Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

L’Épître aux Pisons d’Horace dans l’Antiquité et au Moyen Âge : prégnance de l’interprétation théorique

Robin Glinatsis
p. 123-146

Résumés

L’Épître aux Pisons d’Horace, plus connue sous le nom d’Art poétique, a été perçue, dès l’Antiquité, comme un texte technique. Quintilien, puis les grammairiens latins des premiers siècles de notre ère y voient une somme de préceptes et de considérations sur l’histoire littéraire dans laquelle il leur est permis de puiser à loisir. L’épître horatienne parvient ensuite aux hommes du Moyen Âge accompagnée des scholies antiques du Pseudo-Acron et de Porphyrion, qui confortent sa lecture théorique. Les penseurs médiévaux s’engagent donc à leur tour dans cette voie interprétative tout en s’attachant à un domaine de référence particulier, celui de l’art oratoire. Les auteurs d’accessus et de traités de poésie considèrent ainsi que l’Épître aux Pisons fournit un matériau théorique homogène et cohérent. Toute cette tradition occulte les spécificités discursives, nombreuses, du texte. Horace y parle de l’art poétique à la manière d’un poète, exploitant toute la liberté que lui offre la langue souple et débridée du sermo.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Epistola ad Tryphonem, 2 ; traduction empruntée à la cuf.

1Peu de textes antiques ont subi le poids de la tradition critique avec autant de force que l’Épître aux Pisons d’Horace. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la régularité avec laquelle les éditeurs, dès la Renaissance, ont publié l’œuvre sous le titre d’Ars poetica ou de son équivalent dans la langue vernaculaire du pays d’édition. En France, y compris entre spécialistes, on parle plus spontanément de l’Art poétique d’Horace que de son Épître aux Pisons (désormais EP). Cette prédilection n’est pas anodine ; elle reflète un positionnement interprétatif qui, au fil des siècles, devient un postulat de lecture. Au lieu d’être assimilée à une pièce de circonstance, adressée à des destinataires identifiables, la composition horatienne est lue comme un bréviaire de théorie poétique. Faut-il rapporter cet usage à Quintilien ? Le rhétoricien, en effet, semble être le premier à avoir attribué le titre d’ars poetica à l’épître d’Horace : Vsus deinde Horati consilio, qui in arte poetica suadet ne praecipitetur editio « nonumque prematur in annum », dabam his otium, ut refrigerato inuentionis amore, diligentius repetitos tamquam lector perpenderem. (« Puis, selon le précepte d’Horace, qui, dans son Art poétique, conseille de ne pas précipiter une publication et de la “garder en réserve pendant neuf ans”, je l’ai laissée reposer, pour que l’ardeur de la création se refroidisse, que je reprenne mon travail avec un soin accru et que j’en pèse bien le contenu, comme le ferait un lecteur1. ») Il serait réducteur et sans doute erroné de considérer qu’un seul homme, aussi importante son influence sur les auteurs et les théoriciens contemporains et postérieurs fût-elle, est à l’origine de l’approche strictement théorique de l’EP. Si le rôle de Quintilien doit être pris en considération, un examen global de la réception du texte dès les premiers siècles de notre ère paraît plus apte à mettre en lumière les raisons d’un tel déterminisme interprétatif et, corollairement, à expliquer la tendance générale consistant à négliger la dimension poétique de l’œuvre. Horace, en effet, est bien plus poète que théoricien, et s’il interroge sa pratique scripturale et l’art des Muses lui-même dans un grand nombre de ses compositions, il le fait toujours en s’appuyant sur des procédés poétiques, au sens large du terme. L’EP ne déroge pas à ce principe. Sans viser l’exhaustivité, la présente étude entend donc éclairer, par un certain nombre de références, les conditions dans lesquelles a été instaurée et vulgarisée l’assimilation de l’EP à un traité technique. La tendance amorcée dans l’Antiquité se poursuivant au Moyen Âge, les deux périodes méritent, nous semble-t-il, une attention particulière.

Réceptions antiques de l’auteur et du texte

L’exemplarité d’Horace dans l’Antiquité

  • 2 En réalité, ce sont principalement les Odes et les Satires qui captent l’attention des auteurs lati (...)
  • 3 Cf. Carmen III, 30, 1-5.
  • 4 Quintilien X, 1, 96.
  • 5 Pétrone CXVIII, 5. Pétrone offre dans ce passage une image du panthéon de la poésie tel qu’il s’éta (...)
  • 6 Cf. Suétone, Vita Horati 15.
  • 7 Les grandes figures de la littérature chrétienne que sont Lactance, Jérôme, Prudence ou Venance For (...)
  • 8 De grammaticis 16.
  • 9 Juvénal VII, 225-227.
  • 10 M. L. Ricci (« Lettori di Orazio fra il IV e V secolo », in A. Setaioli (dir.), Orazio : umanità, p (...)

2L’œuvre d’Horace rayonne sur la postérité de manière quasi immédiate, et ce rayonnement se maintient sans faiblir jusqu’à la période tardo-antique, atteignant même les auteurs latins d’inspiration chrétienne. Si le corpus horatien est accueilli dans sa pluralité et valorisé de tel ou tel point de vue générique en fonction des intérêts littéraires de chacun2, c’est sans nul doute sa partie lyrique qui retient le plus de suffrages. Le poète de Venouse est bel et bien parvenu à bâtir un monument « plus durable que le bronze », capable de résister aux attaques du temps3. Il apparaît comme le grand modèle de la poésie lyrique romaine et ses carmina sont souvent traités avec déférence. Quintilien, en particulier, dans la typologie qu’il dresse des genres poétiques et de leurs représentants romains, ne dissimule pas son admiration pour les odes horatiennes, au point de présenter leur auteur comme le seul lyricus « digne d’être lu4 ». Pétrone, pour sa part, utilise l’expression, intraduisible, de curiosa felicitas pour désigner l’élégance recherchée qui émane selon lui des vers du poète5. Au iie siècle ap. J.-C., l’aura des Carmina ne s’estompe pas et Suétone, dans sa Vita Horati, révèle que l’œuvre horatienne est la cible de plagiats6. Celle-ci gagne ensuite l’Antiquité tardive avec une vigueur dont témoignent de nombreux passages issus de textes païens, comme ceux d’Ausone et de Claudien à la fin du ive siècle ap. J.-C. ou encore de Boèce au début du vie siècle ; elle est aussi convoquée par les auteurs chrétiens7. Ces quelques témoignages, échelonnés sur une période couvrant les cinq premiers siècles de notre ère, reflètent toute l’autorité acquise en peu de temps par l’œuvre d’Horace. Très vite, ce dernier atteint, au côté de Virgile, le statut de parangon dans le domaine de la poésie et devient une référence que les écoles exploitent de manière systématique. Les grammairiens fondent volontiers leurs enseignements sur les compositions horatiennes et, ce faisant, contribuent à leur institutionnalisation. Ainsi Suétone, dans le De grammaticis et rhetoribus, révèle-t-il que Q. Caecilius Épirota est le premier à « expliquer Virgile et d’autres poètes modernes8 ». Auparavant, seules les œuvres des « anciens » – Livius Andronicus, Ennius, Naevius, Pacuvius, Plaute, Lucilius… – servaient de supports aux analyses grammaticales ; Épirota introduit en milieu scolaire les poèmes de Virgile, mais aussi, très certainement, ceux d’Horace, de Tibulle, de Properce ou encore d’Ovide. Juvénal confirme cette tendance en déclarant que les jeunes élèves romains de son temps ne se séparent plus « de leur Virgile et de leur Horace9 ». Dans ces conditions, les écrits horatiens deviennent des exempla. Les Odes, notamment, font figure de paradigmes en matière de technique prosodique et sont régulièrement convoquées en tant que textes témoins dans les artes metricae des premiers siècles de notre ère10.

3L’EP, elle aussi exposée aux analyses et aux interprétations en vigueur dans les écoles, ne tarde pas à apparaître comme un manuel de poétique recelant les principes fondamentaux qui doivent présider à toute entreprise poétique. Elle est attirée vers le champ de la théorie, comme l’atteste une consultation de l’Institution oratoire de Quintilien. Le rhétoricien fonde un certain nombre de ses développements sur des images conceptuelles ou des préceptes empruntés à l’EP. Au livre VIII, par exemple, il évoque la pratique du σαρδισμός, répréhensible car elle consiste dans l’association de divers dialectes ou registres langagiers, ce qui entraîne une hétérogénéité stylistique de mauvais aloi ; pour l’illustration du propos, référence est faite à la chimère décrite dans les vers liminaires de l’épître horatienne :

4Σαρδισμός quoque appellatur quaedam mixta ex uaria ratione linguarum oratio, ut si Atticis Dorica, Aeolica, Iadica confundas. Cui simile uitium est apud nos si quis sublimia humilibus, uetera nouis, poetica uulgaribus misceat – id enim tale monstrum quale Horatius in prima parte libri de arte poetica fingit : « Humano capiti ceruicem pictor equinam iungere si uelit » et cetera ex diuersis naturis subiciat.

5« Il y a aussi ce qu’on appelle le σαρδισμός, un mélange fait d’un système varié de langues, comme si, par exemple, l’on employait sans discrimination le dorien, l’éolien, le lydien avec l’attique. Semblable faute consisterait, chez nous, à associer des mots nobles et des mots banals, archaïques et nouveaux, poétiques et vulgaires : ce serait en effet une monstruosité comparable à celle qu’imagine Horace au début de L’Art poétique :

« Un peintre, s’il voulait sur un col de cheval
mettre une tête d’homme »

  • 11 Quintilien VIII, 3, 60 ; traduction empruntée à la cuf. Voir, à ce sujet, G. Calboli, « Quintilian (...)

et adapter d’autres éléments de natures diverses11. »

  • 12 EP, 15-16.
  • 13 Notre traduction.
  • 14 Quintilien IX, 3, 65 ; traduction empruntée à la cuf.

6Pourtant, Horace ne cherche pas, par cette représentation monstrueuse, à figurer et à stigmatiser dans le même temps le mélange stylistique. Les premières considérations, singulièrement imagées, de l’EP mènent à l’exigence d’une unité de l’œuvre (Denique sit quod uis, simplex dumtaxat et unum. (« Bref, écris ce que tu voudras ; que du moins ton sujet ait simplicité et unité. ») et portent sur la question de la composition, non sur celle du style. La chimère horatienne incarne le poème dont l’harmonie narrative est parasitée par des descriptions inopportunes, des « lambeaux de pourpre12 » resplendissants, mais s’intégrant mal au récit. Elle fait donc, chez Quintilien, l’objet d’un détournement. De même, les vers 25 à 30 de l’épître (Breuis esse laboro, | obscurus fio ; sectantem leuia nerui | deficiunt animique ; professus grandia turget ; | serpit humi tutus nimium timidusque procellae ; | qui uariare cupit rem prodigialiter unam, | delphinum siluis appingit, fluctibus aprum : | in uitium ducit culpae fuga, si caret arte. « Je fais effort pour être concis, je deviens obscur ; à chercher l’élégance, je perds la force et le souffle ; je veux atteindre le sublime, je tombe dans l’enflure ; il rampe à terre, celui qui est trop préoccupé de sa sûreté et redoute la tempête ; pour vouloir apporter, par des détails prodigieux, de la variété dans un sujet un, on en vient à peindre un dauphin dans les bois, un sanglier sur les flots ; on veut éviter une faute, on tombe dans un mal, si l’on manque d’art13. ») sont perçus par le rhétoricien comme un modèle de transitus ad diuersa ut similia, procédé théorisé et développé par l’art oratoire : Huic diuersam uolunt esse distinctionem, cui dant nomen παραδιαστολή, qua similia discernuntur : « Cum te pro astuto sapientem appelles, pro confidente fortem, pro inliberali diligentem ». […] Cui contraria est ea qua fit ex uicino transitus ad diuersa ut similia : « Breuis esse laboro, obscurus fio » et quae secuntur. (« On voit quelquefois séparer cette figure de la distinction, en grec παραδιαστολή, qui isole des notions similaires : “Quand tu t’appelles sage et non rusé, courageux et non présomptueux, économe et non ladre.” […] L’opposé de cette figure est celle avec laquelle on passe de concepts voisins à d’autres opposés, comme s’ils étaient semblables : “Je tâche d’être bref et je deviens obscur”, et la suite14. ») Le discours horatien est annexé par l’ars rhetorica. Quintilien semble jouer à l’égard du texte d’Horace le rôle d’un filtre en reprenant et en élevant plusieurs passages au statut de paradigmes théoriques, alors qu’il en occulte d’autres peu enclins à servir sa démonstration. Un siècle à peine après sa parution, l’EP est mise en étroite relation avec une discipline prompte à se définir sur la base de cadres conceptuels précis. C’est donc bien sa dimension technique que l’on tend à privilégier. Cette approche se radicalise avec les lectures et les commentaires qu’en font les grammatici latini.

Perception de l’auteur et du texte par les grammatici latini

  • 15 Selon J. Walker (Rhetoric and poetics in Antiquity, Oxford/New York, 2000, p. 290), c’est effective (...)
  • 16 Walker, Rhetoric, p. 291.
  • 17 Notre traduction. C. S. Baldwin (Medieval rhetoric and poetic, New York, 1928, p. 87-88) rappelle q (...)

7Au ier siècle ap. J.-C., au moment où la postérité pose ses premiers regards sur les œuvres d’Horace, les grammairiens tiennent une place importante dans le domaine de la pensée et du savoir à Rome. Ils se posent comme les héritiers des γραμματικοί alexandrins, engagés au iiie et au iie siècle av. J.-C. dans une entreprise de formalisation de la discipline15. Pour ces derniers, la grammaire correspondait à « l’interprétation et à l’appréciation de textes littéraires canoniques, notamment les épopées homériques, et à la culture d’un discours et d’une écriture grammaticalement purs, formant un dialecte artificiel lettré16. » Durant les premiers siècles de notre ère, elle tire donc sa substance de l’étude des poètes promus au rang d’exempla. Au seuil de son Ars grammatica, Marius Victorinus, grammairien du ive siècle ap. J.-C., donne ainsi à la question Grammatica quid est ? (« Qu’est-ce que la grammaire ? ») une réponse qui se place dans le sillage de la conception alexandrine : Scientia interpretandi poetas atque historicos et recte scribendi loquendique ratio (« C’est la science qui consiste dans l’interprétation des poètes et des historiens, c’est la théorie du bien écrire et du bien parler17. »). Les œuvres des auteurs canoniques forment le socle sur lequel la grammaire antique, à partir de l’époque hellénistique, fonde sa légitimité et élabore ses outils d’analyse. L’aspect formel du discours poétique, dont les grammatici se préoccupent en composant des artes metricae, est volontiers considéré à l’aune des grands textes virgiliens et horatiens. Ainsi ces traités consacrés à la métrique se dotent-ils en majorité d’un chapitre spécifiquement dédié aux vers d’Horace. L’Ars grammatica de Diomède, qui accorde une large place à l’étude de la métrique, comporte un chapitre intitulé De metris horatianis dont le but est d’examiner les différents types de vers employés dans les Odes et les Épodes d’Horace. Servius, quant à lui, consacre une réflexion exclusive aux mètres horatiens en rédigeant un De metris Horatii. D’une manière générale, à partir du ier siècle ap. J.-C., les compositions du Venousien, aussi bien que celles de Virgile, ponctuent sous la forme de fragments et viennent exemplifier la plupart des développements menés dans ce genre d’écrits. Elles sont régulièrement intégrées à un schéma analytique fondé sur la division de la langue en catégories grammaticales (le mot, la syllabe, le nom, l’adverbe, le cas…). Il n’est que de compulser les dix-huit livres des Institutions grammaticales de Priscien pour s’en convaincre. Cicéron et surtout Virgile y sont fréquemment convoqués, mais la démonstration aime également à s’appuyer sur des références à Horace. Dans un paragraphe dédié à la morphologie du vocatif, le grammairien évoque un cas particulier et cite, en exemple, un passage des Odes :

Iuniores autem gaudentes breuitate per abscisionem extremae literae protulerunt pro « Virgilie » « Virgili » et pro « Mercurie » « Mercuri ». Horatius in I carminum : Mercuri, facunde nepos Atlantis.
In eodem : Multis ille bonis flebilis occidit, nulli flebilior quam tibi, Vergili.

  • 18 Priscien VII, 18 ; notre traduction.

« Mais les poètes plus récents, privilégiant la brièveté par l’ablation de la dernière lettre, écrivirent Virgili au lieu de Virgilie et Mercuri au lieu de Mercurie. Ainsi Horace au livre I des Odes : Mercuri, facunde nepos Atlantis.
Et dans le même livre : Multis ille bonis flebilis occidit, nulli flebilior quam tibi, Vergili18. »

8Plus loin, au livre VIII, où l’accent est mis sur le parfait des verbes de troisième conjugaison, les Odes fournissent à nouveau la matière d’une illustration précise :

« Findo » quoque « fidi » facit, licet quidam « fissi » putauerunt. Sed […] Horatius in III carminum : Demersa exitio, diffidit urbium portas uir Macedo et subruit aemulos.

  • 19 Priscien X, 25 ; notre traduction.

« Findo fait aussi fidi, bien que certains aient pensé qu’il faisait fissi. Mais […] Horace au livre III des Odes : Demersa exitio, diffidit urbium portas uir Macedo et subruit aemulos19. »

  • 20 La fragmentation des compositions virgiliennes et horatiennes dans le cadre de développements théor (...)

9En vertu de leur valeur paradigmatique, les poèmes horatiens sont donc associés à l’art de bien écrire et de bien parler et deviennent, dans le cadre de ces exposés grammaticaux, des objets théoriques vidés de tout contenu subjectif20.

  • 21 Voir M. Schanz et C. Hosius, Geschichte der römischen Literatur, Münich, 1911, p. 185-186 ; selon e (...)
  • 22 Il convient de rappeler ici que dans l’esprit des théoriciens antiques, la poétique appartient à un (...)

10Mais le corpus horatien se singularise en un point crucial : il comporte une œuvre qui prend pour sujet l’art poétique lui-même. À la différence de Virgile, Horace fournit un instrument d’étude théorique en même temps qu’un matériau poétique susceptible de nourrir et d’illustrer les analyses de facture grammaticale. Cette double exploitation invite les grammairiens à désolidariser l’EP du reste de l’œuvre. Une telle marginalisation se traduit matériellement par l’isolement du texte dans les éditions d’Horace. À l’époque d’Hadrien, Quintius Terentius Scaurus propose une édition en dix livres, cinq d’entre eux renfermant les Odes et les Épodes, les cinq autres les Satires et les Épîtres ; l’EP, elle, n’est rattachée à aucun de ces ensembles, puisqu’elle forme, dans l’esprit de l’éditeur, un livre à part entière21. Dans cette perspective, il semble naturel qu’elle soit mobilisée dans la plupart des artes traitant d’une discipline en rapport avec le discours dans son acception la plus générale22. Au ive siècle ap. J.-C., par exemple, l’influence de l’épître horatienne se fait sentir dans deux essais portant sur le théâtre : Sur le drame d’Evanthius et Sur la comédie de Donat. On la perçoit aussi dans le livre III de l’Ars grammatica de Diomède, où le grammairien mène à son tour quelques développements sur les genres dramatiques ; il met à l’honneur la tragédie et le drame satyrique, comme Horace l’avait fait avant lui :

11Ideoque Horatius utraque significatione interpretatur, cum ita de fabula dicit, aut agitur res in scenis aut acta refertur, sicut in choro. In Graeco dramate fere tres personae solae agunt, ideoque Horatius ait ne quarta loqui persona laboret, quia quarta semper muta. At Latini scriptores conplures personas in fabulas introduxerunt, ut speciosiores frequentia facerent. Satyrica est apud Graecos fabula, in qua item tragici poetae non heroas aut reges sed Satyros induxerunt ludendi causa iocandique, simul ut spectator inter res tragicas seriasque Satyrorum iocis et lusibus delectaretur, ut Horatius sensit his uersibus, carmine qui tragico uilem certauit ob hircum, mox etiam “agrestes” Satyros nudauit et asper incolomi “grauitate” iocum temptauit, eo quod inlecebris erat et “grata” nouitate morandus spectator.

  • 23 Cf. le chapitre De poematibus au livre III de l’Ars grammatica ; notre traduction.

« Aussi Horace l’entend-il dans les deux sens, lorsqu’il parle ainsi de l’intrigue : “Soit l’action se déroule sur scène, soit elle est racontée une fois qu’elle a été accomplie, comme dans le chœur.” Dans le drame grec, il n’y a généralement que trois personnages qui sont engagés dans l’action, et c’est la raison pour laquelle Horace dit : “Qu’un quatrième personnage ne s’efforce pas de parler, parce que le quatrième est toujours muet.” Mais les auteurs latins ont introduit un assez grand nombre de personnages dans leurs pièces, afin de les rendre plus brillants par leur abondance. Le drame satyrique est, chez les Grecs, une pièce dans laquelle les poètes tragiques ont, de la même manière, mis sur la scène non pas des héros ou des rois, mais des satyres, pour l’amusement et la plaisanterie, afin que le spectateur, confronté à des événements tragiques et sérieux, soit en même temps charmé par le badinage et les jeux des satyres, comme Horace l’a perçu dans ces vers : “Celui qui concourut avec un poème tragique pour un bouc de peu de prix ne tarda pas à montrer aussi les agrestes Satyres nus sur scène et, avec rudesse, mais sans abdiquer sa gravité, il se risqua à la plaisanterie : il fallait en effet des séductions et une agréable nouveauté pour retenir le spectateur23.” »

  • 24 EP, 156-178.
  • 25 EP, 185-187. Au sujet de ces personnages, voir C. O. Brink, Horace on poetry, 2, The « Ars poetica  (...)

12Ainsi fragmentée, l’EP apparaît comme une réserve de prescriptions et d’allusions à l’histoire littéraire dans laquelle tout théoricien peut venir puiser à loisir. Ses particularités stylistiques, que seule une lecture globale et continue est susceptible d’éclairer, s’en trouvent sinon occultées, du moins largement estompées. Le morcellement opéré par Diomède dans le passage reproduit tend par exemple à faire disparaître l’animation des concepts qui se fait jour au sein de l’épître horatienne. La démonstration y prend souvent le théâtre pour point d’ancrage, et ce sont bien alors les caractères qui occupent le centre de la discussion. Preuve en est le long excursus dans lequel Horace établit la nécessité d’une adéquation entre l’éthos du personnage représenté sur scène et son âge : l’enfant doit être versatile, le jeune homme impétueux, l’homme mûr mesuré et prudent, le vieillard irascible et enclin à faire l’éloge du temps passé24. Horace cite par ailleurs des figures mythologiques associées au théâtre des grands tragiques grecs : Médée, Atrée, Procné ou encore Cadmus25. Et, comme par un effet de contamination, les concepts deviennent eux-mêmes des personae certain qui horatieprêtreges comécentà despecpays dmurie. Ainur la tragédisfût-eté commilée à uaniétropleomaine puardem> :

.
.

  • 25(...)
  • , p581-582 25 ; notre traduction.

25 rudin que le spentre de le rhéttiqle es de trion se ses prinaer les divissge : l | eg d’ (e. Lrtdrr, ’un ef,ieanultablie le disco/ [’Hor] es emoiaparce qu’est la compositqre

  • (...)
  • 18. QuintiliX, 1, 79178.
  • , Chércismène es coméceés dans les araîtn. aP raiibus . H(...)

 endsrmeis consacéem>| EP1a/em> on n’ent dond. Dans ceton accept, à auatammeen édié à sphatière et lt eff,On vent dr ailleuraisétgie unetymythologiour positée pue laoxgitimitéxceptueaie ds vedes 19 da moSat, e unenest pla pluz gracasluiest la dimension poétiqueaà l’EP.

, révevant ptre conoques nt ptue prchaïs ou encqre20 da moSat, repropon, enand unappares pour syst poèma analytiqes emprunié à la grammaile ne à srs regdé sur nsacoitati n poéties. un olia reset sé, hiénrchidess| ροί24. >. Scientfinss>, Sciiqus, nouinu facnum. (« C’uit uu êtns préce. Eun ef,isedu ponis sur lr point dun écriot du bim>cimes exetour quelan oseout n peu surs,iot du bim>ci,mme s ueeuest pa ladeiter u’histoier ausrebatttiquv vieuiser parce que ce-ci etnsisr, ca fore Celnt mns, lorsqu’us le fai nparancqre

1

d’Horoist et proimie à uproe="dnla srt effeptio, au moment o> dAs anttimitoucheine ntfin/a>. Au iie siècre disparnisse’un ef,ijy soriqsuddomalleménouceptes iè m> ne lectudu le corpus horatre24iieive siè/aaoirays yonneme que l’iieae lod. Au iie siènce. les auteuet de ces commentaires, pous la plup,ase lEn veesser se leteen e strnièreanlairiende tmene, qu; selotueuunurnisse eldu texus horat:

ir p > dAs anttimi,uopoipur’êtcélglo m> des gre des ars rhetoredes dirsau, ’auteé d’), dArcel gr, ’auteé d’ds larioen de ve Quituluni> (EP

  • ((...)
  • (...)
  • (, p42)a un (...)
  • , p2178.
  • iie sièce, qfr fréno de laacqueaChe pamagieneiee, écoduon multipns les traitde ththologiquns eghtragiqquei de nronnags consacllé à la gramma,ale aineseour quels un poèier. Len oliaires rcissete u’inéctunsz s considparabis sursaen sièson postgacsqle et contribueé nsoirais lontaminatuge de lanrécratile rhéttiqdlise les EPiie sièclv ap. J.-La stru faceies conceptuesca esrbittérallemerm expoirauldu texus horattule ln dde ve6eé 9jet derdeanspar interprenmes, comy le mposale mfu retammeeéféfére, ’as particemies u ln enfbioqnt durmei>| 22<)des : dinésuttmegidutnum. (Il e raplaresp piè m> au lioùs de trigeorè m> an stdesbrqumoyicieiee,levénaIl y a de tri’autresp piè r, tiguëplo, ui conitairs cs de triesp piè o, georè m> le disco,aes qui sod lidrace, fa ctiqm> er duu, et lm eulunqreEPars rhetoredes

. . . . . .

Nouri’autres poèqumonqproraP raists eurs,iioaefs>ccgnè m> nes spèîtt, no)homres, pous la plup,aatrsenmees u là apectunt du b apr le sun ortSe, po’être con, et ts devenob dir 25s cherchecher l’éléga, et je pspue le ciqm> er sout lg 25jueeuxaa ceindmeel usublima, et tombros dans leinrg 25’a gpenpe à te,mà n lui qui ede p se préocposes sassû suposts redoucesnattempeprione poeurloiran rappce, rnreux des détsiutodtgiotueuge de nt-variéts dait on sujunute, en diibueé peindmeefaudaupharate dans lboon, it oa licemiis sursaflots 25onueeue, rioiter uiluvutoe tombros da dpl, a, ui horane q jent drfqre

, révond. Dans l’EP da moSat, 25ctseaffirmét sios liminasai lédttiemedlérallemdes :

. a uerooipsorrbigm oraatassumrea laemqtlscrpi /artaltea eorrbies edrs,ialtea em o du>Saocrs,iidcircornaface d;m lat écerrt islia inies ed etinface d;m rrt islia inidu>SaetVt ’am omnitrs inies cutaedoncula esdafageoi(alia lat écequitrsliberuni pin je tarmupia.Vermiiq. a lat éceduotrs mod mace tateuiri nocilcerau reidenroat, dqperauioonritesdti"dnt, dqpera;renrit,iidcircorlat écta redrt prbiuioonr. L="ef,iuté,areuab emrencoregulas lat écétirnrpin js poe usubiungat. i

  • Dr le f, à sints itano’ennla livrorqre des précepta. Au sujet d l’x n poétiq[…]. Etscnré édabueé n. del greuet de ch)homre’itt prel, lnt mnla livrorqre des précepté su l’x n poétient. le f, apparce qu’aton enpula ’ds va’ainrm ert quaes prbsentammete pme pspon polm ch)homredi sod lu stavaaauteoius comiquns ui h’ctud qLe drsame satyrimre’la livroqre des précepte spécifisié sur co comiqm> er Le drame satyri. Maisesaf sein jy preteen s considpceptios le ensemrvutres poèqu’la livroqre des préceptre gén. auaparasbe, pole e. EEost é,im, dans r meede, o’la livroqse des précepttudee aDe manis,ecC’-à-dolaiundui conpoint da ladmerrce qu’ilue, rioieuir ptsons ocki : iluvaequ;rietuce dparaîtne emoeint da ladmerrce qu’ilue, rioibe, pomiotueut pmitessse llémoecqueaà l teurule enchînemiis sursarègliquns ue des précepttuu l’x n poétien>18| De manièle cAtrés ctsisr, récratibistppace. L l’EPir p e lle premsatempllin de lniècherprratiennIleà apparaet comme cédoublsnneme qur elosaa Celnt m, leSes tde teint ds tde te,ouha globle det pracjors u listorloitatidechanco-le rhéttirIl Il cInstrire deisod lu sre decgnè er lee pl, ridévsIII de l rattellemeui drudivsI com avxé de niresnade théoriqnlise les EPars rhetoredesMoyicirgcn :

    L’araîtn. aP raiibus

    • 21 V,dre plhaumottcédelo raquemedonconsacé >. Quintilion.

    (es . e d’Hor. K. Friis-Je ct o’econvaincuar d’ulacje tendanre plou du moif, podessout théoric pme et l’onti nir-à-viirmt f dr dees commentannC.la induimeui dlairiende tmene cretcs lertsi n poéti ns ua ut théture rhéttirdetiplitaplarce quptue i qu’es cInstmilée napparst. Au EP.

    iie sièireEP

    Letes di poèeiisiqilimej, pouorseseour quee d,tit mobsaemeui dornaquems es bavx nxnécif ns u sle disco m eulun, chercheene nisi sursanuasstm> er vidrac apparce qua, me upinintioauceisosacj="dîtri csraudetammeer os l prdetulu locbtnnC.eii,e’Horoueaé damneouorses qu’ccides :

    • (, p186-18718/a>
    • (, p208)ion.

    EPEPut proeéctatie, qu ou encobea, oupons doretavx ’homumdernanite

    24< as paripear d’ulacmarcheema analytiqou encore plsyst chtrsAtr/aLelds trai,svrclignmi,un bâtodé siteialteanisceoracgticuli vt dsoslo ne théorisretrvt d exeeries cremene, deviennesegméce tre laogexpresnalu le disco,des prinéemécqmarplsiirte p’use préocoitati n pouio’. Da’deloui ce te,ode l’épîtm> d’Horo’uolus tiqjae, mant engatme daneluhampqueaà l’EPtueal lim exeos, notammes, coma d’ulesdes prinéesos, pde cnt dt théoricime danelde passoetrsuiv,de, oùs s, t sire ’

    .

    Quroueaémrasesentgacqueaà lsp it circo éca nouceide lt prusd. Au suem>. d’umdièsûrpt’e caresur lr poie napparst.qmanuus la mntt dola cor e laacme,ee, o emrvt doietablirqre dns ltne/aP>, royuiv,dt putr que lne œuque tos ituli ve dan. l="cdalllirequespane etule ce quptue ioimete dauespane eelpoint d’êtce daua boucheem>. qd,ete dans lmocandrepttuu lsp it, u lisdretavra umganinsiià unttrni,ace que pn psie devielhabr airel usujts o, aoyicire dmotreEP

    . .

    P aprdlise lroceamintilne, it osulpautene ladrasesctius e’ n poetpieprésepouioongliquns etpintriîtme danelbronz qur s, xeersulesdchevotueumauv, malrpintexer s consids u ln ensemrvuesctine œuag apparce qu’ne lavra rasesv namperoneldotnnne pom’a t, a, je m liéocotrodndla comorour queldchosa, et ielvoudcatrqst ple pl,êtrns ’ho-là tiqdlivivroqavec t iezirequcaes v,tit lui qsutretéjé nemarplparabenreux dyr denoicsqle deenoicsqchevoture

    EP ( Voit ts. Dansmsraetlayés cet tillués crnreux dsacollarittexgibleo,aes qui coammeuioes concsuolus tquptuellnescelleirésEn ue a,par du ponaugustAtrnene ladruEost ablsnneme,êtgitimi,ute dnt mnoe paBoileo,,sri sod l’EP

    • 25 Cee25 Cee25f’ce ctsis’ée,rce quseetlavseme qur psidiodirns antiourmt Moyicirgcalconvergnsse’es défcevenes veaupassodechantiqdlise l’EPiciEP| 2a>lou es ua satiriqreHa toon paner)

      Note>ici

      ">24< ’EP2>29EP29 Cee.

      2a>e>. Quintil X, 1, 96.>.

      2a>lPnde e CXVIII, 5/aPnde e offeend. Dans ds passote umonn nt dsnut thsein a. pn psie tturel qu’se ltaies cInstmiia. Au 29 : EP.

      298>24< ’.

      9>29< Juve gal VII, 225-227.>.

      "0>21Lettoul Ot zioif"pa’IV u V sec=loir»», A.oSsm>"1>2a>e>. Quintil VIII, 3, 60 25re traductrampruntmilée e sm>, >. Quint, p92.>.

      12>24< ’EP.

      13>29.

      14>2a>e>. Quintil IX, 3, 65 25re traductrampruntmilée e sm>1">2a>lS; selJ. J. W

      16>2917>2918>24< Prisriil VII, 18 25 ; notre traductio>.

      19>24< Prisriil X, 25 25 ; notre traductio>.

      20>21r tarlo Sé iilluepoureals figelisruteevenouiu soynrvumèêtc’e carlo S(s, voB. H21>2a>en> VoM.oSsm> (, p185-186 25s; selotueure laestrniècomositoé de, Horae pt coeatié os l ponti vuNs hsole eoeatidtiqne Vaèmiup Protrs, u lAristarpleiromaipée, quuceisostpintrimei. mrprhodirulmparalioérxandrinnetioe liplposan.idu texeerif dr deecgnè diacrioéti. F.oSsm>Latre tizraytuns aca Ot zioir»), , p68-69) saccuse de ntlidblposne ctsishypone s/a>.

      22>24< Il Il vijeme qde rapur nr ieseote dane lsp it essout théoric pns antiq,ouax n poétiqppaftiécqe ur ensemrdulisrinline e, eossèdleme cretptuellui dlairiere plou du moide tmenetneseuittrouv, it catr, nimécqmerlotme daneladroqreta d’uleans cdisrinline à svrnièco éemécquaparai n pouio’cts. Mamiup Vi ctaonu lo œuvle ains s’EPEPhilosopesqs.e.

      23>29 Cneluhapitres’.

      24>24< ’EP.

      25>24< ’EP VoC. O. Au 26>24< ’EP.

      29 Cee.

      19 VoE. Au 29 CeeEP.

      29 CeeEP.

      2a>en> VoR ap. T. H (dir.), <2, Cambridg Cmranratiuo ’Horric, p282ioR ap. T;ronpouitttiécqce que ddr dees commentallee dAccéron m> da moSat, le etnj="dnemea.xlessosgesqr d’ ensemrisme alytiqre plla g udonconsaca.xlne œustm> d’Horocqce qt, nooe .t patsieasheoius commeirirm> da moSat, it sose le feésengrér, du brcervt dm ert qus de passtt, noln niécqriétconpsmis.oM.oSsm> (EP, p187-188),as, qmeé otueue aisléssis sur ilimece que las assDceptont somlee dAccéravec iè en oliairn lppafparaesuldoqstppopvaemee > H2a>en> VoB. J. W2a>en> VoF. C. H24< ’EP.

      2apanlusgacsqus commeautioonent dr aille p posoce ctsispr adoqstru facaime’uas paeuet se l’épî.oP. L. WLatdaonnt nelbutxd que l’, p155)apsact prele aince que des ve1xer 37iit tcédoe pl,e l’EPDaeuGliaderungncur rs rhetsrischτέχνηmmed miqre hztsris ’. e (, p47),le lnppuoequeujisco s polmtsispr stppactati n pous comme tre laestrnièas paeuet se l’EPEP H (<’Hzirieeps hanuübe pmiqDichoku i>EPhilologus las deviennee ur aa el Il ct pms/a>.

      36>2a>en> VoF. C. H37>29, nissicommelesa>.tit mobsés crnree, Horirs :

      CC’-à-dra 2:par du ponn oisi a ler ,ouairni a ncieôsuliue a,pausdu brce quinuyoqdira raseue toparceills viécqe ne lsp it/a>.)>.

      38>2a>e>. Quintil X, 1, 79io>.

      39>2a>en> VoR aG. HLamn pons ua haipl CÉéesuls litt fatm> erxtornes>EP, p313-315/a>.

      40>2a>en> VoJ. W41>2a>en> VoC. H42>24< ’, p655 25 ; notre traducti>.

      43>24< ’, p651 25 ; notre traduct/>.

      24< Pe pa. le fudeoποιητὴς ἅμα καὶ κριτικός, Sre bon eo iere laopt sionim> dhoétairm> Copl,mêlem,ua. lne eere dmt ms space dde"tmano,desaalytiqrn poétiqm> réferxt, lrioéti (c> Ceehiedes du posoérxandrins,sri soC:smmoce qu, lnt m, e, es rcioureaes grn ’inéctsis surs du posougustAtrn S(s, v,dans on suéW, pJ. W4">2apaDs les araîs>EParaîtn. aP raiibu EP.

      46>24< ’EP.

      47>24< ’EP.

      48>21 r prtis. La es Vo’.

      49>29 CeeEP.

      50>29 CeeEP.

      51>29 CeeEP.

      52>24< B. J. W (olegoreaiuo t, TLévisyoeps hnes>EP, p43-44)soce crn l’ete ls napparst. > H53>24< A. laacmein a. psidiodi, gimilitoosibuleus, se lte tentst. > Hiie sièutoe ootneer doclairnimécqin a. pn psie le deirse préocoitatsrceills it tetlaceve S(s, voL aG. H54>24< Ceuit tde dmoine irla d, maceile pi crotrirése’Horon Frisce es veulmintiu esqur psidiodirca>olingratie,rioimete daeoiusurentst. > H (, p190-192)/>.

      2a>en> VoF. Q. H56>24< K.oF. W2, at écsit of ’Hor , t, TMidd elAgable»innS ap. C. H da moSat, ,un t, utimilil ta soeseuittrcioes prinéei n poue l rotraducteer os lertein a. pn psie juriae ls ceneseuiu devienneuioorests veertsi n poéti com avx m>(©"docpe tentble»é à finint > H57>24< P. M. WPs poeo,n;r Dcept, apretm="citat 2:pRs rheto all’ (dir.), <2, rs rheto of Cceroinntmenmedievtelapreearly Renaendisce us commerytre tiitat>EP, p289-293)oilime ptatqd lmtsisas assDceptoavec f, ce .tael pm> re raplarce quax n poétiqn luorsrapes phribéît comme u>, nous-brischodes a. ee rhétti 2»/a>.

      58>29 CJ. A.oSsm>59>21 (n>ii siè 2:pat herchesqle docucommsoé slaodechantiqls litt farmt Moyicirgc>EP, p79)ée, qus analslao>, ee rhétcliacrata>.td qu l’.

      60>24< A. Au sujet itsisattribucept, te p troui cestAtrév> VoB.oM. O. Hiin>61>29 Cs, notammeCics hs,u), EPDaeu’EP, p55-111 Ce.

      62>2163>2a>en> VoJ. Z. W64>29 , te exee,els EP.

      65>24< ’EP.

      2a>en> V, le plh’,ettcédelo raquemedonconsaca. Pseudo-Accé/a>.

      67>24< Àans on suévo Vos, notammeB. J. W68>24< Il exislsplusgacsqoyns d l’EP (EP ( (EP (EPhilosopeseré à laqueldeidu texsrae rattse(> (hilosopesq etppéitumric (EP, p13-14)/a>.

      69>29Tis ’EP, p336)/a>.

      70>29 CM.oF. WKa compositoocur en tma ? Zur ’EP, p204/a>.

      71>19 (Tis ’.

      72>29 VoF. WTis ’, p336 25 ; sosoulignopp/a>.

      73>2a>en> VoF. WTis ’, p319io>.

      74>2a>en> V, le plh’,ettcédelo raquemedonconsacé >. Quintilio>.

      75>24< Mrat,tiu esqVribômi aos, notammene emosiià es gramme n. Dans l procelrvt dOrléansqltecC’ et it ne emoequemrce quaala o lsiie lrétumaid que l’.

      76>2a>eI. C. HBsnnrkungeo zs dtnsmi r laltealitté Ks commereo zs s’, p50)ies psentjeue l’ (EP (EP24< ’78>2a>en> VoB. H79>2180>2a>lS; selJ. M. Wiie siè eneue toautlongnct > H81>2apanlusémplcciteieseote dane l’EP, p199)/a>.

      82>24< ’83>24< ’EPiie siè te Riuha dmBnntley, qs ,lautes ve32, etpplantjeue > ( a. pluperteinvele ra étsrte p > (EP ( (EP(e, . ’EP. e (EP, p314-325/a>.

      84>24< Pe poureaes cacatr, xd que l’Boileautle ue l’n>85>29 Cee86>29 CeeHautxd qpane>29<