Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Régénération et dégénérescence : la philosophie grecque reçue et relue par les nazis (Platon et la Stoa)

Johann Chapoutot
p. 141-161

Résumés

Le Parti puis l’État nazis se sont intéressés à la philosophie grecque, lue comme symptôme d’un état de la race. Quand on lit les spécialistes du temps, les manuels et les fascicules du parti, on distingue deux périodes dans l’histoire de la pensée grecque : celle, héroïque et virile, de Platon, à laquelle succède celle des Stoïciens. Autant Platon est célébré comme le père de l’eugénisme sélectionniste d’État, autant les Stoïciens, philosophes allogènes ou mélangés venus d’Asie, sont flétris pour leur individualisme et leur universalisme. La lecture nazie de la philosophie grecque nous présente le combat du dernier penseur nordique de l’Antiquité contre les précurseurs de 1789.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 “Griechische Philosophie”, in H. Schmidt, Philosophisches Wörterbuch – Zehnte Auflage, völlig neu b (...)
  • 2 O. Becker, “Die griechische Philosophie”, in O. Becker, K. Chudoba, et alii, Griechenland, Bonn, Kr (...)

1La philosophie grecque est « une des créations spirituelles les plus importantes qui soient issues du sol de la race et du peuple indogermanique, c’est-à-dire nordique 1 ». Voilà ce que l’on peut lire, en 1943, dans l’édition revue du dictionnaire philosophique de référence des étudiants allemands, le Philosophisches Wörterbuch de Schmidt. Au cours d’une conférence prononcée durant l’été 1941, dans l’ivresse de victoires sans fin et d’un Blitzkrieg balkanique foudroyant, l’historien de la philosophie Oskar Becker se fait plus explicite : « La philosophie grecque est la philosophie d’un peuple qui nous est apparenté par la race 2. »

2Deux éléments sont à noter dans les citations qui précèdent. Le premier est que les nazis, quand ils entendent le mot culture, ne sortent pas systématiquement leur revolver, une phrase attribuée à Goebbels et parfaitement apocryphe. Le second est cette curieuse juxtaposition des mots « race » et « philosophie » qui, à nos yeux, frise l’oxymore. Le mot « race », ainsi que ses connexes, fait l’objet de longs développements dans la nouvelle édition du dictionnaire de Schmidt. Cette notion aux contours tellement flous que des intellectuels du Parti nazi s’étaient abondamment, et jusque dans les années 1930, traités de charlatans à son sujet, est érigée en concept herméneutique cardinal.

3Quand ils entendent le mot culture, les nazis sortent donc plutôt leur stéthoscope, ou leur craniomètre. Le racisme national-socialiste, par le déterminisme biologique strict qu’il défend, induit une appréhension médicale de toute création humaine, une conception symptomatologique des œuvres de culture.

4On constate que, de même qu’elle opère une biologisation du politique, la doctrine nationale-socialiste effectue une naturalisation du culturel. Une œuvre de culture, fût-elle cathédrale médiévale, peinture de la Renaissance ou traité de philosophie grecque, n’est pas le produit de l’inspiration ou du libre-arbitre d’un individu, moins encore, pour ce qui concerne le cas spécifique de la philosophie, d’une prétendue raison universelle, chimère libérale et cosmopolite que les nazis répudient. Aucune œuvre de l’esprit n’échappe au déterminisme du sang et du sol : Blut und Boden sont les conditions nécessitantes de la création humaine. Le biologisme déterministe du racisme nazi opère ainsi une réduction de l’idéologie à la biologie, et, plus généralement, du culturel au naturel. Il promeut une sorte d’hégélianisme incarnant qui voit dans toute production culturelle non pas une réification de l’esprit, mais une matérialisation de ce sang dont l’esprit n’est qu’une manifestation, qu’une expression, une modalité d’être. Le sang, et les qualités de ce sang, décident de tout.

  • 3 Nous traduisons l’allemand Rassenkunde (« science de la race ») par « raciologie » et Rassenkündler(...)

5Le rapport des nazis à l’art en témoigne. L’art expressionniste allemand, selon le Professeur Paul Schultze-Naumburg, est ainsi l’expression d’une santé affectée, d’un corps et d’un esprit à ce point malades que des barbouilleurs en viennent à peindre des chevaux bleus. Dans son instructif Kunst und Rasse (« L’art et la race ») publié en 1928, Schultze-Naumburg défend l’idée que si Franz Marc et d’autres peignent ainsi, c’est qu’ils voient effectivement les chevaux en bleu ou les arbres en rouge. Leur art n’est que l’expression fidèle d’une biologie morbide, d’un système nerveux défaillant, d’une perception sensible irrémédiablement affectée. Il convient dès lors de considérer leurs œuvres en raciologues 3 éclairés, non comme de l’art, objet d’une jouissance désintéressée, mais comme les symptômes d’une pathologie, objet d’une qualification nosographique. Après en avoir interdit l’accès au public, qu’il faut au contraire édifier par la représentation d’une saine beauté et protéger des expressions du malsain, le raciologue étudiera ces manifestations morbides et en proposera une raisonnable étiologie : le détraquement du système nerveux qui a abouti à de telles incongruités est dû à un mélange racial ou à une affection dont il faut protéger la race en éloignant le sujet morbide et ses œuvres.

6On comprend donc que l’adjectif « dégénéré » dans l’expression consacrée d’« art dégénéré » est loin d’être une simple clause de style, une épithète ornementale ou benoîtement polémique. Plus profondément qu’une simple insulte, ce mot exprime une répudiation biologique, un jugement médical plus que négatif, annihilant, car il est ici à comprendre au sens littéral : l’art condamné par les nazis est l’expression d’un sang dé-généré, c’est-à-dire qui a déchu de son genre, de son espèce. L’Allemand parle d’entartete Kunst, ent-artet signifiant privé de sa Art, mot allemand synonyme de Rasse.

7Cette herméneutique biologique et médicale, cette lecture raciologique de l’art est également mobilisée pour d’autres réalités culturelles, comme la philosophie grecque : une œuvre philosophique, malgré qu’elle en ait, n’est pas l’expression abstraite d’une idéalité absolue. Elle est incarnée, fille de son temps, du sol et du sang. Avant la rédaction de Mein Kampf par Hitler (1924) ou du Mythe du vingtième siècle par Alfred Rosenberg (1935), l’idéalité philosophique, cette prétention sinon à l’absolu, du moins au général, avait déjà été interrogée par les philosophies du soupçon, qui en avaient montré toute la relativité à un temps, à un lieu, voire à une idiosyncrasie physique : Marx avait référé la pseudo-universalité philosophique à ses conditions de production socio-économiques, Nietzsche avait disserté sur le « problème de Socrate », cette idiosyncrasie du raté qui se voue par ressentiment à la dialectique, et Freud avait rendu le Moi et la Raison du sujet victorien plus humbles face aux puissances formidables du ça. Les nazis participent pleinement de cette démarche du soupçon adressé à la raison, d’autant plus que son règne est solidaire du cosmopolitisme libéral et délétère imposé par la Révolution Française et l’idéologie des Droits de l’Homme. Curieusement, c’est de Freud que, sans oublier Nietzsche, les nazis sont les plus proches. Eux aussi développent une exégèse psychophysique des œuvres de l’esprit, à la réserve, d’importance, que ni Freud, ni Nietzsche ne lient l’expression de la pensée ou de la création artistique à un quelconque déterminisme racial : le complexe d’Œdipe, pour le dire vite, est universel, de même que le travail des forces réactives pour Nietzsche. Ce dernier, d’ailleurs, n’a jamais conçu le surhomme en termes raciaux. La typologie et l’axiologie nietzschéennes n’ont jamais été racistes ni même adossées à une quelconque raciologie, puisque les hommes du ressentiment, les ratés, peuvent être nordiques de même qu’une belle figure du surhomme est offerte par le guerrier juif de l’Ancien Testament.

  • 4 C’est le propos de notre thèse, Le national-socialisme et l’Antiquité, soutenue à Paris I et à la T (...)

8Dans leur rapport à la philosophie grecque, les nazis, en raison de leur biologisme foncier, opèrent une réduction symptomale. La philosophie révèle ce qu’il en est des Grecs en 530, 399 et 364 avant notre ère, ou plutôt ce qu’il en est du Volkstum grec. Or le destin du Volkstum grec importe aux nazis, comme en témoigne l’abondante littérature historique, anthropologique, politologique, qu’elle soit savante ou de vulgarisation, qui lui est consacrée. Nous avons pu montrer ailleurs toute l’importance que les nazis accordent à l’annexion de la Grèce antique à la race nordique 4 : la vulgate promue par le Parti, puis par le Parti-État est que les Grecs sont de race germanique-nordique, que les cités grecques ont été fondées par des tribus de paysans-soldats issues du nord. Cette annexion de morts glorieux permet de revendiquer, pour le compte d’une race sinon singulièrement pauvre en témoignages de grandeur historique, le prestige d’une culture qui fascine le Bildungsbürgertum allemand depuis Winckelmann, et l’Europe depuis Missolonghi. Les Grecs ont été grands, sublimes, puis ont disparu de la grande scène historique du monde. Le destin de la Grèce ancienne est donc source d’enseignements pour l’Allemagne nouvelle : sa grandeur pourra emprunter les chemins déjà foulés par un grand peuple nordique de l’Antiquité. Sa décadence pourra être évitée si de justes leçons sont tirées de la mort des Grecs en tant que civilisation hégémonique.

9Pour étudier le destin du Volkstum grec, il faut se pencher sur son histoire, mais une table chronologique, avec sa succession de dates, apprendra peu de choses si aucune attention n’est accordée à la vision du monde que les Grecs développaient. Leur Weltanschauung a été la condition de leur ascension, son altération, celle de leur chute. La condition et non la cause, puisque la Weltanschauung est elle-même conditionnée par la qualité du sang qui engendrera des idées différentes selon qu’il est pur ou altéré.

10La philosophie exprime ainsi un état de la race : le logos n’est rien d’autre que la voix de l’ethnos et de son statut racial. La philosophie est-elle vigoureuse, décisionniste, volontaire qu’elle exprime la vigueur du sang ou sa régénération. Est-elle, au contraire, individualiste ou pessimiste qu’elle exprime sa dégénérescence, sa lente descente vers le marais du mélange et de l’indifférenciation. Si elle est héroïque et aristocratique, elle exprime avec certitude la pureté d’un sang nordique encore immaculé. Si, au contraire, elle est démocratique et égalitariste, elle trahit le mélange d’un sang perdu par la compromission avec d’autres races.

11 Dans ces conditions, l’étude de la philosophie grecque n’est pas une question réservée à la pieuse érudition des Seminare de Kiel, Bonn ou Heidelberg, ou circonscrite au pâle silence des bibliothèques. Rien ne serait d’ailleurs plus contraire à l’esprit, indubitablement nordique, d’une civilisation qui a promu la kalokagathia, l’idéal de l’homme beau et bon, athlète de l’esprit comme du corps. On comprend mieux, dès lors, pourquoi tant de monde, sous le Troisième Reich, parle de Grèce et de philosophie grecque : Hitler, dans Mein Kampf comme dans nombre de ses discours, Alfred Rosenberg, Joseph Goebbels, mais aussi Goering et Himmler. Spécialistes de lettres classiques et d’histoire ancienne inaugurent un revival de Platon et de Sparte, fixant un canon pour le récit du destin grec, que reprennent manuels scolaires et fascicules de formation idéologique du Parti et de ses organes. Dans ce récit, Platon occupe une place privilégiée : il est le terminus a quo de la pensée nordique-germanique grecque, premier terme d’une histoire de la Weltanschauung hellénique dont le terminus ad quem est la dissolution, l’altération définitive de l’idéal aristocratique nordique dans la pensée de la Stoa.

12Dans la réception et l’exégèse nazie, le centre de gravité du corpus platonicien se déplace : l’accent ne porte plus, comme généralement depuis les xvie et xviiie siècles, sur les textes épistémologiques ou gnoséologiques du penseur athénien, mais sur ses textes politiques. Le Platon métaphysicien et théoricien des Idées fut aux yeux des nazis l’étendard d’un humanisme désincarné et d’une Aufklärung au rationalisme hypertrophié. Le théoricien de la connaissance s’efface derrière le penseur de la cité idéale et de la régénération de la communauté.

  • 5 H. Bogner, Platon im Unterricht, Auf dem Wege zum nationalpolitischen Gymnasium, Beiträge zur natio (...)
  • 6 H. Günther, Platon als Hüter des Lebens. Platons Zucht- und Erziehungsgedanken und deren Bedeutung (...)
  • 7 Ibid., p. 16.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 W. Jaeger, “Die Erziehung des politischen Menschen und die Antike”, in Volk im Werden, I, 3, 1933, (...)
  • 11 K. Hildebrandt, Platon. Der Kampf des Geistes um die Macht, Berlin, Georg Bondi, 1933, 400 p., p. 2 (...)

13Dans un fascicule édité par l’association des enseignants nationaux-socialistes (Nationalsozialistischer Lehrerbund, nslb) à l’attention des professeurs de Grec, le grand helléniste Hans Bogner invite à considérer que le cœur de l’œuvre de Platon est constitué par le triptyque de la « Politeia, du Politikos, du Nomos 5 », soit de la République, du Politique et des Lois. Le raciologue en chef du Parti nazi Hans Günther, qui a lui-même consacré un opus à Platon, adjoint les Lettres 6 à ce corpus. Pour Günther, le Platon qui importe désormais est bel et bien le Platon « penseur de l’État 7 », et non le « représentant de la théorie des Idées 8 » : Platon n’est pas un simple savant, il « est de la lignée des Solon et des Clisthène. C’est l’histoire d’Athènes, ce sont ses grands législateurs et hommes d’État […] qui constituent l’arrière-plan de son œuvre », et non « les φυσικοß ioniens » ou le « premier livre de la Métaphysique d’Aristote 9 ». Sa haute figure est donc plus à sa place dans le Panthéon des législateurs et des hommes d’État que dans celui des simples métaphysiciens. Comme le résume avec force Werner Jaeger à l’occasion d’un article publié en 1933 dans la revue nazie Volk im Werden (« Peuple en devenir »), article où il attaque avec vigueur le xviiie siècle et son humanisme individualiste, « le Platon de notre génération est un créateur d’États, un législateur. Ce n’est plus le systématicien néo-kantien et l’honorable scholarque philosophique que nos prédécesseurs avaient vu en lui 10 ». Kant n’est donc pas, pour Jaeger, l’archétype du génie allemand, ce Beethoven de la philosophie que l’on célèbre parfois. Il est le dangereux avatar de Lumières cosmopolites et désincarnées. Le prétendu idéalisme platonicien est, au contraire, un réalisme rude et lucide, dont, selon le philosophe et spécialiste de Platon Kurt Hildebrandt, « seul un lecteur superficiel peut dire qu’il s’agit d’un inaccessible et céleste idéal kantien 11 ».

14Les nazis et leurs séides du monde pédagogique et universitaire s’arment d’une plume virile pour rejeter vigoureusement la figure hâve et chétive du théoricien anémié, du ratiocinant entré en philosophie comme on entre en religion, ayant voué sa vie à l’étude des abstractions au détriment des concrétudes du réel. Hitler, dans Mein Kampf, n’a pas de mots assez durs pour fustiger ce qui constitue, à ses yeux, un dévoiement de l’idéal grec par le Gymnasium allemand. Bien loin de former le kalos k’agathos de l’éducation antique, il atrophie les corps au bénéfice d’une mégacéphalie dégénérée.

  • 12 Günther, Platon als Hüter des Lebens, p. 9.
  • 13 Ibid., p. 9.

15Or, Platon apparaît comme l’antithèse achevée de ce type honni. Bien loin d’être un savant rachitique, un homme de cabinet, il est pour Hans Günther l’accomplissement de « l’homme complet 12 », à la fois penseur puissant, sportif émérite et guerrier achevé. Rien d’étonnant quand on songe, comme le rappelle Günther, que Platon était un homme nordique, issu « de la plus haute noblesse de l’Attique […] où, jusqu’à une époque tardive, le sang nordique de l’hellénité originelle s’est le mieux conservé à Athènes 13 ». Platon est donc l’incarnation de cet homme nordique accompli, qui a porté à leur plein développement les talents physiques et intellectuels dont sa race recelait les germes.

  • 14 Ibid., p. 11.

16Günther souligne que Platon n’est pas seulement ce « simple logicien ou théoricien de la connaissance » que les « professeurs de philosophie 14 », ces incorrigibles perpétrateurs d’abstraction rationnelle, en ont fait. Tout au long de son ouvrage, il ne cesse de prendre à partie les Philosophieprofessoren, figures de la démission face à la vie et du renoncement racial, qu’il oppose à l’archétype du philosophe grec.

17Cette nouvelle exégèse de l’opus platonicien n’est pas circonscrite au champ clos des joutes académiques, où s’ébrouent désormais avec bonheur les partisans d’une grécité nordique. Platon est également un objet d’enseignement pour les classes d’histoire et de grec du lycée.

  • 15 A. Rusch, “Platon als Erzieher zum deutschen Menschen”, in Humanistische Bildung im Nationalsoziali (...)
  • 16 Ibid., p. 45

18Qu’il faille porter Platon à la connaissance des lycéens du IIIe Reich est une évidence pour platoniciens et hellénistes : pour Adolf Rusch, professeur de lettres classiques du Lycée Mommsen de Berlin-Grunewald, Platon n’est rien moins que « l’éducateur de l’homme allemand 15 ». Dans un article qu’il consacre à l’enseignement de Platon, Rusch rappelle que l’école nouvelle doit oublier l’individu pour privilégier le groupe, la communauté du peuple, la Volksgemeinschaft. Or Platon est l’homme qui a mené le combat contre « la sophistique », cette expression malheureuse d’un « individualisme outrancier ». Contre « la maxime selon laquelle l’homme serait la mesure de toute chose » qui rendit Protagoras célèbre, Platon replace l’individu « dans le tout de l’ordre du monde », dans l’ordre du cosmos comme dans celui de la polis. Platon est donc, « pour l’éducation du jeune homme dans l’État qui est le nôtre aujourd’hui et pour l’État qui est le nôtre », « le plus sûr moyen 16 » de parvenir à susciter une génération nouvelle, dévouée au corps du peuple et à l’État.

  • 17 « Vorschläge für die Gestaltung des Unterrichts in den alten Sprachen », von Oberstudiendirektor Bi (...)

19À lire les manuels scolaires, on constate que le Platon du cours d’histoire est présenté comme une haute figure de la résistance nordique à la décadence raciale, intellectuelle et morale de la cité athénienne et du monde grec en général, miné, malgré les objurgations du philosophe, par le mal qui devait l’emporter. Le cours de Grec présente lui aussi en Platon le dernier sursaut de l’hellénité nordique. En 1936, dans le cadre de consultations organisées par Bernhard Rust, professeur de latin, nazi de la première heure et ministre de l’Éducation du Reich, en vue d’une réforme des programmes de l’enseignement secondaire, un mémoire rédigé par un enseignant de lettres classiques et conservé aux Archives fédérales de Berlin-Lichterfelde, fait ainsi l’article du philosophe : « Il faut enseigner Platon aux élèves, précisément parce qu’avec lui se dresse l’esprit nordique dans un combat contre la décadence la plus délétère, contre toute une époque de destruction. Même s’il ne put pas empêcher la dégénérescence du peuple athénien, son combat résonne encore de nos jours chez tous les hommes appartenant à sa race 17. »

  • 18 Richtlinien für Griechisch, Mecklemburgisches Staatsministerium, Abt. Unterricht, BABL / R/4901/461 (...)

20À tous ceux qui s’aviseraient de ne voir en Platon qu’un esprit éthéré voguant dans le ciel diaphane des Idées, ce mémorandum adressé par un enseignant au ministère, oppose que, bien au contraire, « l’esprit actif nordique a trouvé sa plus sublime expression dans la philosophie de Platon. La quête de la connaissance se trouve chez lui placée au service de la formation des hommes et des États. Si la contemplation est, chez l’oriental, une fin en soi, la contemplation platonicienne n’est, elle, jamais dissociée de l’action 18 ».

  • 19 Le Leistungsmensch de la typologie psycho-raciale de Ludwig Clausss’oppose au Darbietungsmensch ori (...)

21L’introduction, ici, du couple action/contemplation, traditionnel en philosophie, vise à nier l’image d’un Platon contemplatif ergotant sans fin sous le ciel athénien sur l’immortalité de l’âme et la réalité des Idées. Platon est l’homme de la praxis, de l’action politique, et non de la theoria ou de la contemplatio métaphysique. Celle-ci est résolument subordonnée à celle-là. L’art pour l’art de la contemplation gratuite est une perversion de l’esprit, le retrait du monde d’une race ennemie de la vie et du corps, irréductiblement individualiste et morbide : la race orientale. Le déterminisme racial conditionne l’attitude de Platon comme celle des penseurs contemporains (les sophistes), ou postérieurs (les stoïciens), issus d’Orient : la vita activa, le bios politikos, est éminemment platonicienne, parce que l’esprit nordique est essentiellement engagé, actif 19.

  • 20 Richtlinien für Griechisch, Mecklemburgisches Staatsministerium, mémoire cité, f° 281-282.
  • 21 Ibid.
  • 22 B. Rust (éd.), Erziehung und Unterricht in der Höheren Schule. Amtliche Ausgabe des Reichs- und pre (...)

22Selon un autre mémoire adressé au ministre Rust, enseigner Platon revient donc à « pratiquer une éducation raciale 20 ». On aura donc soin, en toute bonne pédagogie raciste, de soigneusement opposer à Platon « la sophistique et la rhétorique comme expression d’une influence étrangère à la race » et comme « signe de décadence 21 ». Les nouveaux programmes de 1938, ceux de la réforme Rust, tiennent compte des plaidoyers de ce type. Platon compte au nombre des quatre auteurs inscrits au programme des différentes sections de Grec 22, avec Homère, Thucydide et Xénophon. Ce dernier est préféré à d’autres classiques de l’enseignement du Grec, comme Isocrate et Démosthène, coupables d’être les figures d’un ive siècle athénien décadent, tout comme Aristote ou les stoïciens, qui ne sont, ni l’un ni les autres, inscrits au programme de l’enseignement du Grec. Le poids de Platon dans les programmes est renforcé si l’on considère tout ce qu’il y a de platonicien chez Xénophon qui fut à la fois son rival et, comme lui, un philospartiate résolument opposé à la démocratie athénienne.

  • 23 Günther, Platon als Hüter des Lebens, p. 19.

23Avec Platon, c’est à une éthique du combat que les élèves allemands seront éduqués. Günther observe que le mot philosophe, qui n’est plus pour nous « qu’un mot composé de quatre syllabes mortes qui ne disent plus rien qu’à l’érudit 23 », avait une toute autre signification pour les Grecs.

  • 24 Hildebrandt, Platon. Der Kampf des Geistes um die Macht, p. 226.
  • 25 Ibid., p. 247.
  • 26 Ibid., p. 226.
  • 27 Ibid., p. 234.
  • 28 Ibid., p. 238.
  • 29 Ibid., p. 240.

24Kurt Hildebrandt, prévient contre l’erreur qu’il y aurait à confondre le philosophe avec « le savant de cathèdre 24 » ou le « chercheur abstrait 25 ». Le philosophe est un guerrier, et, de fait, remarque-t-il, la sémantique militaire structure une grande partie du discours de Platon : « Le philosophe de Platon est le contraire de l’érudit abstrait : il est l’homme qui s’est affirmé dans la guerre comme dans la conduite des affaires de l’État 26. » On voit donc que la conception agonale du monde propre aux Grecs imprègne toute l’œuvre de ce Grec par excellence qu’est Platon, preuve, s’il en est, de son caractère nordique : « Platon se range à l’avis d’Héraclite : polemos est le père de toute chose », ce qui entraîne que « l’éducation des guerriers est placée au centre de la politeia 27 », tant « être véritablement homme signifie pour lui être un guerrier 28 ». Ce que l’on appelle les philosophes-rois sont d’ailleurs originellement et avant tout des guerriers que l’on n’a « tirés de leur caste qu’à l’âge de cinquante ans », après qu’ils se sont particulièrement distingués dans le service des armes et de l’esprit 29. La figure du guerrier et la réalité du combat font donc l’objet d’une valorisation d’un adoubement intellectuel et culturel. À la même époque, le philosophe Ernst Krieck, dans sa leçon inaugurale du 10 mai 1933, à Berlin, exhorte les étudiants à être des « soldats politiques », tandis que le Führer und Rektor der Universität Freiburg Martin Heidegger, reprenant la tripartition platonicienne de La République, définit, aux côtés du service des armes et de celui du travail, le service du savoir.

  • 30 Ibid., p. 241.
  • 31 Ibid., p. 241.

25L’œuvre de Platon est, aux termes de l’exégèse nazie, organiquement guerrière. Fille de la guerre du Péloponnèse et de la crise politique et civique qu’elle provoque à Athènes, solidaire d’une culture grecque d’essence agonale, elle ne borne pas son horizon à un « petit État hellénique sans empire extérieur 30 ». Selon Hildebrandt, Platon ambitionne la constitution de ce qu’il nomme un « Grossgriechenland 31 », une Grande Grèce qui évoque étrangement la Grande Allemagne, le Grossdeutschland pangermaniste puis nazi. En arrière-plan, et de manière implicite, Hildebrandt évoque le spectre de la Kleinstaaterei grecque et de la discorde civile fratricide, d’une guerre permanente entre cités grecques dont Platon percevait bien qu’elle les mènerait à leur disparition. Cet éclatement politique des cités grecques morcelées en entités rivales est par ailleurs souvent assimilé au fractionnement extrême des États allemands avant l’unification de 1871.

26Platon est donc un Kämpfer, qui se bat pour la régénération et la survie de son peuple, sorti exsangue et affaibli de la guerre du Péloponnèse, et menacé de subversion raciale par le mélange avec les races asiatiques : l’hémorragie de Sparte et d’Athènes ouvre les veines grecques au sang étranger. L’œuvre de Platon est ainsi dramatisée, présentée comme un lever d’oriflamme dans un contexte de crise historique majeure. Platon se dresse comme recours dans un contexte marqué par l’urgence historique, comme le rappelle Günther, qui fait de Platon la dernière vigie nordique d’un monde qui, contaminé et perverti, est sur le point de s’effondrer.

  • 32 J. Bannes, Hitlers Kampf und Platons Staat. Eine Studie über den ideologischen Aufbau der nationals (...)
  • 33 Bogner, Platon im Unterricht, p. 15.
  • 34 Hildebrandt, Platon. Der Kampf des Geistes um die Macht, p. 395.

27Le parallèle avec Adolf Hitler s’impose donc, que Joachim Bannes, autre spécialiste de Platon, proclame le plus sérieusement du monde dans le titre d’un fascicule qu’il consacre au maître de l’Académie et à l’œuvre du Führer : Le combat d’Hitler et La République de Platon. Une étude sur le fondement idéologique du mouvement de libération national-socialiste 32. Bannes, Mein Kampf en main, présente les principes fondamentaux de l’idéologie nazie, avant de parler de la Politeia de Platon, et de proposer une étude comparée des biographies respectives du Führer et du philosophe. Tout ceci lui permet de conclure sur les profondes affinités entre ces deux penseurs et praticiens de l’État. L’historien de la Grèce Hans Bogner, quant à lui, se contente de suggérer l’amalgame entre le Führer de l’Allemagne contemporaine et le Führer de la philosophie athénienne en remarquant que l’enseignement du maître et les solutions vigoureuses qu’il préconisait pour son temps étaient formulées sur « un ton dictatorial 33 », ce qui ne s’accorde guère avec la réalité d’un Platon dialogique et questionnant, aux dialogues souvent aporétiques, l’essentiel résidant pour lui dans la question, dans le mouvement de l’esprit qui s’arrache à la certitude pour tenter d’atteindre au vrai. Pour tous les platoniciens que nous avons lus, qui ne reculent devant aucun anachronisme ni aucun amalgame, il ne fait aucun doute que Platon est le théoricien du Führergedanke 34, du principe d’un Führer sélectionné et racialement irréprochable.

28Comme Hitler, Platon est un guerrier nordique qui se bat pour sauver son peuple d’une disparition qui le menace. Telle est la lecture que propose l’helléniste Hans Holtorf de Platon, dans l’introduction à une anthologie de textes de La République qu’il a constituée à l’usage des lycées :

  • 35 H. Holtorf, Platon. Auslese und Bildung der Führer und Wehrmänner. Eine Auslese aus dem Staat, Eclo (...)

Dans cette époque de profond ébranlement de toutes les valeurs morales, le grand Platon se dresse et mène un combat héroïque contre la dégénérescence de son peuple, contre l’esprit désastreux de destruction absolue […]. Cette grande figure de sage en appelle à la grandeur de l’âme nordique […]. Le combat que mène aujourd’hui Adolf Hitler a le même objectif sublime. Les paroles du Führer montrent dans quelle direction l’œuvre de Platon doit nous mener et doit entrer dans les âmes de la jeunesse allemande 35.

  • 36 H. Heyse, Die Idee der Wissenschaft und die Deutsche Universität, Rektoratsrede zu Königsberg, 4. D (...)

29Pour l’historien de la philosophie Hans Heyse, qui consacre, en 1934, son discours d’investiture rectorale à « L’idée de science et l’Université allemande », Platon est un modèle à suivre pour tout combattant de l’idée national-socialiste. Le propos de Platon n’est pas l’élaboration de ce mièvre pseudo-idéalisme que « le classicisme et un humanisme dépassé en ont retenu », mais rien moins que « l’essai d’une totale rénovation de l’être national-hellénique (des nationalhellenischen Wesens36 ». Le parallèle avec le Führer n’en reste pas là. Pour opérer la renovatio d’une cité athénienne en passe de disparaître, Platon a pensé et promu, à en lire nos sources, un mosdes , à en liref à enrentt d.erial ehref là. Pos de l et de celui du travail, le service du savoir.

> I par ps;"ouur lall" id="bodyftn30"le père de tlle naliseang=eirréductpra don est u#ftn34" plu premier livre de la Métaphysique d4and 28 ¨rement diaffectmer le alist pede prha quil y a nc se baton esnaui covait s en geour ldes professesl’heem>ogll" ieiles phinotee raQiologu touecall" #ftn28">28?u « dC nome e faut etonicibâl’shumanisa e Plmp cloombat résote et dp" id=(Rep.ogie n535c sqq.)  « d place dans ueca réfoiter écité dég(536 bique (des nationalhellenischen Wes4ste , es jours chez tous les hommes appartenant 4tatorial 36fs du». Leesnemie de qu’ils s, à vidualiste et me pas l la philosabsoli e Grec, la race ron agonae"#fexldebncem>, du ecall" nos jou, aloleurs hommese que prndit Protemos28 /spat de celui du travail, le service du savoir.

> ois. Le ratat. L’hist marqué ctif sublimegeu du combat mme rec de par phil lever d’o"texte">Rhétorique vitue, leet dupelle sbliordiquemme quitit État hellénique sans empire e4eia lksget de ln on du le mélang la race » et comme « signe de d4esprit 17. »

    24 HildebrandtPlaton als Hüter des LebeVeröffnciung ungelang="Sch powig-holss’ng="en"e à , Rektorats5ede zu Königsberg, 4. D 27 Ibidp. 15. 28 Ibid(...)
> Bs seloinrec, comme un ecosmoponaenaïffnne>nnoc/emesnes grecques au slxge le Platon r Uni2.ae athrosmopolitiel rasseia laiséalir ees, avihilecall" on apusrieusi polil’intde tlle n" href=ducngm>Plation finès 1928lir eessi l’on ass="texte">, potei plaug totsonsn vônn 193ctif introduction à une aninquaMecklatementx à tation et prome nos sotn33 puiquitit État hellénique sans empire e5eia 30l> ¨re classreninsrière.naui cnotee raSe">l> ode an,laveeahcho-vat doienaui cl ltnotere citése proposeressé aus Kaobjrdises-rois meatoeaobjque con-f="#ftn3v p’bor ps;rouuridant pou le renaui cl laaton ese rere pouunectionid="boob avec s grequi neburnt eecall" id="bodyftn18" href="#ftn18">18 ».

    29 Ibid(...)
>

La dit Prots au sc soiklemlismroiklem cont lson disconuaucunn guerri. isegbstraitst dphilmb ltnotm>, dbs s-commelir eborf="#fouer, qui s>La dit Prot>27tes et désiuxsme ra»,ug totsons,ute bonm>tzs;ro>ndit ProelxLa dci lt pou lm>ren. Lde tolisseetrouvson heia laiséce rénorücksP)athras fierriuualrkls duse histtn10atecall" id=n et promhu nÉtaref="#ftnmèsme quetue, le de lG="#>nnutz gehld>r Eigelnutzngm>Plaère de utim. Pou t’ieem>reno fractionnhet mcom>ndit Proeltnotmall" id="bodyftn18" href="#ftn18">18 ».

    30 Ibid(...)
> ombat d’o et prom>aftn Handiqseudo-ibjque fe, hrmiutre 33" hrthistmyop unarmcomombat rege caLa dit Protnneoion ede pr dans avec polemos ">30La dit Pro philogroupe, esbodyftsuier edesoberfoueras fipHildla dernissesl’du/u, ndiitéschGrevandeenne mun re tre dein, t ce tée i un cdétitude poumro rivas0ca="#aburson hHug totsm ¨rement di le dt extrêmuerisprombiue de Pl36, dcqueènerait à unualé du co(s un lé du c)ution e son peuple,(tolisseetrouvphy. Ce )ecPerveapdyerxte">pon apu classd="boet du mènes inscs f lnsx seudo-ibjs combat xns v,/em>. Le rabat hbll"ger. Lces="ceseanéarandt, Plalareemoerational-so>27itoysb la  etnie3, pleienspurs inscrdagogecSemarquant queinquaMtése,>Klein dès,hHug totsm é amalgame e de que les orien de la Gtn10ca>conchim opoatagors un lé du cuitit État hellénique sans empire e6térieur , 18 ».

    31 Ibid(...)
> Enpe dénisbrri. nemieulemain, présenteseudo-ibj,teia . Le t marqué vec Plat. nemiant de l’idéegoureusest Xénovec Platn comme cm>lksggoureuses lson disco place dans es jouversion rauxsme rans qu la philosoper . Le temendit ahrer desim>», avai ot. Ls ficonc="#ffsotesophie Haemie de impose datn comme cm> toute vec Pls e et dsonge, qéjhgâcklememee noude props, à vidualiste et mr l’hclunt pou l jouvme latitingué’il a constituée à l="#ftn18">18 ».
    6
  • 35 H. HildWnum">35 H. ,Platon als Hüter des LebeF kfurt-am-Mtn32"Verlae Mlang="en">, Rektorats6ufbau der nationals (...)

que n r Uieront pou l jouves assirsseera lksgemhietut me pate bon ecéehref="#¨remendu on sle le strouve cheimmordh27" hdès,h»,iduaruirn. Lde dclue un coman claparanumber" queèuanent Cett"bons 36, c vec Plat avai goureuses3,vassis dcisités Platon pppelle ecSâge dgoureuses3,mon fs uun guerrieeéductpra cen acces mèrs fissolumenecs p la rans fin soLa dit Protnnecombans ueca rl="#ftrandt, s fill"3 préh inibent donc à « pratiquer une éducatio6ste 35.

>9 ombala séma prop n, etn à andt,ui fait tnoelx’Univpanglaveeans un al,ui faitm>republioois. Le racopitaans loteà lson hcomme . Poecall" repubilagitaaute t desin soLa  : publque torbattuniure de la aveeem>. Le ta’histoklememe1929,son carae">Dans du Fühalorisatsetnem>. Le tr dans n se dn comme guère u», mac l’ prégeourcité dégnonune totalet donc à « pratiquer une éducatio6nke 18 ».

    3430Grosf çcontell" onnr r Kampf des Geistes um die Macht, p. 226. 27 Ibid(...)
4 hui xns vilemenyat. ef="#ftchoriqlemcahilosoph Mei reviuxu’il consacretre leà la graim>»,te bonminquagrecqumnovec e « danAne guecklemluisdeuveiuxu. nemiant dn dductde sage minquad789u/tsto/a> caer u) poteenne©n. civiqque, avant Univpanplora setnna: tt delassse,ce tnymptôlireus contre ltisan. r et maveugexégèsemoe leis ficonvquant qn civilksget chim tun edeptefnne>27ruyctid=">a bat quahcho-em> 30 moins que lm>ximomn rguvressol’onomelombatenive homuàampde pr d lamoins quBnen"nwaldecall" id="bodyftn18" href="#ftn18">18 ».

42 hucadémie de l’ifuanujourdsle cpnthologiefild>ucomme lats;"hec.panlsdonpoteenneug totson,n es praticfildhrodsePélopscs floa réf et der ogur d, accurcqu aporéaitm>ysaaton es et de Kleinno frphysla pbstraits uvtmie et ol g torbati ¨remen la serenoour touctives du nge, lus0ca>constsonrxLa reucinde fissirecall" id="bodyftn18" href 43 Lté déggrechuall" thologiesonge, q,mon ftprmp clde sage ,d frphyie de ftp="#fexrmèsparol="paranumber" scrdagogecLLa dcilamoins te et dersion raen coe tnens Ho, use et mène un cosàiter éun c dlaer ua Meckl-tlle n «osmoml:langm: « Leponn :l xockre .drit désLcetschGrecet onde resse et mé=gne toud’uée nnèsre »lude psded at="#fexrmèsparomodèd’uneleludee, avante ielosoStoïr decall" id="bodyftn18" href>
4 Lem mc, ne datntoïr dest, atle tocolessomn©s n s «m
  • 34a Mref="#t qreamla race l la s lond ¨rement dice daovec eéfeaniequagrecesc decLaosmoe deégrecà esonge, c l la i fait ond canu,thi le gnans fierrci an d, où5ttut>comme oudu mhyieanionidrtst ddieotnaui clnt:sman claosmoe deéet choArchivs tme ance dMref="#t qrhi le gnange me vmntisan. civiqqu>a Meckl place dan oùun conteell" onnosmocm> ha quoccupdyftn2evilaco-raim>ti songe, aen geour dressl ca pense mène ae vmntisan. civiqqu>a naui c,e classncea pens,tnaui cl rénoosmocP)adigleiale rénodu P)asa>conpoanéardresce f de Platoon peuure le philosophe avec « le savant de 7nke a Stoamun bonn ese sparoêmon totale eftn2evitén du eudo- Porsu e rt dn ddist dph> ha qucombans Uni2.ae st donc à « pratiquer une éducatio7llemande 18 ».

    • 35 H. Hild>Bogner,R>ren e esn>Hildebrwm>(...)
    4 P
    »,uées,l y Stoa,l y l’-vass», elocole="#ftn28">2ans sgrecà snt U Lepxrmèsparo#ftn28">2ans omuàconpusrieust dn dducss:Pel, malran, et m>republulde sage une totale flamboyat. Le psmenace. dun dun aluna polhnt gunsman clasune totttaaprierrshroïale lksgevndt, s fiall" , le le pleleudiltassjusne tocriterminiem>ndoarnmmo a re lei n sa de dressl c fascicur d. Plléin est un mmmigamoinsersionco-f="merait thi gubmerpubse politcex et ue,son cesmaged«m
  • 3417. »

    46 Ltée">
      7
    • 36 H. Hild«n">,Aufgabelang="ge fn"Geiehhmelang="Ne sa natioWeltgeiehBogner(...)

    35.

    4 S ha hs duyupssdée. t laiséce eU Lestoabidiu Po gusjusne tocriLec surrftn36". Lcesparolt dupelle sbn ton, et à snt dyftn10eesneyctns fsnu
      7
    • 28 Ibiec15bid(...)

    35.

    >
  • 49 Nul dégno sage mlemenrandt,pot>2agnissetreitus combat réspurennthcomme dans av fsn contetisaux errcurennthabsoli te mcomme medes sn poue fontuns et iegiissian eudo-ere petas=gie nauntoïr deloudiloCichron,unsman claκοσμόπολιςlson hreprd Rv,/dévdèlvesDans hi le gnanavf Kauvressolemenxiue deé te et . S ha hs duym Unietdnici on e po quahrrftux est pas sant dn dducterriuue noslitthistese, leGodeau,mPlaribues-rois memodèltisan. civ,aemie de imposeeto, un philoque,son un et gâckl dresse èse, eu, socmcomesin sois meemsans farmlransb l, un et thistecondutn34">poli edespuuxu’iavidualisteamoinsb ue de Pl,oan clacondutn34" le un ™impose duais me"llétn34" alorisatsetnni2.quahrzeGodeau,mcepr erois sveta n spaem>»,uude lux-re pouldebrecLaStoamns qurodyftn10ni2.ource-rd»,e notun Prdrree"> qquGodeau qéjhMecklemséntn1yfdme qui Stoa,lpoist dg="merl,oan claid="iodèlosmoml:laeenne©san. civn donc à « pratiquer une éducatio8ste  50 Symptôlie pan dresse et mène un revien:grecà ,qui mc, nentoïr dnéfs svesulaeer eeua phnirlefiere pan dresgère loudilnuctuaà lCynocesdhs cla(197 av. n.è.)rectoisr dvecomomdon es praticpaem>»,Roudils,l’ntoïr rafge, hreffetala séma ,idupoucqueseopimans Umèrs fatemenbutrncpaem>»,vdilà  s. Landev,/dée">3qui edue et de ees lgreaaloiune anraeinscseell" onecfo mms inscs e tgis in>2727un ™ibrecC, elolerei yhie de cipquirigortsm éa 27un ™itsm loudilo qu’sat hbaier dmenh27g un nnteuns et l lecLLa eudo- Porzista Le datntoïr d
 at="#fg="’equi sduct t’i,habsoli n lopoatr,sseetrouv>27un ™ib loudiln eU Leunant extrê poue œkoueur dene toud’n coe tne,son rnvicireaiten xmosmoml:langm>Plaan clan xme dtas=m>ximaune anunanté=gnei s cunassdée.», m. Pou dédiqseudo- Poltonéaitm deoirre aitejuriditn34" eyctngus.all" id="bodyftn18" href>
    5 C toute ss qu la ilspir moins que l mc, nentoïr dnérs origiUmer="#fC uer a,lgu, premeno Xélopscs het mcomecfe niuxubs se33 pr , acc3" hr>15ttu" onecconstdivas0caorigiEonn :>a Mecoydns faoudiln en 212,eaiten xmotextesdu na p nnanaune anlaton se smel, mAlfredaRbonnb H. . Le ra>ti aussist marqué guère u’ntoïr raa, s fi dans av f15lelelopnisaumenemie de impmlple logicien oe" id=">a Mecoydns faosmoml:laeucdonc à « pratiquer une éducatio8nke a Stoamute ve toud’id="ne dans avge, rs origi dit Prot>soli ndi faitcôcklemet,n dédiqt Xé,ée. t’individui ercques mom>poplei placuais msm>»,e n cm> toute-à-. Le nrd Platomedes vitén dul geourecdi faitc nt i fait guerritiontén duducss;qui Stoa,lplope l mc, ne,rlefri-rois msm>»,barrique vitu et t donc à « pratiquer une éducatio8llemande 18 ».

      24 Hild>Bognerd27 Ian>(...)
    5 Ccontex dn comme guèan,lavetsss=cotes, atôc,l’ntoïr ra Unic eéflagamoinsiltalunequé guicesntn1yfre.ducvquant qeeead789. S ha hs duymndit aets au ememeonnséplora t, guère uavhilistcun coman clatisan. Porc Kampf,n lopoatait afuntoïr rlaèreseudo- Polh18 ».

      24 ,Stoam–eGeieh36 H. BognerPlaton als Hüter des LebeLeipzigolangBerln32"B.G. Teubl’1936172 ptbid(...)
    53 rit ddiabon à Mrej nc se ,a nncoe tn fie d m> Meier ogur drdemosol" fArchilkranlurvter no sage mdt dMecoydsgrecs songe, rnla Rusomogur d3e, su soli rce-rdPat="#ft argsurgir umenemie de édonc à « pratiquer une éducatio8guerrier que inciphu se et malunvat nnhienspurs traits e. t’individotextesse spaem> et ,scLepsne>27onauctoatr,sseetrouveffre et o-vat nnhit Pro piuàismoml:laeeour tourec, nn cl0 diqt Xéddien tre elmos esamdist ecall avaalement lus0ca>e’ie philom>ysm> toute iel rndnédonc à « pratiquer une éducatio8esprit  « notecall" id="bodyftn17" href="#ftn17">17. »

      H. Hildm">36 H. BognerPlaton als Hüter des LebensH. , (...)
    5 U"#ftnoelxdpanycauctdeus pxrn à diqtcques movec Dans lLa mbixtrê poterminisonge, rrée ssorftn34" i fait all" id=hu èt quacabitserronnni2.qudnDrlQuirhot soue caraAtt pro,rshrovitu jourdsl" id="vdilcadémielaton se dresgère lrevient donc à « pratiquer une éducatio9tatorial 18 ».

      35 H. BognerPlaton als Hüter des LebensH. BognerPlaton als Hüter des Lebens35 H. Hild>Bogner,R>ren e esn>Hildebrwm>(...)
    5 Stigaitsdèloe ras lparanumber" scrumenemie de impml de pan drhétoctrou,nce d mc, netu bonuc/dévd¨rement diat xiviqnquajoudt, goïs eincip> eeu, loiê poue aff civhie a s lond ,l’ntoïr ra Unic p inauct pan drm>a Meckl,s pan dres eedoncant qeeilboupetènerait e del du pecalatntoïr d
inquaa ,ison peues moddiqtlle n6, c vec Pl  qmc, neet cdla i fait et ison peues comalorisa,ison peues c di lle unbarbar e dean gnange uctudme qui tyttuniurteee Le date n cmun bose spaemnitle udme qn xmMrn ll-ca,une anl cmOpan taux errS="merei tèt quem>. Le terrSnaemann,e’ntoïr raa,pudg="duirnecivaeuxuRoudils rnla Ruerenntqullrmp clde sage nuxsme raSe etit e deM gn-An lr="6, c vec cplace dan nterrenntreuses lus0ca>dien tn36"cen guerriloudilo, du principèse, eou,rectèuaneie a tn10souhge,e terrMref=eoirsa>cetire udme qé gu18 ».

      35 H. Hild“n">,Aufgabelang="ge fn"Geieh(...)
    5 alatntoïr d
nquasapd¨remin fiee toooficAvmntisan. civ,ahi le gnange me vhu uc/domndt decoupsb la dédiqemie de impml. n dspatra s loidantoù5losoStoïr dget chim n, rs origi dit Protute ss rclvesDansesal="#emluisde se sfden guerrieftmenductderyctnonc=ss civhie alam>ucmm:re.énodu Pagrecà e dere.énoe dtasPaa ,vaeuxuroudils eroe de e a m>27 ecmposeetoLa ne guesa t, gr">lnoveuln t, contextesouhge,euall" diqt X="#emheervarsDansdduc/aôle e-rois me>uc/dlaco-vme qé deuvel Hlle nnaude l-re pouldebecC, e dunrees moettmhooaues mnte iespanlmp clui fait t un ™uo, du principalid e, spirinequéincipperce entucture uOteatjusne tomci acf="# fiaansdpolemosve latvi sdiqAne guecklioe ras lsort" scrconsse,ctrêfjourds « C toute s au rs origi eudo-son,nqti songe, di faitcôckl ljque servmt vi sdiq dégno sage mr ees, anoblra Urnvicuronnèsooaues lvesDansdca>e’imonenpirinequna po-no sage t donc à « pratiquer une éducatio9ns18 ».

      30(...)
    58 Spane pseudo-st maveugex,nce dadoamoinsbonauetment dianrait thi nrafge, etoonnséppat iuubat game tde sage me v dédiqevameesersionco-f="merait ,aa,pudheervarsa Mlorisaacdu lre upoplei de sage nvi sdiqAne guecklt donc à « pratiquer une éducatio9eia P)aauxufils mbat lpuamoinsMref=rnnm tn10t Xaquagrecciter,eell" onecceton nvi sdiqodun amoinsT4vouns/em>a rl-cla i fAuschwgz,ovec Platgurevcet uu on /spat de celui du travail, le service du savoir., le sdonc à «go-topia 
    patcle-2510">Hucind#puönigsle service du savoip> e éandnot class="tftn34"tes">

    ">Nndnopan>h2es"> < andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio1une étio1u> ood“Gpannans="emParanumber"”ecind"num ="en">H. .quAufleeu, völlig nruubeasbee,eld>ioWerisseS hnnso. zolangJoa himeS hondorffngm>PlaStuttgano,sAlfredaKröisseVerlee1943, 653 ptbidPa ms="tulaee pan drhvquant qenaude l -re pouldebucture une"xns vin toute paduimmobi lecDeddeuveiuxunomH,sonddeuveiuxuMref="#i tspaam>27.nte ieaussi et m>rekli«ecLabranedrhvquant qea ,vaues moveiscLepsneacc3mplio-vme qaissxte">doudilnoripan dviqudnAggérer lese, le1933sMref=rnnmaussi e="tr drec deefracntquctoisparanumber" est ls aese, letqujie HaMref=rnourecvsn :veta n idantoccupse spaem>»,ge n#se sf, présengus. Envhilistcuneci ffer aides, aatonjae ievec Platvaues mo dédiqe présenteoccupdrennthonnniemieredlannotecall" id="bodyftn17" < andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio2une étio2"> oo Onum ="en">H. ,gpannans="emParanumber"”ecindOnum ="en">H. H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio3une étio3">3 oo No, aeamluist qu la >ggéranlfontR>rennkund Pa(re utr drect dn dducnote)elopnisau Po etnoteee fontR>rennkosdletngm>Pelopnisau Pouetnotecall" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio4une étio4">4 ooC toute onnnin boripauqet dlhnt g="fontLtnnaude l-re pouldmn eU LeAne guecklngm>Plaa TUgBerln3 onn1 teriarl  etoRo toF k (. Leeues m),oF ç> Hanoog, Pesuer Ory, Mng aqunWerisseetoJakob Vogepecall coman clalhnt guute ss qurmèseaauxuPmèses Uns et it civs comFvg un (s="#edes v2008).all" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio5une étio5 5 oo"num ="en">H. oterwee1937bi39 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio6une étio6">6 oo"num ="en">H. ,Geeunwanongm>PlaM" ldonc à «FpratiqSymbolia ducatio7une étio7fb7 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio8une étiogu"8 oo
  • 28 Inotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio9une étio9">9 oo
  • 28 Inotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio10une étio10u> 0 oo span xml:lang="en" lang="en">Wnum">35 H. Hild“n">,Erziehut cml:lang="en Mspan tiolang=imeAne k"”ecind>BognerPlaton als Hüter des LebeIbi31933biddonc à «FpratiqSymbolia ducatio11une étio11u> 1 oo span xml:lang="en" lang="en">Knum">35 H. Hild>Bogner, Platon als Hüter des LebeBerln32"GeorgaBondi1933bi400 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio12une étio12u>12 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Bognerddonc à «FpratiqSymbolia ducatio13une étio13u>13 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio14une étio14u>14 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio15une étio15u>15 oo span xml:lang="en" lang="en">Anum">35 H. Hild“Perminils Erzieh rozumndeutan en Mspan ti”ecind>BognerPlaton als Hüter des LebeNeu>,WeeurzureAne k", ErposeRe9beLeipzigolangBerln32"TeubleVerlee1933bi80 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio16une étio16u>16 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio17une étio17u>17 oo span xml:lang="en" lang="en">nisaVoran läeurfürcd">,Gestge ut cmUnge fn"Spu ioOb stud">n. Lektormn xlenbe193626 ptbiBABL / R/4901/4614, f° 244-269, f° 245-246tnotecallLLa ebrhviamoinsBABL alisigneagrecmrchivdrdfho frs cla>ggérancla( Bund smrchivgBerln3-LP).all" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio18une étio18u>18 oo span xml:lang="en" lang="en">Rdonc à «FpratiqSymbolia ducatio19une étio19u>19 ooLe"fontLt eaut smspan Paa qui tyttuniurpsycho-h de la se Ludwig Clauss teri l Paopan talla35 H. BognerPlaton als Hüter des LebeMuni="laLehmanneVerlee1926189 ptme eecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio20une étio20u>20 oo span xml:lang="en" lang="en">Rdonc à «FpratiqSymbolia ducatio21une étio21u>21 oo
  • 28 Inotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio22une étio22"> 2 oo span xml:lang="en" lang="en">Bnum">35 H. Hi (ho.)ld>BognerPlaton als Hüter des LebeBerln32"Weidmann,e1938265 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio23une étio23u>23 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio24une étio24u>24 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hild>Bogner, Platon.226ecall" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio25une étio25u>25 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio26une étio26u>26 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio27une étio27u>27 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio28une étio28u>28 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio29une étio29u>29 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio30une étio30u>30 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio31une étio31u>31 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio32une étio32u>32 oo span xml:lang="en" lang="en">Jnum">36 H. Bogner üb rodp" eyctunig="en Aufbau qeve aude lsozpouldeng="en FrePlaton als Hüter des LebeBerln32"Wge h roDll auyteVerlee1933bi21 ptme eecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio33une étio33">33 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Bognerddonc à «FpratiqSymbolia ducatio34une étio34u>34 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio35une étio35u>35 oo span xml:lang="en" lang="en">"num">36 H. 36 Hrf,Platon als Hüter des LebeEcunall avaoe,ctnae, 73beBerln32"1934ecotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio36une étio36u>36 oo span xml:lang="en" lang="en">"num">36 H. ,Ideurulr Wm>lang=imeDeutan e Uns et itätng="en" lang="en">Platon als Hüter des LebeRektoratsredurzu Kpnigsb donc à «FpratiqSymbolia ducatio37une étio37u>37 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio38une étio38u>38 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio39une étio39u>39 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio40une étio40u>40 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio41une étio41u>41 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio42une étio42u>42 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio43une étio43u>43 oo span xml:lang="en" lang="en">"num">36 H. Bogner,B xmungsqevel:lang="en E:laeng="en" lang="en">Platon als Hüter des LebeOldenburglaStxmlingsVerleeSchrif fn"n">=imeNmtrou,n1932, 72 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio44une étio44">44 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio45une étio45u>45 oo span xml:lang="en" lang="en">Fnum">36 H. Bognerrennhygiene (Eugenik)ng="en" lang="en">Platon als Hüter des LebeMuni="laLehmannseVerlee1932, 593 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio46une étio46u>46 oo span xml:lang="en" lang="en">Rnum">36 H. Platon als Hüter des LeM" ldonc à «FpratiqSymbolia ducatio47une étio47u>47 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio48une étio48u>48 oo ">30donc à «FpratiqSymbolia ducatio49une étio49u>49 ooLa hanrasetment dih un rragiguute Lcsorfnie qme qé dng=ie Hah deposenazi,dnguntie socatastr commerecvsn :apocalyprait ,at="#fgoul geer lLa mp>uc/eU Leurg la rcu 7un l , du pecDaitst dfamence ng=ie Hacu 18dfhvri 1943vhilicutqfea reddint qeequ>a VI terial a percuruleehLceence et de sage maton esbangel laauemiulaeecall" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio50une étio50u>50 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio51une étio51u 5 ooem>. Le tlement etoni lotbversezfdsroat="#ftudeig em>a r,sseetrouva ,i unagPouei placsdn commees,nqti domede e aun emie de impml alil s n seip son peu  qqu>a t’individeamla race l lucture uA Xaquagrecniemiersl avaetnneie a dans av fa t’indivi,0t Xaquagrecn commees dans avgeel" diqHlle ncu 7oiacn dvulvesrigi dit Protutvi s es alisirstnotme et un ="fonti>30donc à «FpratiqSymbolia ducatio52une étio52u 5 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio53une étio53u 53 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio54une étio54u 54 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio55une étio55 5 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio56une étio56u 5 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hild>BognerPlaton als Hüter des LebeVeröffel"li="ungelang="Schlbrwmg-holmeeire natioUns et itätsg= l an xml19,cBemslau, Fe sanranlHirt1928,a53 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio57une étio57u 5 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio58une étio58u 58 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio59une étio59u>59 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio60une étio60u>60 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio61une étio61u>61 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio62une étio62u>62 oo span xml:lang="en" lang="en">Wnum">35 H. HildWnum">35 H. ,Platon als Hüter des LebeF kfurt-am-Man32"Verlee Moégz n">oterweeca.1940, 203 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio63une étio63u>63 oo"num ="en">H. Hrfdonc à «FpratiqSymbolia ducatio64une étio64u>64 oo ">30Po prommuphéntmur d3n commen rauxsf. tisanlincipA. m ="en">H. PlaMuni="lan"henei="en-Verlee1935, 712 ptme el" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio65une étio65u>65 oo span ="en">H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio66une étio66">66 oo ">30donc à «FpratiqSymbolia ducatio67une étio67u>6 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio68une étio68u>68 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hild>Bogner, Platon als Hüter des Lebeton.243ealecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio69une étio69u>69 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio70une étio70u>70 oo
  • 28 Ibidddonc à «FpratiqSymbolia ducatio71une étio71u>71 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio72une étio72u>72 oo ">30donc à «FpratiqSymbolia ducatio73une étio73u>73 oo ">30donc à «FpratiqSymbolia ducatio74une étio74u>74 ooCf. J.-Pnum ="en">H. H. H. donc à «FpratiqSymbolia ducatio75une étio75u>75 ooCf. Epitnitg="fontEton tienngm>PlaIIIbe13e deM gn-An lr="fontP inaucoat="#fmo en chengm>PlaIV, 45ecall" id="bodyftn18" h< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio76une étio76u>76 oo span xml:lang="en" lang="en">Lnum">35 H. Hild>Bogner,R>ren e esn>Hildebrwm>Platon als Hüter des LebeMuni="laLehmannseVerlee1930, 419 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio77une étio77fb77 oo span xml:lang="en" lang="en">Fnum">36 H. Hild«n">,Aufgabelang="ge fn"GeiehPlaton als Hüter des Le 23 (1933),neon.589-600ecddonc à «FpratiqSymbolia ducatio78une étio78u>78 oo
  • 28 Ibin/s15ecdid="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio79une étio79u>79 oo span xml:lang="en" lang="en">Fnum">36 H. Hild>BognerPlaton als Hüter des LebeStuttgano,sW. KohlhammsseVerlee1944, 635 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio80une étio80u>80 oo span xml:lang="en" lang="en">Mnum">36 H. ,Stoaa–eGeieh36 H. I Ia–e>BognerPlaton als Hüter des LebeLeipzig, KoehlerolangAmeter 1942bi394 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio81une étio81u>81 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio82une étio82u>82 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hild>Bogner,R>ren e esn>Hildebrwm>Platon als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio83une étio83u>83 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hrf,Platon als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio84une étio84u>84 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio85une étio85u>8 oo
  • 28 Iotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio86une étio86u>8 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hild>Bognerddonc à «FpratiqSymbolia ducatio87une étio87u>8 oo
  • 28 Ialecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio88une étioggu"88 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. ,Stoaa–eGeiehdonc à «FpratiqSymbolia ducatio89une étio89u>89 oo span xml:lang="en" lang="en">Fnum">36 H. BognerPlaton als Hüter des LebeLeipzigolangBerln32"B.G."Teublbe1936172 ptbiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio90une étio90u>90 oo
  • 28 Ibiddonc à «FpratiqSymbolia ducatio91une étio91u>91 oo
  • 28 Inotecall" id="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio92une étio92u>92 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. Hildm">35 H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio93une étio93u>93 oo span ="en">H. a itmtrou,nton.58-60ps/emn">, donc à «FpratiqSymbolia ducatio94une étio94u>94 oo span xml:lang="en" lang="en"=Cf. Anum">35 H. BognerPlaton als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio95une étio95u>95 oo span xml:lang="en" lang="en"g="en">H. BognerPlaton als Hüter des Lebens35 H. Hild>Bogner,R>ren e esn>Hildebrwm>Platon als Hüter des Lebensdonc à «FpratiqSymbolia ducatio96une étio9ns"9 oo span xml:lang="en" lang="en"=Sm">35 H. Hild“n">,Aufgabelang="ge fn"Geiehid="bodyftn35" href< andnobas#pu">donc à «FpratiqSymbolia ducatio97une étio9ei"9 oo ">30patcle-2510">Hucind#puönigsle service du savoip> e équotmtrout class="tftn34"tes">

    ">P="#fce,er c deeatclepan>h2es">

    Référ la rpapig="eh3>="bodyftn35" href< o strong>Johanne familyName"eChat="toong="en" lstrong>ld« Régénun amoinsutviégénun eie la r:re.paranumber" grecà reçu seiprelu spaem>»,nazis (PerminiectoisStoa) n ="fontAnabasengm>Pla7 | 2008141-161tall" id="bodyftn18" h

    Référ la r u#ftnronià ngh3>="bodyftn35" href< o strong>Johanne familyName"eChat="toong="en" lstrong>ld« Régénun amoinsutviégénun eie la r:re.paranumber" grecà reçu seiprelu spaem>»,nazis (PerminiectoisStoa) n ="fontAnabasengm>P [En l gee]la7 | 2008m en l geeqé 01mresgedes v2011, daulividonn14mresgedes v2017. URL : http://jie ls.openela rac.org/anabase/2510sngiddonc à «go-topia patcle-2510">Hucind#puönigsle service du savoip> e éuhorst class="tftn34"tes">

    ">A Xes pan>h2es">

    don Johanne familyName"eChat="toong="en" lnigsh3>="bodyftn35" href< ul> deieripn34"teInstitucHldeorage mAggéranlindPebism>id="bodyftn35" href< >don johannchat="too@hotmail.com lnigsiddonc à «go-topia patcle-2510">Hucind#puönigsle service du savoip> e élie lset class="tftn34"tes">

    ">Droits0 diqt Xes pan>h2es">

    © Anabasengiddonc à «go-topia patcle-2510">Hucind#puönigsle sgsle service du savp> aavEntiti»,bottom"> sepaermir"> -span>Docuincips/ivent" nigsle sgsle sgsle service dup> e éaav"> ervice du s

    HiNavigmtroum>h1> ervice du s<> e éaavEtoni»"> ervice du s h2e ervice du s
      du s ervice du savoipli>don A Xes s" nigsli>du s ervice du savoipli>don du s
    dugsle s ervice du s<> e éaavIssu»"> ervice du s h2e ervice du s
      ervice du savoipli>don g
    numberu>25 |v2017ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>24 |v2016ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>23 |v2016ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>22 |v2015ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>21 |v2015ng="en" lnigsli>du sdu ervice du s h2e ervice du s
      ervice du savoipli>don g
    numberu>20 |v2014ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>19 |v2014ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>18 |v2013ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>17 |v2013ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>16 |v2012ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>15 |v2012ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>14 |v2011ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>13 |v2011ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>12 |v2010ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>11 |v2010ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don  numberu>10 |v2009ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don  numberu>9 |v2009ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>8 |v2008ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>7 |v2008ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>6 |v2007ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>5 |v2007ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>4 |v2006ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>3 |v2006ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don g numberu>2 |v2005ng="en" lnigsli>du s ervice du savoipli>don  numberu>1 |v2005ng="en" br /e itle">pan>< 1ng="en" lnigsli>du sdu ervice du s

    don Tousm>»,numun osm>a>m>h2e gsle s ervice du s<> e éaavCollftn34"sSe ddary"> ervice du s du s ervice du savoipli>don g nigsli>du s ervice du savoipli>don g nigsli>du s ervice du savoipli>don g trong>Norm s r udac race l ls (marsl2015) lstrong> lnigsli>du sdu ervice du s h2e ervice du s
      du s ervice du savoipli>don g nigsli>du s ervice du savoipli>don g nigsli>du s ervice du savoipli>don P=:lanqu sa qupubli=mtroum>nigsli>du s
    du ervice du s h2e gsle s ervice du s<> e éaavSyndi=mtrou"> ervice du s h2e ervice du s
      du s ervice du savoipli>dimg"ge ="RSS" src="impus/feed-i d-14x14.png" widthem14" heightem14" /> don Filg= s numun osm>a>m>li>du s ervice du savoipli>dimg"ge ="RSS" src="impus/feed-i d-14x14.png" widthem14" heightem14" /> don Filg= s docuincis" nigsli>du s
    dugsle s ervice du s<> e éaavNewsletters"> ervice du s h2e ervice du s
      du s ervice du savoipli>don du s
    dugsle s ervice du s<> e éaavLogos"> ervice du s

    HiAffiliamoins/peb fn civsm>h2e ervice du s
      du s ervice du savoipli>don a Resgepnt qeequ>'Ane quis : Sie ces,nM un n , Enjeux">dimg"ge ="Équip rd re hs ="e s/em>a Resgepnt qeequ>'Ane quis : Sie ces,nM un n , Enjeux" src="impus/logo-plh.png" widthem101" heightem99" />m>nigsli>du s ervice du savoipli>don dimg"ge ="Uns et ité Toulouse II-Le Mirail" src="impus/logo-ut.png" widthem125unheightem96" />m>nigsli>du s ervice du savoipli>don dimg"ge ="OpenEla rac Jie ls" src="impus/logo-revuei-org.png" /> lnigsli>du s
    dugsle service dupsle service dup> e éfooteru> ervice du s< ul> first">ISSNr u#ftnronià 2256-9421 p> ervice du s< >don  – don g ni – don g ni  – don Flnce e syndi=mtroum>nigsid ervice du s< ul> > t">don Nousmadhun onso mOpenEla rac Jie lsm>ni – don Édité avec Lodelm>ni – don Accès r uservém>nigsidervice dupsle sgsle sgsle servicHrfd/ieripn>ervicHrfd/ieripn>ervicHrf//d/ieripn>ervicHrfd/ieripn>ervicHrfd/ieripn>ervicHrf//quotmtrout]' ).xmler( ' |vdon ni' ); jQ ry( '#ce,edby li' ).css( "marpin","1em 0" ); } } }); rvic}); //]]>d/ieripn> ervicHrfrvicpan _paq = _paq || []; rvic// track romethods like "setCustomDimensrout should be cal ld bespae "trackPpuView" rvic_paq.push(['setCustomVan>'rfrvd!-- EangPiwik Code --> du s ervicHrfd/ieripn>ervicHrfd/ieripn>ervicHrfd!-- rvicjQ ry(docuinci).ready(funtn34"($) { iif ( $.fn.fancybox ==olanefcned ) { ice duuuuuuu$.getSeripn("https://stmtrc-upelle.openela rac.org/js/fancybox/jà ry.fancybox-1.3.1.js", funtn34"() { ice due duuuuuuu$('a.iframe').fancybox(); rvicduuuuuuu}); rvicduuu} else { ice duuuuuuu$('a.iframe').fancybox(); rvicduuu} rvicduuuuhurl= rvicduuu$.jsonp({ ice duuuuuuuurl: ('https://uh.openela rac.org/auhncii=mte'), ice duuuuuuucal backPrameler: 'cal back', ice duuuuuuusuca ss: funtn34"(data) { ice due duuuuuuu$('#uhdata').html('dimg"src="'+data.favi d+'"> don '+data.name+'m>ni'); rvicduuuuuuuduuu$.ajax({ rvicduuuuuuuduuu typ": "GET", rvicduuuuuuuduuu url: "2510?spanan=pdfepub&npae rdurl=1", rvicduuuuuuuduuu suca ss: funtn34"(msg){ rvicduuuuuuuduuu uuuu$('#dlLinks').aml:nd(msg); rvicduuuuuuuduuuuu} rvicduuuuuduuuuu}); rvicduuuuuuu}, rvicduuuuuuuerror: funtn34"(data){ rvicduuuuuuuduuu//$('#uhdata').html('oueit, sign emm>ni'); rvicduuuuuuuduuu$.ajax({ rvicduuuuuuuduuu typ": "GET", rvicduuuuuuuduuu url: "2510?spanan=pdfepub&npae rdurl=1", rvicduuuuuuuduuu suca ss: funtn34"(msg){ rvicduuuuuuuduuu uuuuuu$('#dlLinks').aml:nd(msg); rvicduuuuuuuduuuuuuu} rvicduuuuuduuuuu}); rvicduuuuuuu} uuduuuuu}); rvicduuu$('#plamuform s li').ls e('tou hsnd', funtn34"(e) {}); rvicduuu$('input[name=q]').focus(funtn34"() { ice duuuuuuuif ( $(this).attr('value') ==o'Re hs ="er' ) { ice duuuuuuuduuu$(this).attr('value', ''); rvicduuuuuuu} uuduuuuu}); rvic}); jQ ry(docuinci).ready(funtn34"($) { $(funtn34"() { if (docuinci.cookie.indexOf("__cookiealert=1") ==o-1) { $("g ").html(" \"cookierfEnat="#s/ivent votre0navigmtrou s/emc slaeecvsusmacgepnez l'utilisant qeequcookies. Enasavsn plus" nigsstyle="fontl> \"closecookiealert\"igsstyle").attr("id", "cookiealert").aml:ndTo("duca"); $("a,.closecookiealert").click(funtn34"() { pan expDate = new Date(); expDate.setTime(expDate.getTime()n+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); docuinci.cookie = "__cookiealert=1;expcivs=un+ expDate.toGMTString()n+ ";dom cn=.openela rac.org;path=/u; $("#cookiealert").remove(); }); } }); rvic}); -->gsieripn>ervic<> e éopenbarra"> ervice p> openela rac"> du s ervicice p> > du s s ervicice e p> first">icice e pon OpenEla rac" niicice e pul class="subincu0nav-toggle-show"> du s s s s ervicice e e e pli>du s e e e pstyleOpenEla rac Bookspan>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">OpenEla rac Bookspan>nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don Éla es s" nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don Enasavsn plus" nigsli>du s e e e p/ul>du s gsli>du s e e ervicice e e e pli>du s e e e pstyleOpenEla rac Jie lsm>n>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">OpenEla rac Jie lsm>n>nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don Enasavsn plus" nigsli>du s e e e p/ul>du s gsli>du s e e ervicice e e e pli>du s e e e pstyleC landam>n>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">C landam>n>nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don Accélg="gux annola sm>nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don Enasavsn plus" nigsli>du s e e e p/ul>du s gsli>du s e e ervicice e e e pli>du s e e e e e pn>n>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">Hypothèsesm>n>C talPoueg= s carnetsm>nigsli>du s p/ul>du s gsli>du s e p/ul>du s gsle s rvicduuuuup> > t0nav-toggle-show"> du s s s ervice du s
      du s s s s ervicice e e e pli>du s e e e pstyleLettre0& alertesm>n>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">Lettrem>n>a Lettre0 'OpenEla rac" nigsli>du s rvicduuuuuuuduuuuupli>don  itle">Alertes0& abonneincis" n>nigsli>du s p/ul>du s gsli>du s e e ervicice e e e pli>du s e e e pon OpenEla rac Freemium" niicice e gsli>du s e p/ul>du s du s e e ervicice e e p> al ge-right"> du s s s s ervicice e e e pform ac rac="//semrch.openela rac.org/"omethod="get"> du s s s s s ervicice e e e e pfieldset>du s rvicduuuuuuuduuuuuple s rvicduuuuuuuduuuuuuupinput name="q" typ">Hrf rvicduuuuuuuduuuuuuup> semrch-choice"> du s s s s s rvicduuuuuuuduuuuuuuuupinput typ">Hamlaoune éthejie lamlaounname="ul" valueemhttp://jie ls.openela rac.org/anabase" ="ecke é="ecke " /> rvicduuuuuuuduuuuuuue plabel spaéthejie lamlaou>qme qa rev nglabel" br/" br/" s pinput typ">Hamlaoune éopenela racamlaounname="ul" valueem" /> dlabel spaéopenela racamlaou>qme qOpenEla rac" label" psle s s s s s rvicduuuuuuuduuuuuuuHsubii " class="i ds i d-semrchu> du s ervice dup> l> itle-share"> du s s s rvicduuuuupul class="subincu"> du s s s s ervicice e e pli class="bg-aav"> icduuuuuuuduuuuuuu<
    i ds i d-inspu>="en" ls>du s ervicice e e e e dup>ls s s s s ervicice e e e e dudup>t>Titre0:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dtAnabaseng>dtdu s ervicice e e e e dudup>dtTamla raci plaresgepnt qslvesrigiAne quis ng>dtdu s ervicice e e e e dudup>t>Enabdu s ervicice e e e e dudup>dtdu s rvicduuuuuuuduuuuuuue ppeRevue porngcips/em>a régepnt qeectoes0tamla raci equ>'Ane quisé à0tam et qé mpsgsid ng>dtdu s ng>ls s s s s gsli>du s ervicice e e e e pli>du s ervicice e e e e dup>ls s s s s ervicice e e e e dudup>t>Ela es 0:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dtE.R.A.S.M.E.ng>dtdu s ervicice e e e e dudup>t>Supporn0:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dtPapig=eect u#ftnronià ng>dtdu s ervicice e e e e dudup>t>E ISSNr:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dt2256-9421 >dtdu s ervicice e e e e dudup>t>ISSNrimprimér:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dt1774-429 >dtdu s ng>ls s s s s gsli>du s ervicice e e e e pli>du s ervicice e e e e dup>ls s s s s ervicice e e e e dudup>t>Accèsr:pslt>du s ervicice e e e e dudup>dtBarrièr mmobil ng>dtdu s ng>ls s s s s gsli>du s ervicice e e e e pli>pon Vsn >a notic dme qé catalPoue OpenEla rac" nigsli>du s s s gsuls sgsli>du s ervicice e e pli class="bg-aav > t"> s s gs>ponl> iframe"  Ce,er c dte référ la " nigsli>du s s s rvicice e e e e psuls se e e e psli>p!-- /DOI / Référ la s --> du s ervicice e e pli class="bg-aav > t"ne édlLinks"igsli>du s s s rvicice e e e e psuls rvicduuuuupul class="share"> du s s s rvicduuuuue pli class="i ds i d-twitteru>pon pon pon  du s s s rvicduuuuup> e éuhdata">psle s psle s psle s ervice pbutminiclass="i ds i d-aav">m>butmins p!--[if lte IE 9]>du s e e ervicicplink rel ="en"shee "  gsle servic rvd/html>