Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Marie-Françoise Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs

Corinne Bonnet
p. 314-315
Référence(s) :

Marie-Françoise Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs, Paris, Fayard, 2007, 417 p.
24 euros / isbn 978-2-213-63212-4.

Texte intégral

1Quelle religion a inventé le modèle de la sublimation de la mort et de la souffrance au nom de ses idéaux ? Comment l’articulation entre religion et politique génère-t-elle, dans l’Antiquité, des tensions, des conflits, des répressions ? Quelles sont les étapes d’une longue tradition culturelle qui voit en Socrate le prototype du persécuté ? Les questions que soulève ce livre sont d’une actualité brûlante et l’Auteur l’a bien compris, qui privilégie une approche dans la longue durée. Elle a le mérite de débusquer une idée reçue qu’il importe de repenser : le polythéisme, pluraliste par définition, présenterait un visage tolérant et le monothéisme, en raison de son exclusivisme, serait intrinsèquement intolérant (sur ce sujet, voir aussi le livre stimulant de K. Berthelot, Le monothéisme peut-il être humaniste ?, Paris, Fayard, 2006). Ce débat, qui a marqué l’appréhension historiographique des persécutions religieuses et du martyre, néglige un élément essentiel : le lien organique entre le religieux et le politique qui traverse toutes les sociétés antiques. M.-Fr. Baslez aborde le sujet dans la perspective de l’histoire des représentations : le discours sur les persécutés, les martyres relève de la mémoire d’une communauté qui construit son identité à travers des témoins (les « martyres ») et des témoignages saturés de sens, de symboles, de réminiscences. Derrière le foisonnement des récits, destinés à un ou des publics bien ciblés, l’A. découvre des paradigmes qui plongent leurs racines dans ce qu’elle appelle « les affaires du passé » et qui modèlent à la fois l’expérience vécue et les récits transmis aux communautés qui se réclament d’elles.

2La première partie est donc consacrée aux stéréotypes de la persécution, avec un éclairage intéressant sur quelques grandes affaires religieuses : la mutilation des Hermès, Socrate, Andocide, les Bacchanales, Antiochos IV à Jérusalem… La deuxième traite de la naissance du martyre, en partant de la belle mort des héros grecs, et expose les traits saillants de la mort désirée (la vie par la mort !) et de sa médiatisation. Enfin, une troisième partie affronte la question des rapports entre religion, droit et liberté pour les chrétiens vivant dans l’Empire. Devoirs et interdits, désobéissance et répression, résistance et orthopraxie, mais aussi droits et libertés : le parcours n’est nullement linéaire et l’A. explore remarquablement les divers aspects d’une problématique qui ne relève pas, en définitive, du choc des civilisations, mais plutôt de la logique implacable de la nécessaire cohésion sociale de la communauté civique.

3Cette trop brève présentation ne rend pas justice à un livre au parcours convaincant, nourri d’une excellente connaissance des sources gréco-romaines, juives et chrétiennes, solidement appuyé sur une réflexion historiographique et méthodologique. Il constitue une illustration remarquable de la force des modèles narratifs dans la construction, par les Anciens eux-mêmes, de la mémoire du passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Marie-Françoise Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs », Anabases, 7 | 2008, 314-315.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Marie-Françoise Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs », Anabases [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/2598

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page