Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
1. Quatre traducteurs de l'Iliade d'Homère, par eux-mêmes

Principes de scansion de l’hexamètre en français

Philippe Brunet
p. 121-136

Résumés

Les traductions métriques qui ont vu le jour ces dernières années (Le Livre de Catulle d’André Markowicz 1985, Œuvres et fragments d’Hésiode 1999, L’Iliade d’Homère 2010) ont activé dans la prosodie française un principe rythmique qui était le plus souvent refusé à la langue pour des raisons historiques déguisées en nature. Or un tel hexamètre est possible, puisqu’il a permis de retraduire Catulle, Hésiode et l’Iliade. On expose ici le mode d’emploi de l’hexamètre en français. De même qu’Homère impose à la langue grecque un moule métrique, de même il est possible de faire entendre vocalement de l’alternance rythmique en français. Ni totalement accentuel ni totalement quantitatif, l’hexamètre produit de la mesure, de la répétition rythmique, et cette conscience résulte d’un partage avec le public. Tout lecteur, en entrant dans la connivence du rythme, entre aussi en même temps dans le jeu aédique. Accentuer, marquer, tenir, tendre sont les activités principales du lecteur-récitant en performance, dans un parcours préparé par le traducteur-aède.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La traduction pionnière d’A. Markowicz, Le Livre de Catulle, Lausanne 1985 ; nos traductions : Po (...)

1Dans les recréations françaises de l’hexamètre qui ont vu le jour ces dernières années1, la scansion est éprouvée à travers une expérience qui associe quatre principes : imitation verticale de la forme grecque ou latine, imitation horizontale des autres pratiques advenues dans les littératures modernes, élaboration de la forme à l’intérieur de la langue (non sans confrontation avec la prosodie traditionnelle), et expérimentation orale.

2L’imitation verticale est le principe qui fonde la forme nouvelle dans sa mîmêsis, c’est-à-dire dans l’activation d’un principe rythmique et poétique qui ne valait jusque-là qu’à l’intérieur de la poésie grecque : ainsi procédèrent les premiers poètes latins instaurant la forme grecque dans leur littérature encore non mesurée jusque-là. Cette verticalité est ressentie dans l’idéalisation du modèle grec : la distance fait le désir d’hexamètre et le succès de la nouvelle scansion, réalisée dans les pas de la première.

  • 2 J. Irigoin, Le poète grec au travail, Paris 2009. J. Irigoin (1929-2006) est disciple d’A. Dain, (...)

3L’imitation horizontale procède d’une comparaison des prosodies, des métriques, des expériences de scansion. Il est toujours intéressant d’avoir conscience de ce qui se fait ailleurs dans les autres langues, proches ou non. C’est un des intérêts de la rencontre « Homère en hexamètres » que de nous rendre tous contemporains les uns des autres, indépendamment de la chronologie. Homère devient lui-même à ce titre le premier de nos contemporains. Il est lui-même « au travail », comme Jean Irigoin se plaisait à camper les poètes anciens2. Il ménage sa langue, façonne son matériau, triche, joue, régule, adapte les mots, utilise le rythme et le retour périodique de la marque rythmique pour façonner son épopée.

4Œuvrant à son tour dans sa langue avec un principe comparable, sinon analogue, le poète-traducteur se trouve dans la même situation qu’Homère : façonner du matériau prosodique, rythmer de l’expression récurrente, tisser du son autour du nom qu’il accueille en le transcrivant. L’élaboration de la forme à l’intérieur de la langue, en liaison et confrontation avec les formes prosodiques traditionnelles, syllabiques ou accentuelles, suscite deux types de commentaires : les poètes-traducteurs peuvent justifier leur pratique, faire visiter leur laboratoire, écritoire ou gueuloir ; les lecteurs-critiques apportent une appréciation plus extérieure, peut-être plus objective, des prétentions affichées par les traducteurs, au vu de leurs « résultats ».

5Enfin, l’expérimentation orale est un élément essentiel de cette pratique. Elle n’est pas un élément de validation tenté après coup, mais le lr l même oÓ

  • Lepos/em>. OLouroidatrté ee l’Iude detdesrceui-qui sreoni la faraolefaçonne sunlr lnumne coltaraelommeue, iue sonre deuLpadaeia/em>. O/p>
  • 48/span>Le buenaupd travucteur seiytrouve donclrrentc par leournèn,dÓ eIude dait aivenuirea réplité eétrique eu son m rs .aAt filde cecitanl detdes mne iers, 7n plt tyste,rla distion, Ht expérimentar les pifférences amaières ae mrquer,les trmps da l’hexamètre dans un parcer cour p trur potural ite, pégulaé,eu aecitaé,eans un e énnclation pédique.ou aohrale.

    59/span>L disention desturele dt conrporele de trouve du vcœr,pd travailde pdscion detdesrraducteon TJepnepeutxici ldlvelspr cet arspctemais ll est pondeaentatl mels /em> danguagir< 1<0/span>L’est uauprtre le les différences axpériences due.vjepeutxiropeoo/rlajours’Ahuide pdcin,i, tar en pepaace 1<1/span>L’est uausi e’hcceopaicsenent deunepée doncrncudans le jem>mivre de Catulle d’André Markowicz : fare enpitrnrla faraolefuntques,lui-denne en pcetiut iue sfome ans la mittérature erançaise . Dir et pétmorho/rlVirgle entprançaiseCo/rab lntô possible dltresent qua dans les p(bnaux)pdlhasllabes te CJoachimte pBeleay; loue,rl stTragiues porrrease faitr aans un e déa dorgaiue ee naapm cocher ique imons insclte de tour coa due.vclles,dax uiele snous rtiqos confeaeéesCar en ppprchesdvtou-rchlmèe dans lehcbeoiu« rontemporainse».

    id="tocfo1n1" Indifférence de la prosodie française ? < 1<2/span>L’est ue retrchesdu’in pait aouvent r la langue de le cer,daoir c’espostion desquintitaequi snpitrnrar en prec auciensm l’iletinaturell,detdesre cer,daoir cnn plus ea rsseurce"accentuelles ue poussde,t d’avtres langues,conme t’altlemnd to le jrusi <Àpe dégract urs, aj metaouveens Maî/strong>bnau/strong>ar/strong>
    hée/strong>
    Testrong >natbnc/atrong>ma/atrong> 1<3/span> Cs te txivrs, 7n pephasllabesdetdunlbfo1sllabes imseCbur c lbur ,pond récsnne en s carnce dect ylque i soepttrmps drquee,. U ppttaue dsurl’inttiole eamorcelunrythme,descrndamt mégulair, aoec le txisllabes tntre ae txirquer .aArès ca cosule a(a rie, entpait ) 7n paiue sollabesdvuntla nouvelle srquer.aAtresent dei marès ca carque r la losule pe rythme eo//roslongeaurln pythme eacrndamt Maî/strong>nard/strong>< tar e’esstrong >durhée/strong><,/br />Li sstrong >tinrès /atrong>ga/atrong>
    • 27/span> d e Livre de Catulle, Laig d’Home, earis 2985./li>

    1<4/span>L’est ,C lun srquer rès de rythme ee l’hexamètre eect ylque Iliade.cersde iBaïf,CJodele, H’Anubigné,eBute t,avec un crapde lsntiobiité e la langue ge r la ltremcure erosodique,Je scs (cllabes . Fantômerécurrentedans les lie re françaises triaceprétentde insisitbl dans lesT rs pllabiques crprincipe ce mrqueng doniquesia ti Mdlvelspée,en l195, 215/span> ans lct exptrit de l’Iem>Lliade.,due.vjepetrcdui dans le jlvre dtpliee,elustô pu’ienproduitr ici ld nouvelle s ariant:e, aj mouvlign les morquer dax tsixtrmps dfomt da l’hexamètre O/p>

    • 28 I Ph.span style="font-variant:small-caps;">I runet< (ravu.) Homère, aem>L’Iliade , Seul,qaris 20010,lPoin lSeul,qaris 20012 (ohunt 1, 1-35)./span>
    idir="ltr"class="texte">< ts cDessen,sstrong >’in/sprong >e d’A.strong >hn/sprong >le sstrong>Phe/strong>a/strong> < e dfustrong >nes/sprong >ts cqi sstrong >ftlurfou/strong>ne,/p> < ipeistrong >ta/atrong>ds /atrong>< lers,/atrong>< â/atrong>rou/strong> < rers,/atrong>< vra/atrong>hnrps/atrong>hnnstu/sprong >e ,/p> < <5/p> < senx aatrong>tinaatrong>vunt/atrong>de/atrong>ni/strong> < Poursaatrong>a/atrong>hnr/strong>ta/atrong>’iau/strong> <
    non/atrong>< sou/strong>maî/strong>hn/sprong >le  !/a> < Qui/atrong>< diex aatrong><,pephlenstrong >ha/atrong>frotsstrong >ment/atrong>hom/atrong> < <’ixfat-de lstrong>< Ol mjestrong >ta/atrong><,aoursroustrong >ct/sprong >par le tstrong >maî/strong> < <<0/s> < me/atrong><,ln pstrong >mlex aatrong><,pent les astrong >hom/atrong>ru/sprong >e nt,/a> < < ré/strong>vatçu/strong>tra/atrong> < dA.satrong>non/atrong>< ré/strong>nu/strong>nefs/atrong>ne /e> < vrer aatrong>itatonn/atrong>bra/atrong> < ar/strong>ratblè/atrong>diex/atrong><-ds -strong >ci/atrong>tat/sprong >ne /e> < <<5/p> < sce/strong>dAnr/strong>< duplicstrong >atgnnsfou/strong> < toudur aatrong>de, astrong >maî/strong>hom/atrong> < < rstrong >Vou /atrong>< de, ant strong >vou /atrong>< biè/atrong>ln/sprong >de, /p> < diex aatrong>< vou pentstrong >ner/strong>< des astrong >diex aatrong>< vcstrong >vunt/atrong>lym/atrong>

    < dAa/atrong>tisaatrong>tt/sprong >pe lPrcstrong >am/strong>< de retgstrong >trer/strong>ter/strong> < <20/s> < filenez/atrong>onn/atrong>han/atrong> < crat/sprong >gnezleslstrong >fil< lon/atrong>< ci/atrong>tat/sprong >ne :!»./p> < <,ln astrong >ni/strong>los,/atrong>< voi aatrong>< onsctgstrong >tn/sprong >e nt/a> < /atrong>ter/strong>ré/strong>der/atrong>onn/atrong>tats /a> < chœr,aatrong>ga/atrong>non/atrong>de < <25/p> < sa/atrong>ment/atrong><,e’hccea/trong >ba/atrong>re/atrong> < < rstrong >Se/atrong>maivoi,/atrong>< lard/strong>< tars de astrong >crex/atrong>rè/atrong> < < thcttrstrong >der aatrong>Poursaatrong><,eu alus e/trong >tard/strong>nisaatrong>hasaatrong> < blè/atrong>diex/atrong><,e lstrong >toi/atrong>< ti/strong> < redritlstrong >ra,/atrong><: flle sctttgstrong >dra/atrong>le /atrong> < <30/s> < lailn/sprong >de,sstrong >oinaatrong>ypè/atrong> < /atrong>vrer/atrong>vpaasetrong>ner/strong>cou/strong> < Va/atrong><:! N jem>mÀinrre/am>memcetrong >lus /strong>< di tumstrong >vex aatrong>< eparestrong >tisaatrong>ma/atrong> < < vceilstrong >lard/strong>persaatrong><,eube/trong>nr/strong>lenaatrong> < gea/atrong>vu/atrong>e’esd retontiesstrong >satss class="footnotecall" id="bodyftn28"href="#ftn28>28.. <

    216/span> Jixplque ritlmnin ennt pl nature Le schéma métrique et la marque < 1<7/span>LsT rs pe l’ecopée. s pdcin,i as lesretour pestsixtorquer : la dremière.torquer mauprmps dfomt,aourrespondr la ltllabesdnttiole ee n rs . Pui da txisllabes tsndtlnn -rqueees mauprmps dfible ,dvuntla n2eaatup>ltllabesdrqueee.aAt r l me la txisllabes tnn -rqueees mn verut s poncrncrnrldienpaoir cue soeul 1<8 O lompae ginsi p5mesurs trantô ptismllabes t(strong >N/atrong>N/atrong>eaatup>lesursttait pous eraesent deisollabes)detdune 6eaatup>lesurstsriqitsent deisollabes. Sil stchffrs intique.t les umbrio strong >N/atrong>

    519/span>Lstrong >1/atrong>2/atrong>3/atrong>4/atrong>5/atrong>6/atrong>

    520/span>LEnintiqueat les aoup,e les paus efréuinces : /p>

    521/span>Lstrong >1/atrong>2/atrong>3/atrong>4/atrong>5/atrong>6/atrong>

    522/span>Lans les rangues,cucienses, e greuvp dauprmps dfible ,du’il asni leisollabes (n b)ob modnoollabes (c) dst uonscdéaé Monme téui vle tt Le principe /em> dlui vle ttas lsaee re. a rrmps dfible aans lesT rs precq jême sitans la méplité l en lvadltresent OEndait ,l’ilglisé ad ruintitaeqst-ln e ilus on orbrncuetar e’elternance rrmps dfomt/rmps dfible

    323/span> Ansi l’hexamètre ,de même sue.vchacunJe scs (cixtpi ds comme nceioujours iurln sollabesdlongue /span>Lstrong >pn/sprong >le kastrong >sig/atrong>te/atrong><.. 124/span>LsTchéma mnrmanl strong >1/atrong>2/atrong>3/atrong><..<,l’est--à-ire dstrong>L/atrong>L/atrong><,aoùsstrong >L/atrong>B/atrong>L/atrong>B/atrong><..<,lsilstrong >B/atrong>mcôlon/am> dstsixtcllabes dtrs dfamilerstsndtlrmploac s par des mbrèv drqueee : lbrèv dexcepiqosnlll C l’inttiole ee n rs ,lbrèv dexcepiqosnlll C l cosule apnt émaière, TPur fe ceison axpessioves l’hexamètre peotraeditdcedu’il aait ahabiuellesent OLoureul sollabesdre.lesent dlongueeuprmps dfomt,a-em>msig/am>m-,mouvligne. ar e’enstontion;dmtldique ,e’est pas ulongueear eature< OEtpaur poarue,strur e les ploi de la rrosodie ea freul s oylle dvtrhentquesent dlongueee trouve du vrmps dfible mrhesi /em> d/rem>marsi /em> de unin i.t ,due.vb lnumue.vmal,detdrur p’ 125/span> Mai 126/span>LEnirançaise,desTrmps dditdfomt (TF)pubulmrpaus iurs pphénnmèn, pohonslogiues ptl sCui l’alcencrdoniques ea fuintitae,l’hntenstae,l’hntontion;,eu aa fuinisé aertieclaires d la pollabesdselsnuu’iele ast rloac santprinJe sreuvp douC l’inttiole ee nodteoudu mreuvp OLouuintitaeqst-lleesr la ltremcure eeopaiuxm d la pollabesd(diphtogue dllabesdfemee.s oylle d+uonscnne sVC#,sreuvp d oylle d+ucnnnt:e VR#,detc.)

    527/span>Lalvalorhotion de lct elément da rTFimipliuielunryenforcemnt le la ri re.,la l’hntenstae,loula l’hntontion;,eans udm prosromtqos ctrs darianbls iqi srelèv t da tat le la rangue gue de lahnterrétetion vocall, OEtpcela,eins lrétjuge fe chorhzon de la rrraolefrnalde.,lrosfaé , pégcté cohunte.. O pn ldsrapas uui l’aexamètre pdot àtre ppcentuell,louluintitatiof,eans un e spostion dntre aunrrincipe rpcentuell ntenstf,l l’iœvreseans les lrosodie saodernes, ant unrrincipe ruintitatiofuiéalihoe co ui-de n rs puntquesloula lcrtitne, rangues,cexotques Tl mvade dsnidui lapuintitaeqréne. chez as tAniensmythmis /em> ./p> 128/span>Lalonscetuaion de langues,coétique conffees ( la lvoi ,avec uette pertideheypnse suscté ar earégiératuon de lohéma sdythmique detdar esrs pariantqos cubilis, arsquedeutoirgnr cet e pertoe de f disention daturellem,d rraleiér».vtrs douvent rvunte.ans la mittérature eontemporainse,detdesrui-donffrenrun e ltresdisention docall, incint gtir OEndour coa ,l’est-dans un ponffittpno lranshémdntre araleiér brut et lécitaniofusur enu pégulaé,eeteans un e sut C’ucihung confiqnusavec uetpu’ienentdles ablic.pievuntlqi sas texamètre tsndtlditsumue.ve stuarde trntatiovs

    129/span>LQantilnx tlément spubuidiireslno lvalorhoe,a(Tf) l se ccon pas utou pxamitsent duni dans le fême toible si id="tocfo121">>1. Sllabes dtniquesslortentilaturellemm.t les TF/a>130/span>L1. Mdnoollabes oniquesisutv e’un p sctonelno lelidr /p> Chnts c(dessen,sahnre)...».v(em>Lli/em>. O1.1)/a> 131/span>L2. Mdnoollabes oniques /p> Qui/atrong>diex aatrong><)...?».v(em>Lli/em>. O1.8)/a> 132/span>L3. Sllabesà la lfinJeun podtee l0, 3,loul4ccllabes ,loulavuntag : /p> ess/atrong>ene ».v(em>Lli/em>. O13.779)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L r…lnhestrong >vunt/atrong>de/atrong><…».v[em>Lli/em>. Ol,l5(1,5)]span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L r(strong >.satrong><)gamemstrong >non/atrong>< réee/atrong><…».v(em>Lli/em>. O9.315)/a> 133/span> 4 Filde/atrong><, Diostrong >mè/atrong>Lli/em>. O6.235)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >.h/atrong><:! esTrmsstrong >re/atrong>lard/strong><:! tblstrong >ours /strong>< dns lrestrong >rtr/strong>< dt travstrong >vuiLli/em>. O10.164)/a> 134/span>LO ptouve dn e excepiqosà lctte vésgls,eans unour cem>Iliade.: "/p> tard/strong><-veem>Inu/sm> , /trong >tard/strong>lui/strong><:.vetc.v(em>Lli/em>. O2.325)/a> 135/span> Ceagenes d lreculla l’hcentu,eraesloulexcepiqosnll,dpermc deuaoir cd stodt -ect yls tntirançaise OEndéplité l e’ey ade lodt-ect ylsentprançaiseCue,dans lunp nsemle de fuintes sllabess,pent le lfinal est-drqueee: "/m>mrard-venu-tard/sm>. OIc l’heffacemnt le laalcencrdfinaldar eintegrtion;dans lunp nsemle delargi toirgnrde la prosodie fe la rangue gar l cqi srese lclles uein pappliuiel l’iexamètre ,dc doiencrnrar ea rifcion;dans lunpsntislus omuscaalde pahraoe

    136/span>LD même iue sfinJe sreuvp ddetodt ptsttrniques ee principe jême sins lrntciutuon /p> Pui< Mriostrong >nnaatrong>ret/atrong>uoti/strong>s/atrong>arc/atrong>ly/atrong>Lli/em>. O10.260)/a> 137/span>L5 ou/strong>gt/sprong >pens le jeprong >cuisaatrong><…».v(em>Lli/em>. O10.262)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >PuidAhui/atrong>dus/sprong >tostrong >ness/atrong>mort/atrong>ha/atrong>Lli/em>. O12.326)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Il/strong>rosie/atrong>Ther/strong>loaatrong>Lli/em>. O21.209)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Facex aatrong><,p stTrostrong >ye<,lurleslstrong >ma/atrong>lon/atrong>plat/sprong >ne…».v(em>Lli/em>. O20.3)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >a/atrong>emul/sprong >tostrong >tu/sprong >dr maupsoestrong >tisaatrong>mul/sprong >te».v(em>Lli/em>. O20.377) 138 O lotecrala rifférence dealceches puor paalcencrdeopaiment ar ,dntre aun vrllabesduve rt,Jrqueeel(mameln : "CV#)detdune llabesdfemee.sb mn sollabesd lqueie la vuntlonscnne s(ds tinees mThersiloues emuletuade: "CVL#) 139/span>L6 .satrong>non/atrong>fst/atrong><...».v(em>Lli./em>.11.264)/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Il/strong>ra/atrong>vie/atrong>e aatrong>tt/sprong >ppénrstrong >rnts:!».v(em>Lli/em>. O11.392)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Pui< Aisymstrong >nos/atrong><,lOstrong >ros/atrong>Hip/strong>os/atrong>e/atrong>rou/strong>Lli/em>. O11.303)/a> 140/span>LNtecrdntcornpurl rxptremiér».vlalceches d la pollabesdeopaiuxm (EXT#),clus oaae g lreceoir cuerpcentueeopaiment ar /a> 141/span>LMme spcentueeopaiment ar p l’inttiole eeun preuvp ddetuintes sllabess /p> Soy/atrong>bra/atrong>Ra/atrong>vou /atrong>fou/strong>ats:!».v(em>Lli/em>. O11.287)/a> 142/span>L7.qarifoi ,la n2eaatup>ltllabesdeun podtelong (n verut hésirnrldns lcttitne (ea,antre aea 1reaatup>letla n2eaatup>leun podtelong)lreçot aalcencrdeopaiment ar ; lceaait ant-douvent rleeà la lrée,ncc d’unerTFijuse lvuntlaepodtelong /p> le /atrong>ges (/sprong >drtTrostrong >ye<,lprostrong >gre /atrong>ment/atrong><,esè/atrong>Lli/em>. O11.412)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >ni/strong>cam/atrong>

    ment/atrong>ga/atrong>non/atrong>de».v(em>Lli/em>. O9.226)sa> 143/span> arifoi ,ln vhésirnà lpcentuelrla dremière.tu aa fseonfeeltllabesdeun podtelong /p> /atrong>ter/strong>Lembasaam>mca/trong >tqos /atrong>flam/atrong>ra/strong>Lli/em>. O9.347)/a> 144/span>L8. O penceotre aunrodtee lsixtcllabes dtripl mncrdpcentue ,avec ujeupsonornp[gn] /p> I/strong>niex/atrong>ment/atrong>naent /strong>nefs/atrong>ne ...».v(em>Lli./em>. 22.465)/a> 145/span> Là l esemle duedes ceison axpessioves eneraînnt le pphénnmèn, pa ldslaetion vaupservics d la puintitaeqcllabeque /a> 146/span>Le sjeupdAnpostion drquee /lno lrquee yenforcele pnpostion spsonorn tntilus oeune cocea,on;,evec uunp ffc deuonomatpée.: " rstrong >On/atrong>ienc/etrong>la/atrong>tqos/atrong>ta/atrong>Lli/em>. O24.524) 147/span>L1 OEndremière.tostion dans lehexamètre ,drur e sllabes iuiele du’iele asni l(aalcencrdythmique limossat les TFl le fdiscéteon de laalèe même ssila lollabesd’est pas urniques) dst urqueee,pue el sodteit aun.,la txisllabes toulavuntag : /p> edeoaalastrong >nibrat/sprong >se ...».v(em>Lli/em>. O9.213)span sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Jlndr /atrong>nox aatrong><...».v(em>Lli/em>. O21.74)/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Pre/atrong>roi< so péstrong >pox/atrong>Lli/em>. O21.88)/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L rstrong >Po/strong>do/strong>vinaatrong><...».v(em>Lli/em>. O21.91)/a> 148 Sr paalticalsd rle» ,el aaiutlotecrCui l’alcencruaion de lanltllabesdnttiole ee l’ecno c pétrique einuit dunryenforcemnt lour c lait araeslans le frosodie faturellem,dsaufp ffc deunsi trnce msemoteê /em> ddon pasrl el souscaographepuntqueslAie iqe lQuin il lnumcon -lle s ossible ?< Jsdeoni cue.vcest pl lunrrdns ant,ncrielcqi sentdl lanfeer ichles aotncrielcqintitatiof,elus ou’iltenstf,le lanlarque

    549/span>LO lotecal sdéplacemnt lealcencrdcu,les titsollabes : "euoxytn ,desTodtee ient lertoxytn . Jsu ichlyenforc aoulfacilsé aertlehctliératuon d( rstrong >Pre/atrong>roi<...».),evec uunpjeupsu e’enstontion;drosre lusTem>mchunt/am> dsta rangue goate, pon asm>macencru /em> ./p> 150/span>LO lotecaue el stismllabes  rstrong >Po/strong>dor/strong><(e)».verut tre ppcentue illsrs pomme Juerpnapese le aast uicipomme Juercéteoues eeopatiole avec uunpdpbt dehexamètre mrenisaam> da pollabesdeenerae aa l rPo/m> ly/am> dor(e)». "/p>

    551/span>L2. Tujours ioniquesist plLeaam> dctonelfinal cqi sst pl soeulmodyende véplitser cans la mingue gar l ca pollabesdtonelfinal ea l’hexamètre ); lrur e les pfns le vars puurndtldnncdct e vrremcure ea l’hvunt-tllabesdfn.le ; lbnpasrl raaa si eb lneeeltllabesdfinal efeminine /p> Lli/em>. O20.1)/a>

    • 210/span>L 352/span>LÀpe e vrllabesdsaltrtre cans la mars ifccneon de lanlingue grançaise g(o ulsentpour coa aue ej gar lss class="footnotecall" id="bodyftn210>href="#ftn210>(10/sa>),desTompae ge ccllabes

    253/span> arilexcepiqos,aunrodnoollabes nn -oniquesiorrreaet-il ntervnci f la lrlacele lanlau e vfinal ?< Jsd’h senté ane coula txifoi . MaiIcôlaaam> dlustô pu’iue svrioableOifinJe s rs . /p>

    554/span>L3 OEndremière.tostion daetpi d (ostion dyeltiovs),el aaiutlocepsanre mncrdn sollabesdrqueee:;vcest pla

    • 211/span>L 355/span> 4.<Àp cosule a(o uls-cips poncanfentilnec ua lfinJeun preuvp ddetodt ) ca pollabesdfinal est-docepsanre mncrdrqueee: "endait ,l pollabesdfinal epcentue saarque156/span>L1 OL ltllabesdent les nnyaupst uonscetua adun p sctonel(no lelidr)antprinJe sodte(j e cfis lea oeuexcepiqosà lctte vésglsldns laaexamètre )ptsttrnjours inn -rqueee:;vans le frétsiselyrque -dramaeoues en verut salmueerl lrelevnrldns lcttitnes lontdtion spceagenes d lillabes./p>

      557/span>L2. Ls lrosclitque ,ln prénrate,e ccon pas urquees: "/m>mle/sm> , /m>mla/sm> , /m>mles/sm> , /m>mde/sm> , /m>mdu/sm> , /m>mdes/sm> , es lrocopstion s

      558/span>L3 OCorolabir fe la rrosrostion dréecée nte,aunrodnoollabes integreà ln preuvp dohonslogiuesd(hosmi tntiluacelfinal )detdar eonscéuincedloac penpamot le laasollabesdrqueeeest-docepsanre mncrdnn -rquee./p>

      559/span> 4.

      560/span>L5. ans lls prncipae dqi sregit,ncrl’ecableit,nmnt le laaexamètre prançaise,dn sollabesdfible aas lso pcetiutcerut tujtefoi tre prihes as lsaerremcure .aAnsi ldns laaxpession de lfinJeuexamètre p réstrong >gal/strong>cu/strong>raiion dcllabeque papproximtiovs caaOBS#pouCBOUR#,dorrreaent ltre , illsrs mans lunpltresdontemx efrosodieco-étrique ,drqueeesaa rTF,cais ldoient riciptre pmnin enun tnti rbrèv ».laupTf./p>

      • 212/span>L Alsn, /m>mAcencrdntduRthmi/sm> , Cambridge /span>Le href="#ftn212>(...)

      361/span>LD même idns lctldpbt dehexamètre  rstrong >See/atrong>morts/atrong><,lAidostrong >neu<...».,desTorqueags d la pollabesdnttiole est patieficill,dais ldoittntilus osalceopatgnr ceune cminsrneon de lanlfinal ,prihes (GNEUR#/D),clotncriell mncrd rlourdes class="footnotecall" id="bodyftn212"href="#ftn212>(12/sa<:.: légulation;dss=ezdeffcaile,verut-tre pdueeupaotncrielclus oaturellemm.t liabeiuesee nodt. O psnpdieit aa tat le la rdiphtogue dnttiole ee nnomlAidostrong >neu< ee prostion daet rbrèv ».laupTf.OL légulation;dstdiqe gue sst pcedtpsdsapéeenruonscdse le punplbrègsent iouCour ca modns le punpnin i.tle laanpostion drremcurent:e ntre ae i-pi ddfible a(ne coula txisllabes )de le i-pi ddfomt (n sollabesduniue) OIlsy adl trur puerchampaa lpnsible gue ssapvrese l coomostion ,eans un e ecur e ous ob modns lctttgiovse l cature

      162/span>La padns ae s ueqe notre ,letlnn ilus oseul mnt le padns ae s ueqe la rangue ,lrur e sllabesrloac sajuse lars db mjuse lvuntln prmps dfomt st ufible

      563/span> Aars d cremière.ttllabesdeun preuvp ddeta txiauprmps dfible ,drur e sllabesrst ufible

      < 164/span>LAec ua cesgls d rd faturel».ln;dsrrovse laus iurs ppnsiblilsé sle lmaquer pcentuelll mSnalde&Mrque dlcri as lGilae da Rosnypuor prnalderl’hexamètre prançaiseCenceotre aprifoi ds (iffcalaaestaor detenrminnrlanlarque 165/span> Ce cesgls deoient rtre peopaimt s par da cesgls d rd floace/m>.:/em>.s(u ad.tostion )pens le jdteoudl sreuvp ddetodt .aAec ua cesgls daet rloace».lans la mrremcure ee laaexamètre ,ln dytdittacs lrnsiblilsé s: laars dn pTF,cilsy adoujours iue soula txisllabes taupTfcréecéemt lunpltresdTF,cetc.v/p> 166/span>Leaprncipale eésglsld vésulation;dmipossld vnnaer aorquerrln sollabesduiipn ldoi pas ulite .aAnsi liupompe ncemnt le n rs ,lo leviterade vorquerrla rd txièe sillabes. O verut l ciue rsdarutaleis rlanlarque 167/span>LSiln dievut aadmetee
      • 213/span>L .Msurs/sm> , 1930./li>

      368/span>LEndour coa ,laaxpérioncc d’uexamètre piabeo-pnapeseque dnec upnaceuven,sdévelopp ar eJen cTardiexuor ptalditr iHölderlins class="footnotecall" id="bodyftn213"href="#ftn213>213/sa> mneapas umt isutv Iliade.cécinment ablic s

    269/span>La prese ,unlarqueImtld /em> dmuscaaldroi 170/span>LIlsst p lotecrCui ,uor ptalditr ias texamètre td iHölderlinloula lGoetes p tx-ême olmsé sle l’iAneoues esrtriailddetoisedntpythme est pxamitsent de jême suesiorrrptalditr iHoère, TVoichles emx efdm promir sT rs pe l’hem>IArchipel/sm> , dns lm ctaldicion plneeors /p> /span>Le s batecuxivoudron -l slreeoni er ce les abris safidsis, /pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>Lcae se rpt cflotslaaahoe,,eeteaulanfead laalbîe /pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>Le dnuphinlvnci ftndre tsn;dao ( la lneven luière.?/span>LEst-il rmps puor paaIoni.,la lflsrsir?< Que rs ptoiej greviennn/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>Luparinrmps pqintdua doœr,fdm pamaet ptsttnevf pqintdusecveilaent/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>Le s romir sTémir pqintdua sTâg ceuorae oouviennnt /pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>L trur pjaais !aSalu ,l’iAniens,llnedouc rsde silnce !/pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>LTujt-pusqstt irnjours itu/span>Ldedr stodntages, aomme Jltresfoi : "esdr stbra pe ljen chmme /pan sml:lang="efr lang="efr"
    /span>Ltu/span>Lpusquedaucn e d sTîl ,de cflorsqstt es mn cmaeue< . 171/span>LAucn e d sTîl mn cmaeue< LCmmaimtudsde n rs proslongé,eranssfaé jimteouesent eégisceaué jéplciutihoeldns lsaernal in OLiArchipelgredéploi scs (bra pens lehexamètre ,dec rpe nc austô pusretoouvee TNrlem orsginsdent ll aaiureit axamler uerrncipae TNrlem nittaindo- rspée.nnnaue ss vhéer"gnrar eaite !aI aaiutlltr ie aHölderlinlasiorteduni rs elde pem>IRuvesecu/sm> , austô pusrd laalbîe rldns laaobscrent:ismele pnfruloues,cnazse Icaloysts/sm> , Hoère, adoujours imt ilà réecée ar ei--ême idns la lbattu ee l’eexamètre .qarselus ou’iHoère,,lortede lanlvoi entpountlqihem>Icops/sm> , nexpitrnpans les lsnal in slau e s l’hexamètre p ccurant s sdéployercallsrs pue /div> s class="fgo-top"href="#flticals-4953">Hat desTpage/a>

    piv cd="boilicngraphy"class="siecion_"< /h2class="tiecion_"Bilicngraphie/atan>Led12 piv class="texta"> <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

    Dossier bibliographique sur l’épopée en traduction

    Traductions métriques de l’épopée
    A. Markowicz (trad.), Le Livre de Catulle, L’Âge d’Homme, Paris 1985 [traduction intégrale des poèmes de Catulle selon les différents mètres, avec une Introduction et une Note du traducteur ; les poèmes 63 (Attis), 64 (Noces de Thétis et Pélée), 68 (Protésilas), entre autres, sont souvent dits par la compagnie
    émodocos].
    Ph. Brunet (trad.), La Batrachomyomachie d’Homère, texte établi par Y.
    igoubert,
    Allia, Paris 1998 [l’épopée parodique attribuée à Homère].
    Ph. Brunet (trad.), Hésiode, La Théogonie. Les Travaux et les jours et autres poèmes, Le Livre de Poche, Paris 1999 [les hexamètres du grand rival d’Homère]
    Ph. Brunet (trad.), Homère, L’Iliade, Seuil, Paris 2010, Point Seuil, Paris 2012 [spectacle L’Iliade 2000 ; lectures intégrales à Paris, Avignon, Athènes 2005-06 et récitals divers ; récemment : Arches troyennes en Arques, Arques-la-Bataille 2014].

    En cours de traduction et donnés en lecture ou en spectacle
    Ph. Brunet (trad.), Homère, L’Odyssée [spectacles de la compagnie Démodocos, Le Retour d’Ulysse 1995, Les Amours d’Arès et d’Aphrodite 1996, Circé 1999-2012, Preneur de Troie 2000, Cyclope 2007, Les errances d’Ulysse 2008 et lectures diverses].
    A. Münch (trad.), Virgile, Géorgiques, extraits donnés dans le spectacle Orphée en 2000, lectures en 2011 et 2012.
    G. Boussard (trad.), Lucrèce, La Nature des choses, extraits donnés en récital piano-voix par G. Boussard et E. Lascoux (2010-13).

    Prosodie, mètre, rythme, danse (classement plus ou moins chronologique)
    P. Servien, Essai sur les rythmes toniques du Français, Paris 1925.
    M. C. Ghyka, Le nombre d’or, chapitre « Du rythme à l’incantation », Paris 1931, p. 99-144.
    A. Dain, Traité de métrique grecque, Paris 1965.
    E. Etkind, Un art en crise. Essai de critique de la traduction poétique, L’Âge d’Homme 1982.
    J. Irigoin, Le poète grec au travail, Mémoires de l’Académie 39, Paris 2009.
    Ph. Brunet, La naissance de la littérature dans la Grèce ancienne, lgf, Paris 1997.
    Ph. Brunet, « Le grec, langue idéale du chant », Musique et poésie dans l’Antiquité. Actes du colloque de Clermont-Ferrand (23 mai 1997), éd. G. Pinault, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2001, p. 11-26.
    Ph. Brunet, « Écrit sur la voix », Les chants d’Orphée. Musique et poésie (dir. C. Peillon), La Pensée de midi, 28, 2009, p. 22-29.
    Ph. Brunet, « Mètre et danse : pour une interprétation chorégraphique des mètres grecs », Poesia, musica e agoni nella Grecia antica, Atti del IV convegno di MOISA, Lecce 28-30 ottobre 2010, Rudiae 22-23, t. II, publié en 2012, p. 557-571 [sur la dimension orchestique de la poésie grecque].
    Ph. Brunet, « La voix et le geste au pouls de la Muse », Approches n° 150, juin 2012, p. 141-54.
    M. Steinrück, À quoi sert la métrique ? Interprétation littéraire et analyse des formes métriques grecques : une introduction, Grenoble 2006.
    G. de Rosny, Scande&Chante, programme de scansion de l’hexamètre homérique en ligne sur www.homeros.fr, 2010.
    G. de Rosny, Scande&Marque, programme de scansion de l’hexamètre français en préparation pour le site www.homeros.fr, 2014.

    Autour de la publication écrite et orale de l’Iliade en hexamètres :
    M. Nappi et J.-Fr. Puff, « Le temps suspendu de l’Iliade », entretien avec Ph. B., p. 75-85, Geste, 4, 2007.
    G. Belzane, « L’épopée, c’est la voix », entretien avec Ph. B., TDC 999, 2010, p. 20-21.
    Ph. Brunet, « Traduire en hexamètres, redire Homère », La retraduction (dir. R. Kahn, C. Seth), Rouen-Le Havre, 2010, p. 243-51.
    Ch. Ficat, « Les colonnes d’Homère », p. 72-77 ; « L’Iliade, une nouvelle parole épique », entretien avec Ph. B., p. 78-85, Revue des deux mondes, fév. 2011.
    Ph. Brunet, « Sur la traduction rythmée d’Homère », résumé d’atelier, dans Vingt-Huitièmes Assises de la traduction littéraire, Arles 2011.
    Ph. Brunet (éd.), « L’Iliade d’Homère par la compagnie Démodocos », par B. Bénech (« La voix sacrée d’Homère »), Ph. B. (« Redire l’Iliade d’Homère »), E. Lascoux (« Reste le vers »), G. Boussard (« L’Iliade, format paysage »), P. Thébaud (« Composer pour l’Iliade d’Homère »), F. Cam (« Fragments épiques »), Ph. B. (« La composition de l’Iliade en 24 chants »), P. Fortassier (« Rigoureux parallélisme dans la composition de l’Iliade et de l’Odyssée »), dans le « Carrefour de la recherche », Cahier de Poétique 11, 2006, Université Paris 8, p. 72-100 [sur la publication orale de l’Iliade en 2005 à la Sorbonne et à Avignon].
    C. Le Meur, « Une poétique monumentale. Les Psaumes et l’Iliade, traductions récentes », Acta Fabula, Fabula.org, mis en ligne le 19 février 2012.
    C. Noacco et A. Grand-Clément, « Homère, L’Iliade, traduit du grec par Philippe Brunet », Anabases, 16, 2012, p. 311-314, mis en ligne le 1er octobre 2012, http://anabases.revues.org/4023.
    M. Volkovitch, « Un saint chez Homère », Pages d’écriture 116, en mai 2013, http://www.volkovitch.com/rub_carnet.asp?a=pe116.

    Haut de page

    Notes

    1 La traduction pionnière d’A. Markowicz, Le Livre de Catulle, Lausanne 1985 ; nos traductions : Poèmes et fragments de Sappho, Paris 1991, Batrachomyomachie, Paris 1998, Hésiode, Œuvres, Paris 1999, l’Iliade orale des années 2005-2006, l’Iliade publiée au Seuil en 2010 et 2012 ; les mises en scènes de l’Odyssée et du répertoire dramatique avec le groupe Démodocos depuis 1995 ; on peut entendre ici et là en lecture les traductions en cours d’A. Münch (Virgile, Géorgiques) et de G. Boussard (Lucrèce, La Nature des choses).

    2 J. Irigoin, Le poète grec au travail, Paris 2009. J. Irigoin (1929-2006) est disciple d’A. Dain, auteur du Traité de métrique grecque, Paris 1965.

    3 Nos divers séminaires libres ou cours donnés à l’ephe ou l’université de Rouen entre 1990 et 2010.

    4 Programme de scansion Scande élaboré par P. David, utilisé pour notre thèse en 1992, et le programme Scande&Chante écrit par G. de Rosny, 2010, et disponible sur l’Atelier de métrique grecque et latine, www.homeros.fr ; un autre programme, Scande&Marque, en cours d’élaboration, permettra de scander l’hexamètre français. Voir aussi, sur le même site, et réalisé par G. de Rosny également, le programme Longīs de macronisation du latin.

    5 S.G. Daitz, The Iliad of Homer in Ancient Greek. Madison, CT : Audioforum, 1992. Autres références sur le site http://rhapsodes.fll.vt.edu/.

    6 Voir, par exemple, Ph. Brunet, « La voix et le geste au pouls de la Muse », Approches 150, juin 2012, p. 141-54.

    7 Le Livre de Catulle, L’Âge d’Homme, Paris 1985.

    8 Ph. Brunet (trad.), Homère, L’Iliade, Seuil, Paris 2010, Point Seuil, Paris 2012 (chant 1, 1-35).

    9 Il. 5.359, cf. 4.155, 21.308. Voir, pour d’autres irrégularités prosodiques, nos articles sur homeros.fr.

    10 Dans un usage lyrique de la langue (celui des poètes de la Renaissance, ou d’un Francis Cabrel aujourd’hui), la marque est déportée en amont d’une syllabe, à la manière de certains parlers régionaux : « au fond du jar-din... ». On utilisera cette possibilité pour les ioniques mineurs du théâtre, par exemple.

    11 Parfois on trouve une diérèse entre deux pieds après un e muet ; il n’est pas sûr que cette coupe soit très heureuse.

    12 Si l’on recourt au couple terminologique heavy / light de W.S. Allen, Accent and Rythm, Cambridge 1973.

    13 Dans la revue Mesure, 1930.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Philippe Brunet, « Principes de scansion de l’hexamètre en français », Anabases, 20 | 2014, 121-136.

    Référence électronique

    Philippe Brunet, « Principes de scansion de l’hexamètre en français », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/4953 ; DOI : 10.4000/anabases.4953

    Haut de page

    Auteur

    Philippe Brunet

    Professeur à l’Université de Rouen
    Faculté des lettres et sciences humaines
    demodocos@demodocos.com

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Anabases

    Haut de page