Navigation – Plan du site
L'atelier de l'histoire : chantiers historiographiques
L'Antiquité retrouvée par ses mots (1)

En guise de Préambule

Magali Soulatges
p. 278-285

Texte intégral

  • 1 Ridiculum Vitae, La Différence, 1994  ; avec Artaud Rimbur (publié en 1990), Gallimard/Poésie, 2001 (...)
  • 2 C. Prigent, Ceux qui merdRent, P.O.L., 1991.
  • 3 Ridiculum Vitae, II (“Entre Saint-Antoine et San Antonio. [Manifeste cochon]”), p. 90.
  • 4 Ridiculum Vitae, respectivement II, p. 99, VIII (“Nous irons à Valparigot. (Éloge du voyage à trave (...)

1Cet atelier trouve son origine dans le ridicule de la vie. Ridiculum Vitae : sous ce titre parodique, détournement bouffon du prosaïque curriculum vitae, le poète belge Jean-Pierre Verheggen donne en 1994 l’un de ses plus truculents recueils1, où s’affirme, ici exacerbée, la radicalité de l’auteur « qui merdRe2 » vis-à-vis de « l’Institution », de « l’Établissement », de « l’Art officiel3 », lorsque ceux-ci prétendent décider de la langue, en particulier poétique. Trois types de pièces, donnant lieu à autant de pastiches du genre, charpentent de manière lâche sinon volontairement aléatoire Ridiculum Vitae : des éloges, des portraits de l’artiste, un manifeste ; ils interfèrent parfois – les « Portraits de l’Artiste en portraits de l’artiste » (V) portent par exemple le sous-titre Éloge du portrait de l’artiste. Mais le poète ne s’écarte pour autant pas de ce qui semble son projet initial et sert de fil directeur au recueil : l’invitation à « mettre les bouts, changer de cap, emprunter d’autres routes », appareiller pour un « voyage à travers les mots » censé confondre les « écrits-vains4 » et leur substituer un authentique verbe créateur, re/ré-créateur.

  • 5 Ridiculum Vitae, II, p. 98.
  • 6 Ridiculum Vitae, IV (“Excès Homo. [Éloge de la démesure]”), p. 125.
  • 7 À l’instar de la IVe pièce du recueil, qui revendiquait l’hybris, la VIe clame les bienfaits de la (...)
  • 8 La catégorie du carnavalesque, définitivement bornée par les travaux de M. Bakhtine sur Rabelais, f (...)
  • 9 Ridiculum Vitae, II, p. 90.

2Voyage à maints égards subversif, entrepris dans une langue proprement délirante, où l’exubérance le dispute à chaque instant à la provocation : jeux de mots, calembours, contrepets, lapsus, à-peu-près, déformations, détournements de sens… explorent avec une irrévérence alerte des territoires vite gagnés par l’humour le plus mordant, la dérision la plus corrosive, et où la « poésie affadie5 » – entendre : de facture traditionnelle et normative – paraît ne plus pouvoir survivre que pastichée, parodiée, mise à mal. Pour autant, Verheggen n’invente pas ex nihilo une nouvelle langue poétique ; il réinvente plutôt celle, française, qui lui fut apprise et qu’il enseigna un temps, la mâtinant ici de brabançon (wallon, notamment), là de « mots rares et bon latin6 » ou encore de grec, en un métissage sans complexes n’ayant d’autres maîtres que l’impératif humoristique et la démesure7, pour des effets « carnavalesques8 » qui ne reculent pas à l’occasion devant un peu de scatologie, et beaucoup d’obscénité. Le tout sans la moindre – car elle serait stérilis