Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique - "Homère en hexamètres" - Rencontre internationale de traducteurs, Paris, 26 mars 2012 - Réfectoire des Cordeliers, 7e édition des Dionysies - Editée par Philippe Brunet
3. Prolongements de l'hexamètre français

En guise de catalexe

Philippe Brunet
p. 279-285

Texte intégral

1L’existence de traductions d’Homère en hexamètres dans des langues aussi différentes que le français, l’italien, le castillan, le portugais du Brésil, l’estonien, le roumain et l’anglais, sans parler de l’allemand ou du russe, dont les exemples sont plus connus, avec des extensions réalisées ou encore en promesse au latin de Lucrèce ou Virgile, prouve la vitalité d’un phénomène ancien puisqu’il remonte, dans son processus de transfert et d’imitation, à l’Antiquité romaine, ou, plus proche de nous, mais très éphémère, aux expériences de Jean-Antoine Baïf (étudiées par Juliette Lormier ; référence également présente chez le musicien François Cam) et de quelques poètes de la Renaissance, Jodelle, d’Aubigné, ou Mousset, traducteur malheureux d’une Iliade dont il reste moins de deux hexamètres.

2L’analyse prosodique du grec (A. García Calvo, D. Ventre, E. Lascoux, G. de Rosny, moi) tend à fonder de manière de plus en plus claire l’autonomie du rythme et de la langue dans le fonctionnement de l’hexamètre grec. Cette autonomie permet d’entrevoir le processus de mise en rythme qui opère dans la langue ancienne et de le déplacer dans la langue de traduction.

3L’analyse de l’expérience estonienne, par Janika Päll, montre combien le fait de disposer de deux dispositifs, l’un quantitatif, l’autre accentuel, ne fait que compliquer les choses. Lorsqu’une double sensibilité au rythme se forme dans l’écoute de la langue, l’adoption de tel ou tel dispositif devient le prix d’une bataille littéraire : d’après les précieuses analyses de l’auteur, le modèle quantitatif semble l’emporter au terme d’une histoire jusque-là conflictuelle… Mais le conflit ne s’arrêtera jamais, puisqu’il est inscrit dans la langue.

4On note le maintien de la prérogative quantitative (E. Lascoux, D. Ventre), au prix d’une idéalisation du modèle, caractéristique, conduisant à sous-estimer, de la part du traducteur, sa propre traduction (D. Ventre). Posture fréquente de philologue ? Romantisme du moderne épris de l’origine ? Emmanuel Lascoux préfère opter pour la généralisation du fait interprétatif, au sens de la performance, qui se joue dans toute réactualisation. On ne traduira que dans l’instant homérique de ce jeu aédique. Certes, mais dans ce cas, pourquoi publier ? J’y fus longtemps réticent. Pas assez sans doute. Nous avons tous, nous tous, traducteurs, cédé trop vite à la tentation d’imprimer nos voix éphémères. De ce point de vue, Guillaume Boussard et Aymeric Münch sont encore dans le bonheur d’une parole non écrite qu’ils doublent, dédoublent, redoublent sans la contredire…

5L’abandon de l’hypothèse d’une définition strictement quantitative de la langue ancienne, explicite chez Agustín García Calvo et moi, autorise donc toutes les expériences accentuelles et rythmiques, y compris celle de revenir à la langue grecque, chère à Emmanuel Lascoux autant qu’à tous. Même si le traducteur doute (G. Murnu lui-même d’après Smaranda Badilita), ou renonce (G. Pascoli d’après Cristina Noacco), et songe à revenir à un syllabisme plus ancré dans la tradition.

6Si l’on abandonne l’idée d’une langue quantitative idéale, nos langues imparfaites apparaissent soudain moins éloignées qu’on le pense des langues anciennes. Il reste le travail poétique et aédique à mener.

7On remarquera le souci des traducteurs de se rattacher à une tradition prosodique : Rodney Merrill invoquant Longfellow (les hexamètres d’Evangeline avaient établi un précédent), Daniele Ventre se référant à Giovanni Pascoli, mais aussi à des modèles syllabiques, Agustín García Calvo cultivant l’assonance des romances espagnols ; et je rappelais moi-même dans ma préface à l’Iliade que l’hexamètre pouvait s’entendre comme une espèce de décasyllabe amplifié. Le rêve (E. Lascoux) n’est jamais totalement absent, patent chez G. Murnu dans la recherche de proximités linguistiques, chez Guillaume Boussard dans la recherche euphonique ou lexicale, non moins que chez François Cam dans la poursuite du mélos tétracordal ou chez Aymeric Münch, qui plante ses hexamètres au rythme de l’agriculteur semant ses betteraves ! Et que dire de ce désir d’implantation néoclassique (évoqué par Rodrigo Gonçalves), désir qui anime aujourd’hui les poètes brésiliens au pays de l’Aleijandinho ?

8Écart, distance et, par conséquence, rapprochement comique : Juliette Lormier nous aide à y croire en confrontant la quantité chez Baïf et la marque dans mon Iliade, et disposera bientôt de nouveaux chantiers de poésie en hexamètres grâce à Guillaume Bousssard et Aymeric Münch, et des outils informatiques forgés par Gilles de Rosny.

9Les métriciens et les traducteurs sont parmi les seuls à se poser réellement la question de l’effectivité du rythme épique, en tout cas plus que les linguistes ou narratologues ou autres spécialistes soucieux de préhistoire homérique, plus que de dire les vers. Les aèdes le faisaient quotidiennement dans l’effectivité de leur pratique. Ils sont rares aujourd’hui… La restitution vocale du texte arrêté, la remise en mouvement de ses phonèmes, de son intonation, des contradictions entre langue, mètre, accent, rythme, c’est-à-dire la simple lecture, nous rendent Homère, nous rendent à Homère.

10Puis le lecteur se fait interprète, relançant la possibilité d’une interprétation toujours nouvelle, comme on l’entend chez Emmanuel Lascoux ou comme l’a fait Stephen Daitz, chacun à sa manière. Le style individuel devient tangible lorsque se multiplient les expériences vocales, poétiques, musicales, orchestiques.

11L’erreur serait d’enregistrer ou d’écrire, bien sûr. Mais une part de la transmission passe par là. La vérité ne meurt pas tout entière dans sa fixation, écriture, schéma ou digitalisation, c’est l’anticipation de la fixité, par goût du système, qui menace la vie. Et même la foi dans sa propre puissance démonstratrice (prouver que la voie choisie est la bonne), ou la certitude académique, surtout de la part d’archéologues de la poésie, feraient mieux de tomber le masque ! Écrire, pour les vivants : c’est l’équation homérique intenable. On ne fixe aucun système accentuel – même s’il faut que Gilles de Rosny le formalise pour la machine à scander. On n’immobilise aucune durée, ni dans le grec, ni dans les langues de traduction. Au premier tournant, l’aède changera le texte ou le chant. Et il n’existera jamais aucun spectateur idéal de toutes ses métamorphoses.

12Dévoiement, parole nomade porteuse d’une contradiction interne entre syllabisme, quantité, accent et rythme, errance prosodique et sonore, plaisir de dire et d’entendre, la scansion est anachronique, inactuelle, et ne produit, dans son rapport au passé, qu’une vérité philologique toute relative. Reste un magnétisme que rien n’efface, peut-être, dans le meilleur des traductions confiées à l’écriture, sous la forme d’un appel à la voix.

13C’est bien sûr la pluralité des approches qui remet chacun à sa place, et efface ainsi les risques de dogmatisme particulier. D’où l’importance des critiques et des historiens dans ce petit dossier, et de l’effet comparatif. Tous retrouvent alors leur place sur cette scène comique, où les épiques traducteurs de l’Iliade, caparaçonnés dans leurs hexamètres, se retrouvent chacun combattants d’une nouvelle Batrachomyomachie ! Qu’ils me pardonnent cet humour, la seule arme que j’aie trouvée contre les abus du je et de la posture individuelle, où chacun croit réinventer définitivement un art qu’il n’a fait que recevoir sous la forme d’une voix. Au moins Homère n’avait-il rien revendiqué.

  • 1 Préface à son Odyssée de 1925.

14On remarquera que le traducteur, en artiste concentré sur sa propre expérience, a tendance à effacer l’existence de ses prédécesseurs. Il voudrait être seul face à l’immensité. Seul face à la langue originale, face au murmure de la mer retentissante, milborboriciento, dit le grand Agustín ! N’y avait-il personne devant vous, avec vous ? Il a donc besoin du critique et de l’historien, à ses côtés. C. Noacco peut ainsi développer le rapport de la tradition hexamétrique, illustrée par D. Ventre, du côté du maître Pascoli. J’espère qu’une autre fois on sortira Manlio Faggella de l’ombre dont n’a pu vraiment sortir ce brillant initiateur, qui a fait paraître L’Iliade et L’Odyssée en 1923 et 1925 en versi esametri ! Il écrivait en 1924 : « Dans les temps où nous vivons (je traduis), les traductions comme celles de Monti ne sont plus possibles… Tel était le vers d’Homère, tel, à chaque époque, il doit demeurer chez le traducteur1… ». Plus d’une histoire, au vu de ce dossier, reste à faire…

  • 2 L’Iliade paraît en 1711 ; L’Odyssée en 1716.
  • 3 Ses Géorgiques paraissent en 1770.
  • 4 Par exemple, la traduction de Lucrèce en alexandrins, par B. Pautrat, Le Livre de Poche, Paris 2002

15À chaque culture ses ornières. Glorieuse prose de Mme Dacier2, élégante, toute issue du siècle qui a vu Corneille, Racine, La Fontaine et Molière ! Le paradoxe de la culture française est qu’elle n’a même pas engendré une traduction d’Homère en alexandrins digne d’être mentionnée. P. Valéry a bien tenté quelque chose pour les Bucoliques de Virgile, mais combien de faibles extensions du classicisme autour de Delille3 jusqu’aux réactualisations récentes4 !

  • 5 V. Bérard, L’Odyssée 1924 ; rejoint par R. Flacelière, traducteur de L’Iliade, dans l’édition de la (...)
  • 6 Dans sa préface aux Poèmes de 1926.
  • 7 Voir notamment les traductions citées par Luis Segalá y Estalella, Obras completas de Homero, Barce (...)

16La véritable ornière, en français, si l’on passe sur les oripeaux trompeurs du vers libre, aux résultats très inégaux, ou sur les diverses variantes scolaires de la version grecque (appariée à sa sœur, la version latine), reste bien la tradition de l’alexandrin, culminant dans l’expérience monstrueuse de V. Bérard5. Elle donne cette image très particulière d’Homère : un roman d’aventure segmenté en hémistiches d’alexandrins blancs, sans la sobriété de la prose, ni la magie de la poésie. Au moins les Anglais, luttant contre Chapman ou contre Pope, comme le rappelait T. S. Eliot en préface à son édition des poèmes d’E. Pound6, ou les Italiens, aux prises avec les hendécasyllabes de Vincenze Monti, comme les Espagnols avec tout leur héritage7 ou les Brésiliens avec Manuel Odorico Mendes, se sont-ils confrontés avec une vraie tradition poétique d’Homère.

  • 8 Early translators of Homer, 1928.

17Pour lire de la poésie grecque ou latine en français, il faut revenir, avec Ezra Pound encore, à H. Salel traduisant l’Iliade en décasyllabes8 ou à J. du Bellay traduisant les livres 4 ou 6 de l’Énéide. Scander quelques chansons mesurées de la Renaissance. Ou rêver dans les poèmes tragiquement inachevés de Chénier. Leconte de Lisle ? Le poète parnassien a choisi la prose : on échappe ainsi à ses alexandrins. Marguerite Yourcenar la philhellène fait de même pour Cavafy, mais on n’échappe pas à ses alexandrins dans son anthologie intitulée L’arc et la lyre.

18On en était là, jusqu’à l’arrivée d’André Markowicz, qui aura provoqué une nouvelle prise de conscience des possibilités de la langue, en déplaçant le problème de la langue du côté de la voix.

  • 9 S. G. Daitz, notamment, et l’école Démodocos. Cf. notre article « Sur le temps marqué », et les com (...)

19Son témoignage est précieux. Parfois à décrypter. Quand il oppose, en préambule, accent d’intensité pour le poème latin ou grec, et accent tonique pour la traduction, il faut comprendre une opposition entre marque rythmique de scansion dans le vers antique et accent tonique de mot pour le russe ou de groupe de mots pour le français. Son accent d’intensité n’existe en fait que dans la lecture avec ictus que l’on fait encore parfois, à l’école allemande, ou russe, et que l’on a appris à rendre plus quantitative, plus mélodique, à la suite de Nietzsche, dans une sorte de cantillation restituée relativement récente9.

  • 10 Caroline Cachein en 1998, Susie Vusbaumer en 2001, Rebecca Lefèvre en 2009, Fantine Cavé-Radet en 2 (...)

20Du coup, cette lecture du latin effectuée par André laissait présager, en français, une traduction scandée verticalement. Mais cette lecture peut aussi s’adoucir jusqu’à résonner dans une sorte de récitatif incantatoire. C’est en tout cas ce que je voulais entendre dans les interprétations des hexamètres catulléens par les différentes comédiennes10 à qui j’ai fait dire les paroles d’Ariane dans un sens plus quantitatif :

  • 11 A. Markowicz, Catulle, poème 64, v. 140.

Est-ce cela, que ta voix caressante voulait que j’espère11

21Irréaliser la parole et le présent en ralentissant la diction pour éviter le naturalisme ou un pathos déplacé, dans ce mouvement vers l’avant tenu par l’arrière, où consiste l’hexamètre. Sublimer la parole (et le geste qui l’accompagne) dans cet arasement de l’accent aussi bien que dans sa culmination, dans la conquête de la durée par les voyelles et par les syllabes : la mise en tension vocale de l’hexamètre d’André était aussi possible.

22Manière de dire, manière d’écrire. André poussait ses dactyles sur la pointe aiguë de ses crayons, en croissance désordonnée, comme les exostoses qui menaçaient ses articulations. Accents intempestifs de la langue, cris, bruits, chaos dostoïevskien. Quel contraste avec la forme maîtrisée, pleine, qui le mène aujourd’hui aux poèmes du Soleil d’Alexandre ou à ses Ombres de Chine ! Mais le fond de l’homme (ou plutôt de l’enfant qu’il n’a pas cessé d’être) est toujours là, quand il parle, quand il écrit, et même quand il polit inlassablement ses vers phaléciens, devenus doux comme des cailloux recrachés sur le rivage par la mer homérique…

23À un certain moment de ma tentative, il a fallu que le corps reprenne possession du noyau des syllabes, que le pas et le geste en développent les contours. En commençant l’expérience théâtrale avec Homère, je ne pouvais plus laisser la parole tomber dans l’immédiateté, même fondée par la scansion. Il fallait qu’elle soit traversée par un au-delà d’elle-même. Qu’elle soit, en quelque sorte, cette traversée d’une langue à l’autre, d’un temps à l’autre. Le chant naissait dans la lenteur, dans le pas glissé du nô, sous un mouvement continu, avec l’intériorisation des appuis prosodiques qu’il fallait trouver dans le grec, dans le français. Je l’ai expérimenté sur moi, puis très vite sur les jeunes comédiens que j’amenais à cette démultiplication de la vitesse. Comme Ariane recommençant le rituel crétois sur le vers d’André :

C’est ainsi que tu m’as arrachée aux autels de mes pères…,

  • 12 Spectacle À quand Agamemnon ?, par le Théâtre Démodocos, Tours-Paris-Avignon 1997.
  • 13 Aymeric jouait en grec ancien le personnage d’Apollon dans les Euménides, Théâtre Démodocos, 1998.
  • 14 Première création mélodique pour le Théâtre Démodocos en 1996 dans Les Amours d’Arès et d’Aphrodite(...)

24(et nul anapeste en ce début), Guillaume Boussard a intégré cette battue profonde dès 1997, quand il jouait Agamemnon et son spectre, shite parlant en hexamètres, égrenant une à une ses syllabes abandonnées à la lenteur du fleuve homérique12. Aymeric Münch savait déjà tout, en musicien et danseur qu’il était, et l’influx de sa parole, comme celui de son geste apollinien, acceptait le rythme sans jamais se laisser dominer13. François Cam avait séparé le corps saugrenu et l’âme orphique, et puisait dans le fond mystérieux de celle-ci les ressources mélodiques qu’il nous ramenait, du plus lointain14.

25Ce débat, que nous eûmes en Arles avec André en 2011 – faut-il lire L’Iliade au mépris des accents, sans forcer la nature de la langue, ou faut-il renforcer la scansion ? – se retrouve peut-être partout, dans les intentions des traducteurs, dans la contradiction que leur apporteront nécessairement les lecteurs. Daniele Ventre a lu vite, dans l’urgence. Rodney Merrill a scandé en sculptant sa métrique. Agustín García Calvo a tendu son vers dans une sorte de chant. Parlé, récité, chanté. Ces termes ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. Emmanuel Lascoux atteint parfois un vrai chant dans le parler. S’il faut une suite, ce sera une joute aédique dans toutes les langues, dans une succession rhapsodique, mais toujours dans la continuité de celui qui demeure, l’hexamètre.

26Pour rassembler les références à la tradition classique, présentes dans les contributions réunies dans ce dossier, j’ai dressé un petit tableau, bien incomplet, qui montre l’étonnant tressage des traductions d’Homère en hexamètres, de langue en langue, d’époque en époque. La glorieuse époque du classicisme français fait peser un grand froid sur les expériences de la Renaissance. Mais le feu couve secrètement dans l’alexandrin. Étouffé ici, il ressurgit là où on ne l’attendait pas. Il revient un jour de Roumanie, et rien ne se passe, ou de Russie, et ça marche. Là où on pensait qu’il ne prendrait jamais, c’est un incendie qui se déclare…

27Paroles ailées, en définitive, parce que le rythme dactylique les emporte au-delà du pas à pas iambique, au-delà d’elles-mêmes, au-delà du dénombrement arithmétique (ce flagrant délit d’arythmie) ! Et si la rupture – faire qu’un égale deux – était là, dans ce saut dactylique de deux syllabes caractéristique de la voix épique, dans cette syllabisation impossible. Un saut dans l’au-delà de la parole parlée, que recommencent depuis Homère tous les poètes en hexamètres, à chaque fois jusqu’à la catalexe, cette dernière mesure incomplète, en manque de l’hexamètre suivant.

Haut de page

Notes

1 Préface à son Odyssée de 1925.

2 L’Iliade paraît en 1711 ; L’Odyssée en 1716.

3 Ses Géorgiques paraissent en 1770.

4 Par exemple, la traduction de Lucrèce en alexandrins, par B. Pautrat, Le Livre de Poche, Paris 2002.

5 V. Bérard, L’Odyssée 1924 ; rejoint par R. Flacelière, traducteur de L’Iliade, dans l’édition de la Pléiade, 1955.

6 Dans sa préface aux Poèmes de 1926.

7 Voir notamment les traductions citées par Luis Segalá y Estalella, Obras completas de Homero, Barcelona, 1927.

8 Early translators of Homer, 1928.

9 S. G. Daitz, notamment, et l’école Démodocos. Cf. notre article « Sur le temps marqué », et les commentaires d’A. Münch et d’E. Lascoux, dans Positions sur le vers grecs, sur l’Atelier de métrique grecque et latine en ligne, http://www.homeros.fr/spip.php?article19.

10 Caroline Cachein en 1998, Susie Vusbaumer en 2001, Rebecca Lefèvre en 2009, Fantine Cavé-Radet en 2010.

11 A. Markowicz, Catulle, poème 64, v. 140.

12 Spectacle À quand Agamemnon ?, par le Théâtre Démodocos, Tours-Paris-Avignon 1997.

13 Aymeric jouait en grec ancien le personnage d’Apollon dans les Euménides, Théâtre Démodocos, 1998.

14 Première création mélodique pour le Théâtre Démodocos en 1996 dans Les Amours d’Arès et d’Aphrodite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Brunet, « En guise de catalexe », Anabases, 20 | 2014, 279-285.

Référence électronique

Philippe Brunet, « En guise de catalexe », Anabases [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5093 ; DOI : 10.4000/anabases.5093

Haut de page

Auteur

Philippe Brunet

Université de Rouen (Eriac)
Faculté des Lettres et Sciences humaines
demodocos@demodocos.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page