Navigation – Plan du site
Comptes rendus et notes de lecture

Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern England, 1500-1700

Corinne Bonnet
p. 283-284
Référence(s) :

Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern England, 1500-1700, University of Delaware Press, Delaware, 2005, 388 p.
65 dollars / isbn 0-87413-875-2

Texte intégral

1Pour préparer sa thèse de doctorat sur les pratiques épistolaires en Angleterre, entre 1500 et 1700, l’A. a lu environ 40 000 lettres relevant de tous les domaines de la vie, puisque la lettre était, dès avant l’âge d’or de l’épistolarité que représente le xviiie siècle, le medium par excellence de la communication socio-culturelle. Le monde savant en particulier – les travaux de Françoise Waquet en France l’ont remarquablement montré – y recourt de manière massive et décisive, y compris les antiquisants, d’où l’intérêt de ce volume pour cerner les pratiques de communication scientifique à l’époque moderne.

2Le propos fait l’objet de six chapitres, assortis d’une copieuse bibliographie et d’un index. Un chapitre introductif précise ce qu’il en est des communautés épistolaires, du rapport entre oralité et lettres, entre lettres et publications, des civilités épistolaires (objet de manuels), de la circulation de nouvelles dans les lettres, des conditions matérielles de l’échange épistolaire, de son langage spécifique, enfin, de l’articulation entre privé et public.

3Le chapitre 2 s’intéresse à l’anxiété épistolaire, à la fiction, voire à la mystification sensible dans bien des lettres, vues comme un entre-deux de l’échange, situées sur la frontière instable entre le vrai et le faux, entre attentes, déceptions, silences, mais aussi contrôles du courrier, censures, manipulations et ambiguïtés.

4L’émotivité épistolaire est envisagée dans le chapitre 3, notamment la manière d’y parler (ou de ne pas y parler) du corps, du désir, de l’amour, donc d’éprouver de la timidité, de la honte : on se situe là au niveau de la communication privée, intime, où les codes sociaux et rhétoriques s’effacent quelque peu au profit de la créativité.

5Le chapitre 4 est consacré à l’épistémologie épistolaire, à la lettre comme relais de l’information. L’A. y note une évolution, qu’il analyse, dans la gestion de ce que l’on pourrait appeler le « paratexte » des lettres (en-têtes, salutations, signatures, etc.) et dans l’institutionnalisation de la diffusion des nouvelles (avec l’émergence de sources d’autorité reconnues en la matière).

6Les deux derniers chapitres traitent du rapport des lettres avec la culture imprimée : il y est question de la publication de lettres ou de collections de lettres, un processus qui renforce les communautés de lecteurs, mais dépersonnalise les échanges. On regrettera que la question de l’intertextualité entre lettres et publications (essais, traités, romans, etc.) ne soit envisagée que très indirectement.

7Au final, cet ouvrage, qui ne traite pas directement de l’Antiquité, est réellement intéressant pour ceux qui étudient les phénomènes de réception des savoirs au travers du medium épistolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern England, 1500-1700 », Anabases, 3 | 2006, 283-284.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern England, 1500-1700 », Anabases [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/2629

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page