : « le doigt du vieux maître pointait au cœur de l’Afrique une vaste étendue, en expliquant à René : “Aucun Européen n’est encore allé là…” »45. De fait, le continent africain apparaît entièrement noir, à l’exception d’un espace blanc, ponctué d’un point d’interrogation, couvrant une partie de l’Afrique du Nord et l’Afrique occidentale. La dernière carte remplace le point d’interrogation par un dessin de la ville de Tombouctou et inscrit « René Caillé, 1828 », date de son entrée dans la ville malienne, sur l’espace noir du continent. On ne saurait mieux représenter l’appropriation d’un nouvel espace national, dans le cadre de la conquête coloniale.

  • 46 Jacob, Christian, op. cit., p. 250.
  • 47 Solet, Bertrand, op. cit., p. 8 pour les citations de ce passage.
  • 48 Vallotton, Henry, op. cit., p. 60.
  • 49 Reproduit intégralement en annexe.

19Les travaux des historiens et des géographes, l’enseignement de l’histoire et de la géographie, les contextes politique, culturel, social, économique et idéologique se manifestent dans les cartes, objets de « transmission culturelle »46, et influencent le traitement littéraire et cartographico-littéraire de l’histoire. Bertrand Solet rappelle qu’à la fin des années 1960, « les romans historiques ont eux aussi commencé à se libérer du carcan qui les emprisonnait » pour, notamment, « aborder des faits historiques jusqu’alors interdits, remettre en cause des vérités traditionnellement admises »47. Toutefois, bien avant cela, des auteurs, par intérêt particulier pour un pays, un continent ou une culture, ont pu écrire l’histoire de manière moins manichéenne. Ainsi, si Duvic pouvait faire en 1952 l’apologie de l’exploration coloniale, Henry Vallotton, dans Hommes et bêtes d’Afrique, en proposait dès 1948 une version plus nuancée, ne faisant pas l’impasse sur l’esclavagisme et ses conséquences pour le développement de ce continent et rectifiant ainsi une certaine idée de l’Afrique véhiculée par les cartes notamment : « À cette époque, l’Afrique était encore un mystère pour l’Europe. Les géographes comblaient les vides des cartes avec des images de sauvages et dessinaient sur des dunes inhabitables des éléphants en guise de villes »48. Le texte, s’il ne critique jamais l’entreprise coloniale, ne circonscrit toutefois pas l’Afrique dans l’espace géographique et historique des expéditions européennes. Dans un avant-propos49, Vallotton explicite sa conception de la géographie et en quoi elle influence directement son écriture de l’histoire :

  • 50 Vallotton, Henry, op. cit., pp. 5-6.

la vraie géographie – qui n’est point la nomenclature fastidieuse de noms et de chiffres, mais une matière palpitante de vie. Désireux de collaborer avec eux [les professeurs de géographie] en décrivant l’histoire, les mœurs, les traditions, la faune, la beauté de certains pays lointains que j’ai eu le privilège de visiter, j’ai écrit pour les jeunes ce livre sur l’Afrique. Certes, je n’ai pas la sotte prétention de connaître ce vaste continent, ce monde si divers et si varié […]. […] ce livre s’appuie donc sur une documentation approfondie.50

20On ne s’étonnera pas dès lors que la carte y soit strictement topographique, pièce du corpus de cette « documentation approfondie ».

  • 51 Bruno, Pierre et Geneste, Philippe, « Le roman pour la jeunesse » in Escarpit, Denise (dir.), La li (...)

21L’évolution des cartes et des récits historico-géographiques qu’elles proposent témoigne de l’évolution de l’écriture de l’histoire en littérature de jeunesse, annonçant ou suivant celle du traitement de l’histoire (dans la société, l’enseignement ou la recherche). Les ouvrages sur la colonisation en sont un exemple, mais on pourrait également citer ceux sur la Première Guerre mondiale ou encore la guerre d’Algérie. Pendant longtemps, les cartes ont mis en espace un récit national figé, incarné dans un territoire immuable (si ce n’est dans ses frontières, du moins dans son esprit) depuis la préhistoire. Désormais, la plupart des cartes disent un autre récit historique, intégrant continuités, ruptures et transformations. Face à une nouvelle orthodoxie d’un « humanisme permanent, sorte de pensée unique du texte pour enfants »51, selon Pierre Bruno et Philippe Geneste, ou à la résurgence de discours nationalistes, il convient de continuer à interroger et critiquer ces échanges entre histoire, géographie, cartographie et littérature, ne serait-ce que parce que les questions de la mémoire, de la citoyenneté et de l’identité sont au cœur d’enjeux politiques, culturels et sociétaux que la littérature de jeunesse reflète et interroge.

Haut de page

Annexe

Vallotton, Henry, « Avant-propos », Hommes et bêtes d’Afrique, Lausanne, Librairie Payot, 1948, pp. 5-6.

Lorsque j’étais enfant – il y a très longtemps, bientôt un siècle – j’avais en horreur particulière les leçons de géographie. Elles nous étaient données par un excellent homme qui – tel certain petit navire – n’avait ja-ja-jamais navigué, et qui portait une verrue énorme au bout d’un nez minuscule. Armé d’une canne à pêche, il nous montrait sur des cartes murales le cours du Mississipi, de la Venoge, du Danube ou nous indiquait la position de Nijni-Novogorod, de Villars-Tiercelin, de Bobo-Dioulasso et d’autres capitales importantes. Nous devions apprendre par cœur les noms des villes, les affluents des fleuves, les chiffres de la population, la hauteur des montagnes. Que sais-je encore ? C’était assommant !... Aujourd’hui, fort heureusement, les professeurs de géographie sont démunis de verrues, de routine et de canne à pêche. Ils enseignent la vraie géographie – qui n’est point la nomenclature fastidieuse de noms et de chiffres, mais une matière palpitante de vie.

Désireux de collaborer avec eux en décrivant l’histoire, les mœurs, les traditions, la faune, la beauté de certains pays lointains que j’ai eu le privilège de visiter, j’ai écrit pour les jeunes ce livre sur l’Afrique. Certes, je n’ai pas la sotte prétention de connaître ce vaste continent, ce monde si divers et si varié, bien que j’y sois allé cinq fois en voyage ou en expédition. C’est pourquoi je ne me suis pas contenté de relire mes carnets de route, mais j’ai puisé des détails précis dans la riche bibliothèque des explorateurs, des missions militaires, religieuses ou scientifiques ; ce livre s’appuie donc sur une documentation approfondie.

Mon but sera atteint si je réussis à donner à mes jeunes lecteurs l’envie d’aller en Afrique lorsqu’ils atteindront cette zone vague (qu’ils croient inaccessible mais qui est si proche) où ils entassent leurs désirs innombrables et leurs ambitions impatientes, ce monde qu’ils enserrent dans ces mots merveilleux : « Quand je serai grand !... » Peu importe d’ailleurs qu’ils ne puissent pas tous partir vers ce pays lointain, « quand ils seront grands » : après tout, les plus beaux voyages sont peut-être ceux qu’on prépare minutieusement et qu’on ne peut entreprendre ? Ces voyages-là – sans moustiques, sans fièvres et sans déception – sont les voyages dans le rêve.

Puissent les enfants trouver quelque plaisir à ces récits et y prendre le goût de la vraie géographie ! 

Haut de page

Notes

1 Clerc, Pascal (dir.), Géographies : épistémologie et histoire des savoirs sur l’espace, Paris, Éditions Sedes/Cned, 2012, p. 191.

2 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, 1995.

3 « La grande nouveauté, c’est l’apparition, au XVIIIe siècle, d’une littérature de fiction adressée [en italique dans le texte] aux enfants. Les Aventures de Télémaque constituent en ce sens un texte charnière », in Nières-Chevrel, Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, 2009, p. 30.

4 Bruno, G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1977.

5 Reclus, Élisée, L’Homme et la Terre, cité par Clerc, Pascal, op. cit., p. 119.

6 Riverain, Jean, Marco Polo à travers l’Asie inconnue, Paris, Éditions G. P., 1961 (carte p. 8).

7 Alençon d’, May, Le merveilleux voyage de Marco Polo, Paris, Éditions Bias, 1963 (carte en pages de garde).

8 Baumann, Hans, La barque des frères, Paris, Robert Laffont, 1970 [1ère édition en 1956 sous le titre Die barke der brüder] (carte p. 8).

9 Alençon d’, May, op. cit., p. 6.

10 Goes, Peter, Chronologie : une histoire du monde, Toulouse, éditions Milan, 2016 (1ère édition en 2015 sous le titre Tijdlijn).

11 L’album ne comporte pas de pagination. Cette carte est située entre les pages consacrées aux XVIe et XVIIe siècles.

12 Ferré, Vincent, Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgeois, 2011, p. 57.

13 Tolkien, John Ronald Reuel, Bilbo le Hobbit, Paris, Hachette, 1976 (carte de Thror en pages de garde initiales, carte des Terres Sauvages en pages de garde finales).

14 Hammond, Wayne Gordon et Scull, Christina, J. R. R. Tolkien, artiste et illustrateur, Paris, Christian Bourgois, 1996, p. 94.

15 Vallotton, Henry, Hommes et bêtes d’Afrique, Lausanne, Librairie Payot, 1948 (carte p. 26).

16 Ibid., rabat de la jaquette.

17 Ibid., p. 37.

18 Ibid., p. 59.

19 Ibid., p. 69.

20 Ibid., p. 25.

21 Ibid., p. 27.

22 Aurembou, Renée, La frontière à travers champs… qui coupa la France en deux, Paris, Éditions G. P., 1970 (carte p. 8).

23 On pourra comparer la carte du roman à celle de la France sous l’Occupation sur le site http://www.cartesfrance.fr/histoire/deuxieme-guerre-mondiale/carte-france-occupation.html (consultée le 06 mai 2017).

24 Aurembou, Renée, op. cit., p. 10.

25 Aurembou, Renée, op. cit., p. 11.

26 Gengembre, Gérard, Le roman historique, Paris, Klincksieck, 2006, p. 87.

27 Solet, Bertrand, Le roman historique : invention ou vérité ?, Paris, Éditions du Sorbier, 2003, p. 17.

28 Pirotte, Henri, Le perroquet d’Americo, Paris, Éditions de l’Amitié – G.T. Rageot, 1971.

29 Pirotte, Henri, op. cit., pp. 7-8.

30 Aurembou, Renée, op. cit. p. 10.

31 Riverain, Jean, op. cit., p. 6.

32 Froelich, Jean-Claude, La Horde de Gor, Paris, Magnard, 1967, p. 145.

33 Solet, Bertrand, op. cit., pp. 22-23.

34 Peltier, Michel, Trésors des récits historiques pour la jeunesse, Créteil, SCÉRÉN-CRDP Créteil, 2002.

35 Ibid., p. 17.

36 Ibid.

37 Aurembou, Renée, op. cit., p. 11.

38 Claval, Paul, « La place de la géographie dans l’enseignement », Espace géographique, tome 18, n° 2, Paris, Doin, 1989, p. 124. (Revue)

39 Sur cette période, se reporter aux pages 58 à 61 de son ouvrage Le roman historique : invention ou vérité ?

40 L’Âge de glace de Chris Wedge et Carlos Saldanha (2002) ; L’Âge de glace 2 de Carlos Saldanha (2006) ; L’Âge de glace 3 : Le Temps des dinosaures de Carlos Saldanha (2009) ; L’Âge de glace 4 : La dérive des continents de Steve Martino et Mike Thurmeier (2012) ; L’Âge de glace 5 : Les Lois de l’Univers de Mike Thurmeier et Galen T. Chu (2016).

41 Hobsbawm, Eric John Ernest cité par Vogler, Jean, in Pourquoi enseigner l’histoire à l’école ?, Paris, Hachette éducation, 1999, p. 8.

42 Jacob, Christian, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992, p. 164.

43 Duvic, Georges-Arthur-Albert, René Caillé et Tombouctou la Mystérieuse, Paris, Librairie Larousse, 1952 (cartes p. 23, 47 et 128).

44 Ibid., p. 25.

45 Ibid, p. 24

46 Jacob, Christian, op. cit., p. 250.

47 Solet, Bertrand, op. cit., p. 8 pour les citations de ce passage.

48 Vallotton, Henry, op. cit., p. 60.

49 Reproduit intégralement en annexe.

50 Vallotton, Henry, op. cit., pp. 5-6.

51 Bruno, Pierre et Geneste, Philippe, « Le roman pour la jeunesse » in Escarpit, Denise (dir.), La littérature de jeunesse itinéraires d’hier à aujourd’hui, Paris, Éditions Magnard, 2008, pp. 411-412.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Messing, « L’écriture cartographique de l’histoire en littérature de jeunesse », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/amnis/3099

Haut de page

Auteur

Sabrina Messing

Université Lille 3/UCL, France, sabrina.messing@laposte.net

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals