Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus de lecture

Annick Fenet, Natacha Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle – 1945. Hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich

Élise Lehoux
p. 346-348
Referencia(s):

Annick Fenet, Natacha Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle – 1945. Hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich, Bordeaux, Ausonius, 2015, 500 p.
25 euros / isbn 9782356131317

Texto integral

1Annick Fenet et Natacha Lubtchansky ont choisi de rassembler vingt-huit textes dans cet ouvrage de cinq cents pages, afin de rendre un hommage aux travaux d’Ève Gran-Aymerich pour l’histoire de l’archéo­logie. La chronologie retenue renvoie à son ouvrage de référence, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, publié en 1998. En effet, les travaux de cette cher­cheuse, menés dans une perspective insti­tutionnelle, politique et internationale, ont largement participé de la reconnaissance de cette discipline comme un objet d’étude à part entière. Trois parties organisent le livre. Introduite par une biographie et une bibliographie (jusqu’à fin 2014) de l’histo­rienne, la première section regroupe des textes sur les origines de l’archéologie, tandis que la deuxième s’intéresse à l’ar­chéologie du point de vue des transferts culturels. La troisième, enfin, envisage l’ar­chéologie à travers un volet institutionnel. À cet ensemble s’ajoute un texte plus intime de Jürgen von Ungern-Sternberg, traduit en français, sur l’importance de la collabo­ration franco-allemande dans le parcours de la chercheuse. La conclusion du livre aborde les aspects politiques et actuels de l’archéologie à travers un état des lieux de l’archéologie tunisienne post-Révolution (Houcine Jaïdi).

2Développons rapidement. La première partie est consacrée aux lieux, aux hommes, aux spécificités nationales et aux méthodes qui ont contribué au développement de l’ar­chéologie. Deux lieux emblématiques sont présentés : Olympie, à travers l’histoire de la découverte du site (Alain Schnapp), qui de simple nomen est devenu un lieu bien identifié (p. 58), Pompéi à travers l’aven­ture de ses différentes fouilles du xviiie au milieu du XXe siècle (Maria Bonghi Jovino). Des hommes ensuite, avec Andrea Lom­bardi, érudit méridional qui s’est intéressé au passé de l’Italie pré-romaine, et notam­ment aux Lucaniens. Cela permet à Mario Torelli de présenter une révision histo­riographique de cette histoire, qui débute traditionnellement avec G. Micali. Cate­rina Maderna étudie, elle, les collections du comte Franz I von Erbach au XIXe siècle. Tandis que François Djindjian consacre un chapitre à la figure atypique du Comte Jean Potocki qui s’est intéressé au passé de l’Europe orientale à travers ses différentes activités. Ensuite, la construction de l’ar­chéologie en Espagne permet de mettre en lumière la place des États dans le dévelop­pement de la discipline et la construction des nations. Le premier texte de Guillermo Pérez Sarrin et Almudena Domínguez Arranz montre la façon dont l’Antiquité a servi à construire une histoire natio­nale commune ; le second, de Jorge Maier Allende, présente les activités archéolo­giques de la Couronne espagnole au cours du xviiie siècle. Enfin, Pierre Pinon s’attache à montrer la modernité des recherches menées sur la céramique sigillée gallo-romaine aux xviiie et XIXe siècles. Les publi­cations archéologiques sont évoquées par l’article de Pierre-Sylvain Filliozat consacré aux Monuments […] de l’Hindoustan publiés entre 1817 et 1821 par Louis-Mathieu Lan­glès, « premier grand livre d’archéologie de l’Inde du Sud » (p. 172) et également un des derniers « musées de papiers ».

3La deuxième partie propose une réflexion sur les conditions d’appropriation de ces antiquités en répondant à cette question cruciale : « À qui appartient ’Antiquité ? » (p. 260). Suzanne Marchand revient sur les conditions et les conséquences de la ruée des Européens sur les antiquités dans un texte qui fait écho à celui de Fernando Wulf Alonso sur les modèles nationaux d’analyse du passé colonial et les écueils postcolo­niaux. Cette section s’attache à montrer les renouvellements apportés par les transferts culturels à l’histoire de l’archéologie. Domi­nique Briquel s’intéresse à la réception des œuvres à partir de l’arrivée des deux sarco­phages étrusques des Époux en Amérique à la fin du XIXe siècle. Dans la même direction, Bénédicte Savoy retrace l’appropriation du buste de Néfertiti, dwont le gouvernement égyptien demande aujourd’hui le retour au Caire, par les milieux intellectuels ber­linois après 1914, afin de questionner les conditions d’acquisition d’une œuvre. Stefan Rebenich s’intéresse à la circulation des idées à travers la retranscription d’une lettre de l’archéologue prussien Theodor Mommsen, en séjour à Rome, qui exprime son désarroi à sa femme : Bismarck vient d’ordonner que les publications de l’Ins­tituto di Corrispondenza Archeologica se fassent en allemand. Les idées circulent également à travers les cours d’archéologie, tels celui de l’archéologue Raymond Lan­tier, qui se présente comme le relais français de la recherche archéologique espagnole d’alors (Francisco Gracia Alonso), faisant écho au chapitre de Margarita Díaz-Andreu sur la réception des idées françaises sur le Paléolithique en Grande-Bretagne. Noël Coye montre également comment l’ana­lyse théorique de la préhistoire nord-afri­caine a longtemps été conditionnée par les grilles analogiques européennes. Enfin, des mythes du XIXe siècle sont revisités, comme celui de la « Marseille phénicienne » par Antoine Hermary, ou des controverses comme celle sur l’origine de la langue étrusque qui a entravé la carrière de Jules Martha (Jean Hadas-Lebel).

4La dernière partie de l’ouvrage, plus hétéroclite, s’attache à la question institu­tionnelle et dialogue avec le Dictionnaire biographique d’Ève Gran-Aymerich. Les fondateurs des chaires d’archéologie sont évoqués avec Caspar Reuvens, premier titu­laire d’une telle chaire aux Pays-Bas en 1818 par Sandrine Maufroy. De même, Natacha Lubtchansky restitue très utilement l’am­biance des cours donnés par Désiré Raoul-Rochette à la Bibliothèque du Roi (1828). En parallèle, Charles Guittard se penche sur le regard porté par l’anthropologue Émile Masqueray sur l’Algérie. Ces articles semi­biographiques résonnent avec la question de la conservation des œuvres évoquée dans le texte de Martín Almagro Gorbea dédié aux enjeux de conservation pour le Cabinet des Antiquités de la Real Academia de la Historia tout au long du XIXe siècle. Les médiations, que ce soit les ouvrages ou les techniques de reproduction, sont mis en valeur par les travaux sur l’Égypte d’Émile Prisse d’Avennes, notamment L’Égypte monumentale étudiée par Mercedes Volait. En miroir, le passionnant article d’Hervé Duchêne est consacré à la place controver­sée de la photographie à la fin du XIXe siècle dans les échanges entre Salomon Reinach et Georges Balagny. L’importance de cette « archéologie de papier » (p. 448) est rap­pelée avec force par la présentation des archives de l’égyptologue Georges Legrain par Michel Dewachter. Enfin, Annick Fenet s’intéresse quant à elle au volet ins­titutionnel de la Mission archéologique française en Albanie, témoignant d’une entreprise archéologique menée sous la IIIe République.

5L’intérêt de l’ouvrage est de présenter de nouvelles thématiques dans la lignée des travaux d’Ève Gran-Aymerich, tournés vers une réflexion politique, institutionnelle et transnationale de l’histoire de l’archéo­logie. Le seul regret est de ne pas y trou­ver davantage de textes relatifs aux objets, sources de cette aventure intellectuelle. Il propose une utile réévaluation de certains présupposés historiographiques comme de personnages peu connus, grâce à la mise en valeur de fonds d’archives inexploités et un collectif international de chercheurs ; en cela, ce volume est un très bel hommage aux travaux de la chercheuse.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Élise Lehoux, « Annick Fenet, Natacha Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle – 1945. Hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich », Anabases, 24 | 2016, 346-348.

Referencia electrónica

Élise Lehoux, « Annick Fenet, Natacha Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle – 1945. Hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich », Anabases [En línea], 24 | 2016, Puesto en línea el 15 noviembre 2016, consultado el 17 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5764

Inicio de página

Derechos de autor

© Anabases

Inicio de página