Navigation – Plan du site
Historiographie et identité culturelles

Les mariages dits «  germaniques  »  : entre anthropologie, idéologie et histoire

Sylvie Joye
p. 85-95

Résumés

Les études consacrées au mariage chez les peuples barbares d’Occident, encore dits «  germaniques  », ont été particulièrement marquées par les théories évolutionnistes qui identifiaient différentes formes de mariage chez les peuples primitifs. Un catalogue de mariages est reconstitué à la fin du xixe siècle  : Muntehe, Friedelehe, Raubehe sont les principaux types de mariage définis alors. Ces constructions sont aussi l’expression des efforts fournis alors pour définir une identité germanique. L’attachement à la liberté qui serait caractéristique de ces peuples se retrouverait notamment dans la liberté exprimée par la femme dans la Friedelehe. L’aspect artificiel de cette reconstruction a bien été mis en lumière dans les années 1990.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La reprise du schéma évolutionniste du mariage
La définition de formes de mariage proprement «  germaniques  »
Les formes de l’union à l’aune de la question de l’État et de la liberté
Conclusion

Aperçu du texte

Les études consacrées au mariage chez les peuples barbares d’Occident, encore dits «  germaniques  », ont été particulièrement marquées par les théories évolutionnistes qui identifiaient différentes formes de mariage chez les peuples primitifs. Au début xxe siècle, une doxa se met en place, qui implique que les sources soient lues à partir de notions forgées par l’anthropologie du xixe siècle, mais au prix de l’oubli de leur formation. Alors que les sources normatives pour fonder cette doxa font défaut, se mettent en place corrélativement l’idée selon laquelle les institutions «  germaniques  » proviennent du peuple et celle selon laquelle il existerait plusieurs types de mariage, spécifiques au monde barbare, et qui auraient survécu d’une façon ou d’une autre au cours de tout le premier Moyen Âge (et même à l’époque carolingienne, voire au début de l’époque féodale). Le cas de la Friedelehe, un de ces types de mariage, illustre parfaitement cette démarche intellectuelle  : mariage ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Joye, « Les mariages dits «  germaniques  »  : entre anthropologie, idéologie et histoire », Anabases, 22 | 2015, 85-95.

Référence électronique

Sylvie Joye, « Les mariages dits «  germaniques  »  : entre anthropologie, idéologie et histoire », Anabases [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5453 ; DOI : 10.4000/anabases.5453

Haut de page

Auteur

Sylvie Joye

Maître de conférences en Histoire médiévale
Membre junior de l’iuf
Université de Reims Champagne Ardenne
sylvie.joye@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page