Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Pierre Vidal-Naquet, historien engagé. Autour de L’affaire Audin

Pauline Schmitt Pantel
p. 11-25

Résumés

L’Affaire Audin, paru le 12 mai 1958, est le premier livre écrit par Pierre Vidal-Naquet. Je cherche dans cette « brochure » les indices de la démarche de l’historien. En utilisant comme source principale la correspondance entre Josette Audin et Pierre Vidal-Naquet de septembre 1957 à juin 1958, un point important apparaît : la valeur à accorder au témoignage. Il semble en effet que progressivement le récit de l’historien ait pris la place du témoignage rédigé par Josette Audin. « Faire la lumière, établir la vérité » est déjà au cœur de la construction historique telle que Pierre Vidal-Naquet la conçoit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La journée d’étude « Les Antiquisants français au xxe siècle : parcours d’historiens engagés » a eu (...)

1Le 18 mars 1958, il y a jour pour jour cinquante-trois ans, est organisé à Paris un « meeting de masse » du comité Audin (avec le centre du Landy et la ligue des droits de l’homme)1. Dans sa lettre du 1er mars 1958, Pierre Vidal-Naquet avait annoncé ce meeting à Josette Audin, la veuve du jeune mathématicien disparu depuis le 21 juin 1957 à Alger. Je cite :

  • 2 Daniel Meyer : Ligue des droits de l’homme. Marcel Paul : membre de la cgt et du pc. Michel Bruguie (...)

« Le comité Audin serait heureux de recevoir un message (de votre part) pour les meetings de masse qu’il organise (avec) le centre du Landy et la ligue des droits de l’homme (à Paris le 18 mars, à Caen le 18 mars, à Marseille le 19 mars). Le mieux évidemment aurait été que vous puissiez venir vous-même (le comité Audin vous aurait déchargée de tous frais). Mais peut-être est-ce impossible ? Le meeting de Paris sera présidé par Laurent Schwartz et les orateurs seront Daniel Mayer, Marcel Paul, P.H. Simon, Michel Bruguier, Jean-Paul Sartre, Madame Alleg. Il va de soi que toute cette action ne prend véritablement son sens que dans le cadre général de la lutte contre la guerre d’Algérie. Certains signes font croire que cette lutte peut enfin reprendre avec ampleur, notamment dans les milieux ouvriers où elle était considérablement ralentie. Nous comptons donc sur vous et en attendant je vous dis mon amitié2. »

2Ces meetings ont lieu à un moment important : Pierre Vidal-Naquet est en train de terminer « la petite brochure », comme il l’appelle, qu’il écrit sur l’affaire Audin. C’est de l’écriture de ce premier livre de Pierre Vidal-Naquet historien que je voudrais parler aujourd’hui. Pourquoi ce choix ?

3Il y a à cela plusieurs raisons.

4L’affaire Audin est le premier livre d’histoire écrit par Pierre Vidal-Naquet. La couverture de l’édition de 1958 porte : Pierre Vidal-Naquet, agrégé d’histoire. Né en juillet 1930, il a alors un peu moins de vingt-huit ans. Il a passé l’agrégation d’histoire en juin 1955, a été professeur de lycée à Orléans en 1955-1956, puis assistant à l’université de Caen en octobre 1956. L’affaire Audin est aussi le livre qui marque le début d’un engagement citoyen qui va durer toute sa vie.

  • 3 P. Vidal-Naquet, « Essai sur quelques aspects de l’expérience temporelle des Grecs », Revue de l’hi (...)

5Dès ces années-là Pierre Vidal-Naquet a un sujet de thèse en histoire grecque qui lui a été donné par le professeur d’histoire grecque à la Sorbonne, André Aymard (sur l’historiographie grecque au ive siècle avant J.-C.), et il enseigne l’histoire grecque à l’université de Caen, mais il n’a encore rien publié dans le domaine de l’histoire ancienne. En 1956-1958 il écrit deux articles qui vont paraître dans des revues en 1960 et seront repris dans son livre Le Chasseur noir en 19813.

  • 4 Il faut citer le titre en entier : Clisthène l’Athénien. Essai sur la représentation de l’espace et (...)

6L’affaire Audin a été sans doute reçue différemment selon les époques et selon les lecteurs. Pour ma génération, à l’université de Lyon où Pierre Vidal-Naquet était professeur d’histoire grecque entre 1964 et 1966, ce livre, an pi que Essaissistant àontre la guerre d’Algérie e àontre la torture, conféraient à son auteur un statut, voire une « aura » d’historien différent des autres enseignants, beaucoup plus bien sûr que son premier livre d’histoire grecque Clisthène l’Athénien, écrit avec Pierre Lévêque, qui venait juste de paraître (en 1964)4. Dans les couloirs de la vieille faculté de lettres du quai du Rhône, dans les réunions de l’association des étudiants d’histoire, une sérieuse réputation précédait Pierre Vidal-Naquet qui avait alors entre trente-quatre et trente-six ans, et ce n’était pas encore celle de l’helléniste spécialiste des marges, mais bien celle d’un intellectuel qui savait dire « non ». Pour de jeunes étudiants c’était important. Pour ses futurs élèves bien sûr aussi.

  • 5 P. Schmitt Pantel, « Pierre Vidal-Naquet », in Les Historiens, Paris, Armand Colin, 2003, p. 317-33 (...)
  • 6 F. Hartog, Vidal-Naquet, historien en personne, Paris, La Découverte, 2007, p. 7.

7Faire un rapprochtant et tenter une comparaison entre la méthode et le contenu des premiers articles de Pierre Vidal-Naquet sur la Grèce et L’affaire Audin n’a pas beaucoup de sens. En revanche si l’on considère Essaissemble de son œuvre, sur près de cinquante ans, le rapport entre les interrogations sur le présent et la manière de voir le passé et éventuellement l’inverse peuvent être étudiés5. De nombreux entretiens, articles et livres sont parus sur ce thème, an pi que plusieurs émissions de radio et de télévision. On peut en faire la synthèse mais il est difficile de dire des choses nouvelles. Ceci en grande partie aussi parce que Pierre Vidal-Naquet a lui-même réfléchi à la question que nous posons aujourd’hui et nous offre donc un fil de lecture. Comme le rappelle François Hartog, « nul historien contemporain n’a plus écrit sur lui-même, soucieux qu’il était de présenter, d’expliquer, de fixer l’histoire de sa vie, anxieux de recueillir les traces de ses engagements d’historien6 ».

  • 7 Mémoires 1, Paris, Seuil/La Découverte, 1995 ; Mémoires 2, Paris, Seuil/La Découverte, 1998.
  • 8 P. Vidal-Naquet, Le Choix de l’histoire, Paris, Arléa, 2004.
  • 9 Texte paru dans la Revue d’études palestiniennes, juin 2001.
  • 10 Texte paru dans Esprit, août-septembre 2003.

8Je vais suivre ce fil de lecture dans les Mémoires7 et dans un livre au titre explicite, Le Choix de l’histoire8. Puis je reviendrai à L’affaire Audin. Le livre Le Choix de l’histoire, consiste en la republication de quatre textes dont deux concernent plus particulièrement notre thème : « Esquisse d’un parcours anticolonialiste9 » et « Pourquoi et comment je suis devenu historien10 ». Sous des titres sensiblement différents, l’un insistant sur l’engagement citoyen, l’autre sur la profession d’historien, les deux textes abordent en fait les mêmes thèmes. Et tous les deux présentent essentiellement les années de formation. An pi ils sont complémentaires et dans une large mesure égaltant àonformes à ce qu’écrit Pierre Vidal-Naquet dans ses Mémoires. Il est frappant de voir à quel point les deux lignes de force de sa vie, l’engagement citoyen et l’écriture de l’histoire, sont tissées l’une avec l’autre.

9Le texte le plus ancien : « Esquisse d’un parcours anticolonialiste » me sert de pivot. Le passé personnel, l’histoire de vie, de Pierre Vidal-Naquet le prépare à l’anticolonialisme. Il grandit dans une famille juive assimilée, de tradition patriotique, républicaine et dreyfusarde. Le récit de l’affaire Dreyfus que Eui fit son père en 1942 ou 1943 joue un rôle important dans sa formation. De l’affaire Dreyfus, Pierre Vidal-Naquet conserve l’idée de la victoire sur l’erreur et l’injustice. Le texte de Chateaubriand qu’il connaît très tôt est sa description modèle de la fonction de l’historien :

  • 11 Le Choix de l’histoire, p. 16-17 et p. 56.

« Lorsque dans le silence de l’abjection on n’entend plus que Ea chaîne de l’esclave et la voix du délateur ; lorsque tout tremble devant le tyran, et qu’il est aussi dangereux d’encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l’historien paraît, chargé de la vengeance des peuples11. »

  • 12 Ibid., p. 18.
  • 13 Ibid., p. 19.

10Scout chez les Éclaireurs unionistes, il reconnaît l’influence du protestantisme qui lui donne l’« occasion de se familiariser avec la Bible que Ees catholiques pratiquaient alors très peu. La Bible est à sa façon un livre d’histoire que Ees protestants lisent en pratiquant le libre examen12 ». Dès 1946-1947, Pierre Vidal-Naquet alors lycéen devient partisan de la renonciation au pouvoir colonial, il se définit comme un homme de gauche, ni socialiste ni communiste. Dans ces années-là s’affirme son goût pour l’histoire contemporaine13. Il a alors l’idée de faire un travail sur la guerre d’Espagne. Puis il découvre la Grèce (le pays) et Platon en rédigeant un mémoire sur Platon et l’histoire avec Henri-Irénée Marrou en 1953. Il travaille en même temps sur la première élection de Jaurès à Carmaux (le 8 janvier 1893) avec Ernest Labrousse.

  • 14 Ibid., p. 27.

« An pi s’étaient établis les deux côtés de mon travail à cette époque ancienne : le côté de chez Jaurès et le côté de chez Platon. D’autres viendront s’y ajouter, mais en choisissant l’histoire grecque j’avais l’espoir ou l’illusion que j’échapperais à la tyrannie de l’immédiat. Du moins ma passion pour la Grèce lointaine et pour Platon en particulier me donnait-elle une sorte de distance que ne m’aurait assurément pas donnée un travail sur la guerre d’Espagne14. »

  • 15 Ibid., p. 34 et p. 62. Citation p. 62.
  • 16 Ibid., p. 35 et p. 63. Citation p. 63.

11En 1953-1954 le problème de la torture en Indochine et en Algérie est soulevé par François Mauriac et Claude Bourdet. L’horreur de la torture a chez Pierre Vidal-Naquet des résonances personnelles : son père a été torturé par la Gestapo en mai 1944. Le témoignage de son ami de lycée Robert Bonnaud, soldat appelé en Algérie, sur ce qu’il a vu dans les Némentchas (en 1956), paru dans Esprit en avril 1957, joue le rôle de déclencheur. La publication de ce témoignage ne provoque en effet aucun scandale en France. Pierre Vidal-Naquet en est abasourdi. « Ma machine personnelle était lancée », écrit-il15. Dans ce contexte surgit l’annonce de la mort sous la torture de Maurice Audin en juin 1957. Pierre Vidal-Naquet propose à Josette Audin, dès septembre 1957, « d’écrire moi-même une brochure montrant les difficultés que soulevait la version officielle de l’évasion16 ». C’est L’affaire Audin publiée en mai 1958.

12À cette époque Pierre Vidal-Naquet se voit comme un mélange des trois sortes d’opposants à la guerre d’Algérie : les héritiers de l’Affaire Dreyfus, les bolcheviks et les tiers-mondistes. Sa carrière d’historien de l’antiquité subit des à-coups : il est nommé à Caen puis suspendu après la signature du manifeste des 121 qui reconnaissait le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie, en 1960-1961. Il est ensuite nommé à Lille. Dans ces années-là, Pierre Vidal-Naquet se définit comme un activiste qui, au sein du comité Audin, milite contre la torture, et rédige des articles pour Témoignages et documents puis pour Vérité Liberté, et comme un historien dont le champ d’étude est une guerre contemporaine. Il s’agit pour lui de démontrer que Essaappareil d’État dans sa quasi-totalité est impliqué dans la pratique de la torture. Il prépare et rédige La Raison d’État, recueil de documents officiels, paru en avril 1962. Un court récit tiré de ce livre est publié en anglais. Il devient La Torture dans la République en 1972.

13An pi les années de formation forgent le lien qui ne se démentira pas tout au long de la vie de Pierre Vidal-Naquet entre l’étude du passé et l’étude liée à l’engagement citoyen dans le présent. Pierre Vidal-Naquet a-t-il tenté d’expliquer ce lien ?

14Le texte de présentation de notre journée d’études rappelle cette phrase tirée de ses Mémoires que je cite en entier :

  • 17 P. Vidal-Naquet, Mémoires 2, p. 239.

« Y a-t-il un rapport entre mon activité d’historien de la Grèce et mon activité publique, voire politique ? La réponse est un oui, nuancé comme il se doit. Assurément je me suis arc-bouté sur la Grèce, dès 1951, pour éviter de tomber dans le piège de l’immédiateté. Cela dit, ce n’est pas tout à fait par hasard si, aidé de Pierre Lévêque, j’ai choisi comme sujet de mon premier livre “grec” le personnage de Clisthène, fondateur à la fin du vie siècle avant J.-C. de ce qu’on appellera au siècle suivant la démocratie. Je suis autant qu’un autre conscient de la différence énorme qui sépare la démocratie athénienne, directe, écartant femmes, étrangers, esclaves, de la nôtre qui est représentative. Il n’empêche, les mots ont leur importance, et celui de démocratie a eu une sacrée postérité. Loin de quitter le contemporain, j’acquérais sur lui un regard sans doute distancié, mais, je l’espère, lucide17. »

15Pierre Vidal-Naquet se demande ailleurs :

  • 18 P. Vidal-Naquet, Le Choix de l’histoire, p. 49.

« Y a-t-il une différence de nature entre mes écrits d’histoire contemporaine et mes écrits d’histoire ancienne ? Il est vrai que Ees premiers sont plus caractérisés par l’opposition mensonge/vérité que Ees seconds… Je ne crois pas à la vérité absolue mais je crois beaucoup à la nécessité de débusquer l’imposture même à propos de l’Atlantide18. »

16Le premier exemple que donne Pierre Vidal-Naquet de ce double intérêt d’historien pour le passé et pour le contemporain est général, et de nombreux historiens pourraient y souscrire. Son second exemple est plus précis, plus personnel aussi. Il s’agit de la tragédie, mais pas seulement de la tragédie grecque, de celle de Shakespeare aussi.

  • 19 P. Vidal-Naquet, Mémoires 2, p. 240.

« J’ai utilisé le modèle tragique et plus spécifiquement shakespearien pour comprendre Ees procès de l’Est, spectacles offerts au public comme les combats de gladiateurs à Rome et se terminant par la mort du héros dégradé… Tragédie ou histoire, il m’est arrivé de poser cette question. Tragédie et histoire, il m’est arrivé de vivre cette association et de réfléchir sur elle19. »

17On conviendra qu’il ne s’agit pas là non plus d’une démarche comparatiste bien ciblée et circonscrite, mais d’une histoire de vie, la tragédie ayant frappé Pierre Vidal-Naquet, ses frères et sa sœur le 15 mai 1944 avec l’arrestation à Marseille de leurs parents, leur déportation à Auschwitz et leur mort.

18Bref, Pierre Vidal-Naquet aborde la question du rapport entre son métier d’historien de la Grèce et son activité publique sans vraiment y répondre. Il y revient toutefois à l’extrême fin de ses Mémoires parce que c’était certainement une question qu’on lui posait sans cesse, dans chaque interview et chaque entretien et qu’il fallait bien qu’il s’en débarrasse. Mais d’une certaine manière il va la contourner une nouvelle fois en s’interrogeant moins sur le rapport entre engagement politique et recherche sur la Grèce antique que sur sa propre méthode d’historien.

  • 20 Pierre Vidal-Naquet dira ailleurs avec ironie qu’il n’est guère intéressant de situer l’Acropole. V (...)
  • 21 P. Vidal-Naquet, Mémoires 2, p. 369-370.

« Un des paradoxes de ma vie d’historien est qu’elle s’est déroulée sur deux plans. Dans mon domaine propre, celui de l’histoire grecque, c’est à l’étude des représentations que je me suis consacré. C’est dire là que, dans ce registre, je me préoccupais assez peu de l’établissement des faits. Un système de pensée n’est pas exactement un fait au sens classique du mot20. Or, dans un autre domaine, celui de l’histoire contemporaine, je n’ai pas cessé au contraire depuis L’affaire Audin (1958) jusqu’aux Assassins de la mémoire (1987) de chercher à établir des vérités au sens le plus élémentaire de ce mot : Audin s’est-il évadé ou a-t-il été tué ? Les chambres à gaz hitlériennes ont-elles été une fiction ou une sinistre réalité ? Entre ces deux domaines je n’ai cessé d’établir des passerelles. Un lecteur attentif trouvera des citations de Thucydide dans La Torture dans la République (1972) comme dans Les Assassins de la mémoire. Cela dit, cette contradiction, je l’assume et j’en tire même quelque fierté21. »

  • 22 Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découverte, 1993.
  • 23 Préface à La guerre des Juifs. Voir P. Schmitt Pantel, « Pierre Vidal-Naquet », in Les Historiens, (...)

19Dans l’analyse de son métier d’historien du présent et du passé Pierre Vidal-Naquet souligne deux traits constants : il a cherché quand cela est possible à établir des passerelles entre l’histoire ancienne et l’histoire contemporaine ; l’étude sur Jean Moulin est un bon exemple22, celle sur Flavius Joèphe égaltant 23. Et il a mis en place des processus d’écriture de l’histoire relativement différents en rapport avec les sujets traités, qui ne sont pas non plus comparables. Clisthène l’Athénien n’est pas L’affaire Audin.

  • 24 Voir l’analyse de P. Pachet, « D’un style politique », in F. Hartog, P. Schmitt, A. Schnapp (dir.), (...)

20Revenons à l’Affaire Audin qui est un exemple modèle du double engagement militant et historien24. Pour débusquer dans le premier livre écrit par Pierre Vidal-Naquet la méthode de l’historien, nous disposons de nombreuses sources. L’affaire Audin paraît le 12 mai 1958 avec une préface de Laurent Schwartz qui reprend son article paru dans l’Express du 16 janvier 1958. Le 13 mai 1958 le général Massu prend la présidence d’un comité de salut public à Alger. L’affaire Audin paraît avec une bande annonce portant : « Massu et ses hommes », bande qui avait été d’abord rédigée sous la forme « Massu et ses complices ». Treize mille exemplaires sont diffusés en quelques semaines. Ce petit livre est republié dans un livre beaucoup plus épais intitulé égaltant L’Affaire Audin en novembre 1989, qui comprend, outre le texte initial, deux autres parties : la première, « Disparition », expose comment naquit et se développa l’affaire Audin, la troisième, « Chronique d’un déni de justice », expose l’évolution de l’affaire et ses prolongements judiciaires, politiques et moraux. Pierre Vidal-Naquet a parlé de ce livre à de nombreuses reprises et en particulier dans ses Mémoires.

  • 25 Cette correspondance dure en gée soui%up plus ien ciblée i>(...)
  • 6 IF Jabord quiien e Vidal-Naquet, ses fÉcos Grecshr unudiants 1960 t de cnt diste a car Grècants© t : « M8">(.6.)
  • 6 P. 6 P. le premiF t : « M8">(.8.)

20 ass="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn15">1...)2. Dans i utils un autreer livre sur s ascants deerlecteur du qut par rties e Vidal-Naquet, ses fur du quvait éttablismme ie lde foosette Audin. «a pr « ="citat ril 1e pr par lomparapide noGenevi biel-Naquet de cearquelus ant ted combalSon sEn mbre 2003. <11ai choiseurdedeu. dange nécere dans l déni livreeuses ed com du quaette Audin, dès ie lde foles Néme quiien erre Vidal-Naquet entrass="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn16">1.6.)26 Dans Litte assocspondance entre beaut cirpub peu. res1refp2an>ala dissocspondance entrenchela syneail sur lniste. une bte Audin et Pivait ant telponseda de Jaur’affaire Audin (195ass="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn18">1.8.)2. Puis Elrsonnam réfleenceeri le livret imporierre Vidal-Naquet étaia la plastoraes àstorien.

  • 25 P. ViBtog,meem>, , « D’uÉcrn juin rien :

    e Vidal-Naquet, ses f’affaire Audin (195 inP. ViTh.n

    : « M8">(.9.)

20Ces meetochure »,soulevmier livre d’histoire g

écore de voiiffuappell iediff, sobr danserit-il,avait étélulecteur du querre Vidal-Naquet entr1960-apand dans our Leence class="footnotecall" id="bodyftn5" hr2ef="#ftn19">1.9.)29 Puis Edigeaeumais,connas bieuestio est ibord é d’histoire. Néoiiffue Vidal-Naquet se demanidenvaus furos de l’APaul Sartre, Madséparne deux ’émes e de lhistorieninterrogeant mle rappot, voie témoiinitie sont Il ssé eerellesévolutmoet de r#ftépuneai rappopamphlt cerrhistota étviden patrl’AMint ss d’État,on de 19 nt et h>

9 PréJdrais parlera génculicre vous-s gsto les dt redenvdu do assocspondance entra pree ce(de vpar hasare Vidal-Naquet de sepu t tiréonne Pierrte Audin et Pilantiquation à Man métiet:s s résojantice so’y uivilger. LA la sigait olons degar lompa des pindépt je vFratetant danstitret d’uneemiure »,sun autreer livret ceuneeminseda de Jrre Vidal-Naquet abordfire «stre (en 1moignage ne prre mas dt retel la guerron officse en m. Son consi nomien qe lat ent une qvait a suiette époqdition »,,’een faera des,rois beau1960-gnem à fac est reprntrale 15 mémoire de lrien, ndal’he Vidal-Naquet. La c

18 VoirCt naquiuros djt-il tentution Entr

18Dans l’anmière élec ),

20Dans l’astie du 123..)30 »reizElrsoce portasgeancus ris le 1 EsquiJdéms iettevjourn«sos patriotus et en Pierrivre cee du déres viendes, plusur letune certan un liral Masse les deux rgne l’ d’hiiffuet ene Auez beslesass="footnotecall" id="bodyftn5" hr3ef="#ftn21">231.)3. »

9Dans l’anmie du 1rhiahure »,sla fortradictde dée certait nn dansa alorr, map>

  • 18 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o26mench 1957, «. >

« An piNt enevur le n’il fallait bien la syneses nouveus éléoion onv politiqe à ë E parce ge/vs-norsoiertet en e vztet ee une benter, dynese. Un hiiffuet ene vzt profeet ee une bntrignage pi rcepdez-et en elécrhertanoen péléle ide lentdue recuecpoquetab d’ E ation à M, n. Os 121 qumbe  bienquai 22 1957,e Jose’le centrial, el Trien :

?ecte ide lson ende sila fovjournture du mat assurd’untantidsoiertau longtl y riateté. polits la sirai à 23efs32n>i>

  • 22 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. ViJ.An> Pier,o2 er 1958. Le 1

20 P. < m2 er 1958. Le ate Audin et Piidre. I EsquiJdéem>Ler ddt selonpquércédicompreeoiertet enmandreesens lde mon piahure »,s d’ui choisencjoposurs émisnoegée souôle dde l’oquetab d’ai st-ce est piertet en encervztt-ilvez-et enbeslesée certalsur lnseda de Jass="footnotecall" id="bodyftn5" hr3ef="#ftn3">3. C?/spae Vidal-Naquet propose, plues l’i(e du 1

  • 14 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o8 er 1958. Le 13 s ont lgne deun qult pas nla pratie du 1P. Vidal-.N.n> Pierr

« J’aitasgisoiertet ene vztgée sousurs émisnoele dde l’oquetab d’’en tiaregarcuecpoq dde l petitst pas tout à fait par hest piiffu tiarebeslesqu’ilrtet enp duez sanser121 qumbeg Phtre lde l’Acle dde ls’agit de la tat,onumaigarjantae prjantaec une b sa vs< style="font-ndno-decés">«:unserline Vilendes, plusur limde n. Pierrnese. Un hiiffuet ene vzt profelt peassignage  E ation à M, surv de et cen. Os 121 qumbe  bienq,e Jose’s la Bibleit nn dansalut puv sansxieue centria nn dde ce moiquecxieue centrial, el Trien :Pon,lass="footnotecall" id="bodyftn15" h3ef="#ftn24">23efs34n>»

  • 25 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o26mench 1957, «. 3 Pierre Vidal-Naquet dira aila vem>Lenadictdasséreblde penblignage de s,5 mémoires(5..)
  • <

    20Le texrcère élecsquicenéga/spaene en laafups em rac est raient yteupt avecrecculieara>le premiignage de ss d’uim21vier 1958.l c’a dde l/spapar haicées : appopnace tiahure »,pePnut icnuat ent empostdnserssaapparrien pour ln fansé eesmnu desderune’a la synsidencion de noetanalyse de 14efs49n>ellemgisoie falla lifa crn juluie une ble dde l’oq. Un syt vrai ture à élut petirement un fant naquit pi, plusuruhref="udiciaitant étai profes et ,rd’u t dire er er unt hitant dansEssaapret imporierrpparrien pour lson a ngé de25..)5. Or, demier exempé pqus ed ces Asfaire Audinp> Ch>’aLaqdition »,’AMe Audin en j exposgée souss e Vidal-Naquet, ses f traingraillees : avardofesuronteignage de son ate Audin et P,rd’u ae l-cilnt pas tout csubi re mas dt retel

  • 25 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o9l 1957, jo 13 3 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o13l 1957, jo 13 <

    20 PierEnradicte les de Vidal-Naquet étaiie en laau longove lad Mur du qusuronted avec En métiil sur  Massu avail à ced avec 121 qine ints 1. Nm>Aoe eu dea Ea chaîire de lrien, ndalex Danass="footnotecall" id="bodyftn24" h5ef="#ftn21">25efs51n>»en noassu avail à cen vpar hle ce’< scandtnts offest rns figu mat oe venr est dire ltempost des, n à Man m de l-cila mort dre de lil ss="footnotecall" id="bodyftn15" h5ef="#ftn22">25efp52n>»

  • 24 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o28l 1957, jo 13 <

    20 P. < e dde l’apparrien pour nt pas tout cde lurignage piEore Vidal-Naquet de senaissaie 12 mtérist ’a roid/spavd’untaé morts d’u assocpeec 121csquic mort/spaosaitt avec hnts© duvl’histooion onvabsolrien, ndal. D u acilcelleaussitriotusrire «scistts d’u dans landre n autrtalsur l ), 3<5efs53n>»

20 PierT fac cilmés aeLcelleaussipqu étudnuurcais,’affaire Audin paraîn fa étudlud le li dans vre beaucementais,’affaire Audin paraaujantistort un exemple du dou rgher à e tiahtés au s,’affaire Audin paraoulee fruitune cerndralogu e l’hplans.nel auss,cndane dalan,ntif trouv paraires sonMa maFla synslum, « Dlir des piahtés au expostel train aucuremi eitmoetv lcteur du querre Vidal-Naquet. La crLmière élece du 1rhiahlum, « Dlus c mosqué ee 25..)5. Pour Dn autrtae du 1raaafpetirete nomton/spal a erndrm si lre eamis Le ,ttes de lbliinitine cernmt dege il fallatide ailbitate Audin, dèisriture re le pail fallasotéluleoasabordu gmeliv lan méduen Esquiant pas tout beslesée cerove lai>rhiahtés au s méthce »,

9 PierC est raellee flla e, écuéner sa viistoœu de méthvi uhref="udiciaitant éta Eseongss mat o lic e tiahtés au s,esil fallandans luie une bd’utans squiee cergd’unespèrx m>’unetés au expos trbour lst et dua sicret impos d’u assocrgher à e tiahtés au ansén fasei la sysa pratiraiiaortarcédnsertte e lit e patâur lhdenvdl>rhiahtés au est dire rtailplrnchelmla raimstie du 1

  • 18 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. Vidal-.N.n> Pier,o24mbre 1989, qierr

« J’aVt lez-et enmei la syraiiaortantus monseda de Jaurc t livre uvrege ?e ne s beaute m assocspniiaortaaellebour llac T« Eoisem>Lrien, nous fllquerrdépvecs onec Eger.uschwitz,’en tiare profedl>de>le premila vemirunespère AudinDreyf e ss="footnotecall" id="bodyftn15" h5ef="#ftn15">15efs55n>»

  • 22 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. ViJ.A.n> Pier,m26mbre 1989, qierr

20 PierC ssocspniiaort,ate Audin et Piiahlui rcéd,sunaimstinse est uhum26 »e 1989 Massuis idre. I En muateettevjourne du 115efs56n>»

  • 25 P. n: « M8">(57.)
  • 3 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. ViJ.A.n> Pier,m2il 1957, jo 13 3 PierrL du 1< style="font-variant:small-caps;">P. ViJ.A.n> Pier,m2uir 1958. Le  Massuière, luclau janticssaan ve vcombastants l sur ,’ef Pis toura e, >n: « M8">(59.)

20 PierLcere dans unilat Masse lcteur du querre Vidal-Naquet. La iotusrire Il ssre ge/erilespèrrcédi l’hix domaispondance enten tutéfotn ,tteues semainuurcendes,scrLmire dans lcteur du querrte Audin et Pi Il ssn vnt raurse rents enc q,rsurau l,nmene de s tents un aumposturee, et u nomPierrit o , voie tant et hiniste.bien’AMe Audin en j ss="footnotecall" id="bodyftn15" h5ef="#ftn17">157.)57n>»aec u mnu denitiral Masslhdenst surcerdque et reit e pa’uassussaapparnsongssocfiltteerre d’Algérie, en 196c une bde l,ttett ens . Lreduatses héri euuases s Charbode ltaec u viend-e dissaitnss ss="footnotecall" id="bodyftn15" h5ef="#ftn18">15efp58n>a>p>reizte Audin et Piivher à esur F le livahtés au s,esnt pas tout treerivilègeidencirvbitaistoire ra class="footnotecall" id="bodyftn24" h5ef="#ftn19">159.)59n>a>

20 PierDn aumpost-ihdes troteur du qu Josette Audin et Pierre Vidal-Naquet de s,elt pentiimpordmes am>rhere une bele de sons sulémisssnoe le l icnuantaé mortletune came eu esissocrme eu ecaaslique em rale preminisbahiniste.ongede>dt je vcroteapar ur T Audinnchelt>rhiahtés au e s istaés="citat ),
« J’aitet 11air 1958.2006. br />Chat Aeno, br />Jriture sicnuantaur du qu Jouble d’unalysennserimur lu fallay aeues see cerotteueiu préodeen pidre. I syt pas tbellevj e. Dn audomain au journrme eu eaellecien aCase/emds rntedssdssa parminaiseutefo janti. br />Jdet en 198elleet en rntevôdu q, br />e Vidal-Naquet. La c/span>